L’anthropotopie – Pour envisager nos rapports aux espaces et explorer les effets pluriels de leurs bouleversements

Katiana Le Mentec (Anthropologue –  Chine, Corée, Japon (CNRS/EHESS/Université de Paris))

Dans ce billet, Katiana Le Mentec propose le concept d’ “anthropotopie” pour analyser les rapports humains à l’espace, à ses transformations et aux affects qui le traversent, que ces rapports soient individuels ou collectifs, imaginés ou pratiqués.

Les rapports que les humains entretiennent avec les espaces qu’ils connaissent et/ou qu’ils fréquentent ont été étudiés dans de multiples dimensions et par des angles disciplinaires pluriels. Les mots, notions vernaculaires et concepts scientifiques pour désigner ces espaces et rapports sont innombrables et leur examen permet d’éclairer à chaque fois de manière plus fine notre compréhension des dynamiques à l’œuvre entre humains et espaces. L’approche présentée ici envisage ces processus en centrant l’attention sur la distinction des manières dont un même espace peut être envisagé par des individus et des groupes d’individus, notamment pour saisir dans leur richesse et leur complexité les effets des transformations pouvant l’affecter.

Fig. 1 – Crique de la ria d’Étel (France, 2021). Dans le golfe du Morbihan, les anciens avaient l’habitude de voir le goémon sur les plages. La prolifération des algues vertes nauséabondes et dangereuses affecte dorénavant leur anthropotopie de ces lieux, photographie K. Le Mentec.

Le néologisme “anthropotopie” (composé de racines grecques : anthropo – l’humain et topos – le lieu) constitue dans ce cadre un concept scientifique, un outil d’analyse permettant d’identifier un espace relativement à un individu ou un groupe d’individus qui en a connaissance et avec lequel il entretient un ensemble de rapports spécifiques. Si on englobe les rapports intimes, il pourrait y avoir autant d’anthropotopies d’un espace qu’il y a d’individus ayant – a minima – connaissance de cet espace. Toutefois, et c’est ce qui nous intéresse, l’étude des pratiques, ressentis, représentations, valeurs, imaginaires, etc. attachés à un espace permet d’identifier des anthropotopies partagées entre individus, lesquels n’en sont par ailleurs pas nécessairement conscient – une situation qui peut changer lorsque leur anthropotopie partagée est affectée, et qu’ils se mobilisent collectivement. L’examen des différences (de pratiques, de représentations, etc.) par lesquelles un même espace est envisagé permet alors d’identifier le feuilletage d’anthropotopies (partagées ou non) en présence. La survenue aussi bien que l’annonce à venir d’un événement transformant ou bouleversant cet espace peut amener à rendre saillantes ces anthropotopies tout autant qu’elles peuvent les altérer (dans les pratiques comme dans les représentations).

Les anthropotopies qui peuplent nos vies

Bien que la notion d’anthropotopie serve dans cette approche à explorer les situations d’espaces affectés, elle n’en constitue pas moins une manière englobante d’envisager les rapports que notre espèce – Homo sapiens sapiens – entretient avec ses espaces, tels que de nombreux travaux ont permis de les identifier.

Fig. 2 – Océan Atlantique, depuis Ploemeur (France, 2018). Enfants, notre imaginaire de l’océan pouvait être peuplé par des êtres mystérieux voire dangereux (comme un requin blanc nous guettant lors de nos baignades). Après la réception régulière des informations concernant sa pollution, certains d’entre nous envisagent aujourd’hui l’océan plus volontiers peuplé de déchets et de micro-plastiques, photographie K. Le Mentec.

