L’ethnopoétique

« Quoique l’anthropologie puisse se vanter d’illustres précurseurs tel le Grec Hérodote, sa constitution académique en tant que science sociale exercée par des professionnels ne remonte qu’au début du XXe siècle. À la fin du XIXe siècle et pendant les vingt premières années du XXe siècle, l’anthropologie et ses protagonistes durent engager une bataille pour fournir à leur discipline une crédibilité scientifique et académique.
Parmi les stratégies adoptées durant la période de sa fondation académique, la création et la définition de ses propres frontières remplit une fonction importante. […] Cependant, de nombreux anthropologues fondateurs de la discipline manifestèrent un fort intérêt pour l’art, la musique et la littérature, et surtout pour la poésie.
[…] À New York, au café Le Métro, où jouaient les beat, Allen Ginsberg et les autres, la New York School, les poètes confessionnels, le groupe du Black Mountain College animé par Charles Olson et les Deep Image, où avaient lieu happenings, lectures d’open poetry et performative poetry, se donnaient rendez-vous les représentants de l’ethnopoétique. […]
Sur les traces du bouddhisme, sur les routes de leur patrie d’élection, l’Inde, les jeunes de la counter generation redécouvraient le sacré, mis à l’écart selon eux par la société technocratique. Ils suivaient l’exemple de la spiritualité amérindienne (« native ») et de la separate reality des chamanes. La drogue, la folie, les expériences extrêmes étaient recherchées pour élever la conscience ordinaire vers une dimension visionnaire : l’expérimentation liée à l’ouverture des consciences par l’utilisation de drogues psychédéliques et l’expérience corporelle. Le jazz était revendiqué comme modèle d’improvisation poétique, et l’élément mystique ne faisait qu’un avec l’engagement politique et littéraire. Durant ces années, les littératures des minorités revendiquaient également leur visibilité : les Amérindiens natifs affirmaient la Native American Renaissance, les Afro-Américains se réappropriaient le folklore du Sud à travers la black aesthetic, tandis que les Chicani, citoyens américains d’origine mexicaine, qui avaient jusqu’alors produit une littérature discrète, profitaient de la soudaine notoriété du théâtre Campesi.
Un groupe de poètes et d’anthropologues envisagea d’étudier, de comprendre et de comparer entre elles les diverses traditions poétiques existantes de par le monde. Qualifiant leur entreprise d’« ethnopoétique », ils fondèrent la revue Alcheringa Ethnopoetics. » *Amalia Dragani in Terrain, n° 64.

Pour en savoir plus :.

The Flyer (photo North Wind Pictures / Leemage)

The Flyer (photo North Wind Pictures / Leemage)

Un article :
* « La muse de l’anthropologie américaine. Poètes-anthropologues,  “techniciens du sacré”  et field poetry », Amalia Dragani, Terrain, n° 64, Virus.

• Sites et Blogs :
Institut des humanités de Paris, L’ethnopoétique et l’anthropologie structurale, Groupe de recherche en ethnopoétique.

Posted in anthropologie | Tagged , | Leave a comment

Une société du risque

« À partir des années 1980, l’expression « société du risque », promue par Ulrich Beck, Anthony Giddens et Patrick Lagadec, est devenue une sorte d’étendard pour les sciences sociales. (…) L’historiographie des catastrophes à l’époque moderne s’est structurée autour de deux problèmes historiques différents : d’une part le procès de laïcisation de la nature, permettant de passer des fléaux divins aux phénomènes physiques ; d’autre part, la montée en puissance de l’État moderne, se traduisant par le projet de maîtriser la nature et de se délivrer de ses atteintes. (…) Dans ce contexte, le terme « risque » est intervenu sous une forme faible, pour désigner la prise de conscience d’une menace et la volonté de s’en protéger. Dans le détail cependant, il est encore souvent utilisé par les historiens comme un synonyme de menace, de danger, et de façon interchangeable à l’intérieur d’un même texte. Leur préférence va incontestablement aux catastrophes. (…) Ces imprécisions doivent-elles être mises au compte d’un manque de rigueur conceptuelle ou d’un problème historique plus profond, la difficulté à articuler ces différents termes en les inscrivant dans un processus historique de longue durée ? Trois raisons militent en faveur de la seconde raison. Tout d’abord, l’usage des termes discrimine si nettement des chercheurs supposés travailler sur des objets propres que l’on doit s’interroger sur la légitimité de ce cloisonnement entre spécialistes des risques et spécialistes des catastrophes. Ensuite, les débats sur la société du risque se sont noués autour de la société postindustrielle et de son futur, et, de ce fait, ils portent en creux une lecture du processus historique sur la longue durée, même si celle-ci n’est pas toujours explicitée. Les sociétés du risque cachent généralement des sociétés de la catastrophe, des sociétés du passé, antérieures au xixe siècle, qui auraient été condamnées à subir les malheurs, sans protection ni prévention possibles. Reléguées en amont, les catastrophes servent d’ailleurs aussi à dessiner un possible futur, nourri par les débats sur la crise écologique, devenant les « nouveaux signes avant-coureurs d’un Moyen Âge moderne du danger ». Enfin, l’usage de la notion n’est-il pas abusif aujourd’hui, recouvrant ce qui semble plutôt un univers de menaces, d’incertitude extrême ? » Grégory Quenet in Terrain n°54 *.

