Écritures : découvrez le nouveau Terrain !

À quoi sert l’écriture et qu’a-t-elle changé dans l’histoire de l’humanité ? L’écriture est-elle née pour administrer les États naissants, est-elle vouée à devenir la matrice des nationalismes, l’agent d’un changement menant du traditionalisme à l’esprit critique ? Ces questions ont guidé les recherches sur l’écriture pendant des décennies. Elles sont aujourd’hui abandonnées, et ce numéro de Terrain explique pourquoi c’est une bonne nouvelle.
Des empires complexes se sont édifiés sans recourir à une notation écrite des langues mais en utilisant des symboles qui n’avaient pas de signification linguistique ; une écriture lettrée peut être politiquement stérile et ne pas créer de sentiment d’appartenance nouveau ; certaines écritures inventées ne trouvent pas d’autre usage que rituel ; elles peuvent être un support à l’imagination sémiotique ou esthétique avant d’être une simple transcription de la langue ; elles peuvent être assimilées à des traces de pattes de poulet dans la terre, des motifs de maçonnerie, des reliefs dans la pierre…
Surprenantes écritures ! Inventées en Crète minoenne, chez les Mayas, en Asie du Sud-est, en Inde, en Afrique, en Europe, elles se prêtent aux usages les plus variés. Réunir grâce à une langue universelle les peuples séparés par la malédiction de Babel, se rendre illisible au pouvoir étatique en Inde tribale, convaincre les adeptes d’un mouvement prophétique congolais, parler avec les Martiens dans les milieux astro-spirites, transformer les mots en œuvres d’art, retrouver des écritures disparues, perdues ou dérobées, en Côte d’Ivoire à l’époque coloniale…
Les écritures d’ici et d’ailleurs, d’hier et d’aujourd’hui, n’ont donc pas fini de nous surprendre, tant par leur imagination formelle, mêlant et recyclant des symboles, des signes graphiques, des glyphes, des images, que par leurs usages les plus inattendus. Comme le soulignent les coordinateurs du numéro, Pierre Déléage et Olivier Morin, « débarrassée de son costume de deus ex machina, l’écriture apparaît comme un terrain fascinant à l’interface entre cognition et culture, politique et religieux, culture savante et oralité ».

« Écritures », Terrain n°70, paru le 9 octobre 2018, est en vente en librairies ! Pour acheter le numéro en ligne ou s’abonner à la revue, cliquez ici.


Événements

Retrouvez les auteurs et coordinateurs de ce nouveau numéro :


Sommaire du numéro

Introduction
Écritures recyclées
Les multiples fonctions de la communication graphique
Olivier Morin & Pierre Déléage

En mêlant ethnographie, archéologie, sciences cognitives et histoire, ce numéro entend montrer la fertilité actuelle de l’anthropologie de l’écriture. Ses auteurs se tiennent à distance des grands récits qui font de l’écriture l’accoucheuse de la Raison ou encore un outil coercitif entre les mains de l’État. Ils préfèrent montrer comment l’écrit ne cesse de changer de fonctions, par un processus de constant recyclage. Des codes graphiques qui n’étaient pas faits pour noter une langue acquièrent un sens linguistique ; des motifs décoratifs sont reconvertis en lettres, et inversement ; les emblèmes du pouvoir se font objets de culte.

Écritures martiennes
Logiques sémiotiques des astro-spirites
Pierre Déléage

À la charnière du XIXe et du XXe siècle, des médiums spirites, en Europe et aux États-Unis, affirmèrent être en mesure de communiquer avec des Martiens. Les dialogues avaient lieu en langue martienne et les médiums enregistraient leur contenu au moyen d’écritures elles aussi martiennes. L’analyse de ces langues et écritures employées par Catherine Élise Müller (plus connue sous le nom d’Hélène Smith) et Ida Cleaveland (un peu plus connue sous le nom de Mrs Smead), considérées dans cet article comme des langues et des écritures inventées, apporte un éclairage original sur les facteurs linguistiques et cognitifs qui contraignirent ces inventions à adopter des logiques sémiotiques semblables.

L’art de ne pas être lisible
Les écritures inventées comme outils de résistance en Asie du Sud-Est
Piers Kelly

Discutant la proposition de l’anthropologue James Scott, qui affirme que l’absence de formes d’écritures vernaculaires parmi les minorités des hautes terres de l’Asie du Sud-Est continentale constituerait une des différentes manières de fuir l’État, l’auteur examine neuf écritures retrouvées, créées sur fond de violents conflits avec les basses terres. Reconnaissant l’écriture comme un instrument important du pouvoir étatique, les chefs de ces minorités ne se sont pas approprié ses usages bureaucratiques ordinaires. Préférant réserver ce médium à des fins et à des champs très spécifiques, ils ont fait de leurs écritures des instruments symboliques pour la construction d’institutions de résistance quasi étatiques.

Des rebelles armés de feuilles blanches aux déchiffreurs de pierres
Appropriation de l’écriture chez les Sora et d’autres groupes tribaux de l’Inde (Adivasi)
Cécile Guillaume-Pey

Comment des groupes tribaux (Adivasi) de l’Inde se sont-ils approprié l’écriture, instrument de pouvoir et de savoir qui, en contexte colonial, était d’abord associé aux Britanniques et aux castes hindoues qui leur servaient d’intermédiaires ? Cet article éclaire les modalités d’appropriation de l’écrit par des leadeurs adivasi en accordant une attention particulière aux inventions de graphies. À partir des années 1930, des personnages charismatiques créent des écritures pour transcrire leurs langues, inventions présentées comme des « découvertes » de signes inscrits sur des pierres. De nos jours, ces écritures cristallisent les revendications identitaires de groupes marginalisés d’un point de vue linguistique, religieux et politique.

De la figure à l’écriture
Tradition iconographique et naissance du hiéroglyphique en Crète minoenne
Silvia Ferrara

Restituer les conditions d’émergence autonome d’un système de transcription du langage, en Crète, au tournant du troisième et du deuxième millénaire avant notre ère, tel est l’enjeu de cet article. L’auteure propose de mettre les plus anciennes traces écrites de l’île en perspective avec la transformation des règles de la figuration sur les sceaux gravés des époques pré- et proto-palatiale, dont les motifs évoluent vers des représentations iconiques, des codifications ordonnées et des expressions symboliques. Bien que l’écriture hiéroglyphique minoenne demeure indéchiffrable, l’analyse des inscriptions permet de distinguer quelques éléments de structure sémantique et d’identifier le moment où s’établit une forme de codage phonétique.

Entre écriture et art
L’invention du mandombe en pays Kongo
Ramon Sarró

Le mandombe, système graphique inventé par David Wabeladio Payi, répond à des logiques complexes. À la fois système d’écriture et de création artistique, entièrement conçu à partir des symboles en forme de 5 et de 2 que Wabeladio reconnaissait dans les lignes joignant les briques du mur de sa chambre, le mandombe est un bon exemple d’écriture qui ne répond pas aux grandes fonctions classiques. Wabeladio a choisi de faire primer l’élégance mathématique sur l’aisance, l’esprit de système sur la simple efficacité, développant ainsi un script servant plus de support à l’imagination sémiotique ou esthétique qu’à une simple transcription de langues.

Bande dessinée
La forme de l’écrit
Comment les lettres s’adaptent aux contraintes de notre cognition
Olivier Morin & Fabien Roché

Historiens et épigraphistes observent la forme des lettres pour identifier des manuscrits ou pour comprendre la trajectoire d’un système d’écriture. On peut aussi scruter lettres et caractères pour faire émerger une histoire plus ancienne : celle du cerveau humain et de son évolution. C’est à l’intersection de ces deux histoires que s’est intéressé Olivier Morin dans un article paru l’an dernier dans la revue Cognitive Science. Fabien Roché, graphiste et bédéaste, raconte cet article pour Terrain.

Entretien avec Stephen Houston
Vie et mort de l’écriture
Explorations de l’essence des écritures anciennes

L’écriture maya est la dernière grande écriture à avoir été déchiffrée. Stephen Houston, avec David Stuart, Simon Martin, Mark Zender et d’autres, fut l’un des artisans de ce déchiffrement. Il en retrace l’histoire dans cet entretien et aborde des questions plus générales liées à l’étude comparée des écritures anciennes. Il évoque comment son travail sur l’écriture maya est marqué par sa sensibilité aux rythmes et configurations visuelles, par sa formation et sa pratique d’anthropologue, par son expérience de la dimension physique des inscriptions sur le terrain archéologique. Il ouvre, enfin, sur les questions plus générales, culturelles et cognitives, qui constituent un horizon futur de la recherche.

Récit
Palanc l’écrituriste
Jean Dubuffet

Francis Palanc (1928-2015), pâtissier de Vence, a inventé vers l’âge de 19 ans deux écritures secondaires, la fermotitude
et l’ouvertitude. Il comptait sur ces alphabets au graphisme anguleux pour obtenir des révélations métaphysiques sur l’origine et l’essence des choses. Il réalisa par la suite des peintures où apparaissaient des textes rédigés dans l’une ou l’autre des deux écritures. En 1960, après une exposition dans une petite galerie des peintures de Palanc, ce qui leur conféra contre sa volonté un statut d’œuvres d’art, il détruisit ses productions et cessa définitivement toute activité créatrice, provoquant ainsi la mort prématurée de ses systèmes d’écriture.

Portfolio
Atlas des langues
Prendre la mesure linguistique du monde à l’époque moderne
Fabien Simon

L’Atlas linguistique est constitué selon deux axes complémentaires : collecter (les langues/les écritures) et inventer (une langue/une écriture). D’un côté, la confrontation à la diversité des langues, dont on tente de déterminer le périmètre ; de l’autre, la tentative de la contrecarrer en revenant à une langue unique. La collecte de tous les idiomes vise à inventorier la nature ; les langues inventées veulent l’autopsier. La dimension cryptographique assumée des langues universelles les constitue en incitation à décrypter le livre de la nature en même temps que l’on décrypte l’écriture elle-même. Mais, paradoxalement, elle réserve aussi ces systèmes de signes destinés à être compris par tous, comme les « caractères réels » de John Wilkins, à un petit nombre de maîtres de ce savoir. Dans ce portfolio, Fabien Simon exhume les interprétations de différentes écritures, de la Renaissance au début du XVIIIe siècle.

Muséo
Du lisible au visible
La nouvelle existence de l’écriture de Frédéric Bruly Bouabré
Cédric Vincent

Cet article prend comme point de départ une carte dessinée de Frédéric Bruly Bouabré afin de décrire la présentation de son syllabaire, conçu en 1956 pour transcrire la langue bété, au sein de l’évolution de sa pratique dessinée. Il peut paraître anecdotique de s’intéresser à un seul dessin tant nous avons été habitués à saisir la production de l’artiste ivoirien par le prisme de ses séries. Cette carte offre cependant un support de choix pour suivre la dynamique qui trame la relation entre ces deux pans de son répertoire créatif – la série Alphabet bété (1991) marquant l’étape décisive dans leur rencontre.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.