Colliers en coquillages des îles Fidji

L’anthropologue Stéphanie Leclerc Caffarel se penche sur les récits de voyage de navigateurs du XIXè siècle. La lecture attentive des écrits de Dumont d’Urville lui permet de remonter à la genèse de colliers de coquillages des îles Fidji, et, plus largement, de réfléchir aux modalités d’échanges d’objets prestigieux dans le Pacifique.

Sur le plateau des collections, le musée du quai Branly – Jacques Chirac expose de façon permanente deux rares colliers en provenance des îles Fidji (Pacifique Sud). La valeur de ces objets tient tant à leur facture et à leurs matériaux qu’à leur histoire : celle des grands voyages d’exploration et des premiers musées ethnographiques français. Ils permettent aussi d’entrevoir les intentions des habitants des îles Fidji qui, selon toute vraisemblance, offrirent ces bijoux au navigateur Dumont d’Urville ou à un autre membre de son équipage lors du premier voyage de l’Astrolabe en Océanie (1826-1829). En regard du récit du voyage publié en 1830 et des illustrations qui l’accompagnent, l’analyse de ces colliers souligne l’aptitude des objets de musées à matérialiser des fragments d’histoire qui, autrement, nous échapperaient. 

Les colliers

Le collier le plus imposant compte cinq coquilles d’huîtres perlières, soigneusement polies et gravées. Percés en partie supérieure, les coquillages sont attachés à un lien tressé d’écorce interne de mûrier à papier, battue en une étoffe qu’on appelle tapa dans le Pacifique, masi à Fidji.  L’éclat jaune doré de la coquille centrale la distingue de ses comparses à la nacre brune-violette en surface, très blanche en profondeur, et suggère qu’elle provient d’une espèce différente de mollusque.

Le second collier comprend quatre coquilles, extrêmement polies et d’un blanc éclatant. Les coquillages sont ici davantage taillés. Leur forme naturelle s’est effacée pour laisser place à des triangles arrondis, semblables à des carapaces de tortues marines. 

Le voyage

La première exploration des îles Fidji par Dumont d’Urville, en 1827, est périlleuse. L’archipel est alors peu connu des Européens et non cartographié. Le temps est à l’orage et il manque à l’Astrolabe des ancres et des cordages, perdus lors de l’escale précédente à Tonga. Très en retard sur son itinéraire, Dumont d’Urville choisit néanmoins de tenter l’aventure. Mû par son désir de reconnaissance en tant qu’explorateur de territoires inconnus, il conduit la corvette et son équipage jusqu’aux petites îles d’Ogea au sud-est de l’archipel qu’on appelle aujourd’hui Fidji. 

Les rêves de Dumont d’Urville d’un territoire inexploré s’envolent aussitôt. Le 24 mai 1827, deux pirogues viennent à la rencontre de la corvette française. Elles sont menées par un jeune chef originaire des îles Tonga, amateur d’armes à feu et rompu à la navigation commerciale pour avoir voyagé à bord d’un bateau anglais jusqu’en Australie, en Nouvelle-Zélande et à Tahiti. Un de ses compagnons originaire de Guam parle, lui, espagnol. Notant que l’Astrolabe aurait grand besoin d’une ancre, le marchand tongien informe Dumont d’Urville que, suite au naufrage d’un bateau de commerce américain, le Tui Nayau (chef principal des Lau ou Fidji orientales) a une ancre à vendre.

L’Astrolabe se rend donc à Lakeba, l’île principale des Lau où réside le Tui Nayau. Mais la tempête empêche Dumont d’Urville d’atteindre l’ancre promise et d’aller à la rencontre du Tui Nayau. Sans amarre, la corvette reprend sa route avec à son bord des passagers involontairement embarqués à Lakeba, dont certains appartiennent à l’aristocratie locale. C’est le cas notamment de Tubuanakoro, fils aîné de Ratu Tanoa Visawaqa, l’un des chefs les plus influents des Fidji au XIXe siècle, et de Soroaqali, frère cadet du Tui Nayau. Ce sont ces jeunes chefs fidjiens et des marchands de bois de santal espagnols naufragés, qui fournissent à l’équipage la plupart des informations collectées pendant l’exploration de l’archipel. 

