Trafic d’organes et fuite des cerveaux

Source: http://www.webdo.tn/2018/12/14/fuite-des-cerveaux-72-des-migrants-tunisiens-qualifies-sont-des-ingenieurs/

L’annonce, faite par le gouvernement français le 19 novembre 2018, de la très forte augmentation des frais d’inscription à l’université pour les étudiants étrangers hors communauté européenne (passage de 170 à 2 770 euros en licence, et de 243 euros en master ou de 380 euros en doctorat à 3 770) a provoqué de nombreuses critiques et inquiétudes. Les étudiants africains, qui représentent près de la moitié des étudiants étrangers, se sont sentis particulièrement concernés et ont largement commenté cette annonce polémique. Dans un tel contexte, la large diffusion sur les réseaux sociaux d’un article intitulé « Campus France : les étudiants africains invités à déposer un rein en caution au début de leur cursus universitaire », a généré de multiples réactions parmi les étudiants et étudiantes des pays francophones d’Afrique de l’Ouest.

Le fait que cet article, issu d’un site parodique tunisien, ait suscité le doute plutôt que l’incrédulité, et même qu’il ait parfois été pris au sérieux au point de faire scandale, permet certes d’insister sur les processus de transformation d’un énoncé parodique en rumeur ou en fake news. Il est cependant plus intéressant de souligner que cette (fausse) nouvelle a été considérée comme potentiellement véridique par un nombre suffisamment important d’étudiants et d’étudiantes pour qu’elle prenne rapidement un caractère viral. Cela justifie à tout le moins de la prendre au sérieux, en l’interrogeant moins sous l’angle de l’altération de l’intention de son énonciateur, que sous celui de sa pertinence pour ses récepteurs. C’est à cette condition que l’on peut comprendre son actualité, en l’inscrivant dans un champ plus vaste de rumeurs transnationales concernant le trafic d’organes, et ainsi mieux cerner ce que signifie, pour les jeunesses ouest-africaines, la possibilité de poursuivre des études universitaires en France, c’est-à-dire dans l’ancienne puissance coloniale.

Du canular au scandale

Le 24 novembre 2018, moins de deux semaines après l’annonce de la multiplication des frais d’inscription pour les étudiants étrangers, le site parodique tunisien Lerpesse annonçait que : « Dans la continuité de l’annonce des hausses de frais de scolarité dans les établissements universitaires de France, les administrations concernées n’ont pas tardé à dévoiler les mécanismes mis en place pour un meilleur recouvrement de cette nouvelle manne financière pour l’État » et à présenter une « mesure controversée invitant les étudiants non-européens à consentir une garantie réelle sur au moins l’un de leurs reins ». L’article précisait que l’organe en question « pourrait être restitué à son titulaire à la remise de son diplôme final, pour peu que ce dernier ait honoré la totalité de ses engagements financiers envers l’université » et que, « dans le cas contraire, l’établissement universitaire se verrait accorder le droit de disposer en bon père de famille de l’organe faisant l’objet du gage, notamment en le mettant en vente sur le Darknet en vue de se faire rembourser les arriérés de paiement de l’étudiant défaillant, augmentés des frais de relances et autres pénalités de retard ». L’article développait ensuite les raisons (farfelues) pour lesquelles la Tunisie, qui fait partie des dix pays envoyant le plus d’étudiants en France (avec cinq autres pays africains : le Maroc, l’Algérie, le Sénégal, la Côte d’Ivoire et le Cameroun), n’était pas concernée par l’obligation de ce dépôt de rein. L’article a très vite été diffusé sur les réseaux sociaux, sur WhatsApp en particulier, et dans une moindre mesure sur Twitter et Facebook, sans que son origine parodique ne soit précisée. Il a également été relayé par quelques sites d’information ouest africains ou diasporiques, soit pour en dévoiler le caractère parodique (c’est le cas du site béninois “Benin Web TV », dès le 25 novembre), soit au contraire, plus souvent, en présentant l’information comme sérieuse et véridique (par exemple, sur le site internet camerounais “C24news.info », qui reproduit uniquement le début de l’article sans en préciser la source, ou sur les sites sénégalais “Senbataxal.com » ou guinéen “Guinée People » ).

