Rêver

« Rêver, au sens d’avoir pendant le sommeil l’esprit occupé à des images, à des actions identifiables ou confuses, est un mot neuf. Il n’a commencé à s’imposer qu’à partir des années 1650. Descartes note « faire des rêves en dormant » (1649) et Pascal écrit dans une acception tout à fait moderne : « Il me semble que je rêve » (1656). Alors que dans la tragédie classique, jusqu’à Racine et même au-delà, les héros continuent à songer, dans la prose des philosophes et des moralistes on commence à rêver. Le mot rêve prendra en charge, au XVIIIe siècle, tous les aspects et tous les moments de l’expérience : le surgissement de la vision, les indices que laisse entrevoir le corps endormi, le souvenir que l’esprit en conserve et, bien sûr, le récit que l’on peut en donner par la suite. Le phénomène est bien caractérisé, il n’est même pas propre à l’homme : « Non seulement les rossignols dorment, écrit Buffon, mais ils rêvent et d’un rêve de rossignol car on les entend gazouiller à demi-voix et chanter tout bas. » Cette spectaculaire substitution lexicale a été, au cours du Moyen Age, précédée par une autre. Songer a évincé pantaiser qui, à la Renaissance, n’a plus que le sens de « suffoquer » et dont il ne reste aujourd’hui que l’adjectif pantois. Maissonger comme pantaiser n’offriront pas très longue résistance, même dans les dialectes d’oc. La carte 1695 de l’Atlas linguistique de la France fait, à la fin duxixe siècle, le point sur une invasion lente mais irrésistible (Gilliéron et Edmont 1902). Partout dans le Sud, revar, à l’occitane, est en passe de délogerpantaisar et somiar, où, du moins, le français rêve, de plus en plus préféré à tout autre terme, provoque d’importants remaniements, lexicaux et sémantiques, dans ce domaine. Ainsi en pays de Sault, dans un dialecte languedocien des Pyrénées, l’ancien pantaisar signifie aujourd’hui « haleter », « perdre le souffle » ; somiar, c’est à la fois dormir et rêver, mais le seul substantif en usage est rêve, à la française. « Ai somiat un rêve » est l’équivalent exact de « j’ai fait un rêve ». Comment comprendre ces mouvements du vocabulaire, que donnent-ils à penser aujourd’hui ?  » Daniel Fabre in Terrain n°26.

Pour en savoir plus :

Le rêve. Puvis de Chavanne (Orsay, cliché RMN).

Des articles :
« Rêver. Le mot, la chose, l’histoire », Daniel Fabre, Terrain n° 26 , Rêver.
« Destins anthropologiques du rêve »
, Giordana Charuty. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Les rêves de Teresa », Deborah Puccio. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Rêver pour soi et pour les autres», Caroline Humphrey et A. Hürelbaatar. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Les couturières de la nuit », Marie-Claire Latry. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Rêver », Daniel Fabre. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Entrer en montagne pour y rêver », Brigitte Baptandier. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral).
« Le rêve entre au-delà et ici-bas », Marie-Elisabeth Handman. Terrain, n°26, Rêver (texte intégral) .

Sites et Blogs :
L’interprétation des rêves d’après Freud, selon Jung, le rêve comme éveil de la conscience, sur le sommeil les rêves et l’éveil, l’étude du rêve d’après des textes littéraires.

Chorégraphie contemporaine

« La pulsation propre à la chorégraphie contemporaine tend vers le scintillement du corps, vers une alternance de sa présence et de son absence. Il existe une propension de la danse actuelle à faire que le corps se dérobe au sens premier du terme qui veut dire « dépouiller ». En effet, le corps humain, dans de nombreuses pièces, est mis à nu physiquement, précisément il est dénudé en une sorte de strip-tease dramatique ou désopilant. Peut-être alors la chorégraphie, qui est devenue un art parfaitement hybride, est-elle aux limites de la pensée, avec la nudité ? Georges Bataille a eu cette formule frappante : ” Je pense comme une fille enlève sa robe. A l’extrémité de son mouvement, la pensée est l’impudeur, l’obscénité même”. Les mouvements extrêmes de la chorégraphie contemporaine frôlent véritablement l’érotisme, l’obscénité parfois, mais dans un déplacement qui relève de la parodie, de la violence ou de la radiographie de l’image. […] Cependant, le corps se dérobe aussi parce qu’il échappe aux catégories auxquelles on veut l’assigner. Il est continuellement fuyant dans les ruptures de symétrie particulières à la contemporanéité dansante, d’où les figures paradoxales de l’esquive, de l’échappée, de l’évitement, du dégagement, entre les corps. Cela n’empêche pas la mêlée à un autre moment. Tous les codes de la danse moderne sont comme détournés, détruits, ou présentés à la dérobée, c’est-à-dire de façon furtive, subrepticement. »* Alain Mons in Terrain n°35.

