La récré : un espace d’apprentissage

” Apprendre : voilà bien le mot que nous associons spontanément à celui d’enfance. L’activité d’apprendre serait au centre de son quotidien et de ses préoccupations. Le plus souvent, le fait d’apprentissage est envisagé du point de vue de l’adulte : comment enseigne-t-on aux enfants ? Pourtant, l’autre approche est également objet d’intérêt : comment les enfants apprennent-ils ? Dans les deux cas, on pense d’abord aux enseignements donnés par les adultes, les maîtres et par la famille. Mais qu’en est-il des apprentissages entre enfants ? Quels sont les savoirs enfantins qui méritent d’être transmis de leur point de vue et comment se fait leur apprentissage ?  ” Julie Delalande in Terrain n°40

Pour en savoir plus :

jeux enfantsDes articles :
“Culture enfantine et règles de vie”. Jeux et enjeux de la cour récréation. Julie Delalande, Terrain n°40, Enfant et apprentissage.
“Pourquoi les enfants ont-ils des traditions?”. Olivier Morin, Terrain n°55, Transmettre.

Blogs et Sites :
Que se passe-t-il à la récré ?, Le monde des petits, des comptinescanaille blog.

Posted in Apprentissage, Enfance | Tagged , , , | Leave a comment

L’état néo-libéral ment-il ?

“Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les satanés mensonges, et les statistiques”. Benjamin Disraeli, 1860.
Sondages préélectoraux, délinquance, insécurité… Aujourd’hui plus que jamais, les statistiques sont à la fois proférées comme autorités incontestables et dénoncées comme mensongères. Elles sont violemment critiquées en France et l’Etat est accusé de mentir afin d’établir une vérité qui l’arrange mais qui nuit au public.
Alors, les statistiques : outil de management, outil de preuve ou outil de gouvernement ?

Pour en savoir plus :

Un article :
« L’État néolibéral ment-il ? “Chanstique” et statistiques de police », Emmanuel Didier. Terrain n°57, Mentir.

Blogs et Sites :
Le site du ministère de l’intérieur, le portail de la statistique publique, le groupe de sociologie politique et morale, le site de l’INSEE.

Posted in Statistiques | Tagged , | Leave a comment

Une fleur pour la tradition

” Le 25 août 2005 paraissait à la une du journal Le Monde un article intitulé : « Braconnage traditionnel d’edelweiss dans les Pyrénées ». L’auteur y incriminait les jeunes de la vallée d’Ossau, soupçonnés d’aller chaque été cueillir des brassées d’edelweiss dans la zone centrale du Parc national des Pyrénées, où il est strictement interdit de toucher à la flore. Le journaliste suggérait en outre que l’edelweiss est une espèce menacée et affirmait, enfin, que les cueillettes ont une destination purement « mercantile ». Cet article suscita de vives réactions dans la vallée. (…) Au centre de cette controverse, une question qui a déjà suscité de multiples débats, notamment dans les régions où existe un parc national ou régional, celle de la protection de la nature. Quelle est cette nature qu’il faut préserver ? Qui est qualifié pour le faire et au nom de quoi ? Que faire, ainsi, lorsque la volonté de protéger la nature heurte des usages coutumiers ou, en d’autres termes, lorsque la sauvegarde du patrimoine naturel compromet en quelque manière celle du patrimoine culturel ? La polémique autour de la cueillette des edelweiss a pour particularité de susciter ce type d’alternatives, comme le suggère l’expression de « braconnage traditionnel ». De quelle « tradition » s’agit-il donc ? Et quelle part a-t-elle eu dans le débat ? “ Marlène Albert-Llorca et Marion Taréry in Terrain n°51.

Pour en savoir plus :

Leontopodium• Un article :
« Une fleur “pour la tradition”. L’edelweiss dans la vallée d’Ossau (Pyrénées-Atlantiques) », Marlène Albert-Llorca et Marion Taréry in Terrain n°51, Religion et Poilitique.
• Sites et Blogs :
Le site de la vallée d’Ossau, l’article du Monde.

