Religion et politique

« S’agissant des sociétés européennes, l’ouvrage de Reinhart Koselleck, Le Règne de la critique (1979) – qui s’attache à décrire et à thématiser pour une application plus générale la façon dont la monarchie, en France, a réussi à surmonter les guerres de Religion au XVIe siècle sans diviser le royaume – a contribué à renouveler la vision sociologique des processus de sécularisation en leur donnant une configuration duelle asymétrique. Koselleck met en effet en évidence une tendance : la lente émergence, après ces guerres, de l’idée selon laquelle, si l’on relègue le religieux dans « le for interne », « dans l’espace privé », il peut alors être protégé et garanti par l’État, et dès lors diverses appartenances et opinions religieuses peuvent cohabiter et cesser d’être l’objet de persécution par les parties adverses ou par le pouvoir. Le prix à payer étant la délégation au souverain de tous les pouvoirs (absolutisme) et du contrôle exclusif de la violence. D’un côté donc, un « for interne » préservé, libre des inquisitions étatiques comme des questionnements publics, de l’autre une puissance politique forte dégagée, malgré des jeux de soutien mutuel, de l’emprise totale, fondatrice et principielle du religieux.
Cette vision (théorique et critique) de l’accès à une autonomie du politique fut reprise et thématisée tout au long du XVIIIe siècle par les Lumières, cette fois contre l’absolutisme, et entra fortement en tension avec les courants de l’intégralisme politico-religieux. Ainsi, la première question de Voltaire, quand il eut pris connaissance de l’affaire du chevalier de La Barre – un jeune militaire accusé de blasphème pour avoir donné des coups de couteau sur un grand crucifix fixé sur un pont à Abbeville –, fut-elle : « Mais que faisait cette croix dans l’espace public ? pourquoi n’est-elle pas dans une église, là où elle appartient ? » Cette position, objectivée et subjectivée, fut ensuite reprise, à travers de nombreuses péripéties, comme un des modèles de la laïcité française, à côté d’alternatives communautaristes par exemple.(…)
Selon ses intérêts du moment, le politique laisse faire, voire encourage, ou non. Cette montée en généralité, attachée souvent à des dispositifs politiques à partir desquels les manipulations sont aisées, peut évidemment représenter une source de mobilisations efficaces autant qu’inquiétantes si des instances politiques démocratiques ne peuvent ou ne veulent leur assigner des limites. » Élisabeth Claverie in Terrain n°51.

Pour en savoir plus :

• Des articles :

ter-51*« Religion et politique », Élisabeth Claverie, Terrain n°51, Religion et Politique.
« Un pluralisme sans conflits. Sant’Edigio : diplomatie et religion »
, Marie Balas, Terrain n°51,Religion et Politique.
« La Vierge, les chrétiens, les musulmans et la nation », Emma Aubin-Boltanski, Terrain n°51,Religion et Politique.
« Des pacificateurs inspirés », Sandrine Lefranc,Terrain n°51, Religion et Politique«
“GetReligion”. L’évolution de la droite religieuse aux États-Unis”
», Susan Harding, Terrain n°51, Religion et Politique.

Posted in Religion et politique | Tagged , , | Leave a comment

Zoonoses : de l’animal à l’homme

« La lutte contre les « maladies infectieuses émergentes », comme la grippe aviaire ou la maladie de la vache folle, oblige à se tenir au lieu où de nouveaux agents infectieux franchissent la barrière des espèces. Une telle frontière naturelle ne peut faire l’objet d’une élaboration scientifique et politique que si elle est mise en rapport avec d’autres frontières : au niveau scientifique entre des médecins et des vétérinaires ; au niveau gouvernemental entre le Département de la santé et celui de l’agriculture ; au niveau international, entre des instances en charge de la santé humaine (comme l’Organisation mondiale de la santé, oms) et d’autres en charge de la santé animale (comme l’Organisation mondiale de la santé animale, oie). Si les rapports entre ces instances prennent apparemment la forme du conflit, opposant le principe de précaution à l’égard des humains aux questions économiques soulevées par l’élevage des animaux, la prise en charge des maladies infectieuses émergentes aux frontières du vivant produit de nouvelles formes de collaboration, dans des réseaux qui élargissent la définition des entités naturelles pertinentes pour l’action politique. […] Quelle conception de la nature est produite par un tel dispositif serrant le vivant au plus près des frontières entre espèces ? En quoi la catastrophe de la grippe aviaire en 1997 à Hong Kong a-t-elle transformé durablement le travail biopolitique des sciences de la nature ? […] Quelles formes d’analyse politique, de réflexion morale et de pratiques technoscientifiques sont mobilisées par les acteurs (scientifiques, politiciens et planificateurs) dans la modélisation et la mise en opération de quelque chose appelé biosécurité ? »  Frédéric Keck in Terrain n°54*

