Fantômes : laissez-vous hanter par le nouveau Terrain!

 

 

Il y a des morts dans les maisons comme il y a des plateaux avec des fruits !

Pour cet Islandais, cité par Christophe Pons, la présence des morts parmi les vivants est une évidence. Et il n’est pas seul à le penser.

C’est ainsi que ce volume 69 de la revue Terrain s’attache à comprendre la présence des fantômes, en se consacrant aux apparitions, aux fauteurs de troubles évanescents, bref, à tous ces morts qui se manifestent dans le monde des vivants.

Des soldats de la seconde guerre mondiale errant dans les bunkers, aux outils savants et rituels de possession permettant de communiquer avec les défunts, Terrain se plonge dans ce quotidien parfois presque routinier que l’humain entretient avec ceux qui semblent invisibles. Parfois nous partageons un repas avec eux ; dans d’autres situations, les morts prennent corps à travers l’iconographie qu’elle soit bouddhique, européenne et médiévale ou encore musicale, artistique et contemporaine.

Tout l’intérêt de la recherche anthropologique est aussi d’observer comment ces êtres invisibles font à leur tour apparaître des choses qui, jusqu’alors, n’étaient pas tout à fait perceptibles ou dicibles pour les témoins et leurs contemporains.

Ces apparitions peuvent ainsi rendre visible un passé traumatique. Heonik Kwon raconte comment, au Vietnam, les fantômes de jeunes soldats n’ayant pas reçu de sépulture durant la guerre trouvent enfin un foyer chez les villageois. Ailleurs, il faut les éloigner, comme sur les rives de la Hooghly, au Bengale Occidental, explique Laura Bear dans un article que l’on retrouvera sur le site en ligne de la revue. Dans l’enfer des chantiers navals, les accidents tragiques dont sont victimes les ouvriers rappellent que « les fantômes sont ce qui arrive quand on croit pouvoir se passer de la mort ».

Richement illustrée grâce au travail des étudiants de 4e année de l’école d’art graphique Penninghen et forte de sa tradition interdisciplinaire, la revue Terrain a ainsi mis à contribution pour ce numéro non seulement des ethnologues aux terrains très divers mais aussi un philosophe, une archéologue, un historien de l’art, des médiévistes, des artistes et un romancier inuit… Leurs contributions variées donnent à voir la matière dont l’invisible est fait.

Ainsi, conclut Grégory Delaplace, « les morts n’ont pas attendu que les vivants, anthropologues ou non, veuillent bien les prendre au sérieux pour exister – ce sont plutôt les vivants qui espèrent un peu partout être pris au sérieux par leurs morts ».

« Fantômes », Terrain n°69, paru le 24 avril 2018, est en vente en librairies ! Pour acheter le numéro en ligne ou s’abonner à la revue, cliquez ici.


Fantômes au quai Branly !

Retrouvez la revue Terrain au musée du quai Branly-Jacques Chirac, les 23 et 24 juin pour plusieurs manifestations :
table ronde au salon Jacques Kerchache à 17h30 le samedi ;
lecture de récits de rencontre avec des Fantômes au salon Jacques Kerchache à 19h30 le samedi ;
deux conférences de Heonik Kwon et Grégory Delaplace ;
parcours muséographiques autour de récits de Fantômes les samedi et dimanche après midi (animés par Vinciane Despret, Grégory Delaplace, Paul Sorrentino et Jérôme Tadié).


Sommaire du numéro

Les fantômes sont des choses qui arrivent 
Surgissement des morts et apparitions spectrales

Les voisins invisibles 
Fantômes cosmopolites dans un village vietnamien

La mémoire du béton
Trouver une place pour les fantômes de la guerre dans les îles Anglo-Normandes

Le fantôme et les autres 
Commensalités dangereuses et devenirs compromis en Sibérie méridionale

Le dévoyé et le damné 
Être possédé par les morts dans l’Italie médiévale

Archéologie des machines occultes 
Corps, techniques et « science des fantômes » autour de 1900

Corps perdu, corps trouvé 
Fragments d’une conversation avec un mort au Vietnam [récit]

La nuit de frayeur d’un homme courageux 
Nouvelle d’un écrivain inuit [récit]

Figurer et mimer les fantômes au XIVe siècle 
La représentation des revenants dans l’iconographie médiévale [portfolio]

Artistes, savants, médiums 
Art contemporain et communication avec l’invisible [portfolio]

Revenants affamés 
Les phi prêt dans les arts thaïs [muséo]

 

Crédits bande annonce :

Illustration : Etienne Daugy (Penninghen 2017)
Musique : Ghost Trails by ESMJeremyT (Pond5), 30 Sec Horror Buildup And Climax by JonasWestMusic (Pond5), Vintage Halloween Fun by ThatBeat (Pond5)
Animation : Vanessa Tubiana-Brun (CNRS-Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès), avec la collaboration de Sophie Laporte et Ismaël Moya

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire