Une infrastructure qui ne va pas de soi : quelques mots sur les États généraux de l’édition en sciences humaines et sociales (EHESS – 17-18 juin 2019)

Etienne Bourel. Anthropologue. LADEC – Université Lumière-Lyon 2

L’affiche des rencontres, réalisée par Ann-Koulmig Renault (graphiste)

 

Dans un récent dossier de la revue Zisel portant sur le contexte ayant permis l’apparition de « revues prédatrices » dans le paysage scientifique et sur les implications de cette modalité de publication, Yves Gingras mettait en exergue trois processus principaux dans les transformations en cours de la production du savoir : « la révolution Internet, la transformation économique de l’édition et le tournant évaluatif de la recherche, impulsé par l’idéologie du nouveau management public » (p. 140). S’il est peu probable qu’intuitivement la mention de ces processus surprenne qui que ce soit, le milieu de l’édition, dans ses aspects les plus concrets, ne constitue pas non plus le pan du monde scientifique faisant l’objet de la plus grande publicité ou figurant comme premier motif des luttes sociales. Ainsi, au prisme des vagues successives de néolibéralisation de la recherche européenne initiée il y a plus de vingt ans et des résistances non moins successives qu’elles ont suscitées, un des traits originaux de la mobilisation contre la LPPR engagée depuis début 2020 est de s’être largement structurée (pour ce qui concerne les SHS au moins) autour de « revues en lutte »[1] et d’un texte commun largement ouvert aux problématiques de la matérialité éditoriale.

Déjà avant cela, se sont tenus les 17 et 19 juin 2019 à Paris, les États généraux de l’édition en SHS, organisés par l’EHESS et sa maison d’édition (coordination Etienne Anheim et Livia Foraison). Ils ont réuni un ensemble d’acteur.rice.s concerné.e.s à titres divers (commercial, auctorial ou analytique notamment) par cet écosystème et les mutations qui l’affectent. Ce billet propose de revenir sur ces deux journées afin de présenter les principaux points de débat qu’elles ont permis et de discuter leurs apports et leurs limites.

La première table-ronde du 17 juin a porté sur les « modes de publication (articles, essais, thèses, collectifs) » et visait à aborder la réalité quotidienne des personnes écrivant en SHS ainsi que la diversité des formats disponibles. Béatrice Milard (sociologue) a présenté une enquête portant sur les pratiques de publication dans quatre domaines scientifiques (biologie et chimie, sociologie, économie et mathématiques). Dominique Picco (historienne) est revenue sur les problématiques qu’elle rencontre en tant que directrice des Presses universitaires de Bordeaux. Julie Gazier (éditrice) a discuté des choix éditoriaux aboutissant ou non à la publication d’un ouvrage aux Presses de Sciences Po. Enfin, Bruno Auerbach (éditeur et sociologue de l’édition) a relativisé la « crise » éditoriale que connaitraient les SHS en brossant leur paysage et en montrant un maintien des problématiques afférentes aux publics à travers les décennies.

Deux ateliers se sont ensuite déroulés en parallèle. Le premier a concerné les fouilles de textes (“text mining”), qui consistent à extraire des connaissances à partir d’une grande quantité de données par des moyens automatiques ou semi-automatiques. Evelyne Broudoux (chercheuse en information-communication) a fait le point sur les possibilités existantes en matière de préparation des articles scientifiques et à propos de la « lecture-machine ». Alexandre Delanoë (ingénieur) a présenté le projet Gargantext, qui permet d’enrichir les données en passant d’une base textuelle à des formes (carto-)graphiques. Le second atelier visait à discuter l’ « éthique de la publication (intégrité, déontologie, plagiat, etc.) » Véronique Ginouvès (directrice de la phonothèque de la MMSH) a retracé l’évolution de la prise en compte de la citation scientifique des données de recherche (sources orales et audiovisuelles) et leur accès à partir d’un fonds sonore. Michelle Bergadaà (professeure de communication et de marketing) a fait part de ses réflexions et démarches entreprises concernant le plagiat académique. Matthieu Noucher (géographe) est revenu sur son expérience de membre du Conseil scientifique du récent Office français de l’intégrité scientifique.

