Le YouTube hanté : Internet en tant que dispositif d’évocation de fantômes

Les fantômes ont-ils migré sur Internet ? La multiplication des groupes de « chasseurs de fantômes » diffusant leurs exploits sur les réseaux sociaux donne lieu à un renouveau du genre de la rencontre paranormale. On y aperçoit de nouvelles pratiques et des métamorphoses techno-symboliques dont les formes appellent une adaptation de la méthodologie anthropologique (Obadia, à paraître). En effet, le web est un terrain immense. Ce monde virtuel peut paraître infini à son explorateur. Quelles nouvelles expériences sont rendues possibles par ces dispositifs ?

Depuis quelques années, les contenus diffusés sur Internet façonnent la culture au même titre que les autres médias (Collectif, 2010). Dans le cadre de cet article, le premier auteur a été invité à pénétrer dans cet univers par la sollicitation directe (en juin 2016) d’une étudiante en licence de psychologie qui, à titre personnel, se questionnait sur la réalité du paranormal. Cet intérêt était nourri par une série de vidéos ayant obtenu une certaine popularité sur la plateforme YouTube, et dont nous ferons le fil rouge de cet article. Questionnée sur son adhésion à ces histoires de fantômes, elle affirma au premier auteur qu’elle plaçait la sincérité du réalisateur de ces vidéos au-dessus des critiques qu’on pouvait lui faire1.

Par coïncidence, quelques semaines plus tard, ce même Youtubeur s’est fendu d’une vidéo où il reconnaissait avoir truqué l’une de ses œuvres et tentait de justifier son action. Ces aveux entrainèrent un certain remous dans la sphère du « web paranormal », composée de plusieurs dizaines de milliers de personnes. Comment se construit la relation de confiance entre les « chasseurs de fantômes » sur YouTube et leurs spectateurs, et quel est alors le statut de la preuve ? Cet événement social interroge à la manière d’autres événements tels que les funérailles dans World of Warcraft (Servais, 2016), dont la portée « virtuelle » ne les rend néanmoins pas dénués d’enseignements concrets.

La chasse aux fantômes moderne

Affiche du film Ghostbusters (1984) : le modèle des « chasseurs de fantômes » ?

Les observations spontanées de fantômes font partie de l’histoire culturelle (Schneider, 2011) ainsi que de l’histoire des sciences (Bensaude-Vincent & Blondel, 2002). Elles sont pourtant encore et toujours des objets d’études scientifiques. En effet, la prévalence de ces expériences reste importante : 14 % des Français de 25 à 34 ans affirment avoir déjà vu un fantôme (Rauscher, 2015). Ces chiffres augmentent encore dans les cas de deuil et en particulier lors de la perte d’un conjoint (Rees, 1971). Des psychologues examinent, avec des protocoles originaux en laboratoire ou sur le terrain, ce qui peut pousser un individu à ressentir la présence d’êtres invisibles (French et al., 2009 ; Wiseman et al., 2003). Ces recherches ont particulièrement montré l’importance des suggestions (« cette maison est hantée ! ») pour expliquer les perceptions et sensations inhabituelles chez les sujets. Toutefois, la représentation prédominante dans les médias de masse du savant s’intéressant aux spectres demeure celle des Ghostbusters (1984), c’est-à-dire des universitaires marginaux qui développent un service venant en aide à la population en prise avec des phénomènes de hantise.

