Parenté et marché du sperme

http://i2.cdn.turner.com/money/dam/assets/160928151051-sperm-bank-app-780×439.jpg

            Il existe aujourd’hui un marché du sperme et un secteur industriel en pleine croissance en assure le commerce. Les banques de sperme remontent aux années 1930 et ne concernaient alors que la reproduction du bétail. Il faudra attendre une vingtaine d’années pour qu’émerge l’idée de créer des banques de sperme humain et encore vingt ans pour qu’apparaissent aux États-Unis les premiers établissements commerciaux (Daniels et Golden, 2004). Actuellement en Europe, le marché est dominé par des entreprises danoises dont la clientèle, composée de couples (hétérosexuels ou de même sexe) et de femmes célibataires, est internationale. La technique de la cryoconservation sépare dans le temps et dans l’espace donneur de gamètes et receveur. Cette séparation doublée de la possibilité de sélectionner le donneur parmi une très large gamme de choix se traduit-elle par des manières nouvelles de se représenter la naissance et la parenté ? Dans quelle mesure ces représentations qui se réfèrent à la notion de gène marquent-elle une accentuation du prisme biologique dont les conceptions euraméricaines de la parenté sont déjà fortement imprégnées (Schneider, 1968) ? Faut-il ne voir dans le discours génétique qu’un avatar de la « biologisation » de la parenté ou, au contraire, une inflexion significative liée à l’émergence d’une parenté élective et d’un individu procédant à des choix reproductifs ?

            L’analyse de l’offre de service de deux banques danoises permet de proposer des éléments de réponse (Déchaux, 2017). Les données ont été recueillies de janvier à juin 2016 sur les sites internet de Cryos International (CI) et European Sperm Bank (ESB). CI se présente comme « la plus grande banque de sperme au monde » avec un catalogue de 500 donneurs (en 2016). Le sperme acheté par un particulier peut être livré à une clinique pour une insémination médicale ou à domicile pour une insémination effectuée par la personne elle-même. ESB dispose d’un catalogue de 400 donneurs (en 2016). Elle travaille avec des cliniques ou des particuliers et propose la livraison à domicile. L’analyse a consisté à dépouiller de manière thématique le contenu rédactionnel des pages web et des plaquettes publicitaires téléchargeables sur le site en partant de la pièce centrale que constitue le catalogue des donneurs. Savoir à quelles demandes répondent ces services, comment ils sont utilisés par ceux qui se les procurent, renvoie à une autre problématique, celle des usages (Mamo, 2005), qui n’est pas traitée ici. L’étude porte donc exclusivement sur l’offre de services et secondairement sur les conflits entre prestataires et clients, élément qui confirme que de nouvelles façons de concevoir tant le « projet » de naissance que celui de la transmission sont en train de voir le jour.

Les banques de sperme et le commerce des phénotypes

            L’offre de services des banques de sperme s’accompagne d’un discours marketing, parfois explicite, souvent suggéré. Le discours explicite s’exprime à travers des slogans commerciaux et des commentaires figurant sur le site web des établissements, destinés à expliquer aux consommateurs à quel type de besoin ou de situation correspond ce qui est proposé à la vente. Le discours suggéré procède par la mise en scène et en image des rubriques du site, notamment le catalogue des donneurs.

           Quel type de bien vendent les banques de sperme ? S’agit-il d’un simple matériau biogénétique, en l’occurrence des gamètes mâles sous forme de paillettes de sperme congelé ? La consultation de la page d’accueil du site de CI (figure 1) montre que non. Y figurent des nourrissons d’apparences diverses. La variété des phénotypes est liée au caractère international de la clientèle qui couvre plus de 80 pays. Ce choix iconographique traduit le souci de répondre à la diversité des demandes en partant de l’hypothèse, suggérée plutôt qu’explicitement mentionnée, que le couple ou la cliente recherche un bébé qui lui ressemble sur un plan phénotypique. En cliquant sur le lien « recherche de donneur », l’internaute accède au catalogue. S’affiche en haut le visage d’un nourrisson alors qu’apparaissent juste en-dessous les critères de sélection (par défaut) du donneur : taille, couleur des yeux et des cheveux, groupe sanguin, « race » (en réalité une catégorie hétérogène qui mêle phénotype physique et traits culturels), etc. Un lien est ainsi établi entre l’enfant et le donneur par la sélection des traits physiques recherchés. La mise en image du catalogue sous-entend que les caractéristiques du donneur se retrouveront dans les traits de l’enfant. L’internaute est invité à choisir son donneur en fonction du profil recherché pour son enfant.