L’après-midi a commencé par une table-ronde sur les modèles économiques de diffusion et leurs transformations du fait de la montée en importance du numérique. Ghislaine Chartron (Sciences de l’Information et de la Communication) a discuté le périmètre de l’édition en SHS et ses porosités, les données économiques (peu nombreuses et dispersées) du secteur et les problématiques liées à l’Open Science. Isabelle Laboulais (historienne) a parlé du modèle économique des Presses universitaires de Strasbourg. Sophie Noël est revenue sur une enquête auprès des librairies indépendantes ayant mis en avant trois atouts dont elles disposent : la sélectivité, la singularité et la proximité.

Concernant la session d’ateliers parallèles, le premier a eu pour thématique le cadre légal et ses évolutions. Isabelle Gras (conservatrice) a abordé les enjeux juridiques et politiques en matière d’édition dans le cadre de l’open-access. Anne-Laure Stérin (juriste) a indiqué les évolutions récentes et à venir en matière de droit d’auteur, au regard de l’open-access notamment, et leurs incidences sur les SHS. Le second atelier a cherché à identifier les modes et les moteurs de la standardisation de la production scientifique (via la professionnalisation, l’internationalisation de la recherche et l’adaptation des contenus). Pauline Labey (éditrice chez Fayard) a présenté les adaptations nécessaires pour continuer à éditer des livres de SHS, au niveau des normes (nombre de signes et appareil critique) et de l’accessibilité des discours en premiers lieux. Charles-Henri Lavielle (éditeur aux Éditions Anarchasis) a présenté la politique de sa maison, axée sur les liens avec les chercheur.e.s et la pertinence des traductions plus que sur l’accès à des publics directement. Anne Rasmussen (historienne) a retracé les transformations éditoriales de la revue Le mouvement social, discutant ainsi l’importance de la standardisation et ses effets, pas nécessairement démesurés et parfois contrintuitifs, sur l’activité éditoriale. Pierre-Carl Langlais, pour sa part, a présenté un rapport qu’il a produit en 2016 sur les enjeux du passage au libre-accès, en insistant sur les dimensions poétiques et politiques des questions éditoriales.

La deuxième journée, du 18 juin, a commencé par une table-ronde sur l’aval de la production éditoriale (évaluation et bibliométrie). Françoise Gouzi (chargée d’information scientifique et technique) a mis en avant l’importance de la visibilité et du référencement des revues électroniques, et donc de l’appui sur des normes et standards internationaux ouverts. Les systèmes de référencement sont encore très méconnus et la visibilité n’y constitue qu’un critère (parmi de nombreux autres) dans le codage des revues. Gabriel Galvez-Behar (historien) a montré la variété des « situations d’évaluation » pouvant exister dans les SHS et donc le caractère contingent des évaluations elles-mêmes, que ce soit pour les chercheur.e.s ou pour les revues. Il n’y a pas lieu de parler d’une « objectivité » des évaluations produites mais plutôt de considérer la fabrique et les arbitrages dont elles procèdent. Lionel Obadia (anthropologue) a abordé la question de l’évaluation par la bibliométrie du point de vue de l’Agence Nationale de la Recherche. Il indique que les choix s’opèrent en relation avec un contexte européen et international et dans une tension entre le politique et l’économique. L’évaluation a lieu en amont, en cours et en aval des projets, avec une dimension qualitative se voulant maintenue pour les SHS. Stéphane Gioanni (études linguistiques et littéraires) a présenté son expérience en la matière et a insisté sur le caractère réducteur de la bibliométrie. Des critères pouvant sembler pertinents pour une personne qui intervient en tant qu’expert.e peuvent facilement paraître inacceptables du point de vue du vécu effectif de la recherche.

