La voix

« Tous les soirs j’avais peur et j’étais fragile de manière différente. Je me sers de la peur pour interpréter mes personnages dans lesquels je mets toujours une part de souffrance, même lorsqu’il s’agit de rôles comiques » Nathalie Dessay citée in Terrain n°37*.
L’art lyrique n’existe que par et pour l’émotion et le patient labeur de la technique vocale qui façonne le corps du chanteur a pour finalité la transmission des émotions, c’est-à-dire leur expression. Le travail de la technique construit une voix, un corps ; il permet au chanteur de mettre à distance, de maîtriser ses propres émotions tout en les utilisant, en les réintégrant à son chant. Dans la riche partition des émotions lyriques, la peur semble jouer un rôle central : ne serait-elle pas, finalement, l’émotion fondamentale de l’art lyrique ? Une matrice en quelque sorte de toutes les émotions ? La technique sert à conjurer mais aussi à utiliser cette peur pour faire surgir et transmettre d’autres émotions.

Pour en savoir plus :

indexDes articles :
* « Lyriques apprentissages. Les métamorphoses de l’émotion »
, Anne Paradis, Terrain n° 37, Musique et Emotion.
« La voix d’Elvis… »
, Gabriel SegréTerrain n° 37, Musique et Emotion. http://terrain.revues.org/1300 ; DOI : 10.4000/terrain.1300

Sites et Blogs :
L’opéra de Paris, l’art lyrique français, la voix humaine, Science et voix.

• A faire :
Journée mondiale de la voix.

Posted in Chant | Tagged , , , | Leave a comment

Imaginaires archéologiques

« “Il est bien possible que l’archéologie soit en elle-même une discipline assez bizarre”, écrivait Wilhelm Jensen dans Gradiva. Même si dans la réalité professionnelle cette étrangeté est aujourd’hui diluée par des pratiques de plus en plus techniciennes et parcellisées, l’image de l’archéologie n’en reste pas moins travaillée par l’idée que cette discipline repose sur une interaction singulière entre le réel et l’imaginaire. Tout d’abord parce que l’archéologie est une science de l’exhumation (des hommes, des objets et des civilisations) aisément interprétable comme une tentative de dépasser l’irréductible altérité qui sépare les morts des vivants. De fait, cette exhumation semble toujours
marquée du sceau du sacrilège, comme si ces réalités perdues n’étaient en fait pas destinées à être portées à la connaissance, comme si, ouvrant une brèche entre deux mondes, leur mise au jour faisait trembler les limites de notre réalité. Ensuite parce qu’elle est une science de l’enquête et de la reconstitution, de la réécriture de l’Histoire, où une fois encore les limites entre la réalité et la fiction demeurent floues, où le soupçon de falsification est omniprésent, comme semble le prouver la surabondance des controverses qui accompagnent les découvertes. L’archéologue est un producteur d’histoire: une histoire dont il exhume les témoins et qu’il reconstitue par un processus d’interprétation délicatement négocié, au moyen de toutes sortes de techniques dont la moindre n’est pas l’expérimentation. C’est dans son corps, en taillant des silex, en reproduisant les techniques de fonte des métaux, en découpant les animaux avec des couteaux de pierre que l’archéologue apporte parfois la preuve qu’il avait pensé juste. Ou, plus exactement, la réalité archéologique émerge de ce dialogue entre le geste et la pensée. C’est dire la complexité de la négociation permanente entre ce que l’on trouve, ce que l’on imagine et ce que l’on affirme. »* Claudine Voisenat in Imaginaires archéologiques.

Pour en savoir plus :

© Jean-François Peiré (Drac Midi-Pyrénées)

Un livre :
* Imaginaires archéologiques. Sous la direction de Claudie Voisenat.

Des articles :
« Les rythmes du feu. Néolithique,  », Pierre Pétrequin et Anne-Marie Pétrequin, Terrain n°19, Le Feu.
« Faux et authenticité en préhistoire », Claudine Cohen, Terrain n°33, Authentique ?
« Les savoir-faire : une très longue histoire », Jacques Pelegrin, Terrain n°16, Savoir-faire.
« Bonne fouille ne saurait mentir ? »
, Claire Besson, Dorothée Chaoui-Derieux et Bruno Desachy. Terrain n°57, Mentir.

Site et Blog :
Visite virtuelle de la Grotte Chauvet, la réplique de la Grotte en 12 images, la caverne du Pont d’Arc, le guide de l’Ardèche Portail archéologique, sites de fouille, l’institut national de recherches archéologiques, les abris sculptés de la Préhistoire, Hominidés : les évolutions de l’homme, le site de Lascaux, tout archéologie, pôle préhistoire, les imaginaires archéologiques.

• A faire :
La réplique de la Grotte Chauvet

Posted in Archéologie | Tagged , | Leave a comment

Création de supervirus : avancée de la recherche ou risque inutile ?

