Terrain welcomes contributions in English

call-for-papers

In Autumn 2015, Terrain, for so long a central figure of the French anthropological and academic landscape, bowed out with a final issue dedicated to the theme of nostalgia. Today, it is reborn with new partners and a new editorial team.

Terrain retains its tried and tested formula: a handsome paper edition, illustrated special issues, clear and accessible writing, an emphasis on ethnography, and a cross-disciplinary perspective. But Terrain is also moving forwards. Our new website will be up and running by Autumn 2016, proposing a range of themed online sections, with an ongoing bilingual submission and publication process:

# Sidelines

What are the ethnographic underpinnings of works of (literary or cinematic) fiction? Authors are invited to reflect on the novels, films, plays, etc. that draw on themes or are set in places with which they are intimately familiar.

Section editors: Christine Langlois and Anne-Christine Taylor Article length: 30,000 characters

# Fieldsites

Articles based on case-studies or situational analyses, accompanied by images or sound-files, which address relevant theoretical questions by mean of the ethnographic material. Submissions are welcome from across the human and social sciences (history, sociology, philosophy, geography, anthropology, psychology, linguistic anthropology).

Section editors: Sandrine Revet and Anne-Christine Trémon Article length: 30-50,000 characters

# Queries

Does music play a part in the civilising process? Do rumours kill? Do hunter-gatherers live in the Stone Age? Can we all become shamans? This section engages with received wisdom, nagging doubts, counter- intuitive notions, and popular prejudices reformulated as straightforward questions. Articles will offer a state of the art, outline the relevant issues and propose a scholarly walkthrough of their traps and pitfalls. They are intended for use in teaching contexts and may be accompanied by diagrams, audiovisual material or interactive animations.

Section editors: Emma Gobin and Victor A. Stoichita Article length: 20,000 characters

# Portraits

This section proposes profiles of people who have contributed to the diversity of the human and social sciences, be they unjustly neglected anthropologists, historians, or linguists; privileged interlocutors, missionaries or diarists; lost figures from the age of exploration or unheralded documentary filmmakers or photographers. We welcome submissions in a range of formats: interviews, personal narratives, video, photography, literary analysis, etc.

Section editors: Gil Bartholeyns, Matthew Carey and Jessica De Largy Healy Article length: 25-50,000 characters

# Symposia and Debates

This section offers a forum for bringing together a range of views on a topic, article or book with a view to developing or stimulating critical debate.
It welcomes opinions from anthropology as well as other related disciplines.

Section editor: Arnaud Esquerre

Submission and evaluation

Articles are to be submitted to terrain.redaction@cnrs.fr. They will be subject to peer review, with two internal and two external reviewers. The anonymity of both authors and reviewers will be guarded. Authors will receive a reply within two months, with the goal of publication within six months. The character count includes the bibliography, which should be kept to the strict minimum. We particularly welcome submissions that integrate audiovisual and other non-textual material into the argument and description Authors are expected to have secured permission for use of any copyrighted material. Feel free to contact the editors with any queries.

Please download and circulate this call as widely as possible : call-for-papers_terrain

 

Renaître : le nouveau Terrain est arrivé !

Il semble désormais que naître ne suffise plus, qu’il faille renaître de manière répétée, comme si à la vieille quête de l’immortalité avait succédé celle d’un sentiment perpétuel de nouveau départ. Cette obsession se traduit par un marché du rebirth, des différentes chapelles de la ritualité New Age, de la thérapie ou du développement personnel à l’extraordinaire succès des églises évangéliques proposant, aux quatre coins du globe, de devenir born again. Ce nouveau numéro de Terrain s’interroge sur le désir contemporain de renaître à la lumière de ses avatars passés et présents, de l’initiation à la réincarnation, en passant par le spiritisme ou la résurrection.

Disponible en librairie à partir du 18 octobre ou sur le site du comptoir des presses d’université :

http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100937630

 

Terrain revient !

