18 avril : Journée internationale des monuments et des sites

« Dans les “Considérations désobligeantes”, partie de ses Œuvres pré-posthumes, Robert Musil consacre quelques pages incisives aux monuments, dont il souligne d’entrée la propriété essentielle :
Entre autres particularités dont [ils] peuvent se targuer, la plus frappante est, paradoxalement, qu’on ne les remarque pas. Rien au monde de plus invisible. Nul doute pourtant qu’on ne les élève pour qu’ils soient vus, mieux pour qu’ils forcent l’attention ; mais ils sont en même temps, pour ainsi dire, « imperméabilisés », et l’attention coule sur eux comme l’eau sur un vêtement imprégné, sans s’y attarder un instant (Musil 1965).
La réflexion se vérifie aisément si l’on considère le fourmillement des appels à la mémoire qui ponctuent le décor urbain occidental : plaques commémoratives apposées sur les façades, statues de célébrités, ou encore petits édifices porteurs de dates et de noms qui font signe vers un élément précis du passé. Leur absence soudaine nous troublerait, mais l’habitude fait qu’on leur attache moins d’attention qu’à une vitrine, un factionnaire ou « un sou tombé sur le trottoir ». [...] « Il doit bien y avoir une explication », poursuit Musil. Et il en propose une qui renvoie à un principe très général – l’habitude érode la perception – mais qui vaut surtout pour ses effets ironiques. Les édifices pour la mémoire deviennent inexorablement les instruments d’un effacement et la meilleure façon de traiter les grands hommes est sans doute de leur élever des monuments.
Sans doute Musil vise-t-il dans ces propos ce que son contemporain, Aloïs Riegl, viennois comme lui, avait nommé en 1903 les « monuments intentionnels », érigés pour instituer une pensée collective, affirmer une valeur, fixer le souvenir puisque les sens premiers des deux termes – mémoire et monument – se recouvrent tout comme leur étymologie. Mais son texte provocateur nous invite opportunément à dissocier opération monumentale et mémoire collective, puisque le monument qui se « fait oublier » ne contribue guère, de façon assurée et automatique, à la pérennisation de son sujet. La même érosion est-elle avérée pour l’autre catégorie de monuments, celle que les sociétés décident de conserver et de restaurer comme témoins du passé, leur conférant une valeur nouvelle qui se substitue ou se rajoute à leur fonction originelle ? »* Daniel Fabre in Les monuments sont habités.
Comment faire vivre un monument ? Quelles sont les relations, complexes et changeantes, entre le monument et les populations qui vivent autour de lui ?

Pour en savoir plus :

les monuments sont habitesDes livres :
Les monuments sont habités. Sous la direction de Daniel Fabre et Anna Iuso.
La Fabrique du patrimoine
.
“De la cathédrale à la petite cuillère”, Nathalie Heinich.
Domestiquer l’histoire. Ethnologie des monuments historiques. Sous la direction de Daniel Fabre.

Des articles :
* « Habiter les monuments », Daniel Fabre, in Les monuments sont habités. Sous la direction de Daniel Fabre et Anna Iuso (texte intégral).
“Construire l’avenir. Matérialité, imagerie et politique à Astana (Kazakhstan)”, Vintilâ Mihâilescu, Terrain n°57, Mentir.
“L’Esprit de patrimoine”. Jean-Louis Tornatore, Terrain, n°55, Transmettre.
« Faire et défaire les “monuments” », Berardino Palumbo, Terrain n° 36, Rester liés (texte intégral).
« Les monuments historiques demain… »,
Eugène Ollivier,Terrain n°9, Habiter la Maison (texte intégral).

Sites et Blogs :
Conseil international des monuments et des sites, le patrimoine mondial à l’Unesco, le réseau des chercheurs sur les patrimonialisations, la fondation du patrimoine, pour la sauvegarde du Paris historique.

A faire :
Journée internationale des monuments et des sites.

