Écouter le silence : ethnographie et pandémie, comment faire du terrain en temps de confinement ?

Anne Sourdril (anthropologue, CNRS / Ladyss) et Luc Barbaro (biogéographe et écologue, INRA-INP Toulouse / Dynafor).

Comment faire du terrain ethnographique en temps de confinement ? Dans ce billet, nous revenons, dans un premier temps, sur certaines initiatives d’anthropologues et de chercheurs en Sciences Humaines et Sociales mises en œuvre pour poursuivre, malgré tout, leurs activités de recherche. Dans un second temps nous illustrons ces initiatives au travers d’une étude de cas menée par deux chercheurs autour des effets du confinement sur les rapports entretenus par les sociétés à leurs environnements.

Le confinement instauré pendant la pandémie de Covid19 au printemps 2020 a représenté une situation inédite pour la majorité des citoyens en France mais aussi dans de nombreuses sociétés de par le monde. Dans cette période de crise sanitaire, les rapports sociaux comme les rapports à l’espace, à l’environnement ont été bouleversés. Cela a posé (entre autres) deux questions à l’ethnographe : (1) comment poursuivre ses investigations de terrain en étant confiné et (2) comment documenter du point de vue de l’anthropologie la situation sociologique inédite que nous vivions et ses implications en matière de vivre ensemble ? Les étudiants de Master et les doctorants en anthropologie ont redoublé d’imagination pour collecter et renouveler leur ethnographie malgré les interdictions de déplacement sur leurs terrains et finaliser leurs diplômes dans les temps (bravo à eux). À l’échelle des institutions, des initiatives ont émergé en mars 2020 pour tenter de comprendre et mettre des mots sur les conséquences de la pandémie. Outre l’ouverture par l’ANR, notamment, d’appels à projet ayant pour objectifs de travailler sur les impacts, causes, conséquences de la pandémie (dont les réponses sont majoritairement le fait d’équipes de recherche biotechniques mais pas uniquement), et la rédaction de tribunes, manifestes, articles de la part des scientifiques (voir la tribune de Philippe Descola par exemple), des chercheurs en anthropologie ont tenté de documenter les effets des mesures liées à la pandémie, de renouveler leurs thèmes/approches de recherche à la lumière de cette situation « inédite » et de maintenir, malgré tout, la production de données de première main.

Si les causes et conséquences à grandes échelles de la pandémie sont amplement discutées dans les médias, les anthropologues s’intéressent souvent aux conséquences locales, à la façon dont les gens vivent, travaillent, continuent d’interagir et expérimentent leur environnement au quotidien en lien avec les restrictions de déplacement. Des institutions comme l’American Anthropological Association, l’École des Hautes Études en Sciences Sociales ou le Center for Southeast Asian Studies, pour ne citer qu’elles, proposent des carnets, des chroniques, des recensements de webinaires et des conseils pour poursuivre son ethnographie. L’AAA a, d’ailleurs, mis en place un document partagé recensant les méthodes de travail sur le terrain en temps de pandémie et les astuces des uns et des autres pour éviter les interactions directes avec les informateurs tout en assurant la richesse et la finesse des données de l’ethnographie. Ce document, très complet, propose des protocoles, des idées pour renouveler les méthodes d’interviews en visioconférence, des astuces pour réaliser son auto-ethnographie, des projets de vidéos ou de photographies participatives ou encore la création de groupes sur les réseaux sociaux et les appels à journaux « intimes ». Le comité éditorial de Curare – Journal of Medical anthropology – a, dès les premiers jours du confinement, publié un appel international à journaux auto-ethnographiques (« corona diaries ») afin de documenter et garder traces des effets des mesures associées à la pandémie dans des contextes géographiques et sociologiques variés. Plus de 100 personnes de 25 pays ont partagé, via leurs journaux, leurs vécus et chroniques quotidiennes ou hebdomadaires entre mars et mai 2020, journaux qui sont diffusés actuellement via le blog de la revue.

En France, les chercheurs en SHS se mobilisent également (voir ici le rapport sur le positionnement de la recherche dans le contexte de la pandémie de Covid19) ; des anthropologues, géographes, sociologues, psychologues etc., ont lancé des plateformes de questionnaires en ligne pour collecter des données sur les impacts du confinement et des contraintes de déplacement (a) sur les relations sociales et le rapport à l’autre, sur les effets psychologiques du confinement (voir recherches menées l’INSERM ou à l’Université de Toulouse Paul Sabatier), (b) sur le bien-être (recherches menées à l’Université de Lyon) ou encore (c) sur les relations à l’environnement immédiat, le rapport au vivant et les savoirs écologiques en cette période de privation d’espace de nature (voir les travaux des laboratoires Ladyss ou Geode), et bien d’autres encore.