Pour en savoir plus :

Abattage de volailles à Hong Kong

Abattage de volailles à Hong Kong

Des articles :
*“Une sentinelle sanitaire aux frontières du vivant. Les experts de la grippe aviaire à Hong-Kong“, Frédéric Keck, Terrain n°54, Catastrophes (texte intégral).
« Les oiseaux de l’infortune et la géographie sanitaire : La Dombes et la grippe aviaire », Vanessa Manceron, Terrain n° 51, Religion et Politique (texte intégral).

 

Sites et Blogs :
Zoonoses

A faire :
“Anthopologie des zoonose”, colloque au Collège de France les 26 et 27 février 2015.

Posted in zoonose | Tagged , , | Leave a comment

L’esprit d’entreprise chez les prostituées de Londres

« A bien des égards, on peut voir dans les prostituées de Londres des citoyennes idéales de l’État contemporain. Condamnées au nom de ce que l’on considère être la manière convenable de gagner sa vie, elles sont « rachetées » par d’autres notions touchant la bonne marche de l’économie. Si l’on admet le concept d’un marché moralement neutre, gagner beaucoup d’argent prouve la légitimité et la rentabilité du commerce du sexe. Une des ironies, et non des moindres, est cette notion d’un marché moralement neutre face à un État interventionniste et punitif. Les femmes associent leurs problèmes de “travail” à leur marginalisation sociale et légale plutôt qu’à la vente de prestations sexuelles en soi, qu’on présente simplement comme du travail ou des affaires. Cette interprétation a joué un rôle important dans les campagnes pour les droits civiques, la décriminalisation et, dans une certaine mesure, l’adoption de normes professionnelles de santé et de sécurité. La décriminalisation est fondée sur la notion d’un marché moralement neutre : la prostitution est un commerce comme un autre et peut être convenablement régulée par les mécanismes du marché et un minimum de réglementation, analogue à celle que l’on applique à d’autres activités commerciales. […] Les prostituées sont des femmes d’affaires.
Les recherches à venir montreront si les valeurs et pratiques de l’esprit d’entreprise ont moins cours parmi les femmes qui travaillent ailleurs en Europe, là où le travail du sexe est plus strictement réglementé ou, comme c’est le cas en Hollande, virtuellement décriminalisé. Les femmes ont-elles moins tendance à affirmer qu’elles sont « dans les affaires », « à leur compte », « travailleur indépendant » et « sur le marché » ? Dépensent-elles leur argent différemment ?» Sophie Day in Terrain n° 23.

Pour en savoir plus :

Les sept âges de la prostitution par F. Carabott, 1954

Les sept âges de la prostitution par F. Carabott, 1954

• Un article : 
« L’argent et l’esprit d’entreprise chez les prostituées à Londres », Sophie Day, Terrain n° 23, Les usages de l’argent (texte intégral).

 • Sites et Blogs : 
Le procès du Carlton.

Posted in Prostitution | Tagged , , , | Leave a comment

L’argent

« Parler de l’argent aujourd’hui, dans notre culture, consiste tout d’abord à entrer dans un monde mythologique, celui de la science économique. Dans cet univers, les non-initiés voient s’affronter des êtres mystérieux mais infiniment puissants comme l’inflation, la reprise, les investissements… tous gouvernés par la puissance menaçante qu’Adam Smith désigna par l’expression « main cachée ». Ces êtres semblent animés par des motivations qui dépassent de loin la compréhension des simples humains mais leurs actions, comme celles des dieux grecs, sont lourdes de conséquences pour les hommes, qui réalisent alors leur impuissance. Ces affrontements de titans vagues et indistincts semblent avoir lieu hors du temps et de l’espace qui circonscrivent la vie des mortels. Ils possèdent leurs rythmes propres, ou plutôt leurs cycles, mais ceux-ci sont contrôlés par une fatalité aléatoire. (…) En vérité, les gens utilisent un tel outil (l’argent) le mieux possible mais pour leurs propres fins sociales, morales et esthétiques, et celles-ci dépassent de loin ce que les théories économiques peuvent envisager. Mais, en contrôlant leur argent et en l’adaptant aux aléas de leur vie, ils font beaucoup plus que de résister à la tyrannie des êtres mythologiques que nous évoquions plus haut et à la logique abstraite et inhumaine que ceux-ci personnifient. Ils se rendent compte, plus ou moins consciemment, de la relation, bien connue des théoriciens, de la monnaie avec l’État et, en même temps, ils résistent à ce pouvoir en créant avec les usages qu’ils font de l’argent à leur disposition, comme Michel de Certeau et Pierre Bourdieu dans leurs théories de la consommation nous ont préparés à le comprendre, un monde dont ils peuvent se sentir, même si ce n’est que pour un temps limité, les maîtres. » Maurice Bloch in Terrain n° 23*.
Dans nos sociétés, cette mythologie économique de l’argent est sans cesse renforcée par les médias et le pouvoir en place. La logique de l’argent permet-elle de calculer la valeur de toutes choses ? Fonde-t-elle une société basée sur la rationalité pure ? Dissout-elle les liens sociaux ? Abolit-elle les privilèges héréditaires ? Justifie-t-elle tous les comportements ?