Pour en savoir plus :

téléchargement (1)• Des articles :
*« Le corps dérobé», Alain Mons, Terrain, n°35, Danser (texte intégral).
« La danse, le corps, l’inconscient », José Gil, Terrain, n°35, Danser (texte intégral).
« A propos de Café Müller. Une pièce de Pina Bausch», Claudine Vassas, Terrain, n°49, Toucher.

• Sites et Blogs :
Danse aujourd’hui, ladanse.com.

• A faire :
Paris quartier d’été Jusqu’au 8 août 2015, Paris danses en Seine jusqu’au 31 août 2015.

Les grands lecteurs

« “Comme le boulimique évite la devanture des pâtisseries, je me détourne de la vitrine des librairies […]. Très vite, je me fais l’impression d’une végétarienne perdue dans une charcuterie en gros, l’étalage de boustifaille livresque m’écœure”. Cette citation frappante renvoie aux métaphores culinaires et alimentaires qu’emploient nos grands lecteurs, tout aussi voraces et bibliophages, pour témoigner de leur appétit sans fin : “dévorer” un livre, se dire “boulimique”  ou connaître des « fringales de lectures » par exemple. Leurs expressions concourent à une vision du grand lecteur amateur de “bonne chair” écrite, gourmet et gourmand de mots. L’entretien avec Laurent explicite cette idée : “C’est comme quand on tombe sur un sac de bonbons Haribo : on sait que ce n’est pas bon, que c’est chimique, mais on ne peut plus quitter le paquet avant de l’avoir fi ni !J’en ai lu des bouquins sans vraie valeur littéraire, juste parce qu’une fois dedans, je ne pouvais plus m’en sortir, j’étais pris dedans. Les Agatha Christie, Nicole de Buron, tout cela fonctionne sur moi comme une fraise Tagada.” Ce témoignage invite à différentes réflexions. Cherchant à se déculpabiliser de lectures “sans vraie valeur littéraire”, il recourt à l’image de la friandise pour atténuer l’illégitimité qu’il leur confère. Lorsqu’il commence une histoire, quelle que soit l’œuvre, il lit jusqu’au bout, qu’elle lui plaise ou non, même s’il juge que c’est de la paralittérature. Les besoins vitaux et le goût du plaisir, dont la satisfaction impérieuse doit être immédiate, sont fortement imbriqués dans l’esprit de notre public. D’un point de vue comportemental, on est dans la boulimie, qui consiste en un besoin irrésistible et pathologique de manger, un désir intense. La littérature apparaît donc concrètement comme une nourriture de l’esprit, lire et manger étant indissociables. Ils s’en sustentent pour arriver à satiété, aussi bien sur le plan spirituel que sur le plan émotionnel. » Bérénice Waty in Terrain n°53.

Pour en savoir plus :

téléchargement• Des articles :
*“Radioscopie de grands lecteurs”, Bérénice Waty, Terrain n°53, Voir la musique.« 
L’objet livre 
» Stephen Hugh-Jones et Hildegard Diemberger, Terrain 59L’objet livre.
« Quand le livre devient relique. Les textes tibétains entre culture bouddhique et transformations technologiques » , Hildegard Diemberger, Terrain 59L’objet livre. 
«  Les Agamas : des livres saints canoniques. Le rituel hindou entre transmission orale et textes sacrés »
, Chris Fuller, Terrain 59L’objet livre.
« Le livre comme trésor. Aura, prédation et secret des manuscrit savants du Sud marocain» , Romain Simenel, Terrain 59L’objet livre. 
« Le Coran et ses multiples formes (Casablanca, Maroc)*» 
, Anouk CohenTerrain 59L’objet livre. 
« L’objet livre à l’aube de l’époque moderne », 
Warren Boutcher, Terrain 59L’objet livre. 
« Quand le texte se fait matière. Une exploration des versions du manuscrit arabe »
, Christine Jungen, Terrain 59L’objet livre. 
« Le synthétique sacré. Réflexions sur les aspects matériels des textes juifs orthodoxes», 
Jeremy Stolow, Terrain 59L’objet livre.

• Sites et blog :
Le Centre National du Livre, l’Association pour l’autobiographieVivre et l’écrire, les réseaux sociaux du livre, le monde des lecteurs, le globe-lecteur.