Pour en savoir plus :

Des articles :
Catastrophes et ordre du monde”, Nicolas Journet. Terrain n°54, Catastrophes.
* “Fléaux de Dieu ou catastrophes naturelles ? Les tremblements de terre en France à l’époque moderne
“, Grégory Quenet, Terrain n°54, Catastrophes.
“Une sentinelle sanitaire aux frontières du vivant. Les experts de la grippe aviaire à Hong-Kong
“, Frédéric Keck. Terrain n°54, Catastrophes.
“Le sens du désastre. Les multiples interprétations d’une catastrophe “naturelle” au Venezuela
“, Sandrine Revet. Terrain n°54, Catastrophes.
“Le scrutin de Nargis. Le cyclone de 2008 en Birmanie
“, Bénédicte Brac de la Perrière. Terrain n°54, Catastrophes.
“La catastrophe comme prétexte à l’action. Réformer l’alimentation au lendemain
“, Katrina Nicolas Larchet. Terrain n°54, Catastrophes.

Sites et Blogs :
Planète info, le tremblement de terre au Népal.

Posted in Catastrophes | Tagged , | Leave a comment

La saline royale d’Arc-et-Senans

« La saline royale d’Arc-et-Senans a été construite à la suite d’un arrêt du Conseil du roi Louis XV, entre 1775 et 1779, en Franche-Comté, dans l’actuel département du Doubs, sur les plans de l’architecte Claude-Nicolas Ledoux. Ce lieu est aujourd’hui un centre de rencontres très fréquenté générant une activité culturelle, scientifique et touristique. Devenue économiquement obsolète à la fin du XIXe siècle, du fait de la concurrence et du progrès technique, cette saline cessa définitivement toute production après cent quinze ans d’activité, en 1895. Propriété du département du Doubs en 1926, elle connut, dès 1930, plusieurs périodes de restauration dont la dernière aboutit, dans les  années 1980, à une réhabilitation grandiose consacrée par une inscription sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 1982 pour « l’exceptionnelle qualité de son architecture ». À peu près oubliée pendant deux siècles, la saline est donc devenue en vingt ans un des principaux monuments français.
Cette métamorphose peut s’entendre comme un processus de redéfinition, véritable conversion de valeur qui prit plus d’un demi-siècle au cours duquel la fonction productive et ses agents furent méticuleusement effacés. On peut même soutenir que la réussite de cette réhabilitation tient essentiellement à ce changement complet de destination : pour remettre le lieu à neuf il fallait le « débarrasser » de ses éléments
techniques – détruits dès les premières phases de la restauration – et le vider des groupes sociaux locaux puisque les habitants ont été progressivement exclus, y compris de l’espace semi-circulaire qui enserre les bâtiments. L’usage initial ne fut donc ni reconduit, ni converti, ni muséographié mais intégralement gommé. Qu’en est-il alors du « patrimoine » restauré et préservé dans ce site ? Si l’on admet que celui-ci est
d’abord un passé délibérément rendu à l’intensité d’une présence, quel passé donne à ressentir et à connaître ce site finalement voué à la prospective sur le futur ? Telles sont les principales questions d’un paradoxal patrimoine sans mémoire. » Alain Chevenez in Les Monuments sont habités*.

Pour en savoir plus :

NuitMusees-40_60-DRAC-HD(1)Un livre :
* Les monuments sont habités
sous la direction de Daniel Fabre et Anna Iuso.

• Des articles : 
« L’ethnologie française au musée ? », Patrick Prado. Terrain n°25, Des sports.
« Que signifie mettre en exposition ? A propos de Destination Culture de Barbara Kirshenblatt-Gimblett »
, Nélia Dias, Terrain n° 34, Les animaux pensent-ils ? 
« Le musée du paysan roumain. Présentation d’une culture ou proposition de société ? »
, Isabelle Longuet, Terrain, n° 21, Liens de pouvoir
« Nation, paysan et musée »
, Marc Maure, Terrain, n°20, La mort
« Le musée de la Civilisation du Québec. Un monde en continuité et en devenir »
, Jean-Yves Veillard, Terrain n° 20, La mort. 
« La gestion et la communication du patrimoine ethnographique »
, Jean Guibal et Isabelle Lazier. Terrain, n°14, L’incroyable et ses preuves.
« Collectionner ou accumuler ? »
, Martin Roth, Terrain n°12, Du congélateur au déménagement. « Les musées techniques et industriels en Grande-Bretagne », Emilia Vaillant, Terrain n° 7, Approches des communautés étrangères en France. « Georges-Henri Rivière un demi-siècle d’ethnologie de la France », Isac Chiva, Terrain n° 5, Identité culturelle et appartenance régionale. « Le musée, cette obsession… », Jacques Hainard, Terrain, n° 4, Famille et parenté. 
« Le partage du savoir sur la parenté. A propos d’une exposition à la chapelle de Notre-Dame de Tronoën »
, Martine Segalen, Terrain n° 4, Famille et parenté.
« Le musée d’ethnologie et le champ urbain »
, Jean-Pierre Laurent et Jean Guibal, Terrain n° 3, Ethnologie urbaine
« L’ethnographie au Musée Savoisien »
, Ivan Cadenne et Louis-Jean Gachet, Terrain n°1, Les savoirs naturalistes populaires.