Fig. 1: Page du site de Cryos International (24 mai 2017) – https://dk-fr.cryosinternational.com/

            Selon les critères sélectionnés, apparaît une liste de donneurs avec pour chacun d’eux un profil résumé en une fiche. Le profil de base correspond aux critères morphologiques et physiologiques retenus par l’internaute. Le prix des gamètes est précisé, il est fonction de la mobilité et de la concentration des spermatozoïdes, du stock disponible et s’il s’agit de sperme brut ou purifié (afin d’obtenir un plus grand nombre de spermatozoïdes fonctionnels et d’éliminer les substances toxiques ou dommageables) pour une insémination intra-utérine ou une FIV. S’ajoute le dossier médical du donneur, résultat d’un dépistage génétique visant à écarter ceux qui sont porteurs de mutations associées à des risques de maladies transmissibles (la liste figure sur le site de la banque) et d’un questionnaire sur les antécédents médicaux de la parenté proche. Il est aussi possible d’accéder, lorsqu’il existe, au profil élargi du donneur qui contient des informations de nature psychosociale : un enregistrement vocal, des photos de lui enfant, une lettre manuscrite et un autoportrait présentant son identité familiale et sociale. Ainsi, sur sa fiche Adrian (figure 2) raconte qu’étant un donneur « ouvert » il s’engage à révéler son identité (son véritable nom, son adresse, etc.) à la majorité de l’enfant. Grâce à ce profil élargi l’internaute peut avoir l’impression de faire sa connaissance : entendre sa voix, lire son écriture, savoir qui est Adrian, connaître son niveau d’éducation, son métier, ce qu’il aime dans la vie et la raison pour laquelle il est donneur de sperme.

           Dans le profil élargi du donneur figurent le plus souvent les résultats d’un test de personnalité visant à identifier son tempérament (figures 3.a, b, c) : est-il empathique ? a-t-il confiance en lui ? est-il réservé ou extraverti ? rationnel ou intuitif ? Présentés sous la forme de scores, courbes, graphes en étoile, les résultats facilitent la comparaison entre les donneurs. L’utilisation d’un langage chiffré situant la personne par rapport à « la moyenne » ainsi que le repérage et le commentaire des forces et des faiblesses expriment une intention évaluative qui se fonde sur une norme de référence, celle d’une masculinité équilibrée, jamais explicitement définie. Avec ces informations psychologiques, les banques incitent leur clientèle à voir le donneur comme une personne à part entière dont le concours va au-delà de la cession d’un matériau biologique : parce qu’il incarne un profil humain associé à ses gamètes, choisir le « bon partenaire » est crucial. Selon le discours marketing des banques, le rapport client / donneur doit être pensé comme un lien d’appariement dont l’enjeu dépasse la seule vente de cellules de reproduction[1].

Fig. 3.a: “L’intelligence émotionnelle d’Adrian” – site de Cryos International (24 mai 2017), https://dk-fr.cryosinternational.com/
Fig. 3.b: Les “points forts” et “points faibles” d’Adrian – site de Cryos International (24 mai 2017),
https://dk-fr.cryosinternational.com/
Fig. 3.c: “Interpréter le score d’Adrian” – site de Cryos International (24 mai 2017),
https://dk-fr.cryosinternational.com/

            Chez ESB, le test permet à l’internaute de pouvoir constituer avec le donneur la paire correspondant à ses préférences. Il comprend une analyse des combinaisons de paires réalisée à partir des types psychologiques génériques dont relèvent le donneur ainsi que l’internaute (les résultats de son propre test peuvent être obtenus grâce à un lien fourni par la banque). Ce service, qui propose d’optimiser le choix du géniteur sur la base d’une analyse des combinaisons de tempéraments, assimile le donneur à un partenaire, non pas conjugal, sexuel ou amoureux, mais biogénétique en vue d’engendrer un enfant ayant un profil psycho-cognitif spécifique qui serait le résultat de l’influence conjuguée du « couple » formé par la génitrice (cliente de la banque) et le donneur.

            Au regard de l’offre de services et du discours marketing qui l’accompagne, il apparaît que les banques de sperme vendent non pas simplement des matériaux biogénétiques mais des profils phénotypiques, corporels et psychologiques. La mise en avant du phénotype s’appuie sur l’idée d’une corrélation, voire d’une équivalence, entre la composante biogénétique du gamète (son génotype) et le phénotype recherché. Bien que cela ne fasse l’objet d’aucun énoncé explicite dans la communication marketing des établissements, tout invite à croire que le phénotype se transmet génétiquement comme si le gamète était une sorte d’être humain en miniature, une image phénotypique préformée. Les banques reprennent ainsi à leur compte une conception déterministe et essentialiste de la génétique faisant du génome l’infrastructure de la personne, son plan corporel et cognitif, croyance certes très répandue dans les représentations culturelles du gène mais démentie par les avancées de la recherche en génomique.