Boomerang

Appel à contributions
À l’automne 2015, à l’occasion d’un dernier numéro consacré à la nostalgie, la revue Terrain disait adieu à ses lecteurs.
Aujourd’hui, portée par une équipe renouvelée et grâce au concours de nouveaux partenaires, elle renaît.
Terrain reste fidèle à ce qui a fait son succès : une belle revue papier, des dossiers thématiques illustrés, une langue claire et accessible, le primat accordé à l’ethnographie et enfin l’ouverture aux autres disciplines.
Mais Terrain évolue, avec un site internet repensé à découvrir à l’automne 2016. Les nouvelles rubriques attendent vos propositions d’articles pour des publications au fil de l’eau :

Terrains
Études inédites de cas ou de situation, enrichies par l’image ou le son, amenant le lecteur à découvrir par l’empirie l’importance des questions théoriques convoquées. Toutes disciplines des sciences humaines confondues (histoire, sociologie, philosophie, géographie, anthropologie, psychologie, anthropologie linguistique).
Responsables : Sandrine Revet et Anne-Christine Trémon
30 000 à 50 000 signes

Questions
La musique adoucit‑elle les mœurs ? La rumeur tue-t-elle ? Les chasseurs-cueilleurs vivent‑ils à l’âge de pierre ? Peut‑on tous devenir chamanes ? Idée reçues, fausses évidences, doutes fréquents ou notions contre-intuitives sont adressés, sous la forme d’une question simple, à un spécialiste qui en déjoue les pièges, dresse l’état de l’art et présente ses enjeux actuels.
À l’attention spéciale des étudiants et des enseignants, ces articles seront accompagnés de schémas, de documents audiovisuels ou d’animations interactives.
Responsables : Emma Gobin et Victor A. Stoichita
20 000 signes

Portraits
Ethnologue, historien ou linguiste célèbre mais peu lu, expérimentateur, interlocuteur de terrain privilégié, missionnaire graphomane, aventurier perdu, documentariste… Cette rubrique accueille les portraits de celles et ceux qui font ou ont fait les sciences humaines, sous des formats divers : entretien, récit personnel, vidéo, photographie, analyse de documents et d’œuvres.
Responsables : Gil Bartholeyns, Matthew Carey et Jessica de Largy Healy
25 000 à 50 000 signes

Écarts
Sur quelles ressources ethnographiques les œuvres de fiction (cinéma ou littérature) sont-elles construites ? Des spécialistes sont invités à commenter romans, polars, films, pièces de théâtre… portant sur des terrains ou des thèmes qui leur sont familiers.
Responsables : Christine Langlois et Anne-Christine Taylor
30 000 signes

Soumission & évaluation
Les propositions d’articles devront être envoyées à revue.terrain@gmail.com. Elles seront évaluées par des pairs : deux évaluateurs internes et deux évaluateurs externes. L’anonymat des auteurs et des évaluateurs sera préservé. Les auteurs recevront une réponse dans les deux mois, pour une publication dans les six mois après acceptation. Le nombre de signes indiqué ne comprend pas la bibliographie, qui devra se limiter aux références strictement nécessaires. Une attention spéciale sera portée aux contributions qui s’appuient sur les médias non textuels pour renouveler l’exercice de la description ou de l’argumentation.

Conseil de rédaction
Gil Bartholeyns (université Lille III), David Berliner (université Libre de Bruxelles), Matei Candea (université de Cambridge), Matthew Carey (université de Copenhague), Jérôme Courduriès (université de Toulouse 2/LISST-Cas), Pierre Déléage (CNRS/LAS), Pierre-Olivier Dittmar (EHESS/CRH), Emma Gobin (Paris VIII/LAVUE), Emmanuel Grimaud (CNRS/LESC), Christine Langlois (Ex rédactrice en chef de la revue Terrain), Jessica de Largy Healy (CREDO/musée du quai Branly), Olivier Morin (Max Plank Institute, Minds and Traditions research group), Ismaël Moya (CNRS/LESC), Sandrine Revet (Sciences-Po/CERI), Victor A. Stoichita (CNRS/CREM), Anne-Christine Taylor (CNRS/EREA), Anne-Christine Trémon (université de Lausanne).

Vanessa Manceron et Emmanuel de Vienne
Rédacteurs en chef
© Illustration Adrià Fruitós
Merci de faire circuler cet appel à contributions le plus largement possible.

