Imitation et anthropologie

« Dans les années 1950 et 1960, les critiques de l’impérialisme ont placé les phénomènes d’imitation au cœur de l’aliénation coloniale. Dressant le portrait du colonisé en regard de celui du colonisateur (Memmi 1957 ; Fanon 1952), elles dénonçaient la double contrainte de l’assimilation. Exigée de l’indigène, à qui l’on demande en permanence de se nier, c’est une entreprise nécessairement vaine, l’identification de l’indigène avec le civilisé étant proprement impossible. “A l’effort obstiné du colonisé de surmonter le mépris […], à sa soumission admirative, son souci appliqué de se confondre avec le colonisateur, de s’habiller comme lui, jusque dans ses tics et sa manière de faire la cour, le colonisateur oppose un deuxième mépris : la dérision. […] Car jamais il n’arrivera à s’identifier à lui, pas même à reproduire correctement son rôle. Au mieux, s’il ne veut pas trop blesser le colonisé, le colonisateur utilisera toute sa métaphysique caractérologique. Les génies des peuples sont incompatibles ; chaque geste est sous-tendu par l’âme entière, etc. Plus brutalement, il dira que le colonisé n’est qu’un singe. Et plus le singe est subtil, plus il imite bien, plus le colonisateur s’irrite ” (Memmi 1973).» Emmanuelle Saada in Terrain n°44.
La notion d’imitation a été au cœur du projet colonial de la IIIe République. Dans les années 1920 et 1930, l’imitation est surtout objet de préoccupations de la part de l’administration coloniale. Dans la mesure où elle se donne pour tâche de reproduire le grand partage entre « indigènes » et « citoyens », elle doit faire face à une double contrainte posée par l’existence de phénomènes mimétiques : si l’imitation est l’instrument privilégié de la « mission civilisatrice », elle remet en cause la dichotomie colonisateur/colonisé au fondement de la domination coloniale produisant des « décivilisés » européens et des « évolués » indigènes.

Pour en savoir plus :

colonisationDes articles : 
* “Entre “assimilation” et “décivilisation”. L’imitation et le projet colonial républicain”, Emmanuelle Saada, Terrain n° 44, Imitation et anthropologie (texte intégral).
“Julius Lips et la riposte du sauvage. L’homme blanc vu par les indigènes”
Pierre Centlivres, Terrain n°28, Miroirs du colonialisme.
« Solitaire et solidaire » Entretien avec Edouard Glissant »
, Philippe Artières, Terrain, n°41 – Poésie et politique (texte intégral). “Miroirs du colonialisme” Gérard Lenclud, Terrain n°28, Miroirs du colonialisme (texte intégral).
“Quand la mémoire resurgit. La rébellion de 1947 et la représentation de l’État contemporain à Madagascar”
, Jennifer Cole, Terrain n°28, Miroirs du colonialisme (texte intégral).
“Charles de Foucauld face aux Touaregs. Rencontre et malentendu”
, Dominique Casajus, Terrain n°28, Miroirs du colonialisme (texte intégral).
« Il a tué les chefs et les hommes. » L’anthropologie, la colonisation et le changement social en Nouvelle-Calédonie”
, Michel Naepels, Terrain n°28, Miroirs du colonialisme (texte intégral).
“« Merci à vous, les Blancs, de nous avoir libérés ! » Le cas des Dìì de l’Adamaoua (Nord-Cameroun)”
, Jean-Claude Muller, Terrain n°28, Miroirs du colonialisme.
“Au nom des « vrais Africains ». Les élites scolarisées de l’Afrique coloniale face à l’anthropologie (1930-1950)”
, Benoît de L’Estoile, Terrain n°28, Miroirs du colonialisme (texte intégral).
“La psychanalyse au secours du colonialisme. À propos d’un ouvrage d’Octave Mannoni”
, Maurice Bloch, Terrain n°28, Miroirs du colonialisme (texte intégral).

Sites et Blogs :
Education contre le racisme, études coloniales, le site africultures, sur Edouard Glissant, fondation Lilian Thuram.

A faire :
“Zoo humains, l’invention du sauvage” au Museum d’histoire naturelle d’Angers jusqu’au 28 décembre.

Posted in Colonialisme | Tagged , | Leave a comment

Australie : vers le multiculturalisme ?

