Tango, gifle et caresse

“Dans les bals populaires et les clubs argentins de tango, une danseuse très sollicitée, au sourire lumineux et au rire excentrique, me dit un jour : « La milonga est une caresse et une gifle. Qui ne sont pas simultanées. Nous sommes dénigrées dans la milonga. Et nous y retournons. Ne t’ai-je pas déjà dit que les cours des académies de tango et la danse dans les milongas sont exactement pareils ? » Ces mots prirent peu à peu sens pour moi. Oui, elle me l’avait déjà dit. Elle m’avait dit : « Ils créent tous deux leur propre dépendance. » Et, depuis ce moment, j’avais pensé à cette dépendance. A cette compulsion d’y retourner, encore et encore. Mais, brusquement, elle avait souligné la raison même pour laquelle nous y revenions : pour elle, à ce moment précis, nous retournions à la milonga et aux cours pour la gifle. Cette pensée m’était nouvelle et je n’avais jamais entendu un danseur la formuler avant elle.” Julie Taylor in Terrain n°35.
Le tango manifeste les potentialités que possède l’art de mettre en scène la violence, en explicitant les rapports de domination entre les sexes par exemple, de la réinscrire ou de la rejouer.

 Pour en savoir plus :

VISUEL_FESTIVAL_PBTA_2014Un article :
« Tango, gifle et caresse », Julie Taylor, Terrain n°35, Danser (texte intégral).

• Sites et Blogs :
L’histoire du tango, la bible du tango.

• A faire :
Festival Paris-banlieue Tango, jusqu’au 30 novembre.

• A voir :
Un mini-documentaire de Frédéric Hontschoote sur le tango avec le texte de la revue Terrain.

Posted in Danse | Tagged , , | Leave a comment

Le quotidien des demandeurs d’asile

« Aké Koné, demandeur d’asile, a quitté la Côte d’Ivoire pour échapper à la guerre sévissant au nord du pays. (…) Aké Koné a voyagé seul depuis Bouaké, où il a laissé sa compagne et leur fille. Il est passé par Abidjan, Bougouni et Bamako, où il a dû attendre plusieurs jours chez des connaissances un passeport d’emprunt lui permettant de s’envoler vers Barcelone. Après une semaine à errer dans les rues catalanes, il a décidé de s’acheter un billet de bus pour la France. Une fois à Paris, c’est dans le métro qu’il a passé les premières nuits, puis dans un squat avec des compatriotes qui lui ont indiqué comment solliciter l’asile. Il a dormi dans une chambre d’hôtel assignée par le 115 avant d’arriver au foyer. (…) Quatre mois après son arrivée en cada (centre d’accueil pour les demandeurs d’asile), Aké Koné passe beaucoup de temps dans sa chambre. Son quotidien est rythmé par les prières journalières et par les émissions qu’il suit à la télévision. Il a « des journées en trop », qu’il a du mal à “ remplir ”. Ce n’est pas tant l’absence d’emploi du temps qu’il vit comme un problème, c’est le fait de n’avoir aucune maîtrise du temps et de se sentir limité dans ses actions qui est source d’angoisse.  L’inaction renforce la mise à l’écart vécue au cada. “ Je me sens un peu enfermé, un peu en prison, bloqué, comme dans un temps arrêté ”, me confie un après-midi Aké Koné. » Carolina Kobelinsky in Terrain n°63.

L'interdiction de travailler est vécue par les demandeurs d'asile rencontrés comme l'un des plus gros problèmes de l'attente.

L’interdiction de travailler est vécue par les demandeurs d’asile rencontrés comme l’un des plus gros problèmes de l’attente.

Pour en savoir plus :

• Des articles :
« Le temps dilaté, l’espace rétréci. Le quotidien des demandeurs d’asile », Carolina Kobelinsky, Terrain n°63, Attendre.

• Sites et blogs : 
La demande d’asile en FranceFrance, terre d’asile, Les cada en FranceLe juge de la Cour nationale du droit d’asile et l’intime conviction.

Posted in Immigration | Tagged , , | Leave a comment

Journée mondiale du don d’organes

En Europe, 61 000 malades attendent un don d’organe et, chaque jour, douze d’entre eux décèdent faute de transplantation. Cette pénurie d’organes entraîne le trafic, le tourisme de transplantation et est à la source de nombreux scandales. A ces difficultés matérielles viennent s’ajouter les difficultés psychologiques d’accepter et de vivre avec un organe étranger quand on a la chance d’être greffé :
” « Mon rein, c’est un monsieur de quarante ans, c’est tout ce que je sais », déclare Gustave (14 ans) qui, en fait, en sait un peu plus et imagine toute une série d’histoires. « Comment le rein a-t-il pu venir ? En avion, si c’est loin ? Ou en vélo ? Ça me fait drôle d’avoir sur moi quelque chose de quarante ans. Encore si c’était dix-neuf ou vingt, je trouverais normal, mais quarante je trouve ça vieux. C’est quelque chose qui a beaucoup travaillé. C’était un malade ou un accidenté. Je ne pense pas que c’était une personne vivante. Enfin, du moment que ça marche, c’est le principal. » Et quand ça ne marche plus et qu’il doit être dé-transplanté, Gustave prépare les explications qu’il fournira aux copains : « Je vais leur expliquer que c’était le rein d’un mort. » N’est-ce pas comme si avant il avait essayé de penser que ce n’était pas vrai ? Un rein de mort étant déjà pour lui un rein mort ?”* Ginette Raimbault in Terrain n°18.

