L’usage du dessin dans l’enquête de terrain en sciences sociales. État des lieux et perspectives depuis la géographie et l’anthropologie (première partie)

Fabien Roussel (Géographe – Université d’Artois/Discontinuités-Pléiade) et Émilie Guitard (Anthropologue – CNRS/Prodig)

Alors que les méthodologies d’enquête en sciences sociales ne cessent de se renouveler et de se diversifier, Fabien Roussel et Émilie Guitard proposent dans ce billet-ressources en deux parties de faire le point sur la place accordée au dessin par un nombre grandissant de chercheur.e.s, dans leur pratique de terrain et la dissémination de leurs recherches.

Still from North Star Fading by PositiveNegatives and Karrie Fransman – Listening to the Voices of Migration project, https://illustratinganthropology.com/about/

Fig. 1 – Still from North Star Fading by PositiveNegatives and Karrie Fransman – Listening to the Voices of Migration project, https://illustratinganthropology.com/about/

1 – Le dessin, un médium dans l’air du temps académique

L’enquête dessinée rencontre depuis plusieurs années d’importants succès d’éditions, que ce soit dans le cadre de publications récurrentes, comme La revue dessinée, ou de romans graphiques et de bandes dessinées, comme le très drôle Riche, pourquoi pas toi ? issu de la rencontre entre les sociologues Monique et Michel Pinçon-Charlot et la dessinatrice de bande dessinée spécialisée dans la vulgarisation scientifique Marion Montaigne. Dans ce champ en pleine expansion, les publications issues d’enquêtes de terrain en sciences sociales occupent une place non négligeable, à tel point que des collections leur sont désormais dédiées, comme la série ethnoGraphic au Canada, composée d’enquêtes ethnographiques en format graphique, ou la collection Sociorama chez Casterman en France, rassemblant des enquêtes de sociologie adaptées en bandes dessinées. La multiplication exponentielle de ces publications témoigne aussi de l’engouement des chercheur.e.s pour le dessin afin de re-présenter les résultats de leurs recherches de terrain, et de la reconnaissance progressive de ce médium par les institutions scientifiques comme un moyen légitime pour donner accès aux recherches en sciences sociales au plus grand nombre.

C’est dans ce contexte que le laboratoire interdisciplinaire en sciences humaines Pléiade (UR 7338) a organisé en février 2020 une journée d’étude sur l’usage du dessin en sciences humaines et sociales. En revenant sur celle-ci, nous proposons de dresser un état des lieux du recours au dessin dans l’enquête de terrain, notamment en géographie et en anthropologie, que ce soit par le chercheur lui-même ou sous forme de collaboration avec des artistes. Alors que les initiatives en la matière se multiplient sous divers formats et dans différents cadres, le moment nous paraît propice pour amorcer leur mise en relation, que ce soit sous forme de cartographie, de constellation ou de fresque. Par cet état des lieux, qui ne semble pouvoir être exhaustif tant les propositions foisonnent en la matière, nous espérons aussi favoriser les rapprochements entre les, toujours plus, nombreux.ses chercheur.e.s mobilisant le dessin en lien avec leur terrain d’enquête.

Une pratique ancienne de plus en plus plébiscitée

Comme le souligne Olivier Wathelet dans un billet sur le recours au dessin en anthropologie, l’enquête ethnographique repose avant tout sur l’écriture. L’image d’Épinal de l’ethnographe le.la représente carnet dans une main et stylo dans l’autre, appliqué.e à retranscrire les propos de ses interlocuteur.trice.s ou ce qu’il.elle observe directement sur son terrain. La géographie en revanche porte dans son nom même – l’écriture de la terre – une tradition de la retranscription in situ qui laisse davantage de place aux images, particulièrement cartographiques, bien présentes dès les commencements de la discipline portés par Alexander von Humboldt (1769-1859), comme l’analyse Laura Péaud.

Fig. 2 – Philippe Descola, chargé de mission par le CNRS, pour son enquête ethnographique en Amazonie équatorienne, auprès des Achuar en 1976, https://www.franceculture.fr/emissions/les-cours-du-college-de-france/quest-ce-que-comparer-19-le-comparatisme-dans-lethnographie-et-dans-lethnologie 

Mais qu’i.elle.s soient anthropologues, géographes ou encore sociologues, les chercheur.e.s de terrain en sciences sociales expérimentent depuis plusieurs années d’autres médiums d’enquête et de documentation du réel que l’écrit. La photographie (à laquelle la revue Gradhiva consacre un numéro complet) et le  film documentaire (célébré notamment dans le cadre du festival international Jean Rouch) sont désormais reconnus comme des alternatives valables à l’écriture, voire comme des éléments indispensables d’une enquête, complétant la transcription par que l’image sur pellicule apporterait au témoignage du.de la chercheur.e (voir le numéro de la Revue française des méthodes visuelles sur les géographies audiovisuelles par exemple). Le dessin jouit aussi d’une reconnaissance progressive, à la fois comme outil d’enquête et comme instrument de “dissémination” des résultats dans la sphère académique, et au-delà comme outil de médiation scientifique.