Dans la plupart des cas, la photographie qui illustre l’article originel est également diffusée. Elle contribue très certainement à conférer un air d’authenticité au texte. Elle donne à voir un jeune homme noir sur un lit d’hôpital, en train de subir une dialyse. Le patient esquisse un sourire, tout comme le jeune homme qui l’accompagne. Le logo officiel de Campus France estampille la photographie, juste au-dessus de la machine à dialyse bleue et du sang circulant dans les tuyaux. Composé de plusieurs carrés bleus dominant un unique carré rouge, il apparait comme une abstraction de la machine et du sang. Le texte contient lui-même plusieurs éléments (le dépôt d’un rein comme pendant du dépôt de dossier, sa restitution liée à la remise du diplôme) qui construisent une équivalence entre la démarche administrative et le prélèvement d’organe. En accentuant jusqu’à l’absurde le thème des sacrifices demandés aux étudiants africains souhaitant poursuivre des études supérieures en France, l’article originel jouait ainsi sur le basculement de la bureaucratie vers la clinique, ou du moins sur leur imbrication – ce qui n’est pas sans faire penser à la première définition foucaldienne du biopouvoir.

Coûter un rein

Le caractère viral de l’article parodique et son changement de statut (de l’énoncé caricatural au récit rumoral) trouve une autre part d’explication dans l’actualisation d’un large champ métaphorique. Si le texte d’origine est rédigé en français, il constitue une variation sur une expression, “coûter un rein”, que l’on retrouve dans d’autres langues (“costar un riñón” en espagnol, par exemple) et qui est construite sur le même modèle que d’autres expressions sémantiquement équivalentes, telles que “coûter un bras” (qui vient sans doute de l’expression anglaise “to cost an arm and a leg »), “coûter les yeux de la tête” ou “la peau des fesses”, etc. Ces expressions ont en commun de traduire des dépenses coûteuses dans les termes d’un sacrifice d’une partie de son propre corps. Elles signalent ainsi que les actions ou les choix des humains peuvent avoir des conséquences néfastes pour leur intégrité corporelle. C’est ce qu’indique également le jeu de mot présent dans le premier sous-titre de l’article originel, “Des étudiants éREINtés”, qui fournit l’un des nombreux indices de son caractère parodique (l’effet typographique signalant le trait d’humour). Un glissement sémantique s’opère ici entre l’étymologie du mot (“éreinter” signifiant étymologiquement “rompre les reins”, c’est-à-dire “assommer de coups portés sur les flancs”) et le sens de “privation d’un rein” qu’il prend dans l’article. Le canular puis la rumeur redonnent ainsi un sens littéral à une expression métaphorique – ou, pour le dire autrement, ils introduisent une confusion entre le thème (la dépense coûteuse) et le phore (le prélèvement corporel) de la métaphore. Un tel processus se trouve renforcé dans un contexte où le français n’est pas la langue maternelle des récepteurs de l’énoncé : comme l’ont montré plusieurs linguistes, les locuteurs non-natifs d’une langue ont en effet tendance à prendre les énoncés métaphoriques dans leur sens littéral.

Quelques jours avant la parution de l’article sur le site tunisien LerPesse, un autre site parodique, algérien celui-ci, avait déjà utilisé la même expression pour critiquer, de manière tout aussi caricaturale, le coût désormais prohibitif de l’inscription des étudiants étrangers dans une université française, en indiquant la seule alternative possible désormais pour les candidats algériens : vendre un rein ou traverser la Méditerranée clandestinement.

“2.770 euros en licence et 3.770 euros en master et doctorat, c’est officiel à partir de 2019 le seul moyen pour un étudiant algérien de partir en France c’est de vendre un rein. Ou de s’inscrire en Océanographie et Environnements Marins, profiter d’un moment d’inattention du prof pendant une séance de TP en haute mer puis s’esquiver vers les côtes françaises. Mais dans un cas comme dans l’autre, l’étudiant algérien n’atteindra son rêve qu’au prix de lourdes séquelles : au mieux un rein en moins, au pire un bras ou une jambe arrachée par un requin.” (Nazim Baya, « Réciprocité : le gouvernement annonce l’augmentation des frais d’inscription pour les étudiants européens », El Manchar, 21 novembre 2018)

Quelle que soit l’option choisie, il en coûterait un rein, un bras ou une jambe. Dans un style parodique, le corps étudiant est donc là aussi présenté comme un corps mutilé ou démembré, transformé en marchandise dans un cas, en viande dans l’autre.

