Dégradation des œuvres d’André Serrano à Avignon

Dimanche, à Avignon, deux des œuvres d’André Serrano, dont Piss Christ – photographie représentant un petit crucifix en plastique immergé dans un verre rempli d’urine de l’artiste-, ont été détruites. L’art contemporain a toujours suscité de violentes polémiques : depuis l’urinoir de Duchamp devenu pièce de musée à l’interdiction de l’exposition de Larry Clark aux moins de 18 ans cet automne en passant, par la machine à digérer de Wim Delvoye

L’art contemporain est-il un énorme canular ? Peut-il tout se permettre ? Est-il nécessairement provocateur ? Excréments, urine, sang et sexe en sont-ils les éléments indispensables ? Pourquoi déclenche-t-il de telles polémiques ? Et quels sont ses critères d’authenticité ? L’art contemporain se trouve au cœur de considérations éthiques, esthétiques, politiques et économiques révélatrices de notre société.

“Un lieu vide, un temps vide, sont insupportables. L’ornement de ces vides naît de l’ennui – comme l’image des aliments naît du vide de l’estomac. – Comme l’action naît de l’inaction et comme le cheval piaffe, et le souvenir naît, dans l’intervalle des actes, et le rêve. La fatigue des sens crée. – Le vide crée. Les ténèbres créent. Le silence crée. L’incident crée. Tout crée, excepté celui qui signe et endosse l’œuvre. L’objet d’art, excrément précieux comme tant d’excréments et de déchets le sont : l’encens, la myrrhe, l’ambre gris…” Paul Valéry, Tel Quel, repris dans Œuvres, tome II, Paris, Gallimard, La Pléiade, 1960, p. 674

Pour en savoir plus :
Piss Christ d'André Serrano

Des articles :
“Art contemporain et fabrication de l’inauthentique”, Nathalie Heinich, Terrain, n° 33, “Authentique ?” (texte intégral). 

Sites et Blogs :
L’article du Monde, l’interview d’André Serrano pour Libé, l’exposition “Je crois aux miracles”, pour les amateurs d’art contemporain, art contemporain.com et la paddythèque.