Écrire la parenté – Pour une écriture positionnelle

La généalogie des Rougon Macquart annotée. Source: Wikipedia

La recherche de la meilleure méthode de notation généalogique est, depuis le texte fondateur de Rivers sur la « méthode généalogique » (1910), une antienne des études de parenté. L’une des conséquences de l’introduction de nouveaux outils, et en particulier de l’outil informatique, dans le traitement des données généalogiques que recensent anthropologues, historiens et autres spécialistes des sciences sociales a cependant été de nous inciter avec encore plus d’insistance qu’à l’ordinaire à réexaminer de plus près la logique du système de notation des faits de parenté auquel nous recourrons traditionnellement.

Nombreux sont ceux qui voient dans la « formalisation » – ou, pour être plus précis, dans le mode d’exposition scientifique des faits ethnographiques – un simple point de méthode sans conséquence – l’un de ces algèbres bâtards dont nous parlait Malinowski –, et dans les débats autour de celle-ci de vains exercices sans implications pratiques ou théoriques évidentes.

Nous sommes pourtant quelques-un‧e‧s à penser bien au contraire que nous touchons là à un point essentiel de la démarche visant à rendre plus rigoureuse et pertinente notre pratique des sciences sociales. La formalisation de l’écriture des données a en effet, pour toutes les disciplines qui se veulent scientifiques– et cette réflexion vaut tout autant pour la physique ou la biologie que pour la linguistique par exemple –  des répercussions fort sensibles sur le procès heuristique de la recherche.

Les systèmes de notations en anthropologie de la parenté

Mais, tout d’abord, qu’entend-on exactement en anthropologie de la parenté par « système de notation » ? Sous cette expression nous regroupons en réalité deux classes de faits bien distincts :

1 – Des systèmes graphiques. Ils représentent des réseaux matrimoniaux (basés sur des pratiques empiriques ou sur des modèles théoriques) ou, plus prosaïquement, de simples généalogies ou terminologies de parenté. Cet ordre comprend tout d’abord le mode de représentation commun, qui use de symboles – un triangle pour l’homme, un cercle pour la femme, un quadrilatère pour un individu quelconque, mais aussi d’opérateurs de liaisons – des traits verticaux et horizontaux qui représentent les relations entre ces symboles (voir fig. 1). Il comprend aussi des modes de représentations inspirés d’autres logiques comme la théorie des graphes ou les networks studies, etc.[1]. Ces systèmes graphiques n’ont qu’une seule et même ambition : la représentation. Mais elles ne constituent pas un langage susceptible de permettre opérations ou calculs.

Règles graphiques d’écriture de la parenté, in La Parenté, Chantal Collard et Françoise Zonabend, Paris, PUF, 2005, chapitre 1.

2 – Des systèmes symboliques. Ils assument une fonction descriptive et permettent la présentation des données sous forme abstraite et synthétique. Ils n’étaient jusqu’à présent qu’au nombre de deux :

  • Le système de notation naturel (ou traditionnel). Il s’agit du système d’écriture le plus commun en anthropologie et qui utilise la notation anglaise ou française. Il est basé sur une simplification de l’écriture par l’usage d’abréviations. Par exemple, pour exprimer la locution « Father’s Mother’s Brother’s Son » (« fils du frère de la mère du père »), on utilisera l’abréviation FMBS. Ce système n’est ni plus ni moins qu’un décalque des langues naturelles, totalement redondant avec les contenus sémantique, syntaxique et grammaticale des catégories exprimées dans les usages vernaculaires. Il ne répond ainsi pas aux critères d’un langage scientifique qui se définit par une abstraction des catégories et une émancipation vis-à-vis des règles du langage ordinaire.
  • L’analyse formelle. Cette seconde catégorie de systèmes de notation symbolique correspond à des modes de représentations non graphiques qui reposent effectivement sur un langage formel. Autrement dit, il s’agit dans ce cas d’extraire certaines propriétés abstraites des propositions naturelles, et de les réduire à une suite de symboles et d’opérateurs sur laquelle il est possible de faire porter des opérations (des « calculs » entendu au sens large. Cette notation doit donc cumuler une écriture algébrique ou symbolique non-graphique, une indépendance vis-à-vis du langage commun et de ses catégories et une possibilité offerte aux calculs des propositions de ce langage.

