Renaître : le nouveau Terrain est arrivé !

Il semble désormais que naître ne suffise plus, qu’il faille renaître de manière répétée, comme si à la vieille quête de l’immortalité avait succédé celle d’un sentiment perpétuel de nouveau départ. Cette obsession se traduit par un marché du rebirth, des différentes chapelles de la ritualité New Age, de la thérapie ou du développement personnel à l’extraordinaire succès des églises évangéliques proposant, aux quatre coins du globe, de devenir born again. Ce nouveau numéro de Terrain s’interroge sur le désir contemporain de renaître à la lumière de ses avatars passés et présents, de l’initiation à la réincarnation, en passant par le spiritisme ou la résurrection.

Disponible en librairie à partir du 18 octobre ou sur le site du comptoir des presses d’université :

http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100937630

 

Terrain revient !

Boomerang

Appel à contributions
À l’automne 2015, à l’occasion d’un dernier numéro consacré à la nostalgie, la revue Terrain disait adieu à ses lecteurs.
Aujourd’hui, portée par une équipe renouvelée et grâce au concours de nouveaux partenaires, elle renaît.
Terrain reste fidèle à ce qui a fait son succès : une belle revue papier, des dossiers thématiques illustrés, une langue claire et accessible, le primat accordé à l’ethnographie et enfin l’ouverture aux autres disciplines.
Mais Terrain évolue, avec un site internet repensé à découvrir à l’automne 2016. Les nouvelles rubriques attendent vos propositions d’articles pour des publications au fil de l’eau :

Terrains
Études inédites de cas ou de situation, enrichies par l’image ou le son, amenant le lecteur à découvrir par l’empirie l’importance des questions théoriques convoquées. Toutes disciplines des sciences humaines confondues (histoire, sociologie, philosophie, géographie, anthropologie, psychologie, anthropologie linguistique).
Responsables : Sandrine Revet et Anne-Christine Trémon
30 000 à 50 000 signes

Questions
La musique adoucit‑elle les mœurs ? La rumeur tue-t-elle ? Les chasseurs-cueilleurs vivent‑ils à l’âge de pierre ? Peut‑on tous devenir chamanes ? Idée reçues, fausses évidences, doutes fréquents ou notions contre-intuitives sont adressés, sous la forme d’une question simple, à un spécialiste qui en déjoue les pièges, dresse l’état de l’art et présente ses enjeux actuels.
À l’attention spéciale des étudiants et des enseignants, ces articles seront accompagnés de schémas, de documents audiovisuels ou d’animations interactives.
Responsables : Emma Gobin et Victor A. Stoichita
20 000 signes

Portraits
Ethnologue, historien ou linguiste célèbre mais peu lu, expérimentateur, interlocuteur de terrain privilégié, missionnaire graphomane, aventurier perdu, documentariste… Cette rubrique accueille les portraits de celles et ceux qui font ou ont fait les sciences humaines, sous des formats divers : entretien, récit personnel, vidéo, photographie, analyse de documents et d’œuvres.
Responsables : Gil Bartholeyns, Matthew Carey et Jessica de Largy Healy
25 000 à 50 000 signes

Écarts
Sur quelles ressources ethnographiques les œuvres de fiction (cinéma ou littérature) sont-elles construites ? Des spécialistes sont invités à commenter romans, polars, films, pièces de théâtre… portant sur des terrains ou des thèmes qui leur sont familiers.
Responsables : Christine Langlois et Anne-Christine Taylor
30 000 signes

Soumission & évaluation
Les propositions d’articles devront être envoyées à revue.terrain@gmail.com. Elles seront évaluées par des pairs : deux évaluateurs internes et deux évaluateurs externes. L’anonymat des auteurs et des évaluateurs sera préservé. Les auteurs recevront une réponse dans les deux mois, pour une publication dans les six mois après acceptation. Le nombre de signes indiqué ne comprend pas la bibliographie, qui devra se limiter aux références strictement nécessaires. Une attention spéciale sera portée aux contributions qui s’appuient sur les médias non textuels pour renouveler l’exercice de la description ou de l’argumentation.