• A faire :
Lire en short, la grande fête du livre pour la jeunesse du 17  au 31 juillet 2015

Théâtre et morale

« ” C’est un métier où des hommes et des femmes représentent des passions de haine, de colère, d’ambition, de vengeance et principalement d’amour. Il faut qu’ils les expriment les plus naturellement et le plus vivement qu’il leur est possible ; et il ne le sauroient faire s’ils ne les excitent en quelque sorte en eux-même” » (Pierre Nicole, Essai de morale, 1667).

À la fin du XVIIe siècle, un vaste débat anime la France sur le danger moral des passions théâtrales. « ” Ce ne sont pas des traits morts et des couleurs sèches qui agissent, mais des personnages vivants, des vrais yeux, des vraies larmes dans les acteurs qui en attirent d’aussi véritables dans ceux qui regardent » (Jacques-Bénigne Bossuet, 1694). La sympathie unit les hommes dans les passions : le spectacle des rires ou des pleurs excite l’envie de rire ou de pleurer. La contagion des affects s’explique par un mécanisme de nature physiologique : « La nature nous a liez ensemble. Ainsi nous ressentons les mouvements que nous apercevons dans les autres” » (Bernard Lamy, Nouvelles réflexions sur l’art poétique, 1678) cité Cecilia Gallotti in Terrain n° 22*

La querelle sur la moralité du théâtre soulève plusieurs questions : d’où vient que le spectacle de la douleur soit au théâtre source de plaisir, et comment se fait-il que nous puissions éprouver de la compassion pour des êtres imaginaires ? Le théâtre n’était-il pas une école de mensonge par opposition à un art oratoire au service de la vérité ? Comment en fonder l’évidence afin de concilier la rhétorique des passions avec les vérités de la morale et de la raison ?

Pour en savoir plus :

téléchargement (2)Un article :
« Le voile d’honnêteté et la contagion des passions. La querelle sur la moralité du théâtre au XVIIe siècle », Cecilia Gallotti, Terrain n° 22, Les émotions (texte intégral).

Sites et blog :
sur Nicole et Bossuet
.

• A faire :
Le festival d’Avignon jusqu’au 25 juillet 2015.

Dédommager le désir

« ” Qui ne s’est pas trouvé en présence de cet objet ignore jusqu’où peut aller le sublime poétique” » , écrit André Breton en 1953 dans La Clé des champs. L’objet qui lui inspire cette remarque est un masque sulka exposé au Field Museum de Chicago, « grand masque d’une somptuosité sans égale […] couronné d’un vaste parasol au sommet duquel se tient, en attitude spectrale, une mante religieuse de deux mètres, en moelle de sureau rose… “.»* Monique Jeudy-Ballini in Terrain n°32.
Chez les Sulka de Nouvelle-Bretagne (Papouasie-Nouvelle-Guinée), la beauté des masques traditionnellement fabriqués à l’occasion des cérémonies d’initiation et de mariage est une condition de leur efficacité rituelle. Obtenue avec le soutien des ancêtres convoqués au moyen des magies appropriées, la beauté, signe d’accord cosmologique entre humains et esprits, s’assimile à une manifestation de la transcendance. Mais dans une culture qui considère l’intériorité affective et psychique des êtres comme difficilement pénétrable, l’émotion suscitée tient d’une atteinte à la personne. ” Le beau, qui, à l’inverse du médiocre ou de l’insignifiant, peut seul se dire sur l’aire cérémonielle, ne relève pas d’un jugement collectif mais d’une expérience subjective selon que l’on se trouve ou non touché par ce que l’on voit. La beauté d’une chose n’est rien d’autre que sa capacité à affecter – à susciter de la joie, par exemple, ou de la nostalgie.” C’est à cette considération que l’on rapporte la coutume sulka exigeant de tout organisateur d’une fête qu’il dédommage matériellement quiconque exprime son admiration pour la beauté d’un masque!

A111293c_sulka
Masque sulka. Photographes : John Weinstein and Diane Alexander White. © The Field Museum.

Pour en savoir plus :

• Un article :
* « Dédommager le désir », Le prix de l’émotion en Nouvelle-Bretagne (Papouasie-Nouvelle-Guinée), Monique Jeudy-Ballini, Terrain n°32, Le beau(texte intégral).

• Sites et Blogs :
Les masques sulkas, l’art des échanges chez les sulkas.

