Les sourds, c'est comme ça

« La fierté d'appartenir à une famille "sourde puissante" est un fait anthropologique, c'est à dire collectif. Il n'est pas incompatible avec des sentiments plus nuancés ou contradictoires lorsqu'il s'agit du désir d'enfant sourd, qui est un fait psychologique, c'est à dire individuel. Ce désir existe : pourquoi les sourds échapperaient-ils à l’aspiration, qui est au cœur de toute communauté de langue et de culture, d'en perpétuer l'existence ? Il fait toujours scandale, et c'est là sans doute que se révèle de la manière la plus éclatante l'opposition entre deux manières de concevoir la surdité, comme handicap ou comme normalité. Toutefois, entre le désir très vif d'avoir un enfant sourd, l'indifférence, l'acceptation résignée et le désir inverse, celui d'avoir un enfant entendant, il existe toute une gamme de sentiments. [...] Parmi les motifs qui font redouter la naissance d'un enfant sourd, il y a bien sûr la stigmatisation sociale de la surdité, et le souvenir des multiples blessures que l'on a soi-même subies : on ne souhaite pas que l'enfant revive ce que l'on a vécu. [...] Quant au trouble qui saisit beaucoup de parents sourds à l'idée d'avoir un enfant entendant, il peut avoir des causes multiples. Outre le désir de perpétuer une lignée et de transmettre un héritage culturel, il y a le fait que la richesse de l'expérience sourde vécue par ces couples s'accompagne souvent d'une maigre expérience des enfants entendants : cet enfant à venir, saura-t-on s'en occuper, répondre à ces demandes ? Sait-on seulement de quoi ont besoin les enfants entendants ? Un tel enfant qui naît dans une famille sourde, c'est un peu "le loup qui entre dans la bergerie." » Yves Delaporte in Les sourds c'est comme ça.

Pour en savoir plus :

Les-sourds_reprint_web_400pixUn livre :
Les sourds c'est comme ça. Yves Delaporte.

Un article :
"Le regard sourd. "Comme un fil tendu entre deux visages"". Yves Delaporte, Terrain, n°30, Le regard.

Sites et Blogs :
La fédération nationale des sourds de France, le portail d'information sur les sourds, le site d'information pour les sourds, la journée mondiale des sourds, l'association MAINS.

A voir :
La famille Bélier, The tribe.

Posted in Sourds | Tagged , | Leave a comment

Etre migrant irrégulier en France

« C’est la mort d’un ami, victime de la répression policière de son association étudiante, qui décide Mamadou Conté à quitter la Guinée. Après une étape au Maroc, il entre en France avec un passeport d’emprunt et découvre très vite la réalité de cette vie d’étranger en situation irrégulière puisqu’il est arrêté et placé en rétention quatre mois après son arrivée. Comme la grande majorité des personnes interpellées, il est libéré après cinq jours d’enfermement.

Je repars de moins que zéro : moins un. Je ne suis même pas encore arrivé à zéro. Parce que pour arriver à zéro, il faut au moins une situation, à partir de là chercher un boulot et chercher un logement. Mais là d’abord tu commences par chercher le point zéro […]. Toi t’es même pas au point de départ. Il faut arriver en situation régulière, où tu n’as pas peur d’être persécuté et tout ça, d’être raflé à longueur de journée alors que tu te promènes. Tu vois, c’est le quotidien que nous vivons. (Mamadou Conté, 27 mars 2011.)

Ne pouvant reprendre ses études interrompues en quatrième année, il assiste à quelques cours à l’université et enchaîne les petits boulots pour tenter de subvenir à ses besoins en attendant une régularisation qu’il espère prochaine. Passé le soulagement d’avoir réussi à entrer en France, la plupart de mes interlocuteurs, comme Mamadou Conté, parlent des premiers temps comme d’un « départ à zéro » où tout reste à faire. Trouver un logement, chercher un emploi et surtout apprendre à se débrouiller dans cette nouvelle vie…» Stefan Le Courant in Terrain n°63,

Pour en savoir plus :

Le Courant 5HDDes articles :
« Le temps dilaté, l’espace rétréci. Le quotidien des demandeurs d’asile », Carolina Kobelinsky, Terrain n°63, Attendre.
« Être le dernier jeune. Les temporalités contrariées des migrants irréguliers », Stefan Le Courant, Terrain n°63, Attendre.

• Sites et blogs : 
La demande d'asile en FranceFrance, terre d'asile, Les cada en FranceLe juge de la Cour nationale du droit d’asile et l’intime conviction, Un article "Immigration, asile" dans Libération.

Posted in Immigration | Tagged , , , | Leave a comment

Le conflit, un moteur au sein des entreprises ?