«  Dans un appartement de la banlieue de Melbourne, Bich, une jeune femme vietnamo-australienne d’une vingtaine d’années, se réveilla en entendant à la radio les nouvelles du drame. “Merde !, grommela-t-elle en replongeant la tête sous les draps, que c’est embarrassant !”. En racontant ce moment, plusieurs mois après les faits, elle était encore choquée et légèrement déconcertée par sa réaction initiale – sans hésiter cependant à en faire part. Elle se souvient des sentiments qu’elle éprouva tandis qu’elle était sous le feu des actualités radiophoniques et de leurs commentaires consternants. Elle ne ressentit de tristesse ni pour les jeunes assassinés ni pour leur famille, elle ne ressentit que de la honte et de l’humiliation. “Je le ressentis physiquement”, dit-elle, en évoquant sa fureur provoquée par le comportement de ces “imbéciles de garçons viets”. Elle se souvient de n’avoir eu qu’une seule pensée clairement formulée : “Quels imbéciles de cons stupides !”. Tout en se préparant pour aller au travail, Bich devenait de plus en plus préoccupée et agitée en imaginant les gens qu’elle allait rencontrer et qui l’identifieraient comme étant une Vietnamienne. Il n’y avait pas moyen, se lamentait-elle, d’échapper à cette identité. Et ce jour-là, tout particulièrement, elle enrageait de n’être visible pour le monde extérieur qu’en tant que Vietnamienne. (…)
La promesse d’appartenance multiculturelle est-elle donc vide ? Peut-être cet attachement à  “faire partie” est-il fait d’”optimisme cruel”. Les possibilités d’appartenance dans un espace multiculturel, hiérarchique et racial, basé sur une hiérarchie raciale dont le citoyen idéal demeure blanc – ni jaune ni noir –, sont compromises dès le départ. Les immigrants en Australie, ordonnés en fonction d’une hiérarchie légitimée par la race, deviennent socialement visibles à cause de leurs « différences », générant le désir chez certains de devenir invisibles. Quand ils parlent de leur désir d’invisibilité, ils plaident pour être vus différemment plutôt qu’être perçus comme différents. Pour ceux dont la différence est visible, pour qu’ils puissent être vus autrement, le regard du multiculturalisme doit être modifié. Quand la honte colle et fige sur place les corps, cet état exige soit de remplacer la personne, soit de transformer le monde qui produit ce corps empli de honte. »* Maree Pardy in Terrain n°63.

Pour en savoir plus :

sc0012

Attendre de faire partie. Des Vietnamiens-Australiens célèbrent la fête nationale : un avant-goût du sentiment d’appartenir pleinement à la société multiculturelle australienne.

• Un article :
*
« Honteux d’attendre. Vouloir devenir invisible (Australie) », Maree Pardy, Terrain n°63, Attendre.

• Sites et Blogs :
Regard critique sur le multiculturalisme australien, Multiculturalisme, l’Australie divisée.

Posted in Immigration, Multiculturalisme | Tagged , , , | Leave a comment

Mémoire et identité en Bosnie-Herzégovine

« Les méthodes employées pendant la guerre en Bosnie comprennent le siège prolongé des villes et leur affamement, l’usage symbolique de la violence (par exemple, les croix tailladées dans la chair vive), la prise comme cible de guerre de populations civiles et d’édifices religieux entraînant la mort et la destruction, le pillage, le feu, le viol, la castration. S’y ajoute l’obligation faite aux victimes de bafouer leurs propres traditions culturelles (en contraignant, par exemple, les Musulmans à uriner dans les mosquées) ou de rendre hommage à celles de leurs bourreaux (en forçant, notamment, les non-Serbes à entonner des chansons serbes). Ces actes et d’autres du même ordre nous sont devenus familiers à travers les récits des victimes. (…) Nombre de camps ont été improvisés, établis dans des écoles, des usines, des complexes miniers et autres. Nombre de bourreaux et d’assassins étaient des voisins, des collègues, des amis. Il existe certes à cela des raisons manifestement pratiques. Pour les camps, il s’agissait d’aller vite et le bâtiment le plus proche faisait l’affaire. Les gens du pays étaient sur place et ils se chargeaient des tortures et des meurtres ; il aurait été difficile d’enrôler des forces de l’extérieur en nombre suffisant pour faire le travail. Cependant, la nature personnelle de la violence et le fait qu’elle s’exerce dans des lieux et des décors bien trop connus des victimes est en soi un facteur essentiel dans le succès de la purification ethnique. Les voisins et les quartiers, les espaces et les lieux sont profondément imprégnés par les souvenirs de vies partagées et par l’idée que vous vous faites de la Bosnie. En transformant les voisins avec qui les relations étaient essentielles sur le plan économique, rituel et social en bourreaux et en meurtriers, en transformant les quartiers de voisinage en abattoirs, en transformant l’école même que vous aviez fréquentée en camp où l’un de vos anciens camarades de classe, ou l’un de vos élèves, vous retient prisonnier, les images que les gens avaient de la vie qu’ils avaient menée sont déformées et détruites, ainsi que la signification des lieux et le sens même du mot « voisin », intimement associé à la définition de la Bosnie et à certaines connotations du narod (peuple, nation). »* Cornélia Sorabji in Terrain n° 23.
Cette violence est directement liée aux tentatives de modification des significations attribuées localement à la catégorie abstraite, et toute moderne, de « nation ». Les brutalités visent à humilier, terroriser et tuer la population « ennemie » afin de l’expulser du territoire, mais aussi à transformer les présupposés communs aux victimes et à leurs persécuteurs quant à la nature même des groupes et des limites identitaires, cela afin de prévenir tout retour futur de la population exilée.

Pour en savoir plus :

Camp de Trnopolje en 1992 (photo S. Connors)

Camp de Trnopolje en 1992 (photo S. Connors)

Des articles :
* « Une guerre très moderne. Mémoire et identités en Bosnie-Herzégovine »
, Cornélia Sorabji, Terrain n° 23, Les usages de l’argent.
« Techniques de la menace »
, Élisabeth Claverie, Terrain, n° 43, Peurs et menaces.

