La maroma mexicaine : patrimoine ou “cirque indigène” ?

« Claude Lévi-Strauss, dans son “Introduction à l’oeuvre de Marcel Mauss” , souligne la place et l’intérêt de l’étude des pratiques corporelles et circassiennes :  “Il s’agit là d’un patrimoine commun et immédiatement accessible à l’humanité tout entière, dont l’origine plonge au fond des millénaires, dont la valeur pratique restera toujours actuelle”. De nos jours, les arts et techniques du corps sont au cœur du phénomène global de la patrimonialisation culturelle et des débats qui en découlent.
La maroma (corde épaisse utilisée par les marins) a donné son nom à une expression spectaculaire, rituelle et festive pratiquée par des groupes d’artistes-paysans indigènes et métis dans les régions rurales du Sud du Mexique. Le “spectacle” inclut des danseurs de corde, des clowns, des trapézistes, des musiciens, et s’effectue en général à l’occasion de festivités communautaires. Actuellement, les collectifs de maromeros sont à la fois pris dans des processus de patrimonialisation et de “cirquisation”. Ce dernier s’instaure à partir de l’autodéfinition des collectifs de maromeros en tant que “cirque indigène” et de la revendication de cette tradition indigène par des cirques classiques qui souhaitent asseoir leur réputation. » Charlotte Pescayre in Terrain n° 64.
Quelles sont les transformations esthétiques, sociales et culturelles engendrées par ces différents processus au niveau local ?

Pour en savoir plus :

Pescayre 6HD• Un livre :
Le patrimoine culturel immatériel. Enjeux d’une nouvelle catégorie. Sous la direction de Chiara Bortolotto.

Un article :
* « La maroma mexicaine contemporaine : patrimoine ou ″cirque indigène″ ?»
, Charlotte Pescayre, Terrain, n° 64, Virus.

• Sites et Blogs :
La liste du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCOle réseau des chercheurs sur les patrimonialisations.

 

Posted in Patrimoine | Tagged , , | Leave a comment

Traitement précoce du VIH en Côte d’Ivoire

« En 1990, l’introduction des antirétroviraux a constitué un changement majeur dans la lutte contre l’épidémie de VIH sur le continent africain, modifiant les rapports entre les individus et le virus dont ils étaient porteurs. Si les individus séropositifs se vivaient ou étaient perçus comme victimes de la pandémie ou des violences structurelles, la médicalisation de la prévention depuis 2008 apparaît comme une autre évolution importante car elle implique la mise sous traitement précoce de patients pourtant asymptomatiques. En effet, si les outils de prise en charge thérapeutique reposaient jusqu’alors sur une logique strictement curative, les nouveaux outils de prévention, dont la mise sous traitement précoce, visent à l’éradication pure et simple du virus par une médicalisation toujours plus forte. Il ne s’agit plus pour les malades constitués en communautés politiques d’exiger un traitement, mais pour le pourvoyeur de soins d’identifier les porteurs de virus et de les faire entrer dans une communauté du soin, quelle que soit leur expérience de la maladie. La mise sous traitement précoce suppose en effet la prise de médicaments aux effets secondaires importants, les antirétroviraux, alors qu’aucun signe clinique ne témoigne de la condition de malade. » Charlotte Brives et Frédéric Le Marcis in Terrain n°64
Quelles sont les conséquences anthropologiques et politiques de la mise sous traitement précoce ? Comment ces essais cliniques modifient-ils le rapport des patients au virus, à eux-mêmes et aux autres ?

Pour en savoir plus :

Prudence Condom AdvertisementDes articles :
*« Réimaginer des communautés ? », Charlotte Brives et Frédéric Le Marcis, Terrain n°64, Virus.
« Virus », Nicolas Auray et Frédéric KeckTerrain n°64, Virus.
« Dr Popp et la disquette Sida », Antonio A. Casilli, Terrain n°64, Virus. « 
L’invisible et le clandestin
 »
, Nicolas Auray, Terrain n°64, Virus.
« L’alarme d’Antigone », Frédéric Keck, Terrain n°64, Virus.
« Bricoler le vivant dans des garages »
, Morgan MeyerTerrain n°64, Virus. « Vade retro virus », Thierry Bardini, Terrain n°64, Virus.
« D’un mirage, l’autre », Jean-Pierre Piniès, Terrain n°64, Virus. 
« La muse de l’anthropologie américaine »
, Amalia Dragani, Terrain n°64, Virus.
« Traverser sur un fil », Charlotte Pescayre, Terrain n°64, Virus.

• Sites et Blogs :
ANRS, OMS, ONUSIDA.

• A faire :
Présentation du Terrain n°64, Virus, le jeudi 9 avril à 18h30 au salon de lecture Kerchache au Musée du quai Branly.

Posted in Sida, Virus | Tagged , , , | Leave a comment

Les métiers d’art

« Nous ne doutons pas sérieusement que la réussite d’un mets ne tienne à un élément du même ordre que les autres : mais la ténuité en est si subtile, et perceptible à des terminaisons sensorielles si déliées que son rôle dans l’impression d’ensemble paraît négligeable ; ce n’est pas un facteur mystique, c’est une question de milligramme. » Jankélévitch, 1980.
C’est ce « presque rien », pour paraphraser Jankélévitch, qui aux dires des gens de métier ferait l’efficacité du geste technique. « Cet “acte traditionnel efficace” ne se dit ni ne se montre ni donc bien souvent ne se transmet explicitement mais se sent, s’incorpore, se vit au jour le jour, s’exprime dans le milligramme du cuisinier, le “nez” du parfumeur, la dextérité du tronçonneur, ou l’oreille du fondeur de cloches, et que l’on nommera parfois le “tour de main”, le  “vice” et, le plus souvent, le savoir-faire…. » * Denis Chevallier in Terrain n °16.