Posted in Monuments | Tagged , | Leave a comment

La Grande Guerre au quotidien

« Le 1er août 1914, la France veille sur ses champs et sur ses récoltes. Le temps est lourd, lent, sans vent et sans bruit, étouffant de chaleur et de vide. Soudain, c’est la rupture : les cloches sonnent, les roulements de tambour retentissent. Aussitôt, c’est la pagaille avec ses courses, ses cris, ses pleurs de femmes. Les couples se forment et s’embrassent, les voisins se rapprochent, se serrent. “On vit des choses extraordinaires : des frères irréconciliables se réconcilièrent, des belles-mères avec leurs gendres ou belles-filles qui la veille encore se seraient giflées et arraché les cheveux échangèrent le baiser de paix, des voisins qui ne voisinaient plus reprirent les plus amicales relations. Il n’y eut plus d’adversaires politiques, insultes, injures, haines, tout fut oublié. Le premier effet de la guerre était d’accomplir un miracle, celui de la paix, de la concorde, de la réconciliation entre des gens qui s’exécraient.” (…) Le 1er août 1914, les témoins sont-ils troublés ou aveugles comme ils l’ont été, dans l’entre-deux-guerres, face au danger de la menace nazie et comme ils le seront en 1940 ? Ainsi, Claude Lévi-Strauss a-t-il reconnu son désarroi : “J’étais comme la plupart atteint de totale cécité. On ne peut pas voir ce qui n’a pas de précédent. On reconnaît, mais on n’imagine pas.” » Yves Pourcher in Terrain n°34.

Stupeur, peur, tristesse, enthousiasme, confiance, héroïsme, douleur… Du désordre et de la complexité de ces sentiments, comment (r)établir une image de la première guerre mondiale ? Faut-il recourir à la fiction, nécessairement réductrice, pour éviter l’oubli et dire la douleur des hommes ?

Pour en savoir plus :

14-18-PARIS-GUERRE-affiche-OK-

 

• Articles :
« Les clichés de la Grande Guerre », Yves Pourcher, Terrain, n°34, Les animaux pensent-ils ? (texte intégral). 
« Vivement la guerre qu’on se tue ! »
, Evelyne Desbois, Terrain, n°19, Le Feu (texte intégral). 
« La fouille des champs d’honneur », Yves Pourcher, Terrain, n°20,  La mort (texte intégral).
« Grand-Guignol », Evelyne Desbois, Terrain, n°18, Le corps en morceaux (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Le projet Mémoire des hommes du ministère de la défenseun site en anglaisun blog sur la grande guerre.

• A voir :
Paris 14-18, la guerre au quotidien jusqu’au 15 juin 2014 à Galerie des bibliothèques de la Ville de Paris, le musée de la grande guerre en Picardiel’ossuaire de Douaumont.

Posted in Guerre 14-18 | Tagged , , , | Leave a comment

Morts et vivants : un réseau de solidarité

« Une informatrice islandaise déclarait un jour : “Mais pourquoi des étrangers font-ils tout ce chemin pour venir poser des questions aussi bêtes ? C’est comme si moi j’allais en France pour interroger les gens sur… sur ce plateau de fruits par exemple ! Que peut-on bien en dire ? C’est un plateau rond, de couleur blanche avec deux pommes et trois bananes à l’intérieur ! Et après ? Il y en a dans toutes les maisons, des plateaux comme ça, et pas seulement en Islande ! Est-ce que ça vaut la peine de faire des milliers de kilomètres pour ça ? Non ! Eh bien quand tu viens nous poser des questions sur les morts et je ne sais quoi d’autre, ça revient à la même chose ! Il y a des morts dans toutes les maisons comme il y a des plateaux avec des fruits… Qu’est-ce qu’on peut bien te dire de plus ? D’ailleurs, tu sais, les gens sont très étonnés ici de voir quelqu’un qui pose ce genre de questions, et ils se disent que t’es vraiment bizarre.” » Christophe Pons in Terrain n°38.
Dans la société islandaise, les morts font pleinement partie de l’espace social des vivants : ils peuplent les foyers domestiques de leurs descendants. Ce « partage des lieux » se manifeste notamment par l’habitude, revendiquée par les Islandais, de rencontrer les morts. Des réseaux de solidarités se tissent ainsi entre les communautés de vivants et de morts. Un système généralisé d’échanges se dévoile : celui-ci procède par une coopération des morts et des vivants qui s’inscrivent mutuellement dans leurs communautés respectives.

Pour en savoir plus :

Un temple islandais construit au coeur du cimetière. Entre Noël et le jour de l'an, toutes les tombes sont rituellement illuminées.

Un temple islandais construit au cœur du cimetière. Entre Noël et le jour de l’an, toutes les tombes sont rituellement illuminées.

Des articles :
* « Réseaux de vivants, solidarités de morts » Christophe Pons, Terrain, n°38, Qu’est-ce qu’un événement ?
« Thanatos et Eros. Les morts au service des relations amoureuses dans la religion palo monte (Cuba) »
, Katerina Kerestetzi, Terrain  n°62, Les morts utiles
« Les morts utiles »
, Vinciane Despret, Terrain n° 62, Les morts utiles.