Glissements de Terrain

« Qu’on me pardonne le calembour : si l’on jette un coup d’oeil en arrière, les trente-deux années de Terrain se présentent comme une série de glissements heureux. Glissement originel du patrimoine vers l’ethnologie ; glissement de la France vers l’Europe, lorsqu’en 89 la revue fait sa révolution – début d’un long dérapage contrôlé qui l’emmènera sur tous les territoires de l’anthropologie. Glissements disciplinaires aussi, vers l’histoire surtout, également vers la psychologie ou l’éthologie. Autant de déplacements menés à contre-courant des spécialisations qu’aurait dictées la sagesse académique ou la discipline éditoriale. Ces trois décennies qu’on a pu voir comme des années de crise plus ou moins aiguë pour l’anthropologie, dans l’ombre des paradigmes déboulonnés,Terrain les a traversées sans se départir du désir de théoriser ses objets, de relier les terrains et les réflexions. » 

« Terrain qui disparaît, ce fut d’abord une rumeur à laquelle nul ne croyait vraiment. Une solution allait être trouvée. Puis on crut à un canular. (…) Face aux preuves, il faut donc se résigner à l’incroyable catastrophe (n° 54). Après un dernier éclat de rire (n° 61), l’évocation réconfortante de l’utilité des morts (n° 62), Terrain s’éteint en exigeant de ses derniers lecteurs un peu de nostalgie (n° 65). L’injonction n’était pas nécessaire. Fauchée à trente-deux ans en pleine gloire, la revue est un peu à l’édition anthropologique ce que Marilyn Monroe est au cinéma. Et l’on se console un peu de cette comparaison. » * in Terrain n°65.

Pour en savoir plus :
00_couv65seule-small260• Des articles
 :
« Glissements de Terrain », le conseil de rédaction et Dessins de Jean-Marc DumontTerrain n° 65, Nostalgie.
« Pourquoi la nostalgie ? » Olivia Angé et DavidBerlinerTerrain n°65, Nostalgie
« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se regrette. 
Photographies rétro et colorisation » GilBartholeyns, Terrain n°65, Nostalgie.
« Le goût d’autrefois. Pain au levain et attachements nostalgiques dans la société contemporaine » OliviaAngé, Terrain n°65, Nostalgie
« Un nom éternel qui jamais ne sera effacé. 
Nostalgie et langue chez les juifs d’Égypte en France » MichèleBaussant, Terrain n°65, Nostalgie
« Nostalgie cherche preneur. 
Les peintures d’Amatiwana Trumai »
 Sophie Moiroux et Emmanuel de Vienne, Terrain n°65, Nostalgie.
«
 
Nostalgies impérialiséesMémoires plurielles et contestations politiques en Angola du Nord » Ruy Llera Blanes et Abel Paxe, Terrain n°65, Nostalgie
«
 
La consolation des objets. Esthétique de la nostalgie dans l’oeuvre d’Orhan Pamuk », Patrizia Ciambelli et Claudine Vassas, Terrain n°65, Nostalgie.

Journée internationale de la musique

 » Au milieu des années 1960 naît un genre musical qui finira par être baptisé reggae. Il apparaît comme une création jamaïquaine moderne et urbaine, une invention de la jeunesse pauvre de la basse ville de Kingston. Il dit d’emblée, par sa seule émergence en tant que musique fondée sur une cellule rythmique inédite, l’existence sociale et la force de création d’un des groupes les plus dépréciés : les jeunes qui vivent dans ce qu’ils dénomment eux-mêmes le ghetto. Ils endurent de manière plus intense que leurs aînés le mépris du noir que l’esclavage et le colonialisme ont légué à la Jamaïque. Le reggae signifie le rejet de ce mépris, le refus de l’accepter plus longtemps : il montre que ces jeunes démunis peuvent créer et que leur création est suffisamment puissante pour être reconnue au-delà des mers ; dès lors, leurs musiciens porte-drapeau seront acceptés et reconnus en Jamaïque même. La musique charrie une émotion neuve où se fondent révolte et fierté : ce qui est noir ne peut plus être voué au mépris. »* Denis-Constant Martin in Terrain n°37. Dans des régions aussi différentes que la Jamaïque, le Cap-Vert, les Caraïbes, le Brésil ou le Zimbabwe, l’émergence d’un genre musical a permis de fédérer les communautés, de valoriser leur identité et de changer les rapports politiques et sociaux.