 « Pourquoi faut-il construire de grands consortiums regroupant une quinzaine de laboratoires pour comprendre des microbes comme les virus ? Comment l’anthropologue, doté de la seule méthode ethnographique, peut-il enquêter sur ces relations entre des « grands êtres » et des « petits êtres » ? Qu’est-ce qui se donne à voir et à entendre dans ces arènes où les scientifiques semblent d’abord occupés à entretenir leurs réseaux et à gérer de l’argent public ? Le projet « Antigone » (Anticipating the Global Onset of New Epidemics) a été financé à hauteur de douze millions d’euros par la Commission européenne pour une période allant de 2011 à 2016. Rassemblant une quinzaine de laboratoires de microbiologie européens (notamment en Allemagne, Espagne, France, Grande-Bretagne, Grèce), il est piloté par Thijs Kuiken au centre médical Érasme de Rotterdam. Le but de ce projet est de comprendre les mécanismes par lesquels les agents pathogènes franchissent les barrières entre espèces pour devenir pandémiques dans la population humaine. […] Le projet Antigone conduit ainsi à poser une question fondamentale pour la microbiologie : comment les bactéries et les virus acquièrent-ils cette double caractéristique de contagiosité et de létalité qui a produit les grandes pandémies ? » * Frédéric Keck in Terrain n°64.
A partir de la controverse qui eut lieu en 2011-2013 autour de la mutation du virus de grippe H5N1, le rendant transmissible entre mammifères, on peut s’interroger sur des questions de biosécurité, en invoquant la possibilité d’un usage terroriste ou d’une échappée accidentelle du virus mutant, modifié en laboratoire.

Pour en savoir plus :

Virus de la grippe pandémique A (H1N1)

Virus de la grippe pandémique A (H1N1)

Des articles :
* « L’alarme d’Antigone », Frédéric Keck, Terrain n°64, Virus.
 « Virus », Nicolas Auray et Frédéric KeckTerrain n°64, Virus.
« Dr Popp et la disquette Sida », Antonio A. Casilli, Terrain n°64, Virus.
« L’invisible et le clandestin  », Nicolas Auray, Terrain n°64, Virus.
« Bricoler le vivant dans des garages », Morgan MeyerTerrain n°64, Virus.
« Réimaginer des communautés ? », Charlotte Brives et Frédéric Le Marcis, Terrain n°64, Virus.
« Vade retro virus », Thierry Bardini, Terrain n°64, Virus.

• Sites et Blogs :
Le projet Antigone
(en anglais), la controverse autour du virus H5N1.

• A faire :
Présentation du numéro par les  contributeurs le jeudi 9 avril à 18h30 au salon de lecture Kerchache au Musée du quai Branly.

Posted in Virus | Tagged , , | Leave a comment

Morts et vivants : un réseau de solidarité

« Une informatrice islandaise déclarait un jour : “Mais pourquoi des étrangers font-ils tout ce chemin pour venir poser des questions aussi bêtes ? C’est comme si moi j’allais en France pour interroger les gens sur… sur ce plateau de fruits par exemple ! Que peut-on bien en dire ? C’est un plateau rond, de couleur blanche avec deux pommes et trois bananes à l’intérieur ! Et après ? Il y en a dans toutes les maisons, des plateaux comme ça, et pas seulement en Islande ! Est-ce que ça vaut la peine de faire des milliers de kilomètres pour ça ? Non ! Eh bien quand tu viens nous poser des questions sur les morts et je ne sais quoi d’autre, ça revient à la même chose ! Il y a des morts dans toutes les maisons comme il y a des plateaux avec des fruits… Qu’est-ce qu’on peut bien te dire de plus ? D’ailleurs, tu sais, les gens sont très étonnés ici de voir quelqu’un qui pose ce genre de questions, et ils se disent que t’es vraiment bizarre.” » Christophe Pons in Terrain n°38.
Dans la société islandaise, les morts font pleinement partie de l’espace social des vivants : ils peuplent les foyers domestiques de leurs descendants. Ce « partage des lieux » se manifeste notamment par l’habitude, revendiquée par les Islandais, de rencontrer les morts. Des réseaux de solidarités se tissent ainsi entre les communautés de vivants et de morts. Un système généralisé d’échanges se dévoile : celui-ci procède par une coopération des morts et des vivants qui s’inscrivent mutuellement dans leurs communautés respectives.

Pour en savoir plus :

Un temple islandais construit au coeur du cimetière. Entre Noël et le jour de l'an, toutes les tombes sont rituellement illuminées.

Un temple islandais construit au cœur du cimetière. Entre Noël et le jour de l’an, toutes les tombes sont rituellement illuminées.

Des articles :
* « Réseaux de vivants, solidarités de morts » Christophe Pons, Terrain, n°38, Qu’est-ce qu’un événement ?
« Thanatos et Eros. Les morts au service des relations amoureuses dans la religion palo monte (Cuba) »
, Katerina Kerestetzi, Terrain  n°62, Les morts utiles
« Les morts utiles »
, Vinciane Despret, Terrain n° 62, Les morts utiles.

« En aparté avec les morts… »
, Pascale Trompette et Sandrine Caroly, Terrain n°43, Peurs et menaces.
« L’oubli des morts et la mémoire des meurtres », Anne Christine Taylor, Terrain n°29, Vivre le temps (texte intégral).
“La mort et la conception de la personne”, Maurice Bloch, Terrain n°20, La mort (texte intégral).
“Mauvaises morts, prêtres impurs et pouvoir récupérateur du chant. Les rituels mortuaires chez les Tsiganes de Hongrie”, Michael Stewart, Terrain n°20, La mort (texte intégral).
“La maison du pendu. Le suicide chez les vaqueiros des Asturies”, Maria Cátedra, Terrain n°20, La mort (texte intégral).
“La mort en images”, Francesco Faeta, Terrain n°20, La mort (texte intégral).