Pour en savoir plus :

 

d2-1398• Des livres :
Savoir faire et pouvoir transmettre. Transmission et apprentissage des savoir-faire et des techniques. Sous la direction de Denis Chevalier.
La transmission des savoirs. Geneviève Delbos et Paul Jorion.

Des articles :
*« Des savoirs efficaces », Denis Chevallier, Terrain n°16, Savoir-faire (texte intégral).
« La cité aromatique. Culture, techniques et savoir-faire dans les industries de la parfumerie grassoise », Paul Rasse, Terrain n°16, Savoir-faire (texte intégral).
« Cloches, grelots et sonnailles. Elaboration et représentation du sonore », Pierre Laurence, Terrain n°16, Savoir-faire (texte intégral).
« La volaille de Bresse : un “objet parfait” », Sandra Frossard-Urbano, Terrain n°16, Savoir-faire (texte intégral).
« Savoir-faire, savoir-mesurer. La conserverie nantaise », Phanette (de) Bonnault-Cornu et Roger Cornu, Terrain n°16, Savoir-faire (texte intégral).
« Travailler le vison. Les fourreurs “français” et “grecs” »Terrain n°16, Savoir-faire (texte intégral).
« Être ouvrier de la Navale à Marseille. Technique(s), vice et métier », Jean-Louis Tornatore, Terrain n°16, Savoir-faire (texte intégral).
 « Les savoir-faire : une très longue histoire », Jacques Pelegrin, Terrain n°16, Savoir-faire (texte intégral).

Sites et Blogs :
Institut National des Métiers d’Art, les Ateliers de Paris.

• A faire :
Les journées européennes des métiers d’art les 27, 28 et 29 mars 2015, “L’innovation à coeur, la révolution des savoir-faire” du 27 mars au 23 mai aux Ateliers de Paris.

Posted in Savoir-faire | Tagged , , | Leave a comment

Le salon du livre

« L’étymologie des mots servant en Europe à nommer les livres, l’écriture et les documents écrits renvoie sans ambiguïté à leur constitution matérielle. Ainsi en est-il de « book » en anglais ou de « buch » en allemand ; ces termes viennent du mot ancien désignant l’écorce de bouleau sur laquelle jadis on écrivait (birch wood, birch bark, Buche). Idem « livre » en français et « libro » en italien, dérivant de mots désignant la couche intérieure de l’écorce d’arbre (liber) qui servait de support pour les caractères et les dessins.
Jusque récemment, le livre jouait un rôle si stratégique en de si nombreuses cultures qu’il était devenu quasi invisible dans sa nature d’objet concret et d’artéfact. Il fallut attendre l’entrée dans l’ère du numérique pour qu’il cesse d’en aller ainsi. Aujourd’hui, les manuscrits originaux pieusement conservés ont leurs répliques ; les « e-books » remplacent les volumes à couverture cartonnée ; les banlieusards lisent dans le train des romans sur « liseuses » ; les enfants préfèrent les dvd aux histoires dont on les berçait pour qu’ils s’endorment ; les libraires vident leurs rayonnages et attirent le chaland sur Internet. Cette invasion du numérique a eu pour conséquence paradoxale qu’on redécouvre que les livres appartiennent bel et bien au monde des objets. » * Stephen Hugh-Jones et Hildegard Diemberger in Terrain n°59 *.

Pour en savoir plus :

image• Des articles :
* «  L’objet livre » Stephen Hugh-Jones et Hildegard Diemberger, Terrain 59L’objet livre.
« Quand le livre devient relique. Les textes tibétains entre culture bouddhique et transformations technologiques » , Hildegard Diemberger, Terrain 59L’objet livre. 
«  Les Agamas : des livres saints canoniques. Le rituel hindou entre transmission orale et textes sacrés »
, Chris Fuller, Terrain 59L’objet livre.
« Le livre comme trésor. Aura, prédation et secret des manuscrit savants du Sud marocain» , Romain Simenel, Terrain 59L’objet livre. 
« Le Coran et ses multiples formes (Casablanca, Maroc)*» 
, Anouk CohenTerrain 59L’objet livre. 
« L’objet livre à l’aube de l’époque moderne », 
Warren Boutcher, Terrain 59L’objet livre. 
« Quand le texte se fait matière. Une exploration des versions du manuscrit arabe »
, Christine Jungen, Terrain 59L’objet livre. 
« Le synthétique sacré. Réflexions sur les aspects matériels des textes juifs orthodoxes», 
Jeremy Stolow, Terrain 59L’objet livre.
“Radioscopie de grands lecteurs”, Bérénice Waty, Terrain n°53, Voir la musique.

• Sites et blog :
Le salon du livre, le Centre National du Livre, l’Association pour l’autobiographieVivre et l’écrire, les réseaux sociaux du livre, le monde des lecteurs, le globe-lecteur.