Concernant les ateliers, il a ensuite été question des pratiques de lecture. Samuel Péricaud (libraire) a parlé de sa pratique professionnelle et de ses apports spécifiques auprès du lectorat. Pour bien conseiller les publics, il est nécessaire pour un libraire de bien connaître et d’être en lien avec  les maillons amont de la chaine de l’édition. Mariannig Le Béchec (SIC) a discuté les différences, dans les pratiques de lecture, entre le papier et le numérique (accès, échanges, circulations). Benoît Epron a mis en perspective la place des monographies et des bibliothèques universitaires dans les pratiques de recherche. Ces dernières changent mais les lieux et les livres peuvent trouver des pertinences renouvelées, dans la mesure où les modèles économiques permettent qu’ils perdurent. Philippe Chevalier (responsable des études à la BNF) a présenté l’évolution des usages de Gallica sur cinq années. Les recherches personnelles y sont de plus en plus nombreuses, et de plus en plus réalisées par des « seniors amateur.rice.s ». De plus, les consultations sont de plus en plus attentives. En parallèle, l’atelier « traductions et langues » a d’abord donné la parole à Olivier Mannoni (traducteur) qui a procédé à un bref état des lieux du paysage de la traduction et des choix qualitatifs qui la porte. Christophe Leichtnam (éditeur) a présenté les pratiques de la revue Populations où les articles sont traduits, soit vers l’anglais, soit vers le français. La démographie est un domaine où ces enjeux ont revêtu un caractère crucial. Daniel Henkel (linguiste) a, ensuite, discuté la dominance de l’anglais et la qualité de la traduction automatique. L’hégémonie de la langue anglaise est telle qu’il y a des dangers concernant l’accès à d’autres langues (comme le français). Les outils de traduction automatique ont beaucoup augmenté la pression sur les traducteur.rice.s en matière de rentabilité. Anne Madelain (chargée de coopération internationale aux Éditions de l’EHESS) a abordé la circulation internationale des textes en donnant certains chiffres sur les volumes traduits depuis ou vers différentes langues (avec le poids écrasant de l’anglais tant pour les intraductions que pour les extraductions et les places du chinois, de l’espagnol, de l’italien, du turc, de l’allemand ou encore du portugais) et en abordant certaines pratiques discrètes (réseaux et initiatives de revues en premier lieu).

Au cours de la seconde après-midi, le sujet de la quatrième table-ronde fut relatif aux réseaux sociaux académiques, aux archives ouvertes et aux plates-formes. Chérifa Boukacem-Zeghmouri (SIC) a présenté le projet de recherche Harbingers visant à analyser les pratiques de jeunes chercheur.e.s issus de sept pays dans leurs rapports aux plates-formes et, plus largement, aux outils numériques. Camille Prime-Claverie et Émile Gayoso (SIC) ont abordé les problématiques de la diffusion scientifique et de l’auto-diffusion. Leurs recherches mettent en avant plusieurs logiques de dépôt sur les plates-formes, ventilées différemment selon les disciplines. Dans l’ensemble, les taux de dépôt sont encore très faibles et il est encore trop tôt pour connaître les effets de la Loi pour une République numérique (de 2016) qui valorise ces pratiques. Pierre Mounier (ingénieur) a mis en perspective les plates-formes de diffusion en SHS, comme Cairn ou OpenEdition, qui sont aussi connues que mal comprises (ce que l’on peut déduire des erreurs de vocabulaire et des mauvaises figures de style employées pour en parler). Quelles qu’elles soient de par le monde, elles renvoient à des projets scientifiques et à des choix politiques.

