Reliques royales sakalava : renouveler la puissance sacrée des anciens rois à Madagascar

Que se cache-t-il derrière des reliques royales de Madagascar ? De la confection de l’objet à l’identification des corps de rois, en passant par des cérémonies commémoratives, Thomas Mouzard revient sur les reliques royales sakalava.

Fig. 1. Reliques royales sakalava, désignées comme « étui à talisman » au musée du quai Branly- Jacques Chirac (Objet 71.1990.57.541)

 Fig. 2. Photo prise lors d’une consultation en réserve au musée du quai Branly- Jacques Chirac en 2011 ©Thomas Mouzard

Le fonds Madagascar du musée du quai Branly comporte environ 4000 objets parmi lesquels ce reliquaire royal passe inaperçu sous la plus modeste appellation d’« étui à talisman ». Objet de pouvoir, il contient le corps d’un roi ici encore non identifié par le musée. Ce type d’objet se trouve au centre de cultes dynastiques toujours vivants à l’Ouest de Madagascar.

Construire des monarchies avec les autochtones

Entre le XVIe et le milieu du XIXe siècle, plusieurs royaumes émergent successivement sur les littoraux malgaches. Sur la côte Ouest, les monarchies sakalava du Menabe, du Boina, du Fiherena (etc.) sont structurées par la dynastie conquérante des Maroseraña qui contracte des alliances avec les groupes autochtones. Ces sociétés se polarisent sur les estuaires au contact des échanges commerciaux avec les Portugais qui supplantent les Swahili. Les souverains sakalava représentent et légitiment leur pouvoir par la détention et la mise en scène rituelle des reliques de leurs ancêtres. Ce culte dynastique et populaire est marqué par le bain des reliques et la possession par les esprits royaux.

Dans le Menabe, les ancêtres du Roi se sont imposés à tous selon une généalogie qui agence une continuité entre l’historicité du royaume et un temps mythologique. Au temps les plus anciens le dieu créateur Zanahary a délégué son pouvoir aux premiers rois sur la terre, dont les descendants vont contracter des alliances avec les ancêtres des groupes locaux. Ces alliances sont contemporaines de la création des institutions et des premières reliques royales (Lombard, 1988).

Appelées dady dans le Menabe, les reliques royales assurent la présence des anciens Rois devenus ancêtres tout en permettant de bénéficier de leur hasina ou « puissance sacrée », nécessaire à la prospérité du royaume et à la fertilité de la terre. Ces objets ont donc une efficacité à la fois symbolique et politique. En tant que tels, ils font l’objet de manipulations générationnelles, quand les héritiers se disputent la succession, ou hégémoniques quand des puissances extérieures s’en emparent et les réattribuent à leur avantage (Ballarin, 2002).

Fabriquer le corps des Rois

La confection de reliques est attestée par les premières sources historiques sur l’Ouest de Madagascar, soit dès le début du XVIIe siècle. Mais cette institution est sans doute bien plus ancienne. Selon les premiers témoignages écrits, les fils aînés conservaient des fragments corporels de leurs pères dans des étoffes ou dans des reliquaires pour les chefs. Ces reliques étaient portées en sautoir pendant les combats, après leur onction avec la graisse de la bosse d’un zébu sacrifié. Les systèmes monarchiques vont reprendre la confection de reliques en superposant le culte des reliques royales aux cultes lignagers.

Après la mort du souverain intervient la confection d’un reliquaire dédié qui sera ajouté à celui de la lignée. Un nom posthume est attribué aux Rois ancestralisés, tel que Andriamandazola « Celui-Qui-Flétrit-les-Forêts » (ce roi a introduit une technique agricole), Andriantahoranarivo « Le-Seigneur-Terreur-des-Mille » … Les savoirs et savoir-faire nécessaires à la confection des reliques et des reliquaires royaux restent secrets. Ces dernières étaient fabriquées en prélevant certaines parties (os du crâne, du genou…) qui symbolisaient des vertus propres au souverain. Les réalisations sont variables, mais selon des principes communs : au contenant principal, – bois creux où sont placées les parties prélevées sur le corps du défunt, mêlées à plusieurs essences de bois et à une pièce d’or, parfois renforcé par une plaque en argent -, sont fixées plusieurs dents de crocodiles ornées de perles de verre de couleurs. L’ensemble forme un croissant cousu sur une écharpe en soie.
Les canines inférieures des sauriens (reptiles) ont été obtenues sur un animal capturé qui sera relâché après prélèvement. Avant inhumation, les humeurs du corps royal en décomposition sont mêlées à l’eau d’un étang, au bord duquel un tombeau accueillera la dépouille. De la sorte, le défunt se réincarnera en crocodile.

Baigner les reliques royales

Le bain de reliques est une performance collective qui marque l’allégeance aux Rois ancestraux, réactive et canalise leur puissance sacrée en faveur du peuple. C’est un service impérieux et précis dont la mauvaise conduite serait funeste. Le fitampoha est aussi un grand rassemblement et une grande fête de célébration avec ses chants, ses danses, sa musique, ses jeux, ses rires et ses transes, ses dons de toutes sortes.

