L’usage du dessin dans l’enquête de terrain en sciences sociales. État des lieux et perspectives depuis la géographie et l’anthropologie (deuxième partie)

Fabien Roussel (Géographe – Université d’Artois/Discontinuités-Pléiade) et Émilie Guitard (Anthropologue – CNRS/Prodig)

Dans le second volet de ce billet-ressources, Fabien Roussel et Émilie Guitard poursuivent leur état des lieux sur la place accordée au dessin par un nombre grandissant de chercheur.e.s en sciences sociales, dans leur pratique de terrain et la dissémination de leurs recherches, qu’il s’agisse de dessins personnels ou de collaborations avec des artistes.

2 – Dessiner ou collaborer avec des artistes : deux modalités de mobilisation du dessin sur le terrain

Parmi les expériences de terrain intégrant le dessin, on peut distinguer deux grandes tendances : soit le.la chercheur.e exécute les dessins, soit il.elle collabore avec des artistes. Si les enjeux méthodologiques sont similaires, les dispositifs de même que les contraintes autour du dessin sont différents. Dans les deux cas, se pose notamment la question de la capacité du dessin à produire un discours autonome, avec le risque de se limiter à l’illustration de l’écriture scientifique. Cette question va de pair avec celle de la reconnaissance par les instances scientifiques du dessin comme un instrument d’enquête à part entière, mais aussi comme un mode de présentation valable des résultats de la recherche, au même titre que l’écrit.

Le.la chercheur.e dessinateur.trice

Employé par le.la chercheur.e, le dessin peut donc être mobilisé, aux côtés du commentaire écrit ou verbal, comme une illustration de la scène décrite par exemple. Mais il peut aussi s’intégrer directement à l’appareillage méthodologique déployé sur le terrain pour collecter des données.

Fig. 1 – C. Seignobos « La ruée des agences d’aides et des ONG (1990-2010) », https://www.francetvinfo.fr/monde/afrique/tchad/les-carnets-de-voyage-de-christian-seignobos-autour-du-lac-tchad_3057141.html.

En matière d’enquête de longue durée associée à une pratique intensive du dessin, le bel ouvrage du géographe Christian Seignobos, spécialiste du bassin du lac Tchad, Des mondes oubliés. Carnets d’Afrique (2016) est exemplaire à plus d’un titre. Ses dessins sont réalisés au retour du terrain, d’après les photographies ou les observations collectées. Malgré son objet assez spécifique, cet ouvrage a suscité un fort intérêt chez un public non-spécialiste et rencontré un écho important dans le champ scientifique, comme en témoigne cette recension de l’historien François-Xavier Fauvelle. S’interrogeant sur la valeur documentaire des dessins sortis de carnets de terrain, ce dernier considère que « le dessin de C. Seignobos est un véritable outil analytique, au prix d’une exactitude naturaliste qui l’emporte toujours sur la précision photographique ». En historien, il note aussi que « le dessin, ni plus ni moins que le récit qui lie l’historien à sa source, se nourrit d’une « intertextualité » visuelle qui produit de nouvelles informations ». De fait, les croquis de C. Seignobos sont le témoignage à la fois naturaliste, anthropologique et géographique des régions autour du lac Tchad parcourues pendant plus de trente ans.

Fig. 2 – C. Seignobos « Pêche aux zemi (filets montés sur d’énormes pirogues) en escadre entre Goulfey et Kousseri vers 1950 », https://www.francetvinfo.fr/monde/afrique/tchad/les-carnets-de-voyage-de-christian-seignobos-autour-du-lac-tchad_3057141.html.

Fabien Roussel, géographe et organisateur de la journée d’étude de février 2020 (voir la première partie du billet), a eu recours quant à lui au croquis de paysage pour illustrer son travail de thèse sur l’étude socio-écologique des espaces végétalisés des pourtours de l’agglomération parisienne. Ses dessins réalisés d’après photo, de retour du terrain, n’avaient alors pour objectif que d’agrémenter le document de thèse, de l’aérer par des images autres que les photographies, plus personnelles. Dépassant ensuite la fonction purement illustrative, un article paru dans la revue Echogéo exploitait ces croquis pour mener une analyse paysagère et territoriale des espaces de nature, à rebours des discours écologiques très normés associés à ces espaces. Le croquis sert à révéler alors « la structure du paysage observé et permet d’en comprendre les divers éléments constitutifs et donc de mieux voir les logiques spatiales à l’œuvre derrière la verdure, la couleur verte ayant du reste été ôtée ».