Nous avons tous dans nos vies une galaxie d’anthropotopies : de notre chambre d’enfance, à nos espaces de travail et d’habitation en passant par nos espaces de transit – ligne de bus /métro – et d’habiter éphémère : gîte de vacances, camping de festival, marché du dimanche… Nos anthropotopies ne sont pas seulement les espaces que nous pratiquons quotidiennement, régulièrement, ponctuellement ou que nous avons fréquentés par le passé et qui ont imprégné notre conscience. Dans notre galaxie d’anthropotopies se trouvent aussi des espaces dont nous avons uniquement connaissance : l’océan pour un sherpa n’ayant jamais quitté l’Himalaya, la Mecque pour un musulman, l’île de Bali ou les Trois Gorges du Yangtze que nous souhaitons visiter un jour, la lune que peu d’entre nous foulerons un jour, ou encore l’exoplanète 16 Cygni Bb pour un féru d’astronomie. Parmi nos anthropotopies se trouvent des espaces de la réalité physique, mais aussi nos espaces imaginés et représentés qui font partie de notre vie. L’espace visité par une shamane lors de ses voyages dans l’invisible constituera pour elle une anthropotopie de la même manière que le sera un territoire exploré voir façonné virtuellement pour une joueuse de WoW ou de Genshin Impact au fil de ses parties en ligne. Certaines de nos anthropotopies sont reliées les unes aux autres et un certain nombre d’entre elles s’emboîtent physiquement comme des poupées russes : planète, continent, pays, contrée ancestrale, ville natale, quartier, immeuble, appartement, chambre, coin bureau, table de travail, tiroir secret. Les monuments (comme la cathédrale Notre Dame de Paris), les lieux (comme une plage bretonne [Fig. 1]), les régions et territoires envisagés avec des frontières mais encore bien d’autres types d’espaces (comme un chemin, une rivière, l’océan [Fig. 2], l’air que l’on sent et respire à Pékin [Fig. 3], ou à Rouen après le 26 septembre 2019) peuvent constituer des anthropotopies. Cette vision particulièrement englobante de la notion d’anthropotopie s’appuie sur la considération que tout espace faisant partie de nos vies et de notre conscience (constituant donc pour nous une/notre anthropotopie) peut être a minima l’objet de représentations, peu importe son échelle et son éloignement.

Fig. 3 – Temple du Ciel pris dans la pollution (Pékin, 2004). Afin de produire de jolis clichés, tout en palliant aux perceptions négatives de l’atmosphère lourdement polluée de l’agglomération Pékinoise, les photographes sont toujours très actifs lors des quelques événements politiques annuels au cours desquels le gouvernement fait arrêter les usines et la circulation afin que le ciel retrouve une teinte bleutée. Ce n’était pas le cas lors de ma première visite de la ville en 2004 qui fut ponctuée par une quinte de toux et des difficultés respiratoires qui ont marqué vivement cette anthropotopie pour moi, photographie K. Le Mentec.

Cartographie de nos anthropotopies

Réaliser le portrait ethnographique d’une personne pourrait ainsi inclure une esquisse de cartographie de ses anthropotopies, incluant donc les rapports qu’elle entretient avec elles. Les plus éloignées seraient celles qui émergent à peine à sa conscience et les plus proches seraient celles auxquelles elle accorde une certaine importance et avec lesquelles elle a tissé les relations et conceptions les plus étendues et complexes : sentiment de légitimité voire de propriété à l’égard d’un espace (pour le marquer et le transformer, par exemple), pratiques prescrites et proscrites (comme les protocoles de franchissement de seuils), transmission de récits étiologiques (de fondation/formation), sentiment d’appartenance, affects y étant attachés (topophilie, topophobie, ambivalence), différenciation des rapports à cet espace selon des temporalités (jour/nuit/dimanche/saison), sentiment de sécurité / risque dans cet espace, ou encore complexité des relations avec les entités physiques et immatérielles (autres humains, animaux, esprits, divinités, virus…) considérés comme présents dans cette anthropotopie.

Avez-vous déjà pensé à cette galaxie d’anthropotopies qui habitent vos vies ?

Pour la cartographier il faut le faire à un instant T, car nos parcours de vie, nos expériences mais aussi les contraintes extérieures la font nécessairement évoluer. Au fil de nos vies, nous prenons conscience et connaissance d’espaces qui viennent prendre place dans cette nébuleuse.

