La shoah des tsiganes

Moi je ne peux pas croire que je suis encore en vie. Ma survie a été une punition. J’ai demandé à Dieu, encore et encore : « Pourquoi ai-je été épargnée, moi seule ? » Ils ont détruit toute notre vie : l’amour, les familles, la cohésion. Nous n’avons plus de familles. Tout est en lambeaux. Ils ont tout pris. Les gens se faisaient confiance, ils étaient ouverts, chaleureux… Tout ça est détruit. Je ne crois même plus en moi-même. Ce qu’ils ont détruit, c’est la foi qu’on avait les uns dans les autres, et tous les sentiments qui la font vivre. (Maria R., stérilisée en 1944, interviewée à Hambourg en 1989.)

« Entre 1939 et 1945, dans tous les pays dominés par les nazis, dans chaque ville, dans chaque village, dans chaque camp de concentration, les Tziganes, comme les juifs, furent persécutés à cause de leurs origines. À la fin de la guerre, les deux tiers des 3 000 Tziganes allemands, une proportion plus importante encore des Tziganes autrichiens, tchèques et croates, et des dizaines de milliers d’autres, étaient morts. En Allemagne, ceux qui survécurent avaient pour beaucoup été stérilisés, d’autres étaient restés mutilés par le travail forcé. Il est encore très difficile de chiffrer précisément le total des morts, mais il semble que 130 000 Tziganes au moins, peut-être beaucoup plus, furent tués directement par la politique raciale de l’État allemand et de ses alliés directs, en particulier l’Italie, la Croatie et la Roumanie. […] Et pourtant, l’extermination massive et la stérilisation des Sinti (Tziganes allemands), des Roms et des Tziganes est peut-être un cas d’école de catastrophe moderne niée et tombée dans l’oubli général. » Michael Stewart in Terrain, n° 54.

 

Pour en savoir plus :

Examen d'anthropologie raciale : contrôle de la couleur des yeux pratiqué sur une jeune fille tsigane, 1936-1940 (photo Bundesarchiv)

Examen d’anthropologie raciale : contrôle de la couleur des yeux pratiqué sur une jeune fille tsigane, 1936-1940 (photo Bundesarchiv)

• Des articles :
*« Une catastrophe invisible. La Shoah des Tsiganes », Michael Stewart, Terrain, n° 54, Catastrophes.
« Obstacle aux recherches sur les camps de la mort. Une pensée scientifique prise entre l’insignifiance et l’offense »
, Patrick Bruneteaux, Terrain, n° 42.
Homme/Femme.

• Sites et blogs :
La fondation pour la mémoire de la ShoahGroupe d’action internationale sur la Shoah, Mémoire locale et Seconde Guerre mondiale, INA – Mémoires de la Shoah, Urba-Rom, Études Tsiganes, Encyclopédie multimedia de la Shoah.

A faire :
Le Mémorial de la Shoah, Musée d’Auschwitz-Birkenau

Des Tsiganes en Europe

C’est le 8 avril 1971, que les Roms, qui représentent la première minorité de l’Union européenne, choisissaient, malgré une situation encore difficile, les symboles de leur communauté ainsi que leur drapeau et leur hymne. Le terme Tsigane est une appellation générique qui regroupe en réalité une multiplicité de communautés : Slovensko Roma, Rom Lovara, Sinti Piémontais, Gadjkene Manus, Rom Gabori, Yénishes, Gitanos de San Miguel, Gitanes Catalans, Rom Kalderas, Tinkers, Voyageurs, Travellers, Gitanos Canasteros, Xoraxane Roma, Rom Curara, Calon, Sinte Estraixaria, etc etc.
Cependant, au-delà de leur diversité, un certain nombre de traits communs apparaissent : l’immersion dans un territoire qui n’est pas le leur, la dispersion au milieu d’autres populations et l’illégitimité de leur présence.
Ainsi les différentes communautés tsiganes ont toutes à affronter la même épreuve : comment assurer une (relative) autonomie, une (relative) cohésion et une capacité de perpétuation dans cette situation ? En un mot, comment rester ce qu’ils sont ? À cette unique question, chaque groupe apporte une réponse qui lui est propre.

Pour en savoir plus :

• Des livres :
Des Tsiganes en Europe. Sous la direction de Patrick Williams.
« Nous, on n’en parle pas. » Les vivants et les morts chez les Manouches , de Patrick Williams.

• Des articles :
« Une catastrophe invisible. La Shoah des Tziganes », Michael Stewart, Terrain, n° 54, Catastrophes.
« Satan, agent musical. Le pouvoir ambivalent de la musique chez les Tsiganes évangéliques de la péninsule Ibérique », Terrain, n°50, Le diable.
« Quand les yeux servent de langue. Regards gitans, actions payas en semaine sainte (Andalousie) », Caterina Pasqualino. Terrain, n°30, Le regard (texte intégral).
« La passion de l’argent », Michael Stewart, Terrain, n° 23,  Les usages de l’argent (texte intégral).
« Mauvaises morts, prêtres impurs et pouvoir récupérateur du chant », Michael Stewart, Terrain, n°20, La mort (texte intégral).
« Un peuple sans patrie », Michael Stewart, Terrain, n° 17, En Europe, les nations (texte intégral).
« Les ‘compagnons du buisson’ . Le hérisson au pays des Tsiganes » , Alain Reyniers, Terrain, n° 10, Des hommes et des bêtes (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Un excellent site internet, Urba-Rom, qui regroupe une centaine de chercheurs européens et vise en particulier à assurer une veille scientifique sur les questions liées aux politiques en direction des groupes dits « Roms-Tsiganes ». Le site de la revue Études Tsiganes.

8 avril : Journée internationale des Roms

« La détermination obstinée à rester « grec » ou « allemand » nous semble compréhensible parce que ces peuples sont originaires d’un territoire et désirent y retourner. Rien ne nous semble plus naturel. Tel n’est pas le cas des Tsiganes, peuple nomade, qui n’a ni patrie dont rêver, ni terre d’origine à revendiquer. Les divers noms par lesquels on les désigne nous le confirme : en France, on les a d’abord appelé « Bohémiens », bien qu’ils fussent fort peu représentatifs des populations slaves de la Bohême historique ; en Angleterre le nom « Gypsy » désignait à l’origine une personne venue d’Egypte, quoiqu’on ait peu à peu décidé qu’ils avaient probablement émigré d’Inde – des Egyptiens venus des Indes, peut-être ? Ailleurs en Europe, ils sont connus sous le nom de « Tsiganes » ou sous quelque terme analogue (« Zigeuner », « Cigany »…) qui désignent les descendants nominaux d’une obscure secte mystique médiévale. Les noms donnés aux autres peuples peuvent également varier, mais chaque peuple entretient son mythe d’une origine propre. Pas les Tsiganes, qui semblent pourtant imperturbables face à cette incertitude.
Les Tsiganes d’Europe ne se considèrent pas comme une diaspora subissant une vie d’exilés jusqu’au moment béni où ils pourraient regagner leur terre natale. Ils sont sans patrie et tout à fait heureux ainsi. Mais en paraissant si insouciants d’être sans terre, ils se placent hors du champ de notre compréhension. Il nous semble que, sans une patrie, fut-elle imaginaire, préserver son identité est une tâche digne de Sisyphe. » Michael Stewart in Des Tsiganes en Europe.
Comment assurer une (relative) autonomie, une (relative) cohésion et une capacité de perpétuation dans cette situation ? Comment conjuguer fidélité à soi-même et adaptation ? Comment survivre face à des situations économiques, sociales et politiques souvent hostiles ? En un mot, comment rester ce qu’ils sont ? À cette unique question, chaque groupe apporte une réponse qui lui est propre.

Pour en savoir plus :

roms• Des livres :
Des Tsiganes en Europe. Sous la direction de Michael Stewart & Patrick Williams.
« Nous, on n’en parle pas. » Les vivants et les morts chez les Manouches , de Patrick Williams.

• Des articles :
« Une catastrophe invisible. La Shoah des Tziganes », Michael Stewart, Terrain, n° 54, Catastrophes.
« Satan, agent musical. Le pouvoir ambivalent de la musique chez les Tsiganes évangéliques de la péninsule Ibérique », Terrain, n°50, Le diable.
« Quand les yeux servent de langue. Regards gitans, actions payas en semaine sainte (Andalousie) », Caterina Pasqualino. Terrain, n°30, Le regard (texte intégral).
« La passion de l’argent », Michael Stewart, Terrain, n° 23,  Les usages de l’argent (texte intégral).
« Mauvaises morts, prêtres impurs et pouvoir récupérateur du chant », Michael Stewart, Terrain, n°20, La mort (texte intégral).
« Un peuple sans patrie », Michael Stewart, Terrain, n° 17, En Europe, les nations (texte intégral).
« Les ‘compagnons du buisson’ . Le hérisson au pays des Tsiganes » , Alain Reyniers, Terrain, n° 10, Des hommes et des bêtes (texte intégral).

• Sites et Blogs :
La FNASAT, Urba-Rom, la revue Études Tsiganes, Roms et gens du voyage : le site du conseil de l’Europe.

Pourquoi les Tsiganes aiment les hérissons

Le hérisson occupe une place prépondérante dans la culture tsigane. Il est même reconnu comme un symbole. D’où provient l’engouement culinaire des Tsiganes pour cet animal ?
« On mange du cochon, et le cochon mange tout ; tandis que le hérisson, c’est une viande saine parce qu’il est propre. Si nous mangeons des poulets, pourquoi ne mangerions-nous pas des hérissons ? Les poulets sont malpropres parce qu’ils mangent tout ce qu’ils peuvent trouver. »*
Les Tsiganes se soumettent à une série d’interdits, notamment sur le plan alimentaire, par souci d’hygiène et pour des motivations d’ordre symbolique. Ces interdits reposent sur une distinction entre l’extérieur et l’intérieur du corps social autant que du corps physique et sur une interprétation de la sexualité . En substance, il faut éviter d’ingérer des aliments contaminés par la souillure des Gadjé, par les sécrétions externes du corps humain (tels les cheveux et les pellicules), par l’impureté cyclique et temporaire de la femme, par le comportement de certains animaux (notamment sur le plan de la toilette et des pratiques alimentaires). Ainsi, grâce à ses piquants qui le protègent de la saleté extérieure, le hérisson est propre et il aurait même des vertus thérapeutiques. Par son mode de vie et sa psychologie, le hérisson serait donc un peu le Tsigane du règne animal…

Pour en savoir plus :

Hérisson oriental

• Des livres :
Des Tsiganes en Europe. Sous la direction de Patrick Williams.
« Nous, on n’en parle pas. » Les vivants et les morts chez les Manouches , de Patrick Williams.

• Des articles :
* « Les ‘compagnons du buisson’. Le hérisson au pays des Tsiganes » , Alain Reyniers, Terrain, n° 10, Des hommes et des bêtes (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Urba-Rom, la revue Études Tsiganes.

Journée internationale des Roms le 8 avril

En 1993, la « Recommandation 1203 relative aux Tsiganes en Europe » du Conseil de l’Europe déclare : « En tant que minorité dépourvue de territoire, les Tsiganes contribuent dans une large mesure à la diversité culturelle de l’Europe, et cela à plusieurs égards, que ce soit par la langue et la musique ou par leurs activités artisanales ».
Les tentatives pour valoriser la culture des Tsiganes, afin de mieux protéger ceux-ci des nombreuses discriminations dont ils sont souvent victimes, se heurtent au fait qu’un tel patrimoine culturel est très difficile à identifier.
« Toute personne qui connaît les communautés manouches sait qu’une caravane est fragile, périssable, et qu’à la mort de son habitant, elle est détruite. Plus d’un riverain a eu l’occasion de voir, notamment lorsque l’aire d’accueil des Gens du voyage est située directement dans son quartier, ce spectacle très impressionnant d’une caravane qui brûle, avec tous les biens à l’intérieur : rien ne doit rester du passage sur terre du défunt, c’est là un trait culturel manouche (Williams 1993). C’est peu dire que les Manouches ne s’inscrivent pas dans une transmission d’un patrimoine mobilier. En brûlant volontairement tout ce qui serait susceptible de devenir patrimoine, ils transgressent violemment l’habitus français relatif à l’héritage. » Jean-Luc Poueyto in Terrain n°58
Pouvons-nous comprendre que, pour les Manouches, la notion de patrimoine n’a aucune importance ?

Pour en savoir plus :

Caravanes linge, Gabi Gimenez, 2006

• Des livres :
Des Tsiganes en Europe. Sous la direction de Patrick Williams.
« Nous, on n’en parle pas. » Les vivants et les morts chez les Manouches , de Patrick Williams.

• Des articles :
« Un patrimoine culturel très discret : le cas des Manouches », Jean-Luc Poueyto, Terrain n° 58, Pourquoi coopérer.
« Une catastrophe invisible. La Shoah des Tziganes »
, Michael Stewart, Terrain, n° 54, Catastrophes.
« Satan, agent musical. Le pouvoir ambivalent de la musique chez les Tsiganes évangéliques de la péninsule Ibérique »
, Terrain, n°50, Le diable.
« Quand les yeux servent de langue. Regards gitans, actions payas en semaine sainte (Andalousie) », Caterina Pasqualino. Terrain, n°30, Le regard (texte intégral).
« La passion de l’argent », Michael Stewart, Terrain, n° 23,  Les usages de l’argent (texte intégral).
« Mauvaises morts, prêtres impurs et pouvoir récupérateur du chant », Michael Stewart, Terrain, n°20, La mort (texte intégral).
« Un peuple sans patrie », Michael Stewart, Terrain, n° 17, En Europe, les nations (texte intégral).
« Les ‘compagnons du buisson’ . Le hérisson au pays des Tsiganes » , Alain Reyniers, Terrain, n° 10, Des hommes et des bêtes (texte intégral).

• Sites et Blogs :
La FNASAT, Urba-Rom, la revue Études Tsiganes, Roms et gens du voyage : le site du conseil de l’Europe.

Journée de la mémoire de l’Holocauste

« Moi je ne peux pas croire que je suis encore en vie. Ma survie a été une punition. J’ai demandé à Dieu, encore et encore : « Pourquoi ai-je été épargnée, moi seule ? » Ils ont détruit toute notre vie : l’amour, les familles, la cohésion. Nous n’avons plus de familles. Tout est en lambeaux. Ils ont tout pris. Les gens se faisaient confiance, ils étaient ouverts, chaleureux… Tout ça est détruit. Je ne crois même plus en moi-même. Ce qu’ils ont détruit, c’est la foi qu’on avait les uns dans les autres, et tous les sentiments qui la font vivre. »* Maria R., stérilisée en 1944, interviewée à Hambourg en 1989.

« Le bourreau tue toujours deux fois, la seconde fois par l’oubli. » Elie Wiesel.

Le 27 janvier, jour de la libération du camp d’extermination nazi d’Auschwitz est la « Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l’Holocauste et de la prévention des crimes contre l’humanité ».

Pour en savoir plus :

Examen d’anthropologie raciale : contrôle de la couleur des yeux pratiqué sur une jeune fille tzigane, 1936-1940. (photo Bundesarchiv / United States Holocaust Memorial Museum Photo Archiv)

Des articles :
« Obstacle aux recherches sur les camps de la mort. Une pensée scientifique prise entre l’insignifiance et l’offense », Terrain n° 42, Homme/Femme.
*« Une catastrophe invisible. La Shoah des Tsiganes »
, Michael Stewart, Terrain n° 54, Catastrophes.
« Photographier la catastrophe »
, Abigail Solomon-Godeau, Terrain n° 54, Catastrophes.

Sites et blog :
Mémoire de la Shoah, l’Holocauste et les Nations Unies, Fondation pour la mémoire de la Shoah.

A faire :
Le mémorial de la Shoah

Les vivants et les morts

« Il ne faut rien garder, disent les Manus. Effectivement, la caravane est brulée avec, à l’intérieur, les objets ayant appartenu au mort, parfois aussi sa voiture ou son camion. Les bijoux et l’argent qu’il laisse – s’il en laisse et s’ils n’ont pas été partagés avant le décès – l’accompagne dans la tombe ou sont dépensés pour les funérailles, la construction ou la décoration du tombeau.[…] Ce silence qui entoure les objets mulle (des objets morts, objet d’un mort, des morts), ce n’est qu’un aspect du silence général qui entoure les morts. Me, raka gar ap u kuc mule, « Nous, les pauvres morts on n’en parle pas ».*
Chez les Manouches il y a un non-dit de l’absence. Et nous, comment affrontons-nous la mort, la nôtre et celle des autres ? Entre oubli et mémoire, comment vivons-nous avec nos morts ?

Pour en savoir plus :

Un livre :
* Nous, on n’en parle pas. Les vivants et les morts chez les Manouches. Patrick Williams.

Des articles :
« Réseaux de vivants, solidarités de morts » Christophe Pons, Terrain, n°38, Qu’est-ce qu’un événement ?
« L’oubli des morts et la mémoire des meurtres », Anne Christine Taylor, Terrain n°29, Vivre le temps (texte intégral).
« La mort et la conception de la personne », Maurice Bloch, Terrain n°20, La mort (texte intégral).
« Mauvaises morts, prêtres impurs et pouvoir récupérateur du chant. Les rituels mortuaires chez les Tsiganes de Hongrie », Michael Stewart, Terrain n°20, La mort (texte intégral).
« La fouille des champs d’honneur. La sépulture des soldats de 14-18 », Yves Pourcher, Terrain n°20, La mort (texte intégral).
« La maison du pendu. Le suicide chez les vaqueiros des Asturies », Maria Cátedra, Terrain n°20, La mort (texte intégral).
« La mort en images », Francesco Faeta, Terrain n°20, La mort (texte intégral).
« « Dans un amphithéâtre… » La fréquentation des morts dans la formation des médecins », Emmanuelle Godeau, Terrain n°20, La mort (texte intégral).
« Le mort maquillé. Funeral directors américains et fossoyeurs portugais », Clara Saraiva, Terrain n°20, La mort (texte intégral).

Sites et Blogs :
Une aide au travail de deuil, l’association sosfindevie, le blog Toussaint, le portail de la liturgie catholique.

Colloque Tsiganes, nomades un malentendu européen

« Lorsque nous pensons à notre identité nationale ou à celle d’autres peuples européens (avec ou sans État), nous imaginons la fusion presque mythique d’un territoire, d’une langue et d’un peuple. La langue d’une nation peut constituer l’expression la plus évidente de son identité, un symbole imposant de ses contours, mais le territoire d’une nation enracine cette langue dans des expériences et une histoire partagées, marquant la frontière entre deux peuples. Indépendamment du fait que la terre peut établir une discontinuité physique entre des cultures, elle procure aussi, par ses caractéristiques immuables, une image de la continuité de chaque culture : une culture se projette bien sûr dans le futur, mais à travers son territoire, c’est d’abord au passé qu’elle se réfère. C’est là, dans les profondeurs fantasmagoriques d’un passé nationaliste que se trouve le commencement de chaque nation, le mythe d’origine qui relie les composants légitimant l’intégrité nationale : une généalogie et un territoire. Tel ne saurait jamais être le cas des Tziganes, peuple nomade qui n’a ni patrie dont rêver, ni terre d’origine à revendiquer.  » M. Stewart in « Un peuple sans patrie »*
Comment construire son identité et transmettre sa culture quand on est « étranger de l’intérieur » ? Comment cette représentation d’un Autre européen a-t-elle pu et peut-elle encore se construire et parfois de manière interactive ? Quelle en est la fonction à l’heure de l’Union européenne et de la mondialisation ?

Pour en savoir plus :

• Des livres :
* Des Tsiganes en Europe. Sous la direction de Patrick Williams.
« Nous, on n’en parle pas. » Les vivants et les morts chez les Manouches , de Patrick Williams.

• Des articles :
« Une catastrophe invisible. La Shoah des Tziganes », Michael Stewart, Terrain, n° 54, Catastrophes.
« Satan, agent musical. Le pouvoir ambivalent de la musique chez les Tsiganes évangéliques de la péninsule Ibérique », Terrain, n°50, Le diable.
« Quand les yeux servent de langue. Regards gitans, actions payas en semaine sainte (Andalousie) », Caterina Pasqualino. Terrain, n°30, Le regard (texte intégral).
« La passion de l’argent », Michael Stewart, Terrain, n° 23,  Les usages de l’argent (texte intégral).
« Mauvaises morts, prêtres impurs et pouvoir récupérateur du chant », Michael Stewart, Terrain, n°20, La mort (texte intégral).
« Un peuple sans patrie », Michael Stewart, Terrain, n° 17, En Europe, les nations (texte intégral).
« Les ‘compagnons du buisson’ . Le hérisson au pays des Tsiganes » , Alain Reyniers, Terrain, n° 10, Des hommes et des bêtes (texte intégral).

• Sites et Blogs :
La FNASAT, Urba-Rom, la revue Études Tsiganes.

• A faire :
Colloque « Tsiganes », « Nomades » : un malentendu européen. A Paris, du 6 au 9 octobre 2011, entrée libre et ouverte au public.

• A voir :
Cycle de films du 5 au 11 octobre.

La journée de l’Europe

« Pas plus qu’hier, moins que jamais peut-être, la France n’est seule dans la France. A chaque pas, on y rencontre l’Europe, ses réalités et son idée, sous les multiples visages anciens et modernes qu’elles empruntent. […] Comment espérer comprendre une société, la nôtre, et ses formes de culture tant qu’elles n’ont pas été soumises à comparaison et quel meilleur terrain de comparaison, que celui offert par les diversités européennes ? »* Quelles est la place des nations dans le programme d’unification de l’Europe ? Le nationalisme, cette invention de l’esprit européen, est l’une des grandes constructions historiques élaborées ici pour organiser et penser le territoire des identités et des différences entre les hommes : une culture, une nation, un Etat ?

Pour en savoir plus :

Illustration d'Isabel Espanol, 2000


Des livres :
Limites floues, frontières vives. Des variations culturelles en France et en Europe. Christian Bromberger et Alain Morel.
Des Tsiganes en Europe. Sous la direction de Patrick Williams.
La fabrique des héros. Sous la direction de Daniel Fabre.

• Des articles :
*« Introduction », Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral).
« Le nationalisme en apesanteur* », Ernest Gellner, Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral).
« Lumière de Herder », Max Caisson, Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral).
« Anthropologie de la « patrie » : le patriotisme hongrois* », Anne-Marie Losonczy et Andràs Zempleni, Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral).
« Un peuple sans patrie », Michael Stewart,Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral).
« L’universel et le relatif », Gérard Lenclud, Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral).
« Un moment de la conscience européenne », Michel Izard, Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral).
« « Un clip vaut Shakespeare » », Jeanne Favret-Saada, Gérard Lenclud et Alain Finkielkraut, Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral).
« Nationalité et nationalisme en Roumanie », Vintila Mihailescu, Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral).
« « Éminemment français » », Jacques Cheyronnaud, Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral).
« Mises en scène du racisme italien », Clara Gallini, Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral)..

• Sites et Blogs :
Toute l’Europe, la commission européenne, le parlement européen, le portail de l’Union Européenne.

La semaine sainte vient de se terminer

Lors de la semaine sainte, la ferveur religieuse des Gitans d’Andalousie se différencie nettement de celle des non Gitans, les Payos. En effet, ils refusent de s’engager aux côtés de la classe paysanne, qui se livre, par l’intermédiaire de ses costalcros (porteurs de chars de procession), à une démonstration de sa puissance physique, ou de la noblesse et de la grande bourgeoisie qui s’affirment par la solennité de leurs défilés. La dévotion des Gitans est d’une autre nature : ils cherchent à croiser le regard de certaines statues portées en procession et à atteindre ainsi un état de contemplation mystique : « Parvenir à croiser les yeux du Christ n’est pas donné à tous et relève du miracle. Selon les Gitans, les spectateurs à qui cela arrive seraient immédiatement frappés par la foi. »

 

Char de procession de semaine sainte

Pour en savoir plus :

Un Article :
« Quand les yeux servent de langue. Regards gitans, actions payas en semaine sainte (Andalousie) », Caterina Pasqualino in Des Tsiganes en Europe sous la direction de Michel Stewart et Patrick Williams.

• Sites et Blogs :
Le portail de la liturgie catholique, la semaine sainte en Espagne.

Le salon de la mort

La mort reste encore tabou dans nos sociétés. Comment en parler dans un salon ? Et qu’en est-il des métiers du funéraire ? Comment gèrent-ils les émotions et les débordements affectifs liés à la mort ?  Comment s’arrangent-ils pour côtoyer la mort au quotidien ? Les pratiques funéraires diffèrent selon les cultures et les religions. Certains peuples célèbrent leurs morts, d’autres les oublient. Comment compose-t-on avec la mort ? Comment se la représente-t-on ? Quel est le rapport entre vivants et morts ? Et enfin comment affrontons-nous la mort, la nôtre et celle des autres ?

Pour en savoir plus :

Lamentation commémorative au cimetière pour la fête des morts

Un livre :
Nous, on n’en parle pas. Les vivants et les morts chez les Manouches. Patrick Williams.

Des articles :
« En aparté avec les morts… », Pascale Trompette et Sandrine Caroly, Terrain n°43, Peurs et menaces.
« Réseaux de vivants, solidarités de morts » Christophe Pons, Terrain, n°38, Qu’est-ce qu’un événement ?
« L’oubli des morts et la mémoire des meurtres », Anne Christine Taylor, Terrain n°29, Vivre le temps (texte intégral).
« La mort et la conception de la personne », Maurice Bloch, Terrain n°20, La mort (texte intégral).
« Mauvaises morts, prêtres impurs et pouvoir récupérateur du chant. Les rituels mortuaires chez les Tsiganes de Hongrie », Michael Stewart, Terrain n°20, La mort (texte intégral).
« La fouille des champs d’honneur. La sépulture des soldats de 14-18 », Yves Pourcher, Terrain n°20, La mort (texte intégral).
« La maison du pendu. Le suicide chez les vaqueiros des Asturies », Maria Cátedra, Terrain n°20, La mort (texte intégral).
« La mort en images », Francesco Faeta, Terrain n°20, La mort (texte intégral).
« « Dans un amphithéâtre… » La fréquentation des morts dans la formation des médecins », Emmanuelle Godeau, Terrain n°20, La mort (texte intégral).
« Le mort maquillé. Funeral directors américains et fossoyeurs portugais », Clara Saraiva, Terrain n°20, La mort (texte intégral).

Sites et Blogs :
Une aide au travail de deuil, l’association sosfindevie

• A voir :
Le salon de la mort du 8 au 10 Avril au Carrousel du Louvre

La Toussaint

C’est le lendemain de la Toussaint, le 2 novembre, que sont célébrés les morts dans la religion catholique. Les pratiques funéraires diffèrent selon les cultures et les religions. Certains peuples célèbrent leurs morts, d’autres les oublient. Il y a peu de cultures, en dehors de la nôtre où l’on croit qu’un être humain est soit totalement vivant, soit totalement mort. Comment compose-t-on avec la mort ? Comment se la représente-t-on ? Quel est le rapport entre vivants et morts ? Et enfin comment affrontons-nous la mort, la nôtre et celle des autres ?

Pour en savoir plus :

Un Tsigane veille sa femme, Transylvanie. Photo Béla Kasa.

Un livre :
Nous, on n’en parle pas. Les vivants et les morts chez les Manouches. Patrick Williams.

Des articles :
« Réseaux de vivants, solidarités de morts » Christophe Pons, Terrain, n°38, Qu’est-ce qu’un événement ?
« L’oubli des morts et la mémoire des meurtres », Anne Christine Taylor, Terrain n°29, Vivre le temps (texte intégral).
« La mort et la conception de la personne », Maurice Bloch, Terrain n°20, La mort (texte intégral).
« Mauvaises morts, prêtres impurs et pouvoir récupérateur du chant. Les rituels mortuaires chez les Tsiganes de Hongrie », Michael Stewart, Terrain n°20, La mort (texte intégral).
« La fouille des champs d’honneur. La sépulture des soldats de 14-18 », Yves Pourcher, Terrain n°20, La mort (texte intégral).
« La maison du pendu. Le suicide chez les vaqueiros des Asturies », Maria Cátedra, Terrain n°20, La mort (texte intégral).
« La mort en images », Francesco Faeta, Terrain n°20, La mort (texte intégral).
« « Dans un amphithéâtre… » La fréquentation des morts dans la formation des médecins », Emmanuelle Godeau, Terrain n°20, La mort (texte intégral).
« Le mort maquillé. Funeral directors américains et fossoyeurs portugais », Clara Saraiva, Terrain n°20, La mort (texte intégral).

Sites et Blogs :
Une aide au travail de deuil, l’association sosfindevie, le blog Toussaint, le portail de la liturgie catholique.

Le Diable est-il partout ?

En Inde, les habitants de l’Etat du Mizoram refusent de se faire recenser. Ils voient dans le projet de carte d’identité unique la marque de Satan sur les humains. Le diable est ici personnifié par les Nations-Unis et la société capitaliste. La figure du diable est protéiforme : des premiers chrétiens aux hérétiques, des Juifs aux sorcières, du corps des femmes aux sectes… Le diable est encore omniprésent dans nos sociétés, il justifie les exorcismes, les rituels et les crimes. Quel est le point commun entre toutes les figures du diable ? Quels pouvoirs lui sont conférés ? Que représente-t-il vraiment ? Et comment est-il représenté ? Il est même devenu un argument de vente, de la bière aux produits domestiques!
L’enfer c’est les autres… ou soi-même ?