« En aparté avec les morts… »
, Pascale Trompette et Sandrine Caroly, Terrain n°43, Peurs et menaces.
« L’oubli des morts et la mémoire des meurtres », Anne Christine Taylor, Terrain n°29, Vivre le temps (texte intégral).
“La mort et la conception de la personne”, Maurice Bloch, Terrain n°20, La mort (texte intégral).
“Mauvaises morts, prêtres impurs et pouvoir récupérateur du chant. Les rituels mortuaires chez les Tsiganes de Hongrie”, Michael Stewart, Terrain n°20, La mort (texte intégral).
“La maison du pendu. Le suicide chez les vaqueiros des Asturies”, Maria Cátedra, Terrain n°20, La mort (texte intégral).
“La mort en images”, Francesco Faeta, Terrain n°20, La mort (texte intégral).

Sites et Blogs :
Ces morts qui soutiennent les vivants” et  “les rituels funéraires 2.0″ dans Le Monde.

Posted in Mort | Tagged , , , , , , , | Leave a comment

Des Tsiganes en Europe

C’est le 8 avril 1971, que les Roms, qui représentent la première minorité de l’Union européenne, choisissaient, malgré une situation encore difficile, les symboles de leur communauté ainsi que leur drapeau et leur hymne. Le terme Tsigane est une appellation générique qui regroupe en réalité une multiplicité de communautés : Slovensko Roma, Rom Lovara, Sinti Piémontais, Gadjkene Manus, Rom Gabori, Yénishes, Gitanos de San Miguel, Gitanes Catalans, Rom Kalderas, Tinkers, Voyageurs, Travellers, Gitanos Canasteros, Xoraxane Roma, Rom Curara, Calon, Sinte Estraixaria, etc etc.
Cependant, au-delà de leur diversité, un certain nombre de traits communs apparaissent : l’immersion dans un territoire qui n’est pas le leur, la dispersion au milieu d’autres populations et l’illégitimité de leur présence.
Ainsi les différentes communautés tsiganes ont toutes à affronter la même épreuve : comment assurer une (relative) autonomie, une (relative) cohésion et une capacité de perpétuation dans cette situation ? En un mot, comment rester ce qu’ils sont ? À cette unique question, chaque groupe apporte une réponse qui lui est propre.

Pour en savoir plus :

• Des livres :
Des Tsiganes en Europe. Sous la direction de Patrick Williams.
“Nous, on n’en parle pas.” Les vivants et les morts chez les Manouches , de Patrick Williams.

• Des articles :
“Une catastrophe invisible. La Shoah des Tziganes”, Michael Stewart, Terrain, n° 54, Catastrophes.
“Satan, agent musical. Le pouvoir ambivalent de la musique chez les Tsiganes évangéliques de la péninsule Ibérique”, Terrain, n°50, Le diable.
“Quand les yeux servent de langue. Regards gitans, actions payas en semaine sainte (Andalousie)”, Caterina Pasqualino. Terrain, n°30, Le regard (texte intégral).
“La passion de l’argent”, Michael Stewart, Terrain, n° 23,  Les usages de l’argent (texte intégral).
“Mauvaises morts, prêtres impurs et pouvoir récupérateur du chant”, Michael Stewart, Terrain, n°20, La mort (texte intégral).
“Un peuple sans patrie”, Michael Stewart, Terrain, n° 17, En Europe, les nations (texte intégral).
“Les ‘compagnons du buisson’ . Le hérisson au pays des Tsiganes” , Alain Reyniers, Terrain, n° 10, Des hommes et des bêtes (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Un excellent site internet, Urba-Rom, qui regroupe une centaine de chercheurs européens et vise en particulier à assurer une veille scientifique sur les questions liées aux politiques en direction des groupes dits « Roms-Tsiganes ». Le site de la revue Études Tsiganes.