 

Les émotions

« L’enfant passe d’une impression à l’autre, d’une occupation à l’autre, d’un sentiment à l’autre, avec la plus extraordinaire rapidité. Son humeur n’a rien de fixe ; la colère y naît et s’y apaise avec la même instantanéité ; les larmes succèdent aux rires, la sympathie à la haine, ou réciproquement, sans raison objective ou, tout au plus, sous l’influence de la plus légère circonstance. […] Sur ce point […] comme sur bien d’autres, l’enfant ne fait que reproduire un des caractères distinctifs de l’humanité primitive. Les peuples qui n’ont pas encore dépassé les formes les plus inférieures de la civilisation se font, en effet, remarquer par cette même mobilité d’idées et de sentiments, la même absence de suite dans la conduite individuelle. L’incident le plus insignifiant suffit pour opérer, dans la conscience de l’adulte, les plus surprenantes révolutions. Un geste heureux, une grimace, un mot, et la colère la plus farouche se transforme en sentiments bienveillants ; ou bien, au contraire, des menaces de mort succèdent aux plus chaudes démonstrations d’amitié. » Émile Durkheim, in L’Éducation morale, 1925.
Durkheim avance l’idée que la raison se dégage progressivement de la sphère des émotions dans le développement de la civilisation. L’évacuation des affects serait-elle un gage d’évolution ? Y a-t-il des émotions universelles ou sont-elles toutes culturelles ? Une anthropologie des émotions est-elle possible ? *

Pour en savoir plus :

Des articles :
*« Réflexions sur une anthropologie des émotions », Vincent Crapanzano, Terrain n° 22, Les émotions (texte intégral).
« Weber, les émotions et la religion », Jeanne Favret-Saada, Terrain n° 22, Les émotions (texte intégral).
« Emotions rimées. Poétique et politique des émotions dans un village du sud du Portugal »
, Miguel Vale de Almeida, Terrain n° 22, Les émotions (texte intégral).
« Les émotions. Une sélection bibliographique américaine »
, Terrain n° 22, Les émotions (texte intégral).

Sites et blogs :
Emotions et rationalité dans la sociologie classique.

Paradis à vendre

« Pensez-vous que Tahiti soit un paradis ?
Qu’est-ce qui fait le charme de Tahiti ? »
Que proposez-vous pour assurer aux populations tahitiennes un avenir adapté au caractère de l’île et aux exigences de la vie moderne ? »
Ces questions, posées en 1963 par un hebdomadaire polynésien  à des touristes européens, font ressortir l’évidence des présupposés colonialistes.
Le développement du tourisme de masse en Polynésie-Française au début des années 1960 exploita pleinement les qualités légendaires de Tahiti. Les autorités coloniales et l’élite métisse promirent aux touristes une expérience collant à l’image floue mais attrayante d’un paradis terrestre, et comprenant l’accès à un artisanat et à des spectacles « traditionnels ». Après plus d’un siècle de contact européen et d’administration française, une telle offre exigeait des habitants du cru qu’ils s’engagent dans une sorte d’auto-imitation en transformant leurs traditions en show touristique !» Daniel J. Sherman in Terrain n° 44.

Pour en savoir plus :

220px-Tahiti_and_Moorea_topographic_map.svg• Des articles : 
« Paradis à vendre : tourisme et imitation en Polynésie-Française (1958-1971) », Daniel J. Sherman, Terrain n° 44,  Imitation et Anthropologie (texte intégral).  
« Modernité, corps et transformation de soi. Les salons de coiffure aux îles Tonga [Polynésie occidentale) »
, Niko Besnier,  Terrain n° 61, Les morts utiles
« Perdre l’esprit du lieu. Les politiques de l’Unesco à Luang Prabang (rdp Lao) »
, David Berliner, Terrain n° 55, Transmettre
« Des faux authentiques. Tourisme versus pèlerinage »
, David Brown, Terrain n° 33, Authentique ? (texte intégral).

• Sites et Blogs : 
L’organisation mondiale du tourisme, l’office du tourisme de Tahiti.

Vade retro virus

Les virus pourraient-ils participer à une possible redéfinition de la frontière inférieure de la vie, en tant que vie minimale ? À l’heure du triomphe de la viralité dans la cyberculture contemporaine, devrait-on considérer les virus comme les premières formes d’entités convergentes, c’est-à-dire existant par-delà la division du monde en deux phases distinctes et incompatibles, numérique et analogique ? En considérant les virus comme des agents fondamentaux de l’évolution du vivant, peut-être est-il temps de dépasser une conception purement négative de ces formes de vie, jusqu’à il y a peu uniquement regardées en tant que parasites ou agents infectieux.
” À l’opposé d’une critique de la viralité sempiternellement fondée sur une conception maintenant périmée de la contagion d’être individuels supposés « sains » par des agents infectieux tout aussi individualisés, il s’agit maintenant d’en appeler à une perspective écologique où l’individu, qu’il soit humain ou virus, est une fiction. À l’heure où les codes commencent à converger et à s’entre-capturer par-delà le seuil qui séparait encore hier les modalités analogique et numérique du monde, il faut en appeler à des symbioses généralisées, même si une bonne partie d’entre elles s’avéreront probablement agressives. Pour ceux et celles qui survivront à ces infections symbiotiques, comme le prévoyait William Burroughs, le virus n’apparaîtrait plus comme un virus, indétectable, il deviendrait, bénin, le moteur transductif de l’évolution de leur code. Room for one more inside, Sir. “* Thierry Bardini in Terrain n°64.