Ces médiums alternatifs d’enquête et d’écriture en sciences sociales font ainsi l’objet d’événements scientifiques de plus en plus nombreux et importants. Concernant le dessin plus précisément, l’École Nationale Supérieure d’Architecture Paris La Villette organisait par exemple en mai 2019 le colloque international « Dessin, design, projet. Représenter et reconfigurer les espaces ouverts ». L’association des anciens élèves de l’EHESS a également organisé en février 2020 un événement Dessine-moi les sciences sociales, sur le thème « Bandes dessinées et sciences sociales ». Rassemblé avec d’autres médiums artistiques comme le film, le documentaire sonore ou encore la photographie, le dessin est aussi largement représenté au Salon des écritures alternatives en sciences sociales, dont la première édition a été organisée par le Centre Norbert Elias et sa Fabrique des Écritures Innovantes en janvier 2020 au MUCEM à Marseille. L’enjeu était cette fois de « réunir chercheurs en sciences sociales et professionnels de l’économie créative (production, diffusion, édition) afin d’échanger sur les nouveaux défis autour de ces œuvres qui occupent une place grandissante dans le champ de la recherche ». Dans l’édito du programme de l’événement, les organisateur.trice.s remarquaient aussi que « [les collaborations en écritures alternatives] cherchent à utiliser tout le potentiel sensible de l’image et du son pour mieux observer, décrire, analyser et questionner la vie sociale ». Une seconde édition a pu être organisée en juin de cette année.

Parallèlement à ces événements institutionnels, des collectifs de chercheur.e.s se créent dans de nombreux pays autour du développement d’écritures dites “sensorielles”, documentaires vidéos ou audios, parcours muséaux, romans graphiques ou bandes dessinées. Ce sont par exemple la Fabrique des écritures à Marseille et le Réseau national des écritures alternatives en sciences sociales qui y est associé, ou l’Atelier d’Hybridations Anthropologiques (AHA) à Bruxelles, dont les membres ont « développé, individuellement ou en association avec des artistes de leur propre réseau, des techniques et des supports originaux et créatifs dans leur travail scientifique et pédagogique ». Il faut encore mentionner l’excellent site bibliographique nord-américain Ethnographix, dont les animateur.trice.s entendent « explorer le dessin comme un médium pour la représentation ethnographique, le rôle de la culture dans la définition des pratiques de dessin, les bandes dessinées comme sources de données ethnographiques, et l’étude ethnographique des bandes dessinées et dessins ». Certains de ces collectifs commencent en outre à publier leurs réflexions et leurs expériences associant arts et sciences dans des revues reconnues par la discipline, telle que American Anthropologist qui a consacré en 2019 un numéro entier de sa série en ligne sur les « anthropologies multimodales » à l’ « Ethno/Graphic Storytelling ».

Preuve encore de cet engouement international des chercheur.e.s en sciences sociales pour le dessin, qu’il soit le fruit d’une collaboration avec des artistes ou du chercheur lui-même, le Royal Anthropological Institute of Great-Britain and Ireland (RAI) a lancé en 2020 une exposition en ligne, “Illustrating Anthropology”, rassemblant les représentations graphiques des recherches de soixante anthropologues du monde entier, travaillant avec le dessin comme outil d’enquête et/ou instrument de dissémination de leurs résultats :

On peut enfin mentionner quelques cas individuels plus spécifiques. L’anthropologue Alessandro Pignocchi par exemple s’est lui-même consacré au dessin pour emboîter le pas de Philippe Descola dans ses réflexions sur les rapports au vivant et pour une anthropologie symétrique, d’abord auprès des indien.ne.s achuar en Amazonie puis des militant.e.s de la ZAD de Notre Dame des Landes en France.

Fig. 3 – Alessandro Pignocchi « Petit traité d’écologie sauvage »

Plus récemment encore, l’anthropologue et sociologue Didier Fassin a aussi publié en bande dessinée, en collaboration avec Jake Raynal et Frédéric Debomy, son enquête La force de l’ordre sur les Brigades Anti-Criminalité (BAC) intervenant en banlieue parisienne, selon une démarche de reprise des données d’enquête et de réécriture de leur présentation pour « faire d’une ethnographie classique une enquête ethno-graphique originale ». 

Ces chercheur.e.s en géographie, anthropologie, sociologie, de plus en plus nombreux.ses à publier leurs recherches accompagnées de dessins ou sous forme de romans graphiques ou bandes dessinées, s’accordent tou.te.s sur les mérites de ce format en termes de restitution et de dissémination des résultats de leurs enquêtes. Il permet en effet de dépasser largement le cercle restreint des spécialistes des sciences humaines et sociales pour toucher un public beaucoup plus large, à commencer par leurs propres interlocuteur.trice.s sur le terrain. La mise en dessin de l’enquête pose aussi de nouvelles questions heuristiques au chercheur sur ses matériaux de terrain et les façons de les re-présenter, comme le souligne encore D. Fassin, en l’invitant « à réfléchir sur la manière de raconter sans réduire le propos à une succession d’anecdotes, de montrer les protagonistes du récit en s’abstenant de les caricaturer, d’exposer des faits d’interprétation difficile en évitant d’en simplifier la lecture, de rappeler visuellement et textuellement la présence de l’ethnographe pour éviter l’illusion d’objectivation, et finalement de travailler une autre manière d’exprimer les vérités d’un monde social ».