• Sites et blogs : 
La nuit digitale des musées 2015, la saline royale d’Arc-et-Senans.

• A faire : 
La nuit des musées, la saline royale d’Arc-et-Senans.

Posted in Musée | Tagged , | Leave a comment

Bricoler le vivant dans des garages

« En janvier 2013, une question parlementaire assez inédite est adressée au ministère de la Recherche et de l’Enseignement supérieur. Un député de l’UMP s’inquiète d’un nouveau mouvement qui se développe aux États-Unis : la « biologie de garage ». S’interrogeant sur la possibilité que cette forme de biologie dans des laboratoires particuliers ne débouche sur « des actes malveillants ou illicites », il demande au ministère si la biologie de garage existe aussi en France et comment en éviter les « dérives » et les risques sanitaires. Dans sa réponse, le ministère explique que si ce mouvement existe en effet en France, il fait déjà l’objet de la plus grande vigilance : les « risques en matière de défense et de sécurité sont clairement identifiés » et des « mesures techniques de prévention et de confinement existent en effet pour tous les objets biotechnologiques avec des règles s’appliquant à tous les types de laboratoires ». D’un autre côté, le ministère souligne qu’au « niveau international, la stratégie du dialogue est en effet pour l’instant préconisée comme la plus à même de ne pas entraver l’innovation et ses retombées économiques ». La réponse du ministère est donc double : confinement et non-entravement.
Les discussions autour de cette « biologie de garage », qui se fait en dehors des institutions scientifiques traditionnelles – et que l’on appelle aussi « do-it-yourself biology » –, tournent souvent autour de deux positions. D’un côté, la biologie de garage suscite des inquiétudes à l’égard des risques pour la santé et l’environnement. Bioterrorisme, échappée accidentelle, contamination de l’environnement, fabrication de virus : les dangers que l’on imagine sont nombreux. De l’autre côté, le mouvement est souvent célébré comme favorisant une science plus démocratique, citoyenne et ouverte. La biologie de garage pourrait même avoir une valeur économique et un fort potentiel d’innovation : la comparaison avec Steve Jobs, qui a bricolé des ordinateurs dans un garage avant de fonder Apple, est fréquente. » *Morgan Meyer in Terrain n°64.

Pour en savoir plus :

bio• Des articles :
*« Bricoler le vivant dans des garages »
, Morgan MeyerTerrain n°64, Virus.
« Virus », Nicolas Auray et Frédéric KeckTerrain n°64, Virus.

• Sites et Blogs : 
La Paillasse, Do it Yourself Bio  (en anglais), The Boston Open Source Science Lab (en anglais), the Homebrew Computer Club (en anglais)

• A faire :
Les évènements de La Paillasse

Posted in Biologie | Tagged , , , , | Leave a comment

La shoah des tsiganes

Moi je ne peux pas croire que je suis encore en vie. Ma survie a été une punition. J’ai demandé à Dieu, encore et encore : « Pourquoi ai-je été épargnée, moi seule ? » Ils ont détruit toute notre vie : l’amour, les familles, la cohésion. Nous n’avons plus de familles. Tout est en lambeaux. Ils ont tout pris. Les gens se faisaient confiance, ils étaient ouverts, chaleureux… Tout ça est détruit. Je ne crois même plus en moi-même. Ce qu’ils ont détruit, c’est la foi qu’on avait les uns dans les autres, et tous les sentiments qui la font vivre. (Maria R., stérilisée en 1944, interviewée à Hambourg en 1989.)

« Entre 1939 et 1945, dans tous les pays dominés par les nazis, dans chaque ville, dans chaque village, dans chaque camp de concentration, les Tziganes, comme les juifs, furent persécutés à cause de leurs origines. À la fin de la guerre, les deux tiers des 3 000 Tziganes allemands, une proportion plus importante encore des Tziganes autrichiens, tchèques et croates, et des dizaines de milliers d’autres, étaient morts. En Allemagne, ceux qui survécurent avaient pour beaucoup été stérilisés, d’autres étaient restés mutilés par le travail forcé. Il est encore très difficile de chiffrer précisément le total des morts, mais il semble que 130 000 Tziganes au moins, peut-être beaucoup plus, furent tués directement par la politique raciale de l’État allemand et de ses alliés directs, en particulier l’Italie, la Croatie et la Roumanie. […] Et pourtant, l’extermination massive et la stérilisation des Sinti (Tziganes allemands), des Roms et des Tziganes est peut-être un cas d’école de catastrophe moderne niée et tombée dans l’oubli général. » Michael Stewart in Terrain, n° 54.

 

Pour en savoir plus :

Examen d'anthropologie raciale : contrôle de la couleur des yeux pratiqué sur une jeune fille tsigane, 1936-1940 (photo Bundesarchiv)

Examen d’anthropologie raciale : contrôle de la couleur des yeux pratiqué sur une jeune fille tsigane, 1936-1940 (photo Bundesarchiv)

• Des articles :
*« Une catastrophe invisible. La Shoah des Tsiganes », Michael Stewart, Terrain, n° 54, Catastrophes.
« Obstacle aux recherches sur les camps de la mort. Une pensée scientifique prise entre l’insignifiance et l’offense »
, Patrick Bruneteaux, Terrain, n° 42.
Homme/Femme.

