Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se regrette

« Non seulement le passé demande à être recherché, mais il demande encore à être complété. » Jankélévitch, 1974
« Consultons par milliers les photographies que le mot « nostalgia » ou « nostalgie » fait émerger de la masse vertigineuse d’images partagées sur des sites internet planétaires tels que Flickr. On y voit de tout, rien de particulier ne ressort, sauf peut-être une tendance au flou, aux tons pastels et au sujet solitaire (un arbre perdu au milieu du paysage, une silhouette qui marche sur une plage en hiver). Recommençons la même opération en ajoutant le nom d’une des nombreuses applications pour smartphone, Hipstamatic et Instagram en tête, qui proposent toutes sortes de filtres rétro imitant la photographie argentique amateur des années 1960-1980. Des milliers de clichés apparaissent à nouveau. Mais cette fois, deux registres d’images s’imposent : des images d’objets et des images de lieux ; plus précisément des objets du passé et des moments-paysages (à côté du portrait qui est une constante). Ce résultat montre assez bien ce que je voudrais explorer ici : ce type de photographie sert à fixer l’émotion nostalgique ressentie devant les choses, et les usagers donnent à cette forme esthétique le rôle de la provoquer visuellement. Ce qui est pris en photo et la texture ou le format sont rendus indissociables. Il n’y a plus d’un côté le sujet, qui se donne en toute transparence, et de l’autre un médium qui excelle à se faire oublier. Le réel ne peut pas être extrait de sa formulation visuelle. Ce qui a pour conséquence que l’image devient l’apparence d’une intériorité et l’acte photographique un moyen d’expression. » * Gil Bartholeyns in Terrain n°65,

Pour en savoir plus :
00_couv65seule-small260• Des articles
 :
« Pourquoi la nostalgie ? » Olivia Angé et DavidBerlinerTerrain n°65, Nostalgie
« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se regrette. 
Photographies rétro et colorisation » Gil Bartholeyns, Terrain n°65, Nostalgie.
• Sites et blogs
 :
tracephotographs, medium colorisation, reddit colorisation,

Qu’est ce que la photographie ?

« Dès son origine, la photographie s’est vu confier, ou s’est fixé elle-même comme fin deux missions, en bonne part distinctes. D’une part, elle entendait se faire un véritable miroir intangible du réel, au-delà de toute invention, de l’autre, assez tôt ou parallèlement selon les points de vue et les acteurs, elle prétendait se ranger parmi les arts en affichant des visées esthétiques. De Prosper Mérimée, effrayé par la médiocrité des daguerréotypies à rendre compte de la majesté des monuments historiques, à Charles Baudelaire, méprisant pour ces pâles copies qui ne sauraient jamais rivaliser avec les toiles des maîtres, nous savons l’accueil qui fut aussitôt réservé à ces prétentions. De la même manière, nous sommes conscients que cette tension n’a pas cessé, qu’elle traverse l’histoire de la photographie ou mieux qu’elle en est l’essence même et que tous, des plus « grands », des mieux reconnus, aux amateurs du dimanche, jouent, peu ou prou, dans la même cour, avec plus ou moins de bonheur.
Parler dès lors de « photo ethnographique » pourrait paraître redondant. De Diane Arbus à Henri Cartier-Bresson en passant par Robert Franck, Robert Doisneau et les autres, tous n’ont-ils pas entrepris, à leur manière, avec plus ou moins d’intensité, dans un projet plus ou moins pensé, de rendre compte du réel, de discerner, plus loin que l’apparence, la vérité sociale de leur objet ? Il est maintenant connu et su de tous que, en ce domaine, les productions les plus illustres ne sont pas forcément le fait du hasard, du coup de génie qui capte miraculeusement le merveilleux éphémère. Certaines sont le fruit d’installations, pour reprendre un terme de la dernière modernité, de compositions longuement réfléchies, de mises en scène, quand la prise de vue « immortelle » n’est pas la conséquence de multiples essais préalables. Pour autant cette réalité imaginaire ne devient-elle pas plus puissante que ce dont elle aurait pu se faire le simple reflet ? De la même façon, comment nier la dimension esthétique des photographies de Walker Evans ou de Sebastião Salgado ? Peut-on seulement imaginer faire fi de l’empathie nécessaire entre acteur et sujet ? Ne mesure-t-on pas ce qu’a de convenu et d’artificiel la sacro-sainte distance que le photographe doit prendre avec l’objet de sa prise de vue ? » *Jean-Pierre Piniès in Terrain n° 64.

