Les journées du patrimoine

« Ce sont nos enfants qui nous ont amenés à voir différemment » ; « ce sont nos amis, qui habitent dans les villes voisines, qui nous ont fait remarquer qu’on habitait un endroit magnifique, ils se croyaient en vacances ici. » Martine Bergues in Terrain n°18.
«Ce sont les urbains qui se font une représentation paysagère du rural, les trekkeurs qui paysagent les collines du Népal, les urbanistes qui apprennent aux citadins qu’ils déambulent dans les paysages urbains. En somme, il faut un Autre pour conférer à mon espace la qualité de paysage. Dans cette hypothèse, le regard qui paysage procède d’une attitude de distance critique à l’égard des sites observés ; cette distance critique commande l’adoption d’un point de vue (une prise de hauteur), point de vue sans lequel, précisément, il n’y a pas de paysage. La perception de paysage rentre dans une logique de différenciation sociale et culturelle en fonction de ce mouvement de distance critique qui fait grimper ou non sur un promontoire et contempler d’en haut. » Gérard Lenclud in Paysages au Pluriel.
Cette année, le thème des journées du patrimoine, ” patrimoine culturel, patrimoine naturel ” propose de placer le patrimoine au coeur d’un spectre allant du monument historique aux espaces protégés, en prenant en compte les vastes domaines et espaces naturels abritant du patrimoine, ou encore les éléments naturels eux-mêmes faisant véritablement patrimoine.

Pour en avoir plus :

jep2014• Des livres :
Paysage au pluriel. Pour une approche ethnologique des paysages. Sous la direction de Claudie Voisenat et Patrice Notteghem.
Campagnes de tous nos désirs. Patrimoines et nouveaux usages sociaux. Sous la direction de Michel Rautenberg, André Micoud, Laurence Bérard et Philippe Marchenay.
La Fabrique du patrimoine
. “De la cathédrale à la petite cuillère”, Nathalie Heinich.
Les monuments sont habités. Sous la direction de Daniel Fabre et Anna Iuso.
Domestiquer l’histoire. Ethnologie des monuments historiques. Sous la direction de Daniel Fabre.

Des articles :
« A propos de paysages : compte rendu d’une réflexion collective », Claudie Voisenat, Terrain n° 18, Le corps en morceaux (texte intégral).
« Pays et paysages au marais Vernier (Eure) »
, Martine Bergues, Terrain n° 18, Le corps en morceaux (texte intégral).
“Comment le rustique vint au village. Modernité domestique et domestication de la modernité dans les campagnes roumaines.”, Vintilâ Mihâilescu, Terrain n°57, Mentir.
“Persistances et mutation des dernières sociétés rurales. Le cas du pays Maramures (Roumanie)”. Paul Rasse & Laura Ghinéa, Terrain n°57, Mentir.
“Construire l’avenir. Matérialité, imagerie et politique à Astana (Kazakhstan)”, Vintilâ Mihâilescu, Terrain n°57, Mentir.
“L’Esprit de patrimoine”. Jean-Louis Tornatore, Terrain, n°55, Transmettre.
“Naissance de la Normandie (1750-1850)”. François Guillet, Terrain n°33,
Authentique ? (texte intégral).
“En Guyane : “ ethnologie ” ou “ patrimoine ” ?”. Gérard Collomb, Terrain n°31, Un corps pur (texte intégral).

Sites et Blogs :
Les journées européennes du patrimoine, le réseau des chercheurs sur les patrimonialisations, la fondation du patrimoine, Architecture et patrimoine, le blog de Pelerin, la cité de Carcasonne, liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, les archives du sensible : une autre façon d’explorer un territoire.

A faire :
Le programme des journées européennes du patrimoine les 20 et 21 septembre 2013, Cité de l’architecture et du patrimoine, journée d’étude A la croisée des patrimoines au musée du quai Branly le 19 septembre, télécharger l’application des journées du patrimoine.

