Sucrer les collections. Une rencontre entre collecte ethnographique et industrie sucrière

Explorons avec Julien Bondaz les personnages hauts en couleur et les collectes ethnographiques déconcertantes d’une collection comestible peu connue : les pains de sucre.

Julien Bondaz. Ethnologue, maître de conférences à l’Université Lumière Lyon 2 (Laboratoire d’Anthropologie des Enjeux Contemporains), en délégation au Centre Alexandre Koyré (CNRS UMR 8560).

La présence de nourriture dans les réserves du musée du quai Branly-Jacques Chirac peut sembler incongrue, et plus encore quand il s’agit d’aliments produits en France. Le cas du pain de sucre n° 71.1987.12.17, collecté par Dominique Champault, apparaît comme une énigme presque gourmande, qui risquerait d’édulcorer tout à la fois sa valeur ethnographique et son origine coloniale (Fig.1). Il ne peut être compris que replacé dans une histoire finalement assez longue d’acquisition et d’exposition d’autres pains de sucre, témoignant des relations méconnues qui se sont tissées entre le musée d’ethnographie du Trocadéro, puis le musée de l’Homme et un riche industriel passionné de safari, Jean Lebaudy1. Ce dernier est réputé pour avoir financé et codirigé la cinquième mission de Marcel Griaule. Lors de cette mission organisée du 23 novembre 1938 au 15 mai 1939, de l’Algérie au Tchad, de nombreux objets ethnographiques ont été collectés pour le musée de l’Homme, mais aussi pour le compte de Lebaudy lui-même, qui se constitua une collection privée, aujourd’hui conservée au département d’ethnologie de l’Université de Strasbourg. Dès 1934, Lebaudy figurait parmi les donateurs du musée d’ethnographie du Trocadéro, bientôt transformé, quatre ans plus tard, en Musée de l’Homme. Parmi de nombreux autres objets, il offrait les premiers pains de sucre à rentrer dans les collections du musée. Héritier d’une famille ayant bâti sa fortune dans l’industrie de la betterave sucrière, le futur mécène de Griaule connectait ainsi sa lignée et son entreprise à l’histoire du plus important musée ethnographique de France.

Fig.1. Pain de sucre en Algérie (issu des collections du Musée du quai Branly – Jacques Chirac)

Des safaris aux collectes ethnographiques

À partir de 1928, Lebaudy part presque annuellement au Tchad pour traquer fauves, éléphants et hippopotames, avec sa femme Henriette et sa belle-sœur Solange. Suite au décès d’Emile Bruneau de Laborie, tué par un lion à l’été 1930, Lebaudy lui succède comme conseiller technique pour la chasse auprès du Ministre des colonies. En 1933, en partie pour donner une légitimation scientifique à ses safaris, il finance une première mission sous les auspices du Muséum national d’histoire naturelle, la mission Alger-Cameroun (Fig.2).

Fig.2. Photo d’Henri Lhote (mission Alger-Cameroun, 1933). Lien à suivre

Durant les trois mois que dure son voyage, le couple Lebaudy (rejoint à Douala par le comte Antoine de la Chavesnerie) est accompagné par Henri Lhote, naturaliste de formation mais désormais intéressé par l’ethnologie des populations sahariennes. Celui-ci récolte environ 2000 insectes, des dizaines de spécimens zoologiques, notamment des oiseaux, des poissons et des reptiles, un herbier et un nombre inconnu d’objets ethnographiques. Il prend en outre, comme ses compagnons, de nombreuses photographies. Henriette Lebaudy réalise quant à elle un film qui sera présenté à leur retour sous le titre « Encore l’Afrique ». Le 24 mai 1934, Georges Henri-Rivière, alors sous-directeur du musée d’Ethnographie du Trocadéro, assiste à une projection privée, dans l’hôtel particulier des Lebaudy, à deux pas de l’Arc de Triomphe. Cette sortie mondaine n’est sans doute pas désintéressée : Lebaudy est l’un des membres du comité d’honneur de l’exposition du Sahara, qui a été inaugurée quelques jours plus tôt. Organisée du 15 mai au 28 octobre 1934, cette grande exposition internationale présentait à la fois des collections préhistoriques, géologiques, zoologiques et ethnographiques, mais aussi des vitrines dédiées à l’histoire de la conquête saharienne, aux transports ou encore aux enjeux économiques, s’inscrivant ainsi dans une perspective de propagande coloniale et touristique. Lebaudy et sa femme avaient accepté de donner une trentaine de « bijoux sahariens » acquis lors de leur mission, pour la plupart à Agades, au Niger. Lhote prête également de nombreux objets. Suite au don des Lebaudy, Rivière en sollicite un second, plus curieux :