Pour en savoir plus :

Dessin réalisé par un enfant en hémodialyse

Un article :
*« Morceaux de corps en transit »
, Ginette Raimbault, Terrain n° 18, Le corps en morceaux (texte intégral).

Sites et Blogs :
Fédération France Adot, Greffe de vie, scandale autour des dons d’organes, journée mondiale du don d’organes.

Posted in Don d'organe | Tagged , , | Leave a comment

Sécurité routière

« Au moment des faits pour lesquels Fernand (il avait alors vingt-cinq ans) fut reconnu coupable d’homicide involontaire avec circonstances aggravantes, il conduisait une voiture – louée, donc assurée. Au petit matin, il sortait d’une boîte de nuit du Gosier en compagnie d’un ami et de deux jeunes filles, des touristes, qu’ils venaient de rencontrer, et avec lesquelles il décida de faire « une virée jusqu’en Basse-Terre ». Il y avait peu de circulation, Fernand conduisait très vite et se laissa surprendre par les travaux d’un rond-point en construction. Le véhicule fit plusieurs tonneaux. Une passagère mourut, tandis que les autres occupants de la voiture furent blessés. Les gendarmes constatèrent que le taux d’alcoolémie de Fernand était élevé. De cet accident, Fernand dit : « C’est moi, j’ai pris des risques » ; et dans la foulée, comme s’il s’agissait d’un fait qui va de soi, il ajoute : « Et j’ai fait un autre accident avant de rentrer en prison. » Les « risques » pris lors de cet accident qui coûta la vie à une jeune fille désignent la vitesse et l’imprégnation alcoolique. Quand j’évoque le fait qu’il avait perdu le contrôle du véhicule, Fernand s’insurge. Il affirme avoir été maître de la voiture : le problème, ce sont les travaux, dont il ignorait la présence. Il commente : « Je sais que je prends des risques puisque la loi me condamne à ne pas conduire des véhicules. J’ai tort, je l’admets. » Mais pour un homme jeune, être en tort par rapport à la loi parce qu’on prend des risques, ce n’est pas déroger. Quand je lui demande si cet accident l’a secoué et a modifié sa façon de conduire, il répond : « Je dirai pas que ça m’a secoué, mais je suis conscient. Mais l’esprit ne reste pas bloqué sur l’accident. J’ai toujours conduit après, sans être obnubilé. » Quant au changement apporté à sa conduite, il consista, pendant un temps, à prendre de petites routes, où les policiers sont plus rares – suppression de permis oblige : « C’était le chat et la souris. » Du jugement et de sa condamnation, il pense : « Ça m’a pas changé de personne. » Christiane Bougerol in Terrain n° 52.
En matière de sécurité routière, les questions les plus récurrentes et les plus discutées sont celles qui touchent aux formes de responsabilité. Les auteurs d’accidents – parfois graves – s’efforcent de nier les interprétations judiciaires de leurs actes en imputant à des agents qui leur sont extérieurs la responsabilité de l’incident. Ce n’est pas une surprise de repérer ce rejet de responsabilité dans le récit d’individus se disant ensorcelés. Il est plus étonnant de le voir à l’œuvre dans l’argumentation rationnelle d’hommes jugeant leurs propres habilités de conducteur.

Pour en savoir plus :

document85385803Un article :
« Les incidents routiers à la Guadeloupe. Ensorcellement, disculpation, responsabilité », Christiane Bougerol, Terrain n° 52 (texte intégral).

Sites et Blogs :
Sécurité routière

• A faire :
Journée nationale de la sécurité routière

Posted in Sécurité routière | Tagged , , | Leave a comment

Le vêtement, une identité régionale ?

« Dans plusieurs localités voisines d’Avignon, sous la responsabilité de confréries ou sociétés, une à trois charrettes décorées défilent annuellement, tractées par des chevaux harnachés « à la sarrasine » (sic). [...] Deux amies de 11 ans vivent dans ce secteur. Leur localité compte des immigrés marocains musulmans et celles que j’appellerai Zahra et Samar sont nées de cette immigration. Il y a deux groupes folkloriques dans la localité. Elles fréquentent le même et Zahra en est membre depuis l’âge de 7 ans. Jusqu’alors, cheveux dénoués, elle a porté le costume d’enfant, selon l’aide-mémoire qui lui a été remis par l’association, à l’exception de la croix ; elle s’est rendue à l’église comme ses compagnes quand les engagements de son groupe folklorique le voulaient. Samar, d’autant mieux accueillie qu’elle pratique la danse par ailleurs, est une recrue de l’année ; pour des raisons dénuées d’intérêt, elle n’est pas encore inscrite. L’usage de l’association veut qu’à 11 ans les préadolescentes quittent le vêtement d’enfant pour une tenue au caractère régional plus marqué. Il faut donc passer à la coiffure locale. Zahra l’a déjà essayée et, en prévision du prochain spectacle, son nouveau costume est prêt. Une association de « charretiers » (sic) à la réputation politique conservatrice dispense des leçons de toilette, où les membres du groupe folklorique sont bienvenus. Zahra et sa mère s’y rendent pour la seconde fois. Les deux organisateurs, représentant en quelque sorte tous leurs coassociés, au moins par délégation tacite, mettent alors en question l’accès des beurs au costume. C’est en aparté que l’un d’entre eux s’adresse à la mère, mais la réaction de celle-ci, à voix haute, fait que la suite se déroule au vu et au su de tous. La discussion, cependant, ne s’établit qu’entre elle et les deux responsables, les autres membres du cours ne quittant pas la pièce mais demeurant silencieux ; plus tard, ces témoins du litige disent leur émotion. A la fin de la séance aussi, il m’est par ailleurs mentionné l’entrée dans la même association d’une autre enfant d’immigrés marocains – Samar – et l’apparence est au centre des propos lorsqu’est critiqué le groupe folklorique d’un village distant, largement ouvert aux beurs. Celui des deux fillettes est forcé de repenser leur intégration. Les traditionalistes de la localité se divisent. Un natif par exemple, non des moindres dans l’association de Zahra, la quitterait en cas de renvoi de la fillette. Il a un entretien privé avec la mère de Samar. Car la polémique aboutit au maintien de Zahra – avec garantie qu’elle sera « en Mireille » dès cette année – et à l’exclusion de son amie. Optant dans l’urgence pour un compromis, l’autre groupe de danse provençale fait savoir à la famille de Samar qu’il est prêt à l’accueillir, quitte à compter sur sa discrétion dans certaines circonstances ; il intégrerait en outre cinq ou six autres enfants d’origine maghrébine. » Danièle Dossetto in Terrain n° 36.

