D’or et de soie. Se laisser guider par les lignes d’une jupe du Laos

Et si la description minutieuse des motifs et des matériaux d’une jupe du Laos permettait de révéler aussi bien les détails de fabrication locale du passé que les enjeux globaux contemporains ? Dans ce billet, l’anthropologue Annabel Vallard retrace pas à pas la genèse d’une jupe du Laos exposée au musée du Quai Branly Jacques Chirac.

 

Détails de la ‘tête’ et du ‘corps’ de la jupe cousus ensemble après avoir été tissés séparément. © musée du quai Branly – Jacques Chirac, photo Thierry Ollivier, Michel Urtado

Pour être femme, tu dois te comporter convenablement.
Tes cheveux peignés méticuleusement ; ta jupe dans un rabat, ajustée soigneusement
Proverbe tai du Laos[1]

Dans les allées du musée du quai Branly-Jacques Chirac, les visiteurs passent souvent devant des pièces sans les voir. Tapie dans l’ombre d’une « tirette » à des fins de préservation, une jupe attend ainsi son heure. Qu’un visiteur curieux ouvre ce lourd dispositif protecteur quasi-invisible qui l’enchâsse, et l’éclat de ses ors brille de mille feux sous l’ardeur des spots halogènes. Imaginez que l’on puisse, en procédant à sa description, retracer sa genèse ?

Enveloppements

Cette jupe a été collectée, nous dit la notice de l’œuvre, dans la région de Luang Prabang, au nord du Laos actuel auprès des Tai Lao, l’un des sous-groupes de locuteurs de langues tai, politiquement majoritaire dans la région.

Figure 1A : sin mai kham, jupe tubulaire de femme tai lao tissée de fils de coton, de soie et d’or. © musée du quai Branly – Jacques Chirac, photo Thierry Ollivier, Michel Urtado

Au contraire du sari, une couture donne volume à ce textile plat qui est couramment désigné sous le nom de jupe « tubulaire ». Les femmes l’enfilent par les pieds et non par la tête, obéissant à un interdit sur lequel je reviendrai plus loin. Afin que le vêtement soit bien ajusté au corps, elles rabattent dans un pli l’excédent de tissu sur le devant et maintiennent les pans en place en glissant l’une des extrémités dans la ceinture. Les plus fortunées utilisent une ceinture en coton, en soie ou en métal argenté voire doré.

De nos jours, les femmes cousent des agrafes discrètes au niveau de la taille qui permettent d’ajuster la largeur de la jupe et d’éviter qu’elle ne se détache, en toutes circonstances.

Figure 2A : Ceinture pour jupe tubulaire de fillette vivant dans une famille aisée de Muang Ven (province de Hua Phan).Les cordelettes en coton non teint sont séparées les unes des autres. Le coton est souvent associé aux composantes vitales dans les rituels des locuteurs de langues tai (coll. Madeleine Colani, début du 20e siècle). © musée du quai Branly – Jacques Chirac

Figure 2B : Ceinture pour jupe tubulaire en argent ciselé. Les quatre plaques reliées par des rangées parallèles de spires d’argent soudées sont décorées en creux de motifs floraux (collectée dans la province de Luang Prabang, début du 20e siècle). © musée du quai Branly – Jacques Chirac

Ces jupes étaient couramment portées dans d’autres sociétés de langues tai (Tai Neua, Tai Phouan). Les réserves du musée en conservent d’ailleurs de nombreuses pièces en provenance de toute la région (Laos, Thaïlande, Chine, Myanmar). Celles-ci se distinguent par leurs motifs, leurs matériaux ou encore leurs formats signant des origines géographiques, des statuts et appartenances diverses (groupe ethnique, genre, statut marital, âge, etc.). Leur forme les distingue aussi des pantalons ou d’autres types de jupes portés par les femmes des sociétés voisines comme les deux spectaculaires jupes plissées miao du Sud de la Chine et hmong du Vietnam présentées dans la vitrine qui ouvre la section du plateau consacrée aux collections asiatiques. Loin d’être cantonnées aux vitrines des musées, ces jupes tubulaires sont encore portées quotidiennement au Laos. Icônes d’une certaine féminité laotienne, elles sont mobilisées dans le cadre de politiques nationalistes de « laocisation » des pratiques vestimentaires (mais aussi linguistiques, cultuelles et alimentaires) du pays[2].