Fig. 3 à 6. Bain des reliques de la dynastie Tetembola, à Añatsono/Saint Augustin (province de Tuléar), à l’embouchure de l’Onilahy en 2004 ©Thomas Mouzard

Durant une semaine, le fitampoha se déroule sur un îlot sableux de la Tsiribihina apparaissant à la saison sèche. Ampasy, « Aux-Sables », se présente comme un espace à part, entre les eaux, près de la forêt et des caïmans, juste sous le ciel. Les crues l’emporteront et il réapparaîtra. On y installe un village temporaire bien organisé en quartiers où les points cardinaux sont inversés. Le Nord est habituellement associé aux privilèges et le Sud à la servitude, mais les Rois viennent du Sud, et cette semaine le soleil se lèvera à l’Ouest. Les humains rejouent la création du monde par Dieu qui est dans le ciel à l’Est. L’inversion de l’espace organise une suspension de l’histoire dont on réaffirme l’origine mythique.

La cérémonie dure sept jours, culmine le vendredi avec le bain des reliques dans les eaux qui bordent l’ilôt d’Ampasy, et se termine le samedi avec le retour des reliquaires au zomba, l’édifice dédié situé aujourd’hui dans la commune de Belo sur Tsiribihina (province du Menabe).

Fig. 7. Vidéo. https://vimeo.com/23380541
Fitampoha, de Jacques Lombard et Jean-Claude Rahaga, 1980, 74’, Ministère de la Coopération et Université de Madagascar.

Le Menabe compte aujourd’hui dix reliquaires. Il manque pourtant un roi pour qui il n’a pas encore été possible de constituer des reliques : Toera, Andriamilafikarivo de son nom d’ancêtre, « Seigneur-aux-mille-Nattes », parce qu’une multitude d’hommes sont morts avec lui comme pour lui offrir une couche mortuaire.  Le roi Toera a été décapité dans la nuit du 29 au 30 mars 1897 par l’armée française au cours d’un très regrettable guet-apens (Vigné d’Octon, 2006; Schlemmer, 1983). Sa tête nécessaire à la constitution de reliques n’a toujours pas été retrouvée. Peut-être se trouverait-elle dans un musée français ? Ce qui ne serait pas sans rappeler la destinée du chef kanak Ataï tué en 1878 dont la tête a été conservée au musée national d’histoire naturel avant d’être restituée en 2014.

Identifier le Roi

L’objet référencé 71.1990.57.541 (figures 1 et 2) par le musée du quai Branly-Jacques Chirac possède la morphologie caractéristique des reliquaires royaux du Menabe. Comparativement, il est particulièrement imposant par ses dimensions et son poids (plus de 2 kg). Exposé deux jours à la bibliothèque universitaire de la capitale en 1960, apparaissant dans deux publications de son collecteur en 1939 et en 1960, il est ensuite oublié. Bien qu’il soit sans doute l’objet le plus ancien du fonds Madagascar du musée du quai Branly, il est ainsi absent de l’exposition Madagascar Arts de la Grande Île (musée du quai Branly, septembre 2018 – janvier 2019). Mais que sait-on de cet objet au juste aujourd’hui ?

Dans le cadre d’un stage de recherche sur les collections malgaches du musée du quai Branly (2011), j’ai retrouvé ce reliquaire que le musée nomme modestement « étui à talisman », et retracé à grands traits sa trajectoire (Mouzard, 2011). Don d’Albine de Vaucouleurs au musée de l’Homme en 1990, il avait été remis en 1934 à son oncle Charles Poirier, alors inspecteur des Provinces, par Pierre Kamamy, prince et gouverneur nommé puis licencié cette année-là par les Français. Pour Charles Poirier, il s’agit de « reliques forts anciennes, vieilles de plusieurs siècles provenant du sanctuaire des dady de la royauté sakalava du Menabe-Nord » (Bibliothèque Universitaire Tananarive, 1960).

Mais de quel roi s’agit-il ? Les recherches sont à poursuivre avec les premiers concernés, au moment où se préparent une nouvelle succession et un nouveau bain des reliques à l’Ouest de Madagascar.

Thomas Mouzard
Anthropologue, Ministère de la Culture

Dans le cadre de sa mission de grand département pour les arts d’Afrique, d’Amérique et d’Océanie, le musée du quai Branly – Jacques Chirac soutient la recherche sur les collections extra-européennes des musées de France. La rubrique « Muséo » s’inscrit dans le partenariat noué entre le musée et la revue Terrain, qui conduit à publier, dans la revue papier et sur le blog « Carnets de Terrain », des articles présentant les œuvres de ces collections.

Bibliographie

Ballarin, Marie-Pierre (2002) Les reliques royales à Madagascar, source de légitimation et enjeu de pouvoir (XVIIIe – XXe siècles). Paris : Karthala, 470 p.

Lombard, Jacques (1988) Le royaume Sakalave-Menabe Essai d’analyse d’un système politique à Madagascar, XVIIe – XXe siècles. Paris : ORSTOM, 151 p.

Mouzard, Thomas (2011) Rapport de stage sur le fonds et l’exposition de Madagascar. Documentation et recherches. Paris : musée du quai Branly-EHESS, 84 p.

Bibliothèque universitaire de Tananarive (1960) Madagasikara : Regards vers le passé Exposition 10-20 novembre 1960 (Études malgaches h.-s. catalogue d’exposition). Tananarive : Imprimerie nationale, 163 p.

Vigné d’Octon, Paul [1900] (2006) La Gloire du sabre. Alger : Anep, 177 p. 

Schlemmer Bernard (1983) Le Menabe, histoire d’une colonisation. Paris : ORSTOM, 151 p.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search