Une jeune fille issue de l’immigration plus ou moins lointaine – en particulier d’origine maghrébine – peut-elle accéder à sa guise au costume local ? A une époque où les mouvements de population ont acquis de l’ampleur, l’image de la femme indigène diffusée par le volontarisme culturel a-t-elle des retombées sur les comportements de la population traditionaliste ? Le port du costume est-il soumis à des régularités, sinon des règles, extérieures au domaine des savoir-faire ? La définition de l’espace vestimentaire, géographique ou social, est-elle en somme une question aussi anodine qu’il y paraît ?

Pour en savoir plus :

sc0013Un article :
« En “Arlésienne” ou “le voile islamique” à l’envers ? Espace géographique, espace social du costume en Provence », Danièle Dossetto, Terrain n° 36 (texte intégral).

Sites et Blogs :
Museon Arlaten

• A faire :
“A vos souhaits”, Préau des Accoules, Marseille jusqu’au 31 mai 2015, Museon Arlaten hors les murs.
“Crapaud sec et boyau de chat”découverte des oeuvres du Museon Arlaten jusqu’au 31 octobre.

Posted in Immigration | Tagged , , | Leave a comment

24ème Salon de la Revue

Les revues  sont le moyen de diffuser les idées plus rapidement que les livres. De multiples rencontres, animations et tables rondes sont organisées ce week-end au Salon de la Revue (entrée libre). L’occasion de découvrir ou redécouvrir plus de 900 revues, dont Terrain. Courez-y !
” Lettres, papiers administratifs, brouillons, listes, journaux intimes, blog… sont autant d’actes d’écriture ordinaire. Quelque soit notre milieu social et notre profession, notre quotidien n’y échappe pas. Spontanées ou réfléchies, imposées ou choisies, elle nous accompagnent dans les situations les plus diverses. Tout se passe comme si le besoin de témoigner de son existence, d’exprimer ses pensées, ses opinions, d’affirmer ses pensées passait aujourd’hui de façon privilégiée par l’écrit. Et si l’acte d’écrire prenait plus d’importance que la chose écrite ? ” in Par écrit*.

Pour en savoir plus :

Carte-2014-BD-210x300Un livre :
* Par écrit. Ethnologie des écritures quotidiennes. Sous la direction de Daniel Fabre.

Un article :
“Radioscopie de grands lecteurs”, Bérénice Waty, Terrain n°53, Voir la musique.

• Sites et Blogs :
Revues.org, un portail de revues en sciences humaines et sociales, Entrevues, un site sur les revues.

A faire :
Le salon de la revue du 10 au 12 octobre 2014 à l’espace des Blancs Manteaux, Paris.

Posted in Revue | Tagged , | Leave a comment

Nuit blanche et art contemporain

Des “ascensions magnétiques” à “la lumière des arbres” en passant par “ceux que nous sommes”, la nuit blanche 2014 nous propose six parcours oniriques à travers la capitale. Depuis sa naissance, l’art contemporain suscite de violentes polémiques et se retrouve au cœur de considérations éthiques, esthétiques, politiques et économiques révélatrices de notre société. Quels sont les critères d’authenticité de l’art contemporain ? Tout le monde peut-il être un artiste ? La personnalité du créateur prend-t-elle le pas sur l’œuvre elle-même ? L’art contemporain est-il un énorme canular ? Qui décide du statut d’une œuvre ? Un artiste peut-il signer et revendiquer une œuvre qu’il n’a pas créée ? Est-ce le discours sur l’œuvre qui la rend authentique ?
« C’est Duchamp qui inventa la mise à l’épreuve de l’authenticité de l’objet d’art en tant qu’il atteste la présence de la main de son créateur : le ready-made est bien le premier objet signé par un artiste sans avoir été créé par lui, et qui ne soit pas pour autant un faux puisqu’il se présente comme un objet fabriqué industriellement. Bernard Edelman remarque d’ailleurs, à juste titre, que Duchamp joue sur l’ambiguïté entre le nom de l’auteur pris comme marque et celui de l’auteur pris comme créateur. Le rejet de l’urinoir par le jury du Salon des indépendants en 1917 révèle le caractère radicalement transgressif d’une opération aussi ” contre nature “, manifestant par la négative la force de ce premier critère de l’authenticité qu’est l’assurance de la continuité d’un lien entre l’objet et son origine, en l’occurrence son créateur – « ce qui émane réellement de l’auteur auquel on l’attribue », selon Le Robert. Pour qu’un objet d’art soit « authentique », il faut que la chaîne qui le relie à son auteur n’ait pas été rompue, soit par l’intervention d’une autre main, soit par la confusion, intentionnelle ou pas, quant à l’identité de cet auteur. L’intégration de cette proposition paradoxale au sein du monde de l’art, deux générations après, montre à quel point les frontières de l’art ont été bousculées et élargies. La fascination qu’elle exerce encore aujourd’hui sur les artistes, ainsi que la réprobation qu’elle continue de susciter dans le grand public révèlent la profondeur des atteintes qu’elle inflige au sens commun de l’art et, partant, le plaisir qu’il peut y avoir à jouer avec elle. »* Nathalie Heinich in Terrain n° 33.

