Fresques de salles de garde

« Que le corps et l'apprentissage de la relation au corps de l'autre soient centraux dans la formation des médecins est un fait acquis. En salle de garde, nous avons vu se mettre en place un processus généralisé de régression et d'inversion des normes culturelles habituelles. Nous devrions donc nous attendre à ce que le domaine du corps en fasse également l'objet. Poussons donc à nouveau les portes du domaine des internes pour le vérifier. De fait, sitôt que l'on franchit le seuil, le corps saute littéralement aux yeux à travers les fresques qui ornent les murs. Indiscutablement la sexualité domine la scène, ou plus exactement l'obscénité puisque ici tout est montré. Une obscénité crue, sans retenue, ni censure, qui,, pour être parfois drôle, est souvent violente, agressive. Pourtant, chaque jour, des dizaines d'internes mangent avec appétit devant ces personnages grimaçants, accouplés dans toutes sortes de positions, hommes aux phallus gigantesques, femmes écartelées, voire enfants empalés. Sans doute  peut-on supposer qu'à la longue nos convives ne voient plus la nature d'un décor que dans le même temps certains revendiquent haut et fort comme emblématique. Il faudra la remarque d'un invité, la mine interloquée d'une autre, ou la simple perspective de devoir y emmener leur progéniture y déjeuner, pour que les usagers ordinaires du lieu réalisent brutalement ce qu'il a d'inhabituel. Faut-il croire qu'il s'est agi ici de représenter la réalité ? Les medias, polémiques, n'hésitent pas à le laisser entendre. » Emmanuelle Godeau in L'esprit de corps.

Pour en savoir plus :

couvgodeaucoupée

Cabinet des estampes, BnF

• Un livre : 
L'esprit de corps". Sexe et mort dans la formation des internes en médecineEmmanuelle Godeau.

• Sites et Blogs : 
La fresque polémique, pour vivre le quotidien des internes en médecine : l'alphablog, le blog du cursus médical et le blog du corps.

Posted in Internes en médecine | Tagged , , | Leave a comment

Rire en situation de violence

"On peut rire de tout mais pas avec n'importe qui." Pierre Desproges.

« Dans dix minutes, il sera vingt-trois heures à Alger, l'heure où commence le couvre-feu, quand un citoyen, pressant le pas pour rentrer chez lui, passe près d'un barrage de police. Un des deux policiers en factions le vise et tire sur lui sans sommation, le tuant sur le champ. Médusé, son collègue lui fait remarquer qu'il n'est pas encore vingt-trois heures, heure où la loi les autorise à abattre les personnes en circulation qui n'obtempèrent pas à leurs ordres. Il répond : "je le connais, c'est mon voisin. Il habite loin d'ici. Il n'arrivera jamais chez lui avant minuit."».
Cette blague contribue à "faire mémoire"de la décennie de violence meurtrière qu’a vécue l’Algérie dans les années 1990 et qui fit plus de 60000 morts.
« La dérision est à la fois un signe d’impuissance et un indice de résistance. Impuissance à inverser le cours des choses, mais force de résistance aux multiples effets traumatiques. Le phénomène de la mort généralisée en Algérie a acculé les populations à un principe de réalité se traduisant entre autres par un regard désabusé sur la réalité vécue au quotidien. Au-delà de ces réalités sociologiques en mutation, la dérision, en tant que discours social, signale combien la violence et la mort ont été banalisées. Elle indique surtout que la violence n’est pas systématiquement condamnée. Elle est même quelquefois valorisée en tant que réponse à certaines attentes enfouies. »  Abderrahmane Moussaoui in Terrain n°61.

Pour en savoir plus :

Dessin Fawzi Brachemi

Dessin Fawzi Brachemi

Des articles :
* "Rire en situation de violence. L’Algérie des années 1990", Abderrahmane Moussaoui, Terrain n°61, Rire.

Sites et Blogs :
Les publications de Abderrahmane Moussaoui sur l'Algérie.

