Les virus de Chine peuvent-ils mettre à l’arrêt l’économie mondiale ? Virologie et collapsologie

Frédéric Keck. Anthropologue. Directeur de recherche au LAS, EHESS.

Vol d’oiseaux à Hong Kong. Photo de Frédéric Keck

En 1982, Kennedy Shortridge publie dans la revue Lancet un article intitulé « An Influenza Epicentre ? » qui deviendra une référence pour la construction des scénarios de pandémies de grippe aviaire venues du sud de la Chine. Formé dans l’école d’immunologie australienne de Frank Macfarlane Burnet avec Robert Webster et Grame Laver, qui étudient depuis dix ans les variations antigéniques des virus chez les oiseaux – c’est-à-dire la structure moléculaire de l’information de surface qui leur permet de s’attacher à des cellules –, Shortridge s’est installé au département de microbiologie de l’Université de Hong Kong pour observer ces variations dans l’écosystème du sud de la Chine. Il collabore avec Charles Stuart-Harris, directeur du laboratoire spécialisé sur les virus de grippe à Londres, pour transmettre ces virus de grippe émergeant chez les oiseaux à l’Organisation Mondiale de la Santé qui les centralise et les compare. Il développe tout un réseau de relation avec les vétérinaires et les agronomes de la ville de Canton, qu’il réunit dans un congrès à Hong Kong pour discuter l’hypothèse suivante : l’agriculture traditionnelle chinoise, à travers laquelle ont été domestiqués les poulets et les porcs il y a environ 7000 ans, favorise les contacts entre, d’une part les canards sauvages, qui constituent le réservoir des virus de grippe car ils le transportent de façon asymptomatique, et d’autre part les animaux domestiques qui vivent avec les humains. Shortridge explique ainsi que les pandémies de grippe de 1957 et 1968, qui ont tué respectivement 2 et 1 millions de personnes, sont parties du sud de la Chine. L’étude des antigènes de la grippe classés à partir de leurs protéines de surface – hémaglutinine (H) et neuraminidase (N) – conduit ainsi à écrire l’histoire des pandémies à travers l’émergence des virus de grippe qui se remplacent pour occuper la niche écologique que forme l’espèce humaine : H1N1 (1918), H2N2 (1957), H3N2 (1968).

Le scénario construit en 1982 par Shortridge sera confirmé par l’émergence du virus H5N1 de grippe aviaire en 1997, en pleine rétrocession de la colonie britannique, et par celle du coronavirus de SRAS en 2003, dont les études phylogénétiques montreront qu’il a émergé chez des chauve-souris dans le sud de la Chine. Shortridge sera un acteur majeur de ces crises sanitaires, puisqu’il conseillera à Margaret Chan, alors directrice du département de la Santé de Hong Kong avant de devenir directrice générale de l’Organisation Mondiale de la Santé en 2006, d’abattre les volailles puis les civettes masquées qui transmettaient aux humains ces nouveaux virus, pour lesquels ni traitement ni vaccin n’étaient disponibles. Kennedy Shortridge a donc joué pour la grippe aviaire le rôle que joue aujourd’hui Jean-François Delfraissy dans le comité scientifique qui conseille le gouvernement français dans la crise du Covid-19 : c’est l’expert en charge des recommandations technocratiques.

Cependant, Shortridge ne se contente pas de conseiller le gouvernement dans les crises en situation d’urgence mais il travaille au quotidien pour équiper Hong Kong comme un territoire sentinelle alertant les autorités sanitaires des menaces venues de Chine. En décrivant le sud de la Chine comme un écosystème favorisant les contacts entre humains, animaux et microbes par sa densité, et en usant de métaphores issues de la séismologie, en parlant d’ « épicentre de la grippe », il recourt aussi à des images venues de la médecine tropicale, plutôt gardiennes d’un équilibre traditionnel, qui révèlent un potentiel critique et subversif. Si cet écosystème est transformé en élevage industriel pour servir les besoins en viande d’une consommation de masse, alors les virus qui émergent dans les relations entre humains et animaux vont se transmettre de façon plus intense et passer au reste du monde du fait de l’ouverture du marché chinois. Autrement dit, si le sud de la Chine était traditionnellement un réservoir des virus de grippe, il risque de devenir une bombe virale prête à faire exploser le système capitaliste dans lequel la Chine occupe une place de plus en plus importante. La virologie apparaît alors comme une forme de collapsologie : elle fait voir dans les transformations écologique les signes d’une catastrophe à venir afin de nous y préparer.