Pour en savoir plus :

116905-nuit-blanche-2014Un article :
“Art contemporain et fabrication de l’inauthentique”, Nathalie Heinich, Terrain, n° 33, “Authentique ?” (texte intégral).

Sites et Blogs :
Le programme de la nuit blanche 2014, pour les amateurs d’art contemporain, art contemporain.com et la paddythèque.

• A voir :
L’écho dans l’urinoir sur ARTE Creative 

 

• A faire :
La nuit blanche 2014, “Marcel Duchamp, la peinture même” au Centre Pompidou jusqu’au 5 janvier 2015.

Posted in Art contemporain | Tagged , , , | Leave a comment

L’immigration aux frontières du patrimoine

En dépit du flou qui l’entoure, utiliser le terme de mémoire s’agissant de l’immigration semble aujourd’hui aller de soi. Qu’en est-il du patrimoine de l’immigration ? Le patrimoine apparaît-il quand la mémoire sort de l’espace privé pour entrer dans le domaine public ? Est-il une forme cristallisée et institutionnalisée de la mémoire ? Est-il soluble dans la mémoire ? Au-delà d’une indispensable clarification des termes, s’interroger sur l’articulation mémoire, patrimoine et immigration nécessite d’en comprendre les enjeux dans le débat public. La patrimonialisation ne peut être regardée indépendamment ni des attentes et des luttes pour la reconnaissance des immigrés, ni de son usage par les pouvoirs publics comme instrument de pacification.
Quels sont les acteurs et quelles sont les formes -observées et souhaitables- de la mémoire et du patrimoine de l’immigration en France, aujourd’hui ?

Pour en savoir plus :

couv immigration_patrimoineUn livre :
L’immigration aux frontières du patrimoine sous la direction de Noël Barbe & Marina Chauliac.

Sites et Blogs :
L’association les Oranges qui oeuvre à la reconnaissance de l’apport de l’immigration en France, Memorias : lieux de mémoire et d’histoirede l’immigration et de l’exil espagnol, l’association pour la sauvegarde du patrimoine culturel des juifs d’Egypte, la FACEEF : Fédération d’Associations et Centres d’Emigrés Espagnols en France,

• A faire :
L’exposition “Repères” au musée de l’histoire de l’immigration, Paris.

Posted in Immigration | Tagged , | Leave a comment

La fête de la gastronomie

Ce week-end, c’est la fête de la gastronomie française, inscrite depuis 2010 au patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Fêter la gastronomie, c’est fêter notre culture, nos savoir-faire, notre patrimoine, notre identité. Partout en France, des évènements sont organisés pour nous permettre de découvrir les chefs, les artisans, les équipes qui travaillent avec passion et partager de nouvelles recettes ! Le thème de cette année, « L’amour des gestes et des savoir-faire » exprime toutes les spécificités de la gastronomie française et illustre l’importance de la transmission des traditions et d’un métier, d’une génération à l’autre.
« Parmi les objets qui composent le patrimoine rural, les ressources agricoles et alimentaires dites ” de terroir ” jouent un rôle primordial à différents niveaux : aménagement du territoire, défense des paysages, diversification de l’agriculture, micro-développement ou lutte contre la banalisation du goût. Ces productions agricoles et alimentaires locales d’origine animale ou végétale, transformées ou non, sont surinvesties et fortement manipulées ; elles n’en existent pas moins, dans un contexte technique et économique qui les fragilise chaque jour un peu plus. Ce sont par exemple le poulet de Bresse, le haricot tarbais, le bleu de Gex, le jambon de Bayonne, la châtaigne d’Ardèche ou le cidre du Domfrontais. Loin d’être monolithiques, elles recouvrent des réalités et possèdent des statuts très différents. Certaines relèvent de la sphère domestique, d’autres sont intégrées depuis longtemps dans un réseau marchand. Les unes ont fait l’objet d’une valorisation économique, les autres ont une existence quasi clandestine. »* Laurence Bérard et Philippe Marchenay in Terrain n°24.
Quel impact la valorisation de la gastronomie a-t-elle sur ces différentes productions locales ?