Un phénomène sociologique est récemment venu supplanter la fiction : la création de groupes locaux de « chasseurs de fantômes », dont certains préfèrent se parer de termes associés à l’enquête ou l’investigation du paranormal, tel le groupe « Recherches, investigations, paranormal » (RIP). Parfois structurés sur le mode associatif, ils constituent principalement des groupes de recherche et d’enquête amateurs ayant la prétention d’étudier « scientifiquement » le paranormal. Sharon Hill (2010), une chercheuse qui s’est intéressée à ces groupes dans un contexte américain, a montré que ceux-ci avaient tendance a être déconnectés de la communauté scientifique. S’ils utilisent le mot « science » pour se donner une apparence de légitimité, leurs équipes ne comptent généralement aucun membre doté d’une formation scientifique, et leurs méthodologies ne correspondent pas aux standards appliqués dans le monde académique. Par exemple, ils ne publient pas d’articles scientifiques et préfèrent faire des rapports de leurs « recherches » sur le web. Dans une tentative avortée pour fédérer ces groupes, l’Union Française en Recherches Paranormales en a recensé environ 300 en France métropolitaine. Ils présentent des niveaux de structuration extrêmement variables, mais sont généralement animés par des adolescents et des jeunes adultes. Les quelques études sociologiques qui sont consacrées à l’étranger à de tels groupes mettent en évidence la grande importance des médias visuels (télévision et internet), tant à leur point d’origine que dans leur mode de fonctionnement (Baker & Bader, 2014 ; Mayer, 2012, 2013).

Photographie par William Hope, célèbre dans les milieux spirites du début du XXe siècle pour ses « photographies d’esprits », plus tard révélées comme trucages

Il est aisé de situer cette connivence entre les médias visuels et les fantômes dans le prolongement de nombreux rapprochements antérieurs entre paranormal, cinéma et photographie (Berton, 2015 ; Grojnowski, 2012). On peut néanmoins se demander si l’offre proposée par ces différents groupes ne vient pas répondre à une demande socio-psychologique lancinante, s’inscrivant notamment dans le bricolage contemporain des rituels autour de la mort (Despret, 2015). Que faire lorsqu’on a l’impression d’être en présence d’un fantôme ? Les réponses du côté de l’Église (exorcisme, médaille de St-Benoît…) ou d’autres praticiens alternatifs (désenvoûteurs, magnétiseurs, rebouteux…) semblent manquer de modernité, du fait de la sécularisation de nos sociétés. Elles ne sont remobilisées qu’au travers du discours dominant affichant un certain vernis scientifique, mais qui combine religieux, néo-occultisme New Age et science dans ce qui peut s’apparenter à une pratique spirituelle (Eaton, 2015). Ces différents groupes amateurs, qui prétendent à la fois traquer le phénomène et faciliter sa disparition par des formes d’exorcisme, déploient ainsi quantité d’appareils technologiques censés mesurer tous les signes d’une activité fantomatique.

Si ces groupes se donnent les atours de la science, leur activité semble tenir davantage du voyage légendaire (legend tripping) que de l’authentique recherche scientifique (Radford, 2013) : il s’agirait avant tout d’aller « se faire peur » dans un lieu supposé hanté. Par extension, les spectateurs qui regardent une vidéo de chasseurs de fantômes sur Internet le font de manière à pratiquer le voyage légendaire par proxy, dans la sécurité de leur maison, de l’autre côté de leur écran. Il s’agit donc d’une forme d’ostentation virtualisée. Dans ce contexte théorique, la chasse au fantôme peut être envisagée dans le prolongement des pratiques spirites du XIXe et du début du XXe siècles : la classe bourgeoise allait aussi à l’époque « se faire peur » en assistant à une séance. Celle-ci était une forme de divertissement qui se combinait avec les nouvelles formes de spectacle médiatisées par les technologies (Natale, 2016 ; Berton, 2015). Alors que les pratiques spiritualistes ont décliné dans la seconde moitié du XXe siècle, il semblerait qu’elles fassent aujourd’hui leur retour via la chasse aux fantômes.