Posted in Non classé, Tsiganes | Tagged , | Leave a comment

La théorie de la démarche de Balzac

« Au début des années 1830, moment de la rédaction de la théorie balzacienne de la démarche, le mouvement humain a donné lieu à des savoirs multiples qui circulent dans la société. L’exigence de Balzac était de rassembler ces éléments de savoir afin d’arriver, sous une forme personnelle, à une synthèse ambitieuse, une véritable « science complète ». [...] Balzac ne déclare-t-il pas que la « démarche est la physionomie du corps » ? Selon cette formule, les pensées les plus secrètes, les émotions les plus cachées se manifestent à l’œil exercé du théoricien de la démarche : « N’est-il pas effrayant de penser qu’un observateur profond peut découvrir un vice, un remords, une maladie en voyant un homme en mouvement ? Quel riche langage dans ces effets immédiats d’une volonté traduite avec innocence ! ». Balzac énonce en effet les principes d’une sémiotique du mouvement apte à différencier la démarche des types humains selon les classes sociales ou les métiers différents. Intimement liée au rituel de la promenade, la marche est donc articulation expressive : à travers les signes extérieurs, elle donne à lire quelque chose qui se cache à l’intérieur, dans l’âme ou dans l’esprit, du marcheur. » Andreas Mayer in Terrain n°46.
La marche de l’homme est-elle un objet anthropologique ? Pour Balzac, une science du mouvement naturel est impossible, car son objet est toujours marqué par la société. La solution que les savants proposent est purement technique : la nature du corps en mouvement apparaîtra enfin, mais seulement à l’aide d’artifices. Ainsi se manifeste un paradoxe qui caractérise le projet de libération du « corps naturel » au XIXe siècle : l’accès à l’état naturel du corps nécessite un travail méticuleux et incessant de mesure et de contrôle de ses mouvements qui se fera à l’aide des laboratoires et des machines!

Pour en savoir plus :

Disques stroboscopiques ou magiques de Stampfer

Disques stroboscopiques ou magiques de Stampfer

Un article :
« Faire marcher les hommes et les images. Les artifices du corps en mouvement », Andreas Mayer, Terrain n° 46, Effets spéciaux et artifices.

Sites et Blogs :
La théorie de la démarche, maison de Balzac, les amis de Balzac, ébauche d’une philosophie du geste.

• A voir :
La maison de Balzac à Paris.

Posted in Corps, Mouvement | Tagged , , , | Leave a comment

Comment renaissent les fromages ?

L’époisses, le rocroi, le soumaintrain… Comment procèdent les producteurs pour relancer un fromage dont les modes de fabrication n’ont pas été consignés dans des textes ou des recettes, dont les savoir-faire ont disparu ou se révèlent difficilement transmissibles ? Comment ces produits se font-ils une place dans la population déjà très dense des fromages, industriels ou traditionnels ? Comment les savoirs sont-ils objectivés pour en permettre la reproduction ? Et enfin, comment ces fromages redeviennent-ils authentiques ?

Pour en savoir plus :

280px-EpoissesUn livre :
“Comment renaissent les fromages ? L’époisse, le rocroi, le soumaitrain.” Claire Del fosse et Marie-Thérèse Letablier in Carrières d’objets.

Sites et Blogs :
Fromages du terroir, le “pue la doye” renaît, la renaissance du Gros-Lorrain, histoire du fromage.

• A faire :
Exposition “les filles à fromages” jusqu’au 26 avril, à la Milk Factory à Paris, entrée libre.

Posted in Tradition | Tagged , , , | Leave a comment

Chasse au dahu

La “chasse au dahu” est un canular consistant à envoyer une victime naïve accomplir une mission impossible à la grande joie de ses auteurs. Ces ” missions” sont fréquentes dans le monde industriel ou commercial. « Par exemple, dans les cuisines de la chaîne Domino’s Pizza, envoyer un novice chercher une “trousse de réparation de pâte”, dans l’industrie textile, envoyer des apprentis en quête de “clous en caoutchouc”, d’un “seau de vapeur” ou d’un “marteau en cuir”, envoyer de jeunes ouvriers en bâtiment trouver des “crochets à ciel”, “des tendeurs de planches”, ou une clé à molette, un marteau ou un tournevis “pour gaucher”.» Radu Umbres in Terrain n°61, Rire.
Pourquoi existe-t-il tant de variantes de la « chasse au dahu » ? Quels mécanismes sociaux et cognitifs étayent ce genre de canular et expliquent leur succès ?

Pour en savoir plus :

Marteau pour gaucher

Marteau pour gaucher

• Un article :
*“Chasse au dahu et vigilance épistémique”, Radu Umbres, Terrain n°61, Rire.

• Sites et blogs :
Des exemples de chasse au dahu en anglais.

