Dans les coulisses de Terrain

Art et science. On peut lire ça et là que ces voies parallèles de connaissance du monde, dont le divorce a été consommé à compter du XIXe siècle, connaissent depuis deux décennies de nombreuses tentatives de rapprochements féconds. Se joue parfois une entreprise esthétique d’imagerie scientifique, ou l’affirmation d’une beauté consubstantielle de la science. Certaines découvertes, méthodes ou techniques ouvrent de nouvelles perspectives artistiques comme dans le Bioart. L’incertitude et l’imagination scientifique sont également mises au travail, quand une œuvre propose une interprétation inattendue du monde et des connaissances que nous en avons.

La collaboration entre la revue Terrain et l’École de graphisme appliqué Penninghen, nouée à l’occasion de la fabrication du numéro Jouir ?, est d’une autre nature. Une soixantaine d’étudiants de 4e année, dans le cadre d’un cours de dessin dirigé par Chantal Petit-Cieslewicz et Frédéric Arditi, ont fait l’expérience inédite de se plonger dans la matière textuelle d’anthropologues et d’historiens avant de saisir leur crayon. Ils se sont émancipés du beau, racontent-ils, comme un hommage à Alfred Gell (Art and Agency: An Anthropological Theory, 1998), pour tenter de tisser des correspondances entre texte et image.

Invisibles, ces correspondances ou intentionnalités dont les étudiants ont le secret ont un pouvoir d’évocation plus que d’illustration, de représentation plus que d’imitation. Loin du « rendre compte », l’iconographie livre tout à la fois un point de vue subjectif de lecteurs et un espace libre et décalé d’interprétation.

Huang Yuhui. © Penninghen 2017

Huang Yuhui s’est ainsi penchée sur l’article d’Agnès Giard, « Étreindre les êtres du rêve. L’oreiller comme partenaire au Japon », parce qu’elle se sentait une familiarité avec le contexte japonais. Son dessin est inspiré d’un masque traditionnel représentant un esprit vengeur féminin : « une femme très jolie, devenue monstrueuse à cause de la jalousie ou de la colère ». Pour rendre compte de cette ambivalence, elle a représenté le masque aux traits déformés entouré de corps féminins dénudés. Le graphisme en pointillés rappelle la continuité entre ces dimensions : « on peut voir l’effet dégradé entre le masque et les corps de femmes ». Le rouge et le bleu mêlés, couleurs chaudes et froides, renvoie à cet entrelacement des contrastes.

Pour la plupart de ces étudiants, la collaboration avec Terrain a été l’occasion de lire de l’anthropologie pour la première fois. Qu’une science sociale puisse se pencher sur l’orgasme les a d’abord surpris, voire choqués. « C’est un sujet un peu tabou je pense », explique Huang Yuhui, « mais c’est intéressant à illustrer. Les articles mettent en avant les connaissances plus que le côté érotique, j’ai appris beaucoup de choses ».

Épurer l’orgasme, défaire la cuirasse. Violette Coudel. © Penninghen 2017

Violette Coudel, raconte quant à elle avoir été « agréablement surprise » par la variété des articles. Qui eût cru que l’orgasme puisse se décliner sous autant de formes ? Son dessin accompagne un article d’Andreas Mayer (« Du divan à la boîte à orgone ») consacré au savant Wilhelm Reich, figure marquante et dérangeante de l’histoire des recherches sur la sexualité. Inspiré des tableaux de Jérôme Bosch, il figure une île composée d’éléments de l’anatomie féminine évoquant l’orgasme. Non sans humour, les occupants d’une petite barque « rament » pour réussir à atteindre cet orgasme-fait-paysage, surréaliste et grandiose…

Cousins croisés. Éléonore Bem. © Penninghen 2017

Eléonore Bem a surtout été marquée par l’ethnographie présentée dans l’article de Philippe Erikson, « Déjouir », sur les relations homoérotiques en Amazonie indigène. « Ça ne m’arrivait jamais d’illustrer des thèmes comme celui-là. C’est le premier dessin que j’ai fait. Ce que je voulais montrer, c’était des gars qui regardent droit dans les yeux le lecteur et qui lui disent ‘oui, c’est ce qu’on fait, c’est normal’ ».

 

Douleur, plaisir & larmes. Alexis Foucault. © Penninghen 2017

Alexis Foucault a choisi quant à lui d’illustrer l’article de Chloé Maillet, anthropologue et historienne, intitulé « Un orgasme dans les vers et la gangrène ? ». Le texte évoque le martyre de la mystique Lydwine de Schiedam, dont les souffrances atroces et les maladies répugnantes sont également sources de jouissance extrême – un récit qui a fasciné aussi bien Huysmans que Sacher Masoch.

Il a fondé son travail sur l’image d’une statue en porcelaine de la Vierge. « Je voulais que ce soit une souffrance, mais une souffrance divine. J’ai fait le choix d’avoir la statue en porcelaine qui a l’air très froide, très fragile, et d’un autre côté il y a ces larmes de joie, de plaisir, de souffrance, qui coulent de ses yeux, en différentes couleurs et textures. L’idée c’était de montrer ce côté lumineux, divin qui était en elle et qui ressortait. Je voulais une image qui soit plus poétique que figurative. »

Divine jouissance. Ariane Potapieff. © Penninghen 2017

« Ce qui m’a intéressée, en plus de la partie extatique dans la douleur, c’est le fait que l’extase passe par le corps », déclare quant à elle Ariane Potapieff, qui a travaillé sur le même article. « L’enjeu c’était de représenter ça de manière positive, d’allier le fait d’être meurtrie à la jouissance. »

Tous s’accordent sur l’originalité de cette expérience. La main est désormais à la promotion suivante qui, loin des ondes orgasmiques mais avec la même intensité, s’est penchée sur les Fantômes du numéro 69, à découvrir en librairie à partir du 24 avril. Pour ce numéro, les étudiants graphistes se sont faits ethnographes : ils sont allés chercher eux-mêmes, dans les souvenirs et les vieilles photos de famille, des histoires de fantômes…

Continuant à tisser ces correspondances, les Carnets de Terrain accueillent durant les deux prochains mois, comme un écho, les carnets de dessins d’Anjuna Boutan, étudiante en Master de Direction Artistique à Penninghen. Ses croquis esquissent un univers graphique autour de chaque article du numéro – et ouvrent la voie à de nouvelles formes pour parler d’anthropologie.

 

Anjuna Boutan. © Penninghen 2018

 

Anjuna Boutan. © Penninghen 2018


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.