De telles variations sur ce que Marie-Lise Beffa et Roberte Hamayon ont proposé d’appeler “des ensembles de métaphores apparentées” peuvent ainsi nous conduire à revisiter celle, classique aussi bien dans les médias que dans les études sur les migrations, de “fuite des cerveaux”. Au lieu d’y lire une simple synecdoque, la comprendre dans son sens littéral revient à la rapprocher du thème des prélèvements d’organes. C’est ce que proposait par exemple (dans un article au titre inspirateur : “La fuite des cerveaux et le trafic d’organes ») un journaliste du quotidien algérien El Watan en avril 2008 : “D’un point de vue géographique, on appelle ce mouvement la fuite des cerveaux. D’un point de vue biologique, c’est plutôt du trafic d’organes puisque des cerveaux sont aspirés d’ici pour être implantés là-bas.” C’est ce qu’énonçait également, sans doute inconsciemment, Roland Ahouelete Yaovi Holou, ingénieur agronome d’origine béninoise, dans son essai Pourquoi l’Afrique pleure et s’enfonce ? Les vraies causes et solutions de la misère africaine, paru en 2007 : “Combien grand est le nombre de ceux qui ont fui l’Afrique, afin de sauver leur tête ! La sorcellerie est aussi une cause de fuite des cerveaux.”

Sorcellerie de l’université

Le caractère viral de l’article tiré du site LerPesse ne s’explique pas uniquement par son contenu visuel et narratif. S’il est pertinent pour les étudiants ouest africains au point que nombre d’entre eux considèrent plausible sinon vrai son contenu et contribuent à sa diffusion en le transférant ou en le répétant, c’est qu’il prend sens sur fond d’un double imaginaire du corps confronté au capitalisme et à la globalisation.

Le premier est étroitement lié à l’émergence d’un processus conjoint, décrit il y a déjà deux décennies par l’anthropologue Nancy Scheper‐Hughes, de marchandisation des organes humains et de transnationalisation de la chirurgie transplantatoire. Le développement d’un marché des greffons officiel mais aussi clandestin a conduit à l’apparition de nombreuses rumeurs concernant leur prélèvement. Au-delà du don d’organes, proposé comme un modèle de démarche gratuite et bénévole, a surgi le spectre d’un marché noir et de pratiques mafieuses ou criminelles orchestrant le vol et le recel d’organes humains. Les nombreuses rumeurs ayant circulé à partir de la fin des années 1980 au sujet d’enlèvements d’enfants par des gangs en Amérique latine afin de prélever leurs cornées ou l’un de leur rein ne doivent pas occulter le fait que, dans d’autres récits, les victimes peuvent également être occidentales. Depuis les années 1990, une autre rumeur récurrente rapporte en effet qu’un touriste ou un homme d’affaire aurait été drogué dans son hôtel lors d’un déplacement dans un pays du Sud, avant de se réveiller avec un rein en moins. Dans les deux cas cependant, ces récits signalent les rapports de pouvoir locaux ou transnationaux, ainsi que la violence issue du creusement des inégalités et de la globalisation des formes de prédation capitaliste.

Les rumeurs de vols d’organes sont nombreuses dans les sociétés d’Afrique subsaharienne, depuis la période coloniale, comme l’a bien montré Luise White au sujet de l’Afrique orientale (où les prélèvements de sang et les vols d’organes seraient le fait des colons), jusqu’aux interprétations récentes de l’épidémie d’Ebola, qui faisaient d’elle une manigance gouvernementale et biomédicale visant à alimenter les trafics transnationaux de sang et d’organes. Dans le contexte des sociétés d’Afrique subsaharienne, de telles rumeurs prennent cependant un autre sens : le sang, les parties du corps, les organes ne sont pas tant prélevés en vue d’interventions chirurgicales qu’à des fins de sorcellerie. Tel est sans doute l’autre imaginaire, occulte et vampirique, qu’active la diffusion de l’article parodique concernant Campus France. Devenue rumorale, cette histoire de dépôt de rein a sans doute d’autant plus intéressé (et scandalisé) les étudiantes et étudiants africains que de nombreuses rumeurs concernant les vols d’organes ne cessent de circuler. C’est notamment le cas de celle dite des “voleurs de sexe”, étudiée par Julien Bonhomme. Apparue au début des années 1970 au Nigéria, elle surgit depuis, de manière chronique, dans de nombreux pays d’Afrique subsaharienne, provoquant alors panique morale et lynchage de suspects.

Autre exemple, les rumeurs récurrentes d’enlèvements d’enfants (mais aussi, parfois, de lycéennes ou d’étudiantes) associés à des crimes rituels et d’autant plus crédibles que certains faits avérés défraient régulièrement la chronique, fournissent un arrière-plan maléfique à cette histoire virale. Au Sénégal, en 2010, le succès rapide quoique localisé de la rumeur de “l’offrande de la mort”, que Julien Bonhomme et moi-même avons étudiée et qui consistait en une variation sur les thèmes du don religieux, du cadeau empoisonné et du sacrifice humain, s’expliquait en grande partie par son branchement sur d’autres récits horrifiques ou faits-divers macabres. Autre exemple, au Burkina Faso, la réputation des sorciers béninois est telle qu’elle permet d’expliquer que la réussite aux concours soit garantie pour tous les Béninois ayant recours à leurs services : “Il n’y a pas de liste d’attente au Bénin”, m’expliquait un jeune Burkinabè avant de me rapporter le cas d’un étudiant béninois ayant échoué à un concours et qui aurait alors sacrifié l’un de ses concurrents retenus (en provoquant un accident de la route) afin de prendre sa place. Dans ces rumeurs transnationales ou localisées, le brouillage entre urgence chirurgicale et prélèvement sorcellaire affleure parfois, comme dans ces pseudo-confidences d’un policier ivoirien, largement dupliquées sur les sites d’actualité ivoiriens ou les blogs diasporiques depuis 2015 :

“L’organe saignant est utilisé dans des cas d’intervention d’urgence. Les ravisseurs tranchent la tête de leurs victimes lorsque ces personnes ne sont pas encore mortes. La tête coupée reste vivante pendant un bon moment. Le sacrificateur peut donc parler à cette tête qui l’entend, pour lui soumettre sa requête et avoir l’effet escompté.”

Or, l’année 2018 a été l’occasion d’observer une recrudescence des inquiétudes liées à la diffusion de ces récits dans au moins deux pays ouest africains, parmi ceux qui envoient le plus d’étudiants en France, d’abord en Côte d’Ivoire en début d’année, puis au Sénégal au printemps (ces crises trouvant une part d’explication dans l’agitation politique provoquée par l’approche des élections). En Côte d’Ivoire, les personnes accusées d’avoir enlevé des enfants ou des jeunes pour prélever organes ou parties du corps à des fins sorcellaires sont par ailleurs, depuis plusieurs années maintenant, les délinquants spécialisés dans les arnaques sur Internet, appelés « brouteurs » par les Ivoiriens (ils sont nommés “Gayman” au Bénin et “Yahoo boys” au Nigeria, et visés par des accusations similaires). Un lien est établi entre pratiques occultes et cybercriminalité. Pour nombre de jeunes ouest africains, le Darknet n’est donc pas seulement l’internet des pratiques criminelles et du marché noir : il est aussi connecté aux activités occultes et à la magie maléfique des cyberdélinquants.

