Le terrain en anthropologie – Un éclectisme méthodologique délibéré

Jean-Pierre Olivier de Sardan (Anthropologue, chercheur au LASDEL, professeur associé à l’Université Abdou Moumouni et responsable scientifique du mastère de socio-anthropologie de la santé (Niger).  Il est aussi directeur de recherche émérite au Centre National de la Recherche Scientifique et directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (France)).

Dans ce billet, Jean-Pierre Olivier de Sardan présente la notion de “terrain” en anthropologie, dans son histoire et dans ses enjeux contemporains.

L’enquête dite de « terrain », qui implique une insertion du chercheur dans son site d’enquête, a été en fait inventée deux fois : une première fois au début du 20ème siècle par des ethnologues travaillant sur des sociétés dites « traditionnelles », très différentes de la société occidentale moderne (Boas en ce qui concerne les cultures amérindiennes entre les années 1880 et 1920 ; Malinowski dans les îles Trobriand où il séjourna durant la Première Guerre mondiale) ; et une seconde fois entre les deux guerres mondiales par des travailleurs sociaux et des journalistes américains devenus sociologues et étudiant leur propre société, et donc au cœur de la modernité (l’école de Chicago).

La notion de « terrain » connote ce qu’on appelle parfois aussi « recherche qualitative », « enquête ethnographique » ou « observation participante », ces termes étant à peu près équivalents. Le chercheur va produire lui-même ses données, en s’immergeant au sein des groupes ou des arènes sociales qu’il se donne pour objectif d’étudier, en interagissant personnellement avec leurs acteurs, en partageant ou observant leurs pratiques quotidiennes, en écoutant leurs propos, en conversant avec eux, en apprenant leurs codes et leur langage (usuel ou professionnel), en découvrant leurs logiques, leurs perceptions, leurs routines. Avec le terrain ethnographique, les données produites sont au plus près des situations naturelles, des contextes quotidiens, du vécu et du ressenti des sujets de l’enquête[1].

 

Fig. 1 – Image extraite du film de Pierre Arragon et Jean-Pierre Olivier de Sardan “Saint-Joseph Le crocodile” (1992). URL : https://www.youtube.com/watch?v=5OtAPYfPJtw

 

Ce type d’investigation contraste donc avec les enquêtes habituelles de type quantitatif, basées sur des questionnaires administrés par des enquêteurs salariés, mais aussi avec les enquêtes rapides (quelques entretiens ou quelques « focus group »). Chaque méthode, qualitative ou quantitative, a ses avantages et ses inconvénients. Néanmoins les méthodes qualitatives sont fréquemment victimes de procès en « non-scientificité », ce qui est injuste : le qualitatif se situe, comme le quantitatif mais autrement, dans une quête de rigueur ; et le quantitatif a comme le qualitatif mais autrement, ses limites et ses biais.

Le terrain a parfois été présenté comme une initiation, un rite de passage, une expérience mystique, une aventure ineffable. Au-delà de cette mythologie exoticisante ou narcissique, il s’agit d’abord et avant tout d’une méthodologie spécifique, qui repose sur quelques modes fondamentaux de production des données : une familiarité personnelle avec les contextes de vie et de travail des sujets de l’enquête (acquise par sa présence dans la durée), des entretiens libres ou semi dirigés, parfois répétés, relevant du dialogue plus que de l’interrogatoire ; des observations nombreuses, plus ou moins ouvertes ou focalisées ; l’usage de procédés de recension et la fabrique de données micro-quantitatives ; le recours à des sources écrites ou audio-visuelles ; l’importance des études de cas. C’est la combinaison de ces divers types de données qui caractérise l’enquête de terrain : le terrain suppose un éclectisme méthodologique délibéré.

D’autre part la démarche qualitative est de type inductif.  Il ne s’agit pas de confirmer ou d’infirmer des hypothèses préétablies, mais de suivre des pistes toujours mouvantes. Les interprétations et les théories sont issues du terrain, enracinées dans les contextes étudiés, elles ne suivent pas des modèles explicatifs préfabriqués. Chaque entretien ou chaque observation ne fournit pas seulement des réponses aux questions qui découlent de la problématique initiale, mais aussi ouvre de nouvelles interrogations, fait surgir de nouvelles questions, et modifie cette problématique. Le terrain fait sans cesse émerger de nouvelles pistes ; il suscite en permanence la curiosité ; il est fait d’imprévus et d’improvisations, d’essais et d’erreurs. Il suppose aussi une vigilance méthodologique du chercheur, qui doit identifier et gérer les biais, se méfier de ses propres préférences, trianguler et recouper ses informations, rechercher des contre-exemples ou des cas négatifs, ne pas céder aux sirènes de la surinterprétation, accorder une égalité épistémique aux divers groupes stratégiques qui sont concernés par l’enquête.