Sites et Blogs :
Ces morts qui soutiennent les vivants” et  “les rituels funéraires 2.0″ dans Le Monde.

Posted in Mort | Tagged , , , , , , , | Leave a comment

Le musée et le champ urbain

« L’émergence de ce nouveau domaine de l’ethnologie que constitue le « champ urbain » interpelle à plus d’un titre le conservateur du musée d’ethnologie : comme ethnologue certes, appelé à reconsidérer son action en fonction de cet élargissement notable de l’objet et du terrain d’exercice de la discipline ; mais plus encore peut-être comme intervenant culturel dans la société, confronté à un mouvement (que l’on nommera demande sociale ou aspiration collective, c’est selon) au terme duquel semble s’établir un véritable transfert, vers le milieu urbain, des valeurs naguère attachées au milieu rural. Le muséologue est en effet particulièrement bien situé pour constater que la sensibilité et le goût du public pour le vieil objet, la photo jaunie et le souvenir des anciens, sont en voie de s’appliquer à la ville, à l’usine ou au bistrot. […] Quel inventaire doit-on dresser pour tenter une représentation muséale de la diversité urbaine ? La multiplicité des individus, des groupes et des communautés, des situations sociales, des modes de vie, des activités, etc., et sans doute cette propension à la « distinction » sociale qui caractérise la population urbaine, font de ce milieu un véritable complexe de situations dans lequel toute sélection devient vite aléatoire et s’apparente à un choix empreint de subjectivité. Quelle ville doit-on considérer et quelle image de la ville doit-on étudier et éventuellement s’efforcer à conserver ?[…] Peut-être doit-on dresser des relevés graphiques précis d’une cabine téléphonique, sous sa « patine » de graffiti et de déprédations diverses, pour évoquer ce que l’on nomme désormais le mobilier urbain. Mais ce choix, déjà délicat et hasardeux, se révèle plus difficile encore dès lors qu’il s’agit de retenir des objets censés circonscrire un domaine d’étude déterminé. Ainsi, par exemple, quels éléments sélectionner dans un appartement citadin pour conserver le meilleur témoignage d’un mode de vie particulier ? S’arrêtera-t-on au radio-réveil, à la friteuse électrique, au rasoir jetable ? Le jeu pourrait être sans fin — et mériterait d’être nommé le « jeu du conservateur » — et, outre son caractère dérisoire, ne reçoit jamais de réponse satisfaisante. » *Jean-Pierre Laurent et Jean Guibal in Terrain n°3.

Pour en savoir plus :

article• Un livre :
Le goût des belles choses. Ethnologie de la relation esthétique. Sous la direction de Véronique Nahoum-Grappe, Odile Vincent.

Un article :
*« Le musée d’ethnologie et le « champ urbain » », Jean-Pierre Laurent et Jean GuibalTerrain n°3, Ethnologie urbaine.

• Sites et Blogs :
Cellograf, Graffitiart, Cité de l’architecture et du patrimoine, Ecomusée de Saint-Quentin en Yvelines.

A voir :
Quinze artistes s’expriment sur les vitrines des Bons-Enfants, du 3 au 26 avril 2015 au ministère de la Culture et de la Communication, Street Art à Fontenay jusqu’au 18 avril 2015.

Posted in Patrimoine | Tagged , , , | Leave a comment

La maroma mexicaine : patrimoine ou “cirque indigène” ?

« Claude Lévi-Strauss, dans son “Introduction à l’oeuvre de Marcel Mauss” , souligne la place et l’intérêt de l’étude des pratiques corporelles et circassiennes :  “Il s’agit là d’un patrimoine commun et immédiatement accessible à l’humanité tout entière, dont l’origine plonge au fond des millénaires, dont la valeur pratique restera toujours actuelle”. De nos jours, les arts et techniques du corps sont au cœur du phénomène global de la patrimonialisation culturelle et des débats qui en découlent.
La maroma (corde épaisse utilisée par les marins) a donné son nom à une expression spectaculaire, rituelle et festive pratiquée par des groupes d’artistes-paysans indigènes et métis dans les régions rurales du Sud du Mexique. Le “spectacle” inclut des danseurs de corde, des clowns, des trapézistes, des musiciens, et s’effectue en général à l’occasion de festivités communautaires. Actuellement, les collectifs de maromeros sont à la fois pris dans des processus de patrimonialisation et de “cirquisation”. Ce dernier s’instaure à partir de l’autodéfinition des collectifs de maromeros en tant que “cirque indigène” et de la revendication de cette tradition indigène par des cirques classiques qui souhaitent asseoir leur réputation. » Charlotte Pescayre in Terrain n° 64.
Quelles sont les transformations esthétiques, sociales et culturelles engendrées par ces différents processus au niveau local ?

Pour en savoir plus :

Pescayre 6HD• Un livre :
Le patrimoine culturel immatériel. Enjeux d’une nouvelle catégorie. Sous la direction de Chiara Bortolotto.