Pour en savoir plus :

canvasDes articles :
« D’un mirage, l’autre »,  Jean-Pierre PinièsTerrain n°64, Virus.
« Les apparences de la vérité ou les rêves d’objectivité du portrait photographique»
, Sylvain Maresca, Terrain n°30, Le regard (texte intégral).
« L’œil de l’esprit », William A. Christian Jr, Terrain n°30, Le regard (texte intégral).
« Photographier la catastrophe »,
Abigail Solomon-Godeau, Terrain n°54, Catastrophes.

Sites et Blogs :
Sylvie Goussopoulos, Apprendre la photo, les 20 meilleurs blogs photo selon LIFE.

A faire :
Qu’est ce que la photographie ?, Centre Pompidou jusqu’au 1er juin 2015, entrée libre.

La boîte aux ancêtres

« Les 16 et 17 juin 1875, le procès qui se tient devant la 7e chambre du tribunal correctionnel de Paris attire une foule considérable. Un photographe, le directeur de la Revue spirite et un jeune Américain identifié comme « médium » sont poursuivis pour escroquerie et complicité d’escroquerie. Tout au long des deux journées d’audience, où comparaissent plus de cinquante témoins, il sera question de spectres et d’esprits, d’illusions ou de réalité surnaturelle, de manœuvres frauduleuses ou de ressemblance véritable. « Procès comme on n’en avait pas vu depuis bien longtemps », déclare la Gazette des tribunaux qui, fait exceptionnel, rend compte, au jour le jour, de l’audience et dont les commentaires sont repris par les grands quotidiens. Deux mois auparavant, trois clients se sont présentés chez le photographe : l’un d’eux souhaiterait obtenir le portrait de son père défunt. La demande ne surprend pas le photographe, qui l’invite à monter sur la terrasse de l’atelier, pour poser en lumière naturelle. Mais la séance est brutalement interrompue par l’un des accompagnateurs qui ordonne l’examen de la plaque de verre que l’opérateur vient d’installer dans le châssis. Les clients s’avèrent être des inspecteurs de police. La plaque est développée : elle porte déjà deux images impressionnées. Les policiers perquisitionnent le studio, découvrent un second laboratoire caché à la clientèle, interrogent les employés et concluent au flagrant délit. (…)
Pourquoi les spirites s’intéressent-ils tant à la photographie ? Qu’attendent d’elle les fondateurs d’une « religion scientifique » qui introduit, au milieu du siècle dernier, une nouvelle cosmologie, une redéfinition de la personne et du destin post mortem, de nouvelles formes rituelles de communication avec l’au-delà ? » Giordana Charuty in Terrain n°33.

Pour en savoir plus :

WEB_MG_4438bDes articles :
« La « boîte aux ancêtres », Giordana Charuty, Terrain n°33 – Authentique ? 
« Photographier la catastrophe »,
Abigail Solomon-Godeau, Terrain n°54, Catastrophes.
« Les apparences de la vérité ou les rêves d’objectivité du portrait photographique», Sylvain Maresca, Terrain, n°30, Le regard (texte intégral).
« L’œil de l’esprit »
, William A. Christian Jr, Terrain n°30, Le regard (texte intégral).

Sites et Blogs : 
Apprendre la photo, les 20 meilleurs blogs photo selon LIFE, le spiritisme

• A faire :
Mémoire des thermes, une approche ethno-photographique, du 2 mars au 12 décembre 2015  à Balaruc-les-Bains.