Après de multiples péripéties, Dumont d’Urville laisse finalement les passagers de Lakeba débarquer sur l’île de Moala, au sud de l’archipel. La corvette se dirige alors vers Viti Levu, la plus grande des îles fidjiennes. Là, pour la première fois, le temps est clément et permet des interactions normalisées avec les habitants de la région de Nadroga, au sud-ouest de la grande île. Quelques jours plus tard, le 11 juin 1827, l’Astrolabe quitte les îles Fidji en direction de l’archipel du Vanuatu, alors appelé Nouvelles-Hébrides. 

Carte des îles Fidji au début du XIXe siècle, avec mention des chefferies principales
© Services CartoGIS, College of Asia and the Pacific, The Australian National University

Décalages et omissions: analyse en filigrane d’un échange passé inaperçu

Malgré des conditions de navigation contraires, Dumont d’Urville et son équipage parviennent à réunir un certain nombre d’informations importantes, relatives à la culture, à la politique et à la géographie des îles Fidji. Sont notamment parvenus jusqu’à nous : la première carte détaillée de la partie méridionale et orientale de l’archipel, des gravures et quelques objets, parmi lesquels les colliers exposés au musée. Cette provenance est confirmée par la présence du collier à cinq coquilles sur la planche XC de l’atlas historique du voyage. Dans les inventaires anciens, y compris ceux du Musée de Marine du Louvre où les objets rapportés par l’expédition sont déposés, on trouve en fait deux colliers, dont celui à quatre coquilles. 

Dans le récit du voyage même, en dehors de la gravure mentionnée ci-dessus, il n’est nulle part question de ces colliers. L’ethnographie contemporaine et les sources ethno-historiques nous informent pourtant de la valeur élevée de ces pièces au moment de leur passage aux mains des Français. Elles nous instruisent aussi sur une provenance probable, à l’est de l’archipel, et suggèrent un mode possible d’acquisition, le don. 

Ethnographie contemporaine: le rôle fondamental des échanges à Fidji

A Fidji comme ailleurs dans le Pacifique, l’échange ou le « don » (au sens de Marcel Mauss) est le mode privilégié d’entrée en relation. Il est le moyen utilisé pour initier et renforcer les alliances. Si aucun objet ou denrée n’est donné à la légère, c’est encore plus vrai de certains biens jugés précieux, prestigieux, voire sacrés (tabu). En fidjien de telles choses sont appelées iyau ; un terme parfois traduit par « trésors ». Les iyau regroupent notamment les articles des prestations cérémonielles. Pour ces dernières, nattes, étoffes d’écorce, huile de coco et objets en bois sculptés (bols) sont aujourd’hui incontournables ; tout comme les dents de cachalot (tabua) qui ont considérablement gagné en popularité depuis leur importation massive par les marchands européens et américains au XIXe siècle. Les ornements corporels peuvent aussi être considérés comme des iyau, mais ils diffèrent des autres biens de valeur en ce qu’ils restent davantage associés à leurs propriétaires successifs. 

Aujourd’hui, la plupart des iyau sont échangés cérémoniellement d’abord, puis réservés à un usage domestique ou à des circulations plus modestes. Les tabua ou dents de cachalot font exception. Elles n’ont comme fonction que l’échange rituel. Elles témoignent de la valeur progressivement acquise à Fidji par l’ivoire de cachalot, désormais le plus valorisé de tous les iyau. Rien ne prouve en revanche que l’ivoire ait toujours surpassé d’autres matériaux précieux, dont certains coquillages.

Collections muséales: l’évolution d’un système de valeur

Portrait du chef de Bau, Ratu Tanoa Visawaqa par A.T. Agate (US Exploring Expedition) en 1840

Au XIXe siècle, certaines parures corporelles étaient faites en ivoire de cachalot. Parmi elles, on trouve des plastrons particulièrement prestigieux qui n’étaient portés que par les chefs, et transmis de génération en génération au sein des familles de haut rang. Certains de ces plastrons incluent une coquille d’huître perlière, soigneusement polie, découpée et sertie d’ivoire. De l’huître, d’autres ornements pectoraux ne gardent que la forme et le nom (civa). Tous néanmoins évoquent le coquillage, d’une façon ou d’une autre. Quand de tels objets commencèrent à être échangés avec les Européens, après l’établissement du protectorat britannique aux îles Fidji (1874), ils le furent uniquement sous forme de dons extrêmement prestigieux à des individus importants, souvent haut-placés dans l’administration coloniale.