Un article :
* « La maroma mexicaine contemporaine : patrimoine ou ″cirque indigène″ ?»
, Charlotte Pescayre, Terrain, n° 64, Virus.

• Sites et Blogs :
La liste du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCOle réseau des chercheurs sur les patrimonialisations.

 

Posted in Patrimoine | Tagged , , | Leave a comment

Traitement précoce du VIH en Côte d’Ivoire

« En 1990, l’introduction des antirétroviraux a constitué un changement majeur dans la lutte contre l’épidémie de VIH sur le continent africain, modifiant les rapports entre les individus et le virus dont ils étaient porteurs. Si les individus séropositifs se vivaient ou étaient perçus comme victimes de la pandémie ou des violences structurelles, la médicalisation de la prévention depuis 2008 apparaît comme une autre évolution importante car elle implique la mise sous traitement précoce de patients pourtant asymptomatiques. En effet, si les outils de prise en charge thérapeutique reposaient jusqu’alors sur une logique strictement curative, les nouveaux outils de prévention, dont la mise sous traitement précoce, visent à l’éradication pure et simple du virus par une médicalisation toujours plus forte. Il ne s’agit plus pour les malades constitués en communautés politiques d’exiger un traitement, mais pour le pourvoyeur de soins d’identifier les porteurs de virus et de les faire entrer dans une communauté du soin, quelle que soit leur expérience de la maladie. La mise sous traitement précoce suppose en effet la prise de médicaments aux effets secondaires importants, les antirétroviraux, alors qu’aucun signe clinique ne témoigne de la condition de malade. » Charlotte Brives et Frédéric Le Marcis in Terrain n°64
Quelles sont les conséquences anthropologiques et politiques de la mise sous traitement précoce ? Comment ces essais cliniques modifient-ils le rapport des patients au virus, à eux-mêmes et aux autres ?

Pour en savoir plus :

Prudence Condom AdvertisementDes articles :
*« Réimaginer des communautés ? », Charlotte Brives et Frédéric Le Marcis, Terrain n°64, Virus.
« Virus », Nicolas Auray et Frédéric KeckTerrain n°64, Virus.
« Dr Popp et la disquette Sida », Antonio A. Casilli, Terrain n°64, Virus. « 
L’invisible et le clandestin
 »
, Nicolas Auray, Terrain n°64, Virus.
« L’alarme d’Antigone », Frédéric Keck, Terrain n°64, Virus.
« Bricoler le vivant dans des garages »
, Morgan MeyerTerrain n°64, Virus. « Vade retro virus », Thierry Bardini, Terrain n°64, Virus.
« D’un mirage, l’autre », Jean-Pierre Piniès, Terrain n°64, Virus. 
« La muse de l’anthropologie américaine »
, Amalia Dragani, Terrain n°64, Virus.
« Traverser sur un fil », Charlotte Pescayre, Terrain n°64, Virus.

• Sites et Blogs :
ANRS, OMS, ONUSIDA.

• A faire :
Présentation du Terrain n°64, Virus, le jeudi 9 avril à 18h30 au salon de lecture Kerchache au Musée du quai Branly.

Posted in Sida, Virus | Tagged , , , | Leave a comment

Les métiers d’art

« Nous ne doutons pas sérieusement que la réussite d’un mets ne tienne à un élément du même ordre que les autres : mais la ténuité en est si subtile, et perceptible à des terminaisons sensorielles si déliées que son rôle dans l’impression d’ensemble paraît négligeable ; ce n’est pas un facteur mystique, c’est une question de milligramme. » Jankélévitch, 1980.
C’est ce « presque rien », pour paraphraser Jankélévitch, qui aux dires des gens de métier ferait l’efficacité du geste technique. « Cet “acte traditionnel efficace” ne se dit ni ne se montre ni donc bien souvent ne se transmet explicitement mais se sent, s’incorpore, se vit au jour le jour, s’exprime dans le milligramme du cuisinier, le “nez” du parfumeur, la dextérité du tronçonneur, ou l’oreille du fondeur de cloches, et que l’on nommera parfois le “tour de main”, le  “vice” et, le plus souvent, le savoir-faire…. » * Denis Chevallier in Terrain n °16.

Pour en savoir plus :

 

d2-1398• Des livres :
Savoir faire et pouvoir transmettre. Transmission et apprentissage des savoir-faire et des techniques. Sous la direction de Denis Chevalier.
La transmission des savoirs. Geneviève Delbos et Paul Jorion.

Des articles :
*« Des savoirs efficaces », Denis Chevallier, Terrain n°16, Savoir-faire (texte intégral).
« La cité aromatique. Culture, techniques et savoir-faire dans les industries de la parfumerie grassoise », Paul Rasse, Terrain n°16, Savoir-faire (texte intégral).
« Cloches, grelots et sonnailles. Elaboration et représentation du sonore », Pierre Laurence, Terrain n°16, Savoir-faire (texte intégral).
« La volaille de Bresse : un “objet parfait” », Sandra Frossard-Urbano, Terrain n°16, Savoir-faire (texte intégral).
« Savoir-faire, savoir-mesurer. La conserverie nantaise », Phanette (de) Bonnault-Cornu et Roger Cornu, Terrain n°16, Savoir-faire (texte intégral).
« Travailler le vison. Les fourreurs “français” et “grecs” »Terrain n°16, Savoir-faire (texte intégral).
« Être ouvrier de la Navale à Marseille. Technique(s), vice et métier », Jean-Louis Tornatore, Terrain n°16, Savoir-faire (texte intégral).
 « Les savoir-faire : une très longue histoire », Jacques Pelegrin, Terrain n°16, Savoir-faire (texte intégral).