Posted in Patrimoine | Tagged , | Leave a comment

Quand la mémoire ressurgit : la rebellion de 1947 à Madagascar

« Quand Albert Zafy, leader des Forces vives, le parti d’opposition, vint à Mahanoro, une petite ville de la côte est de Madagascar, sa visite déclencha d’intarissables commentaires parmi les paysans de la région. Ou plutôt des murmures. C’est Bemaresaka, une femme d’une cinquantaine d’années, qui rompit l’inquiétant silence dans lequel le village s’était réfugié et qui se mit à parler de ce qui se passait : ” Les voilà qui reviennent, ces politiciens, pour embêter les gens. A Mahanoro, ils sont pare-chocs contre pare-chocs ! On est comme des vaches qui ne savent pas où aller ”, ajouta-t-elle en mettant ses mains en cornet pour mimer des oreilles, les faisant pivoter comme celles d’une vache désespérément tiraillée dans des directions différentes. “ Oh, les voilà qui reviennent embêter les petites gens. ” Son mari, le devin Ratsara, intervint alors. “ Vous autres, dit-il, s’adressant à son fils et sa fille, deux adolescents assis non loin de là, vous n’avez jamais vu de combats. Vous ne vous rappelez pas quand les bombardiers français ont survolé Betsizaraina. ” Mais Bemaresaka ne le laissa pas finir son histoire : “ Les soldats français sont arrivés en 47 et ont emmené tous ceux qui étaient au MDRM [Mouvement de la rénovation malgache]. “Inscrivez-vous au MDRM, inscrivez-vous au MDRM”, qu’ils criaient, mais tous ceux qui l’ont fait ont été emmenés et jetés en prison. Le vieux Jean Kaluka a été arrêté et emprisonné à Tamatave, mais Dieu a été bon et il est revenu au pays de ses ancêtres. L’argent que le gouvernement avait promis aux martyrs de 47 n’est jamais arrivé. Et revoilà l’hypocrisie, une fois encore. Je ne vais pas me mêler de politique… On s’était caché des bombardiers dans la forêt et on murmurait aux enfants de ne pas pleurer pendant que les avions tournaient au-dessus de nous. Les Français, ils sont arrivés et ils ont mitraillé la côte. On pouvait les entendre jusqu’à Ifasina ! ” Bemaresaka s’arrêta un instant, donnant ainsi à Ratsara l’occasion de renchérir : “ Pendant notre fuite, on creusait des trous dans le sol. On y cachait les coqs pour que personne ne les entende chanter. ” Il ajouta : “ Les gens d’ici sont devenus comme des bêtes, ils sont peureux. On n’a plus la paix maintenant.
“ Cette conversation eut lieu en novembre 1992. Madagascar était alors en pleine transition, passant d’un socialisme d’Etat contrôlé par le président Didier Ratsiraka à une démocratie pluripartiste. Albert Zafy, son principal adversaire à la présidence, avait récemment honoré la région de sa visite grâce à une libéralisation de la politique électorale. Comme les officiels et les journaux le proclamaient fièrement, Madagascar était sur le chemin de la démocratie, ce qui voulait dire que celui qui serait élu, quel qu’il soit, gouvernerait. Mais les paysans betsimisaraka interprétaient ces changements d’une tout autre manière. La frénésie d’activité politique qui entourait les élections ravivait de vieux souvenirs qui auraient consterné le gouvernement national s’il avait su qu’il y était associé. Au lieu d’interpréter les changements politiques comme un pas vers une démocratie moderne dans une nation indépendante, beaucoup de Betsimisaraka dans la région les associaient à l’un des moments les plus funestes et les plus embarrassants de l’histoire coloniale française : la répression brutale de l’insurrection de 1947 contre le colonialisme, qui fit approximativement 100 000 victimes malgaches, pour la plupart des habitants de la région. Par le prisme sélectif mais cependant intuitif de la mémoire, les Betsimisaraka établissaient un rapport entre un gouvernement qui faisait de gros efforts pour se présenter comme éclairé et le précédent régime colonial, qui s’était révélé hypocrite et, en définitive, violent. » Jennifer Cole in Terrain n°28.

Pour en savoir plus :

VISUEL-GENERIQUE-AFFICHE

• Des articles :
« Quand la mémoire resurgit. La rébellion de 1947 et la représentation de l’Etat contemporain à Madagascar », Jennifer Cole, Terrain n° 28, Miroirs du colonialisme (Texte intégral).
« La psychanalyse au secours du colonialisme. A propos d’un ouvrage d’Octave Mannoni »
, Maurice Bloch. Terrain n° 28, Miroirs du colonialisme (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Observatoire des mémoires, l’actualité de Madagascar,  MadagascarTribune,  toutMadagascar.

• A faire :
La semaine de la mémoire du 15 au 20 septembre 2014, le programme de la semaine.

Posted in Mémoire | Tagged , , , | Leave a comment

Dépêchez-vous d’attendre ou l’attente au quotidien chez les militaires de carrière

« La devise ici : “Mieux courir pour mieux attendre.” Je décode : réveil à 6 h pour un départ prévu vers 13 h. Quelle bande de nains. Je les hais !!! », Lettre d’un conscrit à sa petite amie, datée de 1988.
« Bah au moins, y a un truc réaliste… c’est l’attente dans les vab [véhicule de transport des troupes]… Tu vois Mathias, ça, ils savent le faire. Nous faire nous lever à cinq heures du matin pour nous faire attendre jusqu’à sept heures avant de quitter la fob [base opérationnelle], en Afgha c’est toujours comme ça… », Sergent Beaufils, camp de Canjuers octobre 2012.
« L’époque de la conscription, révolue depuis 2001, a puissamment ancré dans le sens commun l’idée que le quotidien des soldats est fait d’attente et d’ennui, que ces derniers cherchent à occuper. Si dans l’armée du « temps de papa » certains s’ennuyaient à attendre, qu’en est-il dans l’armée devenue entièrement « professionnelle » ? Le rapport au temps de l’engagement est-il le même pour les membres de la troupe que pour les conscrits qui payaient l’impôt du temps ? Pour les professionnels sous contrat qui composent aujourd’hui l’armée, être militaire est un travail. Ce travail consiste d’ailleurs à entretenir constamment leurs « capacités », physiques, techniques et tactiques, en vue d’un déploiement en opération. Le travail quotidien des militaires est ponctué de temps d’attente, que ce soit au quartier ou sur le champ de bataille. [...] Encore aujourd’hui, l’armée jouit d’un droit de préemption sur ses membres. Les hommes de la section sont disponibles en « tout temps et en tous lieux ». Matthias Thura in Terrain n°63.
Quelle est la relation au temps qui se noue entre, d’un côté, un groupe humain spécifique (les militaires du rang) et, d’autre part, une grande organisation qui produit des « capacités de combat » (des soldats et des instruments de guerre articulés ensemble) ?