Posted in Rire, Violence | Tagged , , | Leave a comment

Gérer l'attente en prison

« La prison est un instrument de sanction par le temps : la sévérité de la sanction pénale se mesure à la durée de la peine, à sa longueur. Pour les détenus, la prison est alors le lieu d’une attente, d’un temps où l’on ne fait rien d’autre que "son temps" : un dispositif d’immobilisation par lequel le sacrifice d’un temps perdu pour les autres activités sociales (familiales, professionnelles, etc.) sert à expier une faute. Pourtant, dans la France contemporaine, la prison prétend aussi réinsérer, faire du temps passé en détention un temps utile de transformation : c’est de là qu’elle tire une légitimité en tant qu’institution d’un projet social.
Alors que la réclusion est souvent envisagée du point de vue de ceux qui la subissent, on propose ici d’interroger l’attente du point de vue des personnels de l’institution : surveillants, personnels de direction et conseillers pénitentiaires, qui ont la responsabilité de la prise en charge des détenus au sein de la prison ; juges de l’application des peines et procureurs qui n’interviennent qu’à la marge mais disposent d’un pouvoir décisionnaire important pour moduler le temps de l’incarcération. Comment ces personnels travaillent-ils à produire l’attente en prison, à la fois comme un temps de disponibilité du détenu sur lequel s’exerce le pouvoir de l’institution, et comme un temps de transformation en vue d’un projet ? À quelles contraintes et contradictions ces personnels sont-ils eux-mêmes soumis ? Pour répondre à ces questions, on envisagera la prison comme un cadre de travail mettant en présence différents types de professionnels assujettis à de fortes pressions organisationnelles, en même temps qu’à des injonctions morales relatives aux missions que l’institution s’assigne. » Yasmine Bouagga in  Terrain n°63.

Pour en savoir plus :

Prison d'Annoeullin, Lille, 2011. (photo B. Chibane / Sipa)

Prison d'Annoeullin, Lille, 2011. (photo B. Chibane / Sipa)

Un article :
« Le temps de punir. Gérer l’attente en maison d’arrêt », Yasmine Bouagga,  Terrain n°63, Attendre.
« Le temps suspendu. Rythmes et durées dans une prison portugaise »
, Manuela Ivone Cunha, Terrain n° 29, Vivre le temps (texte intégral).
*« Sociabilité, "société", "culture" carcérales. La prison féminine de Tires (Portugal) »
, Manuela Ivone Cunha, Terrain n° 24, La fabrication des saints (texte intégral).

Sites et Blogs :
Observatoire international des prisons, conditions de détention et réinsertion.

Posted in Attendre, Prison | Tagged , , , | Leave a comment

En Europe, les nations

« Qu'il s'agisse des nationalismes politiques "occidentaux" inspirés de Rousseau qui supposent l'existence de l'État-nation, ou des nationalismes culturels "orientaux" issus de la pensée herderienne qui précèdent et promeuvent la création de l'État-nation, les études sur la question du nationalisme s'articulent, pour l'essentiel, autour de cinq notions de base : nation, État, peuple, pays, aire linguistique et culturelle. Depuis Ernest Renan elles font comme si le concept de « nation » était coextensif à celui de « patrie » et comme si le patriotisme, en tant que réalité sociale, était réductible au nationalisme. »* Anne-Marie Losonczy et Andràs Zempleni in Terrain n°17.
Ne faudrait-il pas remettre en question l'assimilation implicite de la patrie à la nation et du patriotisme au nationalisme politique ?

Pour en savoir plus :

Le gâteau des rois, tiré au congrès de Vienne en 1815

Le gâteau des rois, tiré au congrès de Vienne en 1815

Des livres :
L'Europe entre cultures et nations.
Sous la direction de Claudie Voisenat et Eva Julien. Limites floues, frontières vives. Des variations culturelles en France et en Europe. Christian Bromberger et Alain Morel.

• Des articles :
* « Anthropologie de la « patrie » : le patriotisme hongrois* », Anne-Marie Losonczy et Andràs Zempleni, Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral).
« Introduction »
, Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral).
« Le nationalisme en apesanteur* », Ernest Gellner, Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral).
« Lumière de Herder », Max Caisson, Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral).
« Un peuple sans patrie », Michael Stewart,Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral).
« L'universel et le relatif », Gérard Lenclud, Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral).
« Un moment de la conscience européenne », Michel Izard, Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral).
« « Un clip vaut Shakespeare » », Jeanne Favret-Saada, Gérard Lenclud et Alain Finkielkraut, Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral).
« Nationalité et nationalisme en Roumanie », Vintila Mihailescu, Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral).
« « Éminemment français » », Jacques Cheyronnaud, Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral).
« Mises en scène du racisme italien », Clara Gallini, Terrain n°17, En Europe, les nations (texte intégral)..

