Les dessous d’une coiffe. La perak des femmes bouddhistes du Ladakh

À quoi ressemblent les coiffes du Ladakh issues des collections du musée du quai Branly-Jacques Chirac ? Par une description finement détaillée, Pascale Dollfus revient sur les évolutions récentes de ces objets aujourd’hui très prisés par les collectionneurs.

Les deux coiffes présentées ici sont portées par les femmes bouddhistes du Ladakh, un ancien royaume indépendant situé aux confins du plateau tibétain (Fig.1) et habité aujourd’hui à parts égales par des bouddhistes et des musulmans. Il m’a paru intéressant de les comparer, car elles témoignent du changement de politique muséale, notamment dans l’acquisition des objets, entre le Musée de l’Homme, créé par Paul Rivet en 1937 et héritier du Musée d’ethnographie du Trocadéro, qui valorisait les objets issus de recherches sur le terrain, et le musée du quai Branly-Jacques Chirac, privilégiant « le beau » qui, depuis son ouverture en 2006, agrandit les collections dont il a héritées au gré de ventes aux enchères et de donations faites, notamment par des collectionneurs.

Fig.1. Carte réalisée par Pascale Dollfus

La première coiffe – 71.1986.38.1-5 – (Fig.2) achetée au Ladakh au début des années 1980 et acquise en France sur l’avis d’ethnologues, spécialistes du Ladakh, n’a pas ou peu subi de modifications. Elle est restée telle qu’elle était alors portée. Elle se compose d’une pièce de cuir de forme oblongue, parfois remplacée par plusieurs couches de feutre épais, recouverte d’un tissu rouge sur lequel sont cousues des dizaines de turquoises agencées selon leur taille et leur couleur. Sa forme générale évoque celle du cobra avec son capuchon caractéristique : dépassant le front, elle s’élargit sur la tête pour se rétrécir à nouveau au niveau de la nuque, puis descendre le long du dos jusqu’au creux des reins. Les pierres les plus belles occupent les places de choix sur le dessus de la tête où elles voisinent avec de petits reliquaires en argent travaillé et des cabochons sertis d’agate ou des cornalines. Au centre, sur le front, se trouve la plus grosse turquoise de la coiffe, « la turquoise de devant », polie et taillée pour être rectangulaire (Fig. 3).

La seconde coiffe en revanche – 70.2008.66.1 – (Fig. 4) a été retouchée afin d’être rendue plus attrayante encore. Don de Michel Colas en 2008, elle provient d’une galerie parisienne d’arts asiatiques qui en fit l’acquisition auprès d’un des nombreux magasins de souvenirs et de curiosités destinés aux étrangers qui se sont multipliés avec le boom touristique qu’a connu le Ladakh ces trois dernières décennies. Les turquoises ont été recousues à tout-touche sur un tissu sombre. Un disque composé d’une alternance de cercles corail et de turquoises autour d’une boule d’ambre jaune, jugé sans doute plus décoratif que l’étoffe nue qu’il cache, a été ajouté à l’extrémité de la coiffe, ainsi qu’une rangée de perles irrégulières d’eau douce du Japon le long des ornements d’argent qui ornent les deux bandes latérales, alternant lignes verticales de corail et rangée de turquoises, symétriquement disposées autour du « tapis de turquoises » central.

Fig.4. Coiffe issue des collections muséales

Ces coiffes du Ladakh, appelées perak/peyrak, ou « alignement de turquoises », témoignent des influences venues très tôt de l’Ouest, du Cachemire et du Baltistan voisins, mais aussi d’Iran et d’Asie centrale. Ainsi, si le choix de la turquoise les inscrit dans l’aire culturelle tibétaine où cette pierre, ornement de tête féminin par excellence, représente à la fois la beauté, la richesse et la force vitale, le terme pour la nommer, qui n’est pas ici le tibétain « yu » (tib. g.yu) mais « per », un mot emprunté au persan  فیروزه (fîrozah/pîrozah), témoigne des relations commerciales du Ladakh avec le Cachemire et, au-delà, l’Iran. De fait, les pierres les plus appréciées provenaient des mines de turquoise de Nishapour.

La turquoise, pierre de chance et de bon augure

Dans toute l’aire de culture tibétaine (5800 000 km²), la turquoise orne l’ensemble des bijoux portés par les Tibétains, hommes et femmes ; elle est portée à l’oreille, en bague ou en collier, sertie sur des boîtes-reliquaires en argent travaillé, ou cousue sur des coiffes. Enchâssée dans de l’or ou de l’argent, combinée avec de l’ambre, du corail, de la cornaline ou de fines perles, la variété des combinaisons qu’elle permet est infinie.