Pour en savoir plus :

Départ pour une marche d'infiltration. Alignés le long d'une butte, il faut attendre que la colonne d'hommes se forment et se mettent en branle.

Départ pour une marche d’infiltration. Alignés le long d’une butte, il faut attendre que la colonne d’hommes se forment et se mettent en branle.

Un article :
« Dépêchez-vous d’attendre ! Travail militaire et socialisation au combat », Mathias Thura, Terrain n°63, Attendre.

Site et Blogs :
Le ministère de la Défense

Posted in Attendre | Tagged , | Leave a comment

Technoparade : liberté, diversité, rythmicité

La Techno Parade se déroulera le samedi 13 septembre 2014 dans les rues de Paris.
Rap, techno, électro, house, jungle, trip hop… ces styles musicaux font partie du paysage discographique français depuis la fin des années 1990. Comment apparaissent de nouveaux genres musicaux? Que nous disent ces musiques de la société dans laquelle nous vivons ?
“La musique “techno” apparaît en 1988, sous l’impulsion de trois jeunes noirs de Détroit : Juan Atkins, Derrick May et Kevin Saunderson. [...] Leur célèbre formule – ” Notre musique, c’est la rencontre dans un même ascenseur de George Clinton et de Kraftwerk” – fonde la techno sur la collision du funk noir américain le plus torride, chauffé au rouge dans les dancings de Détroit, et de la pop européenne la plus robotique, conçue au même moment (milieu des années 1970) dans leur studio laboratoire par les hommes machines de Düsseldorf”, autrement dit sur “le feu et la glace”, sur “une alliance, a priori contre nature, entre le groove chaud du funk américain et la conception plus froide des Européens”.[...] “Tous nos sons provenaient de l’univers de la mécanique, de l’industrie, des machines, de l’électronique… de l’environnement qui nous a créés en quelque sorte”, affirme l’un d’entre eux (Derrick May, cité in Bara 1999).”* Morgan Jouvenet

Pour en savoir plus :

Home_page_8-1024x682 Un livre :
* Rap, techno, électro… Le musicien entre travail artistique et critique sociale, Morgan Jouvenet.

Des articles :
“Emportés par le mix”. Les DJ et le travail de l’émotion. Morgan Jouvenet, Terrain n°37, Musique et émotions. “L’improvisation musicale et l’ordinateur. Transcrire la musique à l’ère de l’image animée”. Marc Chemillier, Terrain n°53, Voir la musique.

Sites et Blogs :
Le site de la techno-parade, technopol, le magazine Trax.

A faire :
La technoparade le samedi 13 septembre 2014, la Paris Electronic week du 18 au 28 septembre 2014.

Posted in Musique | Tagged , | Leave a comment

Attendre

” Qui n’a jamais attendu ? Ni le félin sa proie, ni le voyageur son train, ni le mystique la grâce. Il est des attentes joyeuses, celle d’une fête qui s’annonce, des attentes angoissantes, celle du condamné dans le couloir de la mort ou, plus trivialement, celle du candidat avant le résultat d’un concours, des attentes humiliantes, celle du demandeur d’asile refoulé pour la énième fois ou, plus frivole, celle de l’amoureux éconduit. Il est des attentes désespérées où l’on ne s’attend plus à rien, comme Vladimir et Estragon attendant Godot, ou, au contraire, des attentes pleines d’espérance, comme celle des âmes du purgatoire. Il est des attentes interminables, insupportables, mettant la patience à bout, suscitant la révolte du prisonnier ou des amants séparés. Il est aussi des attentes agressives, quand on attend « quelqu’un au tournant ». Quelles qu’en soient les manifestations et l’intensité, l’attente implique un rapport singulier au temps mais aussi à l’espace, chaque société et période de l’histoire ayant codifié les manières de faire en attendant. ” Christian Bromberger in Terrain n°63.
Ne l’attendez plus, le nouveau numéro de Terrain est là ! Comment gérer les temps vides, l’ennui, l’inaction? Comment s’organise la vie dans les lieux même de l’attente: prisons, foyers, centres d’accueil, armée, files d’attente? Plutôt que des attentes existentielles, sont examinées dans ce numéro des attentes situationnelles motivées par un but ou l’espoir d’un changement.

Pour en savoir plus :

Couv-small260Des articles :
« Attendre », Christian Bromberger, Terrain n°63, Attendre.
« Groupe et durée. La queue comme groupe social », René Maunier, Terrain n°63, Attendre.
« Le temps dilaté, l’espace rétréci. Le quotidien des demandeurs d’asile », Carolina Kobelinsky, Terrain n°63, Attendre.
« Être le dernier jeune. Les temporalités contrariées des migrants irréguliers », Stefan Le Courant, Terrain n°63, Attendre.
« Dépêchez-vous d’attendre ! Travail militaire et socialisation au combat », Mathias Thura, Terrain n°63, Attendre.
« La file d’attente. Une démarche photographique », Gérard Monnier, Terrain n°63, Attendre.
« Le temps de punir. Gérer l’attente en maison d’arrêt », Yasmine Bouagga,  Terrain n°63, Attendre.
« Que sont devenues les attentes ? Christianismes autochtones (Islande, Féroé, Cap-Vert) », Christophe Pons, Terrain n°63, Attendre.
« Honteux d’attendre. Vouloir devenir invisible (Australie) », Maree Pardy, Terrain n°63, Attendre.