Le texte qui suit est, en majeure partie, une traduction de l’article publié par Shortridge dans Lancet en 1982, « An Influenza Epicentre? ». Alors que les passages en clair sont des traductions d’extraits, les passages en italique ont été ajoutés à partir de publications ultérieures de spécialistes de la grippe. Le texte qui résulte de ce collage ajoute ainsi à une note virologique issue d’un congrès sur l’écologie de la grippe les considérations d’ordre collapsologique, qui seront confirmées dans les années suivantes. Il s’agit de faire comprendre pourquoi cet article a été considéré comme fondateur pour l’écologie de la grippe, et pourquoi sa portée critique à l’égard de l’économie chinoise a été progressivement confirmée. Ce texte semble toujours actuel à l’heure où un nouveau virus venu de Chine met à l’arrêt le système capitaliste mondial.

* * *

Les chercheurs intéressés par la virologie, l’élevage animal, la médecine vétérinaire et la santé publique, se sont réunis à Hong Kong en avril 1982 pour étudier l’écologie de la grippe. Ce groupe a examiné certains traits de la vie humaine et animale à Hong Kong et dans certaines régions du sud de la Chine où les épidémies de grippe A causées par les virus dotés de nouveaux antigènes de surface – hémaglutinine (H) et neuraminidase (N) – sont apparues et se sont répandues de façon pandémique à travers le monde. De tels événements infectieux [outbreaks] incluent la pandémie de « grippe asiatique » de 1957 (H2N2), l’épidémie dite « de Hong Kong » en 1968 (H3N2) et possiblement la remise en circulation du virus H1N1 en 1977[1].

L’hypothèse selon laquelle un réservoir animal pourrait, par le mécanisme de recombinaison génétique appelé « réassortiment », permettre un échange génétique entre des virus de grippe animaux et humains est soutenue par les travaux de Webster et de Hinshaw. La découverte d’un virus portant des antigènes de la grippe chez des phoques présentant des maladies pneumoniques montre que les virus de grippe aviaire peuvent parfois développer une pathogénicité chez les mammifères, ce qui inclut peut-être l’homme. L’apparition d’une conjonctivite humaine causée par le virus du phoque renforce le besoin d’examiner les relations entre les humains, les animaux et les virus. La région densément peuplée et intensivement cultivée du sud de la Chine à côté de Hong Kong est un lieu idéal pour des événements comme l’échange de virus entre des espèces hôtes. La diversité des virus de grippe aviaire qui circulent chez les volailles domestiques dans cette région suggère qu’il peut jouer un rôle important dans l’origine des virus pandémiques.

Elevage de volaille en batterie. Canton, Chine. Photo de Frédéric Keck.

Les systèmes agricoles en Chine

La plus grande partie de la Chine est montagneuse, et la petite proportion de terre cultivable doit soutenir une population humaine énorme, qui est particulièrement importante dans les régions côtières comme la province du Guangdong à côté de Hong Kong. Ainsi, seuls 7% de la terre cultivable au monde soutient 23% de la population mondiale. Les pratiques agricoles en Chine, décrites par les participants à la réunion de Hong Kong venus de Chine Populaire, se sont développées à partir du besoin de nourrir le peuple aussi efficacement que possible, en utilisant toutes les ressources disponibles et avec peu de recours aux méthodes agricoles modernes. La façon la plus économique d’atteindre ce but est d’utiliser les céréales et les légumes directement car, même si les animaux fournissent de bonnes protéines, ils sont moins efficaces que les plantes comme nourriture principale. L’élevage de bétail est en quelque sorte un luxe secondaire par rapport à la production de céréales. Par exemple, si les cochons fournissent le plus grande partie de la viande consommée, ils sont maintenus pour compléter le régime alimentaire et pour produire du fumier.

Mao Zedong a dit : « à chacun ses besoins ». Deng Xiaoping a dit : « Enrichissez-vous ! » Hu Jintao dira : « Nous allons créer une société harmonieuse ». Xi Jinping complétera : « la Chine sera au centre du monde par les nouvelles routes de la soie ». La Chine commence une nouvelle phase de modernisation après quatre décennies d’errances politiques qui ont conduit aux famines du Grand Bond en avant et aux guerres civiles de la Révolution Culturelle. Le nombre de volailles en Chine en 1968 était de 13 millions et le nombre de porcs de 500 000. Trente ans plus tard, ils seront respectivement de 13 milliards et 50 millions, soit une multiplication par mille. On appelle cela « la révolution de l’élevage industriel » [livestock revolution] [2]. Pour nourrir tous ces animaux et ces humains, la Chine devra importer des céréales du monde entier et se placer au centre de la gouvernance mondiale. Aujourd’hui la Chine est exclue de la plupart des instances internationales, mais dans trente ans, les organisations internationales en charge de la santé et de l’agriculture seront dirigées par des Chinois.  

