Rêver

« Rêver, au sens d’avoir pendant le sommeil l’esprit occupé à des images, à des actions identifiables ou confuses, est un mot neuf. Il n’a commencé à s’imposer qu’à partir des années 1650. Descartes note « faire des rêves en dormant » (1649) et Pascal écrit dans une acception tout à fait moderne : « Il me semble que je rêve » (1656). Alors que dans la tragédie classique, jusqu’à Racine et même au-delà, les héros continuent à songer, dans la prose des philosophes et des moralistes on commence à rêver. Le mot rêve prendra en charge, au XVIIIe siècle, tous les aspects et tous les moments de l’expérience : le surgissement de la vision, les indices que laisse entrevoir le corps endormi, le souvenir que l’esprit en conserve et, bien sûr, le récit que l’on peut en donner par la suite. Le phénomène est bien caractérisé, il n’est même pas propre à l’homme : « Non seulement les rossignols dorment, écrit Buffon, mais ils rêvent et d’un rêve de rossignol car on les entend gazouiller à demi-voix et chanter tout bas. » Cette spectaculaire substitution lexicale a été, au cours du Moyen Age, précédée par une autre. Songer a évincé pantaiser qui, à la Renaissance, n’a plus que le sens de « suffoquer » et dont il ne reste aujourd’hui que l’adjectif pantois. Maissonger comme pantaiser n’offriront pas très longue résistance, même dans les dialectes d’oc. La carte 1695 de l’Atlas linguistique de la France fait, à la fin duxixe siècle, le point sur une invasion lente mais irrésistible (Gilliéron et Edmont 1902). Partout dans le Sud, revar, à l’occitane, est en passe de délogerpantaisar et somiar, où, du moins, le français rêve, de plus en plus préféré à tout autre terme, provoque d’importants remaniements, lexicaux et sémantiques, dans ce domaine. Ainsi en pays de Sault, dans un dialecte languedocien des Pyrénées, l’ancien pantaisar signifie aujourd’hui « haleter », « perdre le souffle » ; somiar, c’est à la fois dormir et rêver, mais le seul substantif en usage est rêve, à la française. « Ai somiat un rêve » est l’équivalent exact de « j’ai fait un rêve ». Comment comprendre ces mouvements du vocabulaire, que donnent-ils à penser aujourd’hui ?  » Daniel Fabre in Terrain n°26.

Pour en savoir plus :

Le rêve. Puvis de Chavanne (Orsay, cliché RMN).

Des articles :
« Rêver. Le mot, la chose, l’histoire », Daniel Fabre, Terrain n° 26 , Rêver.
« Destins anthropologiques du rêve »
, Giordana Charuty. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Les rêves de Teresa », Deborah Puccio. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Rêver pour soi et pour les autres», Caroline Humphrey et A. Hürelbaatar. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Les couturières de la nuit », Marie-Claire Latry. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Rêver », Daniel Fabre. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Entrer en montagne pour y rêver », Brigitte Baptandier. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Le rêve entre au-delà et ici-bas », Marie-Elisabeth Handman. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral) .

Sites et Blogs :
L’interprétation des rêves d’après Freud, selon Jung, le rêve comme éveil de la conscience, sur le sommeil les rêves et l’éveil, l’étude du rêve d’après des textes littéraires.