Posted in Attendre | Tagged | Leave a comment

La récré : un espace d’apprentissage

” Apprendre : voilà bien le mot que nous associons spontanément à celui d’enfance. L’activité d’apprendre serait au centre de son quotidien et de ses préoccupations. Le plus souvent, le fait d’apprentissage est envisagé du point de vue de l’adulte : comment enseigne-t-on aux enfants ? Pourtant, l’autre approche est également objet d’intérêt : comment les enfants apprennent-ils ? Dans les deux cas, on pense d’abord aux enseignements donnés par les adultes, les maîtres et par la famille. Mais qu’en est-il des apprentissages entre enfants ? Quels sont les savoirs enfantins qui méritent d’être transmis de leur point de vue et comment se fait leur apprentissage ?  ” Julie Delalande in Terrain n°40

Pour en savoir plus :

jeux enfantsDes articles :
“Culture enfantine et règles de vie”. Jeux et enjeux de la cour récréation. Julie Delalande, Terrain n°40, Enfant et apprentissage.
“Pourquoi les enfants ont-ils des traditions?”. Olivier Morin, Terrain n°55, Transmettre.

Blogs et Sites :
Que se passe-t-il à la récré ?, Le monde des petits, des comptinescanaille blog.

Posted in Apprentissage, Enfance | Tagged , , , | Leave a comment

L’état néo-libéral ment-il ?

“Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les satanés mensonges, et les statistiques”. Benjamin Disraeli, 1860.
Sondages préélectoraux, délinquance, insécurité… Aujourd’hui plus que jamais, les statistiques sont à la fois proférées comme autorités incontestables et dénoncées comme mensongères. Elles sont violemment critiquées en France et l’Etat est accusé de mentir afin d’établir une vérité qui l’arrange mais qui nuit au public.
Alors, les statistiques : outil de management, outil de preuve ou outil de gouvernement ?

Pour en savoir plus :

Un article :
« L’État néolibéral ment-il ? “Chanstique” et statistiques de police », Emmanuel Didier. Terrain n°57, Mentir.

Blogs et Sites :
Le site du ministère de l’intérieur, le portail de la statistique publique, le groupe de sociologie politique et morale, le site de l’INSEE.

Posted in Statistiques | Tagged , | Leave a comment

Une fleur pour la tradition

” Le 25 août 2005 paraissait à la une du journal Le Monde un article intitulé : « Braconnage traditionnel d’edelweiss dans les Pyrénées ». L’auteur y incriminait les jeunes de la vallée d’Ossau, soupçonnés d’aller chaque été cueillir des brassées d’edelweiss dans la zone centrale du Parc national des Pyrénées, où il est strictement interdit de toucher à la flore. Le journaliste suggérait en outre que l’edelweiss est une espèce menacée et affirmait, enfin, que les cueillettes ont une destination purement « mercantile ». Cet article suscita de vives réactions dans la vallée. (…) Au centre de cette controverse, une question qui a déjà suscité de multiples débats, notamment dans les régions où existe un parc national ou régional, celle de la protection de la nature. Quelle est cette nature qu’il faut préserver ? Qui est qualifié pour le faire et au nom de quoi ? Que faire, ainsi, lorsque la volonté de protéger la nature heurte des usages coutumiers ou, en d’autres termes, lorsque la sauvegarde du patrimoine naturel compromet en quelque manière celle du patrimoine culturel ? La polémique autour de la cueillette des edelweiss a pour particularité de susciter ce type d’alternatives, comme le suggère l’expression de « braconnage traditionnel ». De quelle « tradition » s’agit-il donc ? Et quelle part a-t-elle eu dans le débat ? “ Marlène Albert-Llorca et Marion Taréry in Terrain n°51.

Pour en savoir plus :

Leontopodium• Un article :
« Une fleur “pour la tradition”. L’edelweiss dans la vallée d’Ossau (Pyrénées-Atlantiques) », Marlène Albert-Llorca et Marion Taréry in Terrain n°51, Religion et Poilitique.
• Sites et Blogs :
Le site de la vallée d’Ossau, l’article du Monde.