• Site et blog :
Le nettoyage ethnique en Bosnie-Herzégovine : buts atteints ?, la guerre de Bosnie-Herzégovine a fait chuter sa population de 600 000 personnes, la guerre en Bosnie : archives INA, le courrier de la Bosnie-Herzégovine.

Posted in Epuration, Identité nationale | Tagged , , , , , | Leave a comment

La Grande Guerre

« Ah! Combien la vie nous semblait incomparablement plus belle, maintenant qu’à nouveau la mort nous menaçait de plus près / et que / revenait l’espoir des franches bordées, des coups directs, de la bataille, enfin! Kadoré, 1917. (…) A ce moment-là, j’ai eu le fol espoir que nous étions attaqués, qu’il allait s’ensuivre quelque chose, et qu’enfin nous allions nous battre. J’ai serré contre moi mon fusil avec amour. Emile Henriot, 1915. (…) A lire les correspondances et  les carnets de route des soldats de la Première guerre mondiale, on peut décrire toute la vie menée dans cette zone interdite aux civils, qu’on appelle la ligne de feu ou, en argot de l’époque,  le rif ou la riflette. Ces témoignages peuvent sembler paradoxaux et se heurtent, parfois, à notre représentation de la guerre. » Evelyne Desbois in Terrain n°19.

Les manifestations du souvenir, les commémorations et les monuments aux morts font référence aux seuls “morts pour la France” – tués le plus souvent mais pas toujours par l’ennemi – et n’évoquent pas, le moins du monde la face active du combat.
Stupeur, peur, enthousiasme, héroïsme, douleur… Quelles images gardons-nous de cette guerre de 14-18 ? Quelles traces a-t-elle laissées ? Comment ont (sur)vécu les blessés et mutilés de guerre ? Que valent les morts de guerre ? Et les morts “ennemis” ?

Pour en savoir plus :

Sur le front. Départ pour les tranchées, 1915. Illustration de Raymond Renefer.

Sur le front. Départ pour les tranchées, 1915. Illustration de Raymond Renefer.

Articles :
« Vivement la guerre qu’on se tue ! », Evelyne Desbois, Terrain, n°19, Le Feu (texte intégral).
« Les clichés de la Grande Guerre », Yves Pourcher, Terrain, n°34, Les animaux pensent-ils ?
« La fouille des champs d’honneur », Yves Pourcher, Terrain, n°20,  La mort (texte intégral).
« Grand-Guignol », Evelyne Desbois, Terrain, n°18, Le corps en morceaux (texte intégral).

Sites et Blogs :
Mémoire des hommes du ministère de la défense, une exposition de l’ONAC (Office National des Anciens Combattants), un blog sur la grande guerre, le centenaire de la Grande Guerre.

A voir :
Historial de la Grande Guerre, l’ossuaire de Douaumont, Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux.

• A faire :
La grande collecte, les 14 et 15 novembre 2014 vous êtes invités, dans toute la France, à présenter vos souvenirs familiaux de la Grande Guerre à des professionnels de la conservation, Programme des évènements dans toute la France pour le centenaire de la Grande Guerre.

Posted in Guerre 14-18 | Tagged , , | Leave a comment

A l’écoute de Paul Klee

Voici un des exercices donné par Paul Klee à ses étudiants du Bauhaus en 1921 :

« Exercice : le violon.
Modèles : un violoncelle, deux violons.
Avertissement : le violon doit être considéré comme une forme achevée, une œuvre d’art, un personnage indépendant (non pas comme un instrument). Telle est, par exemple, la conception de Picasso, de Braque et du groupe actuel de Paris.
Il est recommandé à ceux qui manquent d’assurance de commencer par des exercices d’analyses : plus tard, ils pourront passer à un style de composition plus libre, utilisant les formes qu’ils auront pratiquées.
Souhait implicite : le plus de liberté possible ; s’inspirer davantage de ce que suggère le violon que du violon lui-même…”
L’exercice proposé invite donc à se saisir du modèle pour établir avec lui, par la réflexion et par l’intuition, ce contact plus intime et plus profond qui fera surgir sur le papier ou la toile non le violon tel qu’il s’offre dans son apparence optique, mais ce qu’il “suggère”  : une intériorité. Ce contact ne peut avoir lieu sans le préliminaire de l’analyse, de ce que Klee nomme  ”la recherche exacte” : connaissance des lois de l’esthétique, connaissance aussi des mécanismes, des lois internes – jeu de forces, de tensions – gouvernant l’objet pris pour modèle. Il s’agit donc de reconstruire librement le réel, d’en faire surgir un  ”personnage indépendant”, un “organisme formel avec sa respiration vivante”, c’est-à-dire une œuvre.
S’il est bien ce personnage indépendant, cet organisme vivant évoqués en 1921, le violon de 1939 avec sa tête à l’envers, mais aussi, second trouble, avec la non moins curieuse absence de ses clés, invite à se demander ce que « suggère » ici l’instrument à son artiste… Peut-on approcher, si peu que ce soit, les choix qui ont guidé son crayon vers le tracé de cette figure, vers la forme sensible de ce violon dont la vibration ténue, tout ensemble consonante et dissonante, questionne ? » Annie Paradis in Terrain n° 53.