Pour en savoir plus :

T64_couv_HDDes articles :
* « Virus », Nicolas Auray et Frédéric KeckTerrain n°64, Virus.
« Dr Popp et la disquette Sida », Antonio A. Casilli, Terrain n°64, Virus.
« L’invisible et le clandestin  », Nicolas Auray, Terrain n°64, Virus.
« L’alarme d’Antigone », Frédéric Keck, Terrain n°64, Virus.
« Bricoler le vivant dans des garages », Morgan MeyerTerrain n°64, Virus.
« Réimaginer des communautés ? », Charlotte Brives et Frédéric Le Marcis, Terrain n°64, Virus.
« Vade retro virus », Thierry Bardini, Terrain n°64, Virus.
« D’un mirage, l’autre », Jean-Pierre Piniès, Terrain n°64, Virus.
« La muse de l’anthropologie américaine », Amalia Dragani, Terrain n°64, Virus.
« Traverser sur un fil », Charlotte Pescayre, Terrain n°64, Virus.

• Site et Blogs :
Virus informatique, virus biologique.

Fête de la musique

 Elvis, il me fait sentir des émotions… J’ai une vie normale, j’ai un quotidien, j’ai des problèmes… mais Elvis, il me fait sauter de joie. Il suffit que j’entende sa voix, quelque part… ça y est, je sais que ma journée va bien se passer. Il m’a apporté la vie. Et puis de la passion, de l’émotion… il me fait pleurer comme une petite fille, alors que j’ai 45 ans, j’ai des responsabilités, je suis quelqu’un qui assume des choses assez difficiles dans la vie… mais Elvis, il me fait rêver » (Rachel) .
« La première chose que je fais le matin : je mets Elvis. Le soir en rentrant : je mets Elvis. Il y a des sons de sa voix qui passent, et qui me parlent » (Angèle).
« Il n’y a pas d’autres chanteurs qui me font pleurer en écoutant un de leurs disques […]. C’est pas une musique qu’on écoute pour passer le temps. C’est plus profond que ça. Surtout si on est touché par la grâce d’Elvis » (Jean-Claude) in Terrain n°37 *.

La voix d’Elvis ne suscite pas seulement des émotions intenses chez ses fans; elle les aide à affronter un quotidien parfois difficile, les apaise, les dynamise, les régénère. Cette voix constitue un refuge, apporte la joie, le bonheur et l’espoir d’un monde meilleur : elle permet de se sentir vivant.

Quelle est l’origine des émotions musicales ? Qu’est ce qui nous touche, comment et pourquoi ? Comment un simple morceau peut-il avoir un tel impact sur notre vie ?

Pour en savoir plus :

134922-la-fete-de-la-musique-2015-a-paris-et-en-ile-de-france-3Un livre :
Rap, techno, électro… Le musicien entre travail artistique et critique sociale, Morgan Jouvenet.

• Des articles :
* « La voix d’Elvis… », Gabriel Segré, Terrain, n° 37, Musique et émotion (texte intégral).
“Transmettre l’amour du chant ? Cris, éloquence et complaintes dans une famille ordinaire de Mongolie rurale”, Laurent Legrain, Terrain n° 55, Transmettre
“Voir la musique”
Madeleine Leclair, Terrain n° 53, Voir la musique.
“Voir écouter. Pour une iconographie de l’auditeur”
Philippe Junod , Terrain n° 53, Voir la musique.
“À l’écoute de Paul Klee. Les choses sont-elles (aussi) corps de violons ?” Annie Paradis, Terrain n° 53, Voir la musique.
“Sons et couleurs. Des noces inachevées” Patrick Crispini, Terrain n° 53, Voir la musique.
“L’improvisation musicale et l’ordinateur. Transcrire la musique à l’ère de l’image animée” Marc Chemillier, Terrain n° 53, Voir la musique.
“Musiques, mouvements, couleurs dans la performance musicale andine. Exemples boliviens” Rosalía Martínez, Terrain n° 53, Voir la musique.
“Musique mécanique et temple hindou. Histoire controversée d’un dispositif visuel et sonore” Christine Guillebaud, Terrain n° 53, Voir la musique.
“Quand la musique donne à voir. La représentation de la montagne dans les chants des initiées itcha (Bénin) ” Madeleine Leclair, Terrain n° 53, Voir la musique.
“Musiques, mouvements, couleurs dans la performance musicale andine. Exemples boliviens”, Rosalia Martinez, Terrain n° 53, Voir la musique.
« “Emportés par le mix”. Les DJ et le travail de l’émotion » Morgan Jouvenet, Terrain n° 37, Musique et émotion (texte intégral).
« “Chanter l’amour”. Musique, fierté et pouvoir »
Denis-Constant Martin, Terrain n° 37, Musique et émotion (texte intégral).