• A faire :
Le salon du livre du 20 au 23 mars 2015 à Paris.

Posted in Livre | Tagged , | Leave a comment

Virus

« Pourquoi consacrer un numéro de Terrain aux virus plutôt qu’à la contagion ou au poison? Étymologiquement, les virus sont bien une des menaces qui suscitent la peur et le dégoût. Le virus se manifeste d’abord par les symptômes de l’organisme qu’il infecte : fièvre, vomissement, paralysie, jusqu’à la liquéfaction des organes pour les plus dangereux comme Ebola. Mais leur mode de propagation – ce qu’on appelle aussi la viralité – suscite plus de fascination encore. Le virus se définissant comme un être qui, n’ayant pas les moyens de se répliquer par lui-même, doit pour cela envahir un organisme, il est devenu une des modalités de description de la socialité. Le virus n’existant que dans une relation, il peut être conçu comme un opérateur relationnel. La viralité transforme la menace pour l’individu en chance pour le collectif : quelque chose passe entre les corps qui est l’occasion de s’ouvrir à la nouveauté, au risque de s’effondrer dans une réaction de panique. » *Nicolas Auray et Frédéric Keck in Terrain n°64.
Ce nouveau numéro de Terrain rassemble des articles exploratoires pour une ethnographie des relations entre hommes et virus dans les systèmes biologiques et informatiques.

Pour en savoir plus :

T64_couv_HDDes articles :
* « Virus », Nicolas Auray et Frédéric KeckTerrain n°64, Virus.
« Dr Popp et la disquette Sida », Antonio A. Casilli, Terrain n°64, Virus.
« L’invisible et le clandestin  », Nicolas Auray, Terrain n°64, Virus.
« L’alarme d’Antigone », Frédéric Keck, Terrain n°64, Virus.
« Bricoler le vivant dans des garages », Morgan MeyerTerrain n°64, Virus.
« Réimaginer des communautés ? », Charlotte Brives et Frédéric Le Marcis, Terrain n°64, Virus.
« Vade retro virus », Thierry Bardini, Terrain n°64, Virus.
« D’un mirage, l’autre », Jean-Pierre Piniès, Terrain n°64, Virus.
« La muse de l’anthropologie américaine », Amalia Dragani, Terrain n°64, Virus.
« Traverser sur un fil », Charlotte Pescayre, Terrain n°64, Virus.

• A faire :
Présentation du numéro par les  contributeurs le jeudi 9 avril à 18h30 au salon de lecture Kerchache au Musée du quai Branly.

Posted in Virus | Tagged , , , | Leave a comment

Pourquoi saigner ?

« Depuis une dizaine d’années, l’« utilité » et la « nécessité » des saignements menstruels ont été remises en question. Sous divers titres tels que « Vivre sans règles » ou « Les femmes doivent-elles saigner tous les mois ? », les médias internationaux – de la presse féminine aux rubriques « Santé » ou « Science » des quotidiens et des hebdomadaires d’information – ont relayé l’idée que la menstruation était un phénomène superflu et, dans certains cas, nocif. Le médecin brésilien Elsimar Coutinho, dans un livre publié en 1999 et maintes fois cité par cette même presse, ira jusqu’à qualifier la menstruation de « perte de sang inutile ». La genèse de cette idée est complexe, quoiqu’en grande partie attribuable aux campagnes de marketing de grands groupes pharmaceutiques. En 2003, Barr Laboratories obtient l’autorisation de la Food and Drug Administration de commercialiser une nouvelle pilule, appelée Seasonale, qui réduit à quatre le nombre d’épisodes de règles annuels. Cette pilule n’a cependant rien de très nouveau. Les utilisatrices de la pilule classique consomment vingt et une pilules « actives » (contenant des composants hormonaux) suivies de sept pilules « placebo » qui induisent un saignement semblable à un saignement menstruel. L’unique innovation de Seasonale est donc de réduire les épisodes de « fausses » règles, et – aspect non négligeable d’un point de vue commercial – de vendre plus de pilules dites « actives ». Hormis ce reconditionnement de la pilule, il existe de nombreuses manières d’administrer les hormones contraceptives (injection trimestrielle, implant sous-cutané, stérilet hormonal, etc.) qui interviennent également dans le cycle menstruel. Dans le but de rendre ces méthodes plus attractives pour les utilisatrices, les campagnes de marketing de ces traitements mettent l’accent sur les bénéfices d’une vie sans les supposés inconvénients de la menstruation.
L’apparition et la diffusion de ces méthodes donnent lieu à une série de questions que l’on pourrait résumer ainsi : « Faut-il, ou non, saigner ? » Aujourd’hui, le fait de saigner est donc soumis à une logique de choix.» Emilia Sanabria in Terrain n°56.

Pour en savoir plus :

B0006427 Ruptured blood vesselDes articles :
* “Pourquoi saigner ? Le contrôle de la menstruation à Bahia (Brésil)”, Emilia Sanabria, Terrain n°56, Analyses de Sang.
“Analyses de sang”
, Stephen Hugh-Jones. Terrain n°56, Analyses de Sang.
« Verser notre sang, non celui des autres. Rituel et résistance en temps de guerre”, Elizabeth Castelli. Terrain n°56, Analyses de Sang.
“La « vie sociale » du sang (Penang, Malaisie)”, Janet Carsten. Terrain n°56, Analyses de Sang.
“Du don à l’industrie. La transfusion sanguine en France depuis les années 1940″, Sophie Chauveau. Terrain n°56, Analyses de Sang.
“La nature juridique du sang”, Jean-Pierre Baud. Terrain n°56, Analyse de Sang.
“Excessifs dons de sang. Dévotion et ascétisme en Inde”, Jacob Copeman. Terrain n°56, Analyses de Sang.