Pour en savoir plus :
Violon et archet, Paul Klee, 1939 (Privatbesitz Schweiz, Depositum im Zentrum Paul Klee, Berne, ADAGP)

Violon et archet, Paul Klee, 1939 (Privatbesitz Schweiz, Depositum im Zentrum Paul Klee, Berne, ADAGP)

Articles :
“À l’écoute de Paul Klee. Les choses sont-elles (aussi) corps de violons ?” Annie Paradis, Terrain n° 53, Voir la musique.

Sites et Blogs :
Jouer avec Paul Klee, Paul Klee.

A voir :
Centre Paul Klee à Berne.

 

Posted in Musique | Tagged , , | Leave a comment

La Toussaint

” Hertz l’a bien montré, il y a peu de cultures en dehors de la nôtre où l’on croit qu’un être humain est soit totalement vivant, soit totalement mort. Dans bien des cas, on croit à l’existence d’une sorte d’état « intermédiaire ». Celui-ci peut être marqué par des rituels funéraires très longs, jalonnés d’étapes censées correspondre à un moment précis de la transformation.[…] C’est peut-être la doctrine bouddhiste et hindouiste du karma qui exprime cette idée de continuité avec le plus de clarté. Selon elle, la vie d’un être humain n’est que la récompense ou le châtiment de ses vies antérieures. Ce qu’il y a de particulièrement intéressant, ici, c’est que la vie et la mort s’intègrent totalement dans un processus unique. Les symboles utilisés dans les funérailles bouddhistes tibétaines, où le corps est abandonné petit à petit, montrent bien que, dans ces religions, le concept de mort est progressif. ” Maurice Bloch in Terrain n°20*.
La conception de la mort diffère selon les cultures et les religions, fin en soi pour certains, transition pour d’autres. De même, les rituels et les croyances qui s’élaborent autour de la mort, certains peuples célèbrent leurs morts, d’autres les oublient. Comment compose-t-on avec la mort ? Comment se la représente-t-on ? Quel est le rapport entre vivants et morts ? Et enfin comment affrontons-nous la mort, la nôtre et celle des autres ?

Pour en savoir plus :

Lamentation commémorative au cimetière pour la fête des morts

Un livre :
Nous, on n’en parle pas. Les vivants et les morts chez les Manouches. Patrick Williams.

Des articles :
« Réseaux de vivants, solidarités de morts » Christophe Pons, Terrain, n°38, Qu’est-ce qu’un événement ?
« L’oubli des morts et la mémoire des meurtres », Anne Christine Taylor, Terrain n°29, Vivre le temps (texte intégral).
* “La mort et la conception de la personne”, Maurice Bloch, Terrain n°20, La mort (texte intégral).
“Mauvaises morts, prêtres impurs et pouvoir récupérateur du chant. Les rituels mortuaires chez les Tsiganes de Hongrie”, Michael Stewart, Terrain n°20, La mort (texte intégral).
“La fouille des champs d’honneur. La sépulture des soldats de 14-18″, Yves Pourcher, Terrain n°20, La mort (texte intégral).
“La maison du pendu. Le suicide chez les vaqueiros des Asturies”, Maria Cátedra, Terrain n°20, La mort (texte intégral).
“La mort en images”, Francesco Faeta, Terrain n°20, La mort (texte intégral).
“« Dans un amphithéâtre… » La fréquentation des morts dans la formation des médecins”, Emmanuelle Godeau, Terrain n°20, La mort (texte intégral).
“Le mort maquillé. Funeral directors américains et fossoyeurs portugais”, Clara Saraiva, Terrain n°20, La mort (texte intégral).

Sites et Blogs :
Une aide au travail de deuil, l’association sosfindevie, le blog Toussaint, le portail de la liturgie catholique.

Posted in Mort | Tagged , , | Leave a comment

Festival du film ethnographique Jean Rouch

« L’anthropologie nouvelle, plus modestement que l’ancienne, cherche à révéler “les systèmes de pensée” des sociétés étudiées avant d’en faire la théorie, et cela que ce soit en Afrique ou en France. Le cinéma avec son feed-back est un outil de travail incomparable permettant par exemple, de faire exprimer ces systèmes de pensée par les “acteurs” aux-même. Or ce commentaire doit être spontané, ce qui exige, à mon sens, des équipes extrêmement réduites, idéalement un ethnographe-réalisateur-caméraman [...] le cinéma ethnographique permet aussi aux ethnologues, qui le tienne souvent un peu trop à distance, d’apprendre des choses “en plus”. [...] Enfin, le cinéma présente cet avantage inestimable de montrer aux personnes filmées le regard que l’on porte sur elles, c’est-à-dire de comprendre notre travail. Cela est essentiel chez des populations illettrées qui n’ont de ce fait jamais accès à nos travaux. Par le cinéma ils comprennent, posent des questions : c’est “l’anthropologie partagée”. Je pense à certaines de leurs réactions, comme celle-ci : “tu n’as pas tout compris, il te faudra 25 ou 30 années pour vraiment connaître ce que tu as voulu montrer”… posant ainsi le nouveau problème du temps nécessaire à la compréhension d’un système de pensée différent du sien, remettant en question “l’unité de temps” de la recherche en ethnographie : trente, soixante, ou cent-vingt ans. Mais on peut dire dès maintenant que cette anthropologie de demain, d’après-demain, sera “visuelle” ou ne sera pas… »* Jean Rouch in Terrain n°7.

