Au Brésil, la pandémie ravive le souvenir des ethnocides

Carlos Fausto. Ethnologue. Professeur au Museu Nacional, Universidade Federal do Rio de Janeiro. Global Scholar à l’Université de Princeton. 

 

 

Les premiers habitants du Brésil ne connaissent que trop bien cette histoire. Depuis le début de la colonisation, ils ont appris dans leur chair ce qu’est une épidémie. Carlos Fausto, anthropologue brésilien qui travaille depuis 30 ans en Amazonie revient sur ce passé et alerte sur la situation actuelle.

 

Il y a deux semaines, Kanari Kuikuro m’a appelé de Canarana, une petite ville de l’Amazonie brésilienne, où il vit maintenant avec sa femme et ses nombreux enfants. Il est originaire de la Terre Indigène du Xingu, qui se trouve à une centaine de kilomètres au nord. Kanari était inquiet :

Salut Pamü (cousin), nous avons peur. On aimerait rentrer au village, mais maintenant tout est bloqué.

Pamü, tu ne dois pas prendre de risques. Vous ne pourrez rentrer qu’après avoir respecté une quarantaine. C’est une maladie grave.

Je sais, pamü, c’est comme la rougeole du temps de mon grand-père Agatsipá.

J’ai connu Agatsipá alors qu’il était déjà assez vieux, mais il avait encore le regard pétillant et l’intelligence vive. C’était un grand conteur de mythes et de souvenirs. Sa vie a été longue. Il a survécu aux nombreuses épidémies qui ont frappé la population du Haut Xingu au cours du vingtième siècle. L’épidémie de rougeole de 1954 est celle qui a le plus marqué les esprits. Elle a été aiguë, rapide, a touché des familles entières sans leur laisser le temps d’enterrer leurs morts dignement. Quand tout le monde est atteint, il n’y a plus personne pour trouver de la nourriture, encore moins pour s’occuper des cadavres. C’est le moment où les vautours se massent, et où les survivants se dispersent, emportant ailleurs la maladie.

Figure 1. Kanari et son père portent deux bassines en aluminium à la fin du festival takuaga. Terre indigène du Xingu, Brésil, 1998. Photo de Carlos Fausto.
Figure 2. Kanari Kuikuro me montre un pot plein de fourmis coupe-feuille qu’il vient de collecter. Terre indigène du Xingu, Brésil, 2002. Photo de Carlos
Fausto

Les peuples indiens ne connaissent que trop bien cette histoire. Depuis le début de la colonisation, ils ont appris dans leur chair ce qu’est une épidémie. Variole, rougeole, varicelle, grippe. Souvent l’une succédait à l’autre sans que les survivants aient le temps de se remettre. Anchieta, le célèbre missionnaire jésuite, raconte qu’en 1562 une épidémie a tué trente mille Indiens tupi dans la Baie de Tous les Saints ; l’année suivante, la variole a achevé beaucoup de ceux qui en avaient réchappé, avant que la faim, arrivant en dernier, ne décime le reste. C’est ainsi que la baie s’est dépeuplée, au point qu’Anchieta écrivait en 1580 : « le nombre de gens qui ont ici disparu en vingt ans est une chose à peine croyable ; puisque jamais on ne vit tant de gens trépasser, encore moins en si bref délai ».

Cette histoire s’est répétée souvent, en différents points de ce qui devait devenir le Brésil. De certains épisodes il reste une trace écrite. Le père João Betendorf par exemple nous rapporte une «vague de petite vérole » [variole] qui s’est répandue dans l’État du Pará en 1695, suivie d’une foule d’autres maladies : « la petite vérole enfin terminée sont arrivés de terribles catarrhes dont sont morts bien des Indiens […] ; est entré aussi une sorte de rougeole qui en a tué un grand nombre et a duré des mois entiers. »