Pour en savoir plus :

indexDes livres :
Campagne de tous nos désirs. Patrimoine et nouveaux usages sociaux. Sous la direction de Michel Rautenberg, André Micoud, Laurence Bérard et Philippe Marchenay.
“Comment renaissent les fromages ? L’époisse, le rocroi, le soumaitrain.” Claire Del fosse et Marie-Thérèse Letablier in Carrières d’objets.

Des articles :
« Lieux, temps et preuves. La construction sociale des produits de terroir », Laurence Bérard et Philippe Marchenay. Terrain, n°24, La fabrication des saints.
« En chair et en chiffres. La vache, l’éleveur et le contrôleur.», Nathalie Joly et Jean-Marc Weller. Terrain n°53, Voir la musique.
« Un produit agricole « affiné » en objet culturel », Muriel Faure. Terrain n° 33, Authentique ?

Sites et Blogs :
La gastronomie française au patrimoine de l’UNESCO
, gastronomie des régions de France, la France des saveurs.

A faire :
La fête de la gastronomie du 26 au 28 septembre 2014.

Posted in Gastronomie | Tagged , | Leave a comment

L’art brut

” C‘est un peu joli, leur truc ! Il paraît que c’est de l’art moderne, un type vachement connu, soi-disant. Moi, quand je suis passé à côté, j’ai cru que c’était quelqu’un qui avait vidé son garage et qui avait tout posé là, pour s’en débarrasser. (…) Il paraît qu’à la municipalité ils voulaient absolument des trucs en fer, en fonte, enfin pas des statues ordinaires, tout ça pour le côté industriel de la commune, la métallurgie, l’usine, tout ça. D’accord, c’est bien. Mais alors, pourquoi ils sont pas allés chercher des types de l’usine ? Parce que j’en connais, moi, des types, chapeau ! Ils font ce qu’ils veulent avec leurs doigts. Des vrais génies. Alors là, eux oui… C’est pas des artistes parce que c’est des ouvriers mais pas loin quoi. Ils ont de l’or dans les mains. Et puis, ce qu’ils font, ça a de la gueule, ça ressemble à quelque chose, tu vois que les types, ils savent ce qu’ils font. J’ai des collègues, franchement, je leur tire le chapeau, je les admire parce que vraiment, c’est des mecs doués. Et c’est pas forcément des mecs qui ont fait des études et tout. Non… Ça leur vient… Ils sont… Ils sont doués, il y a pas d’autre mot. Pas comme l’autre avec son tas de ferraille…”
« L’exposition en question, qui se voulait une mise en scène et une valorisation du passé industriel de cette petite ville, provoqua une très vive émotion au sein de la commune. On ne comprenait pas ces tôles torturées, ces amoncellements de pneumatiques polychromes, ces machines-outils chamarrées auxquelles on avait adjoint quelque appendice insolite, ici une roue de bicyclette, là une clé à molette. Personne ne voulut reconnaître là la moindre trace d’« art ». (…) Car la critique était d’autant plus virulente que beaucoup citaient comme contre-exemple les productions de certains ouvriers qui, elles, recueillaient tous les suffrages. Elles seules auraient mérité d’être exposées, livrées à la connaissance et à l’admiration de tous. Jugement esthétique sans appel qui oppose deux conceptions différentes du « beau », ou du moins du « remarquable ». (…) Sillonnant les environs de cette petite ville métallurgique du Lot-et-Garonne, j’avais repéré quelques réalisations étonnantes : ici une tour Eiffel de deux mètres de haut réalisée avec de très petites planches de bois, là un mur uniquement composé de bouteilles scellées dans du ciment, à la manière de Sam Rodia, et puis deux jardins incroyables, celui de Martial B. et celui de Gillis, aux multiples statues polychromes, hommes et animaux mêlés. Des réalisations dignes de figurer dans Les Cahiers de l’art brut au côté des œuvres de François Portrat, de Louise Fischer et d’autres. (…) La revue Plein Chant n’avait-elle pas précisément consacré un numéro spécial à ces « Excentriques du pays aux bois », situé « aux confins de l’Agenais et du Périgord (débordant) sur le Quercy ». J. Ryczko y présente treize personnages, tels André Perrier, ancien sabotier auteur de figurines de bois, souvent d’inspiration religieuse, Nicolas Ryczko, son père, qui, retraité de l’usine métallurgique où il était ouvrier, a confectionné aussi bien des meubles que des statues, Marc Burc, ce viticulteur qui peupla sa maison d’animaux et de récipients étranges, faits de plâtre polychrome, de coquillages et de débris de vaisselle, mais aussi Emile Ratier, le plus célèbre de ces excentriquesdont les œuvres sont exposées à Lausanne, dans la collection de l’Art brut.  » Véronique Moulinié in Terrain n° 32

Pour en savoir plus :

cartonkatuOK/5• Des articles :
« Des “œuvriers” ordinaires. Lorsque l’ouvrier fait le/du beau… », Véronique Moulinié, Terrain n° 32, Le beau.

• Sites et blog :
Le CrABle poignard subtil.

• A faire : 
“ Sous le vent de l’art brut ”, à la Halle Saint-Pierre jusqu’au 4 janvier 2015, Collection de l’art brut Lausanne, la collection d’art brut au LaM.