Pour en savoir plus :

affiche_30x40 - copieDes articles :
*« Le Bilan du film ethnographique : entretien avec Jean Rouch », Christine Langlois, Alain Morel et Jean Rouch, Terrain n°7,  Approches des communautés étrangères en France.
« Cinéma et ethnologie européenne : entretien avec C. Piault », Christine Langlois, Alain Morel et Colette Piault , Terrain n°6, Les hommes et le milieu naturel.
« Ethnologie et cinéma : regards comparés. A propos de Contes et comptes de la cour d’Eliane de Latour », Eliane de Latour et Alain Morel, Terrain n° 21, Liens de pouvoir ou le clientélisme revisité.

• Site et blog :
ethnodoc, un entretien avec Jean Rouch, le site du festival.

A faire :
33ème festival Jean Rouch du 4 au 29 novembre 2014, journée mondiale du patrimoine audiovisuel.

Posted in cinema, ethnologie | Tagged , , | Leave a comment

Tango, gifle et caresse

“Dans les bals populaires et les clubs argentins de tango, une danseuse très sollicitée, au sourire lumineux et au rire excentrique, me dit un jour : « La milonga est une caresse et une gifle. Qui ne sont pas simultanées. Nous sommes dénigrées dans la milonga. Et nous y retournons. Ne t’ai-je pas déjà dit que les cours des académies de tango et la danse dans les milongas sont exactement pareils ? » Ces mots prirent peu à peu sens pour moi. Oui, elle me l’avait déjà dit. Elle m’avait dit : « Ils créent tous deux leur propre dépendance. » Et, depuis ce moment, j’avais pensé à cette dépendance. A cette compulsion d’y retourner, encore et encore. Mais, brusquement, elle avait souligné la raison même pour laquelle nous y revenions : pour elle, à ce moment précis, nous retournions à la milonga et aux cours pour la gifle. Cette pensée m’était nouvelle et je n’avais jamais entendu un danseur la formuler avant elle.” Julie Taylor in Terrain n°35.
Le tango manifeste les potentialités que possède l’art de mettre en scène la violence, en explicitant les rapports de domination entre les sexes par exemple, de la réinscrire ou de la rejouer.

 Pour en savoir plus :

VISUEL_FESTIVAL_PBTA_2014Un article :
« Tango, gifle et caresse », Julie Taylor, Terrain n°35, Danser (texte intégral).

• Sites et Blogs :
L’histoire du tango, la bible du tango.

• A faire :
Festival Paris-banlieue Tango, jusqu’au 30 novembre.

• A voir :
Un mini-documentaire de Frédéric Hontschoote sur le tango avec le texte de la revue Terrain.

Posted in Danse | Tagged , , | Leave a comment

Le quotidien des demandeurs d’asile

« Aké Koné, demandeur d’asile, a quitté la Côte d’Ivoire pour échapper à la guerre sévissant au nord du pays. (…) Aké Koné a voyagé seul depuis Bouaké, où il a laissé sa compagne et leur fille. Il est passé par Abidjan, Bougouni et Bamako, où il a dû attendre plusieurs jours chez des connaissances un passeport d’emprunt lui permettant de s’envoler vers Barcelone. Après une semaine à errer dans les rues catalanes, il a décidé de s’acheter un billet de bus pour la France. Une fois à Paris, c’est dans le métro qu’il a passé les premières nuits, puis dans un squat avec des compatriotes qui lui ont indiqué comment solliciter l’asile. Il a dormi dans une chambre d’hôtel assignée par le 115 avant d’arriver au foyer. (…) Quatre mois après son arrivée en cada (centre d’accueil pour les demandeurs d’asile), Aké Koné passe beaucoup de temps dans sa chambre. Son quotidien est rythmé par les prières journalières et par les émissions qu’il suit à la télévision. Il a « des journées en trop », qu’il a du mal à “ remplir ”. Ce n’est pas tant l’absence d’emploi du temps qu’il vit comme un problème, c’est le fait de n’avoir aucune maîtrise du temps et de se sentir limité dans ses actions qui est source d’angoisse.  L’inaction renforce la mise à l’écart vécue au cada. “ Je me sens un peu enfermé, un peu en prison, bloqué, comme dans un temps arrêté ”, me confie un après-midi Aké Koné. » Carolina Kobelinsky in Terrain n°63.

L'interdiction de travailler est vécue par les demandeurs d'asile rencontrés comme l'un des plus gros problèmes de l'attente.

L’interdiction de travailler est vécue par les demandeurs d’asile rencontrés comme l’un des plus gros problèmes de l’attente.

Pour en savoir plus :

• Des articles :
« Le temps dilaté, l’espace rétréci. Le quotidien des demandeurs d’asile », Carolina Kobelinsky, Terrain n°63, Attendre.

• Sites et blogs : 
La demande d’asile en FranceFrance, terre d’asile, Les cada en FranceLe juge de la Cour nationale du droit d’asile et l’intime conviction.