La parenté « génétisée »

            Ce « génocentrisme » donne parfois lieu à un discours marketing explicite qui définit la parenté en termes génétiques et fait de l’ADN le fondement le plus sûr de la filiation et de la germanité. Les banques proposent à leur clientèle des options consistant à réserver les gamètes du donneur sélectionné. La réservation, qui peut aller jusqu’à dix ans pour un coût variant de 50 € (trois mois) à 1000 € (dix ans), garantit qu’il ne sera pas nécessaire de changer de donneur en cours de traitement (lequel peut s’étaler sur une période assez longue) et, en cas de naissances successives, que les enfants seront issus d’un même géniteur. La réservation de gamètes figure dans l’offre de services des deux établissements étudiés et fait l’objet d’un argumentaire promotionnel explicite visant à convaincre les clients d’y recourir. Sur son site, CI précise : « N’attendez pas : réservez votre sperme de donneur en ligne dès maintenant. […] Ne prenez pas le risque que le sperme de votre donneur ne soit plus disponible ; ne prenez pas le risque de devoir changer de donneur de sperme en cours de traitement ; gardez la possibilité d’avoir d’autres enfants issus du même donneur. […] Les enfants seront génétiquement apparentés à 100 % et auront plus de chances de se ressembler ; si vous avez réussi à concevoir un enfant avec le donneur que vous avez sélectionné, vous avez toutes les chances de réussir à nouveau ; vous savez à quoi vous attendre ; vos enfants seront une référence l’un pour l’autre dans leurs relations identitaires personnelles ». Ces recommandations privilégient la dimension biogénétique du lien de germanité. Non seulement le lien génétique partagé avec le donneur est supposé donner l’assurance d’une ressemblance corporelle et psychologique entre germains, mais il fournirait, à travers le partage d’une même hérédité, un fondement solide aux relations dans la fratrie.

            Les banques proposent même une formule de réservation exclusive pour une durée illimitée, le client se réservant l’exclusivité des gamètes d’un donneur déterminé. Il en coûte entre 12 000 € et 17 000 € selon l’établissement. Le couple ou la cliente peuvent donc avoir la certitude que les paillettes ne seront pas utilisées pour d’autres et que les enfants nés de ce donneur n’auront pas de demi-frères ou de demi-sœurs dans une autre famille. Cette offre de service joue sur la crainte d’un inceste aléatoire à travers l’éventuelle mise en contact, dans la vie sexuelle future des enfants, de gamètes jugés trop proches, c’est-à-dire issus d’un même donneur. Cette crainte, qui est au cœur des représentations ordinaires de la parenté (Porqueres i Gené, 2017), est ici mise en avant à des fins commerciales – vendre davantage de paillettes et sur une durée plus longue – dans le cadre d’un discours qui promeut au rang de « vraie germanité » un lien strictement génétique. Son fondement n’est pas éthique ou ontologique, c’est-à-dire relatif à ce qu’est ou doit être le lien de parenté, mais pragmatique et prudentiel : les clients sont invités à minimiser les risques et, pour ce faire, à valoriser la dimension génétique du lien de parenté.

            Une dernière illustration de cette propension à « génétiser » la parenté se trouve dans les conseils donnés aux futurs parents. S’adressant à l’internaute qui découvrirait les services proposés par la banque, une rubrique du site d’ESB décrit le processus conduisant à un « traitement réussi de l’infertilité » : parmi les neuf étapes répertoriées, la dernière, intitulée « Plan for siblings », recommande aux futurs parents de bien réfléchir aux avantages pour les enfants d’avoir un même géniteur et les incite à choisir l’une des formules de réservation. Ainsi c’est la parenté qui fait l’objet d’une « génétisation » (à travers la germanité, l’ascendance et le partenariat entre la génitrice et le donneur) et non simplement le lien reproductif.