À ce jour, seule l’analyse componentielle répond donc aux prérequis supposés par un langage formel. Selon celle-ci, une terminologie repose sur des « sèmes » (appelés aussi des « dimensions ») tels qu’aîné/cadet, homme/femme, etc. Un terme est la combinaison des valeurs prises individuellement par ces diverses « dimensions », les « sémémes » (un ensemble de sèmes). Ainsi, le terme pour « père » s’écrira : S1, G+1, L1, où S1 désigne le sexe masculin, G+1 la génération ascendante +1 et L1 la linéarité simple (Augustins, 2000 : 579).

Si l’écriture employée dans l’analyse componentielle représente ainsi un réel effort d’émancipation vis-à-vis des langues naturelles, celui-ci n’est pourtant pas suffisant et cette écriture demeure bien trop empreinte des catégories traditionnelles. Les sémémes, reposent en effet sur les catégories « naturelles » de la parenté : la filiation, le genre, la collatéralité, la génération, la linéarité, etc. Or, trop de ces concepts sont ce que je qualifierai de « culturo-dépendants ». Ils sont fortement liés à une culture spécifique et ne peuvent dès lors servir de base à un langage scientifique culturellement « neutre » : détaché des contextes particuliers tout en étant adaptable à chacun d’entre eux.

Cette émancipation encore imparfaite vis-à-vis des catégories de la langue commune explique non seulement la multiplication des symboles et opérateurs auxquels l’analyse componentielle recourt, mais aussi l’obligation qui est sienne d’inventer de toutes pièces des concepts qui n’ont aucune correspondance sociologique concrète pour combler les failles logiques induites par ses méthodes d’analyse. Pour n’en donner qu’un exemple marquant, lorsqu’elle s’efforce tout simplement de distinguer les catégories des parents en ligne directs, des germains, et les germains des autres collatéraux (cousins, neveux et nièces, oncle et tantes, etc), elle se voit contrainte d’ajouter aux concepts empiriques concrets qu’elle utilise de linéarité et de collatéralité, celui abscons et artificiel « d’ablinéarité », une sorte de « collatéralité du deuxième type » qui n’a aucune correspondance empirique concrète.  Cet étrange salmigondis qui associe des concepts inspirés des catégories emic à d’autres qui n’y trouve aucun écho, souligne bien l’incomplétude et la perfectibilité de cet outil d’analyse.

Pour une analyse positionnelle

Si je me contente de parler ici d’incomplétude et de perfectibilité, plutôt que de rejeter en bloc ces tentatives, c’est que ce texte n’a pas de finalité critique. Il vise plutôt à conserver le meilleur des deux mondes, en exposant un système d’écriture dit « d’analyse positionnelle », un mode de notation qui a d’ores et déjà plusieurs années d’existence (Barry, 2004, 2018, Hamberger & Daillant, 2008, Hamberger, Houseman & Grange, 2009, Hamberger, Houseman & White, 2011). Comme l’analyse componentielle et contrairement au système de notation naturel, ce système est totalement détaché des propositions du langage naturel.  Il conserve cependant – cette fois comme le système naturel et contrairement à l’analyse componentielle – un format à la fois simple et cohérent dans l’usage des catégories.

Commençons par examiner les conventions adoptées par ce système et ses règles d’écritures.

Symboles et opérateurs

Symboles :

  • H représente un homme, F une femme, X un individu.