Posted in Tradition | Tagged , , , | Leave a comment

Les apparitions de la Vierge

” Depuis 1968, San Damiano, village italien d’Emilie-Romagne, est le théâtre d’apparitions mariales. En effet, chaque jour, puis chaque semaine, la Vierge y apparaît. En 1981, la femme qui voyait et entendait la Vierge, connue sous le nom de « la Voyante » ou encore de « Mamma Rosa » mourut. Cependant, selon la doctrine qui s’est constituée, la Vierge continue d’apparaître, « vivante et vraie », à intervalles réguliers, chaque samedi à midi, lors du rosaire, malgré la disparition « de son instrument », comme on nomme encore Mamma Rosa. La Vierge se présenta à Mamma Rosa sous deux formes, à deux ans de distance. Elle arriva d’abord sous l’aspect d’une jeune femme venant demander l’aumône dans la maison particulièrement pauvre de Mamma Rosa, paysanne épouse d’un ouvrier agricole et mère de trois enfants, alitée, proche de la mort. Au cours de cette visite, la quêteuse guérit la malade et lui demanda de modifier sa vie : de changer de domicile et d’emploi. Mamma Rosa obéit et devint visiteuse de malades à l’hôpital de Plaisance. Deux ans plus tard, la Vierge se présenta à elle « sous la forme d’une apparition », « sur un globe rouge ». A partir de cette date, Mamma Rosa déclara voir et entendre la Vierge quasi quotidiennement et recevoir ses messages. La nouvelle se répandit et un culte se mit en place suscitant la venue de pèlerins du monde entier. (…) Les sciences sociales se sont, pour une large part, constituées autour d’une dénonciation radicale de la religion comme productrice d’illusions, ces mêmes illusions étant ce que désormais le chercheur en sciences sociales devra débusquer comme agent non manifeste inconnu des acteurs, agent qui les manipule à leur insu ou semi-insu dans tous les secteurs de la pratique sociale. (…) Comment délivrer notre objet de ses saisies traditionnelles, celles de l’ethnologie (les croyances, les représentations), celles de la psychanalyse et de la psychiatrie (l’hystérie, l’hallucination), celles de la sociologie (sécularisation contre émotion, tradition contre modernité), celles de l’Église (théologie négative contre religion populaire) ? Comment donner à « tout cela » une visibilité, un statut, une présence ? Et dans quel statut d’observabilité ? Comment éviter les prémisses contenues dans les descriptions susdites, qui de toute évidence, manquent quelque chose ? Comment en constituer la réflexivité ? ” Elisabeth Claverie in Terrain n°14.

Pour en savoir plus :

Apparition de Marie à saint Hyacinthe selon Lodovico Carracci.

Apparition de Marie à saint Hyacinthe selon Lodovico Carracci.

• Des articles : 
« La Vierge, le désordre, la critique », Élisabeth Claverie, Terrain n° 14, L’incroyable et ses preuves (texte intégral). 
« La vierge, les chrétiens, les musulmans et la nation. Liban, 2004-2007 »
, Aubin-Boltanski E., Terrain n°51, Religion et Politique  (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Les apparitions de la Vierge à travers le mon
de

Posted in Croyance | Tagged , , , | Leave a comment

Le respect des conventions : un acte moral ?

” 1. Ne pas tuer ni manger les dauphins ;
2. Ne pas élever de moutons, ni manger de leur viande ;
3. Ne pas montrer du doigt les baleines ;
4. Ne pas vendre de chair de tortue ;
5. Ne pas parler le dialecte merina en certains endroits précis de la mer ;
6. Ne pas jeter de carapaces de crabes après la tombée de la nuit ;
7. Ne pas rire en mangeant du miel ;
8. Ne pas avoir de relations intimes avec ses frères et sœurs de sexe opposé ;
9. Ne pas manger de poulet ;
10. Ne pas manger de lovo (une sorte de poisson « barbu ») ;
11. Ne pas domestiquer de lémuriens ;
12. Ne pas laver un cadavre après le coucher du soleil ;
13. Ne pas découper d’animaux vivants ;
14. Ne pas s’arracher les poils du visage (sur le menton, pas les sourcils) ;
15. Ne pas manger le foie des raies ;
16. Ne pas abattre d’arbre farafatse pour en faire un canoë ;
17. Ne pas porter de vêtement rouge et noir ;
18. Ne pas élever de cochons et ne pas en manger la viande ;
19. Ne pas assister aux enterrements. ”
Ces interdictions sont quelques uns des nombreux tabous (faly) que doivent respecter les Vezos de Madagascar. “ Manger du lovo ou du mouton est-il mal en soi ? Ou jeter les carapaces de crabe quand il fait nuit ? Ou encore parler merina en certains endroits de la mer ? Les adultes vezo tomberaient tous d’accord pour affirmer qu’aucune de ces activités n’est intrinsèquement bonne (mety) ou mauvaise (tsy mety). La seule raison pour laquelle certaines personnes les évitent est que leurs ancêtres en ont stipulé ainsi. Si telle n’avait pas été la volonté des ancêtres, ces activités pourraient être menées sans problème, y compris celles qui impliquent des frères et sœurs de sexe opposé.” Rita Astuti in Terrain n°48.
Dans ce cas, comment faire la distinction entre morale et conventions ? Chez les Vezos, l’acte moral ne réside-t-il pas dans le fait même de se plier à la volonté des ancêtres, aussi arbitraire soit-elle ?