• Sites et Blogs :
Toute l'Europe, la commission européenne, le parlement européen, le portail de l'Union Européenne.

Posted in Europe, Nationalisme | Tagged , , , | Leave a comment

Un pluralisme sans conflits est-il possible ?

Comment construire une société qui affirme à la fois une identité laïque et les institutions religieuses ? Comment gérer la coexistence de cette pluralité ?
« Comment faire coexister des univers singuliers ? Quelle communauté de biens et de valeurs -quel "en-commun"- élaborer dans le temps et l'espace mondialisés ? Parmi les grandes questions qui s'imposent aujourd'hui au débat public, le pluralisme culturel et religieux est perçu comme un enjeu important au sein des sociétés libérales. [...] Ces considérations soulignent l'intérêt sociologique des rencontres interreligieuses de Sant'Egidio. Depuis 1987, la Communauté romaine de Sant'Egidio organise une session intereligieuse annuelle appelée "Prière internationale pour la paix" ou "Rencontre d'Assise" ou encore "Session homme et religions". »* Marie Balas in Terrain n°51.

Pour en savoir plus :

Des articles :
*« Un pluralisme sans conflits. Sant’Edigio : diplomatie et religion », Marie Balas, Terrain n°51, Religion et Politique (texte intégral).
« Religion et politique »
, Élisabeth Claverie, Terrain n°51, Religion et Politique (texte intégral).
« La Vierge, les chrétiens, les musulmans et la nation », Emma Aubin-Boltanski, Terrain n°51, Religion et Politique (texte intégral).
« Des pacificateurs inspirés », Sandrine Lefranc, Terrain n°51, Religion et Politique (texte intégral).

Sites et Blogs :
La communauté de Sant'Edigio.

Posted in Religion et politique | Tagged , , | Leave a comment

Peur et menaces

S'il est une chose universellement partagée, c'est bien le sentiment de peur. Peur de soi, des autres, de la mort, de la douleur, des banlieues, des machines, du chômage, du changement climatique, de la crise, de l'avion, des attentats... Peurs à l'échelle intime ou planétaire... Les raisons et les manières d'avoir peur sont infinies et diffèrent selon les cultures. Les moyens de conjurer la peur aussi...
Générer la peur peut-être un moyen de contrôle extrêmement puissant... Anticiper le danger et lutter contre la peur, un moyen de survie extrêmement efficace.

Pour en savoir plus :

imgres-1• Articles :
"Ethnographier la peur" Monique Jeudy-Ballini et Claudie Voisenat, Terrain n°43, Peur et Menaces (texte intégral).
"Techniques de la menace", Élisabeth Claverie, Terrain n°43, Peur et Menaces (texte intégral).
"Des mots pour faire peur. Lettres de menace à Paris en 1892", Philippe Artières, Terrain n°43, Peur et Menaces (texte intégral).

• Sites et blogs : 
Charlie Hebdo

Posted in Non classé | Tagged , , , | Leave a comment

Le bonheur, si je veux ?

Pour Saint-Augustin c'est de continuer à désirer ce qu'on possède, pour Leo Ferré c'est du chagrin qui se repose, pour Diderot c'est notre seul devoir...
Et pour vous, c'est quoi le bonheur ? Sa définition est-elle universelle ? Est-ce la possession de biens ? Un état de sérénité ? Une vie vécue intensément ? L'absence de malheurs ? Les causes du bonheur sont-elles les mêmes pour tous ? Y a-t-il un bonheur absolu, unique ? Faut-il être conscient de son bonheur pour être heureux ? Sommes-nous égaux face au bonheur ?
La recherche du bonheur est devenue l'une des valeurs centrales de nos sociétés. Il semble légitime de revendiquer pour soi "le droit au bonheur". Est-il possible de dégager à partir de l'extrême diversité des représentations du bonheur, et notamment des moyens censés "rendre heureux" (amours, argent, honneurs, travail, loisirs...)  une représentation claire, un concept précis et opérant du bonheur ?