Opérateurs :

  • Un point « . » exprime une union. Par exemple H.F indique un mariage entre un homme et une femme, F.F une union de deux femmes, ou H.F.H une relation de co-époux entre deux hommes. Si une chaine se termine par un point (après le symbole d’alter donc) cela indique que nous parlons d’une union entre Alter et Ego et non d’une simple relation généalogique liant Ego à un apparenté, Alter.
  • Une parenthèse « ( ) » regroupe le ou les ancêtres communs. Par exemple (H) signifie que Ego et Alter n’ont qu’un homme comme ancêtre commun et sont donc issus de différentes épouses de celui-ci, alors que (HF) indique qu’ils possèdent un couple d’ancêtres en commun. (X) indique qu’Ego et Alter ont un ancêtre en commun mais dont on ignore le sexe. Lorsqu’il n’est pas nécessaire de préciser la nature du ou des ancêtres apicaux l’on peut remplacer cette parenthèse et son contenu par un tiret «»[2].

Conventions d’écriture 

Ego est toujours le premier symbole à gauche de la chaîne, Alter le dernier à droite. La lecture se fait donc toujours de gauche à droite. Si une « chaîne » de symboles décrit une relation d’alliance entre Ego et Alter, un opérateur de mariage (un point) est placé après le symbole d’Alter, à droite de la chaîne ; en l’absence de cette précision la chaîne représente un simple lien consanguin.

Toute chaîne consanguine ininterrompue (c’est-à-dire sans relation d’alliance indiquée par un point « . ») située à gauche d’une parenthèse (donc d’un ou de plusieurs ancêtre commun) est ascendante, autrement dit chaque nouveau symbole représente l’ascendant‧e immédiat‧e (le père, la mère ou le parent) du précédent. Toute chaîne consanguine ininterrompue située à droite d’une parenthèse représente donc une relation descendante, chaque nouveau symbole représentant donc le/la descendant‧e immédiat‧e (le fils, la fille ou l’enfant) du symbole situé à sa gauche.

Exemples d’application

Avec les quelques propositions précédentes sur les symboles, opérateurs, règles et conventions d’écriture, nous avons fait le tour de la (quasi-)totalité de ce qu’il convient de savoir pour utiliser ce système de notation[3] dont on voit la grande simplicité. Toute la difficulté réside en fait dans un usage approprié de ces règles, apprentissage qui sera grandement facilité par l’examen de quelques exemples pratiques.

Ego, ascendants et descendants

Commençons par les cas les plus simples, ceux de la représentation d’Ego et de ses ascendants et descendants.

  • X désigne un Ego sans précision de sexe, H un Ego masculin et F féminin.
  • X(H) désigne le père d’un individu, X(F) sa mère et X(X) le « parent » d’un individu. XH(H) désignera le grand-père paternel d’un individu, XF(H) son grand-père maternel, XH(F) sa grand-mère paternelle, XF(F) sa grand-mère maternelle, HHH(H) l’arrière-grand-père d’un homme en ligne strictement agnatique, etc.
  • Comme on le voit Alter apparait dans ces divers exemples au sein d’une parenthèse qui n’est pas suivie d’autres symboles, car il est à la fois l’individu dont l’on parle (Alter), mais aussi l’ancêtre apical d’Ego. L’emplacement de la parenthèse nous indique donc ici que la lecture de la chaîne est ascendante : l’on part d’Ego à gauche de la parenthèse pour « monter » vers Alter dont le statut d’ancestralité est indiqué par cette dernière.
  • Dans une lecture « descendante » au contraire l’on partira de la parenthèse qui se situera donc à gauche de la chaine. (X)H désignera ainsi le fils d’un individu, (X)F sa fille et (X)X son enfant. Le symbole pour Alter (celui le plus à droite de la chaine) apparaissant après la parenthèse, l’on sait immédiatement qu’il convient de faire une lecture descendante de ces chaînes. De façon symétrique et inverse des exemples précédents portant sur les ascendants, ici ce sera Ego qui sera représenté entre parenthèse dans la mesure où il est à la fois le sujet de référence (Ego) mais aussi l’ancêtre apical du sujet évoqué (Alter). (X)HH désignera donc le petit-fils agnatique d’un individu, (X)FF sa petite fille utérine, (F)HF la petite fille agnatique d’un Ego féminin, (X)XX l’un quelconque de ses petits-enfants sans précision de sexe, ni de ligne, etc.

