Des animaux et des hommes

Ferdinand van Kessel, Die Tabakrauchende Affenrunde (Les singes fumeurs de tabac), 17è siècle.

Le Monde Diplomatique a consacré son numéro de juillet 2018 aux animaux, avec un dossier intitulé « L’animal, un citoyen comme les autres ? » Au centre des questionnements, les places respectives des êtres humains et des animaux dans nos sociétés, et les relations ambivalentes qu’ils entretiennent. Comment êtres humains et animaux coexistent-ils ? Comment est conçu le droit animal(ier) ? Que pensent et ressentent les animaux, et qu’est-ce que cela implique pour nos devoirs envers eux ?

Ces questions sont loin d’être étrangères aux anthropologues : l’occasion de relire quelques articles de Terrain consacrés à l’étrange proximité entre humains et animaux…

  • Les animaux pensent-ils ? Après s’être penchés sur comment nous pensons les animaux, les anthropologues s’intéressent désormais à comment nous pensons que les animaux pensent… Et, si l’on en croit ce numéro 34 de Terrain, cela en dit long sur les sociétés humaines.

Lorsque Rita Astuti demande à ses interlocuteurs Vezo (Madagascar) si les gens ressemblent aux poulets, par exemple, la frontière très nette entre humains et animaux devient perméable au point de mettre les premiers mal à l’aise…

  • Le cochon est-il l’avenir de l’homme ? Ces dernières années, des scientifiques ont créé un cochon génétiquement modifié en vue de réaliser des xénogreffes, c’est-à-dire des transplantations d’organes d’animaux chez des patients humains. L’occasion d’interroger, pour l’anthropologue Catherine Rémy, l’hybridation du corps humain et ses conséquences : alors que le cochon, à l’inverse du singe, semblait suffisamment éloigné de l’humain pour être facilement objectivé, ces mêmes manipulations humanisent l’animal au point de menacer cette distance…
  • Madame et Monsieur D. se disputent la garde de Harry, huit ans. L’affaire, portée au tribunal, n’est pourtant pas jugée par le juge des affaires familiales comme le voudrait Monsieur D. En effet, Harry n’est pas l’enfant du couple… mais un chimpanzé. C’est le point de départ de « L’affaire Harry. Petite scientifiction » : à partir de ce cas fictif, Vinciane Despret et Serge Gutwirth examinent, sur un mode expérimental, la possibilité de conférer aux singes le statut juridique de personne, et les conséquences qui en découleraient.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.