La population du sud de la Chine est approximativement de 1000 personnes par km2, même dans les zones de culture intense. Pour satisfaire les besoins en riz, la céréale principale dans le sud, les agriculteurs recourent à des techniques anciennes afin de réduire l’effort et le coût. Ils utilisent les préférences alimentaires des canards domestiques qui protègent le riz des insectes et des coquillages et qui contribuent à désherber, cultiver et fertiliser les champs. Cette pratique réduit la dépendance des fermiers envers les insecticides, les herbicides, les fertilisateurs et l’agriculture mécanique, en fournissant une association oiseau/eau/riz/homme qui varie avec les saisons de la riziculture. Les canards sont élevés surtout en été lorsque le riz pousse, et la plus grande partie des virus de grippe ont été isolés sur des volailles de cette région également en été. La plupart de ces virus étaient isolés sur des canards plutôt que sur des poulets élevés sur le sol, et partiellement sur des oies qui vivaient dans l’eau. Les poulets et les oies ne jouent pas un grand rôle dans la riziculture.

L’étang est un trait important des villages et des communautés de Chine : le sud de la Chine a de nombreux étangs ainsi que de multiples voies navigables sur le delta de la Rivière des Perles qui sont l’idéal pour cultiver du riz et des poissons. Dans certaines parties du delta, il peut y avoir plus d’eau que de terre durant la saison de culture du riz. Dans les villages, on voit souvent des canards, des oies et des poulets courir librement à côté des cochons et des buffles, et des enfants jouer dans cet environnement. La proximité entre l’homme et les animaux pourrait fournir un écosystème pour leur interaction avec les virus. Dans les banlieues de Canton ainsi que dans les villages et dans les fermes, la volaille est élevée autour des voies navigables, et le taux d’isolation de virus de grippe sur des canards est le même que dans les fermes de volailles du sud de la Chine. Ainsi, un échange de virus entre les animaux et l’homme pourrait arriver même dans des populations urbaines densément peuplées. Alors que la quantité de virus de grippe isolée chez les canards sauvages et domestiques au nord de la Chine est la même que dans le sud, l’opportunité pour une interaction avec le virus dans cette région semble moins certaine puisque le riz n’est pas cultivé dans le nord, où le blé et d’autres céréales jouent un rôle plus important.

Le spectacle bucolique d’un canard plongeant dans les rizières du delta de la rivière des Perles ne doit pas faire ignorer la bombe virale qu’il fabrique par ses déjections : un virus de grippe qui peut se transmettre à Canton puis Hong Kong jusqu’à causer une pandémie. Ce système de riziculture traditionnel en plein air sera bientôt abandonné au profit d’une agriculture mécanique et d’un élevage industriel confiné, mais il a permis de faire émerger pendant des siècles de nombreux virus de grippe qui seront amplifiés par l’homogénéité génétique de l’élevage industriel de volailles. Le passage de la Chine du communisme au capitalisme fera trembler la planète.

Epidémiologie de la grippe

Même s’il est difficile de comparer les données épidémiques en Chine avec celles des pays occidentaux, la grippe n’a jamais connu dans le sud de la Chine le niveau de morbidité ou de mortalité qu’elle a atteint dans le nord. Néanmoins, les épidémies ont été reconnues, y compris la pandémie de 1918, même si celle-ci fut apparemment moins létale dans le sud de la Chine que dans les pays occidentaux. Les données conservées par le gouvernement de Hong Kong depuis 1848 montrent que l’effet de la grippe sur la mortalité, en dehors de la pandémie de 1918, était moins prononcé qu’ailleurs. L’épidémie de 1968, alors qu’elle a affecté tous les groupes d’âge, était bénigne du point de vue clinique et avec un taux de mortalité de moins de 1%. Ces résultats pourraient refléter la grande prépondérance d’enfants et de jeunes adultes dans la population et la faible proportion de personnes âgées de plus de 65 ans, parmi lesquelles les morts de la grippe pourraient être attendues. On peut cependant remarquer que lorsque l’épidémie commença à Hong Kong, les voyageurs interrogés au sujet des épidémies en Chine révélaient qu’il y avait eu une plus grande incidence de maladies grippales dans les provinces du Guangdong un mois avant celle qui eut lieu à Hong Kong. Aucune information officielle n’était disponible depuis la Chine à ce moment ; on peut discuter pour savoir si ces maladies étaient alors considérées comme sans importance.