Pour en savoir plus :

Des articles :
* « Les usages de l’argent »
, Maurice Bloch, Terrain n° 23, Les usages de l’argent (texte intégral).
« La société kanak est-elle soluble dans l’argent ? », Alban Bensa et Jean Freyss,  Terrain n° 23, Les usages de l’argent (texte intégral).
« La fausse monnaie au village. Les Landes aux XVIIIe et XIXe siècles »Bernard Traimond, Terrain n° 23, Les usages de l’argent (texte intégral).
« La passion de l’argent. Les ambiguïtés de la circulation monétaire chez les Tsiganes hongrois »
, Michael Stewart, Terrain n° 23, Les usages de l’argent (texte intégral).
« Messages sur billets de banque. La monnaie comme mode d’échange et de communication », Fabio Mugnaini, Terrain n° 23, Les usages de l’argent (texte intégral).
« Maintenir l’économie domestique. Travail, argent et éthique dans les montagnes polonaises »
, Frances Pine, Terrain n° 23, Les usages de l’argent (texte intégral).
« L’argent et l’esprit d’entreprise chez les prostituées à Londres »
, Sophie Day, Terrain n° 23, Les usages de l’argent (texte intégral).
« L’argent de la moto. Créer une richesse ou accepter la pénurie »
, François Portet, Terrain n° 23, Les usages de l’argent (texte intégral).
« L’être humain : une valeur qui n’a pas de prix ? »
, Pier Giorgio Solinas, Terrain n° 23, Les usages de l’argent (texte intégral).

Sites et Blogs :
Swiss Leaks

A faire :
Le musée de la monnaie

A voir :
Le prix à payer, documentaire de Harold Crooks 

Posted in Argent | Tagged | Leave a comment

Les conceptions de l’amour

« A Umeda (Nouvelle-Guinée), l’amour tel que nous le connaissons – une idylle avec une personne relativement étrangère que l’on choisit d’aimer parmi toutes celles possibles – était impensable. Les Umeda se mariaient entre cousins et s’échangeaient leurs sœurs ; les mariages étaient planifiés bien avant que la fille ne devînt adulte (les garçons étaient habituellement plus âgés, la proportion entre les sexes leur étant défavorable). Les hommes devaient simplement attendre que les filles qui leur étaient destinées grandissent, centimètre par centimètre, tels des arbres fruitiers… Comme la population était à son niveau le plus bas (pas plus de 750 personnes, dont seulement quelques-unes avaient des chances de se marier selon les règles en vigueur), les garçons ne pouvaient espérer faire la cour à une fille célibataire et encore moins en « tomber amoureux » à l’occidentale. Je ne sais pas si les filles en faisaient autant, mais ils fantasmaient sur l’amour, qui était pour eux une abstraction. […] Il ne pouvait y avoir d’amour à Umeda que dans un seul contexte, celui de l’infidélité, ou de l’adultère unilatéral entre homme célibataire et femme mariée. A mon avis, l’amour et l’adultère sont forcément la même chose dans un endroit comme Umeda. Si le mariage entre cousins est la « forme élémentaire » de l’alliance interfamiliale, alors la forme élémentaire de l’amour est l’adultère. Les Umeda aimaient beaucoup discuter de ces liaisons avec moi. […] Je n’ai aucun moyen de savoir dans quelle mesure ces bavardages sur le sexe correspondaient vraiment à la réalité. Mais, en supposant qu’on ne me racontait pas tout simplement des histoires, les Umeda avaient de véritables aventures amoureuses, des liaisons impliquant un choix personnel (du moins pour la femme) et la plus grande discrétion. Si les amants étaient découverts, on les punissait par des coups ou, le plus souvent, par la sorcellerie. […] Bien sûr, le mot « amour » ne fait pas partie de leur vocabulaire puisqu’il n’est pas admis. Leurs institutions sociales fonctionnent entièrement sans qu’il intervienne jamais comme motif ou comme base des relations légitimes. L’amour est extra-structurel, et son seul intérêt dans la vie publique est qu’on le tient toujours pour responsable de la mort des gens car les mauvais sorts sont jetés pendant ou après des histoires d’amour compliquées. […] Passons à présent à l’autre extrémité de l’échelle informationnelle, à ces sociétés modernes dans lesquelles l’amour, loin d’être méconnu, est structurellement essentiel – c’est du moins ce que l’on pense. Les gens y apprennent à croire qu’ils y découvriront un jour, par affinité élective, parmi le nombre illimité d’individus dont ils n’ont qu’une connaissance générale, l’être particulier qu’ils aimeront, avec lequel ils vivront comme prévu en harmonie, auront des enfants, etc. Je n’ai pas besoin de dire que cette idée est aussi arbitraire et invraisemblable que n’importe quelle croyance des Umeda en matière de sorcellerie. »* Alfred Gell in Terrain n°27.