Pour en savoir plus :

Footballeurs, Picasso 1961

Footballeurs, Picasso 1961

• Un livre :
Ethnologie des gens heureux. Sous la direction de Salomé Berthon, Sabine Chatelain, Marie-Noëlle Ottavi et Olivier Wathelet.

• Sites et Blogs :
L'observatoire international du bonheur (OIB)Le blog de l'OIB, des citations sur le bonheurle bonheur n'est pas l'essentiel ?la psychologie positive, un blog philo.

• A écouter :
Du bonheur !Les nouveaux chemins de la connaissance sur France Culture.

Posted in Bonheur | Tagged , , | Leave a comment

Comment produit-on un saint ?

« En Inde, non seulement les hagiographies mais aussi les saints que l'on rencontre, à la ville comme aux champs, nous invitent à nous demander pourquoi cette société produit ce type de figures charismatiques. Les saints y ont toujours côtoyé d'autres personnages religieux, tels les renonçants dont ils ont essayé de se démarquer, en proposant un enseignement ou même en s'opposant directement au pouvoir des rois ou des prêtres, les brahmanes. En milieu hindou, la sainteté s'oppose à la religion établie, celle du brahmane, puisqu'elle transgresse la hiérarchie.
En Inde, comme en Occident, le saint produit des preuves tout au long de sa vie. Dès son enfance, il témoigne d'une maturité exceptionnelle. Le saint, bien sûr, est souvent persécuté par les brahmanes, ou par son entourage, qui le soumettent à des épreuves, lesquelles, loin de le désorienter, lui permettent de triompher de ses adversaires. Mort ou vif, il produit des miracles. En milieu hindou, le saint et le dieu se situent dans une continuité et il n'est pas nécessaire que l'homme devienne un martyr pour être reconnu comme saint.
A première vue, l'idéal des saints varie selon le contexte sectaire, la région et l'époque où ils vivent. Toutefois, même si les cas de figure sont nombreux et puisent leur inspiration dans différents courants religieux, on peut dire que l'idéal des saints tend au monisme. De nombreux saints pratiquent une religion d'amour et de dévotion, la bhakti, qui ne s'adresse pas toujours à un dieu particulier mais à l'Absolu lui-même. L'accès à la sainteté suppose, bien entendu, un détachement des intérêts de ce monde, présent dans l'idéologie du renoncement. Toutefois, à l'inverse de l'homme ordinaire, le saint n'attend pas un âge avancé pour renoncer au monde et s'adonner à l'ascèse. En d'autres termes, de nombreuses voies mènent à la sainteté. Mais, le plus souvent, la fusion avec le divin est définie comme une étreinte de l'épouse (le dévot) avec son dieu. Ce thème de l'épouse, métaphore du dévot, va nous servir de fil directeur : pourquoi la sainteté est-elle définie comme une aptitude à la féminité ? Et qu'en est-il des femmes, des saintes ? Possèdent-elles par nature ce que l'homme doit acquérir pour poursuivre une vocation spirituelle ? » * Marine Carrin in Terrain n°24.

Pour en savoir plus :

Apparition de Marie à saint Hyacinthe selon Lodovico Carracci.

Apparition de Marie à saint Hyacinthe selon Lodovico Carracci

• Des articles :
« Saintes des villes et saintes des champs. La spécificité de la sainte en Inde », Marine Carrin, Terrain n° 24, La fabrication des Saints (texte intégral).
« L’invention d’un saint. Symbolisme et pouvoir en Castille », Maria Cátedra, Terrain n° 24, La fabrication des Saints (texte intégral).
« Héléna : la sainte du cimetière », Elisabeth Blanc, Terrain n° 24, La fabrication des Saints (texte intégral).
« Faire, défaire et refaire les saints. Les pir chez les Meo d’Inde du Nord », Raymond Jamous, Terrain n° 24, La fabrication des Saints (texte intégral).
« Paraschiva-Vendredi : la sainte des femmes, des travaux, des jours », Claudine Fabre-Vassas, Terrain n° 24, La fabrication des Saints (texte intégral).
« Hagio-graphies. L’écriture qui sanctifie », Jean-Pierre Albert, Terrain n° 24, La fabrication des Saints (texte intégral).
« Sainte comme une image. Thérèse de Lisieux à travers ses représentations », Marion Lavabre, Terrain n° 24, La fabrication des Saints (texte intégral).
« Contestation d’un culte. Le cas de Padre Pio de Pietrelcina », Christopher McKevitt, Terrain n° 24, La fabrication des Saints (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Tous les Saints, dictionnaire des Saints, la vie des Saints.