Pour en savoir plus :

• Un article :
*« « Chanter l’amour ». Musique, fierté et pouvoir » Denis-Constant Martin, Terrain n° 37, Musique et émotion (texte intégral).

Sites et Blogs :
Ethnographier les phénomènes sonores, le portail d’ethnomusicologie, blog reggae.

Chorégraphie contemporaine

« La pulsation propre à la chorégraphie contemporaine tend vers le scintillement du corps, vers une alternance de sa présence et de son absence. Il existe une propension de la danse actuelle à faire que le corps se dérobe au sens premier du terme qui veut dire « dépouiller ». En effet, le corps humain, dans de nombreuses pièces, est mis à nu physiquement, précisément il est dénudé en une sorte de strip-tease dramatique ou désopilant. Peut-être alors la chorégraphie, qui est devenue un art parfaitement hybride, est-elle aux limites de la pensée, avec la nudité ? Georges Bataille a eu cette formule frappante :  » Je pense comme une fille enlève sa robe. A l’extrémité de son mouvement, la pensée est l’impudeur, l’obscénité même ». Les mouvements extrêmes de la chorégraphie contemporaine frôlent véritablement l’érotisme, l’obscénité parfois, mais dans un déplacement qui relève de la parodie, de la violence ou de la radiographie de l’image. […] Cependant, le corps se dérobe aussi parce qu’il échappe aux catégories auxquelles on veut l’assigner. Il est continuellement fuyant dans les ruptures de symétrie particulières à la contemporanéité dansante, d’où les figures paradoxales de l’esquive, de l’échappée, de l’évitement, du dégagement, entre les corps. Cela n’empêche pas la mêlée à un autre moment. Tous les codes de la danse moderne sont comme détournés, détruits, ou présentés à la dérobée, c’est-à-dire de façon furtive, subrepticement. »* Alain Mons in Terrain n°35.

Pour en savoir plus :

téléchargement (1)• Des articles :
*« Le corps dérobé», Alain Mons, Terrain, n°35, Danser (texte intégral).
« La danse, le corps, l’inconscient », José Gil, Terrain, n°35, Danser (texte intégral).
« A propos de Café Müller. Une pièce de Pina Bausch», Claudine Vassas, Terrain, n°49, Toucher.

• Sites et Blogs :
Danse aujourd’hui, ladanse.com.

• A faire :
Paris quartier d’été Jusqu’au 8 août 2015, Paris danses en Seine jusqu’au 31 août 2015.

Les grands lecteurs

« « Comme le boulimique évite la devanture des pâtisseries, je me détourne de la vitrine des librairies […]. Très vite, je me fais l’impression d’une végétarienne perdue dans une charcuterie en gros, l’étalage de boustifaille livresque m’écœure ». Cette citation frappante renvoie aux métaphores culinaires et alimentaires qu’emploient nos grands lecteurs, tout aussi voraces et bibliophages, pour témoigner de leur appétit sans fin : « dévorer » un livre, se dire « boulimique »  ou connaître des « fringales de lectures » par exemple. Leurs expressions concourent à une vision du grand lecteur amateur de « bonne chair » écrite, gourmet et gourmand de mots. L’entretien avec Laurent explicite cette idée : « C’est comme quand on tombe sur un sac de bonbons Haribo : on sait que ce n’est pas bon, que c’est chimique, mais on ne peut plus quitter le paquet avant de l’avoir fi ni !J’en ai lu des bouquins sans vraie valeur littéraire, juste parce qu’une fois dedans, je ne pouvais plus m’en sortir, j’étais pris dedans. Les Agatha Christie, Nicole de Buron, tout cela fonctionne sur moi comme une fraise Tagada. » Ce témoignage invite à différentes réflexions. Cherchant à se déculpabiliser de lectures « sans vraie valeur littéraire », il recourt à l’image de la friandise pour atténuer l’illégitimité qu’il leur confère. Lorsqu’il commence une histoire, quelle que soit l’œuvre, il lit jusqu’au bout, qu’elle lui plaise ou non, même s’il juge que c’est de la paralittérature. Les besoins vitaux et le goût du plaisir, dont la satisfaction impérieuse doit être immédiate, sont fortement imbriqués dans l’esprit de notre public. D’un point de vue comportemental, on est dans la boulimie, qui consiste en un besoin irrésistible et pathologique de manger, un désir intense. La littérature apparaît donc concrètement comme une nourriture de l’esprit, lire et manger étant indissociables. Ils s’en sustentent pour arriver à satiété, aussi bien sur le plan spirituel que sur le plan émotionnel. » Bérénice Waty in Terrain n°53.