Les collatéraux

Passons à la représentation des collatéraux en commençant par les germains.

  • H-H désigne le frère d’un Ego masculin puisque l’on part d’un homme, que l’on « remonte » à ses ascendants immédiats (le tiret remplace ici les parenthèses et leur contenu lorsque l’identité des ancêtres communs à Ego et à son frère ne nous intéresse pas), pour « redescendre » ensuite vers un homme qui est le descendant de ceux-ci. H-F sera donc dans la même logique la sœur d’un homme, et X-H désigne le frère d’un individu de sexe non spécifié.
  • Cas de figure 1. Si maintenant l’identité des ancêtres apicaux nous intéresse (si nous voulons distinguer les relations de germanité de celles de demi-germanité par exemple) alors en lieu et place des propositions précédentes nous aurions écrit respectivement H(HF)H, H(HF)F, X(HF)H et X(HF)F dans le cas d’un couple d’ancêtres apicaux en commun, H(H)H, H(H)F ou F(H)H, F(H)F ou X(H)H ou X(H)F dans le cas d’un unique ancêtre masculin et enfin H(F)H, H(F)F ou F(F)H, F(F)F ou X(F)H ou X(F)F dans le cas d’un unique ancêtre féminin en commun.
  • Cas de figure 2. Nous pouvons même écrire des relations encore plus particulières que l’on rencontre de temps à autres dans les corpus généalogiques. Ainsi H(X)H, H(X)F et X(X)H ou X(X)F désigneront les cas où nous savons qu’Ego et son frère ont un seul ancêtre apical en commun, mais que nous ignorons le sexe de celui-ci. H(XX)H, H(XX)F et X(XX)H ou X(XX)F désigneront les cas où nous avons qu’Ego et Alter ont un couple d’ancêtre en commun à cette génération, mais où nous ignorons tout de leur(s) identité(s).
  • Cas de figure 3. Nous pouvons également en écrivant H(HX)H, H(HX)F et X(HX)H ou bien X(FX)F ou H(FX)H, H(FX)F et X(FX)H ou X(FX)F indiquer que nous savons qu’Ego et Alter ont au moins soit un homme comme ancêtre commun soit une femme, mais que nous ignorons s’ils ont aussi une femme versus un homme comme second ancêtre en commun.
  • Cas de figure 4. Enfin, en incluant ou non un point à la fin d’une chaîne nous précisons si nous parlons d’une simple relation généalogique entre Ego et l’un de ses apparentés ou si nous parlons du mariage d’Ego. HH-HF désigne par exemple la cousine parallèle patrilatérale d’Ego mais ne dit rien de son statut matrimonial, alors que HH-HF. précise ici, par l’adjonction du point terminant la chaîne, que cette cousine parallèle patrilatérale est aussi l’épouse d’Ego. Dans le premier cas la chaine désigne donc une simple relation généalogique, dans le second cas elle dessine un circuit matrimonial.

Notons ici que sur ces quatre façons différentes de décrire une relation de germanité, seules les deux premières pourraient être décrites en utilisant le système de notation traditionnel. Les cas de figures 3 et 4, que l’on rencontre pourtant couramment dans les enquêtes ethnographiques, ne peuvent en effet pas faire l’objet d’une seule simplification par abréviation et il serait nécessaire de faire appel à une note explicative. Dans le cas 2, il faudrait par ailleurs faire usage de lourdes périphrases, en écrivant respectivement : « B (same father, same mother) man speaking (ms) », « Z (same father, same mother) woman speaking (ws) » et « B (same father, same mother) » dans le cas d’un couple d’ancêtres en commun. « B (same father) (ms) », « Z (same father) (ws) » et « B (same father) » dans le cas d’un ancêtre commun masculin unique. Enfin « B (same mother) (ms) », « Z (same mother) (ws) » et « B (same mother) » dans le cas d’un ancêtre commun féminin unique.