Conseil de rédaction
Gil Bartholeyns (université Lille III), David Berliner (université Libre de Bruxelles), Matei Candea (université de Cambridge), Matthew Carey (université de Copenhague), Jérôme Courduriès (université de Toulouse 2/LISST-Cas), Pierre Déléage (CNRS/LAS), Pierre-Olivier Dittmar (EHESS/CRH), Emma Gobin (Paris VIII/LAVUE), Emmanuel Grimaud (CNRS/LESC), Christine Langlois (Ex rédactrice en chef de la revue Terrain), Jessica de Largy Healy (CREDO/musée du quai Branly), Olivier Morin (Max Plank Institute, Minds and Traditions research group), Ismaël Moya (CNRS/LESC), Sandrine Revet (Sciences-Po/CERI), Victor A. Stoichita (CNRS/CREM), Anne-Christine Taylor (CNRS/EREA), Anne-Christine Trémon (université de Lausanne).

Vanessa Manceron et Emmanuel de Vienne
Rédacteurs en chef
© Illustration Adrià Fruitós
Merci de faire circuler cet appel à contributions le plus largement possible.

Journée internationale de la musique

 » Au milieu des années 1960 naît un genre musical qui finira par être baptisé reggae. Il apparaît comme une création jamaïquaine moderne et urbaine, une invention de la jeunesse pauvre de la basse ville de Kingston. Il dit d’emblée, par sa seule émergence en tant que musique fondée sur une cellule rythmique inédite, l’existence sociale et la force de création d’un des groupes les plus dépréciés : les jeunes qui vivent dans ce qu’ils dénomment eux-mêmes le ghetto. Ils endurent de manière plus intense que leurs aînés le mépris du noir que l’esclavage et le colonialisme ont légué à la Jamaïque. Le reggae signifie le rejet de ce mépris, le refus de l’accepter plus longtemps : il montre que ces jeunes démunis peuvent créer et que leur création est suffisamment puissante pour être reconnue au-delà des mers ; dès lors, leurs musiciens porte-drapeau seront acceptés et reconnus en Jamaïque même. La musique charrie une émotion neuve où se fondent révolte et fierté : ce qui est noir ne peut plus être voué au mépris. »* Denis-Constant Martin in Terrain n°37. Dans des régions aussi différentes que la Jamaïque, le Cap-Vert, les Caraïbes, le Brésil ou le Zimbabwe, l’émergence d’un genre musical a permis de fédérer les communautés, de valoriser leur identité et de changer les rapports politiques et sociaux.

Pour en savoir plus :

• Un article :
*« « Chanter l’amour ». Musique, fierté et pouvoir » Denis-Constant Martin, Terrain n° 37, Musique et émotion (texte intégral).

Sites et Blogs :
Ethnographier les phénomènes sonores, le portail d’ethnomusicologie, blog reggae.

Nostalgie : le nouveau Terrain est arrivé !

« « Réaction contre l’irréversible »  (Jankélévitch), la nostalgie semble être indissociable de notre époque. En Occident, un engouement nostalgique glorifiant les pratiques et les objets d’antan est omniprésent dans des domaines aussi divers que le nationalisme, les politiques patrimoniales, le consumérisme, l’industrie du tourisme, la culture populaire et les mouvements religieux ou écologiques. Plus concrètement, cette rétromania se manifeste dans le succès croissant des marchés aux puces et des antiquités, des aliments biologiques, du vintage, des techniques d’accouchement dites « naturelles », des écomusées, et se retrouve au coeur même des nouvelles technologies, tel Instagram, qui confère instantanément à vos photos un cachet « passé » » Olivia Angé et David Berliner in Terrain n°65.

Pour en savoir plus :
00_couv65seule-small260• Des articles
 :
« Pourquoi la nostalgie ? » Olivia Angé et David BerlinerTerrain n°65, Nostalgie
« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se regrette. 
Photographies rétro et colorisation » Gil Bartholeyns, Terrain n°65, Nostalgie.
« Le goût d’autrefois. Pain au levain et attachements nostalgiques dans la société contemporaine » Olivia Angé, Terrain n°65, Nostalgie
« Un nom éternel qui jamais ne sera effacé. 
Nostalgie et langue chez les juifs d’Égypte en France » Michèle Baussant, Terrain n°65, Nostalgie
« Nostalgie cherche preneur. 
Les peintures d’Amatiwana Trumai »
 Sophie Moiroux et Emmanuel de Vienne, Terrain n°65, Nostalgie.
«
 
Nostalgies impérialiséesMémoires plurielles et contestations politiques en Angola du Nord » Ruy Llera Blanes et Abel Paxe, Terrain n°65, Nostalgie
«
 
La consolation des objets. Esthétique de la nostalgie dans l’oeuvre d’Orhan Pamuk », Patrizia Ciambelli et Claudine Vassas, Terrain n°65, Nostalgie.

