Paradis à vendre

« Pensez-vous que Tahiti soit un paradis ?
Qu’est-ce qui fait le charme de Tahiti ? »
Que proposez-vous pour assurer aux populations tahitiennes un avenir adapté au caractère de l’île et aux exigences de la vie moderne ? »
Ces questions, posées en 1963 par un hebdomadaire polynésien  à des touristes européens, font ressortir l’évidence des présupposés colonialistes.
Le développement du tourisme de masse en Polynésie-Française au début des années 1960 exploita pleinement les qualités légendaires de Tahiti. Les autorités coloniales et l’élite métisse promirent aux touristes une expérience collant à l’image floue mais attrayante d’un paradis terrestre, et comprenant l’accès à un artisanat et à des spectacles « traditionnels ». Après plus d’un siècle de contact européen et d’administration française, une telle offre exigeait des habitants du cru qu’ils s’engagent dans une sorte d’auto-imitation en transformant leurs traditions en show touristique !

Pour en savoir plus :

affiche_tiki_pop_800x533_def• Des articles : 
« Paradis à vendre : tourisme et imitation en Polynésie-Française (1958-1971) », Daniel J. Sherman, Terrain n° 44,  Imitation et Anthropologie (texte intégral).  
« Modernité, corps et transformation de soi. Les salons de coiffure aux îles Tonga [Polynésie occidentale) »
, Niko Besnier,  Terrain n° 61, Les morts utiles
« Perdre l’esprit du lieu. Les politiques de l’Unesco à Luang Prabang (rdp Lao) »
, David Berliner, Terrain n° 55, Transmettre
« Des faux authentiques. Tourisme versus pèlerinage »
, David Brown, Terrain n° 33, Authentique ? (texte intégral).

• Sites et Blogs : 
L’organisation mondiale du tourisme, l’office du tourisme de Tahiti.

• A voir :
Exposition “Tiki Pop, l’Amérique rêve son paradis polynésien”, jusqu’au 28 septembre 2014 au musée du Quai Branly.

Posted in Colonialisme, Tourisme | Tagged , , , | Leave a comment

Attractions touristiques

« Dans la ville d’Hiroshima, il y a un vaste espace découvert appelé le parc de la Paix. On n’est pas étonné d’apprendre qu’il est situé à l’endroit où la première bombe atomique est tombée, en 1945. Non seulement il en marque l’emplacement mais il fut créé par la bombe elle-même. Seul un hall d’exposition endommagé est resté debout près de l’épicentre. Construit dans les années 1930, sa structure en béton armé l’a sauvé d’une totale destruction. Cet amas enchevêtré d’acier et de béton est le symbole fort d’un événement effroyable. Un nouvel édifice le jouxte ; musée et centre de conférences, il contient d’autres vestiges, des photographies et des témoignages contemporains. Ce site est visité chaque année par un grand nombre de touristes-pèlerins en provenance du monde entier et accueille les rassemblements pour la paix à l’initiative d’un large éventail de tendances politiques. Tout important symbole qu’il puisse être, ce hall d’exposition est un faux. Quand il a menacé de s’effondrer totalement – les éléments naturels ayant relayé le travail de la bombe –, la municipalité l’a fait reconstruire dans cet état de semi-ruine.[...] Quoi qu’il en soit, on ne peut pas se méprendre sur l’horreur qu’inspire le site d’Hiroshima. Quelques-uns des gardiens sont (ou furent) eux-mêmes des survivants de la bombe. Bien que le site ait pour centre un faux, il suscite des émotions profondes et authentiques. Il est ce que j’appelle ici un ” faux authentique “. » David Brown in Terrain n° 33.
Quelle est vraiment l’attraction pour les touristes et pour ceux qui la mettent en scène : les objets, généralement des « faux authentiques » ? Ou la relation entre les visiteurs et les guides, relation dont l’objet n’est que le médiateur ? Par quoi les touristes sont-ils attirés ? Par la recherche de “l’authentique” ? La découverte d’autres cultures et d’autres individus ? L’accès à un artisanat et à des traditions “locales” ? Mais que signifie cette pratique de masse pour les “locaux” ? La nécessité de conserver la tradition et le patrimoine au détriment de l’accès à la modernité ? La transformation des traditions en “show touristiques” pour se conformer à l’attente du touriste ?

Pour en savoir plus :

Le Dôme de Genbaku, Hiroshima.

Le Dôme de Genbaku, Hiroshima.

• Des articles :
« Des faux authentiques. Tourisme versus pèlerinage », David Brown, Terrain n° 33, Authentique ? (texte intégral).
« Perdre l’esprit du lieu. Les politiques de l’Unesco à Luang Prabang (rdp Lao) », David Berliner, Terrain n° 55, Transmettre.
« Paradis à vendre : tourisme et imitation en Polynésie-Française (1958-1971) »
, Daniel J. Sherman, Terrain n° 44,  Imitation et Anthropologie (texte intégral).