Sites et Blogs :
Institut National des Métiers d’Art, les Ateliers de Paris.

• A faire :
Les journées européennes des métiers d’art les 27, 28 et 29 mars 2015, “L’innovation à coeur, la révolution des savoir-faire” du 27 mars au 23 mai aux Ateliers de Paris.

Posted in Savoir-faire | Tagged , , | Leave a comment

Le salon du livre

« L’étymologie des mots servant en Europe à nommer les livres, l’écriture et les documents écrits renvoie sans ambiguïté à leur constitution matérielle. Ainsi en est-il de « book » en anglais ou de « buch » en allemand ; ces termes viennent du mot ancien désignant l’écorce de bouleau sur laquelle jadis on écrivait (birch wood, birch bark, Buche). Idem « livre » en français et « libro » en italien, dérivant de mots désignant la couche intérieure de l’écorce d’arbre (liber) qui servait de support pour les caractères et les dessins.
Jusque récemment, le livre jouait un rôle si stratégique en de si nombreuses cultures qu’il était devenu quasi invisible dans sa nature d’objet concret et d’artéfact. Il fallut attendre l’entrée dans l’ère du numérique pour qu’il cesse d’en aller ainsi. Aujourd’hui, les manuscrits originaux pieusement conservés ont leurs répliques ; les « e-books » remplacent les volumes à couverture cartonnée ; les banlieusards lisent dans le train des romans sur « liseuses » ; les enfants préfèrent les dvd aux histoires dont on les berçait pour qu’ils s’endorment ; les libraires vident leurs rayonnages et attirent le chaland sur Internet. Cette invasion du numérique a eu pour conséquence paradoxale qu’on redécouvre que les livres appartiennent bel et bien au monde des objets. » * Stephen Hugh-Jones et Hildegard Diemberger in Terrain n°59 *.

Pour en savoir plus :

image• Des articles :
* «  L’objet livre » Stephen Hugh-Jones et Hildegard Diemberger, Terrain 59L’objet livre.
« Quand le livre devient relique. Les textes tibétains entre culture bouddhique et transformations technologiques » , Hildegard Diemberger, Terrain 59L’objet livre. 
«  Les Agamas : des livres saints canoniques. Le rituel hindou entre transmission orale et textes sacrés »
, Chris Fuller, Terrain 59L’objet livre.
« Le livre comme trésor. Aura, prédation et secret des manuscrit savants du Sud marocain» , Romain Simenel, Terrain 59L’objet livre. 
« Le Coran et ses multiples formes (Casablanca, Maroc)*» 
, Anouk CohenTerrain 59L’objet livre. 
« L’objet livre à l’aube de l’époque moderne », 
Warren Boutcher, Terrain 59L’objet livre. 
« Quand le texte se fait matière. Une exploration des versions du manuscrit arabe »
, Christine Jungen, Terrain 59L’objet livre. 
« Le synthétique sacré. Réflexions sur les aspects matériels des textes juifs orthodoxes», 
Jeremy Stolow, Terrain 59L’objet livre.
“Radioscopie de grands lecteurs”, Bérénice Waty, Terrain n°53, Voir la musique.

• Sites et blog :
Le salon du livre, le Centre National du Livre, l’Association pour l’autobiographieVivre et l’écrire, les réseaux sociaux du livre, le monde des lecteurs, le globe-lecteur.

• A faire :
Le salon du livre du 20 au 23 mars 2015 à Paris.

Posted in Livre | Tagged , | Leave a comment

Virus

« Pourquoi consacrer un numéro de Terrain aux virus plutôt qu’à la contagion ou au poison? Étymologiquement, les virus sont bien une des menaces qui suscitent la peur et le dégoût. Le virus se manifeste d’abord par les symptômes de l’organisme qu’il infecte : fièvre, vomissement, paralysie, jusqu’à la liquéfaction des organes pour les plus dangereux comme Ebola. Mais leur mode de propagation – ce qu’on appelle aussi la viralité – suscite plus de fascination encore. Le virus se définissant comme un être qui, n’ayant pas les moyens de se répliquer par lui-même, doit pour cela envahir un organisme, il est devenu une des modalités de description de la socialité. Le virus n’existant que dans une relation, il peut être conçu comme un opérateur relationnel. La viralité transforme la menace pour l’individu en chance pour le collectif : quelque chose passe entre les corps qui est l’occasion de s’ouvrir à la nouveauté, au risque de s’effondrer dans une réaction de panique. » *Nicolas Auray et Frédéric Keck in Terrain n°64.
Ce nouveau numéro de Terrain rassemble des articles exploratoires pour une ethnographie des relations entre hommes et virus dans les systèmes biologiques et informatiques.