« Nous désirerions beaucoup exposer, dans la section ethnographique de l’exposition du Sahara, des modèles de pains de sucre destinés aux populations africaines et que nous exposerions avec le matériel saharien approprié : marteaux à concasser, etc. Nous vous serions extrêmement reconnaissants si vous vouliez bien nous aider à réaliser ce projet. »

Le sous-directeur du musée, Rivière, s’adresse à Lebaudy en tant qu’industriel spécialisé dans le raffinage du sucre, exportateur à destination des colonies d’Afrique du Nord, et non plus comme amateur de bijoux touareg ou financeur de collectes naturalistes et ethnographiques. Le 29 mars, deux jours après cette demande, Lebaudy expédie « quelques pains de sucre tels que nous les livrons au Sahara » au musée du Trocadéro (Fig.3). L’un ou plusieurs d’entre eux sont exposés aux côtés de quatre marteaux et pinces à sucre (utilisés pour concasser les pains de sucre) qui avaient été collectés par des officiers coloniaux, invités à rassembler des objets spécialement pour l’exposition (Fig.4). Les pains de sucre cependant ne respectaient pas la consigne, diffusée par le musée, de recueillir des « objets de caractère purement indigène ».

Cette acquisition sucrée, destinée à enrichir l’une des vitrines de la section ethnographique de l’exposition du Sahara, rompt avec l’ordinaire des collectes : les pains de sucre sortent directement des raffineries de Lebaudy, à la Villette, et n’ont donc pas été collectés lors de sa traversée du Sahara. Ils sont cependant destinés au marché algérien.

Fig.3. (à gauche) Marteaux et pinces à sucre touareg présentés dans l’exposition du Sahara (1934)
Fig. 4. (à droite) Marteau à sucre fabriqué par un forgeron de Tahoua (Niger)

L’Empire du sucre

Fig.5. Caricature de Jacques Lebaudy, «Empereur du Sahara» (carte postale de 1903, collection privée de Julien Bondaz)

Le sucre constitue en effet un élément central de l’économie saharienne. Si la canne à sucre était cultivée dès le Xème siècle en Afrique du Nord (le sucre produit à l’époque était connu dans les cours européennes sous le nom de « sucre de Barbarie »), la colonisation du Sahara et la diffusion du thé vert ont favorisé l’importation, dans les colonies nord africaines, de pains de sucre raffinés et moulés en France à partir de « sucres coloniaux » (sucre de canne importé des colonies) ou de « sucres indigènes » (sucre de betterave produit dans le Nord de la France, et plus précisément à Roye, dans la Somme, pour ce qui concerne la sucrerie Lebaudy). Ces pains de sucre étaient principalement expédiés depuis les ports de Bordeaux vers le Sénégal et de Marseille vers Alger. Le sucre britannique était pour sa part diffusé dans le sud du Sahara à partir de la ville de Kano, au Nigeria. Indispensable pour la préparation du thé, le sucre constituait un aliment de luxe en même temps qu’un bien de prestige pour les populations sahariennes : les pains de sucre étaient donnés, précieusement conservés et parfois exhibés comme des richesses, notamment lors des cérémonies de mariage. Responsables politiques, militaires, colons et voyageurs les offraient pour établir des relations avec les notables locaux – la politique de « pénétration pacifique » de l’Espagne au Maroc et au Sahara occidental fut d’ailleurs surnommée « politique du pain de sucre » (Martinez Milan 2014). Les raffineries Lebaudy comptaient parmi les principales sociétés productrices de pains de sucre destinés au marché saharien. Mais la demande de Rivière n’est sans doute pas apparue à Lebaudy seulement comme une occasion de servir la science ou une opportunité publicitaire. Elle lui évoquait inévitablement une figure célèbre de sa proche famille.

            Jacques Lebaudy, le cousin de son père, avait en effet défrayé la chronique au début du XXème siècle en se lançant dans une aventure qui le fit passer tout à la fois pour un riche excentrique, un homme d’affaire ambitieux et un fou véritable (Fig.5). En mars 1903, il débarqua sur la côte marocaine pour se créer un empire saharien et fonder sa capitale, Troja, dont il ambitionnait de faire le principal port de commerce pour tout le Sahara (on lui prêta également l’intention de créer d’autres villes, dont Lebaudyville et Sucreville !). Les frasques coloniales de celui qui se faisait appeler Jacques 1er furent moquées par de nombreux caricaturistes, qui le représentèrent généralement porteur d’une couronne constituée d’un pain de sucre ou en utilisant plusieurs pour marquer les fondations de son empire et l’entrée de sa capitale. Ainsi, une trentaine d’années avant que le fils de son cousin n’offre au Trocadéro plusieurs pains de sucre pour l’exposition du Sahara, un éphémère empereur avait déjà rendu populaire l’ambition marchande et coloniale de la famille Lebaudy. La présence d’un pain de sucre Lebaudy dans l’une des vitrines de l’exposition pouvait fonctionner comme le discret rappel d’une épopée sucrière et mégalomane. À l’occasion de sa mission de 1933, Lebaudy était d’ailleurs présenté par un journaliste, à tort, comme « le fils de celui qu’on appela “l’Empereur du Sahara” ».

