Porter le Coran près de soi. Du rapport intime au Livre

Suivant le fil d’une ethnographie marocaine jusqu’au Sénégal, Anouk Cohen décrit avec finesse l’intime dans la relation au Coran.

Anouk Cohen. Ethnologue, chargée CNRS au LESC.

Dès le milieu du XIIe siècle dans la péninsule ibérique, le livre du Coran, comme d’autres livres de piété (par exemple les Dala’il al Khyrât : Abid, 2018), peut être inséré dans des étuis à bandoulière permettant de le transporter quotidiennement ou lors de longs voyages, sans l’abîmer. Seuls les exemplaires de petites dimensions et de format carré sont placés dans des étuis porte-Coran comme celui de la figure 1 issue de la collection du musée du quai Branly – Jacques Chirac.

Fig. 1. Étui porte-Coran confectionné au début du XXe siècle au Maghreb

Mesurant 15,9 x 21 x 4 cm, et pesant 215 g, l’étui porte-Coran présenté ici est fait d’une étoffe brodée de fils d’argent. Il aurait été confectionné au début du XXe siècle au Maghreb à partir d’une pièce unique de cuir de mouton souple brun de nuances plus ou moins foncées, dont la largeur est tenue de chaque côté par un soufflet en cuir. L’extrémité de pièce de cuir constitue un rabat de forme octogonale, richement décorée. Une cordelette permettant le port du manuscrit en bandoulière vient s’accrocher à deux anneaux métalliques fixés de part et d’autre de l’étui. En s’appliquant presque systématiquement aux livres du Coran, le format carré indiquait aux utilisateurs la nature de l’ouvrage. Elle leur permettait sans doute également d’exposer publiquement leur piété, véritable ou non.

Le livre du Coran de petit format permet au lecteur de lire son exemplaire à tout moment et en toute circonstance. Toutefois, la lisibilité du texte n’était pas la vocation première du livre. Celui-ci était plutôt employé en tant qu’objet source de baraka (bénédiction divine) et chargé de vertus thaumaturgiques et prophylactiques. Cette croyance renvoie au caractère particulier du Coran qui ne se revendique pas tant comme une Écriture « sainte » que comme une Écriture « divine » : il est, aux yeux des musulmans, le « Livre de Dieu » (kitâb allâh). « Cette revendication s’exprime, au niveau théologique, par l’affirmation du tanzîl, la « descente », conçue comme mode opératoire de la révélation du livre. Le messager de cette révélation, reçue par l’intermédiaire de l’ange Gabriel, n’en est que le transmetteur passif ; il n’a aucune part active à ce qui serait son élaboration, et à plus forte raison, à l’expression de son contenu » (Prémare 2004 : 27). C’est pourquoi, l’arabe désigne la copie du Coran par le terme mushaf (« volume ») de manière à ne pas confondre la Révélation (qur’ân) avec son support. Convaincus que « Dieu protège sa Parole et il le fait où qu’elle se trouve », certains fidèles achètent le mushaf, en particulier le modèle de petit format, pour être porté près d’eux, rangé dans leur poche, être accroché au rétroviseur de leur voiture ou bien être placé sous leur oreiller. Selon mes interlocuteurs marocains rencontrés dans la ville de Casablanca (entre 2007 et 2020), ce type de livre du Coran est davantage un porte-bonheur, une sorte de talisman.

Fig.2. Étui porte-Coran de couleur rose (Casablanca, 2019, A. Cohen)

Au Maroc, ces modèles sont vendus par centaines sur les étals de marché où ils sont achetés aussi bien par les hommes que par les femmes, de tout âge. Ces dernières disent aimer particulièrement les modèles rangés dans des étuis colorés, à fermeture éclair ou non, qu’elles offrent en cadeau à leurs enfants, parents ou amis à différentes occasions (anniversaires, mariages, déménagements, soutenances de thèses…) afin qu’ils bénéficient de leurs vertus de protection selon des usages divers (fig. 2). Lorsqu’ils ne sont pas portés sur soi, ils sont placés dans la chambre à coucher ; ils sont dès lors censés protéger des mauvais esprits qui, dans la croyance populaire, apparaissent et agissent durant la nuit. Par la présence des livres de Coran, c’est la baraka que les usagers cherchent à activer. C’est pour cette même raison que certains rangent leur petit exemplaire dans la poche de leur chemise, près de leur cœur. De cette manière, dit Larbi, âgé d’une quarantaine d’années, collègue de la librairie où j’ai mené mon terrain en tant qu’employée durant plusieurs semaines à Casablanca en 2007 : « Dieu protège mon cœur qui est malade ». Pour sa part, Amina, une amie d’une trentaine d’années habitant à Rabat place sa copie dans le tiroir de son bureau pour qu’il lui porte chance et « l’aide à gagner plus d’argent ! », dit-elle en riant. Depuis plusieurs mois, Amina espère recevoir une augmentation, mais elle n’y parviendra qu’« avec l’aide de Dieu ».

