Tremblez pour « Apocalypses », le nouveau numéro de Terrain !

 

Après la flânerie automnale dans les sinuosités de l’écriture, place, avec ce volume 71, à une plongée dans les apocalypses…

L’apocalypse est mort et renaissance, fin d’un monde et début d’un autre : à rebours de l’idée de l’apocalypse aussi absolue qu’inéluctable qui nous attendrait, ce numéro de Terrain coordonné par Matthew Carey montre que toute apocalypse est contingente du monde qu’elle voue à l’annihilation. On y lira comment l’apocalypse est plurielle, et comment certains l’ont déjà vécue ; comment d’autres s’y préparent ; comment à un monde succède toujours un autre.

La sonate lancinante de fin du monde qui va aujourd’hui crescendo rend, remarque Matthew Carey, l’idée de l’anéantissement du monde presque banale : que perd-on avec l’apocalypse ? Qu’y gagne-t-on ?

« Apocalypses », Terrain n°71, paru le 11 avril 2019, est en vente en librairies ! Pour acheter le numéro en ligne ou s’abonner à la revue, cliquez ici.


Retrouvez les contributeurs et contributrices du numéro:


Sommaire du numéro

 

Introduction
L’apocalypse au pluriel
Quand chaque monde a sa fin
Matthew Carey

L’apocalypse selon la modernité tardive – une apocalypse absolue, celle de la destruction totale de l’humanité – diffère-t-elle radicalement des traditions religieuses de l’Apocalypse, qui toutes voyaient la fin d’un monde comme le prélude à la renaissance d’un autre ? Nous proposons ici, en lieu et place de cette distinction, deux thèses entrelacées : la fin d’un monde est toujours, en premier lieu, la fin du monde pour ceux qui la conçoivent. Toute fin du monde par ailleurs, quelle que soit son envergure, admet la possibilité d’un monde à venir. Dans ce cadre, temporalités de la fin, dénaturalisation du monde et Heimatlosigkeit sont parmi les principaux opérateurs des imaginaires apocalyptiques contemporains.

 

Futurs apocalyptiques
La violente transformation de l’humanité chez les Ayoreo du Gran Chaco paraguayen
Lucas Bessire

Cet article décrit la topographie sociale du futurisme apocalyptique chez les Ayoreo du Paraguay, récemment contactés, afin d’examiner les nouvelles manières d’être au monde qui émergent dans un contexte post-contact très difficile. Il montre que le futurisme apocalyptique dépasse les limites temporelles à la fois de la « culture traditionnelle » et du « christianisme ». Fondé sur les spectres de la violence, ce futurisme procède de la certitude que la survie biologique exige une redéfinition profonde de l’humanité. Les sensibilités apocalyptiques ne se réduisent pas à des valeurs locales ou à la transcendance de la mort. Elles redessinent plutôt le seuil qui oppose humains et non-humains.

Les crânes et le cochon qui danse
Sur la violence apocalyptique
Hugo Reinert

Fin 2017. Pour protester contre l’abattage forcé des troupeaux de rennes indigènes en Norvège, une jeune artiste sámi s’est rendue à Oslo pour installer un « rideau » de 400 crânes de rennes devant le Parlement national. La manifestation a trouvé un écho considérable à l’échelle nationale et internationale et a mobilisé une gamme complexe de résonances historiques – des premières manifestations des Sámi contre le projet hydroélectrique Alta, il y a un demi-siècle, aux vastes piles de crânes de bison symboliques de la campagne américaine contre les Indiens des Plaines au 19ème siècle. En resituant l’installation artistique du rideau dans un contexte de violence étatique chronique, d’invisibilité autochtone et de biopolitique de crise, cet article examine les multiples logiques apocalyptiques évoquées par l’œuvre.

Faire le deuil d’un monde qui meurt
Quand la collapsologie rencontre l’écospiritualité
Jean Chamel

Le catastrophisme né des enjeux écologiques peut-il être pensé comme apocalyptique ? Tel semble être le cas pour un réseau franco-suisse de « collapsologues » qui anticipent non pas la fin du monde mais la fin d’un monde ouvrant sur une nouvelle civilisation. Ils insistent sur la nécessité de mener une transformation intérieure, au croisement de l’écologie et des spiritualités alternatives, en explorant des pratiques de reconnexion à soi, au vivant et à la Terre associées au New Age. Cette écologie spirituelle peut en effet être interprétée comme une résurgence apocalyptique de ce courant, dont la dimension millénariste était présente dès l’origine.

Demain y aura-t-il un monde ?
Expérience et imaginaires occidentaux de la fin du monde
Giordana Charuty

Au début des années 1960, Ernesto De Martino projetait une vaste recherche comparative sur les représentations culturelles de la fin du monde et de la sortie des temps historiques. Il s’agissait de transformer les diagnostics portés au début du 20ème siècle sur la crise ou le déclin de l’Occident en symptômes pour penser la singularité que les sociétés occidentales héritent du christianisme. Les principes méthodologiques adoptés par cette recherche inachevée éclairent la genèse savante d’une narration apocalyptique mondialisée qui s’est fixée, en France, dans un village des Pyrénées.

Focus
Miner la vie
Une région allemande d’extraction du charbon
Stine Krøijer et Mike Kollöffel

Depuis 2015, Ende Gelände est le slogan d’un mouvement anticharbon en pleine expansion en Allemagne. Celui-ci réunit tous ceux qui protestent contre le développement continu de l’extraction de lignite dans le pays. Ce slogan joue sur le double sens d’« une région touchant à sa fin » et de « la fin d’une pratique dans une région donnée », soulignant à la fois le principal problème de l’exploitation minière et sa possible résolution. Cet article dépeint les paysages dévastés d’une région minière allemande qui apparaissent comme une synecdoque de l’apocalypse. Il traite des expériences des villageois locaux qui ont vu leur cadre de vie disparaître du fait des mines à ciel ouvert et des préparations des militants écologistes radicaux au Jour J et à son scénario postapocalyptique.

Récit
On sort donc les tripes petit à petit…
Consistance d’un territoire contaminé
Sophie Houdart et Mélanie Pavy

Dans la petite ville de Tôwa, préfecture de Fukushima, au Japon, à une cinquantaine de kilomètres de la centrale nucléaire éponyme, les habitants sont restés vivre après qu’une catastrophe, en mars 2011, a modifié substantiellement la composition de leur environnement. Un tremblement de terre de magnitude 9 au large des côtes du Tôhoku a déclenché un tsunami qui a causé plus de 18 000 morts et disparus et engendré un accident nucléaire de niveau 7. Le panache radioactif échappé des réacteurs endommagés s’est étendu jusqu’à plus de 100 km, créant des poches de contamination aléatoires sur le territoire. Criblée de ces « taches de léopard », la vallée de Tôwa n’a pas été jugée suffisamment contaminée, toutefois, pour qu’une évacuation de la population ait été envisagée. Composé à deux voix, sur la base d’une enquête partagée, ce récit tente de restituer les bribes d’expériences de vie diffractées dans ce territoire incertain.

Document commenté
Silicium prophétie
La singularité technologique selon Vernor Vinge
Emmanuel Grimaud

La singularité technologique est-elle vraiment « la moins pire des prophéties » comme le dit Vernor Vinge ? L’alliance du genre humain avec la technologie ne peut-elle que conduire à sa propre dissolution ? Faut-il souhaiter sa disparition ? Telles sont quelques-unes des questions que soulève la théorie de Vinge qui a déclenché jusqu’ici soit l’adhésion naïve, soit le rejet violent ou bien l’indifférence. Ce commentaire du premier essai de Vinge sur le concept de singularité technologique cherche à saisir les mécanismes d’emprise paradoxale de la prophétie. Il la resitue de fait par rapport à d’autres scénarios (Point Omega, Digital Gaïa, etc.), variantes technoprophétiques qui extrapolent les seuils critiques de notre temps pour le meilleur et pour le pire.

Portfolio
Former une communauté par la fin
Options eschatologiques romanes
Élise Haddad

De nombreuses images médiévales représentent la fin du monde terrestre. Le Jugement dernier en est la forme la plus connue aujourd’hui, surtout en sculpture monumentale. C’est lui qui, à partir du 13ème siècle, orne presque chaque façade des cathédrales gothiques conservées jusqu’à nos jours. Dans ce texte, nous remontons à des époques antérieures, pour décrire la variété des représentations eschatologiques qui se développent jusqu’au 12ème siècle. À la fin des temps vient l’Apocalypse – mais laquelle ? Révélation de la conformité du monde avec l’ordre divin ou explication de son irréductible déchéance, discours politique, spirituel – ou plus souvent les deux à la fois –, mais aussi témoignage privilégié d’une cosmologie : l’Apocalypse donne lieu à des mises en images dont sont examinés les variantes et les enjeux sociaux.

Portfolio
Esthétique des ruines du futur
Ville, apocalypse et science-fiction
Alain Musset

La science-fiction a fait de nos villes les plus célèbres les cibles idéales des cataclysmes amenant la fin du monde. Incarnant tous les maux de la société moderne, elles sont, à l’instar de la Babylone de l’Apocalypse de Jean, des boucs émissaires dont le sacrifice est inévitable. Romans, films, bandes dessinées et jeux vidéo d’anticipation s’acharnent donc sur leurs prodigieux cadavres de pierre et de béton pour mieux nous convaincre que notre civilisation connaîtra le même destin que celles, aujourd’hui disparues, qui nous ont précédés. Les ruines antiques de Thèbes, de Persépolis, d’Angkor ou de Tikal sont un miroir sinistre dans lequel se reflètent les ruines futures de New York et de Paris.

Muséo
La fascination de Gog et Magog
Guérir par l’image en Éthiopie
Jacques Mercier

L’aspect des Gog et Magog dans l’illustration éthiopienne de l’Apocalypse de Jean est issue du Roman chrétien d’Alexandre. Les auteurs de l’image talismanique de Gog et Magog ont puisé à la même source, mais leurs représentations sont radicalement différentes. Les serpents ont été transformés en regards fascinants destinés aux esprits habitant le corps des malades. L’art talismanique éthiopien, multicentenaire, est aujourd’hui en voie d’extinction, vaincu par la médecine moderne, banni par les autorités civiles et religieuses. Toutefois, à la fin du 20ème siècle, deux créatifs auteurs de talismans, Gera et Gedewon, ont développé des expressions artistiques de leur art, ce qui les a fait accéder à une notoriété mondiale.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.