Corbeilles tressées ou l’art féminin de la débrouille au Maroc

Suivons le fil tressé des corbeilles marocaines avec l’anthropologue Anna Dessertine qui nous livre un aperçu des transformations socio-économiques de la région de l’Oriental.

Anna Dessertine. Anthropologue, chargée de recherche à l’IRD (PRODIG) affectée à l’Institut National d’Aménagement et d’Urbanisme de Rabat (INAU, Maroc) dans le cadre du Laboratoire Mixte International AMIR (Activité Minière Responsable au Maroc).

Le 18 mars 2021, plusieurs milliers de manifestants ont défilé dans la commune de Figuig dans la région de l’Oriental au Maroc. Ils protestaient contre l’expulsion de plus de trente familles d’agriculteurs dans la palmeraie d’Arja, officiellement située du côté algérien depuis l’accord signé entre le Maroc et l’Algérie sur le tracé de leur frontière commune en 1972. La culture du palmier dattier y étant pluriséculaire, les cultivateurs marocains restaient tolérés dans la zone. Cependant, en novembre 2020, le regain des tensions entre le Front Polisario[1], soutenu par l’Algérie, et les Forces Armées Royales Marocaines à Guerguerat dans la zone du Sahara, à plus de deux mille kilomètres, s’est externalisé sur la frontière terrestre de l’Oriental, entraînant notamment l’expulsion de ces familles de cultivateurs qui ont alors dû replanter des milliers de palmiers du côté marocain pour ne pas perdre leur exploitation. Encore aujourd’hui, les tensions restent vives.

Cette corbeille, tbeq en darija, datant du début du XXe siècle et originaire de la province de Figuig (fig.1), témoigne de l’ancrage historique de cette culture de palmeraies d’oasis. Réalisée à l’aide de fibres de palmiers pigmentés, sa confection est en général assurée par les femmes qui se transmettent, dans le cadre domestique, l’apprentissage des motifs esthétiques symétriques de couleur. Pour rendre les fibres de palmiers malléables, elles sont préalablement trempées dans l’eau, ramollies, puis tressées à l’aide d’une aiguille épaisse. Ce sont ensuite dans ces corbeilles que sont disposés toutes sortes d’aliments, comme des fruits ou du pain.

Fig.1. Corbeille tressée issue de la collection du musée du quai Branly – Jacques Chirac

Dans la même région, un peu plus au nord, dans la province de Jerada, les corbeilles ne sont pas confectionnées avec des fibres de palmiers, mais avec des feuilles d’alfa (Macrochloa tenacissima), plante herbacée des régions arides du bassin méditerranéen (fig.2). Cette plante est indispensable pour l’alimentation des cheptels des tribus de pasteurs-nomades, une autre activité historique dans la région de l’Oriental, en plus de celle de la culture des palmiers dattiers. À la différence des fibres de palmiers pigmentées, les couleurs de ces corbeilles viennent de la laine teinte de mouton, tissée par-dessus l’alfa.

Fig.2. Corbeille de Jerada fabriquée à partir d’alfa et de laine teintée de mouton (2021, A. Dessertine)

Les manières de fabriquer ces corbeilles témoignent donc de mobilisations différenciées de l’environnement proche par les habitants. Ces corbeilles constituent, bien sûr, un révélateur des types de ressources de proximité ; les objets utilitaires devenant une expression matérielle des secteurs locaux d’activité – dans la province de Jerada, l’élevage d’ovins et, plus au sud, dans l’oasis de Figuig, la culture du palmier dattier –, mais elles sont aussi une manifestation matérielle de processus plus larges, et notamment celui de la précarisation socio-économique qui touche particulièrement cette région du Maroc.