Dans ces différents cas, le livre du Coran représente un objet intime, avec lequel les usagers entretiennent une relation personnelle prenant le pas sur le texte et l’objet lui-même. À la dimension rituelle et cérémonielle du Coran s’en ajoute une autre, plus affective. Ces usages relèvent d’une personnalisation du texte coranique s’opérant distinctement selon l’âge, le sexe et aussi le niveau économique, social et culturel de son usager (Cohen, 2016).

Fig. 3. Coffret de Coran en bois (Rabat, 2019, A. Cohen)

Ces modèles de Coran petit format sont pour la plupart rangés dans des petits étuis en bois ou à l’intérieur de coffrets élaborés, enrichis d’élégantes ornementations (fig. 3). L’emploi de matériaux comme le parfum, le velours ou encore la silicone souligne les relations dialectiques entre matérialité, esthétique – entendue en tant qu’engagement sensoriel avec le monde – et formation de l’expérience et de la subjectivité religieuses. En effet, qu’est-ce que cela « fait » au fidèle de regarder un bel exemplaire du Coran ? Rapportées à la notion d’« agentivité » développée par Alfred Gell pour étudier la manière dont l’objet d’art apparaît comme un agent qui provoque chez le spectateur une sorte de saisissement que l’auteur nomme captivation, ces manières d’agir sur l’objet mettent au jour les influences (supposées) de l’objet livre-Coran sur la pratique de l’islam. Loin d’être de simples attributs matériels, les propriétés des matériaux – ornementations, dorures, bois, etc. – sont avant tout processuelles et relationnelles dans le rapport des usagers à leur livre du Coran.

À la recherche de l’édition marocaine du Coran réalisée par le roi Mohammed VI en 2010, j’ai effectué plusieurs séjours au Sénégal où il est distribué gratuitement en des centaines de milliers d’exemplaires. La singularité de ce Coran appelé mushaf mohammedi en référence au roi Mohammed VI réside dans ses propriétés matérielles – soit sa méthode de récitation (warsh), son style calligraphique (maghribî) et les compositions végétales autour du texte, notamment les couleurs et les reliures – distinctes de celles de l’édition considérée comme officielle. Réalisée au Caire en 1924, l’édition officielle est en effet largement distribuée par l’Égypte, le Liban, la Syrie et l’Arabie saoudite où se trouvent le plus grand nombre d’imprimeries en caractères arabes. Derrière les distinctions éditoriales en lien avec des traditions religieuses, calligraphiques et artistiques spécifiques, d’autres plus importantes d’ordre politique se profilent entre le Maroc et les pays du Moyen-Orient. L’Arabie saoudite wahabbite est suspectée par la monarchie marocaine de vouloir propager sa relation esthétique au Coran en donnant aux mosquées, aux écoles et aux associations islamiques des milliers de livres du Coran fondés sur une matérialité différente de celle adoptée par le Maroc de rite malékite. C’est pourquoi, le roi a souhaité reprendre la main sur ce marché. Afin de combattre l’influence étrangère, le royaume ne se contente pas de défendre son territoire. Il essaie, lui aussi, d’étendre son autorité religieuse en Afrique de l’Ouest où est aussi pratiqué un islam malékite. Dans ce but, il y distribue gratuitement des milliers d’exemplaires du « Coran marocain ».

Le Sénégal, anciennement lié au Maroc par les réseaux encore vifs de la confrérie soufie Tijjanya (Sambe, 2010), est le pays à en recevoir le plus grand nombre. Depuis un an, je tente de suivre le parcours de ces exemplaires de manière à examiner le sens historique donné au déplacement de l’autorité religieuse marocaine au Sénégal et à examiner les modalités selon lesquelles ce phénomène est associé aux relations politiques, économiques, académiques et migratoires entre les deux pays. Au cours de mes enquêtes sur les marchés dakarois où s’écoulent les livres, j’ai pu observer que le Coran circule également sous d’autres formes et d’autres supports. Des versets de taille miniature sont écrits et rangés dans des étuis en cuir conçus de manière à être « accrochés » sur l’individu (Ebelpoin & Hamès, 2013). Généralement noués autour de la taille, ces modèles sont fabriqués par des marabouts-guérisseurs s’employant à répondre à la demande d’une large clientèle à la recherche de prévention ou de guérison. Formules, incantations, carrés magiques comptent parmi les nombreuses techniques qu’ils utilisent.