Fig. 3 – Poster présentant des croquis paysagers de la ceinture verte de la Région Île-de-France – F. Roussel (2017)

Dans le registre du paysage, la réalisation du dessin in situ se heurte néanmoins à divers obstacles. Si le dessinateur est dépendant des aléas météorologiques, il l’est plus encore de la temporalité : là où une photo prend quelques secondes, un croquis prend aisément plus d’une vingtaine de minutes. Dans le cadre contraint des séjours de recherche, le manque de temps disponible est fatidique au dessin comme méthode d’observation systématique. L’incorporation de la technique en amont et au cœur de la méthodologie de projet semble donc une condition nécessaire pour en tirer profit. Ceci était au demeurant l’objet d’un atelier de formation au dessin technique et scientifique, organisé jusqu’en 2019 par l’archéologue Michèle Ballinger et l’anthropologue Alice Doublier, cette dernière ayant elle-même recours au dessin pour observer et narrer les enquêtes d’étudiants d’une université d’art de Kyoto sur les émaux cristallins.

Entretien entre Alice Doublier et Annabel Vallard : https://www.canal-u.tv/video/ehess/episode_4_annabel_vallard_s_entretient_avec_alice_doublier.44599

L’approche de Lou Herrmann, urbaniste, donne à voir une autre pratique du dessin en tant que chercheure : comme illustration scientifique d’abord, comme outil de médiation ensuite, enfin comme technique de compte rendu avec le Sketchnote. Comme illustration scientifique, le dessin peut remplir notamment une fonction humoristique, facette trop souvent absente de la recherche, pourtant efficace dans la transmission des idées. La médiation scientifique de son côté met en lumière diverses fonctions pédagogiques du dessin : transmettre des résultats à un public peu connaisseur, notamment scolaire ; concevoir des séquences pédagogiques ; être un appui à des ateliers de recherche participative ; enfin, laisser une trace. Lors de la journée d’étude de février 2020, L. Herrmann évoquait la frustration des personnes enquêtées lors de la restitution des résultats d’une enquête, les méthodes employées n’étant pas toujours bien comprises. Le dessin constitue alors une occasion d’accéder aux coulisses de la recherche. Internet offre du reste un cadre facilement accessible pour diffuser sous cette forme les résultats au plus grand nombre.

Fig. 4 – L. Herrmann (2019) in Anthropocene 2050, https://journals.openedition.org/echogeo/21033.

De cette expérience, L. Herrmann tire plusieurs conclusions sur l’usage du dessin. Il est un instrument de traduction d’une pensée, d’une idée et un outil de synthèse. Il permet aussi de retenir l’attention pour celui qui regarde le dessin mais aussi pour le dessinateur lui-même. La méthode comporte toutefois des risques, comme celui d’une mauvaise interprétation du dessin, son impact étant plus direct et immédiat que le texte. Reste que le dessin formalise des conceptions plus abstraites que celles que l’on exprime à l’écrit. L. Herrmann concluait ainsi son intervention : « dessiner contribue à penser ». Un article récent de la revue Echogéo développe son approche du dessin à l’université.

Collaborer avec des artistes

À côté des chercheurs réalisant eux-mêmes des dessins sur le terrain, de plus en plus nombreux.ses sont celles et ceux à inviter des artistes à collaborer sur leurs objets de recherche, le temps d’une enquête commune.

Pour exemple, la mobilisation du dessin dans le projet Treebadan/Igi’badan. Savoirs locaux et rapports aux arbres “remarquables” de la ville d’Ibadan porté par Émilie Guitard, anthropologue, et présenté dans le cadre de la journée d’étude de février 2020, s’est faite ainsi par le biais d’une collaboration avec des artistes plasticiennes, les Sœurs Chevalme, invitées en 2017 à rejoindre la chercheure sur son terrain, au Nigeria. Le projet donne notamment à voir la confrontation entre les attentes de la recherche et celles des artistes ainsi que les bénéfices que chacun.e peut tirer de l’autre. 

Fig. 5 – Un Ficus thonningii devant une boutique accueillant des vendeuses de nattes et d’huile de palme, Ojé Eleni, Ibadan, dessins d’Elodie et de Delphine Chevalme, octobre 2017.