Posted in Immigration | Tagged , , | Leave a comment

Journée mondiale du don d’organes

En Europe, 61 000 malades attendent un don d’organe et, chaque jour, douze d’entre eux décèdent faute de transplantation. Cette pénurie d’organes entraîne le trafic, le tourisme de transplantation et est à la source de nombreux scandales. A ces difficultés matérielles viennent s’ajouter les difficultés psychologiques d’accepter et de vivre avec un organe étranger quand on a la chance d’être greffé :
” « Mon rein, c’est un monsieur de quarante ans, c’est tout ce que je sais », déclare Gustave (14 ans) qui, en fait, en sait un peu plus et imagine toute une série d’histoires. « Comment le rein a-t-il pu venir ? En avion, si c’est loin ? Ou en vélo ? Ça me fait drôle d’avoir sur moi quelque chose de quarante ans. Encore si c’était dix-neuf ou vingt, je trouverais normal, mais quarante je trouve ça vieux. C’est quelque chose qui a beaucoup travaillé. C’était un malade ou un accidenté. Je ne pense pas que c’était une personne vivante. Enfin, du moment que ça marche, c’est le principal. » Et quand ça ne marche plus et qu’il doit être dé-transplanté, Gustave prépare les explications qu’il fournira aux copains : « Je vais leur expliquer que c’était le rein d’un mort. » N’est-ce pas comme si avant il avait essayé de penser que ce n’était pas vrai ? Un rein de mort étant déjà pour lui un rein mort ?”* Ginette Raimbault in Terrain n°18.

Pour en savoir plus :

Dessin réalisé par un enfant en hémodialyse

Un article :
*« Morceaux de corps en transit »
, Ginette Raimbault, Terrain n° 18, Le corps en morceaux (texte intégral).

Sites et Blogs :
Fédération France Adot, Greffe de vie, scandale autour des dons d’organes, journée mondiale du don d’organes.

Posted in Don d'organe | Tagged , , | Leave a comment

Sécurité routière

« Au moment des faits pour lesquels Fernand (il avait alors vingt-cinq ans) fut reconnu coupable d’homicide involontaire avec circonstances aggravantes, il conduisait une voiture – louée, donc assurée. Au petit matin, il sortait d’une boîte de nuit du Gosier en compagnie d’un ami et de deux jeunes filles, des touristes, qu’ils venaient de rencontrer, et avec lesquelles il décida de faire « une virée jusqu’en Basse-Terre ». Il y avait peu de circulation, Fernand conduisait très vite et se laissa surprendre par les travaux d’un rond-point en construction. Le véhicule fit plusieurs tonneaux. Une passagère mourut, tandis que les autres occupants de la voiture furent blessés. Les gendarmes constatèrent que le taux d’alcoolémie de Fernand était élevé. De cet accident, Fernand dit : « C’est moi, j’ai pris des risques » ; et dans la foulée, comme s’il s’agissait d’un fait qui va de soi, il ajoute : « Et j’ai fait un autre accident avant de rentrer en prison. » Les « risques » pris lors de cet accident qui coûta la vie à une jeune fille désignent la vitesse et l’imprégnation alcoolique. Quand j’évoque le fait qu’il avait perdu le contrôle du véhicule, Fernand s’insurge. Il affirme avoir été maître de la voiture : le problème, ce sont les travaux, dont il ignorait la présence. Il commente : « Je sais que je prends des risques puisque la loi me condamne à ne pas conduire des véhicules. J’ai tort, je l’admets. » Mais pour un homme jeune, être en tort par rapport à la loi parce qu’on prend des risques, ce n’est pas déroger. Quand je lui demande si cet accident l’a secoué et a modifié sa façon de conduire, il répond : « Je dirai pas que ça m’a secoué, mais je suis conscient. Mais l’esprit ne reste pas bloqué sur l’accident. J’ai toujours conduit après, sans être obnubilé. » Quant au changement apporté à sa conduite, il consista, pendant un temps, à prendre de petites routes, où les policiers sont plus rares – suppression de permis oblige : « C’était le chat et la souris. » Du jugement et de sa condamnation, il pense : « Ça m’a pas changé de personne. » Christiane Bougerol in Terrain n° 52.
En matière de sécurité routière, les questions les plus récurrentes et les plus discutées sont celles qui touchent aux formes de responsabilité. Les auteurs d’accidents – parfois graves – s’efforcent de nier les interprétations judiciaires de leurs actes en imputant à des agents qui leur sont extérieurs la responsabilité de l’incident. Ce n’est pas une surprise de repérer ce rejet de responsabilité dans le récit d’individus se disant ensorcelés. Il est plus étonnant de le voir à l’œuvre dans l’argumentation rationnelle d’hommes jugeant leurs propres habilités de conducteur.

Pour en savoir plus :

document85385803Un article :
« Les incidents routiers à la Guadeloupe. Ensorcellement, disculpation, responsabilité », Christiane Bougerol, Terrain n° 52 (texte intégral).

Sites et Blogs :
Sécurité routière

• A faire :
Journée nationale de la sécurité routière

Posted in Sécurité routière | Tagged , , | Leave a comment

Le vêtement, une identité régionale ?