Pour en savoir plus :

téléchargement• Des articles :
*“Radioscopie de grands lecteurs”, Bérénice Waty, Terrain n°53, Voir la musique.« 
L’objet livre 
» Stephen Hugh-Jones et Hildegard Diemberger, Terrain 59L’objet livre.
« Quand le livre devient relique. Les textes tibétains entre culture bouddhique et transformations technologiques » , Hildegard Diemberger, Terrain 59L’objet livre. 
«  Les Agamas : des livres saints canoniques. Le rituel hindou entre transmission orale et textes sacrés »
, Chris Fuller, Terrain 59L’objet livre.
« Le livre comme trésor. Aura, prédation et secret des manuscrit savants du Sud marocain» , Romain Simenel, Terrain 59L’objet livre. 
« Le Coran et ses multiples formes (Casablanca, Maroc)*» 
, Anouk CohenTerrain 59L’objet livre. 
« L’objet livre à l’aube de l’époque moderne », 
Warren Boutcher, Terrain 59L’objet livre. 
« Quand le texte se fait matière. Une exploration des versions du manuscrit arabe »
, Christine Jungen, Terrain 59L’objet livre. 
« Le synthétique sacré. Réflexions sur les aspects matériels des textes juifs orthodoxes», 
Jeremy Stolow, Terrain 59L’objet livre.

• Sites et blog :
Le Centre National du Livre, l’Association pour l’autobiographieVivre et l’écrire, les réseaux sociaux du livre, le monde des lecteurs, le globe-lecteur.

• A faire :
Lire en short, la grande fête du livre pour la jeunesse du 17  au 31 juillet 2015

Théâtre et morale

«  » C’est un métier où des hommes et des femmes représentent des passions de haine, de colère, d’ambition, de vengeance et principalement d’amour. Il faut qu’ils les expriment les plus naturellement et le plus vivement qu’il leur est possible ; et il ne le sauroient faire s’ils ne les excitent en quelque sorte en eux-même » » (Pierre Nicole, Essai de morale, 1667).

À la fin du XVIIe siècle, un vaste débat anime la France sur le danger moral des passions théâtrales. «  » Ce ne sont pas des traits morts et des couleurs sèches qui agissent, mais des personnages vivants, des vrais yeux, des vraies larmes dans les acteurs qui en attirent d’aussi véritables dans ceux qui regardent » (Jacques-Bénigne Bossuet, 1694). La sympathie unit les hommes dans les passions : le spectacle des rires ou des pleurs excite l’envie de rire ou de pleurer. La contagion des affects s’explique par un mécanisme de nature physiologique : « La nature nous a liez ensemble. Ainsi nous ressentons les mouvements que nous apercevons dans les autres » » (Bernard Lamy, Nouvelles réflexions sur l’art poétique, 1678) cité Cecilia Gallotti in Terrain n° 22*

La querelle sur la moralité du théâtre soulève plusieurs questions : d’où vient que le spectacle de la douleur soit au théâtre source de plaisir, et comment se fait-il que nous puissions éprouver de la compassion pour des êtres imaginaires ? Le théâtre n’était-il pas une école de mensonge par opposition à un art oratoire au service de la vérité ? Comment en fonder l’évidence afin de concilier la rhétorique des passions avec les vérités de la morale et de la raison ?