• Sites et Blogs :
Vers une détaxation des protections hygiéniques ?, l‘établissement français du sang, le sang dans l’histoire.

 

Posted in Sang | Tagged , , | Leave a comment

L’ethnologie va vous surprendre

« Il est assez communément admis, malgré les ambiguïtés de la formule, que l’ethnologie est la science de la société vue de l’extérieur. Ceux qui la pratiquent étudieraient des groupes humains situés en dehors de leur propre univers de civilisation, des mondes sociaux auxquels ils n’appartiennent pas, des configurations culturelles dont les valeurs leur sont étrangères. L’essentiel de la méthode ethnologique résiderait dans l’éloignement du regard. […] L’ethnologue ferait l’économie de ce travail hasardeux d’objectivation qui est le préalable obligé de la recherche menée par le sociologue au sein de sa propre société afin d’éviter de prendre les représentations que cette dernière se forme d’elle-même pour la vérité des choses. En étudiant les autres, l’ethnologue serait d’emblée vacciné contre les illusions du savoir immédiat et de la transparence du social. Il est en effet contraint de rechercher la signification de ce qu’il observe au-delà des enseignements de son propre sens culturel, continuellement dérouté. […] Bref l’ethnologue a toujours eu tendance à essayer de qualifier globalement la différence entre ” nous ” et ” les autres “, si divers soient ces autres, entre ” nous ” et tous les ” autres “. »* Gérard Lenclud in Vers une ethnologie du présent.

Pour en savoir plus :

789d5fa184Un livre :
* Vers une ethnologie du présent. Sous la direction de Daniel Fabre et Gérard Lenclud

Des articles :
« Isac Chiva, ethnologie et politique patrimoniale », Noël Barbe, Terrain n°60, L’imaginaire écologique.
« Le fait technique total. La raison pratique et les raisons de la pratique dans l’œuvre de Marcel Mauss »
, Nathan Schlanger, Terrain, n° 16, Savoir-faire. 
« Un inédit : la leçon inaugurale de Marcel Mauss au Collège de France », Marcel Mauss, Terrain n°59, L’objet livre.
« Le Bilan du film ethnographique : entretien avec Jean Rouch », Christine Langlois, Alain Morel et Jean Rouch, Terrain n°7,  Approches des communautés étrangères en France.
« Ce qui touche les primates », Vinciane DespretTerrain n°49, Toucher.
« L’affaire Harry. Petite scientifiction », Vinciane Despret et Serge GutwirthTerrain n°52, Etre une personne.
« Les morts utiles », Vinciane Despret, Terrain n°62,  Les morts utiles.

Sites et Blogs :
PortEthno, le réseau de recherche de l’ethnologie en France, ethnographiques.org, Mission Ethnologie du Ministère de la Culture.

A faire :
“L’ethnologie va vous surprendre” au musée du Quai Branly : musée en accès libre, conférences, lectures, films, enquêtes de terrain  les 14 et 15 mars 2015. Conférence de Vinciane Despret le dimanche 15 mars à 14h30.

Posted in ethnologie | Tagged | Leave a comment

8 mars : journée internationale de la femme

« Les analyses du sexisme peuvent bien débuter par une analyse des discriminations manifestement injustes contre les personnes de la classe sexuelle féminine, mais une telle analyse ne peut s’arrêter là. Les stéréotypes de genre vont dans toutes les directions et nous informent quasiment autant sur ce que les partisans des droits des femmes approuvent que sur ce qu’ils désapprouvent. […] Dans notre société, dans toutes les classes, la plus tendre expression d’affection implique des mises en scène politiquement discutables, la place que les femmes y occupent étant différenciée de la place des hommes et réciproquement. Les gestes d’affection entre sexes chorégraphient le protecteur et le protégé, l’embrasseur et l’embrassé, celui qui réconforte et celui qui est réconforté, celui qui soutient et celui qui est soutenu, celui qui offre de l’affection et celui qui en reçoit ; que l’homme entoure la femme et que la femme soit entourée semble juste naturel. Et cela peut seulement nous rappeler que la domination masculine est d’un type très particulier, elle est une domination qui peut s’exercer en plein moment de tendresse, sans apparemment provoquer de tensions – de fait, ces moments peuvent difficilement être conçus en dehors de ces asymétries. » *Erving Goffman in Terrain n°42.

imgresPour en savoir plus :

• Deux livres :
Profession : policier. Sexe : féminin. Les rapports de genre dans la police nationale. Geneviève Pruvost. 
“Masculin-féminin. L’écriture domestique”, Bernard Lahire
in Par écrit. Ethnologie des écritures quotidiennes. Sous la direction de Daniel Fabre.

