Maître Feng et le fantôme: quand un moine taoïste rencontre un gui

 

A quoi ressemblent les fantômes ? Tenter de les décrire, nous dit Maître Feng, c’est aussi difficile que de mettre une image sur ce que sont nos âmes, et pourtant, les fantômes comme les âmes « sont bien réels ».

En Chine, voir un fantôme ne serait-ce qu’une fois dans sa vie révèle une acuité sensorielle hors du commun. Chez les moines taoïstes, la rencontre avec un gui 鬼 , une « âme errante », est le signe annonciateur d’une certaine clairvoyance. Aussi revient-elle par exemple souvent dans les récits de vocations qui conduisent au monastère. A Ziyang — au sud du Shaanxi, en Chine centrale — Maître Feng s’en souvient de façon précise. Et le raconte à l’anthropologue Adeline Herrou (CNRS / LESC) lors d’un entretien filmé.

 

 

C’est arrivé à une époque de troubles — pendant la Révolution culturelle (1966-76) — dans un lieu qui n’était pas anodin : un campement installé sur d’anciennes tombes à une époque où les temples et les sépultures étaient détruits au nom des luttes anti-superstitions. Il est le seul à avoir vu l’âme errante, sous les traits d’une silhouette humaine dotée toutefois de bras plus grands que nature. Il était moine et officiant taoïste, mais sa vie religieuse lui avait été confisquée : forcé de retourner à la vie laïque, il avait dû prendre part aux travaux des champs et, de façon ponctuelle, à la construction du chemin de fer. Il avait gardé une prédisposition à entrer en communication avec les dieux et avec les morts. La rencontre du fantôme lui a fait comprendre la réalité du monde des gui et de leur mécontentement possible. Dans sa quête personnelle, il s’emploie à être un « homme bon » (haoren 好人) et s’adonne au « perfectionnement de soi » pour parvenir à  l’immortalité (« la longue vie sans mourir »).

Cet extrait est tiré d’une conversation entre Maître Feng et Adeline Herrou, en 2014, alors qu’elle réalisait le film Maître Feng. Un moine taoïste en Chine aujourd’hui (Adeline Herrou, 2018, durée 1h10’).

 

 

Prochaine projection : lundi 18 juin 2018, à 18h à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 105 boulevard Raspail 75006 Paris, amphithéâtre Furet (discutantes Caterina Guenzi, Anne Kerlan et Caroline Bodolec). En savoir plus.

Sur les deux sortes d’âmes hun et po, voir notamment Adeline Herrou, La vie entre soi. Les moines taoïstes en Chine, Nanterre, Société d’ethnologie, 2005, chap. 7.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.