Vade retro virus

Les virus pourraient-ils participer à une possible redéfinition de la frontière inférieure de la vie, en tant que vie minimale ? À l’heure du triomphe de la viralité dans la cyberculture contemporaine, devrait-on considérer les virus comme les premières formes d’entités convergentes, c’est-à-dire existant par-delà la division du monde en deux phases distinctes et incompatibles, numérique et analogique ? En considérant les virus comme des agents fondamentaux de l’évolution du vivant, peut-être est-il temps de dépasser une conception purement négative de ces formes de vie, jusqu’à il y a peu uniquement regardées en tant que parasites ou agents infectieux.
 » À l’opposé d’une critique de la viralité sempiternellement fondée sur une conception maintenant périmée de la contagion d’être individuels supposés « sains » par des agents infectieux tout aussi individualisés, il s’agit maintenant d’en appeler à une perspective écologique où l’individu, qu’il soit humain ou virus, est une fiction. À l’heure où les codes commencent à converger et à s’entre-capturer par-delà le seuil qui séparait encore hier les modalités analogique et numérique du monde, il faut en appeler à des symbioses généralisées, même si une bonne partie d’entre elles s’avéreront probablement agressives. Pour ceux et celles qui survivront à ces infections symbiotiques, comme le prévoyait William Burroughs, le virus n’apparaîtrait plus comme un virus, indétectable, il deviendrait, bénin, le moteur transductif de l’évolution de leur code. Room for one more inside, Sir. « * Thierry Bardini in Terrain n°64.

Pour en savoir plus :

T64_couv_HDDes articles :
* « Virus », Nicolas Auray et Frédéric KeckTerrain n°64, Virus.
« Dr Popp et la disquette Sida », Antonio A. Casilli, Terrain n°64, Virus.
« L’invisible et le clandestin  », Nicolas Auray, Terrain n°64, Virus.
« L’alarme d’Antigone », Frédéric Keck, Terrain n°64, Virus.
« Bricoler le vivant dans des garages », Morgan MeyerTerrain n°64, Virus.
« Réimaginer des communautés ? », Charlotte Brives et Frédéric Le Marcis, Terrain n°64, Virus.
« Vade retro virus », Thierry Bardini, Terrain n°64, Virus.
« D’un mirage, l’autre », Jean-Pierre Piniès, Terrain n°64, Virus.
« La muse de l’anthropologie américaine », Amalia Dragani, Terrain n°64, Virus.
« Traverser sur un fil », Charlotte Pescayre, Terrain n°64, Virus.

• Site et Blogs :
Virus informatique, virus biologique.

Création de supervirus : avancée de la recherche ou risque inutile ?

 « Pourquoi faut-il construire de grands consortiums regroupant une quinzaine de laboratoires pour comprendre des microbes comme les virus ? Comment l’anthropologue, doté de la seule méthode ethnographique, peut-il enquêter sur ces relations entre des « grands êtres » et des « petits êtres » ? Qu’est-ce qui se donne à voir et à entendre dans ces arènes où les scientifiques semblent d’abord occupés à entretenir leurs réseaux et à gérer de l’argent public ? Le projet « Antigone » (Anticipating the Global Onset of New Epidemics) a été financé à hauteur de douze millions d’euros par la Commission européenne pour une période allant de 2011 à 2016. Rassemblant une quinzaine de laboratoires de microbiologie européens (notamment en Allemagne, Espagne, France, Grande-Bretagne, Grèce), il est piloté par Thijs Kuiken au centre médical Érasme de Rotterdam. Le but de ce projet est de comprendre les mécanismes par lesquels les agents pathogènes franchissent les barrières entre espèces pour devenir pandémiques dans la population humaine. […] Le projet Antigone conduit ainsi à poser une question fondamentale pour la microbiologie : comment les bactéries et les virus acquièrent-ils cette double caractéristique de contagiosité et de létalité qui a produit les grandes pandémies ? » * Frédéric Keck in Terrain n°64.
A partir de la controverse qui eut lieu en 2011-2013 autour de la mutation du virus de grippe H5N1, le rendant transmissible entre mammifères, on peut s’interroger sur des questions de biosécurité, en invoquant la possibilité d’un usage terroriste ou d’une échappée accidentelle du virus mutant, modifié en laboratoire.

Pour en savoir plus :

Virus de la grippe pandémique A (H1N1)

Virus de la grippe pandémique A (H1N1)

Des articles :
* « L’alarme d’Antigone », Frédéric Keck, Terrain n°64, Virus.
 « Virus », Nicolas Auray et Frédéric KeckTerrain n°64, Virus.
« Dr Popp et la disquette Sida », Antonio A. Casilli, Terrain n°64, Virus.
« L’invisible et le clandestin  », Nicolas Auray, Terrain n°64, Virus.
« Bricoler le vivant dans des garages », Morgan MeyerTerrain n°64, Virus.
« Réimaginer des communautés ? », Charlotte Brives et Frédéric Le Marcis, Terrain n°64, Virus.
« Vade retro virus », Thierry Bardini, Terrain n°64, Virus.

• Sites et Blogs :
Le projet Antigone
(en anglais), la controverse autour du virus H5N1.