La majorité de ces crises sanitaires s’est pourtant produite loin des regards des missionnaires, des voyageurs ou des administrateurs coloniaux. Les données archéologiques sur la région du Haut Xingu dans l’État du Mato Grosso, où vivent les Kuikuro ainsi que plusieurs autres peuples indigènes, font apparaître une rupture à partir du XVIIe siècle. On y observe un net déclin des grands et nombreux villages fortifiés qui s’y trouvaient. La population comptait auparavant probablement entre 50 et 100 000 personnes, soit 10 à 20 fois plus qu’aujourd’hui. Pourtant il s’est produit quelque chose au début du XVIIe siècle qui a contraint les Indiens à abandonner leurs grands villages. L’hypothèse la plus raisonnable est celle d’une crise démographique provoquée par une série d’épidémies. La variole y a probablement tenu le premier rôle, non seulement parce que son virus est hautement létal, mais aussi parce qu’il a une large fenêtre de transmission. Les malades encore asymptomatiques fuyaient la mort dans les villages contaminés et emportaient avec eux le « mal pestilentiel », comme l’appelaient les chroniqueurs, dans l’intérieur des terres. La variole a dû ainsi atteindre le Haut Xingu plusieurs décennies avant l’arrivée des premiers esclavagistes d’Indiens, au XVIIIe siècle.

À ces premières épidémies en ont succédé d’autres, pour beaucoup d’entre elles racontées par les xinguaniens d’aujourd’hui sous la forme de récit mi-historiques, mi-mythiques, mais toujours tragiques. La rougeole de 1954, néanmoins, reste indéniablement la rougeole de 1954. Les xinguaniens savent très précisément ce qui s’est passé alors. Ils savent aussi que si l’aide médicale, et surtout alimentaire, était arrivée plus tôt, des vies auraient été épargnées. Mais les ressources étaient faibles, la communication limitée et les difficultés nombreuses. Et, comme aujourd’hui, il n’y avait pas de vaccin.

Ce sont les campagnes de vaccination qui ont permis, à partir de 1970, d’inverser lentement la courbe démographique de la population indienne. La population a commencé à croître timidement après plus de quatre siècles de baisse. La clé de la récupération a été le triangle vaccination-service de santé-protection territoriale. La démarcation des Terres indigènes après la constitution de 1988 et la création des Districts Sanitaires Indigènes en 1999 ont été des étapes essentielles de ce combat pour la vie.

Tout ceci est aujourd’hui menacé, non seulement parce que nous n’avons pas de vaccin ou de traitement contre le nouveau virus, mais aussi parce que notre gouvernement n’est pas à la hauteur de ce défi. Le gouvernement brésilien flirte avec la mort, sans voir l’évidence. « C’est comme la rougeole à l’époque de mon grand-père ». Des corps sans sépultures dans les rues, des morts sans fin dans les villages. Des mesures sanitaires d’urgence doivent être prises pour protéger les peuples indigènes et leurs terres. Nous ne pouvons pas connaître un nouveau génocide.

Kanu, l’un des principaux chanteurs du Haut Xingu et protagoniste de notre film Les hyper femmes m’a laissé un message vocal : « nous avons peur, mais nous allons bien. La maladie n’est pas arrivée ici ». Un jour de soulagement de plus. Mais pour combien de temps ?


Figure 3. Kanu Kuikuro danse pendant le festival des Hyper femmes. Terre indigène du Xingu
Brésil, 2010. Photo de Carlos Fausto.
Figure 4. Le collectif Kuikuro Film tournant la dernière séquence du film documentaire « The Hyper Women« . Terre indigène du Xingu, Brésil, 2010. Photo de Vincent Carelli.

Si vous souhaitez faire un don à une organisation afin d’aider les Indiens dans leur combat contre le risque de contagion, vous pouvez consulter les liens suivants :

Liste générale
https://www.socioambiental.org

Articulação dos Povos Indígenas do Brasil (APIB)
https://www.vakinha.com.br/vaq

Associação Terra Indígena do Xingu (ATIX)
https://www.vakinha.com.br/vaq

Associação Indígena Kuikuro do Alto Xingu (AIKAX)
https://www.catarse.me/indigen

Figure 5. Le chef Afukaká Kuikuro participe au duel de javelots pendant le festival Javari, Pays indigène du Xingu, Brésil, 2009. Photo de Carlos Fausto.

Agissons avant qu’il ne soit trop tard!

 

Traduit du portugais par Emmanuel de Vienne. Ethnologue. Maitre de conférences à l’Université de Nanterre.

Version originale : https://www.nexojornal.com.br/ensaio/debate/2020/O-sarampo-do-tempo-de-meu-avô-memórias-do-etnoc%C3%ADdio-na-pandemia

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search