• Sites et blogs :
La fondation pour la mémoire de la ShoahGroupe d’action internationale sur la Shoah, Mémoire locale et Seconde Guerre mondiale, INA – Mémoires de la Shoah, Urba-Rom, Études Tsiganes, Encyclopédie multimedia de la Shoah.

A faire :
Le Mémorial de la Shoah, Musée d’Auschwitz-Birkenau

Posted in shoah, Tsiganes | Tagged , , | Leave a comment

D’Ethiopie en Israël

« La religion des Dati (les Israéliens religieux) n’a rien à voir avec la nôtre. Les farenge (les Blancs) ne tuent pas les bêtes correctement ; du coup on ne peut pas manger leur viande, alors qu’ils peuvent manger la nôtre puisque nous tuons selon la Bible et les lois que Moïse nous a données. Et puis, en Ethiopie, quand une fille naissait, la mère restait quatre-vingts jours seule dans une hutte. Ici, les femmes qui viennent d’accoucher restent à la maison ! Nous, on ne se marie pas sur sept générations, ici, ils s’épousent entre cousins germains ! Ils appellent ce pays Israël, mais ce n’est qu’un nom, c’est nous qui sommes le véritable Israël! » Alequa Birre, un Juif éthiopien immigré en Israël, aime parler ainsi de la supériorité religieuse des Ethiopiens sur les autres Israéliens.
Les Beta Israël, (connus également sous le nom de Falashas) vivaient dans de petits villages des montagnes du nord de l’Ethiopie, parmi leurs voisins chrétiens et musulmans. Alors que beaucoup se convertissaient au christianisme, un petit groupe de Beta Israël parvint à préserver une identité sociale, économique et religieuse distincte. Une des clés de cette persistance a été la ténacité avec laquelle ils ont observé un ensemble de pratiques de pureté imposées par la Bible, créant autour du groupe une frontière symbolique et sociale. Mais, une fois en Israël, dans leur terre promise, ils se virent assigner une position sociale marginale. Alors, ils continuent à utiliser leurs exigences de pureté communautaire, pour se démarquer, pour pouvoir encore se considérer comme les « vrais Juifs », les meilleurs Juifs, surmontant ainsi leur marginalité dans la société israélienne.

Pour en savoir plus :

Un jeune Falash Mura en Ethiopie en 2005

Des articles :
« “Les plus purs des Juifs”. D’Ethiopie en Israël, l’évolution des rituels de purification falashas », Tanya Schwarz, Terrain n° 31, Un corps pur.

Sites et blog :
Les Falashas, manifestation des Falashas en Israël.

A voir :
Beta Israël, les derniers juifs d’Ethiopie.

Posted in Judaïsme | Tagged , , , , | Leave a comment

Célébrer le 1er mai et la révolution

« Rien ne correspond mieux à l’état d’esprit du moment que l’organisation de fêtes pouvant attirer le peuple, le réunir en un endroit déterminé, puis le faire communier à une seule et même idée, de fixer cette idée au moyen de symboles concrets, de représentations extérieures capables à la fois de charmer son esprit et de toucher son cœur (…). Ces fêtes nationales (…) sont célébrées avant tout par des cortèges et des processions (…), des arcs de triomphe, des chars, des décorations symboliques ; enfin, ce sont des discours, des engagements à défendre la nation ou des serments de fidélité aux lois, le tout sur un fond de musique… » Julien Tiersot in Fêtes et chansons de la Révolution française.
A Petrograd, cette année-là (1918), les organisateurs des réjouissances prévues à l’occasion du 1er mai et de l’anniversaire de la Révolution d’Octobre, s’efforcèrent de copier littéralement tout ce qui avait pu se passer plus d’un siècle auparavant dans les rues de Paris. Ce qui fait dire à Edouard Limonov : « C’est peut-être en Russie, justement, que l’idée de Robespierre sur l’immense rôle éducatif des fêtes populaires a trouvé son incarnation la plus complète.”
Quelle est la signification véritable de ces festivités prolétariennes ? Quel est le rapport entre le pouvoir et la liesse publique ? Entre l’art et la foule aux moments cruciaux de l’histoire d’une société ? Et comment ces rapports ont-ils évolué ?

Pour en savoir plus :

Bolchevik (1920), par Boris Kustodiev.

• Articles :
« Pétrograd 1918 : célébrer la Révolution », Boris Chichlo, Terrain n° 15, Paraître en public (texte intégral).

• Sites et Blogs : 
La révolution d’Octobre.

Posted in 1er mai | Tagged , , | Leave a comment

Journée internationale de la danse

« Les chorégraphes contemporains ont pulvérisé la scène par une figuration qui permet l’errance des corps, la confrontation avec les images médiatiques, le jeu délibéré avec la pulsion sexuelle. Pouvons-nous dire que la danse fait événement dans les déplacements qu’elle offre, dans l’instabilité qu’elle propose au regard ? Le corps se dévoile jusqu’à l’extrême mais il se dérobe de toutes les façons, se situant au creux du visible. La danse d’aujourd’hui, se déployant dans un espace qui confine au non-lieu, nous fait-elle accéder aux dimensions paradoxales de la spectralité, de l’érotisme, de l’image surgissante ? Elle interroge de manière violente la contemporanéité par les failles qu’elle ouvre dans le désir de voir, par le jeu rythmé de la présence et de l’absence. » Alain Mons in Terrain n°35 *.