En 1968, la Chine était en pleine Révolution Culturelle, et Mao Zedong suivait attentivement la propagation d’une épidémie de méningite cérébrale qui affectait les gardes rouges dispersés dans l’ensemble du pays. La colonie britannique de Hong Kong faisait face au plus grand mouvement de grève des syndicats ouvriers de son histoire, et le gouvernement colonial soupçonnait le régime de Pékin de manipuler ces grèves pour le faire tomber. La nouvelle d’une grippe pandémique aussi répandue dans le monde que la grève générale en 1968 ne pouvait que réjouir le Grand Timonier.

L’information disponible suggère que l’occurrence d’infections par la grippe A sur le territoire de Hong Kong suit deux courbes (patterns) : l’apparition quasiment classique d’une morbidité faible pendant les mois d’hiver et la forme épidémique qui semble apparaître d’abord au cours des mois chauds et humides. À travers ce siècle, les épidémies de 1918 (le virus était alors inconnu chez les humains mais il a pu être relié au virus H1N1 qui circule encore chez les cochons), 1957 (H2N2) et 1968 (H3N2) ainsi que la ré-émergence du virus H1N1 en 1977 eurent toutes lieu en Chine au cours de l’été. Alors que le virus de la grippe asiatique de 1957 fut d’abord enregistré fin juin à Hong Kong, les données montrent que le début de l’épidémie eut lieu en Chine continentale fin février 1957. S’il y a vraiment un épicentre des pandémies de Chine, c’est probablement le sud du fleuve Yangtse. Il est clair qu’une meilleure information sur les infections par les virus de grippe dans les régions du sud de la Chine est nécessaire avant que des conclusions ne puissent être tirées sur la saisonnalité de la grippe dans cette région.

Le sud du fleuve Yangtse était déjà décrit par les fonctionnaires de l’Empire chinois comme un lieu de miasmes et de maladies épidémiques. L’Empire chinois basé à Pékin puis à Nankin dut à plusieurs reprises résister à des mouvements de révolte issus de cette région, comme celui des Taiping qui tua entre 10 et 30 millions de personnes entre 1850 et 1871. Il s’effondra à cause d’une mutinerie dans l’armée basée à Wuhan, un poste de commerce sur le fleuve Yangtse au centre de l’Empire : les soldats se révoltaient contre le financement par les banques étrangères de la construction des chemins de fer en Chine. Le régime de Mao Zedong ne fut pas renversé par une révolte ou une épidémie venue du centre de la Chine mais par le tremblement de terre de Tangshan qui tua environ 500 000 personnes à côté de Pékin : ce désastre imprévu fut perçu par les Chinois comme le signe annonciateur de la fin du Grand Timonier.

La disparition du virus

Si cette région du sud de la Chine est un épicentre pour les virus pandémiques, il serait raisonnable d’affirmer qu’en raison de l’association étroite entre l’homme et les animaux, ceux-ci pourraient être le réservoir du virus, ou de son génome, lorsqu’il a cessé de circuler chez l’homme.

Les volailles domestiques, notamment les canards, ont fourni une grande diversité de virus, mais très peu d’entre eux, en dehors du H3N2, sont en relation avec des virus humains. L’analyse détaillée de leurs antigènes, à l’aide d’anticorps monoclonaux, sur un cluster de virus H2N2 isolés chez des canards en Chine suggère que ces virus ont émergé par recombinaison chez des canards plutôt que par une transmission directe de l’homme. Le buffle est largement utilisé comme un animal de trait dans cette région ; dans une étude de près d’un millier de ces animaux, aucun virus de grippe n’a été isolé. Des épidémies de maladies grippales ont été enregistrées sur des chevaux lors des épidémies humaines. Cependant, à Hong Kong, où il y a beaucoup de chevaux de course, aucune maladie de ce type n’a été observée au cours des épidémies de 1957 et de 1968.