La jupe tubulaire qui nous intéresse ici n’est pas d’un seul bloc. Elle est constituée de trois parties tissées séparément puis assemblées par une couture formant un décor de bandes horizontales. Cette division tripartite de la jupe fait écho à son anthropomorphisation symbolique. Ces trois parties sont en effet dénommées « tête », « corps » et « pieds » de jupe. Partagée entre un haut et un bas, celle-ci n’est donc pas seulement un objet de parure, d’identification ou d’appartenance. Elle sert aussi à protéger symboliquement le corps. Il faut savoir que pour les Tai Lao, le corps est orienté entre un haut (la tête) extrêmement valorisé, siège notamment des éléments vitaux les plus puissants de l’organisme, et un bas (les pieds) dévalorisés, au contact du sol[3]. C’est l’une des raisons pour laquelle, dans cette région du monde, on ne dirige jamais ses pieds vers la tête de quelqu’un ni n’enfile une jupe par la tête. Ce n’est qu’au moment de ses funérailles qu’une femme voit la « tête » de sa jupe toucher ses pieds, quand tout son être s’est inversé, en passant de vie à trépas. L’importance accordée à l’orientation du corps des êtres humains se double d’une emphase sur sa complétude. De multiples pratiques gestuelles, alimentaires et thérapeutiques s’emploient à bien fermer le corps et éviter que les éléments vitaux de l’organisme responsables de la bonne santé et de la vitalité des individus ne s’en échappent. Dans cette perspective, les bords de la tête et du pied de la jupe sont enrichis, tout du long, de petits motifs de clôture très discrets et souvent stylisés. Que ce soit des « pics », des « dents » ou des « barrières », ceux-ci servent à protéger les limites sensibles du corps, de toute pénétration extérieure notamment.

Amplifications

En dehors de ses modalités d’exposition, cette jupe est également discrète du fait de son décor de lignes apparemment simple. Ce dernier exige pourtant une grande dextérité dans l’association de plusieurs techniques de tissage et de teinture. Il est en effet composé par l’adjonction de fils de trame supplémentaires sur toute la largeur de l’étoffe, et de trames teintes à réserve avant tissage dont des portions ont été préservées par des nœuds afin d’empêcher leur coloration par teinture, technique plus connue sous le terme indonésien d’ikat.

Ce qui rend cette jupe encore plus singulière est l’emploi de fils métalliques, ici des fils d’or qui lui donnent un chatoiement d’une chaleur incomparable dès qu’elle est exposée à la lumière. Au 20e siècle, ces matériaux précieux et coûteux étaient importés principalement de France, en particulier de la région lyonnaise. Leur usage dans la fabrication de cette jupe témoigne dès lors d’un vêtement porté par une femme appartenant à une famille argentée et, sans doute, compte tenu du contexte de la collecte, à la noblesse luang prabanaise. Cette jupe date en effet de la fin du 19e siècle ou du début du 20e -le Laos faisant alors partie de l’Union Indochinoise, territoire colonial français (avec le Tonkin, l’Annam, la Cochinchine et le Cambodge). Les royautés locales y étaient maintenues en place avec un pouvoir très amoindri. Luang Prabang était l’un des royaumes avec ceux de Vientiane et  de Savannakhet issus du puissant Lan Xang, morcelé à la suite d’une crise de succession en 1707. Les administrateurs coloniaux s’y rendaient pour des affaires d’Etat, profitant de l’occasion pour faire du tourisme dans la bourgade classée depuis 1995 au patrimoine mondial de l’Unesco pour ses vestiges bouddhiques et son architecture lao-coloniale. C’était sans doute le cas de Paul Dupuy, Directeur des affaires politiques et indigènes d’Annam à partir de 1904[4], qui a collecté cette pièce versée par la suite à la collection du Musée colonial de Marseille avant d’arriver dans les collections Asie du Musée de l’Homme et plus tard du musée du quai Branly-Jacques Chirac.

La plupart des matériaux précieux, dont les fils d’or, étaient travaillés dans les palais royaux et princiers de Luang Prabang par des femmes de l’aristocratie[5]. Cette jupe, dont la tisserande est anonyme, – pourrait ainsi avoir été produite dans l’un des palais de la cour. Mais elle pourrait également provenir du village tai lü de Phanom situé à une dizaine de kilomètres du centre ville : en effet, à la fin des années 1990, les femmes âgées y revendiquaient  un lien de vassalité avec l’ancienne cour royale. Elles aimaient raconter – et certains vieux villageois avec elles – qu’une princesse tai lü du royaume des Sip Song Panna (au sud de la Chine actuelle) mariée à un Prince de Luang Prabang emmena avec elle sa cour pour l’assister dans les travaux rizicoles, la défense, la production artisanale et la danse. Selon ce mythe d’origine, les villages d’artisans situés autour de Luang Prabang, et notamment le village de Phanom, dépendaient du palais et pourvoyaient la cour en main d’oeuvre et en artefacts. Selon ces femmes, le statut de « village de tisserands » de Phanom doté depuis 2000 par les autorités gouvernementales du label « village culturel modèle » témoignerait de cet héritage pluri-centenaire[6].

