Une maison pour le paradis, les offrandes funéraires en papier de Taiwan

Quand les vivants s’assurent du confort luxueux de leurs parents défunts… Retour de Julien Rousseau sur un objet rituel contemporain nouvellement acquis par le musée du quai Branly – Jacques Chirac.

Figure 1 : Maison funéraire (Taiwan, Taipei), réalisée en 2019 par l’atelier d’offrandes funéraires de papier Hsin-Hsin. Papier, bambou et système d’éclairage (140 x 65 x 85 cm)

Cette maison en papier illuminée, montée sur une structure en bambou, a été réalisée par l’atelier Hsin-Hsin de Taipei. Elle ouvrait le parcours de l’exposition « Palace paradis, offrandes funéraires en papier de Taïwan », présentée en 2019, au musée du quai Branly-Jacques Chirac.

Figure 2 : Installation de la maison funéraire (ateliers Hsin-Hsin)

Exposer des rituels funéraires contemporains ne va pas de soi et questionne le positionnement entre les points de vue émique et étique. Né d’une idée originale du Centre Culturel Taïwanais de Paris, ce projet prit la forme d’une collaboration avec des ateliers d’offrandes de papier de Taipei qui ont conseillé la sélection et réalisé l’ensemble des pièces de l’exposition. Le choix de la commande d’œuvres et du partenariat taïwanais semblait plus pertinent qu’un discours extérieur pour évoquer des pratiques et des croyances vivantes relatives au funéraire.

À la suite de cette exposition et de son itinérance au musée des arts asiatiques de Nice, le musée du quai Branly-Jacques Chirac a fait entrer cette maison dans ses collections, ainsi qu’un ensemble d’autres pièces produites par les ateliers de Taipei, comme des répliques en papier de spécialités culinaires, de smartphones, de montres ou de sac à main de grande marque (figures 3 et 4).

Les objets créés pour le musée posent certes la question de l’authenticité, mais ce mode d’acquisition permet de coproduire un discours avec des représentants des cultures d’origine ; on pourrait d’ailleurs ajouter que les objets ethnographiques ramenés depuis les missions scientifiques de la fin du XIXe siècle étaient souvent des copies commanditées par les collecteurs. La notion d’authenticité s’envisage plutôt comme une construction qui passe par la communication au public de l’histoire spécifique des objets, de leur contexte et de leur mode d’entrée dans les collections.

Figure 5 : Reliques funéraires d’objets domestiques prêtées par les ateliers Hsin-Hsin

Selon une coutume funéraire d’origine chinoise, les familles des défunts brûlent des répliques d’objets réels accompagnés de monnaies funéraires pour les envoyer dans le monde des morts, s’assurant ainsi de leur protection et de leur bienveillance. Dans leur fonction, les offrandes funéraires en papier à brûler sont comparables aux simulacres de terre cuite (mingqi, « objets lumineux ») déposés de manière généralisée à partir de la dynastie des Han (206 av. J.-C. – 220 av. J.-C.) (Elisseeff 2007). Qu’elles soient brûlées ou inhumées, les répliques funéraires reproduisent l’environnement familier du défunt pour lui assurer un confort matériel dans l’au-delà (figure 5). Détruites par les flammes, les offrandes de papier n’ont évidemment pas laissé de traces matérielles, mais elles sont mentionnées dans les textes chinois dès le VIIIe siècle (Johnston Laing, Hui-Ling Liu 2004). Cette coutume populaire s’est maintenue jusqu’à aujourd’hui en Chine et dans les communautés chinoises des différentes régions du monde. À Taiwan, elle donne lieu à un artisanat particulièrement élaboré si bien que les maisons funéraires taiwanaises sont emblématiques de cette tradition.

La maison intégrée aux collections du musée est en forme de temple à colonnes et s’agrémente d’un riche décor de motifs de bon augure, avec la représentation des saisons sur le socle surmonté de l’idéogramme de la longévité. Sur le toit de l’édifice, des divinités taoïstes chevauchant leurs montures s’apprêtent à escorter l’âme dans son voyage. À l’intérieur de la maison, foisonnante de détails colorés, siège habituellement une figurine de papier à l’effigie du défunt tenant un acte de propriété de la maison et de l’ensemble des offrandes données par la famille, de manière à éviter que celles-ci ne soient dérobées par des fantômes affamés.

La maison est mise au feu avec des monnaies funéraires (figures 6) et un ensemble varié d’objets quotidiens, dont les détails témoignent d’une vision très pragmatique du devenir après la mort : lave-linge avec ses différents programmes, matériel de karaoké, nécessaire de toilette, bouilloire et thermos pour le thé… Le véhicule qui transporte l’âme au paradis joue aussi un rôle important. Par le passé, un cheval ou un palanquin de papier était brûlé lorsque la personne venait à pousser son dernier souffle. Aujourd’hui, la voiture de luxe avec chauffeur joue le même rôle et conduit l’âme au paradis avec prestige (figure 7).

Figure 7 : Voiture funéraire (ateliers Skea)

Cette maison est représentative du travail artisanal de l’atelier Hsin Hsin, une entreprise familiale multigénérationnelle qui produit encore aujourd’hui des objets à l’iconographie classique, souvent onéreux, tout en faisant évoluer leurs créations. D’autres ateliers, comme Skea, proposent à leurs clients un large catalogue des répliques hyperréalistes de bijoux, sacs à main et autres articles de grande marque parfois presqu’aussi coûteuses que leurs modèles. Les répliques en papier d’objets connectés sont vendues équipées d’applications virtuelles, comme le « tchat paradis », censées fonctionner dans le monde des morts. Ils incluent aussi un large panel de services comme les garanties pour les appareils électroménagers, le service de ménage de la maison et la carte de crédit à compte bancaire illimité. Le monde des morts est à l’image de celui des vivants, avec ses dernières modes et ses nouvelles technologies.

Au-delà de leurs apparences, ces répliques éphémères de papier aux détails pittoresques et au luxe parfois outrancier n’ont rien de superficiel. Elles font partir en fumée les vanités de la société de consommation pour consacrer les valeurs familiales et la mémoire des ancêtres.

Julien Rousseau, conservateur des collections d’Asie, musée du quai Branly – Jacques Chirac

Dans le cadre de sa mission de grand département pour les arts d’Afrique, d’Amérique et d’Océanie, le musée du quai Branly – Jacques Chirac soutient la recherche sur les collections extra-européennes des musées de France. La rubrique « Muséo » s’inscrit dans le partenariat noué entre le musée et la revue Terrain, qui conduit à publier, dans la revue papier et sur le blog « Carnets de Terrain », des articles présentant les œuvres de ces collections.

 

Bibliographie

Ellen Johnston Laing et Helen Hui-Ling Liu. 2004. Up in flames: the ephemeral Art of Pasted-Paper Sculpture in Taiwan, Stanford, Stanford University Press.

Elisseeff Danielle. 2007. L’art chinois, Paris, Larousse.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.