 Pour en savoir plus :

téléchargement• Un livre :
« Le hip-hop ou la danse à l’envers », Roberta Shapiro in Le goût des belles choses. Ethnologie de la relation esthétique. Sous la direction de Véronique Nahoum-Grappe et Odile Vincent.

• Des articles :
*« Le corps dérobé», Alain Mons, Terrain, n°35, Danser (texte intégral). 
« La danse, le corps, l’inconscient »
, José Gil, Terrain, n°35, Danser (texte intégral).
« La downtown dance à New York. Contexte socio-économique et préoccupations esthétiques »Terrain n°35, Danser (texte intégral).
« Le hip-hop. Une autre révolution », Felicia McCarren, Terrain n°44, Imitation et Anthropologie (texte intégral).
« A propos de Café Müller. Une pièce de Pina Bausch»
, Claudine Vassas, Terrain, n°49, Toucher (texte intégral).
« La danse traversière »,Claudine Vassas, Terrain n°35, Danser (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Le Centre National de la Danse à Pantin, cccdanseun blog sur la danse contemporainela danse contemporaine et ses rituels, le centre national de danse contemporaine-Angers, le Conseil International de la Danse.

• A faire :
Journée internationale de la danse, le 27 avril 2015.

Posted in Danse | Tagged | Leave a comment

Qu’est ce que la photographie ?

« Dès son origine, la photographie s’est vu confier, ou s’est fixé elle-même comme fin deux missions, en bonne part distinctes. D’une part, elle entendait se faire un véritable miroir intangible du réel, au-delà de toute invention, de l’autre, assez tôt ou parallèlement selon les points de vue et les acteurs, elle prétendait se ranger parmi les arts en affichant des visées esthétiques. De Prosper Mérimée, effrayé par la médiocrité des daguerréotypies à rendre compte de la majesté des monuments historiques, à Charles Baudelaire, méprisant pour ces pâles copies qui ne sauraient jamais rivaliser avec les toiles des maîtres, nous savons l’accueil qui fut aussitôt réservé à ces prétentions. De la même manière, nous sommes conscients que cette tension n’a pas cessé, qu’elle traverse l’histoire de la photographie ou mieux qu’elle en est l’essence même et que tous, des plus « grands », des mieux reconnus, aux amateurs du dimanche, jouent, peu ou prou, dans la même cour, avec plus ou moins de bonheur.
Parler dès lors de « photo ethnographique » pourrait paraître redondant. De Diane Arbus à Henri Cartier-Bresson en passant par Robert Franck, Robert Doisneau et les autres, tous n’ont-ils pas entrepris, à leur manière, avec plus ou moins d’intensité, dans un projet plus ou moins pensé, de rendre compte du réel, de discerner, plus loin que l’apparence, la vérité sociale de leur objet ? Il est maintenant connu et su de tous que, en ce domaine, les productions les plus illustres ne sont pas forcément le fait du hasard, du coup de génie qui capte miraculeusement le merveilleux éphémère. Certaines sont le fruit d’installations, pour reprendre un terme de la dernière modernité, de compositions longuement réfléchies, de mises en scène, quand la prise de vue « immortelle » n’est pas la conséquence de multiples essais préalables. Pour autant cette réalité imaginaire ne devient-elle pas plus puissante que ce dont elle aurait pu se faire le simple reflet ? De la même façon, comment nier la dimension esthétique des photographies de Walker Evans ou de Sebastião Salgado ? Peut-on seulement imaginer faire fi de l’empathie nécessaire entre acteur et sujet ? Ne mesure-t-on pas ce qu’a de convenu et d’artificiel la sacro-sainte distance que le photographe doit prendre avec l’objet de sa prise de vue ? » *Jean-Pierre Piniès in Terrain n° 64.

Pour en savoir plus :

canvasDes articles :
« D’un mirage, l’autre »,  Jean-Pierre PinièsTerrain n°64, Virus.
« Les apparences de la vérité ou les rêves d’objectivité du portrait photographique»
, Sylvain Maresca, Terrain n°30, Le regard (texte intégral).
« L’œil de l’esprit », William A. Christian Jr, Terrain n°30, Le regard (texte intégral).
“Photographier la catastrophe”,
Abigail Solomon-Godeau, Terrain n°54, Catastrophes.

Sites et Blogs :
Sylvie Goussopoulos, Apprendre la photo, les 20 meilleurs blogs photo selon LIFE.

A faire :
Qu’est ce que la photographie ?, Centre Pompidou jusqu’au 1er juin 2015, entrée libre.