 Pour en savoir plus :

madagascar

Il est interdit aux maris des femmes enceintes de couper l’arbre utilisé pour confectionner la coque des canoës (photo R. Astuti)

• Des articles :
« La moralité des conventions : tabous ancestraux à Madagascar », Rita Astuti, Terrain, n° 48, La morale (texte intégral).
“Que fait la police morale ?”, Ruwen Ogien, Terrain, n° 48, La morale.
La morale n’est pas le social. Le point de vue de la psychologie”, Nicolas Baumard, Terrain, n° 48, La morale.
Un fragment de la généalogie des normes”, Shaun Nichols, Terrain, n° 48, La morale.
“De l’unité des intuitions morales à la diversité des vertus”, Jonathan Haidt & Craig Joseph, Terrain, n° 48, La morale.
« Voleurs de foies, voleurs de cœurs. Européens et Malgaches occidentalisés vus par les Betsileos (Madagascar) »
, Luke Freeman. Terrain, n° 43, Peurs et menaces (texte intégral).
« Odeur des morts et esprit de famille (Anôsy, Madagascar) », Dominique Somda. Terrain, n° 47, Odeurs (texte intégral).
« Les gens ressemblent-ils aux poulets ? Penser la frontière homme-animal à Madagascar », Rita Astuti. Terrain n°34, Les animaux pensent-ils ? (texte intégral).
« Quand la mémoire resurgit. La rébellion de 1947 et la représentation de l’Etat contemporain à Madagascar », Jennifer Cole. Terrain n° 28, Miroirs du colonialisme (Texte intégral).

• Sites et Blogs :
L’actualité de MadagascarMadagascarTribunetoutMadagascarle site des Malgaches dans le monde,  une histoire du Bien et du Mal sur Wikipedia.

Posted in Morale | Tagged , , , , | Leave a comment

Carnaval : le monde à l’envers

« Le premier dimanche de mai a lieu, à Montbard en Bourgogne, une « cavalcade régionale » qui a toutes les caractéristiques d’un carnaval sans en porter le nom et sans en respecter la date. (…) Le « clou » du spectacle — qui est aussi sa clôture — est la mise à mort, dans les flammes, de « Sa Majesté Carnaval » qui, depuis 1946, est représenté sous la forme d’un énorme mannequin en carton figurant un capitaliste (reconnaissable à son chapeau, à son cigare et à ses sacs de dollars). (…) Le rituel s’insère dans une tradition ouvrière et, plus exactement, dans la tradition politique de la lutte des classes. L’organisation de la Cavalcade n’est pourtant pas confiée à un parti politique ou à un syndicat, mais au comité des fêtes de Montbard. (…) La Cavalcade apparaît donc comme une manifestation unificatrice, à laquelle participent tous les habitants. Ainsi, on relève cette phrase significative dans Les Dépêches du 11 mai 1975, pendant la troisième semaine de grève des usines Vallourec (la plus grande grève depuis 1968) : « Le temps d’une Cavalcade, les Montbardois ont oublié leurs soucis. » (…) En effet, « Sa Majesté Carnaval » combine des caractéristiques carnavalesques et des allusions politiques : il est énorme, avec le visage rouge et une grande bouche, ce qu’on peut mettre en relation avec la signification « charnelle » de Carnaval, mise en évidence par J. Caro Baroja, qui se présente comme un gros personnage glouton, ventru et rouge (références à la viande) ; il est habillé en smoking noir, le cigare à la bouche, et précédé de panneaux faisant référence à l’actualité. Cet ensemble de symboles politiques associe le capitalisme à la Suisse, à l’habit, au cigare et, plus généralement, à l’avidité, à une sorte de « gloutonnerie » d’argent. C’est le « mangeur de profit », en somme. Sur cet exemple, on ne sait donc plus quelle représentation a contaminé l’autre : est-ce le carnaval (symbole de gloutonnerie, opposé au jeûne de Dame Carême) qui a pris un sens politique dans cette commune à tradition communiste ? Est-ce au contraire l’image du capitaliste qui s’est transformée en monstre glouton et grotesque du fait de sa coexistence avec la signification « alimentaire » de Carnaval ? »
Le mot carnaval vient de la proclamation, le premier jour du carême, de l’interdiction de manger de la viande. Ce qui caractérise foncièrement le carnaval, c’est « se déguiser, inverser l’ordre des choses, insulter ou offenser, manger, boire à l’excès »,  ou encore « détruire l’ordre social ». Cette pratique très ancienne est toujours d’actualité et regroupe aujourd’hui des manifestations très différentes en fonction des sociétés.  Que dit le carnaval de ces sociétés ?

Pour en savoir plus :

mucem02• Des articles : 
« ”Premier Mai fais ce qu’il te plaît”. Réinterprétations contemporaines d’éléments folkloriques dans une petite ville ouvrière de l’Auxois », Florence Weber, Terrain n° 11, Mélanges (texte intégral).
« Mieux vaut habiller les saints que déshabiller les ivrognes. Vêtir les saints à San Juan de Plan (Aragon) », Deborah Puccio, Terrain n°38, Qu’est-ce qu’un évènement ? (texte intégral).

Sites et Blogs : 
Les carnavals en France, et dans le monde.

• A faire : 
“Le monde à l’envers. Carnavals et mascarades d’Europe et de Méditerranée” au MUCEM à Marseille, jusqu’au 25 août.

• A écouter :
“Du Brésil à l’Afrique du Sud, la fièvre des carnavals – Quand les masques renversent l’ordre social” sur France Culture.

