La fabrique des héros

Cette année, les grands hommes sont à l’honneur des Journées du patrimoine. De Gaulle, Mandela, Martin Luther King, Che Guevara mais aussi Zidane, Mère Térésa ou Superman… Peut-on tracer un portrait-robot du héros contemporain? Du guerrier aux vertus surhumaines au premier venu, les figures héroïques sont protéiformes.

« Malheur au peuple qui a besoin de héros », écrivait Hegel. Pourquoi avons-nous besoin de héros ? Nécessité d’identification ? Symbole de la collectivité ? Adéquation à certaines valeurs ? Personnification de la nation ?

 » La Providence semble ainsi se complaire à donner à chaque peuple libre, pour fondateur de son indépendance, un héros fabuleux ou réel, conforme aux sites, aux moeurs, au caractère de ces peuples; à un peuple rustique et pastoral comme les Suisses, un paysan héroïque; à un peuple fort et soulevé comme les Américains un soldat honnête homme; deux symboles debout au berceau des deux libertés modernes pour personnifier leurs deux nations : ici Tell avec sa flèche et sa pomme; là Washington avec son épée et ses lois. » Lamartine (1860-1866, t. XXXV : 82).

Pour en savoir plus :


Vous aimerez aussi...