Posted in Rire | Tagged , | Leave a comment

Thanatos et Eros

Comment séduire un homme ? Comment préserver son épouse de l’adultère ? Comment empêcher une séparation ? Comment écarter un rival ? A Cuba, pour gérer les affaires de coeur, on fait appel aux paleros, adeptes du culte initiatique afro-cubain du palo monte, réputés pour l’efficacité de leur opérations magiques. Pour agir, ils mobilisent leurs nfumbis, les morts tout-puissants qu’ils ont domestiqués. Cependant, si pour les usagers occasionnels, les morts sont de simples outils impersonnels au service du bien-être amoureux, pour les paleros, ce sont des agents intentionnels avec lesquels il faut cohabiter au quotidien et composer à chaque instant de sa vie sentimentale, pour le meilleur ou pour le pire…

07_kerestetzi - copie (glissé(e)s)

Autel palero

• Des articles :
« Thanatos et Eros. Les morts au service des relations amoureuses dans la religion palo monte (Cuba) », Katerina Kerestetzi, Terrain  n°62, Les morts utiles
« Les morts utiles »
, Vinciane Despret, Terrain n° 62, Les morts utiles.
« Réseaux de vivants, solidarités de morts » Christophe Pons, Terrain, n°38, Qu’est-ce qu’un événement ?

• Sites et Blogs : 
Ces morts qui soutiennent les vivants” dans Le Monde, la transmission du savoir dans le palo monte, fabriquer une nganga.

Posted in Amour, Mort | Tagged , , , , , , | Leave a comment

Quizz : les réponses et les gagnants

Un grand bravo à tous les participants et à nos cinq gagnants* qui recevront le nouveau numéro de Terrain “les morts utiles”.
Voici les réponses du quizz, cliquez sur les liens pour lire les billets et les articles correspondants, qui sont tous disponibles en ligne.

A quelle date le congé maternité a-t-il été remplacé par un congé parental en Suède ? *

  •   1974
  •   1984
  •   1994

“Réforme du congé parental : vers l’égalité homme-femme ?” et in « L’égalité : une vaine quête ? Hommes, femmes et congé parental en Suède »,  Terrain n°42.

Qui a décidé de vendre aux enchères les pierres de la Cité de Carcassonne ? *

  •   Napoléon III
  •   Napoléon 1er
  •   Louis-Philippe

“Cent ans de patrimoine” et in Domestiquer l’histoire. Ethnologie des monuments historiques. 

“Le mariage avec le casque d’acier” désignait le fait *

  •   d’épouser un soldat mort dans l’Allemagne nazie
  •   d’épouser un soldat mutilé dans les tranchées
  •   de faire voeu de chasteté pour les soldats du Reich

“Epouser un soldat mort” et in « Épouser un héros mort. “Pureté de sang” et mariages posthumes dans le Reich nazi »,  Terrain n°31.

Dans la culture tsigane, quel animal est propre par excellence ? *

  •   le chat
  •   le poulet
  •   le hérisson

“Pourquoi les tsiganes aiment les hérissons” et in “Les ‘compagnons du buisson’. Le hérisson au pays des Tsiganes”, Terrain n°10.

Sur les 4 200 plantes supérieures de la flore française, combien sont en voie de disparition ? *

  •   210
  •   420
  •   840

” Festival international des jardins” et in « L’ethnobotanique au péril du gazon », Terrain n°1.

Pour les tsiganes, avoir de la chance (baxt) : *

  •   est un pur hasard
  •   est la juste conséquence d’une conduite judicieuse
  •   est un signe de l’au-delà

In “La passion de l’argent. Les ambiguïtés de la circulation monétaire chez les Tsiganes hongrois”, Terrain n°23.

En 1842, Phileas Barnum alors directeur de l’American Museum, y expose : *

  •   une licorne
  •   une sirène
  •   un fœtus

 ”Ganesh boit du lait et les sirènes sont exposées au musée” et in « Les sirènes de l’expérience. Populisme expérimental ou démocratie du jugement »Terrain n° 46.

Pourquoi les femmes tsiganes portent des jupes et non des robes ? *

  •   pour se différencier des petites filles qui portent des robes jusqu’au jour de leurs règles
  •   pour séparer le haut du corps, considéré comme pur du bas du corps considéré comme impur 
  •   afin de réserver le port de la robe au seul jour de leur mariage

In “La passion de l’argent. Les ambiguïtés de la circulation monétaire chez les Tsiganes hongrois”Terrain n°23.

En Grèce, après un décès et pour commémorer le mort, les femmes *

  •   se rasent les cheveux
  •   sacrifient un agneau
  •   cuisinent des kollivas

“Quand les femmes cuisinent les kolliva…” et in « Mourir et renaître en Grèce : quand les femmes cuisinent les kolliva », Terrain n° 45.