Fig. 3. Détails d’une corbeille d’une famille de Jerada (2021, A. Dessertine)

En effet, la région de l’Oriental est l’une des régions les plus pauvres au Maroc, souffrant de son caractère enclavé dans une zone frontière devenue « cul-de-sac » (Vermeren, 2019). En plus de la fermeture de la frontière terrestre en 1994, la plupart des circuits de commerce informel ont été supprimés en 2019 et 2020 par le colmatage des galeries souterraines des anciennes mines de plomb de Zellidja, frontalières aux deux pays et dont l’exploitation industrielle a cessé dans les années 1970. Ces galeries étaient utilisées pour la circulation de biens d’usage ordinaire, tels que des cigarettes ou de l’essence, mais elles étaient aussi le lieu de passage des migrants transnationaux tentant de rejoindre les enclaves espagnoles de Melilla ou Ceuta. Cette économie régionale, aussi informelle soit-elle, participait activement à l’économie domestique de la région et son interruption, sans mise en application de politiques de reconversion efficaces malgré les fonds déployés par l’État marocain[2], a diminué les opportunités économiques pour les populations.

En plus d’être enclavée, cette région avait connu d’importants épisodes de grandes sécheresses dans les années 1970. Un premier projet d’aménagement pastoral avait alors été lancé par le gouvernement marocain dès la fin des années 1980 dans une approche politique par filières de production, pour améliorer la contribution de cette région à la filière des viandes rouges ; les populations de cette région étant principalement des pasteurs nomades, dont les Bni Guil, connus en raison de la qualité réputée de la viande de la race de moutons qu’ils élèvent. Plusieurs travaux sociologiques et anthropologiques ont montré les difficultés liées à l’adaptation des pasteurs nomades dans la région de l’Oriental à des conditions climatiques de plus en plus arides et incertaines, ainsi qu’à une situation sociale plus précaire (Tozy, 2002), notamment due à l’exigence croissante de l’insertion dans l’économie de marché de sédentarisation (Tozy, 2019). L’émergence du transport motorisé, de l’utilisation de citernes d’eau et de la complémentation alimentaire pour le cheptel (achat de céréales pour compléter le pâturage) par les populations pastorales et nomades en témoignent (Rachik, 2000).

Une autre conséquence de ces changements climatiques et sociaux est l’installation par vagues successives de ces populations pastorales en périphérie des villes minières, à l’origine de la construction de quartiers non-réglementaires. L’exploitation minière s’est développée dès les années 1920 dans la ville de Jerada créée ex nihilo pour la mine d’anthracite des Charbonnages du Maroc (ex-Charbonnages Nord-Africains) suivie d’autres mines comme celle de Touissit ou de Zellidja. Au milieu des années 1970 et dans les années 1980, nombre de pasteurs ne pouvant plus rester nomades sont venus « gonfler » la démographie des quartiers périphériques des villes minières, comme à Jerada, où ils n’ont pas pu pour autant bénéficier d’emplois par les Charbonnages du Maroc, en baisse d’activité à ce moment-là.

Fig.4. Vue de la ville de Jerada (2021, A. Dessertine)

D’abord venus avec leur tente, les familles de pasteurs ont commencé à construire des bâtiments de façon informelle dans les années 1990. Certains coupaient du bois dans la montagne pour le revendre, des femmes travaillaient dans les maisons des ingénieurs plus aisés de la compagnie ; d’autres enfin, ont commencé l’exploitation artisanale de charbon, activité qui se poursuit actuellement et que les autorités gouvernementales tentent avec difficulté de structurer et de formaliser. En 2001, les Charbonnages du Maroc arrêtent définitivement une exploitation jugée insuffisamment rentable. La fermeture de cette compagnie laisse alors une ville à l’abandon qui perd un tiers de ses habitants en dix ans (de 60 à 40 000 habitants environ selon les chiffres du Recensement Général de la Population et de l’Habitat de 2004 et 2014). Actuellement, la situation socio-économique des habitants de cette ville et plus généralement de la région, est fortement précarisée.

C’est ici que nous retrouvons nos corbeilles, dans un des quartiers en périphérie de Jerada, le quartier d’Hassi Blal, donnant directement sur des collines alentour. Karima fait partie de ces nombreuses femmes qui continuent à en confectionner, mais les revend désormais une vingtaine de dirhams. Elle a environ 65 ans, vit seule, son mari ne venant la visiter qu’occasionnellement et résidant avec son autre épouse. Elle utilise toujours de l’alfa mais, au lieu de la laine teinte d’autrefois, elle y tresse par-dessus des filaments colorés de sacs en plastique qu’elle achète ou récupère chez un des épiciers du quartier.