Posted in Art brut | Tagged | Leave a comment

Les journées du patrimoine

« Ce sont nos enfants qui nous ont amenés à voir différemment » ; « ce sont nos amis, qui habitent dans les villes voisines, qui nous ont fait remarquer qu’on habitait un endroit magnifique, ils se croyaient en vacances ici. » Martine Bergues in Terrain n°18.
«Ce sont les urbains qui se font une représentation paysagère du rural, les trekkeurs qui paysagent les collines du Népal, les urbanistes qui apprennent aux citadins qu’ils déambulent dans les paysages urbains. En somme, il faut un Autre pour conférer à mon espace la qualité de paysage. Dans cette hypothèse, le regard qui paysage procède d’une attitude de distance critique à l’égard des sites observés ; cette distance critique commande l’adoption d’un point de vue (une prise de hauteur), point de vue sans lequel, précisément, il n’y a pas de paysage. La perception de paysage rentre dans une logique de différenciation sociale et culturelle en fonction de ce mouvement de distance critique qui fait grimper ou non sur un promontoire et contempler d’en haut. » Gérard Lenclud in Paysages au Pluriel.
Cette année, le thème des journées du patrimoine, ” patrimoine culturel, patrimoine naturel ” propose de placer le patrimoine au coeur d’un spectre allant du monument historique aux espaces protégés, en prenant en compte les vastes domaines et espaces naturels abritant du patrimoine, ou encore les éléments naturels eux-mêmes faisant véritablement patrimoine.

Pour en avoir plus :

jep2014• Des livres :
Paysage au pluriel. Pour une approche ethnologique des paysages. Sous la direction de Claudie Voisenat et Patrice Notteghem.
Campagnes de tous nos désirs. Patrimoines et nouveaux usages sociaux. Sous la direction de Michel Rautenberg, André Micoud, Laurence Bérard et Philippe Marchenay.
La Fabrique du patrimoine
. “De la cathédrale à la petite cuillère”, Nathalie Heinich.
Les monuments sont habités. Sous la direction de Daniel Fabre et Anna Iuso.
Domestiquer l’histoire. Ethnologie des monuments historiques. Sous la direction de Daniel Fabre.

Des articles :
« A propos de paysages : compte rendu d’une réflexion collective », Claudie Voisenat, Terrain n° 18, Le corps en morceaux (texte intégral).
« Pays et paysages au marais Vernier (Eure) »
, Martine Bergues, Terrain n° 18, Le corps en morceaux (texte intégral).
“Comment le rustique vint au village. Modernité domestique et domestication de la modernité dans les campagnes roumaines.”, Vintilâ Mihâilescu, Terrain n°57, Mentir.
“Persistances et mutation des dernières sociétés rurales. Le cas du pays Maramures (Roumanie)”. Paul Rasse & Laura Ghinéa, Terrain n°57, Mentir.
“Construire l’avenir. Matérialité, imagerie et politique à Astana (Kazakhstan)”, Vintilâ Mihâilescu, Terrain n°57, Mentir.
“L’Esprit de patrimoine”. Jean-Louis Tornatore, Terrain, n°55, Transmettre.
“Naissance de la Normandie (1750-1850)”. François Guillet, Terrain n°33,
Authentique ? (texte intégral).
“En Guyane : “ ethnologie ” ou “ patrimoine ” ?”. Gérard Collomb, Terrain n°31, Un corps pur (texte intégral).

Sites et Blogs :
Les journées européennes du patrimoine, le réseau des chercheurs sur les patrimonialisations, la fondation du patrimoine, Architecture et patrimoine, le blog de Pelerin, la cité de Carcasonne, liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, les archives du sensible : une autre façon d’explorer un territoire.

A faire :
Le programme des journées européennes du patrimoine les 20 et 21 septembre 2013, Cité de l’architecture et du patrimoine, journée d’étude A la croisée des patrimoines au musée du quai Branly le 19 septembre, télécharger l’application des journées du patrimoine.