Toutefois, au-delà de la représentation a posteriori des résultats d’une enquête, le dessin peut aussi servir d’instrument à part entière dans la boîte à outils méthodologique du chercheur sur le terrain.

Le dessin comme une méthodologie d’enquête à part entière

En dépit de la domination incontestable de l’écriture comme instrument de description du réel, dans l’enquête ethnographique notamment, on peut citer quelques précédents notables de recours au dessin sur le terrain : M. Griaule et ses dessins ethnographiques, les croquis d’A. Leroi-Gourhan en anthropologie des techniques, particulièrement pionnière en la matière en lien avec l’archéologie, puis plus récemment le concept d’“anthropographie” proposé par T. Ingold, rapprochant dessin et écriture comme autant de techniques d’enquête consistant à “tracer des lignes”, M. Taussig et les nombreux dessins de ses carnets de terrain, ou encore l’ouvrage d’A. Causey, Drawn to see, proposant d’utiliser le dessin comme une méthode d’observation à part entière.

Du côté des géographes, M. Sivignon et R. Courtot rappellent que, dès la fin du XIXe siècle, l’attention accordée au paysage en fait naturellement un sujet de croquis. Si l’intérêt pour le paysage s’est maintenu, son analyse se fait désormais essentiellement via la photographie. M. Sivignon et R. Courtot ont néanmoins recensé une production dessinée riche au cours de l’histoire de la discipline et toujours vivante de nos jours. Dans cette épaisseur historique, le spectre des fonctions du dessin géographique est large : normative avec les blocs-diagrammes, didactique avec le croquis de paysage aux côtés des étudiants mais aussi relationnelle dans le cadre d’enquêtes de terrain. Dans ce champ, le dessin peut être est un outil pour accéder à la perception des habitants, à leur territorialité, en les faisant dessiner, dans l’esprit des cartes mentales et des cartographies autochtones, comme l’analysent S. Girard, L. Rolland et A. Rivière-Honegger.  Par ailleurs, les cartes restent une manière de valorisation graphique de la recherche géographique, la carte faisant toujours l’objet de réflexions graphiques mais aussi artistiques, comme en atteste l’ouvrage Terra Forma: Manuel de cartographies potentielles d’Alexandra Arènes, Axelle Grégoire et Frédérique Aït-Touati.

Les avantages du dessin sur le terrain sont nombreux, comme le remarque encore O. Wathelet, en ce qu’il permet de :

  • Pallier l’impossibilité d’utiliser un appareil photo ou une caméra dans certains contextes
  • Aider à la remémoration
  • Créer un lien émotionnel très (plus ?) puissant avec la situation observée
  • Prendre de la distance avec certaines préconceptions en réfléchissant à ce que l’on veut représenter (ou pas)
  • Engendrer des situations de collaboration originales avec les informateurs (commentant le dessin en train de se faire par exemple)

D’un point de vue éthique et réflexif, K. Tondeur, dans une excellente synthèse sur le “boom graphique en anthropologie”, remarque que le recours au dessin dans l’enquête rencontre aussi les critiques postmodernes, postcoloniales et féministes en anthropologie notamment, qui insistent sur la position située du chercheur sur le terrain. Le dessin contribue ainsi à lui permettre d’assumer sa subjectivité, voire à revendiquer une sensibilité et des affects jusqu’alors rejetés du côté de la pratique artistique, au profit d’une écriture supposément plus neutre et objective. Dans l’optique encore de rééquilibrer les relations, souvent asymétriques, entre chercheur.e et enquêté.e.s, la dimension dialogique de l’enquête peut aussi être renforcée par la pratique du dessin, comme « vecteur de collaboration ethnographique et support d’une co-construction du savoir » ; que ce soit par les commentaires fait par l’enquêté.e sur le dessin en train de se faire ou par sa participation même à la réalisation de celui-ci, comme dans l’ouvrage Natures du monde : dessins d’enfants, où des ethnoécologues ont fait dessiner des enfants pour avoir accès à leur savoirs écologiques.

Finalement, dans le sillage des réflexions de M. Taussig, K. Tondeur rappelle que le recours au dessin, plus encore même que le film ou la photographie, permet de faire se côtoyer « imaginaire et documentation » : « par ses “imperfections”, [il] permettrait de dépasser la statique réaliste et de recoller au grain du vivant ; de s’approcher, si l’on veut, de l’imperceptible mouvement de la vie ». C’est pourquoi d’ailleurs son recours est privilégié dans l’étude des « rumeurs, mémoires et autres paysages de l’invisible », mais aussi dans tout ce qui relève du sensible, comme les ambiances sonores ou les atmosphères urbaines, dont il est si difficile de rendre compte à l’écrit.

 

Retrouvez ici le deuxième volet de ce billet, « Dessiner ou collaborer avec des artistes : deux modalités de mobilisation du dessin sur le terrain ». 

 

 

 

 

Prévisualiser dans un nouvel onglet


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search