Les Archives de la Planète: imago diplomaticus

Anne Sigaud. Chargée de recherche, Musée départemental Albert-Kahn.

 

Banquier richissime et philanthrope, Albert Kahn (1860-1940) était un mécène pour la recherche animé par une vision humaniste et pacifiste. Il avait mis sa fortune au service d’un ambitieux projet d’archivage du monde en images, à la fois scientifique, esthétique et politique, qui s’est révélé outil diplomatique au service d’un soft power impérial français en pleine expansion : les Archives de la planète. 

 

La collection des Archives de la Planète rassemble 72.000 plaques photographiques autochromes et 100.000 mètres de films muets en noir et blanc. Elle a été constituée entre 1909 et 1931 à l’initiative du banquier français Albert Kahn (1860-1940) et dirigée scientifiquement par le géographe Jean Brunhes (1869-1930) de 1912 à 1930. Cet ensemble iconographique est polysémique car sa réalisation procède d’impulsions multiples. D’une part, le projet est accouché et approprié par plusieurs acteurs, d’autre part, le sens que ces derniers lui donnent évolue avec le temps. Bien qu’on ne puisse donc parler d’intentionnalité uniforme, appréhender les Archives de la Planète comme un outil diplomatique peut cependant constituer un axe d’analyse pertinent.

Albert Kahn et Jean Brunhes collaborent mais évoluent dans des milieux intellectuels distincts. Au-delà des différences, ils ont en commun d’être représentatifs d’une société civile qui, entre 1900 et 1930, entend « faire irruption dans l’arène » politique (Badie, 2008 : 47). Ils défendent en particulier des convictions sur ce que devraient être la place de la France dans le monde et, plus largement, les relations internationales. Ils créent et animent des groupements qui tentent de susciter des mouvements d’opinion ou d’influencer les politiques publiques en ces domaines. Mais dans le même temps, du fait de leurs positions sociales ainsi que du contexte historique, leur forte proximité avec l’appareil d’État les conduit le plus souvent à accompagner, voire à soutenir l’action de l’État, plutôt qu’à y faire contrepoids.

Lorsque vers mai 1912 Jean Brunhes prend la direction scientifique des Archives de la Planète, il est également élu à la chaire de géographie humaine au Collège de France, nouvellement créée et financée par Albert Kahn. Pour le géographe, les autochromes sont un support auxiliaire, illustratif, de son enseignement. Les missions photographiques qu’il dirige sont conditionnées par son projet scientifique, ainsi résumé : « Y a-t-il une harmonie (…), gage d’une domination collective de la terre à la fois féconde, pacifique et durable, et qui puisse réunir en faisceaux (…) tous les peuples (…) ? ». Réaliser ce programme le conduit à poser en premier lieu « une des questions les plus émouvantes de la géographie humaine : comment sont nés les États ?[1] ». Pour y répondre, il cherche à distinguer ce que sont les « facteurs de cohésion nationale » et choisit pour ce faire le terrain en effervescence, et bientôt en guerre, des Balkans.

Une fois la France engagée dans un conflit qui s’est étendu à l’échelle mondiale, le projet se recentre sur la nation et ses intérêts immédiats (Sigaud, 2019). Concomitamment, les modalités de diffusion des images se transforment. Jusque-là, mis à part les amphithéâtres du Collège de France et de la Sorbonne, elles étaient épisodiquement et privativement projetées au domicile d’Albert Kahn à Boulogne-sur-Seine, réservées à des intimes et à quelques membres des milieux d’affaires et politiques constituant l’entourage du banquier.

Pendant la guerre, films et autochromes servent la propagande nationale comme supports de conférences, dans les pays neutres et alliés. À Boulogne, les projections voient leur auditoire s’élargir symétriquement à l’activisme croissant de la Société Autour du monde. Installée chez Albert Kahn depuis 1906, cette association était initialement dédiée à la création d’une « opinion internationale[2] ». Elle comptait atteindre ce but en rassemblant les titulaires multinationaux de bourses de voyage post-étudiantes administrées par l’Université de Paris et financées par Kahn depuis 1898. La Société est animée et fréquentée par des intellectuels français impliqués dans des formules diplomatiques nouvelles : l’expertise (économique, géopolitique…), qui prend son essor pendant la Conférence de la Paix, ou la diplomatie universitaire. La Société, ainsi que les salles de projection de Kahn, deviennent des espaces de réception d’appoint pour les acteurs d’une para-diplomatie qui s’appuie sur le charme et la sociabilité « à la française ».

La guerre a également généré un phénomène de consubstantialité structurelle entre les Archives de la Planète et diverses officines de la propagande officielle, dont elles demeurent une annexe informelle durant les années 1920. Les objectifs conceptuels et la gestion matérielle de la collection évoluent ainsi parallèlement et conformément aux institutions chargées de développer le « rayonnement » national.

Dans l’immédiat après-guerre, les sujets traités en images, tout comme le contenu des leçons de Jean Brunhes au Collège de France, reflètent bien ces préoccupations. Ils traduisent un questionnement permanent sur la notion de sécurité. Ils témoignent d’une attention portée à l’exécution du traité de Versailles, notamment de la clause sur les réparations et, partant, aux questions de l’Alsace-Lorraine, de la Sarre et de la rive gauche du Rhin. La défense des intérêts impériaux de la France, le souci du maintien et de l’extension de son influence à l’étranger, en particulier au Proche-Orient, sont les autres thèmes majoritaires qui motivent les campagnes de prises de vues.