En novembre 2003, la communauté ukrainienne de France est réunie autour de la tombe du soldat inconnu : *

    •   pour célébrer la mémoire des victimes de la grande famine de 1933
    •   pour célébrer l’anniversaire de l’indépendance ukrainienne
    •   pour protester contre les manoeuvres militaires russes

“Commémoration de l’Holodomor” et in «Victimes ou bourreaux ? Les Ukrainiens gréco-catholiques et l’“Holodomor”», Terrain, n°51.

Les Vezo de Madagascar sont tenus d’obéir à de multiples tabous ancestraux, trouvez l’intrus : *

      •   ne pas rire en mangeant du miel
      •   ne pas montrer du doigt les baleines
      •   ne pas porter de vêtement blanc

In « La moralité des conventions : tabous ancestraux à Madagascar »Terrain 48.

A Java, dans les écoles d’enseignement de tenaga dalam (« force interne »), l’une des épreuves de passage pour accéder au niveau 7 consiste à : *

      •   éviter, les yeux bandés, quelques obstacles, puis repérer un pot en terre cuite suspendu en l’air au niveau du visage et le casser d’un coup du tranchant externe de la main
      •   méditer pendant 40 jours sans manger ni boire
      •   déplacer un objet situé à 40 centimètres sans le toucher

In « Quand ressentir c’est toucher »Terrain 49.

Chez les Jivaros d’Amazonie, on retient des morts : *

      •   les faits glorieux qu’ils ont accomplis
      •   les circonstances de leur mort
      •   leur position sociale

« L’oubli des morts et la mémoire des meurtres »Terrain 29.

* Les gagnants sont : Juliette Ruaud, Jean-Philippe Chimier, Olivia Legrip, Camille Chevrier et Marine Boss.

Posted in Quizz | Leave a comment

20 mars : Journée du bonheur

Pour Saint-Augustin c’est de continuer à désirer ce qu’on possède, pour Leo Ferré c’est du chagrin qui se repose, pour Diderot c’est notre seul devoir…
Et pour vous, c’est quoi le bonheur ? Sa définition est-elle universelle ? Est-ce la possession de biens ? Un état de sérénité ? Une vie vécue intensément ? L’absence de malheurs ? Les causes du bonheur sont-elles les mêmes pour tous ? Y a-t-il un bonheur absolu, unique ? Faut-il être conscient de son bonheur pour être heureux ? Sommes-nous égaux face au bonheur ?
La recherche du bonheur est devenue l’une des valeurs centrales de nos sociétés. Il semble légitime de revendiquer pour soi “le droit au bonheur”. Est-il possible de dégager à partir de l’extrême diversité des représentations du bonheur, et notamment des moyens censés “rendre heureux” (amours, argent, honneurs, travail, loisirs…)  une représentation claire, un concept précis et opérant du bonheur ?

Pour en savoir plus :

Footballeurs, Picasso 1961

Footballeurs, Picasso 1961

• Un livre :
Ethnologie des gens heureux. Sous la direction de Salomé Berthon, Sabine Chatelain, Marie-Noëlle Ottavi et Olivier Wathelet.

• Sites et Blogs :
L’observatoire international du bonheur (OIB)Le blog de l’OIB, des citations sur le bonheurle bonheur n’est pas l’essentiel ?la psychologie positive, un blog philo.

 

Posted in Bonheur | Tagged | Leave a comment

L’objet livre

« L’étymologie des mots servant en Europe à nommer les livres, l’écriture et les documents écrits renvoie sans ambiguïté à leur constitution matérielle. Ainsi en est-il de « book » en anglais ou de « buch » en allemand ; ces termes viennent du mot ancien désignant l’écorce de bouleau sur laquelle jadis on écrivait (birch wood, birch bark, Buche). Idem « livre » en français et « libro » en italien, dérivant de mots désignant la couche intérieure de l’écorce d’arbre (liber) qui servait de support pour les caractères et les dessins. » * Stephen Hugh-Jones et Hildegard Diemberger in Terrain n°59 *.
A l’heure du tout numérique, le livre a-t-il encore sa place dans notre société ? Que représente le livre dans sa matérialité ? Quelles sont les façons de le manier et d’en user ? Quelles significations lui sont attachées en tant qu’il est un objet ?