  • Pour des relations un peu plus éloignées, et pour lesquelles nous ne voulons pas apporter de précision sur l’identité des ancêtres apicaux, F-HH désignera le neveu agnatique d’une femme, et F-FH son neveu utérin, alors que F-FX désignera les neveux et nièces utérins d’une femme, F-XX les neveux et nièces agnatiques et utérins d’une femme et X-XX des neveux agnatiques et utérins en général (d’un homme ou d’une femme). À un niveau un peu plus distant, HH-HF décrira la cousine patrilatérale d’un homme, FF-HH le cousin croisé matrilatéral d’une femme, etc. Une même logique de notation se retrouvant bien entendu quel que soit le niveau de profondeur généalogique et la nature de la relation.

Les relations d’affinité (cohortes affinales et segments consanguins)

Il n’est pas nécessaire de s’attarder plus longtemps sur la description des relations entre consanguins, qui sont toutes construites sur une même logique. Venons-en à présent aux relations entre affins.

  • L’usage du point « . » dans une chaîne désigne comme on l’a vu une union[4]. H.F désignera donc le mariage d’un homme et d’une femme, H.H et F.F ceux respectivement de deux hommes ou de deux femmes.
  • Une union peut toutefois bien évidemment concerner d’autres individus que celle d’Ego et/ou d’Alter. Par exemple, nous pouvons parler de l’épouse d’un oncle paternel : HH-H.F ; mais aussi du père de celle-ci et, dans ce dernier cas, nous pourrons inclure ce dernier en poursuivant tout simplement cette description après le symbole du mariage tout en suivant les règles habituelles valables pour toutes chaines consanguines : HH-H.F(H)
  • Si maintenant, plutôt que le père de cette femme c’est son fils que nous voulions désigner (issu bien évidemment d’un autre mariage, sinon il s’agirait de l’enfant d’un oncle paternel d’Ego, son cousin donc), alors il nous suffirait d’écrire HH-H.(F)H. Dans ce cas, c’est à nouveau la position des parenthèses qui nous renseigne sur le sens de lecture de la relation consanguine qui suit un mariage. Le fait de placer celle-ci autour de l’épouse de l’oncle paternel, et non du couple qu’elle forme avec lui, indique clairement qu’elle est la seule à être en position d’ancêtre apicale vis-à-vis de la nouvelle chaîne consanguine qu’elle initie, alors que l’oncle paternel d’Ego n’est pas un ancêtre consanguin d’Alter, mais un simple allié de celui-ci.

Chaque description après un symbole de mariage (« . ») concerne donc nécessairement un nouveau segment de relation consanguine (segment qui pourra d’ailleurs n’être constitué que par un unique individu) et ce jusqu’au prochain symbole indiquant une union. L’on doit ainsi considérer une chaine comportant l’indication de plusieurs mariages comme une succession de segments consanguins liés entre eux par diverses relations d’alliance. L’on pourra de la sorte parler, selon le nombre de lien d’alliance dans une chaîne, de « cohortes affinales » à deux segments, à trois segments, etc.

H-F.H-F.H-F par exemple représente une cohorte affinale à trois segments consanguins (en l’occurrence trois groupes de germains) liés entre eux par deux relations d’alliance. Mais, si nous ajoutons un simple et unique symbole de mariage après alter en écrivant « H-F.H-F.H-F. », alors, plutôt que deux mariages entre trois groupes consanguins, nous en arrivons maintenant tout simplement à la description la plus simple qu’il soit possible de donner, il me semble, du modèle classique de « l’échange généralisé » lévi-straussien, dans lequel A donne à B qui donne à C qui donne à A[5].

