Complicité(s) – Appel à contributions

Complicité(s)

Appel à contributions 

Numéro coordonné par Émir Mahieddin & Jérôme Soldani
Crédit: George Becker
Source: https://www.pexels.com/fr-fr/photo/photographie-en-niveaux-de-gris-de-trois-figurines-de-singes-sages-134402/

Les figures de la complicité semblent occuper une bonne part de nos imaginaires politiques et moraux contemporains, depuis les accusations de complicité avec des formes de domination envisagées comme systémiques (économiques, genrées ou raciales pour ne citer que les plus communes) jusqu’aux suspicions de collusions avec des minorités jugées menaçantes. L’accusation ou la suspicion de complicité peut toucher des êtres qui se tiennent à distance des faits considérés ou incriminés. La figure du complice peut ainsi être celle d’un facilitateur œuvrant en arrière-plan. Alors, ne faisant rien ou œuvrant de loin, sommes-nous tous complices de quelqu’un ou de quelque chose ?

Derrière son intuitivité apparente – l’assignation ne relève d’aucune compétence spécifique –, la notion de complicité est éminemment complexe. Elle est le résultat d’un travail interprétatif et de procédures d’imputation de responsabilités (Puccio-Den 2017). Juger de l’implication dans un acte est une opération qui suppose à la fois des représentations de la personne, des théories de l’action et la possibilité d’établir la différence entre un « rien » et le « début de quelque chose » (Kiesow 2017). En cela, la notion de complicité se décline suivant les conceptions locales de la personne et de la responsabilité, les formes de l’appartenance, les conceptions ontologiques de la capacité d’agir des êtres (dieux, esprits, éléments dits naturels, etc.), tout en les mettant en mouvement. Si, en droit, la notion de complicité engage nécessairement la conscience des conséquences de l’acte – qu’il demeure malaisé d’établir avec certitude – le jugement de complicité dans le reste du monde social, dans ce qui relève des opérations de jugement moral, ne s’arrête pas à de telles considérations. La complicité peut ainsi être invoquée en raison d’une appartenance commune à un statut, à une position dans un rapport de production ou dans un appareil bureaucratique, à une catégorie confessionnelle ou ethno-raciale, ou encore à un réseau de parenté. C’est donc la diversité des manières d’être complice ou accusé de complicité que ce dossier propose d’explorer, sans se limiter pour autant, bien au contraire, à la seule logique d’imputation, la complicité se caractérisant avant tout comme une zone trouble qu’il est nécessaire d’interroger : elle est porteuse d’une ambivalence fondamentale, étant à la fois une notion négative, quand elle désigne la responsabilité partagée d’un méfait, et une notion positive, quand elle décrit la connivence – ou lorsqu’elle la dévoile quand celle-ci est cachée.

Engageant des catégories de la confiance et de la méfiance, de la responsabilité du mal ou de l’injustice, la complicité apparaît en tout cas comme une catégorie éminemment politique et morale. En ce sens, nous suggérons de l’étudier, et les catégories vernaculaires afférentes, pour interroger des situations jugées politiquement ou moralement « impures », et de décrire l’inconfort et le comportement éthique qui en résulte chez ceux suspectés ou accusés de complicité (Wright 2018). D’une certaine manière, il en va de l’accusation de complicité comme de la souillure (Douglas 1967), elle donne lieu à des stratégies d’évitement qui peuvent déterminer le comportement quotidien, ou à des pratiques sociales de purification ou d’expiation visant à se dédouaner face à un public, soit-il réel, imaginaire ou absent.

La complicité implique en effet une activité de représentation et de présentation de soi vis-à-vis d’un public. À ce titre, elle peut être feinte ou performée par intérêt. Se sachant soi-même complice, se suspectant de l’être, ou refusant corps et âme d’être considéré comme tel, l’individu concerné peut par ailleurs préférer ignorer les éléments qui l’incriminent ou se distancier de soi-même pour éviter de porter le fardeau de la responsabilité (Goffman 1973), spectre de ce que Hannah Arendt (1963) dénonçait comme une « absence de pensée ».

Plusieurs terrains pourront faire l’objet d’articles. Outre les terrains de la justice et les ethnographies de réseaux délinquants ou criminels auxquels on pense immédiatement, les auteurs pourront, par exemple, aborder le cas d’individus ou de populations vivant une double appartenance, évoluant entre des mondes ou des catégories sociales considérés comme antagonistes. Ils pourront aussi s’intéresser aux traqueurs de connivences suspectes, reprenant à leur compte la rhétorique conspirationniste. On pourra aussi s’intéresser aux populations accusées de complicité (ou de collaboration) suite aux violences de masse (attentats terroristes, guerres, etc.), ne serait-ce que par leur silence, ou parce qu’elles ne s’associent pas à la dénonciation de l’acte et ne se dissocient pas de qui en

est déclaré responsable. Elles sont ainsi considérées comme une menace ou un péril pour l’ordre social. La figure du complice n’est alors jamais très loin de celle du traître, visage de l’infidélité politique.