• Des articles :
*
« Le déploiement du genre », Erving Goffman, Terrain, n°42, Homme/Femme (texte intégral).
« Accords et désaccords »
, Claudine Vassas, Terrain, n°42, Homme/Femme (texte intégral).
« L’égalité : une vaine quête ? Hommes, femmes et congé parental en Suède », Sara Brachet, Terrain, n°42, Homme/Femme (texte intégral).
« “Nouveaux pères” et “dernières épouses”. Les formes de la parenté en France à travers le droit de la famille (1999-2003) », Valérie Feschet, Terrain, n°42, Homme/Femme (texte intégral).

• Sites et Blogs : 
Observatoire des inégalités
, observatoire de la paritéjournée mondiale de la femme, ONU femmes.

Posted in Hommes / Femmes | Tagged , | Leave a comment

La boîte aux ancêtres

« Les 16 et 17 juin 1875, le procès qui se tient devant la 7e chambre du tribunal correctionnel de Paris attire une foule considérable. Un photographe, le directeur de la Revue spirite et un jeune Américain identifié comme « médium » sont poursuivis pour escroquerie et complicité d’escroquerie. Tout au long des deux journées d’audience, où comparaissent plus de cinquante témoins, il sera question de spectres et d’esprits, d’illusions ou de réalité surnaturelle, de manœuvres frauduleuses ou de ressemblance véritable. « Procès comme on n’en avait pas vu depuis bien longtemps », déclare la Gazette des tribunaux qui, fait exceptionnel, rend compte, au jour le jour, de l’audience et dont les commentaires sont repris par les grands quotidiens. Deux mois auparavant, trois clients se sont présentés chez le photographe : l’un d’eux souhaiterait obtenir le portrait de son père défunt. La demande ne surprend pas le photographe, qui l’invite à monter sur la terrasse de l’atelier, pour poser en lumière naturelle. Mais la séance est brutalement interrompue par l’un des accompagnateurs qui ordonne l’examen de la plaque de verre que l’opérateur vient d’installer dans le châssis. Les clients s’avèrent être des inspecteurs de police. La plaque est développée : elle porte déjà deux images impressionnées. Les policiers perquisitionnent le studio, découvrent un second laboratoire caché à la clientèle, interrogent les employés et concluent au flagrant délit. (…)
Pourquoi les spirites s’intéressent-ils tant à la photographie ? Qu’attendent d’elle les fondateurs d’une « religion scientifique » qui introduit, au milieu du siècle dernier, une nouvelle cosmologie, une redéfinition de la personne et du destin post mortem, de nouvelles formes rituelles de communication avec l’au-delà ? » Giordana Charuty in Terrain n°33.

Pour en savoir plus :

WEB_MG_4438bDes articles :
« La « boîte aux ancêtres », Giordana Charuty, Terrain n°33 – Authentique ? 
« Photographier la catastrophe »,
Abigail Solomon-Godeau, Terrain n°54, Catastrophes.
« Les apparences de la vérité ou les rêves d’objectivité du portrait photographique», Sylvain Maresca, Terrain, n°30, Le regard (texte intégral).
« L’œil de l’esprit »
, William A. Christian Jr, Terrain n°30, Le regard (texte intégral).

Sites et Blogs : 
Apprendre la photo, les 20 meilleurs blogs photo selon LIFE, le spiritisme

• A faire :
Mémoire des thermes, une approche ethno-photographique, du 2 mars au 12 décembre 2015  à Balaruc-les-Bains.

Posted in Photo | Tagged , , | Leave a comment

Religion et politique

« S’agissant des sociétés européennes, l’ouvrage de Reinhart Koselleck, Le Règne de la critique (1979) – qui s’attache à décrire et à thématiser pour une application plus générale la façon dont la monarchie, en France, a réussi à surmonter les guerres de Religion au XVIe siècle sans diviser le royaume – a contribué à renouveler la vision sociologique des processus de sécularisation en leur donnant une configuration duelle asymétrique. Koselleck met en effet en évidence une tendance : la lente émergence, après ces guerres, de l’idée selon laquelle, si l’on relègue le religieux dans « le for interne », « dans l’espace privé », il peut alors être protégé et garanti par l’État, et dès lors diverses appartenances et opinions religieuses peuvent cohabiter et cesser d’être l’objet de persécution par les parties adverses ou par le pouvoir. Le prix à payer étant la délégation au souverain de tous les pouvoirs (absolutisme) et du contrôle exclusif de la violence. D’un côté donc, un « for interne » préservé, libre des inquisitions étatiques comme des questionnements publics, de l’autre une puissance politique forte dégagée, malgré des jeux de soutien mutuel, de l’emprise totale, fondatrice et principielle du religieux.
Cette vision (théorique et critique) de l’accès à une autonomie du politique fut reprise et thématisée tout au long du XVIIIe siècle par les Lumières, cette fois contre l’absolutisme, et entra fortement en tension avec les courants de l’intégralisme politico-religieux. Ainsi, la première question de Voltaire, quand il eut pris connaissance de l’affaire du chevalier de La Barre – un jeune militaire accusé de blasphème pour avoir donné des coups de couteau sur un grand crucifix fixé sur un pont à Abbeville –, fut-elle : « Mais que faisait cette croix dans l’espace public ? pourquoi n’est-elle pas dans une église, là où elle appartient ? » Cette position, objectivée et subjectivée, fut ensuite reprise, à travers de nombreuses péripéties, comme un des modèles de la laïcité française, à côté d’alternatives communautaristes par exemple.(…)
Selon ses intérêts du moment, le politique laisse faire, voire encourage, ou non. Cette montée en généralité, attachée souvent à des dispositifs politiques à partir desquels les manipulations sont aisées, peut évidemment représenter une source de mobilisations efficaces autant qu’inquiétantes si des instances politiques démocratiques ne peuvent ou ne veulent leur assigner des limites. » Élisabeth Claverie in Terrain n°51.