Ainsi, dès lors que la relation comprend au moins deux symboles d’alliance, alors nous passons du registre des « mariages consanguins » à celui des « renchaînements d’alliances », autrement dit à des mariages entre alliés. Pour un renchaînement d’alliance, nous aurons ainsi dans une même chaîne au moins deux couples de parenthèses (ou deux tirets) et au moins deux points : l’un qui indique l’union entre ces deux groupes consanguins et distingue les deux segments consanguins, le second situé en fin de chaîne qui indique le mariage d’Alter avec Ego et donc qu’il s’agit d’un circuit matrimonial et non d’une simple description généalogique. « H(H)H.F(F)F. » signifie par exemple que deux demi-frères de même père ont épousé deux demi-sœurs de même mère. Ou encore, F-H.F-F.H-F.H-H. signifie que « le frère du mari de la sœur du mari de la sœur de l’épouse du frère d’Ego féminin est son époux». Cette dernière expression, est, comme on le voit, plus simple à écrire et à comprendre en notation positionnelle qu’en langue naturelle. Surtout, il est beaucoup plus simple de « visualiser » la signification sociologique de cette relation (l’on « voit » à la simple lecture de cette chaine qu’il s’agit quatre groupes de germains liés entre eux) dans cette notation positionnelle que dans le système de notation anthropologique traditionnel où elle s’écrirait « BWZHZHB (ws) », formule qui ne serait que difficilement représentable intellectuellement sans passer par un schéma et qui de surcroit ne serait pas complète, puisqu’elle faute de lui adjoindre un commentaire, l’on ne saurait toujours pas si Alter est juste un apparentée d’Ego ou son conjoint.

Une écriture intuitive et informative : quelques exemples

Que ce soit avec les relations consanguines ou avec les relations d’affinités, il est aisé de mettre en évidence le caractère « intuitif » de l’écriture positionnelle.

  • Donnons en un premier exemple très simple dans le cas des relations consanguines. La description du terme pour désigner le « père » d’un individu est définie dans l’analyse componentielle, comme je l’ai signalé précédemment, par l’expression « S1, L1, G1 » (où S1 désigne le sexe masculin, G+1 la génération ascendante +1, et L1 la linéarité simple). Dans l’analyse positionnelle, il est désigné en tant que X(H). Car le symbole H et la position qu’il occupe par rapport aux autres symboles (ici au seul symbole X représentant un individu) sont suffisants pour condenser la totalité des informations détaillées par l’analyse componentielle concernant le genre, la génération et la position d’Alter en tant que parent en ligne directe ou collatérale.

  • En guise de deuxième exemple, comparons les systèmes traditionnel et positionnel dans le cas d’une description de « la fille du demi-frère de même père de l’épouse d’une femme » : on l’écrira « Wo (ou ♀) W half B (same father only) D » en notation traditionnelle. En notation positionnelle cette description devient : « F.F(H)HF ». Ainsi, avec la notation positionnelle nous faisons seulement usage de deux symboles (H et F) pour décrire cette position, là où l’écriture naturelle recourt à cinq abréviations différentes (Wo, W, B, Z et D), auxquelles elle est obligée d’adjoindre deux précisions en langage naturel (« half » et « same father only »).