Posted in Tradition | Tagged , , , | Leave a comment

Les apparitions de la Vierge

” Depuis 1968, San Damiano, village italien d’Emilie-Romagne, est le théâtre d’apparitions mariales. En effet, chaque jour, puis chaque semaine, la Vierge y apparaît. En 1981, la femme qui voyait et entendait la Vierge, connue sous le nom de « la Voyante » ou encore de « Mamma Rosa » mourut. Cependant, selon la doctrine qui s’est constituée, la Vierge continue d’apparaître, « vivante et vraie », à intervalles réguliers, chaque samedi à midi, lors du rosaire, malgré la disparition « de son instrument », comme on nomme encore Mamma Rosa. La Vierge se présenta à Mamma Rosa sous deux formes, à deux ans de distance. Elle arriva d’abord sous l’aspect d’une jeune femme venant demander l’aumône dans la maison particulièrement pauvre de Mamma Rosa, paysanne épouse d’un ouvrier agricole et mère de trois enfants, alitée, proche de la mort. Au cours de cette visite, la quêteuse guérit la malade et lui demanda de modifier sa vie : de changer de domicile et d’emploi. Mamma Rosa obéit et devint visiteuse de malades à l’hôpital de Plaisance. Deux ans plus tard, la Vierge se présenta à elle « sous la forme d’une apparition », « sur un globe rouge ». A partir de cette date, Mamma Rosa déclara voir et entendre la Vierge quasi quotidiennement et recevoir ses messages. La nouvelle se répandit et un culte se mit en place suscitant la venue de pèlerins du monde entier. (…) Les sciences sociales se sont, pour une large part, constituées autour d’une dénonciation radicale de la religion comme productrice d’illusions, ces mêmes illusions étant ce que désormais le chercheur en sciences sociales devra débusquer comme agent non manifeste inconnu des acteurs, agent qui les manipule à leur insu ou semi-insu dans tous les secteurs de la pratique sociale. (…) Comment délivrer notre objet de ses saisies traditionnelles, celles de l’ethnologie (les croyances, les représentations), celles de la psychanalyse et de la psychiatrie (l’hystérie, l’hallucination), celles de la sociologie (sécularisation contre émotion, tradition contre modernité), celles de l’Église (théologie négative contre religion populaire) ? Comment donner à « tout cela » une visibilité, un statut, une présence ? Et dans quel statut d’observabilité ? Comment éviter les prémisses contenues dans les descriptions susdites, qui de toute évidence, manquent quelque chose ? Comment en constituer la réflexivité ? ” Elisabeth Claverie in Terrain n°14.

Pour en savoir plus :

Apparition de Marie à saint Hyacinthe selon Lodovico Carracci.

Apparition de Marie à saint Hyacinthe selon Lodovico Carracci.

• Des articles : 
« La Vierge, le désordre, la critique », Élisabeth Claverie, Terrain n° 14, L’incroyable et ses preuves (texte intégral). 
« La vierge, les chrétiens, les musulmans et la nation. Liban, 2004-2007 »
, Aubin-Boltanski E., Terrain n°51, Religion et Politique  (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Les apparitions de la Vierge à travers le mon
de

Posted in Croyance | Tagged , , , | Leave a comment

Le respect des conventions : un acte moral ?

” 1. Ne pas tuer ni manger les dauphins ;
2. Ne pas élever de moutons, ni manger de leur viande ;
3. Ne pas montrer du doigt les baleines ;
4. Ne pas vendre de chair de tortue ;
5. Ne pas parler le dialecte merina en certains endroits précis de la mer ;
6. Ne pas jeter de carapaces de crabes après la tombée de la nuit ;
7. Ne pas rire en mangeant du miel ;
8. Ne pas avoir de relations intimes avec ses frères et sœurs de sexe opposé ;
9. Ne pas manger de poulet ;
10. Ne pas manger de lovo (une sorte de poisson « barbu ») ;
11. Ne pas domestiquer de lémuriens ;
12. Ne pas laver un cadavre après le coucher du soleil ;
13. Ne pas découper d’animaux vivants ;
14. Ne pas s’arracher les poils du visage (sur le menton, pas les sourcils) ;
15. Ne pas manger le foie des raies ;
16. Ne pas abattre d’arbre farafatse pour en faire un canoë ;
17. Ne pas porter de vêtement rouge et noir ;
18. Ne pas élever de cochons et ne pas en manger la viande ;
19. Ne pas assister aux enterrements. ”
Ces interdictions sont quelques uns des nombreux tabous (faly) que doivent respecter les Vezos de Madagascar. “ Manger du lovo ou du mouton est-il mal en soi ? Ou jeter les carapaces de crabe quand il fait nuit ? Ou encore parler merina en certains endroits de la mer ? Les adultes vezo tomberaient tous d’accord pour affirmer qu’aucune de ces activités n’est intrinsèquement bonne (mety) ou mauvaise (tsy mety). La seule raison pour laquelle certaines personnes les évitent est que leurs ancêtres en ont stipulé ainsi. Si telle n’avait pas été la volonté des ancêtres, ces activités pourraient être menées sans problème, y compris celles qui impliquent des frères et sœurs de sexe opposé.” Rita Astuti in Terrain n°48.
Dans ce cas, comment faire la distinction entre morale et conventions ? Chez les Vezos, l’acte moral ne réside-t-il pas dans le fait même de se plier à la volonté des ancêtres, aussi arbitraire soit-elle ?