L’enquête de terrain est proche des individus, de leurs interactions, de leurs représentations, de leurs pratiques. Elle suppose une certaine empathie avec les sujets de l’enquête, une capacité à comprendre leurs logiques de pensée et d’action, ce que l’ancienne ethnologie coloniale britannique exprimait sous la forme de l’injonction « thinking like a native ». L’enquête de terrain est donc « focalisée sur l’acteur », ou plus exactement sur « l’acteur en contexte », un acteur social indissociable de son environnement, de ses relations (proches ou lointaines), de ses liens sociaux (« faibles » ou « forts »). Elle est aussi attentive à l’agencéité (agency, capacité d’agir) des acteurs (leurs marges de manœuvres), dans le cadre des contraintes qui pèsent sur eux et des ressources dont ils disposent, comme elle s’intéresse aux normes sociales et aux normes « pratiques »[2] qui définissent les options possibles pour les choix stratégiques de chacun.

 

Fig. 2 – Image extraite du film de Jean-Pierre Olivier de Sardan “La bouche déliée” (1970). URL : https://images.cnrs.fr/video/405

 

Toutefois, le terrain a évolué, en particulier, du côté de l’anthropologie (ou de la socio-anthropologie). Il n’est plus seulement l’affaire de chercheurs issus des classes moyennes des sociétés capitalistes développées travaillant dans des sociétés rurales, lointaines, ou dites « exotiques » ou « primitives »  ; les méthodes qualitatives sont employées désormais partout, y compris relativement à des organisations complexes, comme les bureaucraties ou les entreprises, par des chercheurs de tous pays. Il ne concerne plus seulement des groupes restreints relativement homogènes étudiés à partir d’un site privilégié (village, quartier, atelier) mais il porte de plus en plus sur des arènes, parfois formées de sites multiples, où se confrontent des groupes stratégiques variés et hétérogènes : à l’« anthropologie centrée sur un groupe » s’est en effet surajoutée de plus en plus une « anthropologie centrée sur une arène » (un ministère, un service public, une entreprise, un projet de développement, une politique culturelle, etc.). Si les relations avec les acteurs dans leurs contextes naturels et les interactions quotidiennes restent les points d’entrée privilégiés des enquêtes de terrain, les anthropologues travaillent désormais à des échelles variées. Enfin le chercheur isolé sur son terrain n’est plus la figure archétypique de l’anthropologue : de plus en plus de programmes de recherche sont multi-chercheurs et multisites, et le comparatisme inhérent à l’anthropologie, autrefois largement basé sur des recherches documentaires, passe désormais aussi par du travail collectif de terrain.

Les chercheurs africains du LASDEL ont ainsi développé depuis vingt ans des travaux qui incorporent ces différents changements : les enquêtes de terrain portent sur des secteurs de l’État tels que la justice, la santé ou l’éducation, elles s’intéressent aux politiques publiques, à leur mise en œuvre dans des contextes locaux variés,  et à leurs effets inattendus (l’ « épreuve des contextes »), elles sont menées dans des sites multiples, par plusieurs chercheurs, à diverses échelles (par exemple centres de santé, hôpitaux de district, ministère de la santé, ONGs urgentistes). Mais elles relèvent aussi des fondamentaux du terrain : insertion prolongée dans les milieux étudiés, familiarité et proximité avec les routines et les pratiques ordinaires, maîtrise des langues locales et des dialectes professionnels, entretiens libres et observations.

Une autre transformation du terrain réside dans le fait que celui-ci « réagit » de plus en plus à ce que le chercheur dit de lui. Autrefois muet, le terrain devient en quelque sorte capable de parler par lui-même, dans la mesure où les sujets des enquêtes lisent désormais les descriptions et les analyses publiées par les chercheurs. La coupure entre les chercheurs et les « cherchés » s’atténue plus encore quand ces derniers ont une formation supérieure, parfois même en sciences sociales, et sont donc des « para-ethnologues » estimant détenir des compétences et un savoir sur leur propre existence : c’est le cas lorsque les enquêtes portent par exemple sur les couches moyennes et supérieures de la bureaucratie, sur les acteurs culturels ou sur le monde politique. De ce fait, les réactions des acteurs appartenant au terrain investigué par le chercheur deviennent à leur tour des données de terrain, permettant d’enrichir la recherche.

Une dernière modification importante doit être soulignée pour conclure. L’enquête de terrain, emblématique de l’anthropologie (mais aussi pratiquée par la sociologie qualitative), est désormais de plus en plus adoptée par des chercheurs issus d’autres disciplines (science politique, analyse des politiques publiques, santé publique, sciences de l’éducation, etc.).  Si certaines tendances corporatistes nostalgiques de l’ethnologie des anciens temps le déplorent, nous estimons au contraire qu’il s’agit d’un progrès vers une reconnaissance de la place grandissante du terrain au sein des sciences sociales. Nous pensons aussi que cette reconnaissance est un pas nécessaire vers un plus grand recours aux méthodes mixtes (associant méthodes qualitatives et quantitative) qui sont sans doute l’avenir des sciences sociales.

 

Fig. 3 – Remarques sur la notion de “terrain”. Document extrait du fonds “Jean-Pierre Olivier de Sardan” de la plate-forme Nakala. URL : https://nakala.fr/collection/10.34847/nkl.c6e9i4j8

 


[1] Pour une analyse détaillée de la « politique du terrain » et plus généralement de l’enquête qualitative de type socio-anthropologique, cf. Olivier de Sardan, J.P. 2008 La rigueur du qualitatif. Les contraintes empiriques de l’interprétation socio-anthropologique.

[2] Les normes pratiques sont les régulations informelles des comportements non conformes aux normes officielles mais néanmoins convergents.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search