Brigands – Appel à contributions

source: https://criminocorpus.org/fr/bibliotheque/page/112847/#page

Brigands

Appel à contributions pour la revue Terrain

Numéro coordonné par Lucia Michelutti et David Picherit

 

De Pablo Escobar à Phoolan Devi, les mythes de « bandits » morts ou vivants se répandent aujourd’hui de manière instantanée par le biais des médias numériques. Des épopées traditionnelles, des vidéos, des photos, des musiques, ou encore des applications et des jeux vidéo sont bricolés pour célébrer des bandits plus ou moins sociaux, mais aussi des gangsters, des révolutionnaires et des politiciens mafieux. Ces bricolages transculturels et in situ, effectués par une multitude de «scénaristes» – dont les protagonistes eux-mêmes –, participent d’une écriture nouvelle des mythes de bandits.

Œuvrant dans des économies politiques violentes et instables, ils deviennent des modèles d’autorité toujours plus populaires et/ou des objets de culte, ils suscitent la peur, l’admiration, des fantasmes et certains leur prêtent des qualités extraordinaires, du charisme et parfois même des origines divines. Vivant dans la clandestinité ou élus démocratiquement, ces bandits sont à la fois qualifiés de Robin des Bois, de gangsters ou de mafiosi, et de « criminels » ou « terroristes ». Ces figures contemporaines du bandit sont aussi largement mobilisées par des groupes politiques, des entreprises commerciales, ou encore des ONG environnementales. Malgré la prolifération de ces formes d’autorité, peu de travaux s’intéressent à l’écriture de ces mythes de bandits, à leurs temporalités et à leurs effets sur la production du pouvoir, de leur souveraineté et de leur légitimité.

Hobsbawm (2001) a défini le bandit social comme un paysan hors-la-loi incarnant les vertus de Robin des Bois, et soutenu par les populations qui le perçoivent comme un héros, un vengeur, un justicier. Figure universelle, ce bandit s’épanouirait dans des régions aux États faibles et se distinguerait des voleurs, des gangs organisés et/ou des mafiosi. Les critiques du « bandit social » soulignèrent une théorie basée principalement sur des légendes populaires, au détriment d’une analyse des pratiques réelles des bandits, de leur usage de la violence et de l’extorsion ou encore de leur collaboration avec l’État. Hobsbawm rétorqua que le bandit social existe parce que des populations croient en ce bandit social.

Au-delà des débats entre histoire, fiction et réalités matérielles, ou des distinctions trop strictes entre bandit, gangsters et mafieux, nous souhaitons explorer les processus de fabrique des mythes de bandits et leur articulation aux pratiques concrètes de ces bandits dans des économies politiques violentes :

  • Comment les bandits façonnent-ils leur mythe de leur vivant et l’articulent-ils avec leurs pratiques ?
  • Qui devient un héros (et/ou un demi-dieu) et qui ne le devient pas ?
  • Comment la prolifération des mythes de « bandits sociaux » est-elle liée aux économies politiques violentes contemporaines ?
  • De quelles manières les luttes de pouvoir et de souveraineté entre bandits, États et autorités façonnent-elles ces mythes ?
  • Les figures classiques du « bandit social » et du « Robin des Bois » sont-elles toujours au centre de la fabrique de héros hors-la-loi universels ?
  • Quel est le rôle tenu par les mouvements anticorruption, les politiques de transparence et de « bonne gouvernance » dans les scénarios des mythes de bandit ?
  • Comment la figure contemporaine du bandit est-elle mobilisée par des acteurs politiques, environnementaux ou religieux ?

La figure bricolée du bandit est au centre de ce numéro spécial. Les contributeurs sont invités à documenter ethnographiquement ces bricoleurs : les bandits eux-mêmes et une multitude de scénaristes intervenant pendant et après la vie des « bandits ». Les scénaristes peuvent être des réalisateurs de films, des journalistes, des romanciers, des romanciers, des youtubeurs, des chefs religieux, des partis politiques, des agents de police, des hommes d’affaires, des chanteurs, des artistes, etc.

Outre des articles académiques (8 000 mots), le numéro comptera des « portfolios », conçus comme de courts essais construits sur un corpus d’images. Des récits courts (4 000 mots) enfin, prenant la forme de vignettes descriptives, rendront compte d’événements de rencontre documentés dans des archives ou directement observés dans le cadre d’un terrain ethnographique.

Les propositions de contributions devront être envoyées sous forme d’un résumé (300 mots environ) avant le 15 septembre 2019 à la rédaction de la revue Terrain : terrain.redaction@cnrs.fr

Les articles complets sont à remettre pour le 1er décembre 2019.

Lectures :

HOBSBAWM ERIC, 2001 [1969]. Bandits, London, Abacus.
MALI JOSEPH,1992. The Rehabilitation of Myth. Vico’s New Science, Cambridge, Cambridge University Press.
MICHELUTTI LUCIA, ASHRAF HOQUE, NICOLAS MARTIN, DAVID PICHERIT, PAUL ROLLIER, ARILD RUUD & CLARINDA STILL, 2018. Mafia Raj. The Rule of Bosses in South Asia, Stanford, Stanford University Press.
PINE JASON, 2012.The Art of Making Do in Naples, Minneapolis, University of Minnesota Press.
RAFAEL VICENTE L. (dir.), 1999. Figures of criminality in Indonesia, the Philippines, and colonial Vietnam, Ithaca, Cornell University Press.
SIDEL JOHN, 1999.Capital, Coercion, and Crime. Bossism in the Philippines, Stanford, Stanford University Press.
RIVKE JAFFE & MARTIJN OOSTERBAAN (dir.), 2019. Most Wanted. The Popular Culture of Illegality, Amsterdam, Amsterdam University Press.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.