Posted in Carnaval | Tagged , , , | Leave a comment

Paradis à vendre

« Pensez-vous que Tahiti soit un paradis ?
Qu’est-ce qui fait le charme de Tahiti ? »
Que proposez-vous pour assurer aux populations tahitiennes un avenir adapté au caractère de l’île et aux exigences de la vie moderne ? »
Ces questions, posées en 1963 par un hebdomadaire polynésien  à des touristes européens, font ressortir l’évidence des présupposés colonialistes.
Le développement du tourisme de masse en Polynésie-Française au début des années 1960 exploita pleinement les qualités légendaires de Tahiti. Les autorités coloniales et l’élite métisse promirent aux touristes une expérience collant à l’image floue mais attrayante d’un paradis terrestre, et comprenant l’accès à un artisanat et à des spectacles « traditionnels ». Après plus d’un siècle de contact européen et d’administration française, une telle offre exigeait des habitants du cru qu’ils s’engagent dans une sorte d’auto-imitation en transformant leurs traditions en show touristique !

Pour en savoir plus :

affiche_tiki_pop_800x533_def• Des articles : 
« Paradis à vendre : tourisme et imitation en Polynésie-Française (1958-1971) », Daniel J. Sherman, Terrain n° 44,  Imitation et Anthropologie (texte intégral).  
« Modernité, corps et transformation de soi. Les salons de coiffure aux îles Tonga [Polynésie occidentale) »
, Niko Besnier,  Terrain n° 61, Les morts utiles
« Perdre l’esprit du lieu. Les politiques de l’Unesco à Luang Prabang (rdp Lao) »
, David Berliner, Terrain n° 55, Transmettre
« Des faux authentiques. Tourisme versus pèlerinage »
, David Brown, Terrain n° 33, Authentique ? (texte intégral).

• Sites et Blogs : 
L’organisation mondiale du tourisme, l’office du tourisme de Tahiti.

• A voir :
Exposition “Tiki Pop, l’Amérique rêve son paradis polynésien”, jusqu’au 28 septembre 2014 au musée du Quai Branly.

Posted in Colonialisme, Tourisme | Tagged , , , | Leave a comment

Attractions touristiques

« Dans la ville d’Hiroshima, il y a un vaste espace découvert appelé le parc de la Paix. On n’est pas étonné d’apprendre qu’il est situé à l’endroit où la première bombe atomique est tombée, en 1945. Non seulement il en marque l’emplacement mais il fut créé par la bombe elle-même. Seul un hall d’exposition endommagé est resté debout près de l’épicentre. Construit dans les années 1930, sa structure en béton armé l’a sauvé d’une totale destruction. Cet amas enchevêtré d’acier et de béton est le symbole fort d’un événement effroyable. Un nouvel édifice le jouxte ; musée et centre de conférences, il contient d’autres vestiges, des photographies et des témoignages contemporains. Ce site est visité chaque année par un grand nombre de touristes-pèlerins en provenance du monde entier et accueille les rassemblements pour la paix à l’initiative d’un large éventail de tendances politiques. Tout important symbole qu’il puisse être, ce hall d’exposition est un faux. Quand il a menacé de s’effondrer totalement – les éléments naturels ayant relayé le travail de la bombe –, la municipalité l’a fait reconstruire dans cet état de semi-ruine.[...] Quoi qu’il en soit, on ne peut pas se méprendre sur l’horreur qu’inspire le site d’Hiroshima. Quelques-uns des gardiens sont (ou furent) eux-mêmes des survivants de la bombe. Bien que le site ait pour centre un faux, il suscite des émotions profondes et authentiques. Il est ce que j’appelle ici un ” faux authentique “. » David Brown in Terrain n° 33.
Quelle est vraiment l’attraction pour les touristes et pour ceux qui la mettent en scène : les objets, généralement des « faux authentiques » ? Ou la relation entre les visiteurs et les guides, relation dont l’objet n’est que le médiateur ? Par quoi les touristes sont-ils attirés ? Par la recherche de “l’authentique” ? La découverte d’autres cultures et d’autres individus ? L’accès à un artisanat et à des traditions “locales” ? Mais que signifie cette pratique de masse pour les “locaux” ? La nécessité de conserver la tradition et le patrimoine au détriment de l’accès à la modernité ? La transformation des traditions en “show touristiques” pour se conformer à l’attente du touriste ?

Pour en savoir plus :

Le Dôme de Genbaku, Hiroshima.

Le Dôme de Genbaku, Hiroshima.

• Des articles :
« Des faux authentiques. Tourisme versus pèlerinage », David Brown, Terrain n° 33, Authentique ? (texte intégral).
« Perdre l’esprit du lieu. Les politiques de l’Unesco à Luang Prabang (rdp Lao) », David Berliner, Terrain n° 55, Transmettre.
« Paradis à vendre : tourisme et imitation en Polynésie-Française (1958-1971) »
, Daniel J. Sherman, Terrain n° 44,  Imitation et Anthropologie (texte intégral).

• Sites et Blogs :
L’organisation mondiale du tourisme

Posted in Tourisme | Tagged , , , , | Leave a comment

Quelles relations entretient-on avec nos morts ?