Pour en savoir plus :

T64_couv_HDDes articles :
* « Virus », Nicolas Auray et Frédéric KeckTerrain n°64, Virus.
« Dr Popp et la disquette Sida », Antonio A. Casilli, Terrain n°64, Virus.
« L’invisible et le clandestin  », Nicolas Auray, Terrain n°64, Virus.
« L’alarme d’Antigone », Frédéric Keck, Terrain n°64, Virus.
« Bricoler le vivant dans des garages », Morgan MeyerTerrain n°64, Virus.
« Réimaginer des communautés ? », Charlotte Brives et Frédéric Le Marcis, Terrain n°64, Virus.
« Vade retro virus », Thierry Bardini, Terrain n°64, Virus.
« D’un mirage, l’autre », Jean-Pierre Piniès, Terrain n°64, Virus.
« La muse de l’anthropologie américaine », Amalia Dragani, Terrain n°64, Virus.
« Traverser sur un fil », Charlotte Pescayre, Terrain n°64, Virus.

• A faire :
Présentation du numéro par les  contributeurs le jeudi 9 avril à 18h30 au salon de lecture Kerchache au Musée du quai Branly.

Posted in Virus | Tagged , , , | Leave a comment

Pourquoi saigner ?

« Depuis une dizaine d’années, l’« utilité » et la « nécessité » des saignements menstruels ont été remises en question. Sous divers titres tels que « Vivre sans règles » ou « Les femmes doivent-elles saigner tous les mois ? », les médias internationaux – de la presse féminine aux rubriques « Santé » ou « Science » des quotidiens et des hebdomadaires d’information – ont relayé l’idée que la menstruation était un phénomène superflu et, dans certains cas, nocif. Le médecin brésilien Elsimar Coutinho, dans un livre publié en 1999 et maintes fois cité par cette même presse, ira jusqu’à qualifier la menstruation de « perte de sang inutile ». La genèse de cette idée est complexe, quoiqu’en grande partie attribuable aux campagnes de marketing de grands groupes pharmaceutiques. En 2003, Barr Laboratories obtient l’autorisation de la Food and Drug Administration de commercialiser une nouvelle pilule, appelée Seasonale, qui réduit à quatre le nombre d’épisodes de règles annuels. Cette pilule n’a cependant rien de très nouveau. Les utilisatrices de la pilule classique consomment vingt et une pilules « actives » (contenant des composants hormonaux) suivies de sept pilules « placebo » qui induisent un saignement semblable à un saignement menstruel. L’unique innovation de Seasonale est donc de réduire les épisodes de « fausses » règles, et – aspect non négligeable d’un point de vue commercial – de vendre plus de pilules dites « actives ». Hormis ce reconditionnement de la pilule, il existe de nombreuses manières d’administrer les hormones contraceptives (injection trimestrielle, implant sous-cutané, stérilet hormonal, etc.) qui interviennent également dans le cycle menstruel. Dans le but de rendre ces méthodes plus attractives pour les utilisatrices, les campagnes de marketing de ces traitements mettent l’accent sur les bénéfices d’une vie sans les supposés inconvénients de la menstruation.
L’apparition et la diffusion de ces méthodes donnent lieu à une série de questions que l’on pourrait résumer ainsi : « Faut-il, ou non, saigner ? » Aujourd’hui, le fait de saigner est donc soumis à une logique de choix.» Emilia Sanabria in Terrain n°56.

Pour en savoir plus :

B0006427 Ruptured blood vesselDes articles :
* “Pourquoi saigner ? Le contrôle de la menstruation à Bahia (Brésil)”, Emilia Sanabria, Terrain n°56, Analyses de Sang.
“Analyses de sang”
, Stephen Hugh-Jones. Terrain n°56, Analyses de Sang.
« Verser notre sang, non celui des autres. Rituel et résistance en temps de guerre”, Elizabeth Castelli. Terrain n°56, Analyses de Sang.
“La « vie sociale » du sang (Penang, Malaisie)”, Janet Carsten. Terrain n°56, Analyses de Sang.
“Du don à l’industrie. La transfusion sanguine en France depuis les années 1940″, Sophie Chauveau. Terrain n°56, Analyses de Sang.
“La nature juridique du sang”, Jean-Pierre Baud. Terrain n°56, Analyse de Sang.
“Excessifs dons de sang. Dévotion et ascétisme en Inde”, Jacob Copeman. Terrain n°56, Analyses de Sang.

• Sites et Blogs :
Vers une détaxation des protections hygiéniques ?, l‘établissement français du sang, le sang dans l’histoire.

 

Posted in Sang | Tagged , , | Leave a comment

L’ethnologie va vous surprendre

« Il est assez communément admis, malgré les ambiguïtés de la formule, que l’ethnologie est la science de la société vue de l’extérieur. Ceux qui la pratiquent étudieraient des groupes humains situés en dehors de leur propre univers de civilisation, des mondes sociaux auxquels ils n’appartiennent pas, des configurations culturelles dont les valeurs leur sont étrangères. L’essentiel de la méthode ethnologique résiderait dans l’éloignement du regard. […] L’ethnologue ferait l’économie de ce travail hasardeux d’objectivation qui est le préalable obligé de la recherche menée par le sociologue au sein de sa propre société afin d’éviter de prendre les représentations que cette dernière se forme d’elle-même pour la vérité des choses. En étudiant les autres, l’ethnologue serait d’emblée vacciné contre les illusions du savoir immédiat et de la transparence du social. Il est en effet contraint de rechercher la signification de ce qu’il observe au-delà des enseignements de son propre sens culturel, continuellement dérouté. […] Bref l’ethnologue a toujours eu tendance à essayer de qualifier globalement la différence entre ” nous ” et ” les autres “, si divers soient ces autres, entre ” nous ” et tous les ” autres “. »* Gérard Lenclud in Vers une ethnologie du présent.