 Pour en savoir plus :

madagascar

Il est interdit aux maris des femmes enceintes de couper l’arbre utilisé pour confectionner la coque des canoës (photo R. Astuti)

• Des articles :
« La moralité des conventions : tabous ancestraux à Madagascar », Rita Astuti, Terrain, n° 48, La morale (texte intégral).
“Que fait la police morale ?”, Ruwen Ogien, Terrain, n° 48, La morale.
La morale n’est pas le social. Le point de vue de la psychologie”, Nicolas Baumard, Terrain, n° 48, La morale.
Un fragment de la généalogie des normes”, Shaun Nichols, Terrain, n° 48, La morale.
“De l’unité des intuitions morales à la diversité des vertus”, Jonathan Haidt & Craig Joseph, Terrain, n° 48, La morale.
« Voleurs de foies, voleurs de cœurs. Européens et Malgaches occidentalisés vus par les Betsileos (Madagascar) »
, Luke Freeman. Terrain, n° 43, Peurs et menaces (texte intégral).
« Odeur des morts et esprit de famille (Anôsy, Madagascar) », Dominique Somda. Terrain, n° 47, Odeurs (texte intégral).
« Les gens ressemblent-ils aux poulets ? Penser la frontière homme-animal à Madagascar », Rita Astuti. Terrain n°34, Les animaux pensent-ils ? (texte intégral).
« Quand la mémoire resurgit. La rébellion de 1947 et la représentation de l’Etat contemporain à Madagascar », Jennifer Cole. Terrain n° 28, Miroirs du colonialisme (Texte intégral).

• Sites et Blogs :
L’actualité de MadagascarMadagascarTribunetoutMadagascarle site des Malgaches dans le monde,  une histoire du Bien et du Mal sur Wikipedia.

Posted in Morale | Tagged , , , , | Leave a comment

Carnaval : le monde à l’envers

« Le premier dimanche de mai a lieu, à Montbard en Bourgogne, une « cavalcade régionale » qui a toutes les caractéristiques d’un carnaval sans en porter le nom et sans en respecter la date. (…) Le « clou » du spectacle — qui est aussi sa clôture — est la mise à mort, dans les flammes, de « Sa Majesté Carnaval » qui, depuis 1946, est représenté sous la forme d’un énorme mannequin en carton figurant un capitaliste (reconnaissable à son chapeau, à son cigare et à ses sacs de dollars). (…) Le rituel s’insère dans une tradition ouvrière et, plus exactement, dans la tradition politique de la lutte des classes. L’organisation de la Cavalcade n’est pourtant pas confiée à un parti politique ou à un syndicat, mais au comité des fêtes de Montbard. (…) La Cavalcade apparaît donc comme une manifestation unificatrice, à laquelle participent tous les habitants. Ainsi, on relève cette phrase significative dans Les Dépêches du 11 mai 1975, pendant la troisième semaine de grève des usines Vallourec (la plus grande grève depuis 1968) : « Le temps d’une Cavalcade, les Montbardois ont oublié leurs soucis. » (…) En effet, « Sa Majesté Carnaval » combine des caractéristiques carnavalesques et des allusions politiques : il est énorme, avec le visage rouge et une grande bouche, ce qu’on peut mettre en relation avec la signification « charnelle » de Carnaval, mise en évidence par J. Caro Baroja, qui se présente comme un gros personnage glouton, ventru et rouge (références à la viande) ; il est habillé en smoking noir, le cigare à la bouche, et précédé de panneaux faisant référence à l’actualité. Cet ensemble de symboles politiques associe le capitalisme à la Suisse, à l’habit, au cigare et, plus généralement, à l’avidité, à une sorte de « gloutonnerie » d’argent. C’est le « mangeur de profit », en somme. Sur cet exemple, on ne sait donc plus quelle représentation a contaminé l’autre : est-ce le carnaval (symbole de gloutonnerie, opposé au jeûne de Dame Carême) qui a pris un sens politique dans cette commune à tradition communiste ? Est-ce au contraire l’image du capitaliste qui s’est transformée en monstre glouton et grotesque du fait de sa coexistence avec la signification « alimentaire » de Carnaval ? »
Le mot carnaval vient de la proclamation, le premier jour du carême, de l’interdiction de manger de la viande. Ce qui caractérise foncièrement le carnaval, c’est « se déguiser, inverser l’ordre des choses, insulter ou offenser, manger, boire à l’excès »,  ou encore « détruire l’ordre social ». Cette pratique très ancienne est toujours d’actualité et regroupe aujourd’hui des manifestations très différentes en fonction des sociétés.  Que dit le carnaval de ces sociétés ?

Pour en savoir plus :

mucem02• Des articles : 
« ”Premier Mai fais ce qu’il te plaît”. Réinterprétations contemporaines d’éléments folkloriques dans une petite ville ouvrière de l’Auxois », Florence Weber, Terrain n° 11, Mélanges (texte intégral).
« Mieux vaut habiller les saints que déshabiller les ivrognes. Vêtir les saints à San Juan de Plan (Aragon) », Deborah Puccio, Terrain n°38, Qu’est-ce qu’un évènement ? (texte intégral).

Sites et Blogs : 
Les carnavals en France, et dans le monde.

• A faire : 
“Le monde à l’envers. Carnavals et mascarades d’Europe et de Méditerranée” au MUCEM à Marseille, jusqu’au 25 août.

• A écouter :
“Du Brésil à l’Afrique du Sud, la fièvre des carnavals – Quand les masques renversent l’ordre social” sur France Culture.