Posted in Saint | Tagged , | Leave a comment

Les sourds, c'est comme ça

« La fierté d'appartenir à une famille "sourde puissante" est un fait anthropologique, c'est à dire collectif. Il n'est pas incompatible avec des sentiments plus nuancés ou contradictoires lorsqu'il s'agit du désir d'enfant sourd, qui est un fait psychologique, c'est à dire individuel. Ce désir existe : pourquoi les sourds échapperaient-ils à l’aspiration, qui est au cœur de toute communauté de langue et de culture, d'en perpétuer l'existence ? Il fait toujours scandale, et c'est là sans doute que se révèle de la manière la plus éclatante l'opposition entre deux manières de concevoir la surdité, comme handicap ou comme normalité. Toutefois, entre le désir très vif d'avoir un enfant sourd, l'indifférence, l'acceptation résignée et le désir inverse, celui d'avoir un enfant entendant, il existe toute une gamme de sentiments. [...] Parmi les motifs qui font redouter la naissance d'un enfant sourd, il y a bien sûr la stigmatisation sociale de la surdité, et le souvenir des multiples blessures que l'on a soi-même subies : on ne souhaite pas que l'enfant revive ce que l'on a vécu. [...] Quant au trouble qui saisit beaucoup de parents sourds à l'idée d'avoir un enfant entendant, il peut avoir des causes multiples. Outre le désir de perpétuer une lignée et de transmettre un héritage culturel, il y a le fait que la richesse de l'expérience sourde vécue par ces couples s'accompagne souvent d'une maigre expérience des enfants entendants : cet enfant à venir, saura-t-on s'en occuper, répondre à ces demandes ? Sait-on seulement de quoi ont besoin les enfants entendants ? Un tel enfant qui naît dans une famille sourde, c'est un peu "le loup qui entre dans la bergerie." » Yves Delaporte in Les sourds c'est comme ça.

Pour en savoir plus :

Les-sourds_reprint_web_400pixUn livre :
Les sourds c'est comme ça. Yves Delaporte.

Un article :
"Le regard sourd. "Comme un fil tendu entre deux visages"". Yves Delaporte, Terrain, n°30, Le regard.

Sites et Blogs :
La fédération nationale des sourds de France, le portail d'information sur les sourds, le site d'information pour les sourds, la journée mondiale des sourds, l'association MAINS.

A voir :
La famille Bélier, The tribe.

Posted in Sourds | Tagged , | Leave a comment

Etre migrant irrégulier en France

« C’est la mort d’un ami, victime de la répression policière de son association étudiante, qui décide Mamadou Conté à quitter la Guinée. Après une étape au Maroc, il entre en France avec un passeport d’emprunt et découvre très vite la réalité de cette vie d’étranger en situation irrégulière puisqu’il est arrêté et placé en rétention quatre mois après son arrivée. Comme la grande majorité des personnes interpellées, il est libéré après cinq jours d’enfermement.

Je repars de moins que zéro : moins un. Je ne suis même pas encore arrivé à zéro. Parce que pour arriver à zéro, il faut au moins une situation, à partir de là chercher un boulot et chercher un logement. Mais là d’abord tu commences par chercher le point zéro […]. Toi t’es même pas au point de départ. Il faut arriver en situation régulière, où tu n’as pas peur d’être persécuté et tout ça, d’être raflé à longueur de journée alors que tu te promènes. Tu vois, c’est le quotidien que nous vivons. (Mamadou Conté, 27 mars 2011.)

Ne pouvant reprendre ses études interrompues en quatrième année, il assiste à quelques cours à l’université et enchaîne les petits boulots pour tenter de subvenir à ses besoins en attendant une régularisation qu’il espère prochaine. Passé le soulagement d’avoir réussi à entrer en France, la plupart de mes interlocuteurs, comme Mamadou Conté, parlent des premiers temps comme d’un « départ à zéro » où tout reste à faire. Trouver un logement, chercher un emploi et surtout apprendre à se débrouiller dans cette nouvelle vie…» Stefan Le Courant in Terrain n°63,

Pour en savoir plus :

Le Courant 5HDDes articles :
« Le temps dilaté, l’espace rétréci. Le quotidien des demandeurs d’asile », Carolina Kobelinsky, Terrain n°63, Attendre.
« Être le dernier jeune. Les temporalités contrariées des migrants irréguliers », Stefan Le Courant, Terrain n°63, Attendre.