Notons qu’à l’époque de la collecte de cette jupe, comme aujourd’hui du reste, le village de Phanom était un site d’attraction touristique. Au temps de la colonisation, il devait sa réputation au fait qu’y était décédé Henri Mouhot, l’explorateur français qui révéla aux Occidentaux Angkor, l’ancienne capitale de l’empire khmer. Un monument funéraire, édifié en 1867 sur l’une des rives de la Nam Khan et reconstruit en 1890 par des explorateurs et des administrateurs coloniaux (mission Doudart de Lagrée et Garnier pour le premier et mission Pavie pour le second), sert de point de repère dans le paysage local et a fait l’objet pendant toute la colonisation d’une sorte de « pèlerinage » d’hommage au premier français ayant parcouru le Laos[7].

Cette jupe d’apparence modeste et d’auteure inconnue n’en est pas moins intéressante : au-delà de l’expérience esthétique immédiate, elle tient dans ses trames tout à la fois des représentations locales du corps humain, une haute technicité et des matériaux précieux, reliant un ancien royaume tai lao à des enjeux globaux contemporains qui tiennent en partie à l’histoire de la colonisation, aux pratiques de collecte des artefacts muséographiés, au tourisme et aux filières transnationales de matières premières.

Figure 3 : Fillette en tenue de cérémonie de la province de Luang Prabang. La soie s’allie à l’argent dans ses vêtements, bijoux et bol à aumône (photographe anonyme, donateur : Paul Rivet, photo prise entre 1920 et 1932). © musée du quai Branly – Jacques Chirac

 

Annabel Vallard
Centre Asie du Sud-Est (CNRS/EHESS/INALCO- UMR 8170)

Billet édité par Julien Clément et Clémence Jullien 

 

Dans le cadre de sa mission de grand département pour les arts d’Afrique, d’Amérique et d’Océanie, le musée du quai Branly – Jacques Chirac soutient la recherche sur les collections extra-européennes des musées de France. La rubrique « Muséo » s’inscrit dans le partenariat noué entre le musée et la revue Terrain, qui conduit à publier, dans la revue papier et sur le blog « Carnets de Terrain », des articles présentant les œuvres de ces collections.

Cette rubrique est coordonnée et éditée par Julien Clément (musée du quai Branly-Jacques Chirac / LESC) et Clémence Jullien (Université de Zurich / CEIAS-EHESS), avec l’aide de Maïra Muchnik (musée du quai Branly-Jacques Chirac).

 


[1]           V. Nangthavongdouangsy, 2006, Sinh and Lao Women, Vientiane: Phaeng Mai Gallery, p. 23

[2]           A. Vallard, 2012, « De la jupe à la femme. Tissage, vêtement et subjectivation au Laos », in E. Anstett Gessat & M-L. Gelard (eds.), Les objets ont-ils un genre ?, Paris : Armand Colin, pp. 105-120

[3]           B. Formoso, 1987, « Du corps humain à l’espace humanisé », Etudes rurales, 107-108, pp. 137-170.

[4]           http://belleindochine.free.fr/images/CollectionYLeger/GouGal%20Indochine%201936.pdf ; http://data.bnf.fr/16267226/paul_dupuy/

[5]           C. Choron-Baix, 2000, « L’art et la vertu. La broderie au fil d’or dans l’ancienne cour de Luang Prabang », Gradhiva, 27, pp. 53-61.

[6]           A. Vallard, 2015, “Heritage sites, emerging markets. The case of textile industry in Luang Prabang, Lao PDR”, in V.T. King (ed.), Unesco in Southeast Asia, World Heritage Sites in Comparative Perspective, Copenhagen, NIAS Press, pp. 35-53.

[7]           J.-M. Strobino, 2013, « Histoire de la sépulture d’Henri Mouhot et de son monument funéraire 1861-1990 », Bulletin de la Société d’Histoire Naturelle du Pays de Montbéliard, 23 ; en ligne : http://www.alainbernardenthailande.com/2015/07/histoire-de-la-sepulture-d-henri-mouhot-et-de-son-monument-funeraire-1861-1990.html


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.