Certains groupes se revendiquent néanmoins d’une approche empirico-déductive qui serait située en-dehors de la communauté scientifique stricto sensu. Sur le plan méthodologique, ils conçoivent le dépôt d’une vidéo sur YouTube comme venant enrichir un corpus de preuves. Cette pratique du ghost hunting s’inscrit dans une tradition scientifique relativement marginale, une sorte de subdivision de la parapsychologie scientifique (Ruickbie, 2016 ; Laursen, 2016). On pourrait voir dans le YouTube hanté des réappropriations de cette tradition par des individus situés en-dehors du monde scientifique. Il n’en reste pas moins que le public pourrait avoir du mal à opérer ici certaines distinctions, et notamment le problème controversé de la démarcation entre science et pseudoscience (Pigliucci & Boudry, 2013), d’autant plus que ces chasseurs de fantôme modernes s’emploient à noyer les frontières entre réalité et fiction, scepticisme et crédulité. Les effets de l’ordre du spectacle sont alors mis au service d’une tentative de persuader de la réalité des phénomènes paranormaux, objectif latent de nombre de ces divertissements. Nous allons prendre un exemple récent de ce jeu de dupes, sans méconnaître pour autant que, derrière les artifices de ces productions, des spectateurs en chair et en os peuvent ressentir, au plus profond d’eux-mêmes, l’inquiétante étrangeté qui leur est ainsi proposée.

La fiction sincère de Guss DX

Guss DX, de son vrai nom Guillaume Durieux, a plus de 400 000 abonnés sur sa chaîne « Chasseur de fantômes ». Démarrée le 12 juillet 2014, cette chaîne regroupait des vidéos d’un format original par rapport aux autres sur le même thème. Alors que les vidéos habituelles mettent en scène des groupes d’enquêteurs, il s’agissait ici d’explorations de lieux supposés hantés en solitaire (et parfois sans croiser d’autres personnes), avec des caméras auto-portées, à la manière de J’irai dormir chez vous croisé avec le genre cinématographique du « found footage » (illustré notamment par le film The Blair Witch Project en 1999). Les vidéos étaient longues (supérieures à une heure) et fortement éditées (voix off, musique d’ambiance, incrustations, etc.). Ce format avait l’avantage de créer une identification avec le caméraman et une immersion dans l’univers présenté par la vidéo, facilitant ainsi le partage de ressentis. Les moments forts étaient générés par des stimuli ambigus (sons, ombres, etc.) auxquels le narrateur réagissait. Deux saisons de chacune 6 épisodes ont été diffusées. Certains épisodes dépassent le million de vues. Ils étaient accompagnés de Vlog de commentaires face caméra. Sur le plan économique, Guss DX vendait 2 € l’accès à ses vidéos une semaine avant de les rendre publiques sur YouTube et, en ajoutant la publicité générée, il obtenait là sa source principale de revenus.

I

Avant ce succès, Guss DX s’était fait connaître pour ses séries scénarisées autour du jeu Minecraft. Il est étonnant de constater que l’une de ses séries intitulées « Beyond Minecraft » utilisait ce support vidéo-ludique pour « tenter de rentrer en contact avec des entités afin de nous faire voyager au-delà de Minecraft »2. De ses propres dires, il y a une continuité entre ses multiples vidéos de Minecraft mettant en scène son personnage chassant des fantômes et celles qu’il a ensuite réalisées « in real life ». Après l’affaire du trucage que nous allons commenter, Guss DX a d’ailleurs repris une activité explicitement fictionnelle avec sa nouvelle série « Capture Dead Forms » (premier épisode publié en janvier 2017). Cette dernière reprend exactement les mêmes codes que « Chasseur de fantômes » mais sans dissimuler la part des « effets spéciaux » dans la mise en scène. En somme, ce genre brise les codes du documentaire et de la fiction, voire même du docufiction, en circulant de façon transgressive entre les registres du ludique, du virtuel, du réel et du faux.