« Dans plusieurs localités voisines d’Avignon, sous la responsabilité de confréries ou sociétés, une à trois charrettes décorées défilent annuellement, tractées par des chevaux harnachés « à la sarrasine » (sic). [...] Deux amies de 11 ans vivent dans ce secteur. Leur localité compte des immigrés marocains musulmans et celles que j’appellerai Zahra et Samar sont nées de cette immigration. Il y a deux groupes folkloriques dans la localité. Elles fréquentent le même et Zahra en est membre depuis l’âge de 7 ans. Jusqu’alors, cheveux dénoués, elle a porté le costume d’enfant, selon l’aide-mémoire qui lui a été remis par l’association, à l’exception de la croix ; elle s’est rendue à l’église comme ses compagnes quand les engagements de son groupe folklorique le voulaient. Samar, d’autant mieux accueillie qu’elle pratique la danse par ailleurs, est une recrue de l’année ; pour des raisons dénuées d’intérêt, elle n’est pas encore inscrite. L’usage de l’association veut qu’à 11 ans les préadolescentes quittent le vêtement d’enfant pour une tenue au caractère régional plus marqué. Il faut donc passer à la coiffure locale. Zahra l’a déjà essayée et, en prévision du prochain spectacle, son nouveau costume est prêt. Une association de « charretiers » (sic) à la réputation politique conservatrice dispense des leçons de toilette, où les membres du groupe folklorique sont bienvenus. Zahra et sa mère s’y rendent pour la seconde fois. Les deux organisateurs, représentant en quelque sorte tous leurs coassociés, au moins par délégation tacite, mettent alors en question l’accès des beurs au costume. C’est en aparté que l’un d’entre eux s’adresse à la mère, mais la réaction de celle-ci, à voix haute, fait que la suite se déroule au vu et au su de tous. La discussion, cependant, ne s’établit qu’entre elle et les deux responsables, les autres membres du cours ne quittant pas la pièce mais demeurant silencieux ; plus tard, ces témoins du litige disent leur émotion. A la fin de la séance aussi, il m’est par ailleurs mentionné l’entrée dans la même association d’une autre enfant d’immigrés marocains – Samar – et l’apparence est au centre des propos lorsqu’est critiqué le groupe folklorique d’un village distant, largement ouvert aux beurs. Celui des deux fillettes est forcé de repenser leur intégration. Les traditionalistes de la localité se divisent. Un natif par exemple, non des moindres dans l’association de Zahra, la quitterait en cas de renvoi de la fillette. Il a un entretien privé avec la mère de Samar. Car la polémique aboutit au maintien de Zahra – avec garantie qu’elle sera « en Mireille » dès cette année – et à l’exclusion de son amie. Optant dans l’urgence pour un compromis, l’autre groupe de danse provençale fait savoir à la famille de Samar qu’il est prêt à l’accueillir, quitte à compter sur sa discrétion dans certaines circonstances ; il intégrerait en outre cinq ou six autres enfants d’origine maghrébine. » Danièle Dossetto in Terrain n° 36.

Une jeune fille issue de l’immigration plus ou moins lointaine – en particulier d’origine maghrébine – peut-elle accéder à sa guise au costume local ? A une époque où les mouvements de population ont acquis de l’ampleur, l’image de la femme indigène diffusée par le volontarisme culturel a-t-elle des retombées sur les comportements de la population traditionaliste ? Le port du costume est-il soumis à des régularités, sinon des règles, extérieures au domaine des savoir-faire ? La définition de l’espace vestimentaire, géographique ou social, est-elle en somme une question aussi anodine qu’il y paraît ?

Pour en savoir plus :

sc0013Un article :
« En “Arlésienne” ou “le voile islamique” à l’envers ? Espace géographique, espace social du costume en Provence », Danièle Dossetto, Terrain n° 36 (texte intégral).

Sites et Blogs :
Museon Arlaten

• A faire :
“A vos souhaits”, Préau des Accoules, Marseille jusqu’au 31 mai 2015, Museon Arlaten hors les murs.
“Crapaud sec et boyau de chat”découverte des oeuvres du Museon Arlaten jusqu’au 31 octobre.

Posted in Immigration | Tagged , , | 1 Comment

24ème Salon de la Revue

Les revues  sont le moyen de diffuser les idées plus rapidement que les livres. De multiples rencontres, animations et tables rondes sont organisées ce week-end au Salon de la Revue (entrée libre). L’occasion de découvrir ou redécouvrir plus de 900 revues, dont Terrain. Courez-y !
” Lettres, papiers administratifs, brouillons, listes, journaux intimes, blog… sont autant d’actes d’écriture ordinaire. Quelque soit notre milieu social et notre profession, notre quotidien n’y échappe pas. Spontanées ou réfléchies, imposées ou choisies, elle nous accompagnent dans les situations les plus diverses. Tout se passe comme si le besoin de témoigner de son existence, d’exprimer ses pensées, ses opinions, d’affirmer ses pensées passait aujourd’hui de façon privilégiée par l’écrit. Et si l’acte d’écrire prenait plus d’importance que la chose écrite ? ” in Par écrit*.

Pour en savoir plus :

Carte-2014-BD-210x300Un livre :
* Par écrit. Ethnologie des écritures quotidiennes. Sous la direction de Daniel Fabre.