  • Pour le troisième exemple, envisageons de comparer deux relations : celles d’un « Father’s father’s mother’s mother’s father » d’un Ego masculin et d’un « Son’s son’s daughter’s daughter’s son » d’un Ego masculin. En système de notation naturel nous écrirons respectivement FFMMF (ms) et SSDDS (ms). Deux relations qui, en apparence, n’ont aucun lien entre elles. Traduites en notation positionnelle, ces deux relations donnent respectivement HHHFF(H) et (H)HHFFH. Nous remarquons immédiatement avec cette écriture qu’il s’agit exactement de la même chaîne généalogique, exprimée tantôt du point de vue d’Ego, tantôt du point de vue d’Alter, son trisaïeul. Seule la position des parenthèses change ici, entourant le descendant dans le premier cas et son ancêtre dans le second.
  • Prenons comme dernier exemple une relation d’affinité volontairement un peu complexe. Celui d’une cohorte affinale (un renchaînement d’alliance) comprenant trois segments consanguins, par exemple celui « d’un homme qui a épousé la fille du fils du frère du père du père du mari de la fille du fils du frère du père du père du mari de la fille du fils du frère du père du père d’Ego ». En notation traditionnelle nous obtenons : FFBSDHFFBSDHFFBSD (ms). D’une part, cette relation ne précise pas si Alter est l’épouse ou une simple apparentée d’Ego et il faudra le préciser par un commentaire. Mais surtout je serais assez surpris que cette relation suggère grand-chose au lecteur. Il lui faudra sans doute la transposer sous la forme d’un schéma pour en saisir l’orientation générale. En écriture positionnelle nous obtenons : « HHH(H)HHF.HHH(H)HHF.HHH(H)HHF. »

On distingue en effet au premier coup d’œil :

  1. Qu’il s’agit d’un circuit matrimonial et non d’une simple description généalogique du fait du point situé à droite de la chaine ;
  2. qu’il y a trois groupes en présence : les points qui indiquent les alliances opèrent un découpage bien visible entre les segments consanguins ;
  3. qu’il s’agit de trois ensembles exclusivement agnatiques liés entre eux par une succession d’unions.
  4. et enfin, qu’il existe une similitude généalogique formelle de ces trois groupes consanguins : tous sont constitués de cousins parallèles patrilatéraux classificatoires.

En conclusion

Le fait que l’analyse positionnelle ne multiplie pas les symboles différents selon les rôles parentaux qu’ils occupent pour Ego (F, S, GF, GS, etc.) mais utilise toujours un seul et unique symbole pour chacun des deux sexes, et indique les « rôles » parentaux par la position précise de ce symbole dans la chaîne plutôt que par une substitution du symbole lui-même par un autre, permet de dévoiler, comme nous l’avons vu avec ces derniers exemples, des propriétés particulières qui passent totalement inaperçues dans le cadre de la notation naturelle.

La notation positionnelle nous fournit donc un système d’écriture où la description d’une relation ne varie pas selon l’individu de référence, là où la notation traditionnelle doit recourir à des notations très différentes en fonction de la position d’Ego au sein d’une même relation. La notation positionnelle extrait au contraire de la description naturelle la seule propriété qui exprime non pas la position passagère d’un individu dans une relation, mais son seul état permanent : celui du genre. Dans un langage formel, seules les propriétés permanentes doivent être marquées de façon pérenne et influe sur le choix du symbole lui-même. Un symbole exprime en effet une constante, une propriété permanente, et non pas le rapport qu’il entretient avec d’autres symboles. Ces rapports entre les éléments représentés par les symboles doivent ainsi être signifiés par les rapports que les symboles entretiennent eux-mêmes entre eux, comme c’est le cas dans la plupart des langages formels.

Pensons, par exemple, aux systèmes de notations en chimie (formule de Lewis, formule développée plane, formule topologique, etc.) ou en génétique. Les symboles représentent dans ces domaines les éléments constants – éléments atomiques d’une molécule où nucléotides d’une séquence ADN – et l’agencement spécifique entre ces éléments (qui va déterminer leur propriétés émergentes) est représenté par l’agencement spécifique des relations liant ces symboles. Chimistes et généticiens ne vont pas dans leurs notations remplacer les symboles des éléments par de nouveaux symboles selon les relations qu’ils entretiennent avec d’autres éléments afin de représenter les propriétés émergentes d’un élément dans son interaction avec les autres. Or, c’est exactement à ce processus classificatoire que se livrent les langues naturelles et le système de notation naturel en anthropologie qui s’en inspire, lorsqu’ils décrivent, par exemple, un homme comme un père, un frère, un fils, un époux etc., plutôt que de s’en tenir à une simple description distinguant les éléments constants (l’individu genré dans ce cas) des relations entre ces éléments qui induisent les rôles sociaux et parentaux que les « éléments » adoptent provisoirement.