Les questions suivantes animeront les réflexions :

  • Comment les sujets gèrent-ils ou négocient-ils la suspicion ou l’accusation de complicité ?

    Comment décrivent-ils leur expérience de l’ambivalence de leur position dans les situations dans

    lesquelles ils sont ainsi engagés ? Comment gèrent-ils le stigmate ?

  • Quels sont les insignes, marqueurs ou signaux de complicité et comment en viennent-ils à être

    conçus comme tels dans différents types de droits, ou en dehors du domaine du droit ?

  • Comment la complicité est-elle mise en scène, simulée ou au contraire dissimulée ?

  • Comment les suspicions tacites de complicité deviennent-elles publiques, donnant parfois lieu à

    une théâtralité de l’accusation de complicité, et quelles en sont conséquences sur les liens

    sociaux ?

  • Est-il des pratiques ou des rites qui permettent de s’absoudre de la complicité ?

    Les accusations de complicités qui touchent les anthropologues, depuis la collusion coloniale jusqu’à l’islamo- gauchisme, ont fait de la complicité comme méthode sur le terrain, avec ses conséquences éthiques et politiques en termes de distanciation et d’engagement, un thème déjà bien familier de la littérature anthropologique (Marcus 1997 ; Probyn-Rapsey 2007 ; Sedgwick 2017 ; Gilbert 2018 ; Trundle 2018). Les contributions pourront aussi aborder la manière dont les ethnologues gèrent la suspicion de complicité qui peut rejaillir sur eux, sur leur terrain et par la suite, dans la vie publique de l’ethnographie, quand leurs enquêtes les amènent dans des situations troubles en termes éthiques ou politiques.

    Outre des articles académiques (8 000 mots), le numéro comptera des portfolios conçus comme de courts essais construits sur un corpus d’images. Des récits courts (4 000 mots) enfin, prenant la forme de vignettes descriptives, rendront compte d’événements documentés dans des archives ou directement observés dans le cadre d’un terrain ethnographique.

    Les propositions de contributions devront être envoyées sous forme d’un résumé (300 mots environ) avant le 15 avril 2021 à la rédaction de la revue Terrain : terrain.redaction@cnrs.fr. Les articles complets sont à remettre pour le 1er septembre 2021.

 

Lectures

ARENDT HANNAH, 2002 (1963).
Eichmann à Jérusalem. Rapport sur la banalité du mal, Paris, Gallimard.
DOUGLAS MARY, 2001 (1967).
De la souillure. Essai sur les notions de pollution et de tabou, Paris, La Découverte.
GILBERT PAUL ROBERT, 2018.
« Class, Complicity, and Capitalist Ambition in Dhaka’s Elite Enclaves », Focaal no 81, p. 43-57.
GOFFMAN ERVING, 1973.
La mise en scène de la vie quotidienne, t. I La présentation de soi, Paris, Éditions de Minuit.
KIESOW RAINER MARIA, 2017.
« ‘Le peuple est mort, vive le peuple !’ Réflexions sur la responsabilité individuelle et collective dans les crimes nazis », L’Homme no 223-224, p. 161-168.
MARCUS GEORGE E., 1997.
« The Uses of Complicity in the Changing Mise-en-Scène of Anthropological Fieldwork », Representations no 59, p. 85-108.
PROBYN-RAPSEY FIONA, 2007.
« Complicity, Critique and Methodology », ARIEL no 38/2-3, p. 65-82.
PUCCIO-DEN DEBORAH, 2017.
« De la responsabilité », L’Homme no 223-224, p. 5-32.
SEDGWICK MITCHELL, 2017.
« Complicit Positioning. Anthropological Knowledge and Problems of ‘Studying Up’ for Ethnographer- Employees of Corporations », Journal of Business Anthropology no 6/1, p. 58-88.
TRUNDLE CATHERINE, 2018.
« Uncomfortable Collaborations. The Ethics of Complicity, Collusion, and Detachment in Ethnographic Fieldwork », Collaborative Anthropologies no 11/1, p. 89-110.
WRIGHT FIONA, 2018.
The Israeli Radical Left. An Ethics of Complicity, Philadelphia, University of Philadelphia Press.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search