De tels ornements nous informent sur la valeur des coquilles d’huîtres perlières avant la démocratisation de l’ivoire de cachalot. D’autres récits de voyage anciens mentionnent des coquilles d’huîtres utilisées de la même façon que les tabua aujourd’hui, c’est-à-dire offertes en témoignage de respect, pour formuler une requête importante, une demande de pardon ou bien encore pour sceller une alliance. Toutes ces données convergent pour nous indiquer la valeur exceptionnelle des coquilles de nacre dans les années 1820, et par extension des colliers dont il est question ici. Le nombre de coquilles et leur association avec du tapa blanc (une étoffe étroitement associée aux chefs et aux dieux) suggèrent que les colliers exposés au musée du quai Branly – Jacques Chirac étaient extrêmement précieux en 1827. A cela, le collier à quatre coquilles ajoute l’évocation de tortues (un animal sacré également associé au divin).

Du récit de voyage lacunaire à la formulation d’hypothèses sur l’échange des colliers

La nature de l’expédition ainsi que le récit de voyage, qui ne rapporte aucune interaction violente, laissent penser qu’aucun objet de valeur n’a été dérobé aux Fidjiens. Il reste donc deux possibilités : ou bien ces colliers ont été achetés par les Français, à prix fort, peut-être à d’autres voyageurs comme les marchands espagnols ; ou bien ils ont été offerts à un membre de l’équipage par un individu fidjien suffisamment élevé dans la hiérarchie locale pour avoir accès à de tels objets. Dans un souci de documenter la valeur des choses et les transactions possibles à Fidji dans les années 1820s, Dumont d’Urville aurait sans doute mentionné un achat particulièrement coûteux, s’il avait eu lieu. En l’absence d’un tel commentaire, il est probable que ces objets lui aient été offerts ou donnés à un autre officier, dans un geste qui se voulait significatif, indicateur de respect et de bonne volonté pour les relations futures.

Les récits de voyage anciens décrivent souvent une seule coquille, portée en pendentif par les chefs fidjiens. Les rares colliers connus comportant plusieurs coquilles sont observés à Tonga, lors des voyages du navigateur Cook à la fin du XVIIIe siècle, et dans l’est des Fidji. Il y a donc de fortes chances pour que les colliers aujourd’hui conservés au musée du quai Branly – Jacques Chirac proviennent de l’est de l’archipel, ou bien des îles Tonga comme de nombreux autres objets de prestige utilisés à Fidji au XIXe siècle. Dumont d’Urville ou d’autres membres de l’équipage auraient pu les acquérir au début du voyage, lors du passage par les Lau, ou plus tard sur l’Astrolabe via un des jeunes chefs présents à bord. Tous les personnages issus de l’aristocratie locale rencontrés au début du voyage sont connectés aux Lau ou à Tonga d’une façon ou d’une autre. Tous aussi auraient pu vouloir entrer en relation avec Dumont d’Urville et ses hommes de la meilleure des manières ; donner des signes incontestables de respect, en vue d’un futur partenariat ou d’une coexistence paisible. Si c’est le cas, il ne semble pas cependant que Dumont d’Urville ait correctement évalué la valeur du geste, ou celle de l’artefact. De l’échange en tout cas, le récit de voyage ne dit pas un mot. 

Stéphanie Leclerc- Caffarel
Chargée de collection Océanie, Musée du quai Branly – Jacques Chirac.

Billet édité par Julien Clément et Clémence Jullien 

 

Dans le cadre de sa mission de grand département pour les arts d’Afrique, d’Amérique et d’Océanie, le musée du quai Branly – Jacques Chirac soutient la recherche sur les collections extra-européennes des musées de France. 

La rubrique « Muséo » s’inscrit dans le partenariat noué entre le musée et la revue Terrain, qui conduit à publier, dans la revue papier et sur le blog « Carnets de Terrain », des articles présentant les œuvres de ces collections.

Cette rubrique est coordonnée et éditée par Julien Clément (musée du quai Branly-Jacques Chirac / LESC) et Clémence Jullien (Université de Zurich / CEIAS-EHESS), avec l’aide de Maïra Muchnik (musée du quai Branly-Jacques Chirac).

 

Références

Dumont d’Urville, Jules S. C. (1830) Voyage de la corvette l’Astrolabe exécuté par ordre du Roi pendant les années 1826, 1827, 1828 et 1829 sous le commandement de M. J. Dumont d’Urville, capitaine de vaisseau. Paris : J. Tastu.

Mauss, Marcel (1923) « Essai sur le Don : forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », L’Année Sociologique, 1, pp. 30–186.

Wilkes, Charles (1845) Narrative of the United States Exploring Expedition During the Years 1838, 1839, 1840, 1841, 1842. Philadelphia : Lea & Blanchard.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.