Pour en savoir plus :

téléchargement• Des articles :
* «  L’objet livre » Stephen Hugh-Jones et Hildegard Diemberger, Terrain 59L’objet livre.
« Quand le livre devient relique. Les textes tibétains entre culture bouddhique et transformations technologiques » , Hildegard Diemberger, Terrain 59L’objet livre. 
«  Les Agamas : des livres saints canoniques. Le rituel hindou entre transmission orale et textes sacrés »
, Chris Fuller, Terrain 59L’objet livre.
« Le livre comme trésor. Aura, prédation et secret des manuscrit savants du Sud marocain» , Romain Simenel, Terrain 59L’objet livre. 
« Le Coran et ses multiples formes (Casablanca, Maroc)*» 
, Anouk CohenTerrain 59L’objet livre. 
« L’objet livre à l’aube de l’époque moderne », 
Warren Boutcher, Terrain 59L’objet livre. 
« Quand le texte se fait matière. Une exploration des versions du manuscrit arabe »
, Christine Jungen, Terrain 59L’objet livre. 
« Le synthétique sacré. Réflexions sur les aspects matériels des textes juifs orthodoxes », 
Jeremy Stolow, Terrain 59L’objet livre.
“Radioscopie de grands lecteurs”, Bérénice Waty, Terrain n°53, Voir la musique.

• Sites et blog :
Le salon du livrel’Association pour l’autobiographieVivre et l’écrire, les réseaux sociaux du livre, le monde des lecteurs, le globe-lecteur.

• A faire :
Le salon du livre du 21 au 24 mars à Paris, avec à l’honneur cette année les lettres argentines.

Posted in Livre | Tagged , | Leave a comment

Plaisir et douleur

« Les courses de l’extrême telles que la Desert Cup et le Marathon des Sables, qui traverse pendant sept jours le Sud marocain sur quelques 240 km en autosuffisance alimentaire, regroupent des passionnés qui surinvestissent de sens la douleur qu’ils consentent à éprouver pour atteindre leur objectif, la ligne d’arrivée. Plus de plaisir, plus de douleur, plus d’intensité, plus de tout. La douleur ressentie et consentie ne peut se dissocier du plaisir éprouvé à courir dans des conditions particulièrement dures : durée, terrain accidenté, conditions climatiques extrêmes, encadrement minimal, solitude, etc…, d’autant que l’émotion engendrée par la réalisation d’une passion passe par les sens et s’intensifierait lorsqu’elle repose sur d’importantes modifications physiologiques. » Aude Mottiaux in Ethnologie des gens heureux.
Quels sont les enjeux de cette expérience liminaire ? Se réapproprier son corps en le soumettant ? Transcender la douleur ? Se surpasser ? Appartenir à une communauté ? Accéder à la sérénité ? Être reconnu socialement ? Se libérer ?

Pour en savoir plus :

indexUn article :
À la poursuite du bonheur… par corps. L’engouement des «désert cupeurs» pour une pratique sportive. Aude Mottiaux in Ethnologie des gens heureux. Sous la direction de Salomé Berthon, Sabine Chatelain, Marie-Noelle Ottavi, Olivier Wathelet.

Sites et Blogs :
Le marathon des sables, Sport : voies du plaisir, revers de la douleur.

A faire :
Le marathon des sables du 4 au 14 avril 2014.

Posted in Sport | Tagged , , , , | Leave a comment

Les héros du franquisme

En juillet 1936, le putsch nationaliste dont la victoire installe la dictature franquiste au pouvoir jusqu’en 1975, marque le début d’un processus d’héroïsation nationale.
« Et dès les premiers jours du soulèvement militaire dont il prend la tête, le général Francisco Franco, soucieux de s’appuyer sur ce qu’il nomme les “facteurs spirituels” accorde une importance toute particulière à la diffusion d’images et de récits héroïques au service de sa cause.[...] La propagande du régime franquiste a produit une telle masse de gestes héroïques qu’il devient difficile d’individualiser les quelques figures dont il est besoin pour servir de modèle identitaire. Quelques unes émergent cependant du lot : celle du Cid, ombre qui suit le Caudillo dès les premiers temps du régime ; celles de Sainte Thérèse d’Avila et d’Isabelle la Catholique, proposées en exemple de destins féminins ; celle de Guzman el Bueno, modèle de l’officier Moscardo qui soutint le siège de l’Alcazar de Tolède. Plutôt que des héros, le franquisme a tenté de populariser des images de la nation héroïque, et voulu proposer l’Espagne toute entière comme nation de héros – une Espagne qui serait parvenue à extirper d’elle-même, par le fer et par le feu, la part d’anti-Espagne qui s’y était développée depuis un XIXe siècle libéral et démocratique que le régime abhorrait.» Marie-Danielle Demélas-Bohy.