Seule une propriété constante – ici le genre – doit donc être exprimée par un symbole. Toutes les autres propriétés émergentes (la germanité, l’alliance, la filiation, etc.) qui découlent des relations que cet individu genré entretient avec d’autres individus genrés sont le fruit de positions relationnelles transitoires et doivent donc être exprimées hors du symbole lui-même : dans l’ordre d’écriture des symboles et/ou par la présence d’opérateurs.

Ce simple dispositif consistant à sérier et à distinguer les éléments informatifs d’une écriture formelle permettent alors, comme nous l’avons vu, d’obtenir :

  • Un système de notation très économique, qui ne recourt qu’à trois symboles et deux opérateurs et totalement exhaustif (il n’est jamais besoin d’utiliser de périphrases en langue naturelle pour décrire la totalité des relations généalogiques possibles).
  • Une lecture bien plus « intuitive » des données que celle qu’autorisent tant la notation en « système naturel » que celle proposée par l’analyse componentielle.

Nous verrons bien entendu si, à l’usage, cette écriture résiste aux exigences et nécessités de l’analyse anthropologique des phénomènes de parenté. Ce que nous pouvons d’ores et déjà lui demander c’était de pallier certaines carences présentes dans les systèmes de notations actuels, et de ce strict point de vue il me semble – et j’espère vous en avoir convaincu – qu’elle remplit plutôt bien son office.

 

Laurent Barry

Maître de Conférences, Laboratoire d’Anthropologie Sociale, EHESS


[1] On trouvera par exemple des illustrations de ces formules graphiques et de certains logiciels scientifiques fondés sur cette approche graphique dans les travaux de Michael Houseman & Douglas White (1996), de Laurent Barry (2004), de Wladimir Bataglej & Andrej Mrvar (2007), de François Héran (2009), etc.

[2] Certains auteurs qui recourent à l’écriture positionnelle emploient les parenthèses vides () en lieu et place du tiret ; il n’y a bien entendu aucun inconvénient à cette écriture alternative si elle est bien précisée avant son utilisation.

[3] Si je précise qu’il s’agit de la quasi-totalité des règles, c’est qu’il sera bien entendu toujours possible d’adjoindre à celles-ci, comme dans le système traditionnel, certains symboles signalant des cas bien particuliers : par exemple on indiquera le décès d’un individu en barrant son symbole, ou son rang de naissance en adjoignant un numéro auprès du symbole le représentant, etc. Mais ces précisions, qui utilisent le même registre symbolique que dans la notation naturelle, sont secondaires et leur connaissance n’est pas requise, comme ce peut-être le cas des symboles et opérateurs principaux, pour comprendre le fonctionnement de ce système de notation.

[4] S’il s’agit d’un mariage ancestral, le point semble superflu, puisque la présence simultanée de H et F au sein d’un même doublet de parenthèses renvoie nécessairement à un couple d’ancêtres communs et donc à un couple marié : (HF). Il est toujours possible cependant d’ajouter un symbole de mariage dans ce dernier cas (H.F) pour ceux ou celles qui le désirent par souci de précision.

[5] Les relations entre co-époux, ou celles désignant des mariages secondaires de consanguins sont eux aussi très faciles à décrire dans l’écriture positionnelle même pour des relations complexes. Par exemple : H(H).F.HF(F).H désigne le second époux (autre que le grand-père maternel) de la grand-mère maternelle d’une coépouse (autre que la mère) du père d’un Ego masculin.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.