Les effets du confinement sur l’environnement sont aussi documentés durant cette période inédite de pandémie mondiale. Si l’on a pu, comme Rachel Carson dès 1962, parler de « printemps silencieux » pour souligner l’érosion de la biodiversité associée aux changements climatiques, aux changements d’occupation des sols ou à l’usage des pesticides, comment aujourd’hui qualifier notre environnement sonore printanier laissé soudainement au vivant ? La diminution drastique des activités anthropiques et de la fréquentation des espaces dits naturels par les sociétés humaines a-t-elle eu un impact sur ces territoires perçus comme « in »sonores, qui plus est à une saison où l’activité bioacoustique est souvent maximale en raison des chorus matinaux des oiseaux ? À quoi cette diminution laisse-t-elle place ? Peut-on dire, comme Vladimir Jankélévitch, que l’on y « épie le silence habité de chants d’oiseaux » ? Cette diminution est d’autant plus perceptible en ville et en milieux péri-urbains que les rues se vident de leurs passants, véhicules, marchés mais aussi dans les milieux naturels à proximité de ces villes où pourtant plus personne n’est là pour l’entendre. Les ambiances urbaines visuelles, sonores, olfactives se trouvent grandement modifiées, et ceci dans toutes les composantes du paysage, de manière inédite (un ciel vide de traces d’avions, une rue silencieuse et semblant inhabitée, un jardin inaccessible et livré à sa flore et sa faune, ou une forêt pleine d’une activité biologique renouvelée). Cette baisse des sons d’origine anthropique, estimée à 80% sur l’agglomération parisienne (source : bruitparif), permet d’un seul coup d’entendre toute une myriade de sons de la nature habituellement masqués et c’est toute notre perception de la biodiversité qui s’en trouve modifiée. Les chants d’oiseaux printaniers se mettent à résonner en ville et dans les massifs forestiers à toute heure du jour et de la nuit ; leur activité vocale, son volume et sa phénologie journalière, et jusqu’aux fréquences sonores utilisées par certaines espèces peuvent se trouver modifiées par cette libération de l’espace acoustique.

Des projets interdisciplinaires à l’échelle de la planète et à l’initiative de géographes, anthropologues, écologues ou bioacousticiens ont vu le jour pour faire état des conséquences de cette baisse. On peut citer le projet participatif Silent Cities qui a pour objectif de récolter des sons enregistrés dans les villes de par le monde afin de comprendre les effets de mesure de confinement sur la pollution sonore et de l’impact des activités humaines sur les populations animales. Les écologues tentent de comprendre de leur côté comment les espèces animales, l’avifaune notamment, se réapproprient (ou pas) les villes (à San Francisco par exemple ou en Catalogne). Des anthropologues et des philosophes plaident pour le renouveau d’une « écologie pragmatique », nécessairement empirique, et pour la prise en compte, dans les recherches, d’un système écologique global dans lequel des non-humains (dont les virus ?) circulent largement et sans frontières.

 

Figure 1 – Carnet de confinement

À notre échelle de chercheurs confinés dans une région francilienne, nous (une anthropologue et un écologue) nous sommes demandés comment rendre compte des effets du confinement sur les rapports entretenus par les sociétés et leurs environnements, sur les relations entre les humains et les autres espèces animales (et végétales) et sur le devenir et l’adaptation des savoirs écologiques locaux en temps de privation des espaces de nature. S’en sont suivis plusieurs projets de recherche menés de concert au printemps 2020 en Île-de-France (associés à une participation au projet Silent Cities mentionné ci-dessus) : nous souhaitions documenter d’une part, la façon dont les habitants d’une ville francilienne riche en espaces de nature ont vécu leur environnement immédiat en étant confinés et privés de ces espaces parcourus quotidiennement. Dans le cadre de ce projet, toujours en cours, des journaux de confinement ont été collectés au printemps auprès d’une vingtaine d’habitants aux profils variés et nous avons suivi, à cette même période, les interactions des habitants sur divers groupes issus des réseaux sociaux ; des entretiens semi-directifs sont prévus à l’issue de la période actuelle de re-confinement avec des volontaires et les rédacteurs des journaux.

D’autre part, nous souhaitions saisir les formes de perception et les réalités de ce « printemps silencieux » et comprendre la dynamique de la diversité bioacoustique en forêt domaniale de Rambouillet en collaboration avec l’Office National des Forêts (ONF). Nous avons utilisé des enregistreurs acoustiques automatiques passifs sur une période de 3 mois en forêt, pour capturer ces paysages sonores. Cela correspondait à un arrêt puis une reprise progressive des activités humaines nous permettant de comprendre l’effet global de la « pollution sonore » sur la diversité acoustique en forêt. Nous avons testé notamment l’effet de la distance à des infrastructures routières majeures, telle la RN10, sur cette diversité et évalué l’effet potentiel de mesures en faveur de la biodiversité forestière telle que les îlots de vieux bois[1]. La collecte de journaux de confinement était un exercice inédit pour nous et s’est révélé particulièrement riche et stimulant en ce qui concerne les types, la variété et la qualité des données recueillies. Ces journaux ont pris la forme de carnets papiers, carnets photographiés et envoyés par messagerie électronique, documents texte, emails, sms, reportages photos ou encore courtes vidéos et enregistrements sonores (Figure 1).