Pour en savoir plus :

789d5fa184Un livre :
* Vers une ethnologie du présent. Sous la direction de Daniel Fabre et Gérard Lenclud

Des articles :
« Isac Chiva, ethnologie et politique patrimoniale », Noël Barbe, Terrain n°60, L’imaginaire écologique.
« Le fait technique total. La raison pratique et les raisons de la pratique dans l’œuvre de Marcel Mauss »
, Nathan Schlanger, Terrain, n° 16, Savoir-faire. 
« Un inédit : la leçon inaugurale de Marcel Mauss au Collège de France », Marcel Mauss, Terrain n°59, L’objet livre.
« Le Bilan du film ethnographique : entretien avec Jean Rouch », Christine Langlois, Alain Morel et Jean Rouch, Terrain n°7,  Approches des communautés étrangères en France.
« Ce qui touche les primates », Vinciane DespretTerrain n°49, Toucher.
« L’affaire Harry. Petite scientifiction », Vinciane Despret et Serge GutwirthTerrain n°52, Etre une personne.
« Les morts utiles », Vinciane Despret, Terrain n°62,  Les morts utiles.

Sites et Blogs :
PortEthno, le réseau de recherche de l’ethnologie en France, ethnographiques.org, Mission Ethnologie du Ministère de la Culture.

A faire :
“L’ethnologie va vous surprendre” au musée du Quai Branly : musée en accès libre, conférences, lectures, films, enquêtes de terrain  les 14 et 15 mars 2015. Conférence de Vinciane Despret le dimanche 15 mars à 14h30.

Posted in ethnologie | Tagged | Leave a comment

8 mars : journée internationale de la femme

« Les analyses du sexisme peuvent bien débuter par une analyse des discriminations manifestement injustes contre les personnes de la classe sexuelle féminine, mais une telle analyse ne peut s’arrêter là. Les stéréotypes de genre vont dans toutes les directions et nous informent quasiment autant sur ce que les partisans des droits des femmes approuvent que sur ce qu’ils désapprouvent. […] Dans notre société, dans toutes les classes, la plus tendre expression d’affection implique des mises en scène politiquement discutables, la place que les femmes y occupent étant différenciée de la place des hommes et réciproquement. Les gestes d’affection entre sexes chorégraphient le protecteur et le protégé, l’embrasseur et l’embrassé, celui qui réconforte et celui qui est réconforté, celui qui soutient et celui qui est soutenu, celui qui offre de l’affection et celui qui en reçoit ; que l’homme entoure la femme et que la femme soit entourée semble juste naturel. Et cela peut seulement nous rappeler que la domination masculine est d’un type très particulier, elle est une domination qui peut s’exercer en plein moment de tendresse, sans apparemment provoquer de tensions – de fait, ces moments peuvent difficilement être conçus en dehors de ces asymétries. » *Erving Goffman in Terrain n°42.

imgresPour en savoir plus :

• Deux livres :
Profession : policier. Sexe : féminin. Les rapports de genre dans la police nationale. Geneviève Pruvost. 
“Masculin-féminin. L’écriture domestique”, Bernard Lahire
in Par écrit. Ethnologie des écritures quotidiennes. Sous la direction de Daniel Fabre.

• Des articles :
*
« Le déploiement du genre », Erving Goffman, Terrain, n°42, Homme/Femme (texte intégral).
« Accords et désaccords »
, Claudine Vassas, Terrain, n°42, Homme/Femme (texte intégral).
« L’égalité : une vaine quête ? Hommes, femmes et congé parental en Suède », Sara Brachet, Terrain, n°42, Homme/Femme (texte intégral).
« “Nouveaux pères” et “dernières épouses”. Les formes de la parenté en France à travers le droit de la famille (1999-2003) », Valérie Feschet, Terrain, n°42, Homme/Femme (texte intégral).

• Sites et Blogs : 
Observatoire des inégalités
, observatoire de la paritéjournée mondiale de la femme, ONU femmes.