Fig.5. Une habitante de Jerada posant avec sa corbeille tressée (2021, A. Dessertine, photo floutée)

Cette nouvelle matérialité interroge : d’un objet domestique, la corbeille est aujourd’hui l’expression de l’émergence récente d’un artisanat de précarité qui daterait des années 2000. La vente de ces objets, de même que celle des morceaux de charbon ramassés dans les rejets des puits informels par des femmes souvent âgées et isolées, ou celle du berkoukch, semoule à gros grains préparée par des femmes du quartier, représente un commerce informel de survie dans une ville où les habitantes sont aussi pour beaucoup des veuves, leurs maris ayant succombé à la silicose, maladie pulmonaire causée par l’exploitation du charbon. Cette pluriactivité du quotidien qui comble le temps et conjure l’ennui selon les propos de certaines, tend en contexte précaire à s’insérer dans ce qu’on pourrait qualifier de « micro-économie spontanée de marché » : on vend des petites choses qui reposent sur des compétences partagées et facilement transmissibles, pour de petites sommes qui sont directement réinvesties dans les dépenses quotidiennes.

Fig.6. Échanges filmés avec Karima (2021, A. Dessertine et I. Telhimt)

Partir de la matérialité d’objets, ici quotidiens et a priori insignifiants tels que les corbeilles, est en fait lourd de sens. L’évolution de celles-ci, d’objets utilitaires vers le petit commerce d’appoint, témoigne de la diversité des valeurs accordés aux objets selon les temporalités et les espaces : de cette corbeille du début du XXe siècle exposée dans la collection du musée du quai Branly – Jacques Chirac aux nouvelles chaque jour confectionnées pour être vendues dans le marché d’une petite ville marocaine près de la frontière algérienne. C’est aussi un témoignage des rapports de genre : comme beaucoup d’activités de petit artisanat non qualifié et associées aux espaces domestiques (on peut également citer la broderie à fils comptés marocaine terz el ghorza par exemple), ce sont les femmes qui sont à la manœuvre et qui assurent ces modalités quotidiennes de la débrouille. Enfin, la matérialité même de ces corbeilles devient évocatrice : l’utilisation de filaments de sacs plastiques plutôt que des fils de laine semble faire écho, par analogie, à la fin du pastoralisme-nomade dans une région où les opportunités socio-économiques semblent se réduire comme peau de chagrin.


Notes

[1] Note de l’éditeur : Le Front Polisario (anciennement Frelisario) est un mouvement politique armé apparu dans les années 1970 en opposition à l’occupation espagnole puis à la présence marocaine.

[2] En particulier dans le cadre du Fonds d’Impulsion Économique et Territorial (FIET) et plus spécifiquement dans celui du plan de développement intégré de Jerada 2018-2020 qui regroupe plusieurs partenaires et totalise 900 millions de dirhams, soit environ 90 millions d’euros.


Bibliographie

Rachik H., 2000, Comment rester nomade, Casablanca, Afrique Orient.

Tozy M., 2019, « Passer d’un mode de vie à un métier. La « grande transformation » chez les éleveurs de l’Oriental (Maroc) », in Benarrosh Y., Le travail mondialisé au Maghreb. Approches interdisciplinaires, Casablanca, La croisée des chemins, pp. 179-197.

Tozy M., 2002, « Des tribus aux coopératives ethno-lignagères », dans M. Mahdi (dir.), Mutations sociales et réorganisations des espaces steppiques, Casablanca, Annajah Al Jadida, pp. 17-38.

Vermeren P., 2019, « Le royaume du Maroc a lié son destin aux migrations », Hérodote, 174(3), pp. 209-224.


Dans le cadre de sa mission de grand département pour les arts d’Afrique, d’Amérique et d’Océanie, le musée du quai Branly – Jacques Chirac soutient la recherche sur les collections extra-européennes des musées de France. La rubrique « Muséo » s’inscrit dans le partenariat noué entre le musée et la revue Terrain, qui conduit à publier, dans la revue papier et sur le blog « Carnets de Terrain », des articles présentant les œuvres de ces collections



Citer ce billet
blogterrain (2021, 29 octobre). Corbeilles tressées ou l’art féminin de la débrouille au Maroc. . Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m2oi

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search