Pour en savoir plus :

IMG_6188Des articles :
« Amour, connaissance et dissimulation », Alfred Gell, Terrain n° 27, l’Amour (texte intégral).
« Destins tragiques des coups de foudre. Les archives de Ménie Grégoire », Smaïn Laacher, Terrain n° 27, l’Amour (texte intégral).
« Une société élective. Scénarios pour un monde de relations choisies », Sabine Chalvon-Demersay. Terrain n° 27, l’Amour (texte intégral).
« Les caresses et les mots. Initiations amoureuses à Rio de Janeiro et à paris », Michel Bozon et Maria Luiza Heiborn. Terrain n° 27, l’Amour (texte intégral).
« En quête d’une partenaire idéale », Nasser Tafferant, Terrain n° 49, Toucher (texte intégral).
« “Chanter l’amour”. Musique, fierté et pouvoir »
, Denis-Constant Martin, Terrain n° 37, Musique et émotion (texte intégral).

Sites et Blogs :
Que se passe-t-il dans le cerveau quand on tombe amoureux ?

A voir :
“Le cerveau amoureux” par Helen Fisher.


Posted in Amour | Tagged , , | Leave a comment

Images tatouées

« Les images jouent un rôle essentiel dans le monde du tatouage. Sources d’inspiration puisées dans de multiples matériaux – flashs, livres, magazines, Internet, etc. –, elles fournissent des modèles permettant de concrétiser le contenu d’un motif. Mais elles incarnent également le tatouage sous forme de photographies circulant dans des magazines, sur des sites Internet, ou encore dans les albums des tatoueurs qui montrent ainsi leur travail à leur clientèle comme à leurs pairs. Rendant présent ce qui est physiquement absent (le corps tatoué), elles offrent un support idéal d’échange et de référence à des modèles à suivre ou, parfois, à éviter. Plus que cela, la circulation d’images de tatouages, à travers les corps qui les portent et, surtout, via divers dispositifs de médiation, diffuse un imaginaire de la pratique qui contribue à l’alimenter et à la renouveler. ” La production d’images […] ne se fait pas sans médiation : c’est en fonction des images qu’ils ont dans l’oeil ou dans la tête que le photographe et le peintre choisissent et composent les scènes qu’ils figurent. ” (Staszak 2006). À leur instar, les tatoueurs partagent un ” imagier “, c’est-à-dire un ensemble de référents iconographiques qui orientent leurs attentes comme leurs manières de produire et de percevoir des images encrées. Leurs réalisations empruntent à des sources d’inspiration communes, qui sont ensuite retravaillées de façon à personnaliser chaque projet. L’exposition publique du résultat nourrit à son tour l’univers visuel auquel se rapportent tant les professionnels
de l’encrage que leurs clients. » * Valérie Rolle in L’art de tatouer.

Pour en savoir plus :

D.2.3_ITA-dec94-p75 Marilyn Orange Hopkins agn Easwood bon• Un livre :
L’art de tatouer. La pratique d’un métier créatif. Valérie Rolle.

• Sites et blogs :
Tatouage, mode d’emploiTatouages et scarifications le syndicat national des artistes tatoueurs.

• A faire : 
Colloque “Images tatouées” les 12 et 13 février 2015 au musée du quai Branly.

Posted in Tatouage | Tagged , , , | Leave a comment

Rire et société

« Destinés à faire rire, l’humour, la plaisanterie ou le trait fin peuvent renseigner plus que les discours sur l’état d’une société. Par un de ses aphorismes, l’écrivain autrichien Arthur Schnitzler nous assure de la valeur heuristique de la plaisanterie pour la connaissance des sociétés : « C’est dans la nature de leurs plaisanteries que se manifeste le caractère des nations ». […] En affirmant : “Le contraire du rire n’est pas le sérieux, c’est la réalité”, le philosophe Friedrich Hegel part de l’idée que le choix d’en rire est une attitude au regard de la réalité qu’on voudrait fuir. Rire d’une réalité est à la fois le signe de l’incapacité à la verbaliser, à la raisonner, mais aussi une des manières de la domestiquer, de l’apprivoiser. C’est une réponse réflexe à ce qui semble difficile à entendre mais facile à dire. Il relèverait d’une sorte d’instinct de préservation.
Plus spontané que le discours, le rire recrée le lien disloqué. Il vient rassurer et aider à domestiquer l’effroyable et l’inconnu. Le rire humanise car « seul parmi les êtres vivants, l’homme sait rire », affirme Aristote. »*  Abderrahmane Moussaoui in Terrain n°61.

 

Pour en savoir plus :

00_couv61Des articles :
* “Rire en situation de violence. L’Algérie des années 1990″, Abderrahmane Moussaoui, Terrain n°61, Rire.
“Introduction : les équivoques du rire”
, Olivier Morin, Terrain n°61, Rire.
“Phénoménologie de l’humour. Qui rit en dernier est le plus lent d’esprit.” Matthew M. Hurley, Daniel C. Dennett & Reginald B. Adams Jr., Terrain n°61, Rire.
“Le savoir-rire en Chine.” Hans Steinmüller, Terrain n°61, Rire.
“”Moi je viens de Mars, et toi ? ”Le rire dans les espaces publics de la Goutte d’Or”, Stefan Le Courant, Terrain n°61, Rire.
“Stand-up ! L’humour des minorités en France”, Nelly Quemener, Terrain n°61, Rire.
“Chasse au dahu et vigilance épistémique”, Radu Umbres, Terrain n°61, Rire.
“De quoi rient les Indiens ?”, Pierre Clastres, Terrain n°61, Rire.
“Pierre Clastres et la dérision du pouvoir chez les Indiens : un commentaire”, Anne-Christine Taylor, Terrain n°61, Rire.

Sites et Blogs :
Le rire de Bergson, rire et littérature.

Posted in Rire | Tagged , | Leave a comment

L’enfance

«Quoiqu’il eût déjà vu bien des choses dans sa vie, la nature humaine ne lui semblait devenir intelligible que par l’observation de l’enfant. […] Wilhelm s’aperçut que l’enfant faisait vraiment l’éducation du père bien plus que le père celle de l’enfant. » Goethe in Les Années d’apprentissage de Wilhelm Meister. 
Selon une conception répandue en sciences sociales,  l’enfant apprendrait tout ce qu’il sait des adultes et de l’environnement culturel qui est le sien à sa naissance. L’enfant n’est-il qu’une page blanche ? La construction de la personnalité est-elle seulement socio-culturelle ? Peut-on envisager l’esprit humain initial autrement que comme un réceptacle vide, malléable et non organisé ? Quelle est la place de l’enfant lui-même dans l’apprentissage ? Et tout ce qui est su est-il nécessairement enseigné ? 

Pour en savoir plus :

Pièce jointe Mail• Des articles :
“Pourquoi les enfants ont-ils des traditions?”. Olivier Morin, Terrain n°55, Transmettre.
“Culture enfantine et règles de vie”. Jeux et enjeux de la cour récréation. Julie Delalande, Terrain n°40, Enfant et apprentissage (texte intégral). 
« L’acquisition du langage. Ce que l’enfant nous apprend sur l’homme »,
 Harriet Jisa, Terrain n° 40, Enfant et apprentissage (texte intégral). 
« Pourquoi les anthropologues n’aiment-ils pas les enfants ? »
, Lawrence A. Hirschfeld, Terrain n° 40, Enfant et apprentissage (texte intégral).
« Etre enfant à Rome. Le dur apprentissage de la vie civique »
Emmanuelle Valette-Cagnac, Terrain n° 40, Enfant et apprentissage (texte intégral). 
« Les dieux, les ancêtres et les enfants »
, Paul L. Harris, Terrain n° 40, Enfant et apprentissage (texte intégral). 
« Imitation et développement humain : les premiers temps de la vie »
, Andrew N. Meltzoff et M. Keith Moore, Terrain n° 44, Imitation et Anthropologie (texte intégral).

• A faire : 
L’enfance, cycle de conférences au Musée du quai Branly à partir du 4 février 2015.

Posted in Enfance, Transmission | Tagged , , | Leave a comment

Fresques de salles de garde

« Que le corps et l’apprentissage de la relation au corps de l’autre soient centraux dans la formation des médecins est un fait acquis. En salle de garde, nous avons vu se mettre en place un processus généralisé de régression et d’inversion des normes culturelles habituelles. Nous devrions donc nous attendre à ce que le domaine du corps en fasse également l’objet. Poussons donc à nouveau les portes du domaine des internes pour le vérifier. De fait, sitôt que l’on franchit le seuil, le corps saute littéralement aux yeux à travers les fresques qui ornent les murs. Indiscutablement la sexualité domine la scène, ou plus exactement l’obscénité puisque ici tout est montré. Une obscénité crue, sans retenue, ni censure, qui,, pour être parfois drôle, est souvent violente, agressive. Pourtant, chaque jour, des dizaines d’internes mangent avec appétit devant ces personnages grimaçants, accouplés dans toutes sortes de positions, hommes aux phallus gigantesques, femmes écartelées, voire enfants empalés. Sans doute  peut-on supposer qu’à la longue nos convives ne voient plus la nature d’un décor que dans le même temps certains revendiquent haut et fort comme emblématique. Il faudra la remarque d’un invité, la mine interloquée d’une autre, ou la simple perspective de devoir y emmener leur progéniture y déjeuner, pour que les usagers ordinaires du lieu réalisent brutalement ce qu’il a d’inhabituel. Faut-il croire qu’il s’est agi ici de représenter la réalité ? Les medias, polémiques, n’hésitent pas à le laisser entendre. » Emmanuelle Godeau in L’esprit de corps.

Pour en savoir plus :

couvgodeaucoupée

Cabinet des estampes, BnF

• Un livre : 
L’esprit de corps”. Sexe et mort dans la formation des internes en médecineEmmanuelle Godeau.

• Sites et Blogs : 
La fresque polémique, pour vivre le quotidien des internes en médecine : l’alphablog, le blog du cursus médical et le blog du corps.

Posted in Internes en médecine | Tagged , , | Leave a comment

Rire en situation de violence

“On peut rire de tout mais pas avec n’importe qui.” Pierre Desproges.

« Dans dix minutes, il sera vingt-trois heures à Alger, l’heure où commence le couvre-feu, quand un citoyen, pressant le pas pour rentrer chez lui, passe près d’un barrage de police. Un des deux policiers en factions le vise et tire sur lui sans sommation, le tuant sur le champ. Médusé, son collègue lui fait remarquer qu’il n’est pas encore vingt-trois heures, heure où la loi les autorise à abattre les personnes en circulation qui n’obtempèrent pas à leurs ordres. Il répond : “je le connais, c’est mon voisin. Il habite loin d’ici. Il n’arrivera jamais chez lui avant minuit.”».
Cette blague contribue à “faire mémoire”de la décennie de violence meurtrière qu’a vécue l’Algérie dans les années 1990 et qui fit plus de 60000 morts.
« La dérision est à la fois un signe d’impuissance et un indice de résistance. Impuissance à inverser le cours des choses, mais force de résistance aux multiples effets traumatiques. Le phénomène de la mort généralisée en Algérie a acculé les populations à un principe de réalité se traduisant entre autres par un regard désabusé sur la réalité vécue au quotidien. Au-delà de ces réalités sociologiques en mutation, la dérision, en tant que discours social, signale combien la violence et la mort ont été banalisées. Elle indique surtout que la violence n’est pas systématiquement condamnée. Elle est même quelquefois valorisée en tant que réponse à certaines attentes enfouies. »  Abderrahmane Moussaoui in Terrain n°61.

Pour en savoir plus :

Dessin Fawzi Brachemi

Dessin Fawzi Brachemi

Des articles :
* “Rire en situation de violence. L’Algérie des années 1990″, Abderrahmane Moussaoui, Terrain n°61, Rire.

Sites et Blogs :
Les publications de Abderrahmane Moussaoui sur l’Algérie.

Posted in Rire, Violence | Tagged , , | Leave a comment

Gérer l’attente en prison

« La prison est un instrument de sanction par le temps : la sévérité de la sanction pénale se mesure à la durée de la peine, à sa longueur. Pour les détenus, la prison est alors le lieu d’une attente, d’un temps où l’on ne fait rien d’autre que “son temps” : un dispositif d’immobilisation par lequel le sacrifice d’un temps perdu pour les autres activités sociales (familiales, professionnelles, etc.) sert à expier une faute. Pourtant, dans la France contemporaine, la prison prétend aussi réinsérer, faire du temps passé en détention un temps utile de transformation : c’est de là qu’elle tire une légitimité en tant qu’institution d’un projet social.
Alors que la réclusion est souvent envisagée du point de vue de ceux qui la subissent, on propose ici d’interroger l’attente du point de vue des personnels de l’institution : surveillants, personnels de direction et conseillers pénitentiaires, qui ont la responsabilité de la prise en charge des détenus au sein de la prison ; juges de l’application des peines et procureurs qui n’interviennent qu’à la marge mais disposent d’un pouvoir décisionnaire important pour moduler le temps de l’incarcération. Comment ces personnels travaillent-ils à produire l’attente en prison, à la fois comme un temps de disponibilité du détenu sur lequel s’exerce le pouvoir de l’institution, et comme un temps de transformation en vue d’un projet ? À quelles contraintes et contradictions ces personnels sont-ils eux-mêmes soumis ? Pour répondre à ces questions, on envisagera la prison comme un cadre de travail mettant en présence différents types de professionnels assujettis à de fortes pressions organisationnelles, en même temps qu’à des injonctions morales relatives aux missions que l’institution s’assigne. » Yasmine Bouagga in  Terrain n°63.

Pour en savoir plus :

Prison d'Annoeullin, Lille, 2011. (photo B. Chibane / Sipa)

Prison d’Annoeullin, Lille, 2011. (photo B. Chibane / Sipa)

Un article :
« Le temps de punir. Gérer l’attente en maison d’arrêt », Yasmine Bouagga,  Terrain n°63, Attendre.
« Le temps suspendu. Rythmes et durées dans une prison portugaise »
, Manuela Ivone Cunha, Terrain n° 29, Vivre le temps (texte intégral).
*« Sociabilité, “société”, “culture” carcérales. La prison féminine de Tires (Portugal) »
, Manuela Ivone Cunha, Terrain n° 24, La fabrication des saints (texte intégral).

Sites et Blogs :
Observatoire international des prisons, conditions de détention et réinsertion.

Posted in Attendre, Prison | Tagged , , , | Leave a comment

En Europe, les nations

« Qu’il s’agisse des nationalismes politiques “occidentaux” inspirés de Rousseau qui supposent l’existence de l’État-nation, ou des nationalismes culturels “orientaux” issus de la pensée herderienne qui précèdent et promeuvent la création de l’État-nation, les études sur la question du nationalisme s’articulent, pour l’essentiel, autour de cinq notions de base : nation, État, peuple, pays, aire linguistique et culturelle. Depuis Ernest Renan elles font comme si le concept de « nation » était coextensif à celui de « patrie » et comme si le patriotisme, en tant que réalité sociale, était réductible au nationalisme. »* Anne-Marie Losonczy et Andràs Zempleni in Terrain n°17.
Ne faudrait-il pas remettre en question l’assimilation implicite de la patrie à la nation et du patriotisme au nationalisme politique ?

Pour en savoir plus :

Le gâteau des rois, tiré au congrès de Vienne en 1815

Le gâteau des rois, tiré au congrès de Vienne en 1815

Des livres :
L’Europe entre cultures et nations.
Sous la direction de Claudie Voisenat et Eva Julien. Limites floues, frontières vives. Des variations culturelles en France et en Europe. Christian Bromberger et Alain Morel.

• Des articles :
* « Anthropologie de la « patrie » : le patriotisme hongrois* », Anne-Marie Losonczy et Andràs Zempleni, Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral).
« Introduction »
, Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral).
« Le nationalisme en apesanteur* », Ernest Gellner, Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral).
« Lumière de Herder », Max Caisson, Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral).
« Un peuple sans patrie », Michael Stewart,Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral).
« L’universel et le relatif », Gérard Lenclud, Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral).
« Un moment de la conscience européenne », Michel Izard, Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral).
« « Un clip vaut Shakespeare » », Jeanne Favret-Saada, Gérard Lenclud et Alain Finkielkraut, Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral).
« Nationalité et nationalisme en Roumanie », Vintila Mihailescu, Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral).
« « Éminemment français » », Jacques Cheyronnaud, Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral).
« Mises en scène du racisme italien », Clara Gallini, Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral)..

• Sites et Blogs :
Toute l’Europe, la commission européenne, le parlement européen, le portail de l’Union Européenne.

