Amis ou amants ?

« Durant mon enquête de terrain, j’ai observé et aussi vécu une intense affectivité, une sensualité que les hommes grecs exprimaient en public par des accolades, des regards et des paroles ambiguës. Certains avaient aussi des pratiques homosexuelles. Cette affectivité, même dans les cas où intervenaient des pratiques homosexuelles, se manifestait dans le cadre de relations amicales. De plus, les hommes qui entretenaient de tels rapports « amicaux » à la fois non sexuels et sexuels menaient aussi une vie « ordinaire » hétérosexuelle. Tout cela pourrait paraître étrange aux yeux de ceux des Occidentaux pour lesquels il existe une distinction, plus ou moins stricte, entre l’affectivité amicale et l’affectivité sexuelle au sein des relations de couple, qu’il soit hétérosexuel ou homosexuel, et par ailleurs entre hétérosexualité et homosexualité.
Cela ne veut pas dire qu’en Grèce les hommes mélangent, sans règles ni limites, ce qui est de l’ordre du sexuel et du non-sexuel, l’homosexualité et l’hétérosexualité. Pour saisir ces relations masculines « ambiguës », il convient de déconstruire ces catégories bien trop tranchées et de découvrir le sens qu’elles prennent dans le contexte grec.
En Grèce, au moins « traditionnelle », c’est la catégorie de sexe et non le sexe du partenaire qui détermine le classement d’un homme, du point de vue de son identité sexuelle (Yannakopoulos). Ainsi les hommes grecs ne sont-ils pas distingués en hétérosexuels et homosexuels, mais en andres, hommes virils, et poustidhes/adhelfes, hommes efféminés, non- « hommes ». Les andres peuvent avoir des rapports sexuels avec d’autres hommes soit efféminés, soit virils, sans qu’ils soient stigmatisés en tant qu’ « homosexuels », c’est-à-dire poustidhes/adhelfes. Les andres ont aussi des rapports avec des femmes. De ces rapports, seuls ceux entre le masculin et le féminin, à savoir entre un homme et une femme ou un homme efféminé, sont considérés comme sexuels ; tandis que les rapports entre « hommes » ne sont pas catégorisés en tant que (homo) sexuels mais comme non sexuels, amicaux. »* Kostas Yannakopoulos in Terrain n° 27.

Ainsi, il semble qu’en Grèce, et en dépit de la modernisation de la société, ce serait plutôt la sexualité que le genre qui prime dans la formation de l’identité sexuelle.

Pour en savoir plus :

homo_0001Un article :
« Amis ou amants ? Amours entre hommes et identités sexuelles au Pirée et à Athènes », Kostas Yannakopoulos, Terrain n° 27, l’Amour (texte intégral).

Sites et Blogs :
Homosexualité/hétérosexualité : les enquêtes sur les comportements sexuels en France et aux USA, la construction sociale de l’homosexualité.

A écouter :
Mariage homosexuel : les fondements anthropologiques de la société.

•  A voir :
« Au bazar du genre, féminin/masculin » au MUCEM à Marseille jusqu’au 6 janvier 2014, Masculin/Masculin au Musée d’Orsay jusqu’au 2 janvier 2014.


Vous aimerez aussi...