Pour en savoir plus :

• Des articles :

ter-51*« Religion et politique », Élisabeth Claverie, Terrain n°51, Religion et Politique.
« Un pluralisme sans conflits. Sant’Edigio : diplomatie et religion »
, Marie Balas, Terrain n°51,Religion et Politique.
« La Vierge, les chrétiens, les musulmans et la nation », Emma Aubin-Boltanski, Terrain n°51,Religion et Politique.
« Des pacificateurs inspirés », Sandrine Lefranc,Terrain n°51, Religion et Politique«
“GetReligion”. L’évolution de la droite religieuse aux États-Unis”
», Susan Harding, Terrain n°51, Religion et Politique.

Posted in Religion et politique | Tagged , , | Leave a comment

Zoonoses : de l’animal à l’homme

« La lutte contre les « maladies infectieuses émergentes », comme la grippe aviaire ou la maladie de la vache folle, oblige à se tenir au lieu où de nouveaux agents infectieux franchissent la barrière des espèces. Une telle frontière naturelle ne peut faire l’objet d’une élaboration scientifique et politique que si elle est mise en rapport avec d’autres frontières : au niveau scientifique entre des médecins et des vétérinaires ; au niveau gouvernemental entre le Département de la santé et celui de l’agriculture ; au niveau international, entre des instances en charge de la santé humaine (comme l’Organisation mondiale de la santé, oms) et d’autres en charge de la santé animale (comme l’Organisation mondiale de la santé animale, oie). Si les rapports entre ces instances prennent apparemment la forme du conflit, opposant le principe de précaution à l’égard des humains aux questions économiques soulevées par l’élevage des animaux, la prise en charge des maladies infectieuses émergentes aux frontières du vivant produit de nouvelles formes de collaboration, dans des réseaux qui élargissent la définition des entités naturelles pertinentes pour l’action politique. […] Quelle conception de la nature est produite par un tel dispositif serrant le vivant au plus près des frontières entre espèces ? En quoi la catastrophe de la grippe aviaire en 1997 à Hong Kong a-t-elle transformé durablement le travail biopolitique des sciences de la nature ? […] Quelles formes d’analyse politique, de réflexion morale et de pratiques technoscientifiques sont mobilisées par les acteurs (scientifiques, politiciens et planificateurs) dans la modélisation et la mise en opération de quelque chose appelé biosécurité ? »  Frédéric Keck in Terrain n°54*

Pour en savoir plus :

Abattage de volailles à Hong Kong

Abattage de volailles à Hong Kong

Des articles :
*“Une sentinelle sanitaire aux frontières du vivant. Les experts de la grippe aviaire à Hong-Kong“, Frédéric Keck, Terrain n°54, Catastrophes (texte intégral).
« Les oiseaux de l’infortune et la géographie sanitaire : La Dombes et la grippe aviaire », Vanessa Manceron, Terrain n° 51, Religion et Politique (texte intégral).

 

Sites et Blogs :
Zoonoses

A faire :
“Anthopologie des zoonose”, colloque au Collège de France les 26 et 27 février 2015.

Posted in zoonose | Tagged , , | Leave a comment

L’esprit d’entreprise chez les prostituées de Londres

« A bien des égards, on peut voir dans les prostituées de Londres des citoyennes idéales de l’État contemporain. Condamnées au nom de ce que l’on considère être la manière convenable de gagner sa vie, elles sont « rachetées » par d’autres notions touchant la bonne marche de l’économie. Si l’on admet le concept d’un marché moralement neutre, gagner beaucoup d’argent prouve la légitimité et la rentabilité du commerce du sexe. Une des ironies, et non des moindres, est cette notion d’un marché moralement neutre face à un État interventionniste et punitif. Les femmes associent leurs problèmes de “travail” à leur marginalisation sociale et légale plutôt qu’à la vente de prestations sexuelles en soi, qu’on présente simplement comme du travail ou des affaires. Cette interprétation a joué un rôle important dans les campagnes pour les droits civiques, la décriminalisation et, dans une certaine mesure, l’adoption de normes professionnelles de santé et de sécurité. La décriminalisation est fondée sur la notion d’un marché moralement neutre : la prostitution est un commerce comme un autre et peut être convenablement régulée par les mécanismes du marché et un minimum de réglementation, analogue à celle que l’on applique à d’autres activités commerciales. […] Les prostituées sont des femmes d’affaires.
Les recherches à venir montreront si les valeurs et pratiques de l’esprit d’entreprise ont moins cours parmi les femmes qui travaillent ailleurs en Europe, là où le travail du sexe est plus strictement réglementé ou, comme c’est le cas en Hollande, virtuellement décriminalisé. Les femmes ont-elles moins tendance à affirmer qu’elles sont « dans les affaires », « à leur compte », « travailleur indépendant » et « sur le marché » ? Dépensent-elles leur argent différemment ?» Sophie Day in Terrain n° 23.