« ” Je croyais ne rien savoir des gestes de la maternité. Je me trompais, écrit Natacha Wolinski qui a perdu sa mère à l’âge de quatre ans. Pour la première fois, par elle, tu m’es revenue, sous le filigrane, guidant mes gestes, ordonnant mon calme. Tu m’as légué un savoir, les précisions fantômes. […] Je croyais t’avoir perdue à jamais. En donnant naissance à Lola, j’ai renoué avec toi, je me suis liée à la part manquante. ” [...] Comment les morts se manifestent-ils aux vivants ? Par quels phénomènes ? Que font les vivants en réponse à ces manifestations ? Au passage, qui rencontrent-ils (humains et non-humains) ? Quels résultats sur le devenir du mort ? Sur celui du vivant ? Et, de manière transversale, quels sens les vivants accordent-ils rétrospectivement à ces expériences ? Comment fait-on des morts féconds aujourd’hui en France et que recèle cette fécondité ? »* Magali Molinié in Terrain n°62.
Pour en savoir plus :

Grâce au pèlerinage à Notre-Dame-de-Fatima, le non-sens de la mort d'un enfant peut se transformer

Grâce au pèlerinage à Notre-Dame-de-Fatima, le non-sens de la mort d’un enfant peut se transformer

Des articles :
* « Faire les morts féconds »
, Molinié Magali, Terrain n° 62, Les morts utiles.
« Redéfinir la mort. Entre nécessités pratiques et discours éthiques », Garcia Vivien & Milena Maglio, Terrain n° 62, Les morts utiles.

« La mort et la conception de la personne », Maurice Bloch, Terrain n°20, La mort (texte intégral).

« Thanatos et Eros. Les morts au service des relations amoureuses dans la religion palo monte (Cuba) »
, Katerina Kerestetzi, Terrain  n°62, Les morts utiles
« Les morts utiles »
, Vinciane Despret, Terrain n° 62, Les morts utiles.

« En aparté avec les morts… »
, Pascale Trompette et Sandrine Caroly, Terrain n°43, Peurs et menaces.
« Réseaux de vivants, solidarités de morts »
Christophe Pons, Terrain, n°38, Qu’est-ce qu’un événement ?
« L’oubli des morts et la mémoire des meurtres »
, Anne Christine Taylor, Terrain n°29, Vivre le temps (texte intégral).
Sites et Blogs :
L’ethnopsychiatrie au Centre Georges Devereux
, ethnopsychatrie : à qui s’adresse cette thérapie, “ces morts qui soutiennent les vivants”, “les rituels funéraires 2.0″ .

Posted in Mort | Tagged , | Leave a comment

Pourquoi coopérer ?

« La coopération intervient à tous les étages de la vie. Les gènes doivent coopérer pour former un génome dans une cellule, les cellules doivent coopérer pour former un organisme multicellulaire, et les organismes multicellulaires doivent coopérer pour former une société. L’histoire de la vie est celle de l’évolution vers des systèmes plus complexes, des entités de bas niveau coopérant pour se regrouper dans des ensembles de plus haut niveau. [...] La pertinence des recherches sur la coopération tient ensuite à l’énigme que représentent les comportements coopératifs pour la théorie darwinienne et pour la théorie économique de l’acteur rationnel. Coopérer a un “coût” pour l’individu, évident quand la coopération est altruiste. Lorsqu’elle est intéressée, ce coût est moins facile à quantifier puisqu’il doit être pondéré par les bénéfices attendus, mais il persiste. Par conséquent, même dans ce cas, la coopération constitue un défi, tout autant à la théorie la plus orthodoxe de l’évolution, arc-boutée contre la notion de compétition entre individus uniquement préoccupés par leur propre reproduction (fitness), qu’à la théorie économique classique fondée sur l’existence d’acteurs calculateurs et “égoïstes” entièrement voués à la maximisation de leurs intérêts. Suivant ces principes, si j’appartiens à un groupe de chasseurs-cueilleurs dont tous les membres sont des coopérateurs inconditionnels, mon intérêt évident est de faire défection lorsque le groupe se mettra en quête de nourriture puisque j’aurai l’assurance d’avoir ma part sans dépenser la moindre énergie et sans m’exposer à un quelconque danger. Pourtant, dans la vie sociale, la plupart du temps nous ne tenons pas ce raisonnement et nous coopérons. Pourquoi ? » Joël Candau in Terrain n°58.

Pour en savoir plus :
terrain_couv58Des articles :
“Pourquoi coopérer”, Joël Candau, Terrain n°58, Pourquoi coopérer.
“Le parti pris de parenté. Un exemple mélanésien de coopération”, Monique Jeudy-Ballini, Terrain n°58, Pourquoi coopérer.
“Nanosciences et nanotechnologies : une coopération modèle ? Expériences et sens politique des scientifiques”, Morgan Jouvenet, Terrain n°58, Pourquoi coopérer. “Éliminer la classe, la caste et l’indigénéité dans l’Inde maoïste”, Alpa Shah, Terrain n°58, Pourquoi coopérer. “Pourquoi la coopération ne fonctionne pas toujours. Confiance, motivation et sciences cognitives”, Benoît Dubreuil, Terrain n°58, Pourquoi coopérer.
“Le scarabée conducteur. Le jeu de kwaang, entre vibration et coopération”, Stéphane Rennesson, Emmanuel Grimaud & Nicolas Césard, Terrain n°58, Pourquoi coopérer.
“Et pourtant ils coopèrent… Regard des sciences sociales sur la coopération animale”, Véronique Servais, Terrain n°58, Pourquoi coopérer.

Sites et blog :
Journée mondiale des coopératives le 5 juillet 2014, Marcel Mauss, cahier de recherche : une anthropologie de la coopération, le site de Andrew Bourke (en anglais).

Posted in Coopérer | Leave a comment