Les rapports des citadins aux arbres du centre historique d’Ibadan se déclinent en effet sous de nombreuses dimensions, notamment sensibles, qui paraissaient difficiles à capter par la seule description ethnographique : points d’interactions entre des personnes (statiques ou en mouvement) comme lieux de repos et de détente, de commerce, de travail (garages, ateliers d’artisans), stocks de ressources médicinales ou supports rituels (abritant de nombreux autels dédiés aux entités du panthéon yoruba), animés de mouvements (sous l’effet de la pluie ou du vent par exemple), de sons (bruissements du feuillage, chants des oiseaux, appels des vendeurs, éclats des discussions et de la musique, omniprésente dans l’espace public), d’odeurs (parfums des fleurs, des pots d’échappement, des foyers et des préparations qui y cuisent), de jeux de lumière (différents selon le type d’ombrage produit par l’espèce d’arbre notamment) ; tout ceci suscitant au fil du jour, de la nuit et de la succession des saisons diverses atmosphères urbaines, tantôt accueillantes, tantôt inquiétantes, tantôt apaisantes, tantôt stressantes, etc. La collaboration sur le terrain entre l’anthropologue et les artistes est aussi le fruit d’une volonté assumée de s’éloigner du réalisme et d’une certaine perception objective des situations observées. Les dessins et photographies nocturnes réalisées in situ par les Sœurs Chevalme sont ainsi nourris à la fois des sensations et perceptions des artistes elles-mêmes, des observations et amorces d’analyse de la chercheure et des propos des citadins recueillis sur le moment et dans le cadre de l’enquête ethnographique sur un plus long terme.

Fig. 6 – Un vendeur d’huile de moteur sous un grand Albizia zygia, en phase d’une station-service, Lábọ́ Ìsọ̀ Ewé, Ibadan, photographie d’Elodie et Delphine Chevalme, octobre 2017.

En outre, l’intervention des artistes sur le terrain, passant leur journée à dessiner au pied des arbres ou mobilisant les citadins le soir pour poser autour des arbres devant leur objectif pendant qu’elles éclairent la scène à la lampe torche, a largement favorisé l’acceptation et la compréhension du projet sur place. Enfin, cette collaboration a permis à la fois de restituer les résultats de la recherche aux citadins, en leur offrant les dessins des Sœurs Chevalme sous formes de bannières, pour certaines affichées ensuite près des arbres représentés, et de les diffuser au-delà de la sphère académique, par exemple sous la forme d’une exposition itinérante associant dessins et photographies des artistes et extraits de carnets de terrain d’Émilie Guitard (récits, observations, liste libre d’espèces d’arbres mentionnées par les citadins, etc.) 

Fig. 7 – Restitution d’un dessin des Sœurs Chevalme sous forme de bannière, affichée par les riverains près d’un Cordia millenii, Ilé Tuntun, Ibadan, photographie E. Guitard, aout 2019.

Conclusion

Bien que fructueux sur de nombreux plans, le recours au dessin dans l’enquête de terrain en sciences sociales, qu’il soit le fait du chercheur ou le fruit d’une collaboration avec des artistes, continue pourtant de se heurter à de nombreux obstacles. En dépit de l’engouement affiché des institutions de recherche en France pour les formes alternatives d’écriture et de dissémination des résultats des enquêtes de terrain, celles-ci ne mettent pas encore à la disposition des chercheur.e.s les moyens et les dispositifs permettant de financer les collaborations avec des artistes et la production physique du fruit de cette collaboration ou du. de la chercheur.e (qu’il s’agisse d’une exposition, d’un beau livre ou d’un site Internet par exemple).

Surtout, on dénote encore dans la sphère académique une certaine méfiance, voire parfois du mépris, pour les productions artistiques issues d’enquêtes de terrain, de pair souvent avec un manque de reconnaissance de la subjectivité des chercheur.e.s et du caractère inévitablement situé, donc biaisé, de leur savoir. Comme l’a très justement résumé M. Sivignon durant la journée d’étude de février 2020, les dessins restent encore rangés parmi les « copeaux » de la recherche dont le cadre académique ne sait que faire. Il demeure donc encore bien des écueils pour dépasser le simple effet de mode, et reconnaître le dessin comme un outil à part entière de l’enquête de terrain en sciences sociales, aux côtés de la photographie, de la cartographie, de l’entretien ou de la description ethnographique.

 

Retrouver ici le 1er volet de ce billet consacré à la place du dessin dans les enquêtes de terrain en sciences sociales. 



Citer ce billet
blogterrain (2021, 16 juillet). L’usage du dessin dans l’enquête de terrain en sciences sociales. État des lieux et perspectives depuis la géographie et l’anthropologie (deuxième partie). . Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m2o7

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search