« L’organisation matricielle substitue au modèle hiérarchique traditionnel le principe d’une coopération horizontale entre différentes autorités (techniques, administratives, organisationnelles…). Interdépendantes, celles-ci sont contraintes de négocier en permanence leurs objectifs respectifs pour aboutir à un résultat (une décision, un produit…) jugé acceptable. [...] L’organisation matricielle procède d’un renversement de paradigme en reconsidérant le statut du conflit dans l’organisation du travail. Dans les organisations classiques issues des modèles mécaniques de Taylor et de Fayol, le conflit est conçu comme un frein, comme un dysfonctionnement, comme le détournement d’un cheminement idéal. Il apparaît comme la partie malade dans un corps sain, ce qui appelle des méthodes et des techniques de traitement et de résolution par l’éradication. A l’inverse, l’organisation matricielle appréhende le conflit comme un phénomène inéluctable et comme une modalité de la socialisation. Loin d’être une rupture de la relation, le conflit en est une forme. C’est à partir de cette compréhension du conflit que peut se développer une structure politique basée sur le principe de dépendances réciproques, donc de coopérations et de négociations permanentes d’intérêts contradictoires autour d’objets irrémédiablement communs. [...] Le conflit est présenté comme une situation positive, souhaitable et même désirable. Ce n’est pas un affrontement, c’est une confrontation positive des avis, positive car tournée vers l’objectif de l’entreprise. Ce n’est pas une compétition entre individus, c’est un partage d’informations et de points de vue pour une recherche commune de la meilleure décision. C’est la prise en compte de contraintes d’autrui, grâce à une bonne communication interpersonnelle

Pour en savoir plus :

Décollage du lanceur Ariane 506

Décollage du lanceur Ariane 506

Un article :
"« On ne sait plus qui est le chef. » Travailler et diriger dans l’industrie spatiale", Nicolas Flamant. Terrain n°39, Travailler à l’usine.

Sites et Blogs :
Juri-travail, de nouveaux cadres mis en examen chez France Telecom.

Posted in Travail | Tagged , , | Leave a comment

La "glocalisation" du beau ?

« Les concours de beauté internationaux ne se contentent pas de prospecter de juvéniles beautés « naturelles » au service de l’humanité affligée. Ces femmes ne sont ni des archétypes esthétiques, ni les émanations d’un canon universel. Elles incarnent le patron indigène idéal que veulent afficher les nations sur la scène du beau international ; « Ambassadrices de charme », répète-t-on à l’envi. Chacune est présélectionnée comme la représentante d’un pays – icône nationale ou drapeau, comme le fut et le reste Marianne dans l’histoire de France (Agulhon 1992). Chaque Miss est le pattern d’une culture à destination de la consommation de masse d’un beau standardisé à prétention cosmopolite. Le défilé de cette société des nations donne à voir la gamme des types esthético-ethnico-érotiques possibles, encore qu’arasés par une « éloquence de la face » – définition du maquillage, selon Baudelaire – et un moulage du corps conçus par l’Occident. L’Europe, l’Afrique, l’Océanie, l’Amérique, l’Asie exposent ainsi annuellement leurs Barbie comme autant de fétiches nationalistes sexy. Afin de souligner leur caractère « authentique », ces clairs échantillons d’une « ethnicité nationale » arborent souvent quelques accessoires ad hoc. Tout leur être est le produit d’une négociation préalable entre jurés du pays d’origine sur les critères qui caractérisent la beauté locale, à savoir cette distinction digne d’être exportable pour être internationalement reconnue. » Jackie Assayag in Terrain, n°32

Pour en savoir plus :

Articles :
« La « glocalisation » du beau », Jackie Assayag, Terrain, n°32, Le beau (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Projet Before/after d'Esther Honig : les canons de beauté en fonction des pays, un article dans L'express, l'historique du concours Miss Monde.

• A voir :
Fashion mix au Musée de l'Histoire de l'Immigration, jusqu'au 31 mai 2015.



Posted in beau, Beauté | Tagged , , , | Leave a comment

L'esprit de famille en Corse

« Dans le discours, la famille nioline ne se définit pas par la vie en commun, le travail partagé, la consommation collective, mais par des liens de parenté qui apparaissent comme un donné aussi « naturel » que déterminant (d’une ronce qui s’accroche, on dit qu’elle manifeste sa parenté : apparintevule). On peut ainsi entendre un certain nombre de témoins, étrangers à la Corse, exprimer un étonnement qui, malgré ou précisément à cause de la naïveté de la formulation, acquiert une certaine valeur. Tel, au début du xixe siècle, Joseph Lavallée (1792-1802) qui a parcouru les départements du Liamone et du Golo : « Le moins estimé parmi les Corses est celui qui a le moins de parents. Ils parlent avec orgueil de leur nombreuse famille, ils conservent précisément la mémoire d’une longue filiation d’aïeux. Ils énumèrent la quantité de frères, de gendres, de neveux que leurs ancêtres ont eu » ; ou son contemporain Gabriel Feydel (1798) : « La seule science dont s’occupent les Corses est celle des généalogies. Chacun y sait combien il a de parents mâles jusqu’au quatrième degré et même au-delà et quelles sont dans le pays les familles qui lui sont apparentées » ; ou encore Louis Adolphe Blanqui (1841) parlant de "la vive tendresse qui unit dans une famille corse tous les membres les plus éloignés jusqu’aux arrière-petits cousins. Point de salut hors de la famille !" »* Gérard Lenclud in En Corse.

Pour en savoir plus :

6wI9S_PuBbn3kGyN3CwY-dq8uiNgbhF0hEIQWzrWkHNiSEAyefGmZqq-FbwVsRQlUsLy7QI6kvSoSJw38Tcq1ZEGzY40XsU=s0-d-e1-ft• Un livre :
* En Corse, une société en mosaïque. Gérard Lenclud.

• Un article :
« S’attacher. Le régime traditionnel de la protection en Corse », Gérard Lenclud, Terrain n° 21, Liens de pouvoir.

Sites et blog :
Revue espace-temps, corsicamania, journée mondiale de la Corse, l'association corsicadiaspora.

A voir :
L'esprit de famille en Corse aux Ateliers Varan.

Posted in Corse | Tagged , , | Leave a comment

La frontière homme-animal

« Dans leur quête d’une essence de l’humanité, les philosophes occidentaux ont commis une erreur fondamentale. Au lieu de se demander : « En quoi les humains sont-ils des animaux d’une espèce particulière ? », ils ont retourné la question :  "En quoi les humains diffèrent-ils des animaux ?" Une fois la question posée ainsi, l’humanité n’apparaît plus comme une catégorie de l’animalité  ; au contraire, l’idée que les humains sont d’une autre espèce que les animaux élève l’humanité à un niveau d’existence totalement supérieur à celui des "simples animaux". Sur ce point, je crois que les adultes vezo seraient tout à fait d’accord avec les philosophes occidentaux. En fait, l’idée que les humains appartiennent à un niveau d’existence vraiment supérieur semble être si convaincante et si morale que les gens trouvent difficile qu’on leur demande de se comparer à des animaux. Toutefois, dans leur bavardage moralisateur sur les gens qu’ils connaissent bien (comme leurs voisins ou leurs enfants) et dans leurs explorations des manières de vivre de gens plus lointains qu’ils n’ont jamais rencontrés (comme les Mikea), les adultes vezo évoquent et spéculent sur la frontière qui sépare les humains des animaux. Ainsi faisant, à la question implicite : "En quoi les humains diffèrent-ils des animaux ?", ils répondent implicitement : les tabous. Tout simplement, alors que les humains respectent toute une série de tabous, les animaux ne le font pas. » Rita Astuti in Terrain n°34.

Pour en savoir plus :

56af2033ea Des articles :
* « Les gens ressemblent-ils aux poulets ? Penser la frontière homme-animal à Madagascar », Rita Astuti, Terrain n°34, Les animaux pensent-ils ? (texte intégral).
“Et si le lion pouvait parler… Enquêtes sur l’esprit animal”
, Gérard Lenclud, Terrain n°34, Les animaux pensent-ils ? (texte intégral).
“L’animal intentionnel”, Joëlle Proust, Terrain n°34, Les animaux pensent-ils ?
“Raison humaine et intelligence animale dans la philosophie grecque”
, Jean-Louis Labarrière, Terrain n°34, Les animaux pensent-ils ? (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Homme-animal, les frontières s'estompent.

A faire :
Colloque "L'homme-animal dans les arts visuels" les 9 et 10 décembre au Musée du Quai Branly.

A voir :
L'homme et l'animal, quand la frontière disparaît.

Posted in Madagascar | Tagged , , , | Leave a comment

La salsa : métissage musical

« L’histoire musicale de Cuba peut nous renseigner sur les possibilités d’identification que la salsa, cette forme de danse et de musique d’origine cubaine apparue à New York vers la fin des années 60, offre tout autant aux Africains qu’aux Européens. [...] Théâtre de multiples vagues d’immigration, Cuba élabore un folklore sonore d’une extraordinaire richesse, grâce à l’apport de plusieurs traditions musicales. Après la découverte de l’île, en 1492, les premiers musiciens de la Conquête transfèrent au Nouveau Monde leur patrimoine poétique et musical. Les Noirs, provenant des côtes nigériennes, déplacés en Amérique comme esclaves, ont le don d’assimiler et de transformer ce matériel sonore, tout en lui imprimant, grâce à leur propre culture, un caractère nouveau. Les premiers groupes d’Africains qui débarquent à Cuba (Abakwa, Congos, Arara, mais surtout Yoruba) amènent avec eux les chants et les rythmes de leur terre d’origine. De la même manière que la rencontre entre le panthéon de dieux africains exaltés par la voix des tambours yoruba et le catholicisme imposé aux esclaves par les Espagnols engendre la Santeria, deux cultures musicales se rencontrent à Cuba pour donner lieu à des genres musicaux inédits. Aussi, le processus de créolisation qui débute dès le xvie siècle est accompagné par la naissance d’instruments qui ne sont plus ni européens ni africains mais propres à l’univers caraïbe, mulâtre ou métis. L’influence française, elle, se fait sentir plus tard. A la suite de l’insurrection des esclaves noirs de Saint-Domingue, en 1793, la Convention nationale française abolit l’esclavage dans les colonies. Une partie des colons français, suivis par leurs domestiques les plus fidèles, trouvent alors un refuge sur la côte orientale de Cuba, et particulièrement à Santiago, où ils importent des danses telles que le menuet, le passe-pied, la gavotte et, surtout, la contredanse. Cette dernière a un succès inouï dans l’île. Transformée en contradanza cubana, elle donne lieu à la danza puis au danzón, danse avec couples enlacés, à la différence de la contradanza qui est une danse à figures. Jusqu’aux environs de 1920, le danzón est considéré comme la danse nationale de Cuba. Dans les années 20, La Havane est envahie par le son, grâce auquel les percussions africaines, jusqu’alors confinées dans les quartiers pauvres habités par les Noirs, acquièrent une valeur universelle. Cette musique traditionnelle, populaire, d’origine africaine est à la base de la salsa qui se développe dans les quartiers hispanophones (barrios) de Manhattan, du Bronx ou de Brooklyn, en bénéficiant de l’apport fondamental des musiciens portoricains expatriés à New York. Le mot salsa (littéralement "sauce") indique parfaitement ce mélange d’influences (andalouses, françaises, africaines, new-yorkaises, portoricaines) qui "… à la chaleur de l’invention rythmique du noir… se fondent pour donner naissance à de nouveaux corps". » Déborah Puccio in Terrain n°35.

 Pour en savoir plus :

affiche• Des articles :
« Sous le signe de la salsa. Les danses latino-américaines à Toulouse », Deborah Puccio, Terrain n° 35, Danser.

• Sites et Blogs :
Salsa in Cuba, mundo-latino.

• A faire :
Journée internationale pour l'abolition de l'esclavage.

Posted in Danse | Tagged , , | Leave a comment

La mémoire devant l'histoire

« Les historiens nous apprennent quel a été le nombre de déportés revenus en France, ils peuvent aussi évoquer la difficulté de leur réinsertion. Monsieur R. M., lui, se souvient bien d'un seul rapatrié. " Il avait déjà fait un séjour à l'hôpital, dans un centre de réadaptation, parce qu'il avait été des jours et des nuits à faire des cauchemars, à se rappeler des tortures. Il était d'une maigreur à faire peur. Il ne parlait pratiquement pas de sa déportation. Il ne m'a pas semblé qu'il avait une haine envers les Allemands, ni envers cette frange de Français qui avaient coopéré avec eux. Il avait la tête rasée et venait au bal avec la sœur de son amie, une fille qui avait été tondue à la Libération. On les voyait danser ensemble, tête rasée contre tête rasée. "  L'image de ces deux têtes, rasées l'une par les Allemands-ennemis, l'autre à cause des Allemands-amis, ce rapprochement de deux êtres humiliés, par-delà les causes opposées auxquelles on les avait assimilés, n'ont-ils pas une force démonstrative aussi grande que de longs enchaînements argumentés ? » * Tzvetan Todorov in Terrain n°25.
La mémoire est-elle condamnée à rivaliser avec l'histoire ? La mémoire est subjective, l'histoire, plus objective, certes. La mémoire se réfère au rapport que l'individu entretient avec un passé personnel, alors que l'histoire se voit décrite comme un discours impersonnel, froid, sec, abstrait, qui ignore le vécu humain. Pour autant, l'histoire a-t-elle, seule, le monopole de la vérité ? Les historiens comme les ethnologues n'ont-ils pas tout intérêt à accueillir à leurs côtés les voix de ce que l'on appelle la mémoire ? Mémoire et histoire peuvent-elles être complémentaires ?

Pour en savoir plus :

fraternite_2014_visuel_final_affiche_-_copie• Des articles : 
* « La mémoire devant l’histoire »
, Tzvetan Todorov, Terrain n° 25, Des sports. 
« Penser et définir l’événement en histoire. Approche des situations et des acteurs sociaux », Arlette Farge, Terrain n° 38, Qu'est-ce qu'un événement ? « Quand la mémoire resurgit. La rébellion de 1947 et la représentation de l’Etat contemporain à Madagascar », Jennifer Cole, Terrain n° 28, Miroirs du colonialisme.

• Sites et blog :
La mémoire de la Shoah : pourquoi faire ?, Carte interactive des lieux d'histoire et de mémoire, seconde guerre mondiale : mémoire des hommes.

• A faire :
Colloque-débat "Fraternité 2014 : Devoir(s)de Mémoire(s) : Enrichissement commun ou concurrence victimaire ? " le vendredi 28 novembre 2014 à 20h30 au CCLJ de Bruxelles, le Mémorial de la Shoah, Maison de l'histoire de France, Mémorial de la seconde guerre mondiale, Normandie.

Posted in Guerre 39-45, Holocauste | Tagged , , | Leave a comment

Danser : le corps dérobé

« La pulsation propre à la chorégraphie contemporaine tend vers le scintillement du corps, vers une alternance de sa présence et de son absence. Il existe une propension de la danse actuelle à faire que le corps se dérobe au sens premier du terme qui veut dire « dépouiller ». En effet, le corps humain, dans de nombreuses pièces, est mis à nu physiquement, précisément il est dénudé en une sorte de strip-tease dramatique ou désopilant. Peut-être alors la chorégraphie, qui est devenue un art parfaitement hybride, est-elle aux limites de la pensée, avec la nudité ? Georges Bataille a eu cette formule frappante : " Je pense comme une fille enlève sa robe. A l’extrémité de son mouvement, la pensée est l’impudeur, l’obscénité même". Les mouvements extrêmes de la chorégraphie contemporaine frôlent véritablement l’érotisme, l’obscénité parfois, mais dans un déplacement qui relève de la parodie, de la violence ou de la radiographie de l’image. [...] Cependant, le corps se dérobe aussi parce qu’il échappe aux catégories auxquelles on veut l’assigner. Il est continuellement fuyant dans les ruptures de symétrie particulières à la contemporanéité dansante, d’où les figures paradoxales de l’esquive, de l’échappée, de l’évitement, du dégagement, entre les corps. Cela n’empêche pas la mêlée à un autre moment. Tous les codes de la danse moderne sont comme détournés, détruits, ou présentés à la dérobée, c’est-à-dire de façon furtive, subrepticement. »* Alain Mons in Terrain n°35.