L’un des points forts de la série « Chasseur de fantômes », d’après plusieurs commentateurs parmi lesquels l’étudiante en psychologie mentionnée ci-avant, est la position épistémique de Guss DX. Elle nous a expliqué ceci : « Une des raisons qui me poussait d’ailleurs à le croire, était qu’il affirmait (en nous regardant dans l’objectif de la caméra, si je puis dire) que la sincérité était l’un de ses plus grands principes, et qu’il fallait simplement lui faire confiance. » La solitude du chasseur de fantôme faisait écho à la solitude du spectateur devant son écran. La relation intime qui se crée entre le youtubeur et son public semblait rendre finalement secondaire l’administration de la preuve.

Guss DX affirmait progresser dans son investigation sans velléité prosélyte, sans préconception pour ou contre l’existence des manifestations d’esprits désincarnés, et avec une sincérité maintes fois revendiquée. Une description sur son site stipulait : « J’affirme que tout est réel, qu’il n’y a aucune mise en scène, aucune préparation ni aucun trucage ». Cette phrase sera tout simplement retirée quelques jours avant le dévoilement de la supercherie. Cette position épistémique misant sur la sincérité et l’authenticité génère un contrat de confiance entre Guss DX et son public, à la manière de certaines revendications épistémiques des chercheurs et témoins du paranormal encore en vigueur au début du XXe siècle : l’honnêteté et le prestige des témoins venaient enrober leurs déclarations et alimentaient les débats (Bensaude-Vincent & Blondel, 2002 ; Brower, 2010). Le même contrat introduit par l’annonce « inspiré de faits réels » est présent dans le genre en vogue du found footage.

Ce contrat implicite renforce l’adhésion des spectateurs (Bressan, 2013). Ainsi, lors d’un épisode où aucune manifestation paranormale probante n’est survenue après plus d’une heure de vidéo, Guss DX se plaint d’étranges sensations et se fige devant la caméra. Il raconte en voix off ne pas se souvenir de ce moment qu’il aurait redécouvert en visionnant l’enregistrement de sa caméra. Par sa bonne foi revendiquée, il suggère d’interpréter cet épisode dissociatif à travers le prisme du paranormal, c’est-à-dire en lien avec les entités supposées présentes localement, et non comme une simple simulation. L’engagement cognitif du spectateur est donc indispensable à l’émission, dont le contenu n’a de valeur que si celui-ci accepte de lui en donner. Comme me le confia l’étudiante en psychologie, identifiée à sa communauté de fans : « il « prouvait » que lui-même ne subissait pas de supercherie, mais il était toujours possible qu’il en soit l’acteur. Son seul argument contre ce dernier point était sa bonne foi. A laquelle nous croyions dur comme fer. » Dès lors, on comprend l’étendue de la déception lorsqu’une fraude sera révélée le 13 juillet 2016.

Le dénouement et les répercussions d’une fraude

YouTube a également permis le récent développement d’une communauté antagoniste à celle des chasseurs de fantômes, constituée par des personnes se revendiquant du scepticisme scientifique et de la zététique (Broch, 2001). Dans un registre qui se veut généralement pédagogique, mais parfois aussi polémique, ils tentent de faire la promotion de l’esprit critique. Le succès de la chaîne « Chasseur de fantômes » avait naturellement attiré les critiques. Mais aucune preuve de supercherie n’avait encore été démontrée.

Il s’est même trouvé un membre de cette communauté antagoniste pour cautionner l’authenticité de ces vidéos. En effet, Mr. Sam (alias Samuel Buisseret) a initié la chaîne « FAKE? » par un premier numéro (publié le 8 juin 2015) consacré à l’analyse d’une vidéo de « Chasseur de fantômes ». Il suspectait un montage (du type superposition d’images) pour expliquer le déplacement inattendu d’un objet sans personne à proximité, filmé par une caméra infrarouge. Guss DX a accepté de lui fournir l’ensemble des « rushs » et Mr. Sam a affirmé n’avoir décelé aucun trucage permettant d’expliquer le phénomène, simplement un problème technique3. Il s’agissait en réalité d’un mensonge. Ce « sceptique » en herbe a en effet fini par avouer être devenu, un peu malgré lui, le complice de Guss DX4. Il se justifiait par le fait qu’il était lui-même dans une situation affective particulière (après le décès d’un ami) et qu’il avait été embarrassé par la situation personnelle de Guss DX. Ce dernier lui avait effectivement expliqué que s’il perdait la source de revenus associée à sa chaîne, il ne pourrait plus subvenir aux besoins de son foyer, et donc aux soins de son épouse gravement malade et à la prise en charge de son enfant handicapé. Guss DX avait immédiatement avoué l’imposture et joué le rôle de victime. Sans y être incité explicitement, le sceptique débutant a eu un cas de conscience et a donc choisi de prolonger l’imposture. En somme, une faiblesse très humaine a donc permis à la supercherie de perdurer.

Il a fallu un an avant qu’un autre sceptique répondant au pseudo de VisionElf mette en ligne (le 13 juillet 2016) une vidéo démontrant dans le détail le fameux trucage5, en profitant d’une erreur de Guss DX dans le traitement de son montage vidéo. Il s’agit donc d’un trucage nécessitant d’importantes compétences techniques et non d’un simple « coup de pouce » involontaire. VisionElf a même fourni un tutoriel pour expliquer comment le reproduire6. La communauté sceptique a immédiatement repris l’information sur la toile (Durand, 2016), sans toutefois commenter la faiblesse de l’un des leurs. Si la culpabilité par association du sceptique « Mr. Sam » fut révélée dans la foulée, les zététiciens ne l’accablèrent cependant pas de reproches, et cela malgré sa décision à contre-emploi de ne pas révéler la tromperie au moment de sa découverte.

Face au scandale, les sympathisants de Guss DX ont pu « tomber de haut », selon les termes de l’étudiante en psychologie. Toutefois, tous n’appréhendaient pas ces vidéos sur leur seul versant scientifique. La perte éprouvée n’est pas celle d’une preuve irréfutable, mais celle d’un allié, d’un alter ego. L’étudiante en psychologie nous écrit : « ce n’était pas la vérité dans l’expérience, mais bien la vérité du ressenti qui avait été bafouée ». Sait-on seulement s’il est possible de prouver un phénomène paranormal, interroge-t-elle ? Elle affirme qu’à l’instar de followers de Guss DX, elle portait un intérêt plus important à ses confessions, durant les Vlogs où il relatait son cheminement intellectuel et émotionnel. Il disait être passé d’une position sceptique affirmée à une position de doute plus nuancée, à laquelle il était possible de s’identifier. L’étudiante écrit : « Notre quête était plutôt une quête d’authenticité, une expérience pas à pas se centrant sur la réalité du protagoniste, son ressenti, et sa façon de s’ouvrir peu à peu à un phénomène qui lui était étranger et à propos duquel il affirmait être sceptique auparavant. »

L’attrait pour de telles vidéos ne doit pas être lu seulement à travers un filtre scientifique, opposant science démontrée et croyance infondée. Si le vernis scientifique aide à créer cette « hésitation » du fantastique qui attise la curiosité, il y a ensuite d’autres registres convoqués. La narration déployée par Guss DX fait écho à des quêtes personnelles dont la méthode scientifique n’est pas l’unique repère, et qui sauront dépasser l’affront de cette tromperie. La conclusion de l’étudiante est que cette leçon ne doit pas donner lieu à une généralisation abusive :

« En résumé, ce que je pense, est que la révélation de cette supercherie a été une belle leçon de vie et d’humanité, car elle montre que la confiance aveugle est parfois la mauvaise voie à suivre ; on en perd un peu son avis personnel, pour se fondre dans l’avis de l’autre. Cependant, (c’est sans doute un choix naïf), mais cela ne va pas m’empêcher à l’avenir de croire au paranormal, ni même de faire confiance aux personnes qui me regarderont dans les yeux en m’affirmant dire la vérité. Et ce, quitte à en souffrir. Douter de tout et de tout le monde, c’est un choix que je ne ferai pas. J’essaierai simplement d’être plus prudente à l’avenir. »