 

Fête de la musique

 Elvis, il me fait sentir des émotions… J’ai une vie normale, j’ai un quotidien, j’ai des problèmes… mais Elvis, il me fait sauter de joie. Il suffit que j’entende sa voix, quelque part… ça y est, je sais que ma journée va bien se passer. Il m’a apporté la vie. Et puis de la passion, de l’émotion… il me fait pleurer comme une petite fille, alors que j’ai 45 ans, j’ai des responsabilités, je suis quelqu’un qui assume des choses assez difficiles dans la vie… mais Elvis, il me fait rêver » (Rachel) .
« La première chose que je fais le matin : je mets Elvis. Le soir en rentrant : je mets Elvis. Il y a des sons de sa voix qui passent, et qui me parlent » (Angèle).
« Il n’y a pas d’autres chanteurs qui me font pleurer en écoutant un de leurs disques […]. C’est pas une musique qu’on écoute pour passer le temps. C’est plus profond que ça. Surtout si on est touché par la grâce d’Elvis » (Jean-Claude) in Terrain n°37 *.

La voix d’Elvis ne suscite pas seulement des émotions intenses chez ses fans; elle les aide à affronter un quotidien parfois difficile, les apaise, les dynamise, les régénère. Cette voix constitue un refuge, apporte la joie, le bonheur et l’espoir d’un monde meilleur : elle permet de se sentir vivant.

Quelle est l’origine des émotions musicales ? Qu’est ce qui nous touche, comment et pourquoi ? Comment un simple morceau peut-il avoir un tel impact sur notre vie ?

Pour en savoir plus :

134922-la-fete-de-la-musique-2015-a-paris-et-en-ile-de-france-3Un livre :
Rap, techno, électro… Le musicien entre travail artistique et critique sociale, Morgan Jouvenet.

• Des articles :
* « La voix d’Elvis… », Gabriel Segré, Terrain, n° 37, Musique et émotion (texte intégral).
« Transmettre l’amour du chant ? Cris, éloquence et complaintes dans une famille ordinaire de Mongolie rurale », Laurent Legrain, Terrain n° 55, Transmettre
« Voir la musique »
Madeleine Leclair, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Voir écouter. Pour une iconographie de l’auditeur »
Philippe Junod , Terrain n° 53, Voir la musique.
« À l’écoute de Paul Klee. Les choses sont-elles (aussi) corps de violons ? » Annie Paradis, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Sons et couleurs. Des noces inachevées » Patrick Crispini, Terrain n° 53, Voir la musique.
« L’improvisation musicale et l’ordinateur. Transcrire la musique à l’ère de l’image animée » Marc Chemillier, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Musiques, mouvements, couleurs dans la performance musicale andine. Exemples boliviens » Rosalía Martínez, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Musique mécanique et temple hindou. Histoire controversée d’un dispositif visuel et sonore » Christine Guillebaud, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Quand la musique donne à voir. La représentation de la montagne dans les chants des initiées itcha (Bénin)  » Madeleine Leclair, Terrain n° 53, Voir la musique.
« Musiques, mouvements, couleurs dans la performance musicale andine. Exemples boliviens », Rosalia Martinez, Terrain n° 53, Voir la musique.
« « Emportés par le mix ». Les DJ et le travail de l’émotion » Morgan Jouvenet, Terrain n° 37, Musique et émotion (texte intégral).
« « Chanter l’amour ». Musique, fierté et pouvoir »
Denis-Constant Martin, Terrain n° 37, Musique et émotion (texte intégral).

Sites et Blogs :
Ethnographier les phénomènes sonores, le portail d’ethnomusicologie, la fête de la musique 2012, deux blogs sur Elvis Presley : elviscollection et skyrock.

A faire :
La fête de la musique 2015, votre programme.