Posted in Carnaval | Tagged , , , | Leave a comment

Paradis à vendre

« Pensez-vous que Tahiti soit un paradis ?
Qu’est-ce qui fait le charme de Tahiti ? »
Que proposez-vous pour assurer aux populations tahitiennes un avenir adapté au caractère de l’île et aux exigences de la vie moderne ? »
Ces questions, posées en 1963 par un hebdomadaire polynésien  à des touristes européens, font ressortir l’évidence des présupposés colonialistes.
Le développement du tourisme de masse en Polynésie-Française au début des années 1960 exploita pleinement les qualités légendaires de Tahiti. Les autorités coloniales et l’élite métisse promirent aux touristes une expérience collant à l’image floue mais attrayante d’un paradis terrestre, et comprenant l’accès à un artisanat et à des spectacles « traditionnels ». Après plus d’un siècle de contact européen et d’administration française, une telle offre exigeait des habitants du cru qu’ils s’engagent dans une sorte d’auto-imitation en transformant leurs traditions en show touristique !

Pour en savoir plus :

affiche_tiki_pop_800x533_def• Des articles : 
« Paradis à vendre : tourisme et imitation en Polynésie-Française (1958-1971) », Daniel J. Sherman, Terrain n° 44,  Imitation et Anthropologie (texte intégral).  
« Modernité, corps et transformation de soi. Les salons de coiffure aux îles Tonga [Polynésie occidentale) »
, Niko Besnier,  Terrain n° 61, Les morts utiles
« Perdre l’esprit du lieu. Les politiques de l’Unesco à Luang Prabang (rdp Lao) »
, David Berliner, Terrain n° 55, Transmettre
« Des faux authentiques. Tourisme versus pèlerinage »
, David Brown, Terrain n° 33, Authentique ? (texte intégral).

• Sites et Blogs : 
L’organisation mondiale du tourisme, l’office du tourisme de Tahiti.

• A voir :
Exposition “Tiki Pop, l’Amérique rêve son paradis polynésien”, jusqu’au 28 septembre 2014 au musée du Quai Branly.

Posted in Colonialisme, Tourisme | Tagged , , , | Leave a comment

Attractions touristiques

« Dans la ville d’Hiroshima, il y a un vaste espace découvert appelé le parc de la Paix. On n’est pas étonné d’apprendre qu’il est situé à l’endroit où la première bombe atomique est tombée, en 1945. Non seulement il en marque l’emplacement mais il fut créé par la bombe elle-même. Seul un hall d’exposition endommagé est resté debout près de l’épicentre. Construit dans les années 1930, sa structure en béton armé l’a sauvé d’une totale destruction. Cet amas enchevêtré d’acier et de béton est le symbole fort d’un événement effroyable. Un nouvel édifice le jouxte ; musée et centre de conférences, il contient d’autres vestiges, des photographies et des témoignages contemporains. Ce site est visité chaque année par un grand nombre de touristes-pèlerins en provenance du monde entier et accueille les rassemblements pour la paix à l’initiative d’un large éventail de tendances politiques. Tout important symbole qu’il puisse être, ce hall d’exposition est un faux. Quand il a menacé de s’effondrer totalement – les éléments naturels ayant relayé le travail de la bombe –, la municipalité l’a fait reconstruire dans cet état de semi-ruine.[...] Quoi qu’il en soit, on ne peut pas se méprendre sur l’horreur qu’inspire le site d’Hiroshima. Quelques-uns des gardiens sont (ou furent) eux-mêmes des survivants de la bombe. Bien que le site ait pour centre un faux, il suscite des émotions profondes et authentiques. Il est ce que j’appelle ici un ” faux authentique “. » David Brown in Terrain n° 33.
Quelle est vraiment l’attraction pour les touristes et pour ceux qui la mettent en scène : les objets, généralement des « faux authentiques » ? Ou la relation entre les visiteurs et les guides, relation dont l’objet n’est que le médiateur ? Par quoi les touristes sont-ils attirés ? Par la recherche de “l’authentique” ? La découverte d’autres cultures et d’autres individus ? L’accès à un artisanat et à des traditions “locales” ? Mais que signifie cette pratique de masse pour les “locaux” ? La nécessité de conserver la tradition et le patrimoine au détriment de l’accès à la modernité ? La transformation des traditions en “show touristiques” pour se conformer à l’attente du touriste ?

Pour en savoir plus :

Le Dôme de Genbaku, Hiroshima.

Le Dôme de Genbaku, Hiroshima.

• Des articles :
« Des faux authentiques. Tourisme versus pèlerinage », David Brown, Terrain n° 33, Authentique ? (texte intégral).
« Perdre l’esprit du lieu. Les politiques de l’Unesco à Luang Prabang (rdp Lao) », David Berliner, Terrain n° 55, Transmettre.
« Paradis à vendre : tourisme et imitation en Polynésie-Française (1958-1971) »
, Daniel J. Sherman, Terrain n° 44,  Imitation et Anthropologie (texte intégral).