Fig.4. Gainage d’un talisman par un cordonnier (Mbebess, Sénégal, 2012, A. Epelboin, SMM CNRS – MNHN)

Le modèle de l’étui y est aussi utilisé pour transporter les recueils de poésie (khassaïdes) écrits en arabe par Cheikh Amadou Bamba (1853-1927), fondateur de la Murîdiyya (confrérie musulmane soufie née au Sénégal au XIXe siècle) et auteur de plus de « sept tonnes » de textes. Appelé makhtoum, cet étui, disponible en différentes tailles, est vendu aux côtés des livres religieux, lutrins, chapelets et tapis de prières dans de nombreux commerces de la ville de Dakar. Il s’enroule autour du cou et tombe sur le bas du ventre de manière, dit un fidèle rencontré en février 2021, à « avoir les écrits du cheikh près de nous, sur nous ». Une fois de plus, le rapport tactile à l’objet protègerait. Pour sa part, Cheikh Amadou Bamba employait le makhtoum pour y ranger les plans de la grande mosquée de Touba, seconde principale ville du Sénégal et siège de la confrérie des mourides fondé en 1888. Déterminé à accomplir les vœux de son père, Cheikh Amadou Bamba, ne s’en séparait jamais de façon à être en mesure de poursuivre les opérations de construction à tout moment et en toute circonstance. Si bien qu’aujourd’hui encore, il est représenté portant son makhtoum sur les peintures murales et les posters agrémentant les commerces et les taxis de Dakar où la population mouride est majoritaire.

Fig.5. Makhtoum vendu dans une boutique (Dakar, 2021, A. Cohen)

Les fidèles s’identifient au Cheikh en lui empruntant, notamment cet artefact. L’usage de l’étui aujourd’hui reconfiguré pour être associé à ces fameux recueils de poésie, jugés protecteurs tout autant que le Coran, met au jour la place prépondérante de cette littérature au Sénégal, et à Dakar en particulier où, durant la crise sanitaire de la Covid-19, ils étaient utilisés comme gestes-barrières.

Fig.6. Le calife mouride avec le Coran et le recueil du Cheikh Amadou Bamba (Sénégal, 2020)

Après l’apparition du premier cas de Covid au Sénégal le 2 mars 2020, les affichages de ce type ont abondamment circulé sur les sites d’information et les réseaux sociaux. Elles visaient à faire connaître aux disciples soufis la première des recommandations de leurs guides religieux (« marabouts »), figures d’autorité jouissant d’une légitimité singulière dans le pays : lire le Coran et les poésies de Cheikh Amadou Bamba pour se protéger du virus. Les guides étaient ainsi pris en photo et la consigne de lecture apparaissait au bas de leur portrait, soutenue par l’image d’un livre ouvert dont les enluminures et le style calligraphique évoquaient immédiatement le Coran. En parallèle, les internautes s’échangeaient les célèbres recueils de poésie et/ou des versets coraniques écrits à la main et photographiés. Une phrase en wolof inscrite au bas de l’image, les invitait à y « jeter un coup d’œil » pour bénéficier de la protection de Allah et/ou Cheikh Amadou Bamba.

Au Maroc où le roi, « Commandeur des croyants », entend être l’intermédiaire privilégié entre les fidèles et le divin, ces pratiques de l’écrit coranique font actuellement l’objet d’une réglementation renforcée, servie notamment par la création d’une édition marocaine du Coran. À l’heure où la libéralisation des biens de salut et le développement des technologies de l’information et de la communication propagent des façons multiples et hétérogènes de créer une relation intime au mushaf, l’établissement d’un Coran royal doit contribuer à produire un « croire » localisé, homogénéisé et susceptible d’être exporté. Cette politique visant à mieux encadrer la relation personnelle et sociale à Dieu parviendra-t-elle à ses fins ? Affaire à suivre dans une étude comparatiste en cours sur les usages concrets du mushaf mohammedi au Maroc et au Sénégal.


Bibliographie

ABID, Hiba. 2018. « Les Dala’il al khyrat d’Al-Jazuli (m. 969/1465) : la tradition manuscrite d’un livre de prières soufi au Maghreb du X/XIIIe au XIII/XIXe siècle », thèse soutenue le 12 mai 2017, sous la direction de François Déroche, à Paris Sciences et Lettres (ComUE).

COHEN, Anouk. 2016. Fabriquer le livre au Maroc, Paris, Karthala, collection « Terres et gens d’islam ».

EBELPOIN Alain, HAMES Constant. 2013. Un art secret. Les écritures talismaniques de l’Afrique de l’Ouest, Paris, IMA.

De PREMARE Alfred-Louis. 2004. Aux origines du Coran. Questions d’hier, approches d’aujourd’hui, Paris, Téraèdre.

SAMBE Bakary. 2010. « Tidjaniya : les usages diplomatiques d’une confrérie soufie », Politique étrangère, n°4, pp.843-854.


Dans le cadre de sa mission de grand département pour les arts d’Afrique, d’Amérique et d’Océanie, le musée du quai Branly – Jacques Chirac soutient la recherche sur les collections extra-européennes des musées de France. La rubrique « Muséo » s’inscrit dans le partenariat noué entre le musée et la revue Terrain, qui conduit à publier, dans la revue papier et sur le blog « Carnets de Terrain », des articles présentant les œuvres de ces collections


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search