Deux ateliers ont finalement conclu ces rencontres. D’un côté, il fut question de professionnalisation des métiers éditoriaux et d’organisation du travail. Dominique Roux (ingénieur) a présenté le master Métiers du livre et de l’édition de l’Université de Caen qu’il a contribué à monter et la chaîne d’édition structurée Métopes. Céline Barthonnat (ingénieure) est revenue son expérience d’édition de trois revues au Centre Alexandre Koyré : nouvelles procédures de travail, nouvelles pratiques éditoriales, nouveaux outils, usage de Métopes. Cédric Pichon (historien et éditeur) a apporté des précisions sur les composantes de la chaîne du livre, à partir de l’exemple des Presses universitaires de Rennes. Enfin, Ingrid Saillard (responsable de communication et de diffusion) a montré les difficultés de son métier quand on parle du secteur des SHS, en l’occurrence aux Éditions de la Sorbonne, et de l’intrication entre diffusion et distribution. D’autre part, l’économie des revues a été discutée. Charles Ruelle (responsable des revues chez Humensis) a présenté son département, publiant une quarantaine de revues, et les adaptations importantes auxquelles ils ont dû procéder à cause du numérique. Thomas Parisot (responsable des relations institutionnelles chez Cairn) a indiqué les résultats d’une étude menée auprès de cent trente-deux revues afin de comprendre leurs dynamiques, au prisme de la diversité de leurs situations. Il en ressort que les modèles économiques des revues sont particulièrement fragiles et que le secteur repose sur une économie mixte entre le papier et le numérique, ce alors que les revenus issus du second ne compensent pas la perte de ceux du premier. Une solution reposerait donc sur les financements publics en amont. Isabelle Boutoux (responsable administrative et technique chez ENS éditions) a rendu compte de l’organisation des collections et revues de cette maison et a mis en avant la complémentarité entre papier et numérique. Pour finir, Daniel Renoult (conservateur général des bibliothèques) a présenté la mission du Comité de suivi de l’édition scientifique, à savoir celle d’évaluer les effets de la Loi pour une République numérique. Trois enquêtes ont été lancées : sur l’économie des revues, sur celle des plateformes et sur les effets des dépôts. Il en ressort notamment que si le papier garde de l’importance dans l’économie de l’édition scientifique, les revenus qu’il génère baissent régulièrement. Par ailleurs, les revenus du « pay-per-view » et du freemium sont très modestes et les APC ne marchent pas bien en SHS. L’agrégation des revues sur les plates-formes est une tendance lourde (pour les SHS en France, les deux-tiers se trouvent désormais sur Open Edition et Cairn), ce qui facilite leur visibilité et la production de données sur leurs consultations. Il s’agit toutefois d’un secteur d’activités encore très méconnu et à propos duquel l’élaboration et la publicisation de davantage d’analyses sont souhaitables[2].

Ces deux journées auront donc été très denses, avec un grand nombre de problématiques et de facettes de l’édition en SHS abordées. Les intervenant.e.s provenaient d’horizons, de disciplines et de professions variées également. Elles et ils ont proposé des points de vue pluriels et plutôt complémentaires sur le domaine. À la fin de chaque session, les débats aussi ont été fournis et ont donné l’occasion de véritablement approfondir et discuter les communications. Dans l’ensemble, si les préoccupations sont nombreuses et largement partagées, le croisement des expériences, opinions et analyses ont permis de dépasser certains lieux communs et de proposer une lecture plus nuancée, voire contrintuitive à différents endroits, du paysage éditorial des SHS, des réorganisations qu’il connait et de sa trajectoire, tant passée qu’à venir. Un bémol à mentionner se trouve peut-être dans la large place offerte aux acteurs et maisons d’édition privées, au détriment notamment des sociétés savantes et des associations. Nous pouvons également noter qu’aucune des grandes entreprises éditoriales mondiales (Springer, Wiley etc.) n’était présente : refus ou défaut d’invitation ? Par ailleurs, ces États généraux n’ont pas été conçus comme des fins en soi puisqu’un prolongement des débats a été annoncé pour 2020 sur le Campus Condorcet. Si la crise sanitaire a certainement bousculé cet agenda, cette intention initiale de ne pas prétendre à l’exhaustivité du propos reflète tant l’ampleur des transformations en cours que le caractère toujours mouvant de l’environnement politique et institutionnel dans lequel s’inscrit l’activité éditoriale des SHS[3]. Il est ainsi d’autant plus appréciable que ces journées aient été enregistrées et rendues accessibles sur un site Internet dédié, où l’on retrouve également des bibliographies pour approfondir les réflexions. Une publication est prévue à l’automne 2020.

[1] Au nombre de cent cinquante-six au moment de l’écriture de ces lignes.

[2] Pour ne pas s’en tenir qu’aux aspects quantitatifs, signalons par exemple la publication récente de Michael Chibnik où il revient sur son expérience d’éditeur de la revue American anthropologist.

[3] Au début du printemps 2020, la Commission européenne a annoncé la mise en place d’une plate-forme de publication d’articles en open-access pour les lauréats du programme Horizon 2020.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search