Fig. 4 – Les quatre grands [bureaux du gouvernement] 四大家 de Yunyang (Chine, 2007). Lorsque le chef-lieu de Yunyang fut déplacé 30 km en amont pour éviter l’immersion par le réservoir du barrage des Trois Gorges, le bâtiment hébergeant les principaux bureaux officiels fut le premier à être construit. La cérémonie de fondation de la ville fut associée au rituel d’enterrement d’une stèle propitiatoire dans les fondations de ce bâtiment le 18 février 1992, dans un site géomantique particulièrement propitiatoire dit de « la bouche du dragon Azurée », photographie K. Le Mentec.

Schèmes anthropotopiques formés, transmis et dominants

Bien que les liens que nous tissons avec nos anthropotopies soient uniques et parfois très intimes (nos cachettes secrètes rien qu’à nous), nos manières d’entrer en relation avec elles sont influencées par des façons de pratiquer, de penser, de catégoriser les espaces, qui nous dépassent, des schèmes[1] qui circulent dans nos environnements de vie et nous sont transmis – parfois imposés – par différents biais, et notamment la pratique. Dans certaines régions du monde, cultures, sociétés, communautés et familles, on peut apprendre à systématiquement enlever ses chaussures en entrant dans un logement, à enjamber le cadre en bois de la porte d’entrée d’un temple bouddhiste. On peut apprendre à enterrer une stèle propitiatoire ou à réaliser une cérémonie apaisant la divinité du territoire avant de construire un bâtiment [Fig. 4]. On peut apprendre à avoir une attitude respectueuse – ou à avoir peur – en traversant un cimetière, mais aussi à identifier ce qu’est un « paysage » digne d’être admiré, photographié et reproduit. On peut apprendre à être attentif à l’environnement humain et non humain d’un espace, à écouter, observer plantes et oiseaux. De la même manière qu’on peut apprendre à l’ignorer. On peut apprendre à porter un casque sur un chantier de construction, ou à mettre un masque et s’enduire les mains de gel hydroalcoolique en entrant dans un supermarché bondé. On peut aussi apprendre à porter un bout de tissu rouge de façon à se protéger des âmes affamées en participant à la visite touristique d’une ville ensevelie par un séisme et dont tous les cadavres n’ont pu être excavés, comme à Beichuan [Fig. 5].

Fig. 5 – Beichuan earthquake relics site (Chine, 2015). La ville de Beichuan fut détruite par le tremblement de terre de Wenchuan en 2008. La moitié des habitants périrent. La ville fut conservée en l’état, classée au patrimoine provincial en 2013 puis sécurisée et équipée pour les visites touristiques, photographie K. Le Mentec.

Qu’il s’agisse d’habitats, de lieux saints, de lieux du politique, de sites patrimonialisés, d’espaces détruits, abandonnés, d’espaces de travail, dédiés aux loisirs ou marqués par la mort, des schèmes spécifiques peuvent leur être associés. On pourrait qualifier ces schèmes d’anthropotopiques car ils ne dépendent pas des espaces en eux-mêmes mais des regards qui sont portés sur eux, plusieurs schèmes pouvant être projetés sur un même espace. Ils constituent des configurations, plus ou moins souples, de manières de concevoir (incluant stigmatisation, valorisation, etc.) et de pratiquer certains types de lieux. Des schèmes anthropotopiques peuvent s’imposer au sein de certains groupes d’individus, dominer pour un temps, puis devenir minoritaires au gré d’un événement bouleversant des représentations ou au fil des époques. Ils peuvent se former de manière plus ou moins formelle, concerner des catégories de personnes spécifiques (classe d’âge, genre, groupe racialisé…) ou n’être connus que d’un groupe d’initiés : le coin dit “des amoureux” dans certains collèges et lycées. Lorsqu’une autorité a le pouvoir ou s’estime légitime sur un espace, elle peut tenter d’imposer un schème anthropotopique. Chef d’un domicile ou d’un village, professeure dans sa classe, autorité coutumière ou légale peuvent dicter des règles régissant les relations à un espace et manières de le concevoir –  y compris par sa nomination ou son institutionnalisation. C’est le cas lorsqu’un lieu de culte populaire local millénaire est patrimonialisé par un État communiste [Fig. 6]. Des marges de dissidence et d’innovation face à des schèmes anthropotopiques dominants peuvent se former collectivement autant qu’individuellement.