Les Journées de l’Archéologie

« Peut-on prétendre faire de l’archéologie et mentir ? Comment peuvent se trouver associées cette discipline et cette posture, l’une visant la mise au jour d’éléments qu’il faudra interpréter le plus objectivement possible en s’entourant de garanties scientifiques, l’autre visant à la falsification et à la dissimulation ? Parmi les motivations qui poussent à fausser un discours scientifique, outre la quête de reconnaissance, deux exemples permettent de saisir les relations entre archéologie et mensonge : le « besoin de merveilleux » de la para-archéologie, et la récupération géopolitique. (…) À la lisière entre le mensonge et la tromperie involontaire se trouve la surinterprétation, c’est-à-dire que contrairement à la déontologie de la profession, des hypothèses seront présentées comme une certitude. Selon la jolie formule de C. W. Ceram : « Evans a fait preuve de plus d’imagination que ne l’y autorisaient ses découvertes ». En effet, lorsqu’il complète (abusivement) la fresque du Prince au lys ou la statuette de la Déesse aux serpents trouvées dans le palais minoen de Cnossos, son but est de donner à voir « une » vérité, mais qui n’est que l’idée qu’il se fait alors de celle-ci. S’il est une discipline scientifique où ce qui est vrai aujourd’hui sera peut-être faux demain, c’est bien l’archéologie. Les progrès dans nos connaissances se font à tâtons, par rapprochements successifs, par comparaisons et construction de modèles et de typologies, qui peuvent se trouver modifiées par une infime découverte qui bouleversera l’ordre établi. Au fil du temps pourront se révéler fausses (mais pas pour autant mensongères, puisqu’il n’y avait pas dessein de tromper) des théories mises en avant en fonction des acquis d’une époque, avec l’« objectivité précaire » qui caractérise l’archéologie. » Claire Besson, Dorothée Chaoui-Derieux et Bruno Desachy in Terrain n°57.

Les 19, 20 et 21 juin 2015, les Journées de l’Archéologie visent à sensibiliser le public aux enjeux contemporains de la recherche archéologique, à ses disciplines et à ses méthodes, comme à la richesse et à la diversité du patrimoine archéologique. La complexité de l’archéologie réside dans le processus d’interprétation, c’est à dire la négociation permanente entre ce qu’on trouve, ce qu’on imagine et ce qu’on affirme.

Pour en savoir plus :

téléchargement (1)Des articles :
« Bonne fouille ne saurait mentir ? », Claire Besson, Dorothée Chaoui-Derieux et Bruno Desachy. Terrain n°57, Mentir.
« Faux et authenticité en préhistoire »
, Claudine Cohen, Terrain n°33, Authentique ?
« Les savoir-faire : une très longue histoire », Jacques Pelegrin, Terrain n°16, Savoir-faire.
« Les rythmes du feu », Pierre Pétrequin et Anne-Marie Pétrequin, Terrain n°19, Le Feu.

Un livre :
Imaginaires archéologiques. Sous la direction de Claudine Voisenat.

Site et Blog :
Portail archéologique, tout archéologie, sites de fouilleles abris sculptés de la Préhistoire, Hominidés : les évolutions de l’homme, le site de Lascaux, tout archéologie, pôle préhistoire, les imaginaires archéologiques.

• A faire :
Les journées de l’archéologie, personnalisez votre programme

Fête des voisins

« Le problème, c’est d’identifier le responsable. Il y a des voisins qui laissent tous les samedis le caddie au milieu du palier. Cela gêne le passage du fauteuil roulant. J’ai sonné chez tous les voisins pour leur expliquer la situation. Eh bien tous m’ont dit que ce n’était pas eux et le caddie est encore là le samedi (F., 42 ans, célibataire, handicapée). […]
Avant il n’y avait personne dehors et on était tranquille. Vraiment la dalle, depuis qu’il y a eu les travaux, c’est la pagaille. Ils jouent, ils cassent, ils font n’importe quoi et personne ne dit rien. Les enfants sont dehors jusqu’à une heure du matin. On croirait que les parents les jettent dehors. Et moi avec ma chambre qui donne sur l’aire de jeux, je ne peux pas dormir (F., 23 ans, vit chez ses parents). » Témoignages recueillis dans la cité Les Goélands in La société des voisins*.
Loin de l’image idyllique d’un voisinage fêté, les voisins doivent partager des lieux intermédiaires – cours, impasses, escaliers, corridors, espaces de jeux, local poubelle …- entre espace privé et espace public. Ce partage imposé des parties communes, sans accord préalable sur la manière de s’y comporter, génère des tensions et des confrontations quotidiennes. Quels sont les codes sociaux mis en œuvre pour produire des règles de vie en communauté ? Comment se fait la régulation dans l’espace résidentiel ? Comment concilier les différentes conceptions de la civilité, de la propreté, de la sociabilité, ou tout simplement du savoir-vivre dans ces espaces communs imposés ?

Pour en savoir plus :

39462 Deux livres :
* La société des voisins. Partager un habitat collectif. Sous la direction de Bernard Haumont et Alain Morel.
Le triangle du XIVe. Des nouveaux habitants dans un vieux quartier de Paris. Sabine Chalvon-Demersay.

Sites et blogs :
Peupladeimmeubles en fête, le courrier de l’architecte.

• A faire :
La fête des voisins le vendredi 29 mai 2015.