Dans un autre registre, certains ont néanmoins essayé de tirer profit de cette actualité. Bruno « Bob » Bellanca, animateur de l’émission « Bob vous dit toute la vérité » consacra une émission spéciale à ce sujet le 20 juillet 2016. Cette émission de web radio payante a émergé dans le paysage du web paranormal francophone au cours des dernières années pour occuper progressivement une place importante dans cet univers où se côtoient praticiens du paranormal, chercheurs ésotéristes et scientifiques. Les thématiques hétérodoxes des pseudo- et parasciences y sont évoquées au même titre que diverses théories conspirationnistes (D’Angelo, 2015). Guss DX y avait été convié près de deux ans plus tôt pour une émission intitulée « GussDX – Un chasseur de Fantômes qui fait le buzz »7. Les invités appelés à commenter la découverte de la supercherie à chaud ont évalué qu’un tel événement allait faire beaucoup de tort à la recherche sérieuse pour le paranormal. Le premier auteur (RE), également invité lors de cette émission, a appelé pour sa part à relativiser grandement la portée de cet événement, très éloigné des préoccupations des chercheurs dans les domaines de la psychologie anomalistique et de la parapsychologie, dont les travaux souvent controversés sont régulièrement discutés dans des revues internationales à comité de lecture (Alcock, Burns, & Freeman, 2003). Suite à cette émission, l’animateur Bob a tout de même écrit un message de soutien qui minimisait la responsabilité de Guss DX8, les coupables étant plutôt les internautes qui en veulent toujours plus, la difficulté à documenter les manifestations paranormales de façon attractive et… les entités qui ne jouent pas le jeu !

Conclusion

Peut-être est-ce l’usage des pseudonymes ou bien la place de l’anonymat sur Internet, mais cet événement virtuel laisse l’impression que bon nombre d’acteurs sociaux y ont joué un double jeu : entre le spectateur qui espère tellement une preuve convaincante qu’il est prêt à accepter une position de confiance aveugle ; le témoin prétendument sincère qui ne fait plus la distinction entre fiction et fait ; le sceptique dont la démystification surenchérit dans l’art du mensonge sans être discrédité par ses pairs ; le journaliste dont les impératifs d’audience dépassent la déontologie professionnelle…

La fraude est un processus important pour qui cherche à comprendre le paranormal (Hansen, 2001). Les exemples sont légion, que ce soit des médiums à effets physiques du début du XXe siècle pris en flagrant délit de trucage (Houdini, 1924, 1920), en passant par l’affaire des photos truquées des fées de Cottingley (Faivre, 2003), jusqu’à plus récemment la photo d’ovni de Petit-Rechain lors de la Vague Belge (Seray, 2015). Malgré quelques tentatives (Wiseman, 1996 ; Lamont, 2013), il reste encore aujourd’hui à construire une psychologie de la supercherie. La fraude est en effet un phénomène pouvant faire l’objet d’une lecture technique, quant à son mode de production, et d’une lecture socio-psychologique, car elle n’existe que par la confiance qu’elle vient trahir.

La tromperie originelle n’est-elle pas celle d’oublier qu’Internet est un dispositif de dévoilement qui ne retire jamais véritablement toutes les couches du voile ? Ce dispositif est, dès lors, tout à fait adéquat pour la circulation des fantômes et autres représentations de l’invisible. On remarquera que la même analyse des supercheries aurait pu être produite à partir des nombreux cas de photos et vidéos d’ovnis qui animent régulièrement la toile, objets mystérieux dont le comportement a été décrit, tant dans la fiction qu’en ufologie, comme à la fois ostentatoire et élusif (Méheust, 2007). Et si la figure du fantôme ne pouvait être totalement séparée de celle du Trickster, spécialiste de la duperie (Hansen, 2001) ? Ne trouve-t-on pas déjà dans la Mostellaria de Plaute le récit d’une maison faussement hantée (Schneider, 2011) ?