Posted in Photo | Tagged , , | 1 Comment

La première affaire de hacker

Un savant fou. Un virus mortel. Du sexe. Des gadgets électroniques à la mode. Tous les ingrédients pour un grand feuilleton sont réunis. En 1989, éclate l’affaire de la « disquette Sida », l’un des premiers scandales internationaux portant sur des pratiques informatiques à risque qui désormais constituent notre quotidien : spam, logiciels malveillants, information scientifique non contrôlée.
« Entre le 7 et le 11 décembre 1989, la Ketema & Associates, une société fantôme basée à Londres, déclenche l’envoi en nombre de vingt-six mille enveloppes, chacune contenant une disquette de « renseignements introductifs sur le sida ». Spam électronique avant la lettre, ce déluge de plis non sollicités prend pour cibles des particuliers et des associations de patients situées surtout au Royaume-Uni, mais aussi dans d’autres pays européens et africains. La disquette permet, une fois insérée dans un ordinateur, d’accéder à « un logiciel interactif pour l’éducation à la prévention de l’affection appelée sida ». Les messages affichés sur l’écran prétendent que les renseignements contenus dans le logiciel peuvent « sauver la vie » de son usager, lequel est encouragé à le « partager avec d’autres personnes afin qu’elles puissent en bénéficier également ». Le programme administre un simple questionnaire (âge, sexe, antécédents médicaux, pratiques sexuelles, etc.), puis dispense des conseils pour limiter la prise de risque (diminution du nombre de partenaires sexuels, prophylaxie). Alarmiste, l’application veut évidemment toucher un public tout-venant, comme le démontrent certains des messages à la fin du questionnaire : « Danger : vous êtes averti que votre risque de contracter le sida est tellement important qu’il dépasse le barème des probabilités » ; « Achetez des préservatifs aujourd’hui même, en sortant de votre bureau » ; « Insistez avec votre partenaire sexuel sur la nécessité d’être mutuellement fidèles dans votre relation » (ibid.). Mais les expéditeurs inconnus ont aussi glissé dans la disquette un autre logiciel, du type « cheval de Troie » (trojan horse) – une application qui s’installe subrepticement dans le système informatique en y exécutant des tâches à l’insu du possesseur. […] Le logiciel sature le disque dur, crypte la totalité des fichiers présents et affiche un message qui invite l’usager à payer une redevance annuelle de 189 dollars pour continuer à utiliser la disquette. » Antonio A. Casilli in Terrain n°64.
Alors la disquette Sida,  grande opération de sensibilisation publique ou acte isolé d’un savant fou ?

Pour en savoir plus :

Casilli 3HDUn article :
* « Dr Popp et la disquette Sida », Antonio A. Casilli, Terrain n°64, Virus.

• Sites et Blogs :
ANRS, OMS, ONUSIDA.

Posted in Hacker | Tagged , , , | Leave a comment

La voix

« Tous les soirs j’avais peur et j’étais fragile de manière différente. Je me sers de la peur pour interpréter mes personnages dans lesquels je mets toujours une part de souffrance, même lorsqu’il s’agit de rôles comiques » Nathalie Dessay citée in Terrain n°37*.
L’art lyrique n’existe que par et pour l’émotion et le patient labeur de la technique vocale qui façonne le corps du chanteur a pour finalité la transmission des émotions, c’est-à-dire leur expression. Le travail de la technique construit une voix, un corps ; il permet au chanteur de mettre à distance, de maîtriser ses propres émotions tout en les utilisant, en les réintégrant à son chant. Dans la riche partition des émotions lyriques, la peur semble jouer un rôle central : ne serait-elle pas, finalement, l’émotion fondamentale de l’art lyrique ? Une matrice en quelque sorte de toutes les émotions ? La technique sert à conjurer mais aussi à utiliser cette peur pour faire surgir et transmettre d’autres émotions.

Pour en savoir plus :

indexDes articles :
* « Lyriques apprentissages. Les métamorphoses de l’émotion »
, Anne Paradis, Terrain n° 37, Musique et Emotion.
« La voix d’Elvis… »
, Gabriel SegréTerrain n° 37, Musique et Emotion. http://terrain.revues.org/1300 ; DOI : 10.4000/terrain.1300

Sites et Blogs :
L’opéra de Paris, l’art lyrique français, la voix humaine, Science et voix.

• A faire :
Journée mondiale de la voix.

Posted in Chant | Tagged , , , | Leave a comment

Imaginaires archéologiques

« “Il est bien possible que l’archéologie soit en elle-même une discipline assez bizarre”, écrivait Wilhelm Jensen dans Gradiva. Même si dans la réalité professionnelle cette étrangeté est aujourd’hui diluée par des pratiques de plus en plus techniciennes et parcellisées, l’image de l’archéologie n’en reste pas moins travaillée par l’idée que cette discipline repose sur une interaction singulière entre le réel et l’imaginaire. Tout d’abord parce que l’archéologie est une science de l’exhumation (des hommes, des objets et des civilisations) aisément interprétable comme une tentative de dépasser l’irréductible altérité qui sépare les morts des vivants. De fait, cette exhumation semble toujours
marquée du sceau du sacrilège, comme si ces réalités perdues n’étaient en fait pas destinées à être portées à la connaissance, comme si, ouvrant une brèche entre deux mondes, leur mise au jour faisait trembler les limites de notre réalité. Ensuite parce qu’elle est une science de l’enquête et de la reconstitution, de la réécriture de l’Histoire, où une fois encore les limites entre la réalité et la fiction demeurent floues, où le soupçon de falsification est omniprésent, comme semble le prouver la surabondance des controverses qui accompagnent les découvertes. L’archéologue est un producteur d’histoire: une histoire dont il exhume les témoins et qu’il reconstitue par un processus d’interprétation délicatement négocié, au moyen de toutes sortes de techniques dont la moindre n’est pas l’expérimentation. C’est dans son corps, en taillant des silex, en reproduisant les techniques de fonte des métaux, en découpant les animaux avec des couteaux de pierre que l’archéologue apporte parfois la preuve qu’il avait pensé juste. Ou, plus exactement, la réalité archéologique émerge de ce dialogue entre le geste et la pensée. C’est dire la complexité de la négociation permanente entre ce que l’on trouve, ce que l’on imagine et ce que l’on affirme. »* Claudine Voisenat in Imaginaires archéologiques.

