« Votre système nuit gravement à la santé »: Rire en Algérie

@NadirHamdad (Twitter)

« Black Friday : 100 % de remise immédiate. Le peuple solde : 1 cadre + des ministres incapables (sans garantie) ».

Depuis la mi-février, des dizaines de milliers d’Algériens descendent régulièrement dans la rue pour manifester contre la candidature du président Abdelaziz Bouteflika à un cinquième mandat. Ces rassemblements marquent par leur caractère pacifique, mais aussi par l’humour dont rivalisent les slogans et les pancartes brandies par les manifestants, et que l’on retrouve sur les réseaux sociaux. Comme cette Une du journal parodique Al Manchar, après qu’Abdelaziz Bouteflika a retiré sa candidature mais annoncé la prolongation de son mandat actuel :

Cet usage de l’humour politique en Algérie n’est pas neuf : « De quoi rient les Algériens ? », s’interrogeait déjà l’anthropologue Abderrahmane Moussaoui à propos de la société algérienne des années 1990. Devenue « un mode de communication et d’échange massivement pratiqué », la blague politique prend son essor sous la présidence de Chadli Bendjedid (1979-1992), particulièrement brocardé. Mais le rire est aussi empreint de gravité : dans le contexte de violence meurtrière des années 1990, l’anthropologue interroge le rôle social de l’humour – de la mémoire de la violence au questionnement des rôles de genre, et de l’expression du désarroi à celle du défi.

Pour conclure, avec Hippocrate, que « la moquerie peut être considérée comme une exquise injure proférée par le sage pour se démarquer de la folie ambiante ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.