            Se rapportant à l’idée d’une consubstantialité supposée établir les fondements ultimes de la parenté, c’est le sang qui, traditionnellement, en Occident était la métaphore la plus usitée. Que signifie cette transition du sang au gène, manifeste dans le discours marketing des banques de sperme mais aussi repérable dans la société avec la diffusion de plus en plus large d’une grille de lecture génétique du vivant et la pratique croissante des tests et des examens génétiques ? La réponse n’est pas évidente. Pour Imaz (2018), la métaphore du sang renvoie à une entité héritée et transmise mais qui n’est ni générée, ni changée. Diasio (2008) souligne la différence et la complémentarité entre le sang et le gène dans les représentations de l’hérédité : le sang est une entité stable associée à une temporalité linéaire qui fabrique de l’identité collective ; le gène a un caractère plus aléatoire, capricieux, volatile et mobile, il investit certes la personne mais de manière discontinue et inconstante, pouvant ainsi sauter une génération. Le gène exprimerait une représentation plus contingente et individualisante de l’hérédité. Se pose ici la question de « l’unicité génomique » (Duboule, 2018) : de quoi le génome est-il l’expression ? Appartient-il à l’individu ou au groupe de parenté ? Est-ce l’ADN des aïeux qui nous possède ou n’est-ce pas plutôt l’inverse (« mon génome c’est d’abord moi ») ? L’étude des conflits entre banques de sperme et clients permet de mieux cerner cet univers symbolique de la notion de gène appliquée à la parenté.

Effet boomerang et mythe du génome parfait

            La focalisation sur la dimension génétique de l’ascendance conduit à l’émergence d’un contentieux entre des banques de sperme et certains couples clients qui considèrent avoir été lésés sur le profil du donneur qu’ils ont choisi. À l’été 2016 un couple canadien a intenté un procès à l’encontre d’un établissement étatsunien et de J. C. Aggeles, le donneur retenu par le couple, dont l’identité fut malencontreusement révélée lors d’un échange de mails avec la banque. Le couple dont l’enfant a été conçu avec les gamètes d’Aggeles estime avoir été trompé sur le profil du donneur après avoir découvert qu’il souffre de schizophrénie et de désordres mentaux, que son niveau d’étude et son QI ne correspondent pas à ce qui figure dans son dossier, que ses photos ont été retouchées et qu’il a été condamné dans le passé à huit mois de prison pour actes de délinquance. Depuis 2016, neuf autres plaintes en provenance de trois pays ont été déposées, les gamètes d’Aggeles ayant été à l’origine de 36 naissances entre 2000 et 2014 (https://www.bionews.org.uk/page_95674).

            Au cœur de cette affaire se trouve l’accusation de fraude ou, du moins, de négligence dans la rédaction du dossier du donneur Aggeles, son profil sur catalogue ne correspondant pas au phénotype biologique, psychologique et social de la personne. Mais les couples craignent surtout que leurs enfants héritent des désordres mentaux dont souffre Aggeles, voire de ses prédispositions criminelles. À ce sujet l’avocate du couple canadien déclare : « Au moins 36 enfants sont exposés à un risque de psychose ». D’autres affaires similaires existent. Ainsi une cliente fait un procès en mai 2016 à une autre banque étatsunienne qu’elle accuse de ne pas lui avoir fourni les gamètes demandés : le géniteur est « africain américain » alors qu’elle avait sélectionné un profil « caucasien » (https://www.bionews.org.uk/page_95502).

            Une association nord-américaine, le Donor Sibling Registry (DSR), créée en 2000, s’est donnée pour objectif de permettre aux personnes nées à la suite d’un don de gamètes de pouvoir accéder à la connaissance du donneur, désigné « parent génétique » par l’association (https://www.donorsiblingregistry.com/). Le DSR réalise une veille informationnelle recensant les plaintes adressées dans le monde aux banques de sperme. La plupart concernent des maladies génétiques qui pourraient être transmises à l’enfant par le donneur. Les pratiques de dépistage génétique des banques sont dénoncées comme insuffisantes : les tests ne couvriraient qu’un nombre limité de pathologies ; ils seraient trop irréguliers en cas de dons répétés. Le nombre d’enfants nés d’un même donneur serait aussi trop élevé. Profitant des avancées de la génomique, DSR exige que les banques fassent un séquençage du génome des donneurs afin d’optimiser leur sélection biogénétique et de minimiser, voire d’écarter, les risques de transmission génétique de pathologies. Est aussi demandée la constitution d’un vaste registre qui regrouperait les informations génétiques et médicales relatives aux donneurs, offrant aux familles une « traçabilité » génétique jugée indispensable à une prise en charge médicale en cas d’affection déclarée chez l’enfant.

            Le contentieux relatif aux profils des donneurs et la revendication d’un accès aux origines à des fins de traçabilité génétique sont le signe que le génocentrisme caractérisant le discours marketing des banques produit bel et bien des effets dans les représentations et les pratiques sociales d’un certain nombre de couples parentaux. Une partie au moins de la clientèle reprend à son compte le déterminisme génétique promu par la communication commerciale des établissements. Dans l’affaire Aggeles, le couple canadien craint que les désordres mentaux du donneur ne se retrouvent chez son enfant, comme si la schizophrénie était déterminée par quelques gènes « fautifs ». Or, selon l’état actuel des connaissances, la réalité est plus complexe : si la schizophrénie a bien une composante génétique, plus d’une centaine de variations génétiques sont associées au risque de développer cette maladie, chacune d’elle n’ayant qu’un effet mineur (https://www.nature.com/articles/nature13595). L’image du génome « parfait » – ou « fautif » ce qui, sur un plan épistémologique, revient au même – à l’origine des procès et de la demande d’une traçabilité du don est un mythe qui nie le rôle « épigénétique », agissant sur l’expression des gènes, des facteurs environnementaux et comportementaux dans la configuration du phénotype. La très grande majorité des pathologies sont en réalité multifactorielles, seule une toute petite fraction (on parle alors de maladies monogéniques) résultant de la mutation d’un gène unique.

            Le marketing génétique des banques se trouve pris à son propre piège au terme d’un effet qu’on pourrait qualifier de boomerang. Il a contribué à renforcer l’idée que le profil de la personne est contenu en germe dans son ADN et, surtout, qu’il suffirait de procéder à une sélection trait par trait du donneur pour obtenir un enfant ayant telle ou telle propriété. Désormais, c’est au nom de ce même réductionnisme génétique que les banques sont accusées de ne pas avoir fait le nécessaire pour écarter les donneurs porteurs de gènes prétendument « fautifs ». Cet effet boomerang pourrait conduire à une surenchère en matière de dépistage génétique, renforçant plus encore la croyance selon laquelle l’ADN détermine les traits de la personne et les « véritables » contours de sa parenté.

            Sont réellement en cause les croyances relatives à la parenté. Être désigné par le syntagme ambigu « parent biologique » plutôt que géniteur, comme dans l’argumentation de DSR, est l’indice d’un processus de « génétisation », c’est-à-dire d’une plus grande indistinction entre la parenté en tant qu’institution et représentation sociales d’un côté et la réalité biologique des connexions génétiques issues de la reproduction de l’autre. À cette confusion entre parenté et reproduction, déjà soulignée par Sarah Franklin (2001) qui montre combien, dans le cadre des nouvelles techniques de procréation, les informations génétiques sont appropriées et ré-imaginées par les individus pour produire des relations et les inscrire dans le corps, s’ajoute l’idée d’une conditionnalité de la naissance qui, au-delà du couple qui se sent prêt ou non, concerne cette fois l’enfant à naître lui-même. L’insistance sur la composante génétique de la personne et de l’hérédité transforme peu à peu le statut de la naissance : donner naissance ne signifie plus l’accueil inconditionnel d’une vie nouvelle mais son conditionnement par la sélection anténatale d’un profil phénotypique déterminé de l’enfant. Sur ce point, la « génétisation » de la parenté tendrait à différer de sa simple naturalisation par la biologie dans la mesure où elle met en scène un individu devenu « entrepreneur de parenté » sommé de produire le meilleur de lui-même et qui, par ses choix, configure la complexion génétique de sa descendance. Une conception individualiste, entrepreneuriale et consumériste de la naissance et de la transmission associée à une parenté élective, relevant du construit plus que du donné (Strathern, 1992 ; Viveiros de Castro, 2004), se substituerait à celle, conservatrice et organique, qui caractérisait jusqu’alors la référence à la nature en matière de consanguinité.

Jean-Hugues Déchaux, Professeur de sociologie, Université Lumière-Lyon 2 / Centre Max Weber


[1] Dans une installation baptisée Spermbar prenant la forme d’un food truck stationné dans la 5e avenue à New York, l’artiste Prune Nourry détourne le commerce en ligne des donneurs de sperme et pointe avec humour le fantasme de l’enfant à la carte. Chaque caractéristique de chaque candidat donneur est associée à une saveur et un ingrédient de jus de fruit. Les passants choisissent leur donneur idéal et repartent ainsi avec un cocktail unique, fruit de leur sélection. http://www.prunenourry.com/fr/projects/the-spermbar


1 réponse

  1. j’aimerais y adhérer et faire aussi des dons de spermes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.