Billet rédigé par Renaud EVRARD, Maître de Conférences en Psychologie, Université de Lorraine et Jean-Michel ABRASSART, docteur en Psychologie, Université Catholique de Louvain

Ce billet a été publié dans une version courte par notre partenaire, The Conversation.

Références

Alcock, J., Burns, J., & Freeman, A. (2003, eds.). Psi Wars – Getting to Grips with the Paranormal. Thovernton, UK : Imprint Academic.

Baker, J., Bader, C.D. (2014). A social anthropology of ghosts in twenty-first-century America. Social Compass, 61(4), 569-593.

Bensaude-Vincent, B., & Blondel, C. (2002, dir.). Des savants face à l’occulte, 1870-1940. Paris : La Découverte.

Berton, M. (2015). Le corps nerveux des spectacteurs. Cinéma et sciences du psychisme autour de 1900. Lausanne : L’âge d’homme.

Bressan, Y. (2013). Le théâtral comme lieu d’expérience des neurosciences cognitives. A la recherche du principe d’adhésion. Paris : L’Harmattan.

Broch, H. (2001). Le Paranormal : Ses documents – Ses hommes – Ses méthodes. Paris, France: Seuil.

Collectif (2010). » Internet, révolution culturelle ». Le Monde diplomatique, « Manière de voir », n°109, février-mars 2010.

D’Angelo, R. (2015). « De Skyrock à Radio Ovnis, la sortie de route de Bob Bellanca ». Consulté sur : http://www.streetpress.com/sujet/1444307611-de-skyrock-radio-ovnis-la-sortie-de-route-bob-bellanca

Despret, V. (2015). Au bonheur des morts. Récits de ceux qui restent. Paris : La Découverte.

Durand, T. (2016). « Guss DX, chasseur de fantômes, un faussaire démasqué ? » http://menace-theoriste.fr/guss-dx-demasque/

Eaton, M.A. (2015).  » ‘Give us a sign of your presence’ : Paranormal investigation as a spiritual practice ». Sociology of Religion, 76(4), 389-412.

Faivre, A. (2003). « Sir Arthur Conan Doyle et les esprits photographiés ». Ethnologie française, 37(2), 623-632.

French, C.C., Haque, U., Bunton-Stasyshyn, R., Davis, R. (2009). « The « Haunt » project: an attempt to build a « haunted » room by manipulating complex electromagnetic fields and infrasound ». Cortex, 45(5), 619-629.

Grojnowski, D. (2012). Photographie et croyance. Images-empreintes. Images vraies. Paris : Editions de la Différence.

Hansen, G. (2001). The Trickster and the Paranormal. Philadelphia : Xlibris.

Hill, S.A. (2010). Being Scientifical: Popularity, Purpose, and Promotion of Amateur Research and Investigation Groups in the U.S. New York, États-Unis: State University of New York.

Houdini, H. (1920). Miracle Mongers and Their Methods. Boston, États-Unis: E. P. Dutton & Company.

Houdini, H. (1924). A Magician Among The Spirits. New York, États-Unis: Harper and Brothers.

Lamont, P. (2013). Extraordinary Beliefs: A Historical Approach to a Psychological Problem. Cambridge : Cambridge University Press.

Laursen, C. (2016). Reimagining the Poltergeist in Twentieth-Century America and Britain. Thèse de doctorat en histoire, University of British Columbia, Vancouver.

Mayer, G. (2012). « Ghost hunting als Freizeitbeschäftigung ». Grenzgebiete der Wissenschaft, 61(3), 195-221.