Pour en savoir plus :

images• Un livre :
L’héroïsation d’une seule Espagne. Les héros du franquisme (1936-1975). Marie-Danielle Demélas-Bohy in La fabrique des héros. Sous la direction de Pierre Centlivres, Daniel Fabre, Françoise Zonabend.

• Sites et Blogs :
Histoire de l’Espagne, L’ombre du franquisme, Les fantômes de la guerre d’Espagne, L’Espagne se refuse à juger le franquisme.

Posted in Héros | Tagged , , , | Leave a comment

Quizz : Gagnez le nouveau numéro de Terrain, “Les morts utiles”

Terrain 62_couv_webA l’inverse des “mauvais morts” qui pourchassent les vivants de leur vindicte, les morts dont il est question ici peuvent, dans divers contextes sociaux et religieux, devenir utiles aux vivants. Qu’ils agissent comme révélateurs de moralité, comme intercesseurs amoureux, comme thérapeutes, comme caution politique, etc.

Répondez au quizz et gagnez le nouveau numéro de Terrain : Les morts utiles.

Toutes les réponses se trouvent sur le site de Terrain ou sur le blog.

Les cinq premiers à donner toutes les bonnes réponses recevront Terrain n°62, Les morts utiles.

Cliquez ici pour répondre au Quizz

 

Posted in Quizz | Leave a comment

Le printemps des poètes

Le 17 septembre 1973, le comité central de l’Union de la jeunesse communiste de Roumanie confie au poète Adrian Paunescu la direction d’un cénacle itinérant, nommé Flacara, “la Flamme”. Cette manifestation de musique et de poésie a eu un impact énorme sur les jeunes générations durant les années 1970-1980 dans la Roumanie de Ceausescu. La poésie promue dans ce cadre était, conformément au désir exprimé par ses organisateurs, au service de la propagande communiste. Cependant et paradoxalement, elle a aussi été vécue comme une « soupape de liberté » dans un contexte idéologique étouffant : « “Maintenant on se rend compte que c’était de la propagande, du patriotisme, mais là on était conscient qu’on participait à un spectacle patriotique ! On s’en fichait pas mal. On s’en fichait de leur communisme, moi je ne me sentais ni communiste, ni patriote, moi j’y allais pour m’amuser, et c’était ça, la distraction, on était avec des amis, on écoutait des poésies et on chantait. Quel communisme ? Qui venait là pour ça ?”(N.). D’autres ne se rappellent même pas les chansons imprégnées d’idéologie : “Ça n’avait rien avoir avec Ceausescu, moi j’allais là par plaisir, s’il y avait eu quelque chose avec Ceausescu, qui serait allé à la fête ? Il n’y avait rien de forcé là” (D.) ou : “Je me rappelle rien de politique, ou bien il n’y en avait pas, ou bien moi je me souviens de rien de ça”(S.). Même plus,  “on n’avait pas le sentiment d’endoctrinement comme à l’école ou comme à la télé” (M.) ». * Lucia Dragovic in Terrain n°41.

Pour en savoir plus :

index• Des articles :
« Poésie idéologique et espace de liberté en Roumanie »Terrain n° 41, Poésie et politique (texte intégral).
 « ”Solitaire et solidaire”. Entretien avec Edouard Glissant », Philippe Artières, Terrain n° 41, Poésie et politique (texte intégral).
« Poésie officielle, poésie partisane pendant les guerres de Religion », Tatiana Debbagi Baranova, Terrain n° 41, Poésie et politique (texte intégral).
« Les prêtres de la langue ». Poésie, nation et politique en Serbie », Terrain n° 41, Poésie et politique (texte intégral).
« ”Une politique qui vole sur les ailes de la poésie”. Pratiques politico-poétiques au sein de Ligue du Nord », Martina Avanza, Terrain n° 41, Poésie et politique (texte intégral).
« Révolutionnaire ou nationaliste ? La poésie occitane après 1968 », Philippe Martel, Terrain n° 41, Poésie et politique (texte intégral).
*« Qui sait danser sur cette chanson, nous lui donnerons la cadence. Musique, poésie et politique chez les Touaregs »
, Nadia Belalimat, Terrain n° 41, Poésie et politique (texte intégral).

• Sites et Blogs :
La poésie engagée, l’honneur des poètes, texte de Georges pompidou.

A faire :
Le printemps des poètes, du 8 au 23 mars 2014.

Posted in Poésie et politique | Tagged , | Leave a comment