Posted in Patrimoine | Tagged , | Leave a comment

Quand la mémoire ressurgit : la rebellion de 1947 à Madagascar

« Quand Albert Zafy, leader des Forces vives, le parti d’opposition, vint à Mahanoro, une petite ville de la côte est de Madagascar, sa visite déclencha d’intarissables commentaires parmi les paysans de la région. Ou plutôt des murmures. C’est Bemaresaka, une femme d’une cinquantaine d’années, qui rompit l’inquiétant silence dans lequel le village s’était réfugié et qui se mit à parler de ce qui se passait : ” Les voilà qui reviennent, ces politiciens, pour embêter les gens. A Mahanoro, ils sont pare-chocs contre pare-chocs ! On est comme des vaches qui ne savent pas où aller ”, ajouta-t-elle en mettant ses mains en cornet pour mimer des oreilles, les faisant pivoter comme celles d’une vache désespérément tiraillée dans des directions différentes. “ Oh, les voilà qui reviennent embêter les petites gens. ” Son mari, le devin Ratsara, intervint alors. “ Vous autres, dit-il, s’adressant à son fils et sa fille, deux adolescents assis non loin de là, vous n’avez jamais vu de combats. Vous ne vous rappelez pas quand les bombardiers français ont survolé Betsizaraina. ” Mais Bemaresaka ne le laissa pas finir son histoire : “ Les soldats français sont arrivés en 47 et ont emmené tous ceux qui étaient au MDRM [Mouvement de la rénovation malgache]. “Inscrivez-vous au MDRM, inscrivez-vous au MDRM”, qu’ils criaient, mais tous ceux qui l’ont fait ont été emmenés et jetés en prison. Le vieux Jean Kaluka a été arrêté et emprisonné à Tamatave, mais Dieu a été bon et il est revenu au pays de ses ancêtres. L’argent que le gouvernement avait promis aux martyrs de 47 n’est jamais arrivé. Et revoilà l’hypocrisie, une fois encore. Je ne vais pas me mêler de politique… On s’était caché des bombardiers dans la forêt et on murmurait aux enfants de ne pas pleurer pendant que les avions tournaient au-dessus de nous. Les Français, ils sont arrivés et ils ont mitraillé la côte. On pouvait les entendre jusqu’à Ifasina ! ” Bemaresaka s’arrêta un instant, donnant ainsi à Ratsara l’occasion de renchérir : “ Pendant notre fuite, on creusait des trous dans le sol. On y cachait les coqs pour que personne ne les entende chanter. ” Il ajouta : “ Les gens d’ici sont devenus comme des bêtes, ils sont peureux. On n’a plus la paix maintenant.
“ Cette conversation eut lieu en novembre 1992. Madagascar était alors en pleine transition, passant d’un socialisme d’Etat contrôlé par le président Didier Ratsiraka à une démocratie pluripartiste. Albert Zafy, son principal adversaire à la présidence, avait récemment honoré la région de sa visite grâce à une libéralisation de la politique électorale. Comme les officiels et les journaux le proclamaient fièrement, Madagascar était sur le chemin de la démocratie, ce qui voulait dire que celui qui serait élu, quel qu’il soit, gouvernerait. Mais les paysans betsimisaraka interprétaient ces changements d’une tout autre manière. La frénésie d’activité politique qui entourait les élections ravivait de vieux souvenirs qui auraient consterné le gouvernement national s’il avait su qu’il y était associé. Au lieu d’interpréter les changements politiques comme un pas vers une démocratie moderne dans une nation indépendante, beaucoup de Betsimisaraka dans la région les associaient à l’un des moments les plus funestes et les plus embarrassants de l’histoire coloniale française : la répression brutale de l’insurrection de 1947 contre le colonialisme, qui fit approximativement 100 000 victimes malgaches, pour la plupart des habitants de la région. Par le prisme sélectif mais cependant intuitif de la mémoire, les Betsimisaraka établissaient un rapport entre un gouvernement qui faisait de gros efforts pour se présenter comme éclairé et le précédent régime colonial, qui s’était révélé hypocrite et, en définitive, violent. » Jennifer Cole in Terrain n°28.

Pour en savoir plus :

VISUEL-GENERIQUE-AFFICHE

• Des articles :
« Quand la mémoire resurgit. La rébellion de 1947 et la représentation de l’Etat contemporain à Madagascar », Jennifer Cole, Terrain n° 28, Miroirs du colonialisme (Texte intégral).
« La psychanalyse au secours du colonialisme. A propos d’un ouvrage d’Octave Mannoni »
, Maurice Bloch. Terrain n° 28, Miroirs du colonialisme (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Observatoire des mémoires, l’actualité de Madagascar,  MadagascarTribune,  toutMadagascar.

• A faire :
La semaine de la mémoire du 15 au 20 septembre 2014, le programme de la semaine.

Posted in Mémoire | Tagged , , , | Leave a comment

Dépêchez-vous d’attendre ou l’attente au quotidien chez les militaires de carrière

« La devise ici : “Mieux courir pour mieux attendre.” Je décode : réveil à 6 h pour un départ prévu vers 13 h. Quelle bande de nains. Je les hais !!! », Lettre d’un conscrit à sa petite amie, datée de 1988.
« Bah au moins, y a un truc réaliste… c’est l’attente dans les vab [véhicule de transport des troupes]… Tu vois Mathias, ça, ils savent le faire. Nous faire nous lever à cinq heures du matin pour nous faire attendre jusqu’à sept heures avant de quitter la fob [base opérationnelle], en Afgha c’est toujours comme ça… », Sergent Beaufils, camp de Canjuers octobre 2012.
« L’époque de la conscription, révolue depuis 2001, a puissamment ancré dans le sens commun l’idée que le quotidien des soldats est fait d’attente et d’ennui, que ces derniers cherchent à occuper. Si dans l’armée du « temps de papa » certains s’ennuyaient à attendre, qu’en est-il dans l’armée devenue entièrement « professionnelle » ? Le rapport au temps de l’engagement est-il le même pour les membres de la troupe que pour les conscrits qui payaient l’impôt du temps ? Pour les professionnels sous contrat qui composent aujourd’hui l’armée, être militaire est un travail. Ce travail consiste d’ailleurs à entretenir constamment leurs « capacités », physiques, techniques et tactiques, en vue d’un déploiement en opération. Le travail quotidien des militaires est ponctué de temps d’attente, que ce soit au quartier ou sur le champ de bataille. [...] Encore aujourd’hui, l’armée jouit d’un droit de préemption sur ses membres. Les hommes de la section sont disponibles en « tout temps et en tous lieux ». Matthias Thura in Terrain n°63.
Quelle est la relation au temps qui se noue entre, d’un côté, un groupe humain spécifique (les militaires du rang) et, d’autre part, une grande organisation qui produit des « capacités de combat » (des soldats et des instruments de guerre articulés ensemble) ?