Pour en savoir plus :

téléchargement (2)Un article :
« Le voile d’honnêteté et la contagion des passions. La querelle sur la moralité du théâtre au XVIIe siècle », Cecilia Gallotti, Terrain n° 22, Les émotions (texte intégral).

Sites et blog :
sur Nicole et Bossuet
.

• A faire :
Le festival d’Avignon jusqu’au 25 juillet 2015.

Paradis à vendre

« Pensez-vous que Tahiti soit un paradis ?
Qu’est-ce qui fait le charme de Tahiti ? »
Que proposez-vous pour assurer aux populations tahitiennes un avenir adapté au caractère de l’île et aux exigences de la vie moderne ? »
Ces questions, posées en 1963 par un hebdomadaire polynésien  à des touristes européens, font ressortir l’évidence des présupposés colonialistes.
Le développement du tourisme de masse en Polynésie-Française au début des années 1960 exploita pleinement les qualités légendaires de Tahiti. Les autorités coloniales et l’élite métisse promirent aux touristes une expérience collant à l’image floue mais attrayante d’un paradis terrestre, et comprenant l’accès à un artisanat et à des spectacles « traditionnels ». Après plus d’un siècle de contact européen et d’administration française, une telle offre exigeait des habitants du cru qu’ils s’engagent dans une sorte d’auto-imitation en transformant leurs traditions en show touristique !» Daniel J. Sherman in Terrain n° 44.

Pour en savoir plus :

220px-Tahiti_and_Moorea_topographic_map.svg• Des articles : 
« Paradis à vendre : tourisme et imitation en Polynésie-Française (1958-1971) », Daniel J. Sherman, Terrain n° 44,  Imitation et Anthropologie (texte intégral).  
« Modernité, corps et transformation de soi. Les salons de coiffure aux îles Tonga [Polynésie occidentale) »
, Niko Besnier,  Terrain n° 61, Les morts utiles
« Perdre l’esprit du lieu. Les politiques de l’Unesco à Luang Prabang (rdp Lao) »
, David Berliner, Terrain n° 55, Transmettre
« Des faux authentiques. Tourisme versus pèlerinage »
, David Brown, Terrain n° 33, Authentique ? (texte intégral).

• Sites et Blogs : 
L’organisation mondiale du tourisme, l’office du tourisme de Tahiti.

Vade retro virus

Les virus pourraient-ils participer à une possible redéfinition de la frontière inférieure de la vie, en tant que vie minimale ? À l’heure du triomphe de la viralité dans la cyberculture contemporaine, devrait-on considérer les virus comme les premières formes d’entités convergentes, c’est-à-dire existant par-delà la division du monde en deux phases distinctes et incompatibles, numérique et analogique ? En considérant les virus comme des agents fondamentaux de l’évolution du vivant, peut-être est-il temps de dépasser une conception purement négative de ces formes de vie, jusqu’à il y a peu uniquement regardées en tant que parasites ou agents infectieux.
 » À l’opposé d’une critique de la viralité sempiternellement fondée sur une conception maintenant périmée de la contagion d’être individuels supposés « sains » par des agents infectieux tout aussi individualisés, il s’agit maintenant d’en appeler à une perspective écologique où l’individu, qu’il soit humain ou virus, est une fiction. À l’heure où les codes commencent à converger et à s’entre-capturer par-delà le seuil qui séparait encore hier les modalités analogique et numérique du monde, il faut en appeler à des symbioses généralisées, même si une bonne partie d’entre elles s’avéreront probablement agressives. Pour ceux et celles qui survivront à ces infections symbiotiques, comme le prévoyait William Burroughs, le virus n’apparaîtrait plus comme un virus, indétectable, il deviendrait, bénin, le moteur transductif de l’évolution de leur code. Room for one more inside, Sir. « * Thierry Bardini in Terrain n°64.