Figure 3 – Centre ville déserté

Nous avons également suivi des journaux de confinement disponibles en ligne (par exemple, les figures 2-1 et 2-2 sont visibles ici ). Les rédacteurs et rédactrices de ces textes, que nous ne connaissions pour la plupart pas, se sont montrés particulièrement enclins à partager leurs impressions et histoires des impacts du confinement sur leurs vies quotidiennes, celles de leurs proches, détaillant leurs parcours, leurs histoires de vie, etc. On imagine que la singularité de la situation vécue a induit un besoin de partage d’expériences et une recherche d’interactions, même à distance, dont les citoyens étaient privés (Figure 3).

Figure 4 – Extrait de journal de confinement

Ces journaux constituent, dès lors, des matériaux de choix pour démarrer et poursuivre notre enquête ethnographique sur les dynamiques des savoirs et représentations en contexte de « crise ». L’échantillon n’est certes pas représentatif (sous-représentation par exemple des « actifs » ou des étudiants) mais nous offre des pistes de réflexion intéressantes et nous sert de démarrage à une enquête de plus grande ampleur[2]. Notre objectif était d’interroger les relations à l’environnement et de questionner la façon dont cet environnement réagissait aux silences retrouvés…

Nous observons, au vu des premiers journaux dépouillés, une réelle frustration liée à la fermeture des espaces verts (Figure 4), une plus grande attention à l’environnement immédiat perçu depuis l’habitation des participants (Figures 5-1 et 5-2) avec des observations multiples voire une redécouverte du micro-local et de ses territoires de vies (jardins privés, paysages naturels, flore spontanée sur les trottoirs) (Figure 6).

 

Figure 6 - Extrait de journal

Figure 6 – Extrait de journal de confinement

Les premiers résultats font apparaître le sentiment qu’ont les participants d’un usage accru de leurs sens tels que la vue, l’ouïe ou l’odorat pour saisir cet environnement (à mettre en lien aussi avec la période printanière et notamment les floraisons et le chorus des oiseaux) et, au travers de leurs récits d’itinéraires, la réorganisation des activités permises (ou non) en confinement (balades, footing, etc.), organisées en fonction des espaces de nature à proximité (Figures 7-1 et 7-2 et figures 8-1, 8-2 et 8-3). Les prismes d’observation et la place de la nature, des espaces de nature, de l’environnement sont questionnés (comment la nature est observée, quels sens sont privilégiés, à partir de quels espaces et via quel medium – jumelles, télescope, appareil photo, enregistreurs, par exemple) (Figure 9).

Figure 8-1 – Extrait de journal

Nos investigations acoustiques nous laissent, quant à elles, toutes ouïes et sans voix… à l’écoute des séquences enregistrées et notamment des captations avant / après réalisées aux mêmes endroits, mêmes heures à quelques semaines d’intervalles (Figure 10).

Figure 9 – Extrait de journal de confinement

Dans le détail, on peut regarder comment a varié la diversité sonore du vivant pendant et après confinement via des indices bioacoustiques. La comparaison, même à une oreille non avertie, laisse à entendre la place occupée par les bruits anthropiques dans l’espace et l’environnement qui nous entourent et la marque que les sociétés impriment sur leurs territoires. Nous cherchons aujourd’hui à faire le lien entre ces mesures acoustiques et les perceptions sonores qu’ont les habitants de l’environnement et de la biodiversité. Nous interrogeons la façon dont le son contribue à construire les savoirs écologiques locaux et la façon dont la crise sanitaire et le confinement peuvent en révéler les fondements et les processus.

Remerciements : Nous remercions l’ONF, et notamment Michel Béal et Laurent Tillon, et le CNRS, notamment M. Philippe Cavelier et Mme Ana Maria Fonseca Brefe, pour leur soutien dans la mise en œuvre de nos recherches. Nous remercions tous les participants au projet ainsi que Madeline, Samuel et Jan.

 

[1] La forêt de Rambouillet a fait l’objet depuis 2009 de la mise en place d’un réseau systématique d’îlots de vieillissement et de sénescence dans le cadre de l’Instruction Biodiversité́ ONF (voir ici).

[2] Ce projet, associé à plusieurs projets menés à l’UMR 7533 Ladyss, sur les rapports à l’environnement en période de confinement, (par Alizée Berthier, Mathilde Riboulot-Chetrit et Etienne Grésillon), fait l’objet aujourd’hui d’un financement SarDyn du LabEx DynamiTe (Eco-Covid dir. M. Riboulot-Chetrit).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search