Sites et Blogs :
Ethnographier les phénomènes sonores, le portail d’ethnomusicologie, la fête de la musique 2012, deux blogs sur Elvis Presley : elviscollection et skyrock.

A faire :
La fête de la musique 2015, votre programme.

Les Journées de l’Archéologie

« Peut-on prétendre faire de l’archéologie et mentir ? Comment peuvent se trouver associées cette discipline et cette posture, l’une visant la mise au jour d’éléments qu’il faudra interpréter le plus objectivement possible en s’entourant de garanties scientifiques, l’autre visant à la falsification et à la dissimulation ? Parmi les motivations qui poussent à fausser un discours scientifique, outre la quête de reconnaissance, deux exemples permettent de saisir les relations entre archéologie et mensonge : le « besoin de merveilleux » de la para-archéologie, et la récupération géopolitique. (…) À la lisière entre le mensonge et la tromperie involontaire se trouve la surinterprétation, c’est-à-dire que contrairement à la déontologie de la profession, des hypothèses seront présentées comme une certitude. Selon la jolie formule de C. W. Ceram : « Evans a fait preuve de plus d’imagination que ne l’y autorisaient ses découvertes ». En effet, lorsqu’il complète (abusivement) la fresque du Prince au lys ou la statuette de la Déesse aux serpents trouvées dans le palais minoen de Cnossos, son but est de donner à voir « une » vérité, mais qui n’est que l’idée qu’il se fait alors de celle-ci. S’il est une discipline scientifique où ce qui est vrai aujourd’hui sera peut-être faux demain, c’est bien l’archéologie. Les progrès dans nos connaissances se font à tâtons, par rapprochements successifs, par comparaisons et construction de modèles et de typologies, qui peuvent se trouver modifiées par une infime découverte qui bouleversera l’ordre établi. Au fil du temps pourront se révéler fausses (mais pas pour autant mensongères, puisqu’il n’y avait pas dessein de tromper) des théories mises en avant en fonction des acquis d’une époque, avec l’« objectivité précaire » qui caractérise l’archéologie. » Claire Besson, Dorothée Chaoui-Derieux et Bruno Desachy in Terrain n°57.

Les 19, 20 et 21 juin 2015, les Journées de l’Archéologie visent à sensibiliser le public aux enjeux contemporains de la recherche archéologique, à ses disciplines et à ses méthodes, comme à la richesse et à la diversité du patrimoine archéologique. La complexité de l’archéologie réside dans le processus d’interprétation, c’est à dire la négociation permanente entre ce qu’on trouve, ce qu’on imagine et ce qu’on affirme.

Pour en savoir plus :

téléchargement (1)Des articles :
« Bonne fouille ne saurait mentir ? », Claire Besson, Dorothée Chaoui-Derieux et Bruno Desachy. Terrain n°57, Mentir.
« Faux et authenticité en préhistoire »
, Claudine Cohen, Terrain n°33, Authentique ?
« Les savoir-faire : une très longue histoire », Jacques Pelegrin, Terrain n°16, Savoir-faire.
« Les rythmes du feu », Pierre Pétrequin et Anne-Marie Pétrequin, Terrain n°19, Le Feu.

Un livre :
Imaginaires archéologiques. Sous la direction de Claudine Voisenat.

Site et Blog :
Portail archéologique, tout archéologie, sites de fouilleles abris sculptés de la Préhistoire, Hominidés : les évolutions de l’homme, le site de Lascaux, tout archéologie, pôle préhistoire, les imaginaires archéologiques.

• A faire :
Les journées de l’archéologie, personnalisez votre programme

Faut-il toucher pour voir ?