• Sites et Blogs :
L’organisation mondiale du tourisme

Posted in Tourisme | Tagged , , , , | Leave a comment

Quelles relations entretient-on avec nos morts ?

« ” Je croyais ne rien savoir des gestes de la maternité. Je me trompais, écrit Natacha Wolinski qui a perdu sa mère à l’âge de quatre ans. Pour la première fois, par elle, tu m’es revenue, sous le filigrane, guidant mes gestes, ordonnant mon calme. Tu m’as légué un savoir, les précisions fantômes. […] Je croyais t’avoir perdue à jamais. En donnant naissance à Lola, j’ai renoué avec toi, je me suis liée à la part manquante. ” [...] Comment les morts se manifestent-ils aux vivants ? Par quels phénomènes ? Que font les vivants en réponse à ces manifestations ? Au passage, qui rencontrent-ils (humains et non-humains) ? Quels résultats sur le devenir du mort ? Sur celui du vivant ? Et, de manière transversale, quels sens les vivants accordent-ils rétrospectivement à ces expériences ? Comment fait-on des morts féconds aujourd’hui en France et que recèle cette fécondité ? »* Magali Molinié in Terrain n°62.
Pour en savoir plus :

Grâce au pèlerinage à Notre-Dame-de-Fatima, le non-sens de la mort d'un enfant peut se transformer

Grâce au pèlerinage à Notre-Dame-de-Fatima, le non-sens de la mort d’un enfant peut se transformer

Des articles :
* « Faire les morts féconds »
, Molinié Magali, Terrain n° 62, Les morts utiles.
« Redéfinir la mort. Entre nécessités pratiques et discours éthiques », Garcia Vivien & Milena Maglio, Terrain n° 62, Les morts utiles.

« La mort et la conception de la personne », Maurice Bloch, Terrain n°20, La mort (texte intégral).

« Thanatos et Eros. Les morts au service des relations amoureuses dans la religion palo monte (Cuba) »
, Katerina Kerestetzi, Terrain  n°62, Les morts utiles
« Les morts utiles »
, Vinciane Despret, Terrain n° 62, Les morts utiles.

« En aparté avec les morts… »
, Pascale Trompette et Sandrine Caroly, Terrain n°43, Peurs et menaces.
« Réseaux de vivants, solidarités de morts »
Christophe Pons, Terrain, n°38, Qu’est-ce qu’un événement ?
« L’oubli des morts et la mémoire des meurtres »
, Anne Christine Taylor, Terrain n°29, Vivre le temps (texte intégral).
Sites et Blogs :
L’ethnopsychiatrie au Centre Georges Devereux
, ethnopsychatrie : à qui s’adresse cette thérapie, “ces morts qui soutiennent les vivants”, “les rituels funéraires 2.0″ .

Posted in Mort | Tagged , | Leave a comment

Pourquoi coopérer ?

« La coopération intervient à tous les étages de la vie. Les gènes doivent coopérer pour former un génome dans une cellule, les cellules doivent coopérer pour former un organisme multicellulaire, et les organismes multicellulaires doivent coopérer pour former une société. L’histoire de la vie est celle de l’évolution vers des systèmes plus complexes, des entités de bas niveau coopérant pour se regrouper dans des ensembles de plus haut niveau. [...] La pertinence des recherches sur la coopération tient ensuite à l’énigme que représentent les comportements coopératifs pour la théorie darwinienne et pour la théorie économique de l’acteur rationnel. Coopérer a un “coût” pour l’individu, évident quand la coopération est altruiste. Lorsqu’elle est intéressée, ce coût est moins facile à quantifier puisqu’il doit être pondéré par les bénéfices attendus, mais il persiste. Par conséquent, même dans ce cas, la coopération constitue un défi, tout autant à la théorie la plus orthodoxe de l’évolution, arc-boutée contre la notion de compétition entre individus uniquement préoccupés par leur propre reproduction (fitness), qu’à la théorie économique classique fondée sur l’existence d’acteurs calculateurs et “égoïstes” entièrement voués à la maximisation de leurs intérêts. Suivant ces principes, si j’appartiens à un groupe de chasseurs-cueilleurs dont tous les membres sont des coopérateurs inconditionnels, mon intérêt évident est de faire défection lorsque le groupe se mettra en quête de nourriture puisque j’aurai l’assurance d’avoir ma part sans dépenser la moindre énergie et sans m’exposer à un quelconque danger. Pourtant, dans la vie sociale, la plupart du temps nous ne tenons pas ce raisonnement et nous coopérons. Pourquoi ? » Joël Candau in Terrain n°58.

Pour en savoir plus :
terrain_couv58Des articles :
“Pourquoi coopérer”, Joël Candau, Terrain n°58, Pourquoi coopérer.
“Le parti pris de parenté. Un exemple mélanésien de coopération”, Monique Jeudy-Ballini, Terrain n°58, Pourquoi coopérer.
“Nanosciences et nanotechnologies : une coopération modèle ? Expériences et sens politique des scientifiques”, Morgan Jouvenet, Terrain n°58, Pourquoi coopérer. “Éliminer la classe, la caste et l’indigénéité dans l’Inde maoïste”, Alpa Shah, Terrain n°58, Pourquoi coopérer. “Pourquoi la coopération ne fonctionne pas toujours. Confiance, motivation et sciences cognitives”, Benoît Dubreuil, Terrain n°58, Pourquoi coopérer.
“Le scarabée conducteur. Le jeu de kwaang, entre vibration et coopération”, Stéphane Rennesson, Emmanuel Grimaud & Nicolas Césard, Terrain n°58, Pourquoi coopérer.
“Et pourtant ils coopèrent… Regard des sciences sociales sur la coopération animale”, Véronique Servais, Terrain n°58, Pourquoi coopérer.

Sites et blog :
Journée mondiale des coopératives le 5 juillet 2014, Marcel Mauss, cahier de recherche : une anthropologie de la coopération, le site de Andrew Bourke (en anglais).

Posted in Coopérer | Leave a comment

(Re)définir la mort

Comment définir la mort ? Avant 1968, c’était simple. « L’arrêt des battements du cœur et l’exhalaison du dernier souffle en étaient les signes certains : c’est ce que l’on appelle la mort cardiaque. Mais la pertinence de cette conception apparemment indiscutable s’est vue mise en doute par une nouvelle définition proposée par un comité dépendant d’une institution faisant autorité en la matière, la Harvard Medical School. [...] En 1968, le comité de Harvard avait été créé « ad hoc » pour répondre, donc, à un problème spécifique. L’apparition de certains objets, à partir des années 1950, bouleverse radicalement les pratiques médicales. C’est le cas des techniques de réanimation permettant de rétablir le battement cardiaque, la circulation et la respiration. La caractéristique fondamentale de la mort, son irréversibilité, est ainsi mise en question. Ces nouvelles procédures permettent de sauver des vies et d’améliorer la condition des patients. Mais en certains cas de lésions cérébrales graves, un sujet relié à un appareil de ventilation artificielle, plutôt que de mourir en une vingtaine de minutes, peut se trouver plongé dans un état irréversible de totale inconscience, son cœur continuant de battre grâce à un respirateur. »* Garcia Vivien & Milena Maglio in Terrain n° 62.
Paradoxalement, c’est le développement des connaissances scientifiques lui-même qui conduisit à faire de la nouvelle définition un sujet de controverses. Comment tracer une ligne de séparation nette entre la vie et la mort ? Qu’en est-il des questions éthiques liées à l’acharnement thérapeutique et à l’arrêt des traitements ? Quelles sont les limites de la distinction entre éthique de la sacralité de la vie et éthique de la qualité de vie ?

Pour en savoir plus :

Garcia Maglio 4HD

La cessation de toutes les fonctions cérébrales équivaut-elle à la mort ?

Des articles :
* « Redéfinir la mort. Entre nécessités pratiques et discours éthiques », Garcia Vivien & Milena Maglio, Terrain n° 62, Les morts utiles.
« La mort et la conception de la personne », Maurice Bloch, Terrain n°20, La mort (texte intégral).

Sites et Blogs :
L’institut européen de bioéthique, le cas de Marlise Munoz, au Canada le cas d’une femme enceinte en état de mort cérébrale émeut le pays, le cas de Vincent Lambert.

Posted in Mort | Tagged , , | Leave a comment

Montpellier Danse

« Qu’est-ce qu’une chorégraphie ? C’est un ensemble de mouvements corporels qui possède un nexus, c’est-à-dire une logique de mouvement, propre. Si l’on se réfère spécifiquement à la danse, il faut ajouter : ” Un ensemble conçu ou imaginé de certains mouvements délibérés… ” S’il s’agit d’une chorégraphie improvisée, l’exigence du nexus se maintient, même si l’on abandonne partiellement l’idée de la préconception et le caractère volontaire des mouvements. [...] Qu’est-ce, alors, qu’un nexus de mouvements dansés ? Il n’est dicté ni par sa finalité ni par son expressivité. Prenons à la lettre ces mots de Merce Cunningham : “Si un danseur danse – ce qui n’est pas la même chose que d’avoir des théories sur la danse ou sur le désir de danser ou sur les essais qu’on fait pour danser ou sur les souvenirs laissés dans le corps par la danse de quelqu’un d’autre –, mais si un danseur danse, tout est déjà là. Le sens est là, si c’est ce que vous voulez. C’est comme cet appartement où je vis – je regarde tout autour de moi, le matin, et je me demande, qu’est-ce que tout cela signifie ? Cela signifie : ça, c’est là où je vis. Quand je danse, cela signifie : ça, c’est ce que je suis en train de faire. Une chose qui est juste cette chose-là” » José Gil in Terrain n°35.
Que se passe-t-il dans le corps lorsqu’il se met à danser ? Comment le danseur-chorégraphe construit-il le nexus de ses mouvements dansés ?

 Pour en savoir plus :

montpellier-danse-2014

Un livre :
« Le hip-hop ou la danse à l’envers », Roberta Shapiro in Le goût des belles choses. Ethnologie de la relation esthétique. Sous la direction de Véronique Nahoum-Grappe et Odile Vincent.

• Des articles :
*« La danse, le corps, l’inconscient », José GilTerrain, n°35, Danser (texte intégral).
« Le corps dérobé», Alain Mons, Terrain, n°35, Danser (texte intégral)
« La downtown dance à New York. Contexte socio-économique et préoccupations esthétiques »Terrain n°35, Danser (texte intégral).
« Le hip-hop. Une autre révolution », Felicia McCarren, Terrain n°44, Imitation et Anthropologie (texte intégral).
« A propos de Café Müller. Une pièce de Pina Bausch», Claudine Vassas, Terrain, n°49, Toucher (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Merce Cunningham dance companyun blog sur la danse contemporaine, la danse contemporaine et ses rituels, le centre national de danse contemporaine-Angers.

• A faire :
Montpellier Danse du 22 juin au 9 juillet.

Posted in Danse | Tagged , , | Leave a comment

Fêtez les musiques urbaines

« La plupart des analyses situent clairement les racines du rap du côté des communautés noires, urbaines et pauvres du New-york de la décennie 1970. Les formules courantes font de cette musique “l’expression honnête et intime d’un sous-prolétariat marginalisé”, “la réponse directe et indirecte aux épreuves et aux souffrances de la vie des bas-fonds”, ou encore le reflet “d’un contexte d’oppression” et de “la culture, de l’attitude et des sensibilités du ghetto”. Mais force est de constater que cette “épaisseur” sociale n’empêche pas le rap du début des années 1980 d’être essentiellement festif : les quelques “vedettes” des block parties qui commencent à enregistrer leurs chansons s’en tiennent à un rap ludique et humoristique, et ne signent pas encore de textes critiques. [...] Il faudra attendre les “années Reagan” et leurs effets aggravants sur la situation des Américains les plus pauvres pour que les mouvements des contestataires noirs (comme les discours des Black Panthers) ou les chansons d’un groupe de jeunes militants noirs (les Last Poets) influent sur la manière d’écrire des textes de rap. C’est un disque de Grandmaster Flash, the Message (1982), qui marque ce tournant. Le rappeur y déclare “être poussé à bout” par la vie misérable qu’il partage avec ses proches et ses voisins. Il la décrit à travers la drogue, les bagarres de rue, les rats, les cafards, “la pisse dans l’escalier” et critique l’omniprésence de la télévision, l’acharnement des créanciers et l’effondrement du système scolaire. [...] Ce disque connaît un succès commercial mondial, aussi retentissant qu’inattendu.»Morgan Jouvenet in Rap, techno, électro… Le musicien entre travail artistique et critique sociale.

Cette année, la Fête de la Musique met à l’honneur les musiques urbaines qui offrent une dynamique d’interaction entre les publics, les styles musicaux et les autres pratiques artistiques – que sont le théâtre de rue, le street art, les danses urbaines – et qui font une partie de la modernité et des cultures populaires d’aujourd’hui.

Pour en savoir plus :

Affiche réalisée par Trafik

Affiche réalisée par Trafik

Un livre :
Rap, techno, électro… Le musicien entre travail artistique et critique sociale, Morgan Jouvenet.

• Des articles :
« ”Emportés par le mix”. Les DJ et le travail de l’émotion » Morgan Jouvenet, Terrain n° 37, Musique et émotion (texte intégral).
« La voix d’Elvis… », Gabriel Segré, Terrain, n° 37, Musique et émotion (texte intégral).
“Transmettre l’amour du chant ? Cris, éloquence et complaintes dans une famille ordinaire de Mongolie rurale”, Laurent Legrain, Terrain n° 55, Transmettre
“Voir la musique”
Madeleine Leclair, Terrain n° 53, Voir la musique.
“Voir écouter. Pour une iconographie de l’auditeur”
Philippe Junod , Terrain n° 53, Voir la musique.
“À l’écoute de Paul Klee. Les choses sont-elles (aussi) corps de violons ?” Annie Paradis, Terrain n° 53, Voir la musique.
“Sons et couleurs. Des noces inachevées” Patrick Crispini, Terrain n° 53, Voir la musique.
“L’improvisation musicale et l’ordinateur. Transcrire la musique à l’ère de l’image animée” Marc Chemillier, Terrain n° 53, Voir la musique.
“Musiques, mouvements, couleurs dans la performance musicale andine. Exemples boliviens” Rosalía Martínez, Terrain n° 53, Voir la musique.
“Musique mécanique et temple hindou. Histoire controversée d’un dispositif visuel et sonore” Christine Guillebaud, Terrain n° 53, Voir la musique.
“Quand la musique donne à voir. La représentation de la montagne dans les chants des initiées itcha (Bénin) ” Madeleine Leclair, Terrain n° 53, Voir la musique.
“Musiques, mouvements, couleurs dans la performance musicale andine. Exemples boliviens”, Rosalia Martinez, Terrain n° 53, Voir la musique.
« ”Chanter l’amour”. Musique, fierté et pouvoir » Denis-Constant Martin, Terrain n° 37, Musique et émotion (texte intégral).

Sites et Blogs :
Ethnographier les phénomènes sonores, le portail d’ethnomusicologie, la fête de la musique 2014, un blog rap.

Posted in Musique | Tagged , , | Leave a comment

Le match de football

A quoi rime l’engouement de nos contemporains pour les matchs et clubs de football ? « En un peu plus d’un siècle (la codification de ses règles remonte à 1863), le football est devenu une “passion planétaire”, une sorte de référent universel, un des rares, voire le seul, élément d’une culture mondiale masculine, compris par tous, transgressant la diversité des régions, des nations, des générations.[...] De quoi le match de football nous parle-il ? Sur ce chemin du sens, les travaux d’A. Ehrenberg jettent un éclairage particulier ; pour lui, le sport serait une condensation, sur le mode de l’illusion réaliste, de l’idéal des sociétés démocratiques, à savoir de la compétition entre égaux consacrant justement les meilleurs, au-delà des différences de classe, de race, des handicaps de départ dans la vie. »* Christian Bromberger.
Mais le football se réduit-il à une simple exaltation du mérite individuel et collectif ou offre-t-il une vision de monde plus complexe et contradictoire, principe de son immense popularité ? Pourquoi notre société se passionne-t-elle pour ce genre particulier d’affrontement collectif codifié ? Que cherchent à mettre en forme ces passionnés à l’occasion de ces rassemblements convergents ? Voit-on naître sous nos yeux de nouveaux rituels, dans les grandes villes modernes ?

Pour en savoir plus :

Les footballeurs, Nicolas de Staël, 1952.

Les footballeurs, Nicolas de Staël, 1952.

• Un livre :
Le match de football. Ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et Turin.
Sous la direction de Christian Bromberger.

• Des articles :
De quoi parlent les sports ? Christian Bromberger, Terrain n°25, Des sports (Texte intégral).
Amères victoires. Les sportifs noirs et le rêve américain de mobilité sociale, Allen Guttmann, Terrain n°25, Des sports (Texte intégral).
Nationalisme, football et polo : tradition et créolisation dans la construction de l’Argentine moderne, Eduardo P. Archetti,Terrain n°25, Des sports (Texte intégral).

•Sites et Blogs : 
Le site officiel de la coupe du monde, l‘actualité du footballle plaisir de jouer, l’actualité du sport.

• A voir :
La coupe du monde de football 2014.

Posted in Football | Tagged , , , | Leave a comment

Etre “Cain-ri”

Le basket « made in USA » est aujourd’hui la norme de référence pour de nombreux jeunes basketteurs de banlieue parisienne. Certains d’entre eux, auto-nommés “Cain-ris”, se réapproprient les codes du « hip-hop ball », alliant culture hip-hop et culture basket, pour se forger une forme d’identité hybride, où les attributs culturels afro-américains sont adaptés à leur environnement social.
« ” Je suis très souvent au contact de la culture américaine. Quand je me lève, j’allume le pc, je mets de la musique et, comme je t’ai dit, c’est beaucoup de l’américaine. La nourriture : McDo, très américain. Quand je sors faire du sport : basket. Quand je regarde la télé c’est américain. Donc ça fait beaucoup : très américain. Salim, 19 ans. ”
” C’est clair qu’étant noir, quand tu regardes toutes ces stars américaines à la télé et que t’en vois trois-quatre à la télé chez les Français, tu te dis : c’est pas le même monde pour les Noirs. Les Noirs aux États-Unis ont peut-être pas les meilleures conditions de vie au départ mais quand tu vois après, tu te dis que c’est le pays où tout peut se passer et où tout peut arriver. Tu vois des mecs des ghettos qui grandissent avec rien du tout et qui finissent avec des millions sur leur compte en banque ! Quand t’es noir, t’as plus de chances de réussir là-bas qu’ici. Baringa, 17 ans. ” »
* David Sudre in Terrain n°62.
Comment et pourquoi cette population jeune des milieux populaires est-elle si tournée vers les États-Unis ? Pourquoi la culture du hip-hop ball connaît-elle un succès si retentissant et pourquoi est-elle aussi accaparée par les Cain-ris ? Comment se traduit l’« hip-hop ballisation » des jeunes en question ? Et comment participe-t-elle à leur construction identitaire ?

Pour en savoir plus :

Une équipe de jeunes Cain-ris

Une équipe de jeunes Cain-ris

• Un article :
« Être ” Cain-ri “. L’appropriation du basket américain en banlieue parisienne », David Sudre, Terrain n° 62, Les morts utiles.

• Sites et blogs :
Un entretien avec David Sudre, le basket NBA : l’incarnation d’une Amérique “post-raciale” ?

Posted in Basket | Tagged , , , | Leave a comment

Des morts pour pleurer

Les Warao du delta de l’Orénoque, au Venezuela, ne se souviennent des morts que dans la mesure où ils leur permettent de pleurer. Ils cherchent à vivre intensément la douleur de la perte ou de l’absence. « Mais pourquoi voudrait-on souffrir et pleurer ? Il semble difficile de n’y voir qu’une perversion masochiste érigée en pratique culturelle, et je pense que l’expérience du deuil joue un rôle plus constructif dans la vie sociale. On peut en effet la concevoir comme une épreuve morale : la réaction à la perte ou à l’absence d’une personne révèle, en creux ou en négatif, l’attachement que l’on a eu pour elles, et dont on est capable pour les vivants. Plus qu’une obligation conventionnelle, dont le non-respect susciterait une punition ou une indignation servant à réaffirmer la cohésion morale du groupe, le deuil est une épreuve qui permet d’évaluer la qualité morale très inégale des personnes. » Olivier Allard in Terrain n°62.
Ainsi la peine que les Warao sont capables de ressentir est un révélateur de moralité. Cette peine est aussi constamment anticipée, de telle sorte que les vivants apparaissent souvent comme des morts en puissance : l’assurance de le pleurer à sa mort est le moyen le plus efficace de convaincre son interlocuteur d’une affection sans faille.

Pour en savoir plus :

Allard 6HD

Après un décès, le cadavre est exposé jusqu’à ce que tous les parents du défunt l’aient vu.

Un article :
« Des morts pour pleurer. Les usages moraux du deuil chez les Warao du delta de l’Orénoque », Olivier Allard, Terrain n° 62.

• Sites et blogs :
Les indiens Warao, le site d’Olivier Allard.

 

Posted in Mort | Tagged , , , | Leave a comment

Les journées de l’archéologie

« “Il est bien possible que l’archéologie soit en elle-même une discipline assez bizarre”, écrivait Wilhelm Jensen dans Gradiva. Même si dans la réalité professionnelle cette étrangeté est aujourd’hui diluée par des pratiques de plus en plus techniciennes et parcellisées, l’image de l’archéologie n’en reste pas moins travaillée par l’idée que cette discipline repose sur une interaction singulière entre le réel et l’imaginaire. Tout d’abord parce que l’archéologie est une science de l’exhumation (des hommes, des objets et des civilisations) aisément interprétable comme une tentative de dépasser l’irréductible altérité qui sépare les morts des vivants. De fait, cette exhumation semble toujours
marquée du sceau du sacrilège, comme si ces réalités perdues n’étaient en fait pas destinées à être portées à la connaissance, comme si, ouvrant une brèche entre deux mondes, leur mise au jour faisait trembler les limites de notre réalité. Ensuite parce qu’elle est une science de l’enquête et de la reconstitution, de la réécriture de l’Histoire, où une fois encore les limites entre la réalité et la fiction demeurent floues, où le soupçon de falsification est omniprésent, comme semble le prouver la surabondance des controverses qui accompagnent les découvertes. L’archéologue est un producteur d’histoire: une histoire dont il exhume les témoins et qu’il reconstitue par un processus d’interprétation délicatement négocié, au moyen de toutes sortes de techniques dont la moindre n’est pas l’expérimentation. C’est dans son corps, en taillant des silex, en reproduisant les techniques de fonte des métaux, en découpant les animaux avec des couteaux de pierre que l’archéologue apporte parfois la preuve qu’il avait pensé juste. Ou, plus exactement, la réalité archéologique émerge de ce dialogue entre le geste et la pensée. C’est dire la complexité de la négociation permanente entre ce que l’on trouve, ce que l’on imagine et ce que l’on affirme. »* Claudine Voisenat in Imaginaires archéologiques.

Pour en savoir plus :

tumblr_n577fbkxkH1snvkt7o1_250Un livre :
* Imaginaires archéologiques. Sous la direction de Claudine Voisenat.

Des articles :
« Les rythmes du feu. Néolithique,  », Pierre Pétrequin et Anne-Marie Pétrequin, Terrain n°19, Le Feu.
« Faux et authenticité en préhistoire », Claudine Cohen, Terrain n°33, Authentique ?
« Les savoir-faire : une très longue histoire », Jacques Pelegrin, Terrain n°16, Savoir-faire.
« Bonne fouille ne saurait mentir ? »
, Claire Besson, Dorothée Chaoui-Derieux et Bruno Desachy. Terrain n°57, Mentir.

Site et Blog :
Portail archéologique, sites de fouille, l’institut national de recherches archéologiques, les abris sculptés de la Préhistoire, Hominidés : les évolutions de l’homme, le site de Lascaux, tout archéologie, pôle préhistoire, les imaginaires archéologiques.