• Sites et blogs : 
La demande d'asile en FranceFrance, terre d'asile, Les cada en FranceLe juge de la Cour nationale du droit d’asile et l’intime conviction, Un article "Immigration, asile" dans Libération.

Posted in Immigration | Tagged , , , | Leave a comment

Le conflit, un moteur au sein des entreprises ?

« L’organisation matricielle substitue au modèle hiérarchique traditionnel le principe d’une coopération horizontale entre différentes autorités (techniques, administratives, organisationnelles…). Interdépendantes, celles-ci sont contraintes de négocier en permanence leurs objectifs respectifs pour aboutir à un résultat (une décision, un produit…) jugé acceptable. [...] L’organisation matricielle procède d’un renversement de paradigme en reconsidérant le statut du conflit dans l’organisation du travail. Dans les organisations classiques issues des modèles mécaniques de Taylor et de Fayol, le conflit est conçu comme un frein, comme un dysfonctionnement, comme le détournement d’un cheminement idéal. Il apparaît comme la partie malade dans un corps sain, ce qui appelle des méthodes et des techniques de traitement et de résolution par l’éradication. A l’inverse, l’organisation matricielle appréhende le conflit comme un phénomène inéluctable et comme une modalité de la socialisation. Loin d’être une rupture de la relation, le conflit en est une forme. C’est à partir de cette compréhension du conflit que peut se développer une structure politique basée sur le principe de dépendances réciproques, donc de coopérations et de négociations permanentes d’intérêts contradictoires autour d’objets irrémédiablement communs. [...] Le conflit est présenté comme une situation positive, souhaitable et même désirable. Ce n’est pas un affrontement, c’est une confrontation positive des avis, positive car tournée vers l’objectif de l’entreprise. Ce n’est pas une compétition entre individus, c’est un partage d’informations et de points de vue pour une recherche commune de la meilleure décision. C’est la prise en compte de contraintes d’autrui, grâce à une bonne communication interpersonnelle

Pour en savoir plus :

Décollage du lanceur Ariane 506

Décollage du lanceur Ariane 506

Un article :
"« On ne sait plus qui est le chef. » Travailler et diriger dans l’industrie spatiale", Nicolas Flamant. Terrain n°39, Travailler à l’usine.

Sites et Blogs :
Juri-travail, de nouveaux cadres mis en examen chez France Telecom.

Posted in Travail | Tagged , , | Leave a comment

La "glocalisation" du beau ?

« Les concours de beauté internationaux ne se contentent pas de prospecter de juvéniles beautés « naturelles » au service de l’humanité affligée. Ces femmes ne sont ni des archétypes esthétiques, ni les émanations d’un canon universel. Elles incarnent le patron indigène idéal que veulent afficher les nations sur la scène du beau international ; « Ambassadrices de charme », répète-t-on à l’envi. Chacune est présélectionnée comme la représentante d’un pays – icône nationale ou drapeau, comme le fut et le reste Marianne dans l’histoire de France (Agulhon 1992). Chaque Miss est le pattern d’une culture à destination de la consommation de masse d’un beau standardisé à prétention cosmopolite. Le défilé de cette société des nations donne à voir la gamme des types esthético-ethnico-érotiques possibles, encore qu’arasés par une « éloquence de la face » – définition du maquillage, selon Baudelaire – et un moulage du corps conçus par l’Occident. L’Europe, l’Afrique, l’Océanie, l’Amérique, l’Asie exposent ainsi annuellement leurs Barbie comme autant de fétiches nationalistes sexy. Afin de souligner leur caractère « authentique », ces clairs échantillons d’une « ethnicité nationale » arborent souvent quelques accessoires ad hoc. Tout leur être est le produit d’une négociation préalable entre jurés du pays d’origine sur les critères qui caractérisent la beauté locale, à savoir cette distinction digne d’être exportable pour être internationalement reconnue. » Jackie Assayag in Terrain, n°32

Pour en savoir plus :

Articles :
« La « glocalisation » du beau », Jackie Assayag, Terrain, n°32, Le beau (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Projet Before/after d'Esther Honig : les canons de beauté en fonction des pays, un article dans L'express, l'historique du concours Miss Monde.