Mayer, G. (2013). « A Sample Phenomenology of the Ghost Hunting Scene in the USA and in Germany ». In : O. Jenzen & S.R. Munt (eds.), The Ashgate Research Companion to Paranormal Cultures (pp. 363-376). Farnham: Ashgate.

Méheust, B. (2007). Science-fiction et soucoupes volantes. Une réalité mythico-physique. Paris : Terres de Brume.

Obadia, L. (à paraître). « Orbes, spectres et vidéos : métamorphoses techno-symboliques de la mythographie du fantôme ». In: C. Schneider, E. Sempere, F. D’Antonio (dir.), Voir des fantômes. Paris : Kimé.

Pigliucci, M., Boudry, M. (2013). Philosophy of Pseudoscience – Reconsidering the Demarcation Problem. Chicago : Chicago University Press.

Radford, B. (2013). « Legend Tripping: Ghost Hunting Made Real ». Consulté le 23 octobre 2014 sur : http://news.discovery.com/adventure/legend-tripping-ghost-hunting-made-real-130412.htm

Rauscher, E. (2015). « Vous avez dit bizarre ? 9 expériences paranormales décryptées par la science ». Science & Vie, n°1175, août 2015.

Rees, W.D. (1971). « The hallucinations of widowhood ». British Medical Journal, 4, 7-41.

Ruickbie, L. (2016). A Brief Guide to Ghost Hunting. How to identify and investigate spirits, poltergeists and hauntings. London : Robinson.

Schneider, C. (2011). Paranormale antiquité. Paris : Les Belles Lettres.

Seray, P. (2015). OVNI en Belgique : Contributions sceptiques. Raleigh, États-Unis: Lulu.com.

Servais, O. (2012). « Autour des funérailles dans World of Warcraft. Ethnographie entre religion et mondes virtuels ». In : J.-P. Delville (dir), Mutations des religions et identités religieuses (pp. 231-252). Paris, Mame-Desclée.

Wiseman, R. (1996). « Toward a psychology of deception ». The psychologist, 9(2), 61-64.

Wiseman, R., Watt, C., Stevens, P., Greening, E., O’Keeffe, C. (2003). « An investigation into alleged ‘hauntings’ ». British Journal of Psychology, 94, 195-211.

1 Cette citation et les autres citations de cette étudiante sont issues de communications personnelles au premier auteur du 16 juillet 2016 et du 20 mai 2017.

2 Un récapitulatif complet de l’activité publique de Guss DX est consultable sur : http://minecraft-fr.gamepedia.com/GUSS_dx

3 Mr. Sam (2015). FAKE ? #1.2 – GussDX La Tour Moncade – Chasseur de Fantômes. https://www.youtube.com/watch?v=r9sToD-vG6o ; Mr. Sam (2015). FAKE ? #1.3 – GussDX La Tour Moncade – Chasseur de Fantômes. https://www.youtube.com/watch?v=Yq6gQaSj8Zk&list=PLHvR7ldCNjysBqMuvvXjNQPHOS_diKjAz&index=3

4 Mr. Sam (2015). FAKE ? #1.2 – GussDX La Tour Moncade – Mes aveux, https://www.youtube.com/watch?time_continue=375&v=FvMrXk6fZEE

5 VisionElf (2016). FR – GussDX – Tour Moncade – Hypothèse la plus probable. https://www.youtube.com/watch?v=ZfGX1Z2_baI

6 VisionElf (2015). Paranormal – Sony Vegas Pro – Tutorial Trucage. https://www.youtube.com/watch?v=-4MhsDzgujg

7 Emission s02e038 du 7 novembre 2014. https://www.btlv.fr/gussdx-chasseur-fantomes-fait-buzz.html

8 Bellanca, B. (2016). [ACTU] GussDX dit toute la vérité sur le trucage d’une de ses vidéos. https://www.btlv.fr/actu-gussdx-dit-toute-verite-trucage-dune-de-videos.html

The Conversation


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire