« The Wari’ don’t say ‘one’, they say ‘lonely' »: An interview with Aparecida Vilaça

La revue Terrain publie en ligne ce mois-ci un texte de l’anthropologue brésilienne Aparecida Vilaça. Elle y raconte la mort de Paletó, son « père » Wari’, qui l’a accompagnée pendant trente années dans ses travaux scientifiques mais aussi dans sa vie personnelle et familiale. Grâce à cette relation privilégiée nouée avec les Wari’, faite d’admiration, de camaraderie et d’amour, Aparecida Vilaça explore les transformations subies par leur rituel funéraire, passé du cannibalisme à l’enterrement selon le rite évangélique, tout en montrant qu’il continue de s’inscrire dans une éthique sensible de production de la parenté.

 

Dans cet entretien, réalisé à l’occasion de la première conférence Lévi-Strauss qu’elle a donnée à Paris le 13 octobre 2017, Aparecida Vilaça évoque avec Anne-Christine Taylor son affection pour ce père adoptif et informateur privilégié au parcours extraordinaire – passé de cannibale à chrétien, et ayant refusé longtemps de couvrir sa nudité malgré l’insistance des fonctionnaires d’État. Elle y revient aussi sur son propre parcours de recherche, traversé par le thème du corps, et sur la figure du diable – ce double du christianisme qui, en introduisant de la multiplicité et de la dualité dans la personne humaine, trouve un écho particulier chez les Wari’.

Face aux menaces qui pèsent sur les droits indigènes au Brésil, la vie de Paletó est un témoignage important des transformations vécues par ces sociétés, et de ce qu’elles peuvent nous apprendre.

 

Vidéo réalisée par Vanessa Tubiana-Brun. Remerciements à Christine Langlois et Emmanuel de Vienne.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.