Un article :
“Radioscopie de grands lecteurs”, Bérénice Waty, Terrain n°53, Voir la musique.

• Sites et Blogs :
Revues.org, un portail de revues en sciences humaines et sociales, Entrevues, un site sur les revues.

A faire :
Le salon de la revue du 10 au 12 octobre 2014 à l’espace des Blancs Manteaux, Paris.

Posted in Revue | Tagged , | Leave a comment

Nuit blanche et art contemporain

Des “ascensions magnétiques” à “la lumière des arbres” en passant par “ceux que nous sommes”, la nuit blanche 2014 nous propose six parcours oniriques à travers la capitale. Depuis sa naissance, l’art contemporain suscite de violentes polémiques et se retrouve au cœur de considérations éthiques, esthétiques, politiques et économiques révélatrices de notre société. Quels sont les critères d’authenticité de l’art contemporain ? Tout le monde peut-il être un artiste ? La personnalité du créateur prend-t-elle le pas sur l’œuvre elle-même ? L’art contemporain est-il un énorme canular ? Qui décide du statut d’une œuvre ? Un artiste peut-il signer et revendiquer une œuvre qu’il n’a pas créée ? Est-ce le discours sur l’œuvre qui la rend authentique ?
« C’est Duchamp qui inventa la mise à l’épreuve de l’authenticité de l’objet d’art en tant qu’il atteste la présence de la main de son créateur : le ready-made est bien le premier objet signé par un artiste sans avoir été créé par lui, et qui ne soit pas pour autant un faux puisqu’il se présente comme un objet fabriqué industriellement. Bernard Edelman remarque d’ailleurs, à juste titre, que Duchamp joue sur l’ambiguïté entre le nom de l’auteur pris comme marque et celui de l’auteur pris comme créateur. Le rejet de l’urinoir par le jury du Salon des indépendants en 1917 révèle le caractère radicalement transgressif d’une opération aussi ” contre nature “, manifestant par la négative la force de ce premier critère de l’authenticité qu’est l’assurance de la continuité d’un lien entre l’objet et son origine, en l’occurrence son créateur – « ce qui émane réellement de l’auteur auquel on l’attribue », selon Le Robert. Pour qu’un objet d’art soit « authentique », il faut que la chaîne qui le relie à son auteur n’ait pas été rompue, soit par l’intervention d’une autre main, soit par la confusion, intentionnelle ou pas, quant à l’identité de cet auteur. L’intégration de cette proposition paradoxale au sein du monde de l’art, deux générations après, montre à quel point les frontières de l’art ont été bousculées et élargies. La fascination qu’elle exerce encore aujourd’hui sur les artistes, ainsi que la réprobation qu’elle continue de susciter dans le grand public révèlent la profondeur des atteintes qu’elle inflige au sens commun de l’art et, partant, le plaisir qu’il peut y avoir à jouer avec elle. »* Nathalie Heinich in Terrain n° 33.

Pour en savoir plus :

116905-nuit-blanche-2014Un article :
“Art contemporain et fabrication de l’inauthentique”, Nathalie Heinich, Terrain, n° 33, “Authentique ?” (texte intégral).

Sites et Blogs :
Le programme de la nuit blanche 2014, pour les amateurs d’art contemporain, art contemporain.com et la paddythèque.

• A voir :
L’écho dans l’urinoir sur ARTE Creative 

 

• A faire :
La nuit blanche 2014, “Marcel Duchamp, la peinture même” au Centre Pompidou jusqu’au 5 janvier 2015.

Posted in Art contemporain | Tagged , , , | Leave a comment

L’immigration aux frontières du patrimoine

En dépit du flou qui l’entoure, utiliser le terme de mémoire s’agissant de l’immigration semble aujourd’hui aller de soi. Qu’en est-il du patrimoine de l’immigration ? Le patrimoine apparaît-il quand la mémoire sort de l’espace privé pour entrer dans le domaine public ? Est-il une forme cristallisée et institutionnalisée de la mémoire ? Est-il soluble dans la mémoire ? Au-delà d’une indispensable clarification des termes, s’interroger sur l’articulation mémoire, patrimoine et immigration nécessite d’en comprendre les enjeux dans le débat public. La patrimonialisation ne peut être regardée indépendamment ni des attentes et des luttes pour la reconnaissance des immigrés, ni de son usage par les pouvoirs publics comme instrument de pacification.
Quels sont les acteurs et quelles sont les formes -observées et souhaitables- de la mémoire et du patrimoine de l’immigration en France, aujourd’hui ?

Pour en savoir plus :

couv immigration_patrimoineUn livre :
L’immigration aux frontières du patrimoine sous la direction de Noël Barbe & Marina Chauliac.

Sites et Blogs :
L’association les Oranges qui oeuvre à la reconnaissance de l’apport de l’immigration en France, Memorias : lieux de mémoire et d’histoirede l’immigration et de l’exil espagnol, l’association pour la sauvegarde du patrimoine culturel des juifs d’Egypte, la FACEEF : Fédération d’Associations et Centres d’Emigrés Espagnols en France,

• A faire :
L’exposition “Repères” au musée de l’histoire de l’immigration, Paris.

Posted in Immigration | Tagged , | Leave a comment