Pour en savoir plus :

Départ pour une marche d'infiltration. Alignés le long d'une butte, il faut attendre que la colonne d'hommes se forment et se mettent en branle.

Départ pour une marche d’infiltration. Alignés le long d’une butte, il faut attendre que la colonne d’hommes se forment et se mettent en branle.

Un article :
« Dépêchez-vous d’attendre ! Travail militaire et socialisation au combat », Mathias Thura, Terrain n°63, Attendre.

Site et Blogs :
Le ministère de la Défense

Posted in Attendre | Tagged , | Leave a comment

Technoparade : liberté, diversité, rythmicité

La Techno Parade se déroulera le samedi 13 septembre 2014 dans les rues de Paris.
Rap, techno, électro, house, jungle, trip hop… ces styles musicaux font partie du paysage discographique français depuis la fin des années 1990. Comment apparaissent de nouveaux genres musicaux? Que nous disent ces musiques de la société dans laquelle nous vivons ?
“La musique “techno” apparaît en 1988, sous l’impulsion de trois jeunes noirs de Détroit : Juan Atkins, Derrick May et Kevin Saunderson. [...] Leur célèbre formule – ” Notre musique, c’est la rencontre dans un même ascenseur de George Clinton et de Kraftwerk” – fonde la techno sur la collision du funk noir américain le plus torride, chauffé au rouge dans les dancings de Détroit, et de la pop européenne la plus robotique, conçue au même moment (milieu des années 1970) dans leur studio laboratoire par les hommes machines de Düsseldorf”, autrement dit sur “le feu et la glace”, sur “une alliance, a priori contre nature, entre le groove chaud du funk américain et la conception plus froide des Européens”.[...] “Tous nos sons provenaient de l’univers de la mécanique, de l’industrie, des machines, de l’électronique… de l’environnement qui nous a créés en quelque sorte”, affirme l’un d’entre eux (Derrick May, cité in Bara 1999).”* Morgan Jouvenet

Pour en savoir plus :

Home_page_8-1024x682 Un livre :
* Rap, techno, électro… Le musicien entre travail artistique et critique sociale, Morgan Jouvenet.

Des articles :
“Emportés par le mix”. Les DJ et le travail de l’émotion. Morgan Jouvenet, Terrain n°37, Musique et émotions. “L’improvisation musicale et l’ordinateur. Transcrire la musique à l’ère de l’image animée”. Marc Chemillier, Terrain n°53, Voir la musique.

Sites et Blogs :
Le site de la techno-parade, technopol, le magazine Trax.

A faire :
La technoparade le samedi 13 septembre 2014, la Paris Electronic week du 18 au 28 septembre 2014.

Posted in Musique | Tagged , | Leave a comment

Attendre

” Qui n’a jamais attendu ? Ni le félin sa proie, ni le voyageur son train, ni le mystique la grâce. Il est des attentes joyeuses, celle d’une fête qui s’annonce, des attentes angoissantes, celle du condamné dans le couloir de la mort ou, plus trivialement, celle du candidat avant le résultat d’un concours, des attentes humiliantes, celle du demandeur d’asile refoulé pour la énième fois ou, plus frivole, celle de l’amoureux éconduit. Il est des attentes désespérées où l’on ne s’attend plus à rien, comme Vladimir et Estragon attendant Godot, ou, au contraire, des attentes pleines d’espérance, comme celle des âmes du purgatoire. Il est des attentes interminables, insupportables, mettant la patience à bout, suscitant la révolte du prisonnier ou des amants séparés. Il est aussi des attentes agressives, quand on attend « quelqu’un au tournant ». Quelles qu’en soient les manifestations et l’intensité, l’attente implique un rapport singulier au temps mais aussi à l’espace, chaque société et période de l’histoire ayant codifié les manières de faire en attendant. ” Christian Bromberger in Terrain n°63.
Ne l’attendez plus, le nouveau numéro de Terrain est là ! Comment gérer les temps vides, l’ennui, l’inaction? Comment s’organise la vie dans les lieux même de l’attente: prisons, foyers, centres d’accueil, armée, files d’attente? Plutôt que des attentes existentielles, sont examinées dans ce numéro des attentes situationnelles motivées par un but ou l’espoir d’un changement.

Pour en savoir plus :

Couv-small260Des articles :
« Attendre », Christian Bromberger, Terrain n°63, Attendre.
« Groupe et durée. La queue comme groupe social », René Maunier, Terrain n°63, Attendre.
« Le temps dilaté, l’espace rétréci. Le quotidien des demandeurs d’asile », Carolina Kobelinsky, Terrain n°63, Attendre.
« Être le dernier jeune. Les temporalités contrariées des migrants irréguliers », Stefan Le Courant, Terrain n°63, Attendre.
« Dépêchez-vous d’attendre ! Travail militaire et socialisation au combat », Mathias Thura, Terrain n°63, Attendre.
« La file d’attente. Une démarche photographique », Gérard Monnier, Terrain n°63, Attendre.
« Le temps de punir. Gérer l’attente en maison d’arrêt », Yasmine Bouagga,  Terrain n°63, Attendre.
« Que sont devenues les attentes ? Christianismes autochtones (Islande, Féroé, Cap-Vert) », Christophe Pons, Terrain n°63, Attendre.
« Honteux d’attendre. Vouloir devenir invisible (Australie) », Maree Pardy, Terrain n°63, Attendre.

Posted in Attendre | Tagged | Leave a comment