Pour en savoir plus :

T64_couv_HDDes articles :
* « Virus », Nicolas Auray et Frédéric KeckTerrain n°64, Virus.
« Dr Popp et la disquette Sida », Antonio A. Casilli, Terrain n°64, Virus.
« L’invisible et le clandestin  », Nicolas Auray, Terrain n°64, Virus.
« L’alarme d’Antigone », Frédéric Keck, Terrain n°64, Virus.
« Bricoler le vivant dans des garages », Morgan MeyerTerrain n°64, Virus.
« Réimaginer des communautés ? », Charlotte Brives et Frédéric Le Marcis, Terrain n°64, Virus.
« Vade retro virus », Thierry Bardini, Terrain n°64, Virus.
« D’un mirage, l’autre », Jean-Pierre Piniès, Terrain n°64, Virus.
« La muse de l’anthropologie américaine », Amalia Dragani, Terrain n°64, Virus.
« Traverser sur un fil », Charlotte Pescayre, Terrain n°64, Virus.

• Site et Blogs :
Virus informatique, virus biologique.

Peur et menaces

S’il est une chose universellement partagée, c’est bien le sentiment de peur. Peur de soi, des autres, de la mort, de la douleur, des banlieues, des machines, du chômage, du changement climatique, de la crise, de l’avion, des attentats… Peurs à l’échelle intime ou planétaire… Les raisons et les manières d’avoir peur sont infinies et diffèrent selon les cultures. Les moyens de conjurer la peur aussi…
Générer la peur peut-être un moyen de contrôle extrêmement puissant… Anticiper le danger et lutter contre la peur, un moyen de survie extrêmement efficace.

Pour en savoir plus :

imgres-1• Articles :
« Ethnographier la peur » Monique Jeudy-Ballini et Claudie Voisenat, Terrain n°43, Peur et Menaces (texte intégral).
« Techniques de la menace », Élisabeth Claverie, Terrain n°43, Peur et Menaces (texte intégral).
« Des mots pour faire peur. Lettres de menace à Paris en 1892 », Philippe Artières, Terrain n°43, Peur et Menaces (texte intégral).

• Sites et blogs : 
Charlie Hebdo

Des Tsiganes en Europe

C’est le 8 avril 1971, que les Roms, qui représentent la première minorité de l’Union européenne, choisissaient, malgré une situation encore difficile, les symboles de leur communauté ainsi que leur drapeau et leur hymne. Le terme Tsigane est une appellation générique qui regroupe en réalité une multiplicité de communautés : Slovensko Roma, Rom Lovara, Sinti Piémontais, Gadjkene Manus, Rom Gabori, Yénishes, Gitanos de San Miguel, Gitanes Catalans, Rom Kalderas, Tinkers, Voyageurs, Travellers, Gitanos Canasteros, Xoraxane Roma, Rom Curara, Calon, Sinte Estraixaria, etc etc.
Cependant, au-delà de leur diversité, un certain nombre de traits communs apparaissent : l’immersion dans un territoire qui n’est pas le leur, la dispersion au milieu d’autres populations et l’illégitimité de leur présence.
Ainsi les différentes communautés tsiganes ont toutes à affronter la même épreuve : comment assurer une (relative) autonomie, une (relative) cohésion et une capacité de perpétuation dans cette situation ? En un mot, comment rester ce qu’ils sont ? À cette unique question, chaque groupe apporte une réponse qui lui est propre.

Pour en savoir plus :

• Des livres :
Des Tsiganes en Europe. Sous la direction de Patrick Williams.
« Nous, on n’en parle pas. » Les vivants et les morts chez les Manouches , de Patrick Williams.

• Des articles :
« Une catastrophe invisible. La Shoah des Tziganes », Michael Stewart, Terrain, n° 54, Catastrophes.
« Satan, agent musical. Le pouvoir ambivalent de la musique chez les Tsiganes évangéliques de la péninsule Ibérique », Terrain, n°50, Le diable.
« Quand les yeux servent de langue. Regards gitans, actions payas en semaine sainte (Andalousie) », Caterina Pasqualino. Terrain, n°30, Le regard (texte intégral).
« La passion de l’argent », Michael Stewart, Terrain, n° 23,  Les usages de l’argent (texte intégral).
« Mauvaises morts, prêtres impurs et pouvoir récupérateur du chant », Michael Stewart, Terrain, n°20, La mort (texte intégral).
« Un peuple sans patrie », Michael Stewart, Terrain, n° 17, En Europe, les nations (texte intégral).
« Les ‘compagnons du buisson’ . Le hérisson au pays des Tsiganes » , Alain Reyniers, Terrain, n° 10, Des hommes et des bêtes (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Un excellent site internet, Urba-Rom, qui regroupe une centaine de chercheurs européens et vise en particulier à assurer une veille scientifique sur les questions liées aux politiques en direction des groupes dits « Roms-Tsiganes ». Le site de la revue Études Tsiganes.