• Sites et Blogs :
L’organisation mondiale du tourisme

Posted in Tourisme | Tagged , , , , | Leave a comment

Quelles relations entretient-on avec nos morts ?

« ” Je croyais ne rien savoir des gestes de la maternité. Je me trompais, écrit Natacha Wolinski qui a perdu sa mère à l’âge de quatre ans. Pour la première fois, par elle, tu m’es revenue, sous le filigrane, guidant mes gestes, ordonnant mon calme. Tu m’as légué un savoir, les précisions fantômes. […] Je croyais t’avoir perdue à jamais. En donnant naissance à Lola, j’ai renoué avec toi, je me suis liée à la part manquante. ” [...] Comment les morts se manifestent-ils aux vivants ? Par quels phénomènes ? Que font les vivants en réponse à ces manifestations ? Au passage, qui rencontrent-ils (humains et non-humains) ? Quels résultats sur le devenir du mort ? Sur celui du vivant ? Et, de manière transversale, quels sens les vivants accordent-ils rétrospectivement à ces expériences ? Comment fait-on des morts féconds aujourd’hui en France et que recèle cette fécondité ? »* Magali Molinié in Terrain n°62.
Pour en savoir plus :

Grâce au pèlerinage à Notre-Dame-de-Fatima, le non-sens de la mort d'un enfant peut se transformer

Grâce au pèlerinage à Notre-Dame-de-Fatima, le non-sens de la mort d’un enfant peut se transformer

Des articles :
* « Faire les morts féconds »
, Molinié Magali, Terrain n° 62, Les morts utiles.
« Redéfinir la mort. Entre nécessités pratiques et discours éthiques », Garcia Vivien & Milena Maglio, Terrain n° 62, Les morts utiles.

« La mort et la conception de la personne », Maurice Bloch, Terrain n°20, La mort (texte intégral).

« Thanatos et Eros. Les morts au service des relations amoureuses dans la religion palo monte (Cuba) »
, Katerina Kerestetzi, Terrain  n°62, Les morts utiles
« Les morts utiles »
, Vinciane Despret, Terrain n° 62, Les morts utiles.

« En aparté avec les morts… »
, Pascale Trompette et Sandrine Caroly, Terrain n°43, Peurs et menaces.
« Réseaux de vivants, solidarités de morts »
Christophe Pons, Terrain, n°38, Qu’est-ce qu’un événement ?
« L’oubli des morts et la mémoire des meurtres »
, Anne Christine Taylor, Terrain n°29, Vivre le temps (texte intégral).
Sites et Blogs :
L’ethnopsychiatrie au Centre Georges Devereux
, ethnopsychatrie : à qui s’adresse cette thérapie, “ces morts qui soutiennent les vivants”, “les rituels funéraires 2.0″ .

Posted in Mort | Tagged , | Leave a comment

Pourquoi coopérer ?

« La coopération intervient à tous les étages de la vie. Les gènes doivent coopérer pour former un génome dans une cellule, les cellules doivent coopérer pour former un organisme multicellulaire, et les organismes multicellulaires doivent coopérer pour former une société. L’histoire de la vie est celle de l’évolution vers des systèmes plus complexes, des entités de bas niveau coopérant pour se regrouper dans des ensembles de plus haut niveau. [...] La pertinence des recherches sur la coopération tient ensuite à l’énigme que représentent les comportements coopératifs pour la théorie darwinienne et pour la théorie économique de l’acteur rationnel. Coopérer a un “coût” pour l’individu, évident quand la coopération est altruiste. Lorsqu’elle est intéressée, ce coût est moins facile à quantifier puisqu’il doit être pondéré par les bénéfices attendus, mais il persiste. Par conséquent, même dans ce cas, la coopération constitue un défi, tout autant à la théorie la plus orthodoxe de l’évolution, arc-boutée contre la notion de compétition entre individus uniquement préoccupés par leur propre reproduction (fitness), qu’à la théorie économique classique fondée sur l’existence d’acteurs calculateurs et “égoïstes” entièrement voués à la maximisation de leurs intérêts. Suivant ces principes, si j’appartiens à un groupe de chasseurs-cueilleurs dont tous les membres sont des coopérateurs inconditionnels, mon intérêt évident est de faire défection lorsque le groupe se mettra en quête de nourriture puisque j’aurai l’assurance d’avoir ma part sans dépenser la moindre énergie et sans m’exposer à un quelconque danger. Pourtant, dans la vie sociale, la plupart du temps nous ne tenons pas ce raisonnement et nous coopérons. Pourquoi ? » Joël Candau in Terrain n°58.