La grippe ne se transmet donc pas des buffles ou des chevaux aux humains à Hong Kong, à la différence des volailles. Cependant, le traitement imposé par le gouvernement aux buffles ou aux chevaux permet d’anticiper celui qui sera imposé aux volailles. Lors d’épidémies de grippe équine, les jeux de course sont arrêtés, ce qui provoque la fureur de la population. Les buffles qui errent dans les campagnes de Hong Kong parce que la riziculture a été fermée doivent être abattus par le gouvernement. Si les volailles sont massacrées par le gouvernement pour éradiquer le réservoir animal de la grippe, on pourra s’appuyer sur ces précédents.

L’autre réservoir potentiel des virus de grippe est le cochon, qui est élevé à l’intérieur et autour des habitations humaines. Depuis la pandémie de 1968, on a montré que les variants H3N2 apparaissent et persistent chez les cochons jusqu’à aujourd’hui. Cet animal pourrait ainsi être important dans l’écologie de la grippe. Le seul autre virus de grippe qui semble persister chez les cochons est le virus de grippe porcine H1N1. On a enregistré des virus de grippe chez des cochons au moment de la pandémie de 1918 en Chine et aux États-Unis[3]. Le virus H1N1 a été isolé récemment chez des cochons à Hong Kong et en Chine ainsi qu’en Europe. Cependant, alors que ce virus a persisté chez des cochons pendant 40 ans avec peu de changements dans sa pathogénicité, son pouvoir de transmission en retour chez les humains semble avoir été brisé. Peut-être cette rupture de transmission est-elle due à une adaptation en série chez les cochons au cours des années, même si des incidences limitées de la maladie furent enregistrées aux États-Unis avant la grippe porcine de 1976. On ne sait pas si des incidences similaires ont eu lieu en Chine.

Civettes masquées en cages.
Hong Kong. Photo de Frédéric Keck
.

Le futur

Les avancées remarquables dans la biologie moléculaire nous ont donné la capacité de détecter des variations antigéniques et génétiques des virus de grippe avec précision. Pourtant, même une technique aussi sensible que la cartographie des oligonucléotides souligne seulement la complexité et la diversité des isolats chez les oiseaux dans cette région. Cependant, une question importante reste à résoudre : la clé pour les variations de la grippe se trouve-t-elle chez les animaux domestiques ? Si c’est le cas, la proximité entre l’homme et les animaux dans les écosystèmes millénaires du sud de la Chine est-elle le facteur principal dans l’émergence des souches pandémiques ? Il est clair que les efforts continus pour comprendre ces inter-relations sont justifiés si l’hypothèse du sud de la Chine comme un épicentre de la grippe est confirmée.

Si en revanche il se confirme, comme on commence à le voir en Afrique centrale avec le virus Ebola, que les animaux sauvages sont les réservoirs des maladies infectieuses émergentes, notamment les chauve-souris et les primates, alors ce n’est plus l’élevage traditionnel du sud de la Chine qui est un facteur de grippe pandémique, mais l’intrication croissante des animaux sauvages dans les marchés du capitalisme mondialisé. Les canards qui aident les humains à se débarrasser des insectes et des coquillages dans la riziculture du sud de la Chine pourraient alors devenir les lanceurs d’alerte ou les sentinelles des pandémies qui peuvent conduire à l’effondrement du capitalisme.

Traduction et adaptation par Frédéric Keck

Notes

[1] Le virus H1N1 de « grippe espagnole » était réapparu en Union Soviétique et aux États-Unis en 1976-1977, conduisant à des campagnes de vaccination massives. Cf. R. Neustadt et H. Feinberg. The Epidemic That Never Was: Policy Making and the Swine Flu Scare. New York: Vintage Books, 1983 ; G. Kolata, Flu: The Story of the Great Influenza Pandemic of 1918 and the Search for the Virus That Caused It, New York, Farrar, Straus and Giroux, 1999.

[2] Cf. C. Delgado, M. Rosegrant, H. Steinfeld, S. Ehui, C. Courbois. The Coming Livestock Revolution, New York, United Nations, 2000 ; M. Osterholm, « Preparing for the Next Pandemic », Foreign Affairs, 84, n°4, 2005, p. 24-37 ; R., D. et R. Wallace, Farming Human Pathogens: Ecological Resilience and Evolutionary Process. New York, Springer, 2009 ; E. Silbergeld, Chickenizing Farms and Food. How Industrial Meat Production Endangers Workers, Animals and Consumers, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2016.

[3] Cf. R. Shope, « Old, intermediate and contemporary contributions to our knowledge of pandemic influenza », Medicine, 1944, 23, p. 415-455; J. Chun, « Influenza including its infection among pigs », National Medical Journal of China, 1919, 5, p. 34-44.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.