• A voir :
Fashion mix au Musée de l'Histoire de l'Immigration, jusqu'au 31 mai 2015.



Posted in beau, Beauté | Tagged , , , | Leave a comment

L'esprit de famille en Corse

« Dans le discours, la famille nioline ne se définit pas par la vie en commun, le travail partagé, la consommation collective, mais par des liens de parenté qui apparaissent comme un donné aussi « naturel » que déterminant (d’une ronce qui s’accroche, on dit qu’elle manifeste sa parenté : apparintevule). On peut ainsi entendre un certain nombre de témoins, étrangers à la Corse, exprimer un étonnement qui, malgré ou précisément à cause de la naïveté de la formulation, acquiert une certaine valeur. Tel, au début du xixe siècle, Joseph Lavallée (1792-1802) qui a parcouru les départements du Liamone et du Golo : « Le moins estimé parmi les Corses est celui qui a le moins de parents. Ils parlent avec orgueil de leur nombreuse famille, ils conservent précisément la mémoire d’une longue filiation d’aïeux. Ils énumèrent la quantité de frères, de gendres, de neveux que leurs ancêtres ont eu » ; ou son contemporain Gabriel Feydel (1798) : « La seule science dont s’occupent les Corses est celle des généalogies. Chacun y sait combien il a de parents mâles jusqu’au quatrième degré et même au-delà et quelles sont dans le pays les familles qui lui sont apparentées » ; ou encore Louis Adolphe Blanqui (1841) parlant de "la vive tendresse qui unit dans une famille corse tous les membres les plus éloignés jusqu’aux arrière-petits cousins. Point de salut hors de la famille !" »* Gérard Lenclud in En Corse.

Pour en savoir plus :

6wI9S_PuBbn3kGyN3CwY-dq8uiNgbhF0hEIQWzrWkHNiSEAyefGmZqq-FbwVsRQlUsLy7QI6kvSoSJw38Tcq1ZEGzY40XsU=s0-d-e1-ft• Un livre :
* En Corse, une société en mosaïque. Gérard Lenclud.

• Un article :
« S’attacher. Le régime traditionnel de la protection en Corse », Gérard Lenclud, Terrain n° 21, Liens de pouvoir.

Sites et blog :
Revue espace-temps, corsicamania, journée mondiale de la Corse, l'association corsicadiaspora.

A voir :
L'esprit de famille en Corse aux Ateliers Varan.

Posted in Corse | Tagged , , | Leave a comment

La frontière homme-animal

« Dans leur quête d’une essence de l’humanité, les philosophes occidentaux ont commis une erreur fondamentale. Au lieu de se demander : « En quoi les humains sont-ils des animaux d’une espèce particulière ? », ils ont retourné la question :  "En quoi les humains diffèrent-ils des animaux ?" Une fois la question posée ainsi, l’humanité n’apparaît plus comme une catégorie de l’animalité  ; au contraire, l’idée que les humains sont d’une autre espèce que les animaux élève l’humanité à un niveau d’existence totalement supérieur à celui des "simples animaux". Sur ce point, je crois que les adultes vezo seraient tout à fait d’accord avec les philosophes occidentaux. En fait, l’idée que les humains appartiennent à un niveau d’existence vraiment supérieur semble être si convaincante et si morale que les gens trouvent difficile qu’on leur demande de se comparer à des animaux. Toutefois, dans leur bavardage moralisateur sur les gens qu’ils connaissent bien (comme leurs voisins ou leurs enfants) et dans leurs explorations des manières de vivre de gens plus lointains qu’ils n’ont jamais rencontrés (comme les Mikea), les adultes vezo évoquent et spéculent sur la frontière qui sépare les humains des animaux. Ainsi faisant, à la question implicite : "En quoi les humains diffèrent-ils des animaux ?", ils répondent implicitement : les tabous. Tout simplement, alors que les humains respectent toute une série de tabous, les animaux ne le font pas. » Rita Astuti in Terrain n°34.