Pour en savoir plus :
terrain_couv58Des articles :
“Pourquoi coopérer”, Joël Candau, Terrain n°58, Pourquoi coopérer.
“Le parti pris de parenté. Un exemple mélanésien de coopération”, Monique Jeudy-Ballini, Terrain n°58, Pourquoi coopérer.
“Nanosciences et nanotechnologies : une coopération modèle ? Expériences et sens politique des scientifiques”, Morgan Jouvenet, Terrain n°58, Pourquoi coopérer. “Éliminer la classe, la caste et l’indigénéité dans l’Inde maoïste”, Alpa Shah, Terrain n°58, Pourquoi coopérer. “Pourquoi la coopération ne fonctionne pas toujours. Confiance, motivation et sciences cognitives”, Benoît Dubreuil, Terrain n°58, Pourquoi coopérer.
“Le scarabée conducteur. Le jeu de kwaang, entre vibration et coopération”, Stéphane Rennesson, Emmanuel Grimaud & Nicolas Césard, Terrain n°58, Pourquoi coopérer.
“Et pourtant ils coopèrent… Regard des sciences sociales sur la coopération animale”, Véronique Servais, Terrain n°58, Pourquoi coopérer.

Sites et blog :
Journée mondiale des coopératives le 5 juillet 2014, Marcel Mauss, cahier de recherche : une anthropologie de la coopération, le site de Andrew Bourke (en anglais).

Posted in Coopérer | Leave a comment

(Re)définir la mort

Comment définir la mort ? Avant 1968, c’était simple. « L’arrêt des battements du cœur et l’exhalaison du dernier souffle en étaient les signes certains : c’est ce que l’on appelle la mort cardiaque. Mais la pertinence de cette conception apparemment indiscutable s’est vue mise en doute par une nouvelle définition proposée par un comité dépendant d’une institution faisant autorité en la matière, la Harvard Medical School. [...] En 1968, le comité de Harvard avait été créé « ad hoc » pour répondre, donc, à un problème spécifique. L’apparition de certains objets, à partir des années 1950, bouleverse radicalement les pratiques médicales. C’est le cas des techniques de réanimation permettant de rétablir le battement cardiaque, la circulation et la respiration. La caractéristique fondamentale de la mort, son irréversibilité, est ainsi mise en question. Ces nouvelles procédures permettent de sauver des vies et d’améliorer la condition des patients. Mais en certains cas de lésions cérébrales graves, un sujet relié à un appareil de ventilation artificielle, plutôt que de mourir en une vingtaine de minutes, peut se trouver plongé dans un état irréversible de totale inconscience, son cœur continuant de battre grâce à un respirateur. »* Garcia Vivien & Milena Maglio in Terrain n° 62.
Paradoxalement, c’est le développement des connaissances scientifiques lui-même qui conduisit à faire de la nouvelle définition un sujet de controverses. Comment tracer une ligne de séparation nette entre la vie et la mort ? Qu’en est-il des questions éthiques liées à l’acharnement thérapeutique et à l’arrêt des traitements ? Quelles sont les limites de la distinction entre éthique de la sacralité de la vie et éthique de la qualité de vie ?

Pour en savoir plus :

Garcia Maglio 4HD

La cessation de toutes les fonctions cérébrales équivaut-elle à la mort ?

Des articles :
* « Redéfinir la mort. Entre nécessités pratiques et discours éthiques », Garcia Vivien & Milena Maglio, Terrain n° 62, Les morts utiles.
« La mort et la conception de la personne », Maurice Bloch, Terrain n°20, La mort (texte intégral).

Sites et Blogs :
L’institut européen de bioéthique, le cas de Marlise Munoz, au Canada le cas d’une femme enceinte en état de mort cérébrale émeut le pays, le cas de Vincent Lambert.

Posted in Mort | Tagged , , | Leave a comment

Montpellier Danse

« Qu’est-ce qu’une chorégraphie ? C’est un ensemble de mouvements corporels qui possède un nexus, c’est-à-dire une logique de mouvement, propre. Si l’on se réfère spécifiquement à la danse, il faut ajouter : ” Un ensemble conçu ou imaginé de certains mouvements délibérés… ” S’il s’agit d’une chorégraphie improvisée, l’exigence du nexus se maintient, même si l’on abandonne partiellement l’idée de la préconception et le caractère volontaire des mouvements. [...] Qu’est-ce, alors, qu’un nexus de mouvements dansés ? Il n’est dicté ni par sa finalité ni par son expressivité. Prenons à la lettre ces mots de Merce Cunningham : “Si un danseur danse – ce qui n’est pas la même chose que d’avoir des théories sur la danse ou sur le désir de danser ou sur les essais qu’on fait pour danser ou sur les souvenirs laissés dans le corps par la danse de quelqu’un d’autre –, mais si un danseur danse, tout est déjà là. Le sens est là, si c’est ce que vous voulez. C’est comme cet appartement où je vis – je regarde tout autour de moi, le matin, et je me demande, qu’est-ce que tout cela signifie ? Cela signifie : ça, c’est là où je vis. Quand je danse, cela signifie : ça, c’est ce que je suis en train de faire. Une chose qui est juste cette chose-là” » José Gil in Terrain n°35.
Que se passe-t-il dans le corps lorsqu’il se met à danser ? Comment le danseur-chorégraphe construit-il le nexus de ses mouvements dansés ?