“Supposez un homme né aveugle puis devenu maintenant adulte ; par le toucher, il a appris à distinguer un cube et une sphère du même métal et approximativement de la même taille, de sorte qu’il arrive à dire, quand il sent l’un et l’autre, quel est le cube et quelle est la sphère. Supposez ensuite que l’on place le cube et la sphère sur une table et que l’aveugle soit guéri. Question : est-ce que par la vue, avant de les toucher, il pourra distinguer et dire quel est le globe et quel est le cube ?” Essai sur l’entendement humain, J. Locke, 1690.
John Locke énonce ici le fameux problème de Molyneux. Ce problème n’a cessé d’interpeller et de diviser les philosophes. En dépit de son apparente simplicité, il pose différentes questions : comment passe-t-on du monde tactile au monde visible ? La perception est-elle immédiate ou suppose-t-elle l’exercice des organes ?

Pour en savoir plus :

Un article :
Faut-il toucher pour voir ? Retour sur le problème de Molyneux »
, Catherine Halpern, Terrain, n° 49, Toucher.

Sites et Blogs :
Les cinq sens, la cécité.

 

La grande guerre

« Un officier de chasseurs alpins rapporte dans son carnet ce dialogue de novices avant leur premier engagement, le 16 août 1914, au bois de la Croix, sur la frontière : « Je ne crois pas qu’aucun de nous soit bien pénétré de ce fait que nous allons à la lutte :
– On va se battre, dit un chasseur, c’est pas possible tout de même !
– J’ai bien lu qu’il y avait des gens qui se faisaient la guerre, autrefois, mais vraiment je ne croyais pas que je pourrais faire comme eux, dit naïvement un autre.
– Tu vois ce fusil, eh bien, il va sans doute tuer un homme. Si tu en avais tué dans le civil, qu’est-ce qu’on t’aurait fait ?
– On m’aurait coupé le cou. Maintenant, on me félicitera ! »”* Carnet de route d’un officier d’alpins, 1915.
La déclaration de guerre ouvre la chasse à l’homme, l’interdit est levé ; les jeunes gens, non seulement peuvent, mais doivent tuer… La plus dure des épreuves de la guerre de 14-18, c’est la ligne de front. Aujourd’hui, il n’y a plus de survivants, plus de poilus.»
Quelles images gardons-nous de cette guerre ? Quelles traces a-t-elle laissées ?

Pour en savoir plus :

Articles :

Fantassins allemands dans un trou d’obus

*« Vivement la guerre qu’on se tue ! », Evelyne Desbois, Terrain, n°19, Le Feu (texte intégral).
« Les clichés de la Grande Guerre »
, Yves Pourcher, Terrain, n°34, Les animaux pensent-ils ?
« La fouille des champs d’honneur », Yves Pourcher, Terrain, n°20,  La mort (texte intégral).
« Grand-Guignol », Evelyne Desbois, Terrain, n°18, Le corps en morceaux (texte intégral).

Sites et Blogs :
Le projet Mémoire des hommes du ministère de la défense, chemins de mémoire, un blog sur la grande guerre, l’armistice de 1918.

A voir :
Le musée de la grande guerre en Picardie, l’ossuaire de Douaumont.

A faire :
Lens 14-18, centre d’histoire guerre et paix, ouverture le 9 juin 2015.

Rendez-vous aux jardins

Longtemps relégué au rôle d’espace d’accompagnement d’un édifice, le jardin est à présent reconnu comme une composition à part entière. Parce qu’il est vivant et impossible à muséifier, il met à l’épreuve les procédures et les modes de gestion traditionnels, oblige à tenir compte du temps et de l’usage et à penser en termes nouveaux la question du patrimoine. Les demandes de protection le prennent désormais en compte dans sa globalité, fin 2012, 2270 jardins sont protégés au titre des monuments historiques, dont 608 jardins classés et 1 656 jardins inscrits.
Ce week-end est l’occasion de (re)découvrir les parcs et les jardins, publics ou privés, d’explorer les merveilles botaniques qui s’y déploient et de profiter des nombreuses animations qui y sont proposées.

Pour en savoir plus :

téléchargementDes livres :
Vert patrimoine. La constitution d’un nouveau domaine patrimonial. Françoise Dubost.
En son jardin. Une ethnologie du fleurissement.
 
Martine Bergues.

Des articles :
“Les jardins de la nostalgie”. La transformation du jardin anglais en patrimoine national. Sylvie Nail, Terrain n°29, Vivre le temps.
« Les jardins potagers pyrénéens : un espace singulier : les jardins potagers en Pyrénées centrales ». Ariane Bruneton-Governatori, Terrain n° 6, Les Hommes et le milieu naturel (texte intégral).
« A quelle mode vais-je planter mes choux ? ». Anne Luxereau, Terrain, n°6, Les hommes et le milieu naturel (texte intégral). 
« L’ethnobotanique au péril du gazon »
, Pierre Lieutaghi, Terrain n° 1, Les savoirs naturalistes populaires (texte intégral). 