Repensez à la dernière fois où vous avez fait preuve de transgression mais aussi de courageuse créativité en dérogeant à l’une de ces normes.

Fig. 6 – Temple de Zhang Fei (Yunyang, Chine, 2015). Établi depuis mille ans sur la colline du Phénix volant, le temple dédié à Zhang Fei a été classé au patrimoine national avant d’être intégré au programme de protection des vestiges en amont du barrage des Trois Gorges. Il fut déplacé d’une trentaine de kilomètres en amont en 2003. Les travaux de réaménagement et de reboisement du site ont pris plus de 12 ans sans toutefois réussir à satisfaire de nombreux fidèles convaincus de la perte de « la saveur de l’ancien » et de « l’efficacité géomantique » du site, photographie K. Le Mentec.

Partage d’espace, feuilletage et friction d’anthropotopies

En renversant la perspective, nous pourrions tout autant chercher à esquisser la nébuleuse d’individus et de groupes d’individus engagés dans une relation anthropotopique avec un espace particulier. Les schèmes dont ils sont porteurs et les rapports spécifiques qu’ils entretiennent avec cet espace ne se recouvrent pas nécessairement. Un même espace peut être saisi dans un feuilletage d’anthropotopies. Un lieu qui constitue pour vous un espace de risque ou de relégation – les catacombes [Fig. 7], tel quartier, une prison, un hôpital psychiatrique, ville au pied d’un volcan actif [Fig. 8] – peut constituer pour d’autres un lieu valorisé, sur lequel sont projetés des affects et attachements positifs. Vos non-lieux peuvent être, pour d’autres, des lieux de sociabilité.

Fig. 7 – Salle du château, Catacombes (Paris, 2019). Les catacombes de Paris sont le domaine des cataphiles, qui pratiquent et marquent ce lieu depuis des décennies et y ont développé une culture propre. Ils transmettent l’étiologie de la salle du château en rapportant l’histoire d’un couple d’amoureux ayant façonné de glaise un petit château fort, au centre d’une des petites grottes. En la visitant, nous sommes invités à allumer la bougie qui l’éclaire.

 

Fig. 8 – Ville de Catane, au pied de l’Etna, l’un des volcans les plus actifs du monde (Catane, 2019), photographie K. Le Mentec.

D’innombrables études portant sur des contextes de transformation d’un espace (rénovation urbaine,  construction d’infrastructure, devenir post-destruction, patrimonialisation de sites…) ont identifié des conflits révélant ces manières différentes de penser, de dire et de pratiquer un même espace. Ces frictions d’anthropotopies s’observent également au quotidien, dans des micro-luttes d’imposition de schèmes à autrui : cette chambre peut-elle ou pas être légitimement parsemée de chaussettes sales ? Ce jardin individuel dans un lotissement doit-il ou pas être légitimement constamment tondu à raz [Fig. 9] ?

Fig. 9 – Pelouse non tondu à raz devant une maison bretonne (Ploemeur, 2021). Dans certains lotissements, un nouvel ethos relatif à la tonte des pelouses se déploie et entre en friction avec des pratiques mises en place dans le milieu du 19e siècle. Ces dernières valorisaient la tonte à raz, représentant une maisonnée ordonnée et civilisée et, au-delà, une nature sauvage maîtrisée. De nouveaux résidents préfèrent laisser la place aux plantes mellifères et éviter le gaspillage énergétique en cessant la raze permanente de ces pelouses, ne manquant pas de susciter la condamnation de voisins, photographie K. Le Mentec.

Anthropotopies affectées par un événement transformateur

Fig. 10 – Bâtiment dit “Le France” ayant accueillis temporairement les locaux de l’EHESS et de la FMSH (Paris, 2015). Le bâtiment ayant été celui de la société France Télécom lors de l’affaire dite des suicides (2006-11), la rumeur rapportait que certains d’entre eux eurent lieu depuis les terrasses du dernier étage, donnant sur le patio intérieur, photographie K. Le Mentec.