Photographier la catastrophe

«  Fiat ars, pereat mundus*, tel est le mot d’ordre du fascisme qui, de l’aveu même de Marinetti, attend de la guerre la satisfaction d’une perception sensible modifiée par la technique. L’art pour l’art semble trouver là son accomplissement. Au temps d’Homère, l’humanité s’offrait en spectacle aux dieux de l’Olympe : c’est à elle-même, aujourd’hui, qu’elle s’offre en spectacle. Elle s’est suffisamment aliénée à elle-même pour être capable de vivre sa propre destruction comme une jouissance esthétique de tout premier ordre. »* Walter Benjamin, 1939 quoted in Terrain n°54.

* Fiat ars, pereat mundus : « Que l’art s’effectue, même si le monde doit périr. » Détournement d’un adage latin: Fiat justicia, pereat mundus

Pour en savoir plus :

Le corps d'un soldat allemand tué par les partisans, Italie. Paolo Ventura, courtesy Forma Centro Internazionale di Fotografia, Milan

Le corps d’un soldat allemand tué par les partisans, Italie. Paolo Ventura, courtesy Forma Centro Internazionale di Fotografia, Milan

Un article :
*
« Photographier la catastrophe », Abigail Solomon-Godeau, Terrain n°54, Catastrophes.

• Sites et Blogs :
Mali, Congo, comment photographier un conflit ?
, Photographs from the front line, le site de Joe Penney, photojournaliste au Mali.

• A voir :
L’histoire de la valise mexicaine de Robert Capa.

Novembre, le mois de la photo

Je marchais toute la journée l’esprit tendu, cherchant dans les rues à prendre sur le vif des photographies comme des flagrants délits. Cartier-Bresson, 1952.

Je me tiens assez près du sujet pour le toucher, et il n’y a rien entre nous – sauf ce qui se passe pendant que nous nous observons l’un l’autre. Cet échange comporte des manipulations, des soumissions. Ce sont des relations qu’on ne pourrait se permettre dans la vie quotidienne. Nous nourrissons pour l’image des ambitions différentes. Le besoin que le sujet a de plaider sa cause est sans doute aussi profond que mon besoin de plaider la mienne, mais c’est moi qui suis aux commandes.[…] Ces disciplines, ces stratégies, ce théâtre muet cherchent à créer une illusion : à savoir que tout ce qui est incorporé dans la photo est simplement arrivé ; que la personne dans le portrait était toujours là, qu’on ne lui a jamais dit de se tenir à cette place, qu’on ne l’a jamais pousser à cacher ses mains et qu’en fin de compte, elle n’était même pas en présence du photographe. Richard Avedon, 1986.

Cette année, le Mois de la Photo s’articule autour de la collection de la Maison Européenne de la Photographie. « Paris collectionne » est ainsi l’occasion de donner à voir quelques fragments de la richesse des collections photographiques parisiennes. Un dialogue se met en place entre les différentes collections, publiques ou privées. L’occasion de découvrir les artistes émergents et de redécouvrir les grands noms de la photographie.

A ses débuts, la photographie était destinée à un enregistrement objectif de la réalité. Peu à peu, les pratiques photographiques se sont modifiées et l’objectif a dérivé : surperposition, colorisation, collage, nu, trucages, mise en scène… Avec l’avènement du numérique une photographie peut être retravaillée à l’infini. Mais une photo ne nous en dit-elle pas autant sur celui qui regarde que sur ce qui est regardé ?

Pour en savoir plus :

Affiche réalisée par Vik Muniz

Des articles :
« Photographier la catastrophe », Abigail Solomon-Godeau, Terrain n°54, Catastrophes.
« La « boîte aux ancêtres »
, Giordana Charuty, Terrain n°33 – Authentique ?
« Les apparences de la vérité ou les rêves d’objectivité du portrait photographique», Sylvain Maresca, Terrain, n°30, Le regard (texte intégral).
« L’œil de l’esprit », William A. Christian Jr, Terrain n°30, Le regard (texte intégral).

Sites et Blogs :
Tout le programme du mois de la photo, Paris-photo, le mois de la photo-off.