Pour en savoir plus :

© Jean-François Peiré (Drac Midi-Pyrénées)

Un livre :
* Imaginaires archéologiques. Sous la direction de Claudie Voisenat.

Des articles :
« Les rythmes du feu. Néolithique,  », Pierre Pétrequin et Anne-Marie Pétrequin, Terrain n°19, Le Feu.
« Faux et authenticité en préhistoire », Claudine Cohen, Terrain n°33, Authentique ?
« Les savoir-faire : une très longue histoire », Jacques Pelegrin, Terrain n°16, Savoir-faire.
« Bonne fouille ne saurait mentir ? »
, Claire Besson, Dorothée Chaoui-Derieux et Bruno Desachy. Terrain n°57, Mentir.

Site et Blog :
Visite virtuelle de la Grotte Chauvet, la réplique de la Grotte en 12 images, la caverne du Pont d’Arc, le guide de l’Ardèche Portail archéologique, sites de fouille, l’institut national de recherches archéologiques, les abris sculptés de la Préhistoire, Hominidés : les évolutions de l’homme, le site de Lascaux, tout archéologie, pôle préhistoire, les imaginaires archéologiques.

• A faire :
La réplique de la Grotte Chauvet

Posted in Archéologie | Tagged , | Leave a comment

Création de supervirus : avancée de la recherche ou risque inutile ?

 « Pourquoi faut-il construire de grands consortiums regroupant une quinzaine de laboratoires pour comprendre des microbes comme les virus ? Comment l’anthropologue, doté de la seule méthode ethnographique, peut-il enquêter sur ces relations entre des « grands êtres » et des « petits êtres » ? Qu’est-ce qui se donne à voir et à entendre dans ces arènes où les scientifiques semblent d’abord occupés à entretenir leurs réseaux et à gérer de l’argent public ? Le projet « Antigone » (Anticipating the Global Onset of New Epidemics) a été financé à hauteur de douze millions d’euros par la Commission européenne pour une période allant de 2011 à 2016. Rassemblant une quinzaine de laboratoires de microbiologie européens (notamment en Allemagne, Espagne, France, Grande-Bretagne, Grèce), il est piloté par Thijs Kuiken au centre médical Érasme de Rotterdam. Le but de ce projet est de comprendre les mécanismes par lesquels les agents pathogènes franchissent les barrières entre espèces pour devenir pandémiques dans la population humaine. […] Le projet Antigone conduit ainsi à poser une question fondamentale pour la microbiologie : comment les bactéries et les virus acquièrent-ils cette double caractéristique de contagiosité et de létalité qui a produit les grandes pandémies ? » * Frédéric Keck in Terrain n°64.
A partir de la controverse qui eut lieu en 2011-2013 autour de la mutation du virus de grippe H5N1, le rendant transmissible entre mammifères, on peut s’interroger sur des questions de biosécurité, en invoquant la possibilité d’un usage terroriste ou d’une échappée accidentelle du virus mutant, modifié en laboratoire.

Pour en savoir plus :

Virus de la grippe pandémique A (H1N1)

Virus de la grippe pandémique A (H1N1)

Des articles :
* « L’alarme d’Antigone », Frédéric Keck, Terrain n°64, Virus.
 « Virus », Nicolas Auray et Frédéric KeckTerrain n°64, Virus.
« Dr Popp et la disquette Sida », Antonio A. Casilli, Terrain n°64, Virus.
« L’invisible et le clandestin  », Nicolas Auray, Terrain n°64, Virus.
« Bricoler le vivant dans des garages », Morgan MeyerTerrain n°64, Virus.
« Réimaginer des communautés ? », Charlotte Brives et Frédéric Le Marcis, Terrain n°64, Virus.
« Vade retro virus », Thierry Bardini, Terrain n°64, Virus.

• Sites et Blogs :
Le projet Antigone
(en anglais), la controverse autour du virus H5N1.

• A faire :
Présentation du numéro par les  contributeurs le jeudi 9 avril à 18h30 au salon de lecture Kerchache au Musée du quai Branly.

Posted in Virus | Tagged , , | Leave a comment

Morts et vivants : un réseau de solidarité

« Une informatrice islandaise déclarait un jour : “Mais pourquoi des étrangers font-ils tout ce chemin pour venir poser des questions aussi bêtes ? C’est comme si moi j’allais en France pour interroger les gens sur… sur ce plateau de fruits par exemple ! Que peut-on bien en dire ? C’est un plateau rond, de couleur blanche avec deux pommes et trois bananes à l’intérieur ! Et après ? Il y en a dans toutes les maisons, des plateaux comme ça, et pas seulement en Islande ! Est-ce que ça vaut la peine de faire des milliers de kilomètres pour ça ? Non ! Eh bien quand tu viens nous poser des questions sur les morts et je ne sais quoi d’autre, ça revient à la même chose ! Il y a des morts dans toutes les maisons comme il y a des plateaux avec des fruits… Qu’est-ce qu’on peut bien te dire de plus ? D’ailleurs, tu sais, les gens sont très étonnés ici de voir quelqu’un qui pose ce genre de questions, et ils se disent que t’es vraiment bizarre.” » Christophe Pons in Terrain n°38.
Dans la société islandaise, les morts font pleinement partie de l’espace social des vivants : ils peuplent les foyers domestiques de leurs descendants. Ce « partage des lieux » se manifeste notamment par l’habitude, revendiquée par les Islandais, de rencontrer les morts. Des réseaux de solidarités se tissent ainsi entre les communautés de vivants et de morts. Un système généralisé d’échanges se dévoile : celui-ci procède par une coopération des morts et des vivants qui s’inscrivent mutuellement dans leurs communautés respectives.