Mais prélever des organes sur d’innocentes victimes ou organiser un sacrifice humain n’est pas réputé être le seul moyen d’accroître ses richesses ou son pouvoir. Dans les sociétés d’Afrique subsaharienne, des récits presque aussi nombreux circulent au sujet d’individus s’étant enrichis après avoir sacrifié l’un de leurs proches (leur propre enfant le plus souvent) ou l’un de leurs propres membres (un doigt, un pied, une main…). On raconte parfois que le membre ainsi amputé est donné en offrande. Au Burkina Faso, par exemple, deux récits en partie similaires ont circulé, il y a une bonne dizaine d’années, à propos de ces deux formes de sacrifice que sont le prélèvement d’organes sur autrui et l’auto-amputation. Dans un cas, on racontait que, sur le marché d’une petite ville, des gens en voiture se seraient arrêtés et auraient déposé un sac en expliquant avoir percuté un cochon, avant d’offrir un billet de 5 000 francs CFA au récepteur de l’encombrant paquet. Ce dernier aurait alors ouvert le sac et découvert le cadavre d’une jeune femme dont les yeux, les seins et le sexe avaient été prélevés. Dans l’autre, c’est un petit mendiant stationné à un carrefour qui aurait reçu en aumône un doigt coupé enroulé dans un billet de 5 000 francs CFA.

Ainsi, si nombre d’étudiantes et étudiants ouest africains ont éreinté (si l’on se permet de pointer ici la réversibilité de la métaphore, signifiant alors le fait de critiquer violemment) la hausse des frais d’inscription décidée par le gouvernement français, si plusieurs d’entre eux ont accordé du crédit au canular du site parodique tunisien, c’est sans doute pour deux raisons principales. La première est à rechercher dans les sacrifices que nombre d’entre eux sont déjà prêts à consentir pour accéder à l’université française, afin d’obtenir une formation de qualité et un diplôme reconnu au niveau international, mais aussi un capital d’expérience et de prestige susceptible de favoriser l’obtention de postes lucratifs ou de positions de pouvoir une fois retournés dans leur pays d’origine. La seconde raison (qui n’est, en un sens, que le revers de cette vision sacrificielle de la réussite) réside dans la familiarité de ces nombreux récits qui circulent et qui constituent autant de variations sur le vol d’organes, sur fond de sacrifice humain. Sans doute cette invention de l’étudiant en pièces détachées ne suffit-elle pas pour ajouter à ce que Peter Geschiere a proposé de nommer une “sorcellerie de la richesse” ou une “sorcellerie du pouvoir”, une sorcellerie de l’université française. Mais son succès viral témoigne de la vision d’un monde où certains sont prêts à sacrifier autrui pour accroître leur pouvoir personnel ou leurs propres richesses, où d’autres peuvent aller jusqu’à s’amputer d’une partie d’eux-mêmes pour atteindre leur objectif. Une telle vision n’est, au final, pas aussi caricaturale qu’il n’y paraît : ce monde est peut-être le nôtre, celui du Darknet, de la marchandisation des corps et de la sorcellerie du capitalisme.

Julien Bondaz, anthropologue, maître de conférences à l’Université Lumière Lyon 2

Une version en deux parties de ce texte a été publiée chez notre partenaire The Conversation.
The Conversation


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Dr henry dit :

    Un donneur de rein a besoin de toute urgence
    Êtes-vous endetté? Avez-vous besoin de collecter des fonds pour couvrir les coûts de soins de santé, payer des dettes ou être en panne financière? Attendez! Envisagez de vendre votre rein comme une option. Si vous souhaitez vendre votre rein aujourd’hui. Envoyez-nous un message immédiatement. Un rein est acheté pour un montant maximum de 800 000 USD. La fondation nationale achète actuellement un rein en santé.Je s’appelle le docteur donald henry, je suis néphrologue à l’hôpital national des reins.Notre hôpital est spécialisé dans la chirurgie du rein et nous traitons également avec l’achat et la transplantation de reins avec un donneur vivant. Nous sommes situés en Inde, au Canada, au Royaume-Uni, en Turquie, aux États-Unis, en Malaisie, en Afrique du Sud, etc. Si vous êtes intéressé par la vente ou l’achat de reins, n’hésitez pas à nous contacter par e-mail: romememorialhosiptal@aol.com
    Besoin de donateurs Geniune

    En attente de votre réponse….

    Meilleures salutations….
    Dr Donald Henry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.