Pour en savoir plus :

Articles :
« Le Diable », Birgit Meyer, Terrain n°50, Le Diable.
« Le mal et ses complots imaginaires. Du cannibalisme des premiers chrétiens aux abus rituels sataniques » David Frankfurter, Terrain n°50, Le Diable.
« Images du mal ou images maléfiques ? Les images populaires du Diable chez les chrétiens du Ghana » Birgit Meyer, Terrain n°50, Le Diable.
« Lutter contre l’emprise démoniaque. Les politiques du combat spirituel évangélique », Philippe Gonzalez, Terrain n°50, Le Diable.
« Exorciser le Diable (Rome, années 1990) », Adelina Talamonti, Terrain n°50, Le Diable.
« Satan, agent musical. Le pouvoir ambivalent de la musique chez les Tsiganes évangéliques de la péninsule Ibérique », Ruy Llera Blanes, Terrain n°50, Le Diable.
« Le Diable chez les Grecs à l’époque contemporaine : cosmologie ou rhétorique ? », Charles Stewart, Terrain n°50, Le Diable.
« Le Diable, une figure toujours d’actualité », Christian Chenault, Terrain n°50, Le Diable.
« Le Diable en son royaume. Évangélisation et images du Diable dans les Andes », Thérèse Bouysse-Cassagne, Terrain n°50, Le Diable.

• Sites et Blogs :
Diable et cinéma, sur wikipedia, sur le blog d’accordphilo et un article sur « le diable se fit homme ».

Dans la presse :
La marque de Satan sur le recensement indien dans le Courrier International

Être Tsigane

« Je me suis pâmé, il y a huit jours, devant un campement de Bohémiens qui s’étaient établis à Rouen. Voilà la troisième fois que j’en vois. Et toujours avec un nouveau plaisir. L’admirable, c’est qu’ils excitaient la haine des bourgeois, bien qu’inoffensifs comme des moutons. Je me  suis fait très mal voir de la foule, en leur donnant quelques sols. Et j’ai entendu de jolis mots à la Prudhomme. Cette haine-là tient à quelque chose de très profond et de complexe. On la retrouve chez tous les gens d’ordre. C’est la haine qu’on porte au Bédouin, à l’Hérétique, au Philosophe, au Solitaire, au Poète. Et il y a de la peur dans cette haine. Moi qui suis toujours pour les minorités, elle m’exaspère. Du jour où je ne serai plus indigné, je tomberai à plat, comme une poupée à qui on retire son bâton. »
G. Flaubert, lettre à G. Sand, 12 juin 1867 (Correspondance, éd. de la Pléiade, tome 5, pp. 653-654)

On parle beaucoup des Tsiganes en France aujourd’hui mais les connaît-on vraiment ? Que signifie être Tsigane en Europe ? Quelles sont leurs relations avec les non-Tsiganes ? Leurs pratiques culturelles ?  Leurs rituels et croyances ? Leur histoire ?

Pour en savoir plus  :

• Un livre :
« Nous, on n’en parle pas. » Les vivants et les morts chez les Manouches , de Patrick Williams. Réédition Octobre 2010.
« Dans ce livre magnifique, tout en retenue, en démonstrations discrètes et savantes, transcendant les poncifs et les racismes communs à l’égard de nos nomades, Patrick Williams met au jour une civilisation du silence. » Le Magazine littéraire, avril 1994.

• Des articles :
« Une catastrophe invisible. La Shoah des Tziganes », Michael Stewart, Terrain, n° 54, Catastrophes.
« Satan, agent musical. Le pouvoir ambivalent de la musique chez les Tsiganes évangéliques de la péninsule Ibérique », Terrain, n°50, Le diable.
« Quand les yeux servent de langue. Regards gitans, actions payas en semaine sainte (Andalousie) », Caterina Pasqualino. Terrain, n°30, Le regard (texte intégral).
« La passion de l’argent », Michael Stewart, Terrain, n° 23,  Les usages de l’argent (texte intégral).
« Mauvaises morts, prêtres impurs et pouvoir récupérateur du chant », Michael Stewart, Terrain, n°20, La mort (texte intégral).
« Un peuple sans patrie », Michael Stewart, Terrain, n° 17, En Europe, les nations (texte intégral).
« Les ‘compagnons du buisson’ . Le hérisson au pays des Tsiganes » , Alain Reyniers, Terrain, n° 10, Des hommes et des bêtes (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Un excellent site internet, Urba-Rom, qui regroupe une centaine de chercheurs européens et vise en particulier à assurer une veille scientifique sur les questions liées aux politiques en direction des groupes dits « Roms-Tsiganes ». Le site de la revue Études Tsiganes.

• A voir :
Une mémoire française – Les Tsiganes pendant la Seconde Guerre mondiale, 1939-1946. Voir la programmation. 2010 est une année consacrée à la mémoire de l’internement des Tsiganes en France pendant la Seconde Guerre mondiale à l’initiative d’un collectif d’associations.