• Sites et Blogs :
Jardinons ensemble : les jardins partagés d’île de France, l’agenda de l’art des jardins, Les jardins solidaires : réseau méditerranéen et en île de FranceComité des parcs et jardins de Franceportail du jardin et du paysage, l’aménagement paysagerconseils en jardinagememo jardinageune interview de Martine Bergues, le blogjardin, Paris au vert.

A faire :
Rendez-vous au jardin les 5, 6 et 7 juin 2015.

Quand Jaurès entrait au Panthéon

« Il est certain que je ne serai jamais porté ici. Mais si j’avais le sentiment qu’au lieu de me donner pour sépulture un de nos petits cimetières ensoleillés et fleuris de campagne, on dût porter ici mes cendres, je vous avoue que le reste de ma vie en serait empoisonné. » Jean Jaurès à Aristide Briand lors d’une visite au Panthéon.
Et pourtant, le corps de Jean Jaurès fut transféré solennellement au Panthéon en 1924, dix ans après son assassinat. Ce fut un événement spectaculaire de portée nationale, planifié des semaines à l’avance, entièrement mis en scène par l’État et relayé par les actualités. Cette cérémonie donna lieu à diverses interprétations politiques. Le cartel des gauches, instigateur de la cérémonie, en donna une représentation quasi-christique, en parlant de la “montée de Jaurès au Panthéon”. Les communistes tentèrent de démythifier la cérémonie en la décrivant sous un jour théâtral. Leur marche contrasta avec la procession officielle, ils en firent “… le début d’un processus révolutionnaire qui ramènerait les jours glorieux de la Commune.” La droite catholique, quant à elle, tourna la cérémonie en dérision et la catalogua de comédie ridicule et de funèbre tragédie.
Ainsi la “panthéonisation” de Jaurès ne fut qu’un succès partiel pour le  gouvernement, et eut pour conséquence d’exacerber les tensions politiques.

Pour en savoir plus :

• Un article :
« La “panthéonisation” de Jean Jaurès. Rituel et politique pendant la IIIe République », Avner Ben-Amos, Terrain, n° 15, Paraître en public (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Le site du Panthéon, les tombes du Panthéon.

• A faire :
Quatre résistants au Panthéon

 

Fête des voisins

“Le problème, c’est d’identifier le responsable. Il y a des voisins qui laissent tous les samedis le caddie au milieu du palier. Cela gêne le passage du fauteuil roulant. J’ai sonné chez tous les voisins pour leur expliquer la situation. Eh bien tous m’ont dit que ce n’était pas eux et le caddie est encore là le samedi (F., 42 ans, célibataire, handicapée). […]
Avant il n’y avait personne dehors et on était tranquille. Vraiment la dalle, depuis qu’il y a eu les travaux, c’est la pagaille. Ils jouent, ils cassent, ils font n’importe quoi et personne ne dit rien. Les enfants sont dehors jusqu’à une heure du matin. On croirait que les parents les jettent dehors. Et moi avec ma chambre qui donne sur l’aire de jeux, je ne peux pas dormir (F., 23 ans, vit chez ses parents).” Témoignages recueillis dans la cité Les Goélands in La société des voisins*.
Loin de l’image idyllique d’un voisinage fêté, les voisins doivent partager des lieux intermédiaires – cours, impasses, escaliers, corridors, espaces de jeux, local poubelle …- entre espace privé et espace public. Ce partage imposé des parties communes, sans accord préalable sur la manière de s’y comporter, génère des tensions et des confrontations quotidiennes. Quels sont les codes sociaux mis en œuvre pour produire des règles de vie en communauté ? Comment se fait la régulation dans l’espace résidentiel ? Comment concilier les différentes conceptions de la civilité, de la propreté, de la sociabilité, ou tout simplement du savoir-vivre dans ces espaces communs imposés ?

Pour en savoir plus :

39462 Deux livres :
* La société des voisins. Partager un habitat collectif. Sous la direction de Bernard Haumont et Alain Morel.
Le triangle du XIVe. Des nouveaux habitants dans un vieux quartier de Paris. Sabine Chalvon-Demersay.

Sites et blogs :
Peupladeimmeubles en fête, le courrier de l’architecte.

• A faire :
La fête des voisins le vendredi 29 mai 2015.