Bizutage et rites de passage…

Les réserves de viande humaine, les membres sectionnés, les têtes grimaçantes, la fosse sanglante dans laquelle nous allions et venions, l’odeur révoltante qui s’en dégageait firent monter en moi une telle répugnance que je pris la fuite, sautai par la fenêtre de la salle d’anatomie et courus jusqu’à la maison où j’arrivai haletant comme si j’avais à mes trousses la mort et son cortège. Je restai pendant 24 heures en proie à cette impression, bien décidé à ne plus jamais entendre parler d’anatomie et à ne plus rien voir qui concernât les dissections ni même la médecine. In Beier, 1992.

La formation de l’interne en médecine est rythmée par différents rites de passage : baptêmes, bizutages, chansons paillardes, mises en scène obscènes qui se déroulent, pour la plupart, en salle de garde. Elle inclut aussi d’assister à des cours de dissection sur des cadavres humains.
Pourquoi ces pratiques ? Quel est leur but ? Sont-elles vraiment indispensables à la formation de médecin ?

Pour en savoir plus :

Cabinet des estampes, BnF


Vous aimerez aussi...