Faire taire – Appel à contribution

Le censeur, dans « Histoire du roi de Bohème et de ses sept châteaux », Nodier, 1830.

Faire taire

Appel à contribution pour la revue Terrain

Numéro coordonné par Matei Candea

 

Qu’est-ce que faire taire ? Par cette question, ce numéro de Terrain vise à interroger empiriquement la diversité des représentations et pratiques de la censure.

Qui fait taire qui, et par quelles méthodes ? Comment les pratiques et techniques concrètes du faire taire sont-elles mises en place, critiquées ou valorisées, contrées ou enseignées ? Ces questions peuvent se poser autant dans l’étude historique ou contemporaine des censures d’État (Darnton 2014) que dans les situations plus floues que des travaux récents ont associés à l’idée de censure (par exemple Muller 2004 ; Bruyère & Touiller-Feyrabend 2006) : des limites imposées aux dits et aux écrits par le droit de la presse, en passant par divers mécanismes de prévention mis en place par des acteurs privés ou semi-autonomes (réseaux sociaux, maisons d’édition ou de production, campus universitaires, etc.), jusqu’aux petits débats qu’on évite, aux silences et aux non-dits imposés par chaque acteur aux autres et à soi-même. Poser la question de la méthode du faire taire dans ces divers contextes suppose d’identifier des relations concrètes et un certain arrangement d’acteurs saisissables empiriquement. Cela suppose également d’examiner les manières – éphémères ou durables, systématisées ou inattendues – d’amputer, de filtrer ou de remodeler la parole et l’écrit.

Ce numéro invite aussi à une réflexion sur les imaginaires et les configurations politiques et culturelles qui se nouent autour de ces pratiques. Quelles entités impliquent-elles et contribuent-elles à constituer ? Dans une grande partie de la littérature en sciences sociales, ainsi que dans les nombreux débats publics autour de la censure, cette dernière est associée à un imaginaire politique et culturel particulier : la censure serait un mal inhérent imposé à l’individu énonciateur envisagé comme, en principe et idéalement, libre et autonome. Cet imaginaire, qui informe effectivement l’expérience des censures dans beaucoup de contextes concrets, mérite d’être examiné ethnographiquement : comment se vit-on dans ces contextes, autant comme « censeur » que comme « censurable » ? Quelles visions du sujet, et de ses multiplicités internes, sont impliquées dans la notion même d’auto-censure[1] ?

Cependant, le numéro se propose aussi d’élargir le cadre au-delà de cet imaginaire politique et culturel habituel de la censure pour examiner des modalités du faire taire à l’œuvre dans des sociétés, des configurations d’acteurs et des situations ethnographiques qui ne sont pas distribuées selon la tension classique entre le pouvoir de la censure et l’individu cherchant à exprimer ses opinions ou à construire son identité. Qui fait taire qui, et comment, dans des contextes où la personne, la parole, ou l’espace public sont conçus autrement? Dans ce cadre comparatif élargi, faire taire peut être le fait d’une multiplicité d’agents et de quasi-agents, humains ou non-humains : algorithmes, maladies, forêts, ancêtres ou dieux. Les censurés, aussi, peuvent se décliner sous des formes autres que celles du sujet unitaire, être humain possesseur d’opinions tels qu’il est envisagé par les théories politiques libérales.

Outre des articles académiques (8 000 mots), le numéro comptera des « portfolios », conçus comme de courts essais construits sur un corpus d’images. Des récits courts (4 000 mots) enfin, prenant la forme de vignettes descriptives, rendront compte d’événements de rencontre documentés dans des archives ou directement observés dans le cadre d’un terrain ethnographique.

Les propositions de contributions devront être envoyées sous forme d’un résumé (300 mots environ) avant le 8 septembre 2018 à la rédaction de la revue Terrain : terrain.redaction@cnrs.fr

Les articles complets sont à remettre pour le 1er décembre 2018.

Lectures

BRUYERE C. & H. TOUILLIER-FEYRABEND, 2006.
« La censure et ses masques », Ethnologie française no 36, p. 5-9.

DARNTON R., 2015.
Censors at Work. How States Shaped Literature, W. W. Norton & Company, nouvelle édition.

GALISON P., 2012.
« Blacked-out spaces. Freud, censorship and the re-territorialization of mind », The British Journal for the History of Science no 45, p. 235-266.

MARTIN L., 2016.
Les Censures dans le monde, XIXe-XXIe siècle, PU Rennes.

MULLER B. (éd.), 2004.
Censorship & Cultural Regulation in the Modern Age, Amsterdam, Brill Rodopi.

 

[1] Par exemple, ainsi que l’a montré Galison (2012), la vision freudienne d’un esprit scindé dont certaines parties en censurent d’autres doit beaucoup à l’expérience par Freud lui-même de la censure d’État. Mais il y a bien d’autres façons d’envisager ces multiplicités internes.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.