• A faire :
Les journées de l’archéologie, les 6,7 et 8 juin 2014.

Posted in Archéologie | Tagged , , | Leave a comment

En Europe, les nations

« Qu’il s’agisse des nationalismes politiques “occidentaux” inspirés de Rousseau qui supposent l’existence de l’État-nation, ou des nationalismes culturels “orientaux” issus de la pensée herderienne qui précèdent et promeuvent la création de l’État-nation, les études sur la question du nationalisme s’articulent, pour l’essentiel, autour de cinq notions de base : nation, État, peuple, pays, aire linguistique et culturelle. Depuis Ernest Renan elles font comme si le concept de « nation » était coextensif à celui de « patrie » et comme si le patriotisme, en tant que réalité sociale, était réductible au nationalisme. »* Anne-Marie Losonczy et Andràs Zempleni in Terrain n°17.
Ne faudrait-il pas remettre en question l’assimilation implicite de la patrie à la nation et du patriotisme au nationalisme politique ?

Pour en savoir plus :

Le gâteau des rois, tiré au congrès de Vienne en 1815

Le gâteau des rois, tiré au congrès de Vienne en 1815

Des livres :
L’Europe entre cultures et nations.
Sous la direction de Claudie Voisenat et Eva Julien. Limites floues, frontières vives. Des variations culturelles en France et en Europe. Christian Bromberger et Alain Morel.

• Des articles :
* « Anthropologie de la « patrie » : le patriotisme hongrois* », Anne-Marie Losonczy et Andràs Zempleni, Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral).
« Introduction »
, Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral).
« Le nationalisme en apesanteur* », Ernest Gellner, Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral).
« Lumière de Herder », Max Caisson, Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral).
« Un peuple sans patrie », Michael Stewart,Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral).
« L’universel et le relatif », Gérard Lenclud, Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral).
« Un moment de la conscience européenne », Michel Izard, Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral).
« « Un clip vaut Shakespeare » », Jeanne Favret-Saada, Gérard Lenclud et Alain Finkielkraut, Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral).
« Nationalité et nationalisme en Roumanie », Vintila Mihailescu, Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral).
« « Éminemment français » », Jacques Cheyronnaud, Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral).
« Mises en scène du racisme italien », Clara Gallini, Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral)..

• Sites et Blogs :
Toute l’Europe, la commission européenne, le parlement européen, le portail de l’Union Européenne.

Posted in Europe, Nationalisme | Tagged , , , | Leave a comment

Rendez-vous aux jardins

Longtemps relégué au rôle d’espace d’accompagnement d’un édifice, le jardin est à présent reconnu comme une composition à part entière. Parce qu’il est vivant et impossible à muséifier, il met à l’épreuve les procédures et les modes de gestion traditionnels, oblige à tenir compte du temps et de l’usage et à penser en termes nouveaux la question du patrimoine. Les demandes de protection le prennent désormais en compte dans sa globalité, fin 2012, 2270 jardins sont protégés au titre des monuments historiques, dont 608 jardins classés et 1 656 jardins inscrits.
Ce week-end est l’occasion de (re)découvrir les parcs et les jardins, publics ou privés, d’explorer les merveilles botaniques qui s’y déploient et de profiter des nombreuses animations qui y sont proposées.

Pour en savoir plus :

RDVJ_2014_Visuel_HDUn livre :
Vert patrimoine. La constitution d’un nouveau domaine patrimonial. Françoise Dubost.
En son jardin. Une ethnologie du fleurissement.
 
Martine Bergues.

Des articles :
“Les jardins de la nostalgie”. La transformation du jardin anglais en patrimoine national. Sylvie Nail, Terrain n°29, Vivre le temps.
« Les jardins potagers pyrénéens : un espace singulier : les jardins potagers en Pyrénées centrales ». Ariane Bruneton-Governatori, Terrain n° 6, Les Hommes et le milieu naturel (texte intégral).
« A quelle mode vais-je planter mes choux ? ». Anne Luxereau, Terrain, n°6, Les hommes et le milieu naturel (texte intégral). 
« L’ethnobotanique au péril du gazon »
, Pierre Lieutaghi, Terrain n° 1, Les savoirs naturalistes populaires (texte intégral). 

• Sites et Blogs :
Jardinons ensemble : les jardins partagés d’île de France, l’agenda de l’art des jardins, Les jardins solidaires : réseau méditerranéen et en île de FranceComité des parcs et jardins de Franceportail du jardin et du paysage, l’aménagement paysagerconseils en jardinagememo jardinageune interview de Martine Bergues, le blogjardin, Paris au vert.

A faire :
Rendez-vous au jardin les 30, 31 mai et 1er juin 2014.