Pour en savoir plus :

Un temple islandais construit au coeur du cimetière. Entre Noël et le jour de l'an, toutes les tombes sont rituellement illuminées.

Un temple islandais construit au cœur du cimetière. Entre Noël et le jour de l’an, toutes les tombes sont rituellement illuminées.

Des articles :
* « Réseaux de vivants, solidarités de morts » Christophe Pons, Terrain, n°38, Qu’est-ce qu’un événement ?
« Thanatos et Eros. Les morts au service des relations amoureuses dans la religion palo monte (Cuba) »
, Katerina Kerestetzi, Terrain  n°62, Les morts utiles
« Les morts utiles »
, Vinciane Despret, Terrain n° 62, Les morts utiles.

« En aparté avec les morts… »
, Pascale Trompette et Sandrine Caroly, Terrain n°43, Peurs et menaces.
« L’oubli des morts et la mémoire des meurtres », Anne Christine Taylor, Terrain n°29, Vivre le temps (texte intégral).
“La mort et la conception de la personne”, Maurice Bloch, Terrain n°20, La mort (texte intégral).
“Mauvaises morts, prêtres impurs et pouvoir récupérateur du chant. Les rituels mortuaires chez les Tsiganes de Hongrie”, Michael Stewart, Terrain n°20, La mort (texte intégral).
“La maison du pendu. Le suicide chez les vaqueiros des Asturies”, Maria Cátedra, Terrain n°20, La mort (texte intégral).
“La mort en images”, Francesco Faeta, Terrain n°20, La mort (texte intégral).

Sites et Blogs :
Ces morts qui soutiennent les vivants” et  “les rituels funéraires 2.0″ dans Le Monde.

Posted in Mort | Tagged , , , , , , , | Leave a comment

Le musée et le champ urbain

« L’émergence de ce nouveau domaine de l’ethnologie que constitue le « champ urbain » interpelle à plus d’un titre le conservateur du musée d’ethnologie : comme ethnologue certes, appelé à reconsidérer son action en fonction de cet élargissement notable de l’objet et du terrain d’exercice de la discipline ; mais plus encore peut-être comme intervenant culturel dans la société, confronté à un mouvement (que l’on nommera demande sociale ou aspiration collective, c’est selon) au terme duquel semble s’établir un véritable transfert, vers le milieu urbain, des valeurs naguère attachées au milieu rural. Le muséologue est en effet particulièrement bien situé pour constater que la sensibilité et le goût du public pour le vieil objet, la photo jaunie et le souvenir des anciens, sont en voie de s’appliquer à la ville, à l’usine ou au bistrot. […] Quel inventaire doit-on dresser pour tenter une représentation muséale de la diversité urbaine ? La multiplicité des individus, des groupes et des communautés, des situations sociales, des modes de vie, des activités, etc., et sans doute cette propension à la « distinction » sociale qui caractérise la population urbaine, font de ce milieu un véritable complexe de situations dans lequel toute sélection devient vite aléatoire et s’apparente à un choix empreint de subjectivité. Quelle ville doit-on considérer et quelle image de la ville doit-on étudier et éventuellement s’efforcer à conserver ?[…] Peut-être doit-on dresser des relevés graphiques précis d’une cabine téléphonique, sous sa « patine » de graffiti et de déprédations diverses, pour évoquer ce que l’on nomme désormais le mobilier urbain. Mais ce choix, déjà délicat et hasardeux, se révèle plus difficile encore dès lors qu’il s’agit de retenir des objets censés circonscrire un domaine d’étude déterminé. Ainsi, par exemple, quels éléments sélectionner dans un appartement citadin pour conserver le meilleur témoignage d’un mode de vie particulier ? S’arrêtera-t-on au radio-réveil, à la friteuse électrique, au rasoir jetable ? Le jeu pourrait être sans fin — et mériterait d’être nommé le « jeu du conservateur » — et, outre son caractère dérisoire, ne reçoit jamais de réponse satisfaisante. » *Jean-Pierre Laurent et Jean Guibal in Terrain n°3.

Pour en savoir plus :

article• Un livre :
Le goût des belles choses. Ethnologie de la relation esthétique. Sous la direction de Véronique Nahoum-Grappe, Odile Vincent.

Un article :
*« Le musée d’ethnologie et le « champ urbain » », Jean-Pierre Laurent et Jean GuibalTerrain n°3, Ethnologie urbaine.

• Sites et Blogs :
Cellograf, Graffitiart, Cité de l’architecture et du patrimoine, Ecomusée de Saint-Quentin en Yvelines.

A voir :
Quinze artistes s’expriment sur les vitrines des Bons-Enfants, du 3 au 26 avril 2015 au ministère de la Culture et de la Communication, Street Art à Fontenay jusqu’au 18 avril 2015.

Posted in Patrimoine | Tagged , , , | Leave a comment