Fig.5. Coiffe de femme, Kalimpong, Jacques Bacot, 1913

Pierre de chance et de bon augure, placée au second rang dans la hiérarchie des matériaux précieux, après l’or mais avant l’argent et le corail, elle est considérée comme un bel ornement mais aussi comme le symbole et le garant de l’âme. Pierre vivante, sensible aux changements de température, susceptible de se briser ou de mourir, elle partage cette destinée avec l’homme dont elle évoque la vitalité, puis la disparition. Sa pâleur est considérée comme un mauvais présage, son bris ou sa perte comme une image de mort (Karmay 1987). La turquoise est aussi appréciée pour ses qualités prophylactiques et thérapeutiques (Laufer 1913). Elle combattrait les poisons et toutes les maladies « chaudes » relevant du foie, tandis que le corail rouge diminuerait la fièvre du foie et des canaux, ainsi que celle engendrée par les poisons. Ces vertus médicinales augmenteraient – dit-on – quand ces pierres sont portées à l’extérieur du corps de l’individu plutôt qu’ingérées sous forme de poudre, ce qui explique sans doute pourquoi, outre leurs qualités esthétiques, turquoise et corail furent choisis pour être montés ensemble en coiffes et parures de toutes sortes (Fig.5).

La perak et ses variations régionales

Fig.6. Coiffe du Zanskar, Tashidongde. 2009, P. Dollfus

La perak connaît des variations selon les régions. Au Ladakh central, elle s’élargit parfois sur le côté pour accueillir une bande, plus étroite, ornée de plaques d’argent et de rangs de perles de corail. Au Zanskar, des pompons ou « fleurs de laine » en ornent le devant et deux bandes cousues de perles de corail, de cauris (coquillages) et, parfois, de boutons, encadrent symétriquement la partie centrale, plus large et plus courte (Fig.6). Dans l’Est, chez les éleveurs nomades des hauts plateaux du Rusphu, elle se termine droit au-dessus du front par une réglette d’argent, longue d’une vingtaine de centimètres, percée de minuscules trous permettant d’accrocher pompons de laine ou breloques, qui, selon leur nombre, encadrent le visage de la femme qui la porte ou en voilent le front.

Dans ces trois régions, la perak est complétée par deux grandes oreillettes en fourrure d’astrakan teintes en noir, auxquelles étaient attachés les cheveux nattés en fines et longues tresses de celle qui la portait. Avant l’avènement des postiches en laine noire et des agrafes en argent qui les complètent, la femme dormait avec, pour éviter le long et laborieux travail que constituait ce tressage chaque matin, ne retirant que la partie centrale lourde de pierres.

L’ajout de ces oreillettes aurait été inventé par un artisan astucieux afin de protéger du froid et des vents coulis — l’hiver, la température peut atteindre -25°— les oreilles d’une reine souffrant d’otites à répétition. Cette dernière, ne voulant pas paraître ridicule en société, en aurait imposé le port aux femmes de la cour, et l’usage s’en serait perpétué jusqu’à nos jours. Quelle que soit la vérité de cette anecdote, toutes les femmes la portent aujourd’hui ainsi, à l’exception de celles du Purig, dans l’Ouest du Ladakh, qui la couronnent d’un petit chapeau rond en laine brune, décoré de galons aux tons chauds, identique à celui qu’arborent les hommes dans cette région musulmane proche du Cachemire (Fig. 7).

Fig.7. Coiffe du Purig, Phokar dzong, 1984, P. Dollfus

Des origines de la coiffe…

L’origine de la coiffe elle-même est tout aussi inconnue. Selon la tradition orale, c’est encore par l’intermédiaire d’une reine qu’elle serait parvenue au Ladakh. Il y a de cela de nombreuses années, un roi aurait épousé une princesse originaire du Haut-Lahaul, région dans laquelle ce type de coiffe était toujours en usage au milieu du XIXe siècle quand Henry d’Oyley Torrens, un lieutenant général de l’armée britannique s’y rendit (1862). À la demande du palais, les femmes de la cour, puis de l’aristocratie et de tout le royaume l’auraient adoptée, l’accommodant selon leurs moyens. En effet, si « le tapis de turquoises » des parures les plus somptueuses peuvent compter plus de trois cents pierres, les plus rudimentaires se réduisent à une seule ligne de turquoises rangées en fonction de leur taille en ordre décroissant.

Fig. 8. Monastère de Basgo. Hommage au roi Tsewang Namgyal, XVIe s.