Posted in Jardins | Tagged , , | Leave a comment

” Un jour tu seras peintre “

« En 1911, Augustin Lesage a trente-cinq ans, il est ouvrier mineur, il entend une voix : “Un jour tu seras peintre.”  Cela lui paraît peu probable, il a à peine terminé l’école primaire et n’a jamais touché un pinceau de sa vie. La voix revient, et insiste. Elle finit par lui commander l’achat très précis du matériel nécessaire, et le met ainsi à l’ouvrage. Le premier tableau est une véritable merveille. Tout au long de sa vie, Lesage peindra près de huit cents toiles, certaines célébrées tels des chefs-d’œuvre. Il est considéré aujourd’hui comme l’un des chefs de file de l’art brut, bien qu’il en soit un précurseur. Si Lesage peint dans un premier temps sous la direction de sa sœur défunte morte à l’âge de trois ans, Léonard de Vinci prendra la relève et le guidera. Comment peut-on savoir sans avoir appris ? » Vinciane Despret in Terrain n°62.
Lesage disait agir sous la conduite des esprits et a toujours refusé de se faire payer pour ses œuvres. Dans ce cas, les morts l’ont-ils aidé à créer ? A-t-il permis aux morts de continuer à s’exprimer ? Ou s’est-il forgé un alibi dans la croyance spirite afin de légitimer sa création ?

Pour en savoir plus :

Sans titre, A. Lesage, 1946. (coll. Centre Pompidou, photo RMN)

Sans titre, A. Lesage, 1946.
(coll. Centre Pompidou, photo RMN)

• Des articles :
« Les morts utiles », Vinciane Despret, Terrain n° 62, Les morts utiles.
« Réseaux de vivants, solidarités de morts » Christophe Pons, Terrain, n°38, Qu’est-ce qu’un événement ?

• Sites et Blogs : 
Ces morts qui soutiennent les vivants” dans Le Monde, Augustin Lesage, un peintre… mineur, Augustin Lesage au Centre Pompidou.

A faire :
Rencontre autour des “morts utiles” avec Vinciane Despret le 28 mai à 18h à la librairie Pax à Lièges.

A écouter :
Vinciane Despret parle des “morts utiles” dans l’émission Babylone sur Radio Suisse Romande. “Les morts utiles” sur France Culture.

Posted in Mort | Tagged , , | Leave a comment

Paysages

« Le mot paysage, comme il a été mille fois répété, exprime un concept qui renvoie, dans les emplois ordinaires du langage, à (au moins) deux niveaux de réalité, logiquement distincts mais de fait indissociables. [...] Il renvoie en premier lieu à une réalité “objective” : le paysage est d’abord une étendue d’espace offerte à l’œil mais qui, dans sa matérialité, préexiste au regard susceptible de l’embrasser. [...] Mais il renvoie, en même temps, à une réalité “subjective”. Un paysage, dans l’usage normal du mot, n’est constitué comme paysage que par le regard qui s’attache à lui. Pas de paysage sans observateur ; il faut qu’un site soit vu pour être dit paysage. Le paysage est un lieu, mais un lieu isolé par le regard ; un site, mais un site contemplé ; un espace, mais un espace cadré ; un donné, mais un donné reconstruit par une analyse visuelle ; une découpe du monde, mais une découpe signifiante. Un paysage n’accède donc au statut de paysage que par le biais d’une réception. Autrement dit, plutôt que d’affirmer que le paysage comporte deux faces, l’une matérielle, inerte, l’autre mentale, créatrice, ou encore qu’il est tout à la fois un donné et un perçu, mieux vaudrait énoncer que c’est un donné tel qu’il est perçu, un fragment du monde sensible tel qu’il est pourvu de personnalité par une conscience. [...] Si la refiguration d’un lieu en paysage échappe, évidemment à toute investigation, puis-je au moins savoir – et comment – si cette refiguration a bien lieu chez autrui ? » Gérard Lenclud in Paysage au pluriel.

Pour en savoir plus :

page entree pour flyer• Un livre :
Paysage au pluriel. Pour une approche ethnologique des paysages. Sous la direction de Claudie Voisenat et Patrice Notteghem.

Des articles :
« Un ethnologue dans les parcs », Didier Bouillon, Terrain n° 1, Les savoirs naturalistes populaires (texte intégral).
« A propos de paysages : compte rendu d’une réflexion collective »
, Claudie Voisenat, Terrain n° 18, Le corps en morceaux (texte intégral).
« Pays et paysages au marais Vernier (Eure) »
, Martine Bergues, Terrain n° 18, Le corps en morceaux (texte intégral).

Sites et Blogs :
Les archives du sensible : une autre façon d’explorer un territoire, Parc naturel régional de la Narbonnaise, Comité des parcs et jardins de France, portail du jardin et du paysage, l’aménagement paysager.

• A faire :
Conférence de P. Descola “le paysage des autres”, le mercredi 28 mai à 17h, Palais des Archevêques, Narbonne.

A écouter :
Cycle de conférences “les mercredis du paysage”.

Posted in Paysage | Tagged , , | Leave a comment