Posted in Hommes / Femmes | Tagged , | Leave a comment

La boîte aux ancêtres

« Les 16 et 17 juin 1875, le procès qui se tient devant la 7e chambre du tribunal correctionnel de Paris attire une foule considérable. Un photographe, le directeur de la Revue spirite et un jeune Américain identifié comme « médium » sont poursuivis pour escroquerie et complicité d’escroquerie. Tout au long des deux journées d’audience, où comparaissent plus de cinquante témoins, il sera question de spectres et d’esprits, d’illusions ou de réalité surnaturelle, de manœuvres frauduleuses ou de ressemblance véritable. « Procès comme on n’en avait pas vu depuis bien longtemps », déclare la Gazette des tribunaux qui, fait exceptionnel, rend compte, au jour le jour, de l’audience et dont les commentaires sont repris par les grands quotidiens. Deux mois auparavant, trois clients se sont présentés chez le photographe : l’un d’eux souhaiterait obtenir le portrait de son père défunt. La demande ne surprend pas le photographe, qui l’invite à monter sur la terrasse de l’atelier, pour poser en lumière naturelle. Mais la séance est brutalement interrompue par l’un des accompagnateurs qui ordonne l’examen de la plaque de verre que l’opérateur vient d’installer dans le châssis. Les clients s’avèrent être des inspecteurs de police. La plaque est développée : elle porte déjà deux images impressionnées. Les policiers perquisitionnent le studio, découvrent un second laboratoire caché à la clientèle, interrogent les employés et concluent au flagrant délit. (…)
Pourquoi les spirites s’intéressent-ils tant à la photographie ? Qu’attendent d’elle les fondateurs d’une « religion scientifique » qui introduit, au milieu du siècle dernier, une nouvelle cosmologie, une redéfinition de la personne et du destin post mortem, de nouvelles formes rituelles de communication avec l’au-delà ? » Giordana Charuty in Terrain n°33.

Pour en savoir plus :

WEB_MG_4438bDes articles :
« La « boîte aux ancêtres », Giordana Charuty, Terrain n°33 – Authentique ? 
« Photographier la catastrophe »,
Abigail Solomon-Godeau, Terrain n°54, Catastrophes.
« Les apparences de la vérité ou les rêves d’objectivité du portrait photographique», Sylvain Maresca, Terrain, n°30, Le regard (texte intégral).
« L’œil de l’esprit »
, William A. Christian Jr, Terrain n°30, Le regard (texte intégral).

Sites et Blogs : 
Apprendre la photo, les 20 meilleurs blogs photo selon LIFE, le spiritisme

• A faire :
Mémoire des thermes, une approche ethno-photographique, du 2 mars au 12 décembre 2015  à Balaruc-les-Bains.

Posted in Photo | Tagged , , | Leave a comment

Religion et politique

« S’agissant des sociétés européennes, l’ouvrage de Reinhart Koselleck, Le Règne de la critique (1979) – qui s’attache à décrire et à thématiser pour une application plus générale la façon dont la monarchie, en France, a réussi à surmonter les guerres de Religion au XVIe siècle sans diviser le royaume – a contribué à renouveler la vision sociologique des processus de sécularisation en leur donnant une configuration duelle asymétrique. Koselleck met en effet en évidence une tendance : la lente émergence, après ces guerres, de l’idée selon laquelle, si l’on relègue le religieux dans « le for interne », « dans l’espace privé », il peut alors être protégé et garanti par l’État, et dès lors diverses appartenances et opinions religieuses peuvent cohabiter et cesser d’être l’objet de persécution par les parties adverses ou par le pouvoir. Le prix à payer étant la délégation au souverain de tous les pouvoirs (absolutisme) et du contrôle exclusif de la violence. D’un côté donc, un « for interne » préservé, libre des inquisitions étatiques comme des questionnements publics, de l’autre une puissance politique forte dégagée, malgré des jeux de soutien mutuel, de l’emprise totale, fondatrice et principielle du religieux.
Cette vision (théorique et critique) de l’accès à une autonomie du politique fut reprise et thématisée tout au long du XVIIIe siècle par les Lumières, cette fois contre l’absolutisme, et entra fortement en tension avec les courants de l’intégralisme politico-religieux. Ainsi, la première question de Voltaire, quand il eut pris connaissance de l’affaire du chevalier de La Barre – un jeune militaire accusé de blasphème pour avoir donné des coups de couteau sur un grand crucifix fixé sur un pont à Abbeville –, fut-elle : « Mais que faisait cette croix dans l’espace public ? pourquoi n’est-elle pas dans une église, là où elle appartient ? » Cette position, objectivée et subjectivée, fut ensuite reprise, à travers de nombreuses péripéties, comme un des modèles de la laïcité française, à côté d’alternatives communautaristes par exemple.(…)
Selon ses intérêts du moment, le politique laisse faire, voire encourage, ou non. Cette montée en généralité, attachée souvent à des dispositifs politiques à partir desquels les manipulations sont aisées, peut évidemment représenter une source de mobilisations efficaces autant qu’inquiétantes si des instances politiques démocratiques ne peuvent ou ne veulent leur assigner des limites. » Élisabeth Claverie in Terrain n°51.

Pour en savoir plus :

• Des articles :

ter-51*« Religion et politique », Élisabeth Claverie, Terrain n°51, Religion et Politique.
« Un pluralisme sans conflits. Sant’Edigio : diplomatie et religion »
, Marie Balas, Terrain n°51,Religion et Politique.
« La Vierge, les chrétiens, les musulmans et la nation », Emma Aubin-Boltanski, Terrain n°51,Religion et Politique.
« Des pacificateurs inspirés », Sandrine Lefranc,Terrain n°51, Religion et Politique«
“GetReligion”. L’évolution de la droite religieuse aux États-Unis”
», Susan Harding, Terrain n°51, Religion et Politique.

Posted in Religion et politique | Tagged , , | Leave a comment