Pour en savoir plus :

56af2033ea Des articles :
* « Les gens ressemblent-ils aux poulets ? Penser la frontière homme-animal à Madagascar », Rita Astuti, Terrain n°34, Les animaux pensent-ils ? (texte intégral).
“Et si le lion pouvait parler… Enquêtes sur l’esprit animal”
, Gérard Lenclud, Terrain n°34, Les animaux pensent-ils ? (texte intégral).
“L’animal intentionnel”, Joëlle Proust, Terrain n°34, Les animaux pensent-ils ?
“Raison humaine et intelligence animale dans la philosophie grecque”
, Jean-Louis Labarrière, Terrain n°34, Les animaux pensent-ils ? (texte intégral).

• Sites et Blogs :
Homme-animal, les frontières s'estompent.

A faire :
Colloque "L'homme-animal dans les arts visuels" les 9 et 10 décembre au Musée du Quai Branly.

A voir :
L'homme et l'animal, quand la frontière disparaît.

Posted in Madagascar | Tagged , , , | Leave a comment

La salsa : métissage musical

« L’histoire musicale de Cuba peut nous renseigner sur les possibilités d’identification que la salsa, cette forme de danse et de musique d’origine cubaine apparue à New York vers la fin des années 60, offre tout autant aux Africains qu’aux Européens. [...] Théâtre de multiples vagues d’immigration, Cuba élabore un folklore sonore d’une extraordinaire richesse, grâce à l’apport de plusieurs traditions musicales. Après la découverte de l’île, en 1492, les premiers musiciens de la Conquête transfèrent au Nouveau Monde leur patrimoine poétique et musical. Les Noirs, provenant des côtes nigériennes, déplacés en Amérique comme esclaves, ont le don d’assimiler et de transformer ce matériel sonore, tout en lui imprimant, grâce à leur propre culture, un caractère nouveau. Les premiers groupes d’Africains qui débarquent à Cuba (Abakwa, Congos, Arara, mais surtout Yoruba) amènent avec eux les chants et les rythmes de leur terre d’origine. De la même manière que la rencontre entre le panthéon de dieux africains exaltés par la voix des tambours yoruba et le catholicisme imposé aux esclaves par les Espagnols engendre la Santeria, deux cultures musicales se rencontrent à Cuba pour donner lieu à des genres musicaux inédits. Aussi, le processus de créolisation qui débute dès le xvie siècle est accompagné par la naissance d’instruments qui ne sont plus ni européens ni africains mais propres à l’univers caraïbe, mulâtre ou métis. L’influence française, elle, se fait sentir plus tard. A la suite de l’insurrection des esclaves noirs de Saint-Domingue, en 1793, la Convention nationale française abolit l’esclavage dans les colonies. Une partie des colons français, suivis par leurs domestiques les plus fidèles, trouvent alors un refuge sur la côte orientale de Cuba, et particulièrement à Santiago, où ils importent des danses telles que le menuet, le passe-pied, la gavotte et, surtout, la contredanse. Cette dernière a un succès inouï dans l’île. Transformée en contradanza cubana, elle donne lieu à la danza puis au danzón, danse avec couples enlacés, à la différence de la contradanza qui est une danse à figures. Jusqu’aux environs de 1920, le danzón est considéré comme la danse nationale de Cuba. Dans les années 20, La Havane est envahie par le son, grâce auquel les percussions africaines, jusqu’alors confinées dans les quartiers pauvres habités par les Noirs, acquièrent une valeur universelle. Cette musique traditionnelle, populaire, d’origine africaine est à la base de la salsa qui se développe dans les quartiers hispanophones (barrios) de Manhattan, du Bronx ou de Brooklyn, en bénéficiant de l’apport fondamental des musiciens portoricains expatriés à New York. Le mot salsa (littéralement "sauce") indique parfaitement ce mélange d’influences (andalouses, françaises, africaines, new-yorkaises, portoricaines) qui "… à la chaleur de l’invention rythmique du noir… se fondent pour donner naissance à de nouveaux corps". » Déborah Puccio in Terrain n°35.

 Pour en savoir plus :

affiche• Des articles :
« Sous le signe de la salsa. Les danses latino-américaines à Toulouse », Deborah Puccio, Terrain n° 35, Danser.

• Sites et Blogs :
Salsa in Cuba, mundo-latino.

• A faire :
Journée internationale pour l'abolition de l'esclavage.

Posted in Danse | Tagged , , | Leave a comment