Un examen des fresques, exceptionnellement bien conservées du monastère bouddhiste d’Alchi (XIe-XIIe siècles), montre que la coiffe telle que nous la connaissons aujourd’hui n’était pas en usage alors parmi les dames de la cour. Ces dernières, les cheveux coiffés en de multiples tresses, portent en effet de simples bandeaux de cuir ou d’étoffe ornés d’une turquoise centrale. À Basgo en revanche, sur une peinture de la fin du XVIe siècle montrant des femmes venues apporter présents et offrandes au roi Tsewang Namgyal (r. 1575-1595), celles-ci portent des coiffes couvertes de turquoises, mais dépourvues d’oreillettes (Fig. 8). Pour les témoignages écrits, il nous faut attendre la description détaillée de William Moorcroft, vétérinaire de formation et employé par la Compagnie des Indes orientales, qui séjourna au Ladakh de 1821 à 1822. Fait intéressant, ce dernier note que les oreillettes latérales, en fourrure de loutre ou de zibeline, ne sont portées qu’à Leh, la capitale du royaume.

… à nos jours

Parure constituée au fil des générations, la perak n’est démontée que pour en renouveler le tissu rouge et ajouter de nouvelles turquoises, cabochons, ou ornements d’argent, notamment lorsque la mère la transmet à sa fille aînée la veille de son mariage. Jusque dans les années 1970-1980, ces coiffes étaient portées quotidiennement. Une loi coutumière interdisait même à une femme de sortir dans les champs sans, de peur de mécontenter les klu, esprits du monde aquatique et souterrain, et d’attirer sur elle, sa maisonnée, voire le village dans son ensemble, maladies de peau, sécheresses, inondations ou épidémies atteignant le bétail et les cultures, envoyées par ces derniers pour manifester leur colère.

Emblème de la femme, signe ostentatoire de richesse, objet d’envie et de jalousie, cette coiffe n’est portée aujourd’hui qu’à l’occasion des mariages, des fêtes monastiques et, surtout, des shows culturels et touristiques (Fig. 9). Sur le marché de Leh, comme ailleurs, les turquoises du Tibet, d’Iran et d’Afghanistan, devenues rares (et chères), ont laissé place à des turquoises reconstituées à partir de poudre ou des turquoises « d’imitation » d’un bleu clinquant, faites d’agate, de plastique, de résine ou de verre teintés (Fig. 10). Désormais dans les échoppes destinées aux touristes, on trouve aux côtés des coiffes transformées en objet décoratif, d’autres parures qui rivalisent dans l’abondance et la variété des perles et cabochons qui les ornent – turquoise, corail, cornaline, agate, nacre, perles de culture, et onyx – vraies pierres ou imitations.

Créées par des artisans, souvent d’origine tibétaine, puis vendues à Leh, Delhi ou Katmandou dans des magasins d’antiquités, les coiffes se retrouvent chez les collectionneurs et dans les musées à travers le monde sans que leur authenticité soit interrogée (Dollfus 2016). Une troisième coiffe du musée du quai Branly-Jacques Chirac « composée d’extensions de cheveux » en est l’exemple (Fig. 11). Au Ladakh, toutes les personnes questionnées à son sujet ont affirmé n’en avoir jamais vu porter de semblable…

Pascale Dollfus, anthropologue, Centre d’Études Himalayennes (CNRS UPR 299)

Dans le cadre de sa mission de grand département pour les arts d’Afrique, d’Amérique et d’Océanie, le musée du quai Branly – Jacques Chirac soutient la recherche sur les collections extra-européennes des musées de France. La rubrique « Muséo » s’inscrit dans le partenariat noué entre le musée et la revue Terrain, qui conduit à publier, dans la revue papier et sur le blog « Carnets de Terrain », des articles présentant les œuvres de ces collections.

Bibliographie

Pascale Dollfus, 2016. – « Des coiffes sans vécu ou l’authenticité rêvée », Ateliers d’anthropologie, vol.43 [L’habillage des choses de l’art / des marchés au collections en Himalaya et au-delà], mis en ligne le 05 octobre 2016. Disponible sur l’adresse url : <https://ateliers.revues.org/10150>.

Samten Karmay, 1987. – « L’âme et la turquoise : Un rituel tibétain », L’Ethnographie, vol. 83, n°100-101, pp. 97-130.

Berthold Laufer, 1913. – Notes on the Turquoise on the East, Chicago, Field Museum of Natural History, Anthropological Series.

William Moorcroft et George Trebeck, 1841. – Travels in the Himalayan provinces of Hindustan and the Panjab; in Ladakh and Kashmir; in Peshawar, Kabul, Kunduz, and Bokhara, London, J. Murray.

Henry Torrens, 1862. – Travels in Ladak, Tartary and Kashmir, London, Saunders, Otley and Co.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search