Novembre, le mois de la photo

Je marchais toute la journée l’esprit tendu, cherchant dans les rues à prendre sur le vif des photographies comme des flagrants délits. Cartier-Bresson, 1952.

Je me tiens assez près du sujet pour le toucher, et il n’y a rien entre nous – sauf ce qui se passe pendant que nous nous observons l’un l’autre. Cet échange comporte des manipulations, des soumissions. Ce sont des relations qu’on ne pourrait se permettre dans la vie quotidienne. Nous nourrissons pour l’image des ambitions différentes. Le besoin que le sujet a de plaider sa cause est sans doute aussi profond que mon besoin de plaider la mienne, mais c’est moi qui suis aux commandes.[…] Ces disciplines, ces stratégies, ce théâtre muet cherchent à créer une illusion : à savoir que tout ce qui est incorporé dans la photo est simplement arrivé ; que la personne dans le portrait était toujours là, qu’on ne lui a jamais dit de se tenir à cette place, qu’on ne l’a jamais pousser à cacher ses mains et qu’en fin de compte, elle n’était même pas en présence du photographe. Richard Avedon, 1986.

Cette année, le Mois de la Photo s’articule autour de la collection de la Maison Européenne de la Photographie. “Paris collectionne” est ainsi l’occasion de donner à voir quelques fragments de la richesse des collections photographiques parisiennes. Un dialogue se met en place entre les différentes collections, publiques ou privées. L’occasion de découvrir les artistes émergents et de redécouvrir les grands noms de la photographie.

A ses débuts, la photographie était destinée à un enregistrement objectif de la réalité. Peu à peu, les pratiques photographiques se sont modifiées et l’objectif a dérivé : surperposition, colorisation, collage, nu, trucages, mise en scène… Avec l’avènement du numérique une photographie peut être retravaillée à l’infini. Mais une photo ne nous en dit-elle pas autant sur celui qui regarde que sur ce qui est regardé ?

Pour en savoir plus :

Affiche réalisée par Vik Muniz

Des articles :
“Photographier la catastrophe”, Abigail Solomon-Godeau, Terrain n°54, Catastrophes.
« La « boîte aux ancêtres »
, Giordana Charuty, Terrain n°33 – Authentique ?
« Les apparences de la vérité ou les rêves d’objectivité du portrait photographique», Sylvain Maresca, Terrain, n°30, Le regard (texte intégral).
« L’œil de l’esprit », William A. Christian Jr, Terrain n°30, Le regard (texte intégral).

Sites et Blogs :
Tout le programme du mois de la photo, Paris-photo, le mois de la photo-off.