Pour en savoir plus :

Les sept âges de la prostitution par F. Carabott, 1954

Les sept âges de la prostitution par F. Carabott, 1954

• Un article : 
« L’argent et l’esprit d’entreprise chez les prostituées à Londres », Sophie Day, Terrain n° 23, Les usages de l’argent (texte intégral).

 • Sites et Blogs : 
Le procès du Carlton.

Posted in Prostitution | Tagged , , , | Leave a comment

L’argent

« Parler de l’argent aujourd’hui, dans notre culture, consiste tout d’abord à entrer dans un monde mythologique, celui de la science économique. Dans cet univers, les non-initiés voient s’affronter des êtres mystérieux mais infiniment puissants comme l’inflation, la reprise, les investissements… tous gouvernés par la puissance menaçante qu’Adam Smith désigna par l’expression « main cachée ». Ces êtres semblent animés par des motivations qui dépassent de loin la compréhension des simples humains mais leurs actions, comme celles des dieux grecs, sont lourdes de conséquences pour les hommes, qui réalisent alors leur impuissance. Ces affrontements de titans vagues et indistincts semblent avoir lieu hors du temps et de l’espace qui circonscrivent la vie des mortels. Ils possèdent leurs rythmes propres, ou plutôt leurs cycles, mais ceux-ci sont contrôlés par une fatalité aléatoire. (…) En vérité, les gens utilisent un tel outil (l’argent) le mieux possible mais pour leurs propres fins sociales, morales et esthétiques, et celles-ci dépassent de loin ce que les théories économiques peuvent envisager. Mais, en contrôlant leur argent et en l’adaptant aux aléas de leur vie, ils font beaucoup plus que de résister à la tyrannie des êtres mythologiques que nous évoquions plus haut et à la logique abstraite et inhumaine que ceux-ci personnifient. Ils se rendent compte, plus ou moins consciemment, de la relation, bien connue des théoriciens, de la monnaie avec l’État et, en même temps, ils résistent à ce pouvoir en créant avec les usages qu’ils font de l’argent à leur disposition, comme Michel de Certeau et Pierre Bourdieu dans leurs théories de la consommation nous ont préparés à le comprendre, un monde dont ils peuvent se sentir, même si ce n’est que pour un temps limité, les maîtres. » Maurice Bloch in Terrain n° 23*.
Dans nos sociétés, cette mythologie économique de l’argent est sans cesse renforcée par les médias et le pouvoir en place. La logique de l’argent permet-elle de calculer la valeur de toutes choses ? Fonde-t-elle une société basée sur la rationalité pure ? Dissout-elle les liens sociaux ? Abolit-elle les privilèges héréditaires ? Justifie-t-elle tous les comportements ?

Pour en savoir plus :

Des articles :
* « Les usages de l’argent »
, Maurice Bloch, Terrain n° 23, Les usages de l’argent (texte intégral).
« La société kanak est-elle soluble dans l’argent ? », Alban Bensa et Jean Freyss,  Terrain n° 23, Les usages de l’argent (texte intégral).
« La fausse monnaie au village. Les Landes aux XVIIIe et XIXe siècles »Bernard Traimond, Terrain n° 23, Les usages de l’argent (texte intégral).
« La passion de l’argent. Les ambiguïtés de la circulation monétaire chez les Tsiganes hongrois »
, Michael Stewart, Terrain n° 23, Les usages de l’argent (texte intégral).
« Messages sur billets de banque. La monnaie comme mode d’échange et de communication », Fabio Mugnaini, Terrain n° 23, Les usages de l’argent (texte intégral).
« Maintenir l’économie domestique. Travail, argent et éthique dans les montagnes polonaises »
, Frances Pine, Terrain n° 23, Les usages de l’argent (texte intégral).
« L’argent et l’esprit d’entreprise chez les prostituées à Londres »
, Sophie Day, Terrain n° 23, Les usages de l’argent (texte intégral).
« L’argent de la moto. Créer une richesse ou accepter la pénurie »
, François Portet, Terrain n° 23, Les usages de l’argent (texte intégral).
« L’être humain : une valeur qui n’a pas de prix ? »
, Pier Giorgio Solinas, Terrain n° 23, Les usages de l’argent (texte intégral).

