Catégorie : Billets de blog

1

Drowning the Dead

During the exhumation of mass graves in Guatemala, forensic scientists and community members work together to identify the dead. Although their methods may appear irreconcilable, Alexa Hagerty shows in this beautiful text how the dead have a way of reminding themselves to the living that blurs the boundaries between science and dreams, between the biomedical conception of the body and the liveliness of bones – and haunts the anthropologist herself.

0

Narrer la rencontre spectrale en Chine et en Mongolie

Les fantômes sont avant tout des choses qui se racontent: ils existent à travers les récits qu’en font les vivants qui les ont rencontrés. Que disent ces récits des sociétés qui les produisent? Réponse à travers des entretiens croisés menés par E. Bernard et A. Briand auprès de deux chercheurs spécialistes des fantômes en Mongolie et en Chine, G. Delaplace et V. Durand-Dastès.

0

Le génocide des Tziganes et la mémoire

Aujourd’hui a lieu en République tchèque la Roma Pride, défilé annuel des Roms et des Sintis. L’occasion de relire l’article de Michael Stewart sur la “catastrophe invisible” que constitue la Shoah des Tziganes, dont la commémoration est l’une des revendications du défilé.

0

Attentes d’asile

Après avoir quitté sa maison près d’Abidjan en mai 2013, Adama Touré a traversé le Mali, l’Algérie, le Maroc. Un chemin surtout marqué par l’attente – et les quelques minutes où il a risqué sa vie pour “frapper la barrière” de Melilla. A travers l’histoire d’Adama, l’anthropologue Carolina Kobelinsky retrace le parcours des demandeurs d’asile.

0

Quand les fantômes (d)énoncent l’Histoire…

Entretiens avec Sarah Carton de Grammont et Evelyne Ritaine menés par deux doctorants en anthropologie, Elisabeth Bernard et Antoine Briand. De Sokol à Lampedusa, des victimes de la répression stalinienne aux migrants morts en mer, ces regards croisés questionnent la mémoire des disparus en grand nombre, et la hantise qu’ils provoquent chez les vivants.

0

L’écriture inclusive, une nouveauté ?

Dans ce billet, Eliane Viennot revient sur les conditions de production idéologique de la règle de grammaire “le masculin l’emporte”. L’usage de termes au féminin ou l’application de règle d’accord de proximité ne constitueraient en somme qu’un simple retour à l’équilibre “naturel” de la langue française… Une réflexion sur les rapports entre la langue française et la place des femmes dans notre société.