 Pour en savoir plus :

montpellier-danse-2014

Un livre :
« Le hip-hop ou la danse à l’envers », Roberta Shapiro in Le goût des belles choses. Ethnologie de la relation esthétique. Sous la direction de Véronique Nahoum-Grappe et Odile Vincent.

• Des articles :
*« La danse, le corps, l’inconscient », José GilTerrain, n°35, Danser (texte intégral).
« Le corps dérobé», Alain Mons, Terrain, n°35, Danser (texte intégral)
« La downtown dance à New York. Contexte socio-économique et préoccupations esthétiques »Terrain n°35, Danser (texte intégral).
« Le hip-hop. Une autre révolution », Felicia McCarren, Terrain n°44, Imitation et Anthropologie (texte intégral).
« A propos de Café Müller. Une pièce de Pina Bausch», Claudine Vassas, Terrain, n°49, Toucher (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Merce Cunningham dance companyun blog sur la danse contemporaine, la danse contemporaine et ses rituels, le centre national de danse contemporaine-Angers.

• A faire :
Montpellier Danse du 22 juin au 9 juillet.

Posted in Danse | Tagged , , | Leave a comment

Fêtez les musiques urbaines

« La plupart des analyses situent clairement les racines du rap du côté des communautés noires, urbaines et pauvres du New-york de la décennie 1970. Les formules courantes font de cette musique “l’expression honnête et intime d’un sous-prolétariat marginalisé”, “la réponse directe et indirecte aux épreuves et aux souffrances de la vie des bas-fonds”, ou encore le reflet “d’un contexte d’oppression” et de “la culture, de l’attitude et des sensibilités du ghetto”. Mais force est de constater que cette “épaisseur” sociale n’empêche pas le rap du début des années 1980 d’être essentiellement festif : les quelques “vedettes” des block parties qui commencent à enregistrer leurs chansons s’en tiennent à un rap ludique et humoristique, et ne signent pas encore de textes critiques. [...] Il faudra attendre les “années Reagan” et leurs effets aggravants sur la situation des Américains les plus pauvres pour que les mouvements des contestataires noirs (comme les discours des Black Panthers) ou les chansons d’un groupe de jeunes militants noirs (les Last Poets) influent sur la manière d’écrire des textes de rap. C’est un disque de Grandmaster Flash, the Message (1982), qui marque ce tournant. Le rappeur y déclare “être poussé à bout” par la vie misérable qu’il partage avec ses proches et ses voisins. Il la décrit à travers la drogue, les bagarres de rue, les rats, les cafards, “la pisse dans l’escalier” et critique l’omniprésence de la télévision, l’acharnement des créanciers et l’effondrement du système scolaire. [...] Ce disque connaît un succès commercial mondial, aussi retentissant qu’inattendu.»Morgan Jouvenet in Rap, techno, électro… Le musicien entre travail artistique et critique sociale.

Cette année, la Fête de la Musique met à l’honneur les musiques urbaines qui offrent une dynamique d’interaction entre les publics, les styles musicaux et les autres pratiques artistiques – que sont le théâtre de rue, le street art, les danses urbaines – et qui font une partie de la modernité et des cultures populaires d’aujourd’hui.

Pour en savoir plus :

Affiche réalisée par Trafik

Affiche réalisée par Trafik

Un livre :
Rap, techno, électro… Le musicien entre travail artistique et critique sociale, Morgan Jouvenet.

• Des articles :
« ”Emportés par le mix”. Les DJ et le travail de l’émotion » Morgan Jouvenet, Terrain n° 37, Musique et émotion (texte intégral).
« La voix d’Elvis… », Gabriel Segré, Terrain, n° 37, Musique et émotion (texte intégral).
“Transmettre l’amour du chant ? Cris, éloquence et complaintes dans une famille ordinaire de Mongolie rurale”, Laurent Legrain, Terrain n° 55, Transmettre
“Voir la musique”
Madeleine Leclair, Terrain n° 53, Voir la musique.
“Voir écouter. Pour une iconographie de l’auditeur”
Philippe Junod , Terrain n° 53, Voir la musique.
“À l’écoute de Paul Klee. Les choses sont-elles (aussi) corps de violons ?” Annie Paradis, Terrain n° 53, Voir la musique.
“Sons et couleurs. Des noces inachevées” Patrick Crispini, Terrain n° 53, Voir la musique.
“L’improvisation musicale et l’ordinateur. Transcrire la musique à l’ère de l’image animée” Marc Chemillier, Terrain n° 53, Voir la musique.
“Musiques, mouvements, couleurs dans la performance musicale andine. Exemples boliviens” Rosalía Martínez, Terrain n° 53, Voir la musique.
“Musique mécanique et temple hindou. Histoire controversée d’un dispositif visuel et sonore” Christine Guillebaud, Terrain n° 53, Voir la musique.
“Quand la musique donne à voir. La représentation de la montagne dans les chants des initiées itcha (Bénin) ” Madeleine Leclair, Terrain n° 53, Voir la musique.
“Musiques, mouvements, couleurs dans la performance musicale andine. Exemples boliviens”, Rosalia Martinez, Terrain n° 53, Voir la musique.
« ”Chanter l’amour”. Musique, fierté et pouvoir » Denis-Constant Martin, Terrain n° 37, Musique et émotion (texte intégral).