L’Allemagne reconnaît un troisième sexe

En Allemagne, depuis le 1er novembre 2013, il n’est plus obligatoire d’indiquer le sexe de l’enfant à sa naissance. L’Allemagne devient ainsi le premier pays européen à reconnaître l’existence d’un troisième sexe. Certains enfants intersexuels (1 sur 500) naissent sans organes génitaux clairement définis et subissent des interventions ou des traitements hormonaux pour les intégrer dans l’une des deux catégories.
« L’existence d’un troisième sexe, c’est la thèse défendue par Bernard Saladin d’Anglure à partir de ses travaux initiés chez les Inuit dans les années 60. Chez ces derniers, certains enfants recevant le nom d’ancêtres du sexe opposé sont « travestis » jusqu’à leur puberté. D’autres, selon les accoucheuses ont la capacité de changer de sexe en naissant, appelés sipiniit (de sipi, « se fendre »). Il s’agit de garçons, le plus souvent, qui se transforment en filles.[…] Mais il arrive aussi qu’au sein d’une famille, pour ses besoins, un garçon soit socialisé en fille et, inversement, qu’une fille soit habillée et éduquée comme un garçon, initiée au tâches masculines et à la chasse jusqu’à sa puberté. On y célèbre les premières règles comme si elle avait tué son premier gros gibier, mais à partir de ce moment, elle doit se coiffer, s’habiller et se comporter « en fille ». Même butoir biologique pour le garçon, qui doit, à l’entrée dans la puberté, couper ses tresses et adopter des vêtements masculins. »*
Et dans notre société, quelle est la place des personnes du troisième sexe ? Comment définissent-ils leur identité ? Comment sont-ils perçus ? Et quel sera l’impact de cette nouvelle loi sur les mentalités ?

Pour en savoir plus :

Hermaphroditus,-Lady-Lever-Art-Gallery•Des articles :
*« Accords et désaccords »
, Claudine Vassas, Terrain, n°42, Homme/Femme (texte intégral).
« D’un genre à l’autre. Identité refusée, identité abandonnée »Sébastien Sengenès, Terrain, n°42, Homme/Femme (texte intégral). 
« Constituer des hommes et des femmes : la procédure de transsexualisation »
, Laurence Hérault, Terrain, n°42, Homme/Femme (texte intégral).

•Sites et Blogs :
ArteTV, l’affaire Norrie May-Welby  en Australie, organisation internationale des intersexes, genres pluriels, androgynous mythology (site en anglais).

Pourquoi est-il si grave de mentir ?

« Je m’aperçois bientôt ainsi que si je peux bien vouloir le mensonge, je ne peux en aucune manière vouloir une loi universelle qui commanderait de mentir ; en effet, selon une telle loi, il n’y aurait plus à proprement parler de promesse, car il serait vain de déclarer ma volonté concernant mes actions futures à d’autres hommes qui ne croiraient point à cette déclaration ou qui, si ils y ajoutaient foi étourdiment me paieraient exactement de la même monnaie : de telle sorte que ma maxime, du moment qu’elle serait érigée en loi universelle se détruirait elle-même nécessairement. » Fondements de la métaphysique des moeurs, Emmanuel Kant.
Pour Kant mentir, même en vue des fins les plus nobles, est une faute morale intolérable. Qu’en est-il de l’ami que l’on ne dénonce pas ? Du patient auquel on épargne un diagnostic létal ? De l’enfant auquel on ne dit pas la vérité sur le père Noël ?

Pour en savoir plus :

La Bocca della Verità

Un article :
*« Pourquoi est-il si grave de mentir ? » , Gloria Origgi, Terrain n°57, Mentir.

Blogs et Sites :
Le blog philosophia, Kant on the web.