Sites et Blogs :
Swiss Leaks

A faire :
Le musée de la monnaie

A voir :
Le prix à payer, documentaire de Harold Crooks 

Posted in Argent | Tagged | Leave a comment

Les conceptions de l’amour

« A Umeda (Nouvelle-Guinée), l’amour tel que nous le connaissons – une idylle avec une personne relativement étrangère que l’on choisit d’aimer parmi toutes celles possibles – était impensable. Les Umeda se mariaient entre cousins et s’échangeaient leurs sœurs ; les mariages étaient planifiés bien avant que la fille ne devînt adulte (les garçons étaient habituellement plus âgés, la proportion entre les sexes leur étant défavorable). Les hommes devaient simplement attendre que les filles qui leur étaient destinées grandissent, centimètre par centimètre, tels des arbres fruitiers… Comme la population était à son niveau le plus bas (pas plus de 750 personnes, dont seulement quelques-unes avaient des chances de se marier selon les règles en vigueur), les garçons ne pouvaient espérer faire la cour à une fille célibataire et encore moins en « tomber amoureux » à l’occidentale. Je ne sais pas si les filles en faisaient autant, mais ils fantasmaient sur l’amour, qui était pour eux une abstraction. […] Il ne pouvait y avoir d’amour à Umeda que dans un seul contexte, celui de l’infidélité, ou de l’adultère unilatéral entre homme célibataire et femme mariée. A mon avis, l’amour et l’adultère sont forcément la même chose dans un endroit comme Umeda. Si le mariage entre cousins est la « forme élémentaire » de l’alliance interfamiliale, alors la forme élémentaire de l’amour est l’adultère. Les Umeda aimaient beaucoup discuter de ces liaisons avec moi. […] Je n’ai aucun moyen de savoir dans quelle mesure ces bavardages sur le sexe correspondaient vraiment à la réalité. Mais, en supposant qu’on ne me racontait pas tout simplement des histoires, les Umeda avaient de véritables aventures amoureuses, des liaisons impliquant un choix personnel (du moins pour la femme) et la plus grande discrétion. Si les amants étaient découverts, on les punissait par des coups ou, le plus souvent, par la sorcellerie. […] Bien sûr, le mot « amour » ne fait pas partie de leur vocabulaire puisqu’il n’est pas admis. Leurs institutions sociales fonctionnent entièrement sans qu’il intervienne jamais comme motif ou comme base des relations légitimes. L’amour est extra-structurel, et son seul intérêt dans la vie publique est qu’on le tient toujours pour responsable de la mort des gens car les mauvais sorts sont jetés pendant ou après des histoires d’amour compliquées. […] Passons à présent à l’autre extrémité de l’échelle informationnelle, à ces sociétés modernes dans lesquelles l’amour, loin d’être méconnu, est structurellement essentiel – c’est du moins ce que l’on pense. Les gens y apprennent à croire qu’ils y découvriront un jour, par affinité élective, parmi le nombre illimité d’individus dont ils n’ont qu’une connaissance générale, l’être particulier qu’ils aimeront, avec lequel ils vivront comme prévu en harmonie, auront des enfants, etc. Je n’ai pas besoin de dire que cette idée est aussi arbitraire et invraisemblable que n’importe quelle croyance des Umeda en matière de sorcellerie. »* Alfred Gell in Terrain n°27.

Pour en savoir plus :

IMG_6188Des articles :
« Amour, connaissance et dissimulation », Alfred Gell, Terrain n° 27, l’Amour (texte intégral).
« Destins tragiques des coups de foudre. Les archives de Ménie Grégoire », Smaïn Laacher, Terrain n° 27, l’Amour (texte intégral).
« Une société élective. Scénarios pour un monde de relations choisies », Sabine Chalvon-Demersay. Terrain n° 27, l’Amour (texte intégral).
« Les caresses et les mots. Initiations amoureuses à Rio de Janeiro et à paris », Michel Bozon et Maria Luiza Heiborn. Terrain n° 27, l’Amour (texte intégral).
« En quête d’une partenaire idéale », Nasser Tafferant, Terrain n° 49, Toucher (texte intégral).
« “Chanter l’amour”. Musique, fierté et pouvoir »
, Denis-Constant Martin, Terrain n° 37, Musique et émotion (texte intégral).

Sites et Blogs :
Que se passe-t-il dans le cerveau quand on tombe amoureux ?

A voir :
“Le cerveau amoureux” par Helen Fisher.


Posted in Amour | Tagged , , | Leave a comment

Images tatouées

« Les images jouent un rôle essentiel dans le monde du tatouage. Sources d’inspiration puisées dans de multiples matériaux – flashs, livres, magazines, Internet, etc. –, elles fournissent des modèles permettant de concrétiser le contenu d’un motif. Mais elles incarnent également le tatouage sous forme de photographies circulant dans des magazines, sur des sites Internet, ou encore dans les albums des tatoueurs qui montrent ainsi leur travail à leur clientèle comme à leurs pairs. Rendant présent ce qui est physiquement absent (le corps tatoué), elles offrent un support idéal d’échange et de référence à des modèles à suivre ou, parfois, à éviter. Plus que cela, la circulation d’images de tatouages, à travers les corps qui les portent et, surtout, via divers dispositifs de médiation, diffuse un imaginaire de la pratique qui contribue à l’alimenter et à la renouveler. ” La production d’images […] ne se fait pas sans médiation : c’est en fonction des images qu’ils ont dans l’oeil ou dans la tête que le photographe et le peintre choisissent et composent les scènes qu’ils figurent. ” (Staszak 2006). À leur instar, les tatoueurs partagent un ” imagier “, c’est-à-dire un ensemble de référents iconographiques qui orientent leurs attentes comme leurs manières de produire et de percevoir des images encrées. Leurs réalisations empruntent à des sources d’inspiration communes, qui sont ensuite retravaillées de façon à personnaliser chaque projet. L’exposition publique du résultat nourrit à son tour l’univers visuel auquel se rapportent tant les professionnels
de l’encrage que leurs clients. » * Valérie Rolle in L’art de tatouer.

Pour en savoir plus :

D.2.3_ITA-dec94-p75 Marilyn Orange Hopkins agn Easwood bon• Un livre :
L’art de tatouer. La pratique d’un métier créatif. Valérie Rolle.

• Sites et blogs :
Tatouage, mode d’emploiTatouages et scarifications le syndicat national des artistes tatoueurs.

• A faire : 
Colloque “Images tatouées” les 12 et 13 février 2015 au musée du quai Branly.

Posted in Tatouage | Tagged , , , | Leave a comment