Nos anthropotopies peuvent être affectées, temporairement ou durablement dans leur dimension matérielle (notre maison en feu, ville iconique inondée, antenne 5G dans un paysage chéri) mais aussi immatérielle (apprendre que la Vierge est apparue dans la grotte de nos jeux d’enfance, que notre centre de recherche est installé dans un ancien lieu de suicides [Fig. 10] puis de torture [Fig. 11] ou qu’une tuerie est survenue dans notre institut de massage ou lieu de culte). Un temple chinois délocalisé et dont la nouvelle géomancie n’est pas considérée comme efficace (灵) sera affecté dans ces deux dimensions [Fig. 6]. Une transformation matérielle et un marquage immatériel d’un espace n’impliquent pas nécessairement les mêmes vécus et ressentis, ainsi il serait plus juste de parler d’anthropotopie affectée que d’espace affecté, lorsque la transformation est ressentie comme produisant un effet pénible ou nocif. La perception de changement d’un espace peut parfois être radicalement différente : la formation du barrage des Trois Gorges [Fig. 12] a constitué, selon les points de vue en Chine et à travers le monde, une catastrophe (culturelle, sociale, environnementale), une œuvre civilisatrice formant un nouveau paysage admirable, une opportunité pour une meilleure circulation fluviale, la disparition d’un paysage iconique…

Fig. 11 –  Salle du séminaire TerA au sous-sol de la Maison des Sciences de l’homme, 54 boulevard Raspail (Paris, 16 octobre 2019). “[…] ici, au long des siècles, il y eut des filles perdues, des condamnés à mort, des offensés et des humiliés, du vivant” Tronel (2011), photographie K. Le Mentec.

La notion d’anthropotopie est un outil qui permet, entre autres, de distinguer les feuilletages de rapports distincts que des individus peuvent entretenir avec un espace, en envisageant l’ensemble des acteurs s’y sentent liés et, le cas échéant, affectés par un événement transformateur. Cette dimension englobante est couplée avec une visée de minutie dans l’établissement du panorama des caractéristiques propres de ces différentes anthropotopies. Au-delà d’un apport possible en anthropologie appliquée (voire engagée), par exemple pour considérer les effets avant un projet spécifique de transformation, ou pour faire reconnaître des acteurs affectés (en relativisant notamment les visions essentialistes portées parfois à dessein sur des espaces lorsqu’un groupe en a la légitimité légale ou est en charge de son aménagement), l’approche par l’anthropotopie permet d’examiner par un prisme renouvelé les processus anthropologiques impliquant les espaces en général, et les transformations d’espaces en particulier.

Fig. 12 – Barrage des Trois Gorges et son réservoir dit « le lac paisible surgit des hautes gorges » 高峡出平湖 (Chine, 2017), photographie K. Le Mentec.

 

Le concept d’anthropotopie a été introduit par Katiana Le Mentec le 16 Octobre 2019 lors de la séance inaugurale du séminaire « Territoires affectés : Explorations anthropologiques et ethnographiques ». Il fut affiné à l’occasion de la communication « Disruption of Anthropotopia. Proposal for a renewed anthropological approach on territorial events and upheavals » à l’Université de Catane (Italie) le 10 Décembre 2019 puis mobilisé en mai 2020 dans le podcast  « Quand la pandémie affecte nos rapports à l’espace ». Ce billet présente l’esquisse d’une réflexion qui sera l’objet d’une recherche d’habilitation à diriger des recherches à partir de janvier 2022. Toutes questions et critiques constructives sont les bienvenues et peuvent être transmises à l’auteure (katianalementec[at]protonmail.com).

[1] La notion de « schème » est mobilisée de manière temporaire et s’entend ici dans son acception de « principe général d’organisation », faisant référence à un « type, principe ou catégorie conçus dans l’abstrait, dont relève quelque chose ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search