Pour en savoir plus :

forumsante-360• Des articles :
*« Le corps dérobé», Alain Mons, Terrain, n°35, Danser (texte intégral).
« La danse, le corps, l’inconscient », José Gil, Terrain, n°35, Danser (texte intégral).
« A propos de Café Müller. Une pièce de Pina Bausch», Claudine Vassas, Terrain n°49, Toucher.
« La downtown dance à New York. Contexte socio-économique et préoccupations esthétiques », Terrain n°35, Danser (texte intégral).
« Le hip-hop. Une autre révolution », Felicia McCarren, Terrain n°44, Imitation et Anthropologie (texte intégral).
« A propos de Café Müller. Une pièce de Pina Bausch», Claudine Vassas, Terrain n°49, Toucher (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Le centre national de la danse, Danse aujourd'hui, ladanse.com, un blog sur la danse contemporaine, la danse contemporaine et ses rituels, le centre national de danse contemporaine-Angers.

• A faire :
Forum international "Danse et Santé" au centre national de la danse, les 27 et 28 novembre 2014.

Posted in Corps, Danse | Tagged , | Leave a comment

Imitation et anthropologie

« Dans les années 1950 et 1960, les critiques de l’impérialisme ont placé les phénomènes d’imitation au cœur de l’aliénation coloniale. Dressant le portrait du colonisé en regard de celui du colonisateur (Memmi 1957 ; Fanon 1952), elles dénonçaient la double contrainte de l’assimilation. Exigée de l’indigène, à qui l’on demande en permanence de se nier, c’est une entreprise nécessairement vaine, l’identification de l’indigène avec le civilisé étant proprement impossible. "A l’effort obstiné du colonisé de surmonter le mépris […], à sa soumission admirative, son souci appliqué de se confondre avec le colonisateur, de s’habiller comme lui, jusque dans ses tics et sa manière de faire la cour, le colonisateur oppose un deuxième mépris : la dérision. […] Car jamais il n’arrivera à s’identifier à lui, pas même à reproduire correctement son rôle. Au mieux, s’il ne veut pas trop blesser le colonisé, le colonisateur utilisera toute sa métaphysique caractérologique. Les génies des peuples sont incompatibles ; chaque geste est sous-tendu par l’âme entière, etc. Plus brutalement, il dira que le colonisé n’est qu’un singe. Et plus le singe est subtil, plus il imite bien, plus le colonisateur s’irrite " (Memmi 1973).» Emmanuelle Saada in Terrain n°44.
La notion d’imitation a été au cœur du projet colonial de la IIIe République. Dans les années 1920 et 1930, l’imitation est surtout objet de préoccupations de la part de l’administration coloniale. Dans la mesure où elle se donne pour tâche de reproduire le grand partage entre « indigènes » et « citoyens », elle doit faire face à une double contrainte posée par l’existence de phénomènes mimétiques : si l’imitation est l’instrument privilégié de la « mission civilisatrice », elle remet en cause la dichotomie colonisateur/colonisé au fondement de la domination coloniale produisant des « décivilisés » européens et des « évolués » indigènes.

Pour en savoir plus :

colonisationDes articles : 
* "Entre "assimilation" et "décivilisation". L’imitation et le projet colonial républicain", Emmanuelle Saada, Terrain n° 44, Imitation et anthropologie (texte intégral).
"Julius Lips et la riposte du sauvage. L’homme blanc vu par les indigènes"
Pierre Centlivres, Terrain n°28, Miroirs du colonialisme.
« Solitaire et solidaire » Entretien avec Edouard Glissant »
, Philippe Artières, Terrain, n°41 - Poésie et politique (texte intégral). "Miroirs du colonialisme" Gérard Lenclud, Terrain n°28, Miroirs du colonialisme (texte intégral).
"Quand la mémoire resurgit. La rébellion de 1947 et la représentation de l’État contemporain à Madagascar"
, Jennifer Cole, Terrain n°28, Miroirs du colonialisme (texte intégral).
"Charles de Foucauld face aux Touaregs. Rencontre et malentendu"
, Dominique Casajus, Terrain n°28, Miroirs du colonialisme (texte intégral)."
« Il a tué les chefs et les hommes. » L’anthropologie, la colonisation et le changement social en Nouvelle-Calédonie"
, Michel Naepels, Terrain n°28, Miroirs du colonialisme (texte intégral).
"« Merci à vous, les Blancs, de nous avoir libérés ! » Le cas des Dìì de l’Adamaoua (Nord-Cameroun)"
, Jean-Claude Muller, Terrain n°28, Miroirs du colonialisme.
"Au nom des « vrais Africains ». Les élites scolarisées de l’Afrique coloniale face à l’anthropologie (1930-1950)"
, Benoît de L’Estoile, Terrain n°28, Miroirs du colonialisme (texte intégral).
"La psychanalyse au secours du colonialisme. À propos d’un ouvrage d’Octave Mannoni"
, Maurice Bloch, Terrain n°28, Miroirs du colonialisme (texte intégral).

Sites et Blogs :
Education contre le racisme, études coloniales, le site africultures, sur Edouard Glissant, fondation Lilian Thuram, "l'invention du sauvage" au musée du Quai Branly.

A faire :
"Zoo humains, l'invention du sauvage" au Museum d'histoire naturelle d'Angers jusqu'au 28 décembre.

Posted in Colonialisme | Tagged , | Leave a comment

Australie : vers le multiculturalisme ?

«  Dans un appartement de la banlieue de Melbourne, Bich, une jeune femme vietnamo-australienne d’une vingtaine d’années, se réveilla en entendant à la radio les nouvelles du drame. "Merde !, grommela-t-elle en replongeant la tête sous les draps, que c’est embarrassant !". En racontant ce moment, plusieurs mois après les faits, elle était encore choquée et légèrement déconcertée par sa réaction initiale – sans hésiter cependant à en faire part. Elle se souvient des sentiments qu’elle éprouva tandis qu’elle était sous le feu des actualités radiophoniques et de leurs commentaires consternants. Elle ne ressentit de tristesse ni pour les jeunes assassinés ni pour leur famille, elle ne ressentit que de la honte et de l’humiliation. "Je le ressentis physiquement", dit-elle, en évoquant sa fureur provoquée par le comportement de ces "imbéciles de garçons viets". Elle se souvient de n’avoir eu qu’une seule pensée clairement formulée : "Quels imbéciles de cons stupides !". Tout en se préparant pour aller au travail, Bich devenait de plus en plus préoccupée et agitée en imaginant les gens qu’elle allait rencontrer et qui l’identifieraient comme étant une Vietnamienne. Il n’y avait pas moyen, se lamentait-elle, d’échapper à cette identité. Et ce jour-là, tout particulièrement, elle enrageait de n’être visible pour le monde extérieur qu’en tant que Vietnamienne. (...)
La promesse d’appartenance multiculturelle est-elle donc vide ? Peut-être cet attachement à  "faire partie" est-il fait d’"optimisme cruel". Les possibilités d’appartenance dans un espace multiculturel, hiérarchique et racial, basé sur une hiérarchie raciale dont le citoyen idéal demeure blanc – ni jaune ni noir –, sont compromises dès le départ. Les immigrants en Australie, ordonnés en fonction d’une hiérarchie légitimée par la race, deviennent socialement visibles à cause de leurs « différences », générant le désir chez certains de devenir invisibles. Quand ils parlent de leur désir d’invisibilité, ils plaident pour être vus différemment plutôt qu’être perçus comme différents. Pour ceux dont la différence est visible, pour qu’ils puissent être vus autrement, le regard du multiculturalisme doit être modifié. Quand la honte colle et fige sur place les corps, cet état exige soit de remplacer la personne, soit de transformer le monde qui produit ce corps empli de honte. »* Maree Pardy in Terrain n°63.

Pour en savoir plus :

sc0012

Attendre de faire partie. Des Vietnamiens-Australiens célèbrent la fête nationale : un avant-goût du sentiment d'appartenir pleinement à la société multiculturelle australienne.

• Un article :
*
« Honteux d’attendre. Vouloir devenir invisible (Australie) », Maree Pardy, Terrain n°63, Attendre.

• Sites et Blogs :
Regard critique sur le multiculturalisme australien, Multiculturalisme, l'Australie divisée.

Posted in Immigration, Multiculturalisme | Tagged , , , | Leave a comment

Mémoire et identité en Bosnie-Herzégovine

« Les méthodes employées pendant la guerre en Bosnie comprennent le siège prolongé des villes et leur affamement, l'usage symbolique de la violence (par exemple, les croix tailladées dans la chair vive), la prise comme cible de guerre de populations civiles et d'édifices religieux entraînant la mort et la destruction, le pillage, le feu, le viol, la castration. S'y ajoute l'obligation faite aux victimes de bafouer leurs propres traditions culturelles (en contraignant, par exemple, les Musulmans à uriner dans les mosquées) ou de rendre hommage à celles de leurs bourreaux (en forçant, notamment, les non-Serbes à entonner des chansons serbes). Ces actes et d'autres du même ordre nous sont devenus familiers à travers les récits des victimes. (...) Nombre de camps ont été improvisés, établis dans des écoles, des usines, des complexes miniers et autres. Nombre de bourreaux et d'assassins étaient des voisins, des collègues, des amis. Il existe certes à cela des raisons manifestement pratiques. Pour les camps, il s'agissait d'aller vite et le bâtiment le plus proche faisait l'affaire. Les gens du pays étaient sur place et ils se chargeaient des tortures et des meurtres ; il aurait été difficile d'enrôler des forces de l'extérieur en nombre suffisant pour faire le travail. Cependant, la nature personnelle de la violence et le fait qu'elle s'exerce dans des lieux et des décors bien trop connus des victimes est en soi un facteur essentiel dans le succès de la purification ethnique. Les voisins et les quartiers, les espaces et les lieux sont profondément imprégnés par les souvenirs de vies partagées et par l'idée que vous vous faites de la Bosnie. En transformant les voisins avec qui les relations étaient essentielles sur le plan économique, rituel et social en bourreaux et en meurtriers, en transformant les quartiers de voisinage en abattoirs, en transformant l'école même que vous aviez fréquentée en camp où l'un de vos anciens camarades de classe, ou l'un de vos élèves, vous retient prisonnier, les images que les gens avaient de la vie qu'ils avaient menée sont déformées et détruites, ainsi que la signification des lieux et le sens même du mot « voisin », intimement associé à la définition de la Bosnie et à certaines connotations du narod (peuple, nation). »* Cornélia Sorabji in Terrain n° 23.
Cette violence est directement liée aux tentatives de modification des significations attribuées localement à la catégorie abstraite, et toute moderne, de « nation ». Les brutalités visent à humilier, terroriser et tuer la population « ennemie » afin de l'expulser du territoire, mais aussi à transformer les présupposés communs aux victimes et à leurs persécuteurs quant à la nature même des groupes et des limites identitaires, cela afin de prévenir tout retour futur de la population exilée.

Pour en savoir plus :

Camp de Trnopolje en 1992 (photo S. Connors)

Camp de Trnopolje en 1992 (photo S. Connors)

Des articles :
* « Une guerre très moderne. Mémoire et identités en Bosnie-Herzégovine »
, Cornélia Sorabji, Terrain n° 23, Les usages de l'argent.
« Techniques de la menace »
, Élisabeth Claverie, Terrain, n° 43, Peurs et menaces.

• Site et blog :
Le nettoyage ethnique en Bosnie-Herzégovine : buts atteints ?, la guerre de Bosnie-Herzégovine a fait chuter sa population de 600 000 personnes, la guerre en Bosnie : archives INA, le courrier de la Bosnie-Herzégovine.

Posted in Epuration, Identité nationale | Tagged , , , , , | Leave a comment

La Grande Guerre

« Ah! Combien la vie nous semblait incomparablement plus belle, maintenant qu'à nouveau la mort nous menaçait de plus près / et que / revenait l'espoir des franches bordées, des coups directs, de la bataille, enfin! Kadoré, 1917. (...) A ce moment-là, j'ai eu le fol espoir que nous étions attaqués, qu'il allait s'ensuivre quelque chose, et qu'enfin nous allions nous battre. J'ai serré contre moi mon fusil avec amour. Emile Henriot, 1915. (...) A lire les correspondances et  les carnets de route des soldats de la Première guerre mondiale, on peut décrire toute la vie menée dans cette zone interdite aux civils, qu'on appelle la ligne de feu ou, en argot de l'époque,  le rif ou la riflette. Ces témoignages peuvent sembler paradoxaux et se heurtent, parfois, à notre représentation de la guerre. » Evelyne Desbois in Terrain n°19.

Les manifestations du souvenir, les commémorations et les monuments aux morts font référence aux seuls "morts pour la France" - tués le plus souvent mais pas toujours par l'ennemi - et n'évoquent pas, le moins du monde la face active du combat.
Stupeur, peur, enthousiasme, héroïsme, douleur... Quelles images gardons-nous de cette guerre de 14-18 ? Quelles traces a-t-elle laissées ? Comment ont (sur)vécu les blessés et mutilés de guerre ? Que valent les morts de guerre ? Et les morts "ennemis" ?

Pour en savoir plus :

Sur le front. Départ pour les tranchées, 1915. Illustration de Raymond Renefer.

Sur le front. Départ pour les tranchées, 1915. Illustration de Raymond Renefer.

Articles :
« Vivement la guerre qu'on se tue ! », Evelyne Desbois, Terrain, n°19, Le Feu (texte intégral).
« Les clichés de la Grande Guerre », Yves Pourcher, Terrain, n°34, Les animaux pensent-ils ?
« La fouille des champs d'honneur », Yves Pourcher, Terrain, n°20,  La mort (texte intégral).
« Grand-Guignol », Evelyne Desbois, Terrain, n°18, Le corps en morceaux (texte intégral).

Sites et Blogs :
Mémoire des hommes du ministère de la défense, une exposition de l'ONAC (Office National des Anciens Combattants), un blog sur la grande guerre, le centenaire de la Grande Guerre.

A voir :
Historial de la Grande Guerre, l'ossuaire de Douaumont, Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux.

• A faire :
La grande collecte, les 14 et 15 novembre 2014 vous êtes invités, dans toute la France, à présenter vos souvenirs familiaux de la Grande Guerre à des professionnels de la conservation, Programme des évènements dans toute la France pour le centenaire de la Grande Guerre.

Posted in Guerre 14-18 | Tagged , , | Leave a comment

A l'écoute de Paul Klee

Voici un des exercices donné par Paul Klee à ses étudiants du Bauhaus en 1921 :

« Exercice : le violon.
Modèles : un violoncelle, deux violons.
Avertissement : le violon doit être considéré comme une forme achevée, une œuvre d'art, un personnage indépendant (non pas comme un instrument). Telle est, par exemple, la conception de Picasso, de Braque et du groupe actuel de Paris.
Il est recommandé à ceux qui manquent d'assurance de commencer par des exercices d'analyses : plus tard, ils pourront passer à un style de composition plus libre, utilisant les formes qu'ils auront pratiquées.
Souhait implicite : le plus de liberté possible ; s'inspirer davantage de ce que suggère le violon que du violon lui-même..."
L’exercice proposé invite donc à se saisir du modèle pour établir avec lui, par la réflexion et par l’intuition, ce contact plus intime et plus profond qui fera surgir sur le papier ou la toile non le violon tel qu’il s’offre dans son apparence optique, mais ce qu’il "suggère"  : une intériorité. Ce contact ne peut avoir lieu sans le préliminaire de l’analyse, de ce que Klee nomme  "la recherche exacte" : connaissance des lois de l’esthétique, connaissance aussi des mécanismes, des lois internes – jeu de forces, de tensions – gouvernant l’objet pris pour modèle. Il s’agit donc de reconstruire librement le réel, d’en faire surgir un  "personnage indépendant", un "organisme formel avec sa respiration vivante", c’est-à-dire une œuvre.
S’il est bien ce personnage indépendant, cet organisme vivant évoqués en 1921, le violon de 1939 avec sa tête à l’envers, mais aussi, second trouble, avec la non moins curieuse absence de ses clés, invite à se demander ce que « suggère » ici l’instrument à son artiste… Peut-on approcher, si peu que ce soit, les choix qui ont guidé son crayon vers le tracé de cette figure, vers la forme sensible de ce violon dont la vibration ténue, tout ensemble consonante et dissonante, questionne ? » Annie Paradis in Terrain n° 53.

Pour en savoir plus :
Violon et archet, Paul Klee, 1939 (Privatbesitz Schweiz, Depositum im Zentrum Paul Klee, Berne, ADAGP)

Violon et archet, Paul Klee, 1939 (Privatbesitz Schweiz, Depositum im Zentrum Paul Klee, Berne, ADAGP)

Articles :
"À l’écoute de Paul Klee. Les choses sont-elles (aussi) corps de violons ?" Annie Paradis, Terrain n° 53, Voir la musique.

Sites et Blogs :
Jouer avec Paul Klee, Paul Klee.

A voir :
Centre Paul Klee à Berne.

 

Posted in Musique | Tagged , , | Leave a comment

La Toussaint

" Hertz l'a bien montré, il y a peu de cultures en dehors de la nôtre où l'on croit qu'un être humain est soit totalement vivant, soit totalement mort. Dans bien des cas, on croit à l'existence d'une sorte d'état « intermédiaire ». Celui-ci peut être marqué par des rituels funéraires très longs, jalonnés d'étapes censées correspondre à un moment précis de la transformation.[…] C'est peut-être la doctrine bouddhiste et hindouiste du karma qui exprime cette idée de continuité avec le plus de clarté. Selon elle, la vie d'un être humain n'est que la récompense ou le châtiment de ses vies antérieures. Ce qu'il y a de particulièrement intéressant, ici, c'est que la vie et la mort s'intègrent totalement dans un processus unique. Les symboles utilisés dans les funérailles bouddhistes tibétaines, où le corps est abandonné petit à petit, montrent bien que, dans ces religions, le concept de mort est progressif. " Maurice Bloch in Terrain n°20*.
La conception de la mort diffère selon les cultures et les religions, fin en soi pour certains, transition pour d'autres. De même, les rituels et les croyances qui s'élaborent autour de la mort, certains peuples célèbrent leurs morts, d'autres les oublient. Comment compose-t-on avec la mort ? Comment se la représente-t-on ? Quel est le rapport entre vivants et morts ? Et enfin comment affrontons-nous la mort, la nôtre et celle des autres ?

Pour en savoir plus :

Lamentation commémorative au cimetière pour la fête des morts

Un livre :
Nous, on n'en parle pas. Les vivants et les morts chez les Manouches. Patrick Williams.

Des articles :
« Réseaux de vivants, solidarités de morts » Christophe Pons, Terrain, n°38, Qu'est-ce qu'un événement ?
« L'oubli des morts et la mémoire des meurtres », Anne Christine Taylor, Terrain n°29, Vivre le temps (texte intégral).
* "La mort et la conception de la personne", Maurice Bloch, Terrain n°20, La mort (texte intégral).
"Mauvaises morts, prêtres impurs et pouvoir récupérateur du chant. Les rituels mortuaires chez les Tsiganes de Hongrie", Michael Stewart, Terrain n°20, La mort (texte intégral).
"La fouille des champs d’honneur. La sépulture des soldats de 14-18", Yves Pourcher, Terrain n°20, La mort (texte intégral).
"La maison du pendu. Le suicide chez les vaqueiros des Asturies", Maria Cátedra, Terrain n°20, La mort (texte intégral).
"La mort en images", Francesco Faeta, Terrain n°20, La mort (texte intégral).
"« Dans un amphithéâtre… » La fréquentation des morts dans la formation des médecins", Emmanuelle Godeau, Terrain n°20, La mort (texte intégral).
"Le mort maquillé. Funeral directors américains et fossoyeurs portugais", Clara Saraiva, Terrain n°20, La mort (texte intégral).

Sites et Blogs :
Une aide au travail de deuil, l'association sosfindevie, le blog Toussaint, le portail de la liturgie catholique.

Posted in Mort | Tagged , , | Leave a comment