Posted in Europe, Nationalisme | Tagged , , , | Leave a comment

Un pluralisme sans conflits est-il possible ?

Comment construire une société qui affirme à la fois une identité laïque et les institutions religieuses ? Comment gérer la coexistence de cette pluralité ?
« Comment faire coexister des univers singuliers ? Quelle communauté de biens et de valeurs -quel “en-commun”- élaborer dans le temps et l’espace mondialisés ? Parmi les grandes questions qui s’imposent aujourd’hui au débat public, le pluralisme culturel et religieux est perçu comme un enjeu important au sein des sociétés libérales. […] Ces considérations soulignent l’intérêt sociologique des rencontres interreligieuses de Sant’Egidio. Depuis 1987, la Communauté romaine de Sant’Egidio organise une session intereligieuse annuelle appelée “Prière internationale pour la paix” ou “Rencontre d’Assise” ou encore “Session homme et religions”. »* Marie Balas in Terrain n°51.

Pour en savoir plus :

Des articles :
*« Un pluralisme sans conflits. Sant’Edigio : diplomatie et religion », Marie Balas, Terrain n°51, Religion et Politique (texte intégral).
« Religion et politique »
, Élisabeth Claverie, Terrain n°51, Religion et Politique (texte intégral).
« La Vierge, les chrétiens, les musulmans et la nation », Emma Aubin-Boltanski, Terrain n°51, Religion et Politique (texte intégral).
« Des pacificateurs inspirés », Sandrine Lefranc, Terrain n°51, Religion et Politique (texte intégral).

Sites et Blogs :
La communauté de Sant’Edigio.

Posted in Religion et politique | Tagged , , | Leave a comment

Peur et menaces

S’il est une chose universellement partagée, c’est bien le sentiment de peur. Peur de soi, des autres, de la mort, de la douleur, des banlieues, des machines, du chômage, du changement climatique, de la crise, de l’avion, des attentats… Peurs à l’échelle intime ou planétaire… Les raisons et les manières d’avoir peur sont infinies et diffèrent selon les cultures. Les moyens de conjurer la peur aussi…
Générer la peur peut-être un moyen de contrôle extrêmement puissant… Anticiper le danger et lutter contre la peur, un moyen de survie extrêmement efficace.

Pour en savoir plus :

imgres-1• Articles :
“Ethnographier la peur” Monique Jeudy-Ballini et Claudie Voisenat, Terrain n°43, Peur et Menaces (texte intégral).
“Techniques de la menace”, Élisabeth Claverie, Terrain n°43, Peur et Menaces (texte intégral).
“Des mots pour faire peur. Lettres de menace à Paris en 1892″, Philippe Artières, Terrain n°43, Peur et Menaces (texte intégral).

• Sites et blogs : 
Charlie Hebdo

Posted in Non classé | Tagged , , , | Leave a comment

Le bonheur, si je veux ?

Pour Saint-Augustin c’est de continuer à désirer ce qu’on possède, pour Leo Ferré c’est du chagrin qui se repose, pour Diderot c’est notre seul devoir…
Et pour vous, c’est quoi le bonheur ? Sa définition est-elle universelle ? Est-ce la possession de biens ? Un état de sérénité ? Une vie vécue intensément ? L’absence de malheurs ? Les causes du bonheur sont-elles les mêmes pour tous ? Y a-t-il un bonheur absolu, unique ? Faut-il être conscient de son bonheur pour être heureux ? Sommes-nous égaux face au bonheur ?
La recherche du bonheur est devenue l’une des valeurs centrales de nos sociétés. Il semble légitime de revendiquer pour soi “le droit au bonheur”. Est-il possible de dégager à partir de l’extrême diversité des représentations du bonheur, et notamment des moyens censés “rendre heureux” (amours, argent, honneurs, travail, loisirs…)  une représentation claire, un concept précis et opérant du bonheur ?

Pour en savoir plus :

Footballeurs, Picasso 1961

Footballeurs, Picasso 1961

• Un livre :
Ethnologie des gens heureux. Sous la direction de Salomé Berthon, Sabine Chatelain, Marie-Noëlle Ottavi et Olivier Wathelet.

• Sites et Blogs :
L’observatoire international du bonheur (OIB)Le blog de l’OIB, des citations sur le bonheurle bonheur n’est pas l’essentiel ?la psychologie positive, un blog philo.

• A écouter :
Du bonheur !Les nouveaux chemins de la connaissance sur France Culture.

Posted in Bonheur | Tagged , , | Leave a comment