• A faire :
Présentation du numéro par les  contributeurs le jeudi 9 avril à 18h30 au salon de lecture Kerchache au Musée du quai Branly.

Traitement précoce du VIH en Côte d’Ivoire

« En 1990, l’introduction des antirétroviraux a constitué un changement majeur dans la lutte contre l’épidémie de VIH sur le continent africain, modifiant les rapports entre les individus et le virus dont ils étaient porteurs. Si les individus séropositifs se vivaient ou étaient perçus comme victimes de la pandémie ou des violences structurelles, la médicalisation de la prévention depuis 2008 apparaît comme une autre évolution importante car elle implique la mise sous traitement précoce de patients pourtant asymptomatiques. En effet, si les outils de prise en charge thérapeutique reposaient jusqu’alors sur une logique strictement curative, les nouveaux outils de prévention, dont la mise sous traitement précoce, visent à l’éradication pure et simple du virus par une médicalisation toujours plus forte. Il ne s’agit plus pour les malades constitués en communautés politiques d’exiger un traitement, mais pour le pourvoyeur de soins d’identifier les porteurs de virus et de les faire entrer dans une communauté du soin, quelle que soit leur expérience de la maladie. La mise sous traitement précoce suppose en effet la prise de médicaments aux effets secondaires importants, les antirétroviraux, alors qu’aucun signe clinique ne témoigne de la condition de malade. » Charlotte Brives et Frédéric Le Marcis in Terrain n°64
Quelles sont les conséquences anthropologiques et politiques de la mise sous traitement précoce ? Comment ces essais cliniques modifient-ils le rapport des patients au virus, à eux-mêmes et aux autres ?

Pour en savoir plus :

Prudence Condom AdvertisementDes articles :
*« Réimaginer des communautés ? », Charlotte Brives et Frédéric Le Marcis, Terrain n°64, Virus.
« Virus », Nicolas Auray et Frédéric KeckTerrain n°64, Virus.
« Dr Popp et la disquette Sida », Antonio A. Casilli, Terrain n°64, Virus. « 
L’invisible et le clandestin
 »
, Nicolas Auray, Terrain n°64, Virus.
« L’alarme d’Antigone », Frédéric Keck, Terrain n°64, Virus.
« Bricoler le vivant dans des garages »
, Morgan MeyerTerrain n°64, Virus. « Vade retro virus », Thierry Bardini, Terrain n°64, Virus.
« D’un mirage, l’autre », Jean-Pierre Piniès, Terrain n°64, Virus. 
« La muse de l’anthropologie américaine »
, Amalia Dragani, Terrain n°64, Virus.
« Traverser sur un fil », Charlotte Pescayre, Terrain n°64, Virus.

• Sites et Blogs :
ANRS, OMS, ONUSIDA.

• A faire :
Présentation du Terrain n°64, Virus, le jeudi 9 avril à 18h30 au salon de lecture Kerchache au Musée du quai Branly.

Virus

« Pourquoi consacrer un numéro de Terrain aux virus plutôt qu’à la contagion ou au poison? Étymologiquement, les virus sont bien une des menaces qui suscitent la peur et le dégoût. Le virus se manifeste d’abord par les symptômes de l’organisme qu’il infecte : fièvre, vomissement, paralysie, jusqu’à la liquéfaction des organes pour les plus dangereux comme Ebola. Mais leur mode de propagation – ce qu’on appelle aussi la viralité – suscite plus de fascination encore. Le virus se définissant comme un être qui, n’ayant pas les moyens de se répliquer par lui-même, doit pour cela envahir un organisme, il est devenu une des modalités de description de la socialité. Le virus n’existant que dans une relation, il peut être conçu comme un opérateur relationnel. La viralité transforme la menace pour l’individu en chance pour le collectif : quelque chose passe entre les corps qui est l’occasion de s’ouvrir à la nouveauté, au risque de s’effondrer dans une réaction de panique. » *Nicolas Auray et Frédéric Keck in Terrain n°64.
Ce nouveau numéro de Terrain rassemble des articles exploratoires pour une ethnographie des relations entre hommes et virus dans les systèmes biologiques et informatiques.

Pour en savoir plus :

T64_couv_HDDes articles :
* « Virus », Nicolas Auray et Frédéric KeckTerrain n°64, Virus.
« Dr Popp et la disquette Sida », Antonio A. Casilli, Terrain n°64, Virus.
« L’invisible et le clandestin  », Nicolas Auray, Terrain n°64, Virus.
« L’alarme d’Antigone », Frédéric Keck, Terrain n°64, Virus.
« Bricoler le vivant dans des garages », Morgan MeyerTerrain n°64, Virus.
« Réimaginer des communautés ? », Charlotte Brives et Frédéric Le Marcis, Terrain n°64, Virus.
« Vade retro virus », Thierry Bardini, Terrain n°64, Virus.
« D’un mirage, l’autre », Jean-Pierre Piniès, Terrain n°64, Virus.
« La muse de l’anthropologie américaine », Amalia Dragani, Terrain n°64, Virus.
« Traverser sur un fil », Charlotte Pescayre, Terrain n°64, Virus.

• A faire :
Présentation du numéro par les  contributeurs le jeudi 9 avril à 18h30 au salon de lecture Kerchache au Musée du quai Branly.