0

Félicité, un film d’Alain Gomis : conter l’universel depuis un bar de Kinshasa

Félicité est une rengaine populaire congolaise, mais aussi le nom de l’héroïne éponyme du film d’Alain Gomis. L’anthropologue Emilie Guitard analyse ici ce personnage de mère célibataire qui défie les clichés sur les femmes africaines, et rend hommage à la ville de Kinshasa tout en s’inscrivant dans un imaginaire littéraire et fantasmagorique proprement africain.

0

A la recherche des vies antérieures

Est-il possible de « rembobiner » sa vie jusqu’à revenir à son état d’enfance et, par-delà, accéder à ses vies antérieures ? C’est en tout cas l’un des enjeux des techniques de régression de mémoire (past-life regression) étudiées par l’anthropologue Emmanuel Grimaud, et sur lesquelles il revient dans un entretien filmé avec la revue Terrain.

0

Desgosto. Asphyxie indigène au Brésil

En portugais, le mot “desgosto”, apparenté à la notion de dégoût, n’exprime pas exactement une répugnance, une nausée, mais plutôt un état d’âme : une désespérance, une lassitude, une inappétence, une amertume, la bouillie d’une vie qui reste sur le cœur. Oiara Bonilla, anthropologue spécialiste des Paumari, un peuple indigène du sud-ouest de l’Amazonie brésilienne, raconte le désespoir de cette population soumise à la violence économique et étatique. Et montre comment le desgosto est peut-être le dernier soupir d’une extrême lucidité.

0

Renaître à soi par la danse : un regard d’anthropologue

Se réinventer par la danse : l’objectif semble être celui de nombreuses pratiques contemporaines à dimension spirituelle telles que la biodanza, la danse médecine ou encore la danse des 5 rythmes. Ni thérapies, ni sports, ni loisirs, celles-ci s’apparentent, pour Michael Houseman, à des rituels à part entière. Il y revient dans un entretien avec Terrain.

0

Des oreillers comme partenaires sexuels au Japon

Au Japon, le discours qui entoure les jouets sexuels pour hommes les assimile à des « produits qui soignent », permettant un sommeil réparateur. Au point que les sextoys ressemblent à des oreillers… et les oreillers à des partenaires sexuels. Agnès Giard décrypte ici le sens de ces discours.