Sites et Blogs :
Ethnographier les phénomènes sonores, le portail d’ethnomusicologie, la fête de la musique 2014, un blog rap.

Posted in Musique | Tagged , , | Leave a comment

Le match de football

A quoi rime l’engouement de nos contemporains pour les matchs et clubs de football ? « En un peu plus d’un siècle (la codification de ses règles remonte à 1863), le football est devenu une “passion planétaire”, une sorte de référent universel, un des rares, voire le seul, élément d’une culture mondiale masculine, compris par tous, transgressant la diversité des régions, des nations, des générations.[...] De quoi le match de football nous parle-il ? Sur ce chemin du sens, les travaux d’A. Ehrenberg jettent un éclairage particulier ; pour lui, le sport serait une condensation, sur le mode de l’illusion réaliste, de l’idéal des sociétés démocratiques, à savoir de la compétition entre égaux consacrant justement les meilleurs, au-delà des différences de classe, de race, des handicaps de départ dans la vie. »* Christian Bromberger.
Mais le football se réduit-il à une simple exaltation du mérite individuel et collectif ou offre-t-il une vision de monde plus complexe et contradictoire, principe de son immense popularité ? Pourquoi notre société se passionne-t-elle pour ce genre particulier d’affrontement collectif codifié ? Que cherchent à mettre en forme ces passionnés à l’occasion de ces rassemblements convergents ? Voit-on naître sous nos yeux de nouveaux rituels, dans les grandes villes modernes ?

Pour en savoir plus :

Les footballeurs, Nicolas de Staël, 1952.

Les footballeurs, Nicolas de Staël, 1952.

• Un livre :
Le match de football. Ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et Turin.
Sous la direction de Christian Bromberger.

• Des articles :
De quoi parlent les sports ? Christian Bromberger, Terrain n°25, Des sports (Texte intégral).
Amères victoires. Les sportifs noirs et le rêve américain de mobilité sociale, Allen Guttmann, Terrain n°25, Des sports (Texte intégral).
Nationalisme, football et polo : tradition et créolisation dans la construction de l’Argentine moderne, Eduardo P. Archetti,Terrain n°25, Des sports (Texte intégral).

•Sites et Blogs : 
Le site officiel de la coupe du monde, l‘actualité du footballle plaisir de jouer, l’actualité du sport.

• A voir :
La coupe du monde de football 2014.

Posted in Football | Tagged , , , | Leave a comment

Etre “Cain-ri”

Le basket « made in USA » est aujourd’hui la norme de référence pour de nombreux jeunes basketteurs de banlieue parisienne. Certains d’entre eux, auto-nommés “Cain-ris”, se réapproprient les codes du « hip-hop ball », alliant culture hip-hop et culture basket, pour se forger une forme d’identité hybride, où les attributs culturels afro-américains sont adaptés à leur environnement social.
« ” Je suis très souvent au contact de la culture américaine. Quand je me lève, j’allume le pc, je mets de la musique et, comme je t’ai dit, c’est beaucoup de l’américaine. La nourriture : McDo, très américain. Quand je sors faire du sport : basket. Quand je regarde la télé c’est américain. Donc ça fait beaucoup : très américain. Salim, 19 ans. ”
” C’est clair qu’étant noir, quand tu regardes toutes ces stars américaines à la télé et que t’en vois trois-quatre à la télé chez les Français, tu te dis : c’est pas le même monde pour les Noirs. Les Noirs aux États-Unis ont peut-être pas les meilleures conditions de vie au départ mais quand tu vois après, tu te dis que c’est le pays où tout peut se passer et où tout peut arriver. Tu vois des mecs des ghettos qui grandissent avec rien du tout et qui finissent avec des millions sur leur compte en banque ! Quand t’es noir, t’as plus de chances de réussir là-bas qu’ici. Baringa, 17 ans. ” »
* David Sudre in Terrain n°62.
Comment et pourquoi cette population jeune des milieux populaires est-elle si tournée vers les États-Unis ? Pourquoi la culture du hip-hop ball connaît-elle un succès si retentissant et pourquoi est-elle aussi accaparée par les Cain-ris ? Comment se traduit l’« hip-hop ballisation » des jeunes en question ? Et comment participe-t-elle à leur construction identitaire ?

Pour en savoir plus :

Une équipe de jeunes Cain-ris

Une équipe de jeunes Cain-ris

• Un article :
« Être ” Cain-ri “. L’appropriation du basket américain en banlieue parisienne », David Sudre, Terrain n° 62, Les morts utiles.

• Sites et blogs :
Un entretien avec David Sudre, le basket NBA : l’incarnation d’une Amérique “post-raciale” ?

Posted in Basket | Tagged , , , | Leave a comment