À propos de la sécurité, grande obsession de l’entre-deux-guerres, Kahn et Brunhes incarnent deux positions antagonistes. Tous deux rejettent le modèle dix-neuvièmiste de l’« équilibre des pouvoirs » garanti par le « concert européen » et appellent à une gestion mondialisée de ce qui sera communément dénommé, dans les années 1930, la « sécurité collective ». Kahn considère que le meilleur moyen de réformer l’ordre mondial et de maintenir la paix consiste à instaurer un système de gouvernance transnational, voire supranational. Conquis comme beaucoup d’autres par la « mythologie wilsonienne » (Miquel 1977 : 62-74), il place tous ses espoirs en la Société des Nations (SDN) instituée en 1920 et présidée par son proche ami Léon Bourgeois (1851-1925) qui en défend le principe depuis l’avant-guerre.

Brunhes se montre beaucoup plus circonspect quant à une institution qu’il dénonce comme une « Société des États vainqueurs » (Brunhes & Vallaux, 1921 : 687). La SDN est pour lui une construction artificielle ne pouvant aboutir qu’à un équilibre précaire car reproduisant, voire amplifiant les réflexes et les erreurs de l’ancienne diplomatie qu’elle prétend abolir. L’idée de paix demeure cependant chez Brunhes, comme chez Kahn, indissociable d’un certain « mysticisme », mais briandiste (Bellon, 2016 : 62) et non wilsonien. Brunhes adhère aux idées fédéralistes et à la politique extérieure d’Aristide Briand qui, en combinant bilatéralisme et sécurité collective, aboutit en 1925 aux accords de Locarno, largement célébrés dans les Archives de la Planète. Catholique social engagé, Il trouve également sa place dans un briandisme qui n’hésite pas à réhabiliter et consolider une « diplomatie religieuse » (Ferragu & Michel, 2016) qui, tout au long des années 1920, prend toute sa part à l’œuvre de rayonnement national aux côtés de la diplomatie traditionnelle ou de métier, appuyée par les plus jeunes diplomaties culturelle et universitaire.

Chrétien démocrate, intellectuel ouvert sur le monde, figure du milieu universitaire, propagandiste colonial ardent, Jean Brunhes cumule tous les atouts pour devenir un exemple prototypique des personnalités prestigieuses que l’État missionne volontiers à l’étranger comme ambassadeurs auxiliaires de la pensée et des intérêts français, agents d’un soft power en pleine expansion. Cette interpénétration de champs trouve sa plus complète expression dans l’appui qu’Albert Kahn concède, par l’intermédiaire de Brunhes, à la célèbre mission photographique et cinématographique conduite au Dahomey par le père Francis Aupiais, où se rencontrent intention documentaire, projet missionnaire, « humanisme colonial » et ethnologie. C’est avec ces images de 1930 que, aux côtés de la célébration du « Centenaire de l’Algérie », puis de l’Exposition coloniale internationale de 1931, se clôt cette partie de l’histoire des Archives de la Planète.

Brunhes décède en 1930, deux ans plus tard Kahn est ruiné. Après 1925, désappointé peut-être par les échecs de la Société des Nations, le banquier semble avoir choisi de revenir aux fondements de la pensée solidariste à l’origine, selon Bertrand Badie (op. cit. : 17-44), de l’ « étonnante invention de l’international » par la société civile. Ce retour aux sources se manifeste par son intérêt croissant pour la biologie et la notion plus générale de Vie (Corneloup, 2015), qui renvoient à la forte dimension organiciste du solidarisme que le chantre de la Société des Nations Léon Bourgeois théorisa dans les années 1890.

« Soft power », « rapport au vivant », pensée du « fait politique en dehors de l’État », anthropologue missionnaire « diplomate entre deux mondes disjoints », ambition de créer une « opinion publique mondiale », bonnes volontés non imperméables aux « vicissitudes du politique » et des circonstances historiques… Ces notions sont présentes dans le numéro Homo Diplomaticus de la revue Terrain aussi bien que dans les Archives de la Planète. Aussi pensons-nous pouvoir qualifier ces dernières d’imago diplomaticus.

 

Bibliographie 

Badie Bertrand, Le diplomate et l’intrus, Paris, Fayard, 2008.

Bellon Christophe, « Religion et diplomatie au Quai d’Orsay d’Aristide Briand », dans Ferragu Gilles & Michel Florian (dir.), Diplomatie et religion, Paris, Publications de la Sorbonne, 2016, p. 45-68.

Brunhes Jean & Vallaux Camille, La Géographie de l’histoire, géographie de la paix et de la guerre sur terre et sur mer, Paris, Alcan, 1921.

Corneloup Marie, « Au fil des fondations, les fils rouges de l’œuvre : continuités, ruptures, évolutions… », dans Kutniak Stephan dir., Albert Kahn, singulier et pluriel, Paris, Liénart, 2015, p. 253-271.

Miquel Pierre, La paix de Versailles et l’opinion publique française, Paris, Flammarion, 1977.

Sigaud Anne, « Des Archives de la Planète aux archives de la guerre : « réalités invisibles, notre raison doit les discerner », dans Perlès Valérie & Sigaud Anne (dir.), Réalités (in)visibles. Autour d’Albert Kahn, les archives de la Grande Guerre, Paris, Bernard Chauveau, 2019, p. 30-54.

Voir aussi 

Perlès Valérie (dir.), Les Archives de la Planète, Paris, Liénart, 2019.

 

Notes 

[1]               AAK, copie, transcription de leçon au Collège de France, tapuscrit, 20 janvier 1913.

[2]               AAK, Société Autour du Monde, statuts, 1911.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search