Collections comestibles

Les pains de sucre furent cependant plus que de temporaires objets d’exposition. Le 30 mai 1938, d’autres ont intégré les collections ethnographiques du tout nouveau musée de l’Homme. La société nouvelle de raffinerie Lebaudy-Sommier adresse à Thérèse Rivière, la responsable des collections d’Afrique blanche et du Levant, trois paires de pains de sucre, de sept kilos, de deux kilos et de 1,1 kilo. Grâce à ce don, effectué au nom de Jean Lebaudy, deux pains de sucre sont exposés dans la vitrine « Rapports des nomades et des sédentaires du Sahara » de l’exposition permanente, les quatre autres étant placés en réserve en attendant d’être présentés dans le cadre de l’exposition temporaire « Le Sahara Maure ». La guerre, éclatant, empêche cependant son organisation. Pire, elle conduit à la destruction de ces objets de collection peu ordinaires. En novembre 1945, la responsable de la collection fait de nouveau appel à la générosité de Lebaudy, précisant les raisons de cette disparition :

« Il y a eu la guerre… […] ces pains de sucre ont été consommés par les travailleurs [du département] de l’Afrique blanche et du Levant. Dès que je l’ai appris, j’étais en congé, vous nous avez donné l’absolution que je vous ai demandée. Aujourd’hui, alors que je reprends les rênes de l’Afrique blanche et Levant, je n’hésite pas à vous demander s’il vous est possible de renouveler votre don. Un seul pain de sucre serait utile pour remettre en état la vitrine : Rapports des nomades et des sédentaires. J’espère qu’il vous est à nouveau possible d’en fabriquer avec l’emballage en papier et l’étiquette en arabe. C’est la seule chose que j’ai pu sauver. »

Dans le sombre contexte de l’Occupation, le statut muséal des pains de sucre Lebaudy n’avait pas survécu aux restrictions : les réserves du musée de l’Homme avaient aussi été alimentaires. Seule l’étiquette signalée par la responsable des collections subsiste aujourd’hui, changée en archive, trace ultime d’un objet de collection consommé par ceux qui en avaient la charge (Fig.6).

Fig. 6. Étiquette du pain de sucre Lebaudy consommé pendant la seconde guerre mondiale (archives du Musée du quai Branly-Jacques Chirac)

Une fois encore, la dernière semble-t-il, la société Lebaudy-Sommier livre des pains de sucre au musée de l’Homme. C’est sans doute l’un d’entre eux qui est exposé, brisé, dans la vitrine « Alimentation » de l’exposition temporaire « La vie au Sahara » en 1960, avec un marteau, une cisaille à sucre et tout le nécessaire pour la préparation du thé (Fig.7).

Fig.7. Vitrine Alimentation de l’exposition « La vie au Sahara » au musée de l’Homme (1960)

Cette exposition est la première à être conçue par l’ethnologue Dominique Champault, qui vient alors d’être nommée responsable des collections d’Afrique Blanche et du Levant. Quelques années plus tard, dans la monographie de l’oasis de Tabelbala tirée de sa thèse, elle insistait d’ailleurs sur l’importance du sucre dans la vie quotidienne de l’oasis, dressant l’inventaire du matériel permettant de le réduire en poudre, estimant la consommation mensuelle des familles pauvres ou aisées, indiquant son prix, résumant enfin : « Le pain de sucre est un idéal vers lequel tendent tous les Sahariens » (Champault 1969 : 266). On comprend pourquoi, parmi les huit centaines d’objets qu’elle a collectés pour le musée de l’Homme figure un pain de sucre. Par une ironie du sort, celui-ci a d’ailleurs été produit par une société bordelaise, concurrente de celle de Lebaudy. Un autre pain de sucre, brisé, dépourvu d’informations et d’étiquette, hérité du musée de l’Homme, est également conservé (Fig.8). C’est peut-être celui de l’exposition de 1960, le dernier avatar de ceux qui furent offerts par le riche industriel et mécène de Griaule.

Fig.8. Pain de sucre d’origine inconnue

Comme l’ont bien montré l’anthropologue Sidney Mintz (1985) et l’historien James Walvin (2020), l’histoire du sucre est étroitement imbriquée dans celle de l’esclavage et du colonialisme. Les pains de sucre de Lebaudy, longtemps exposés au musée d’ethnographie du Trocadéro puis au musée de l’Homme, consommés lors de la Seconde guerre mondiale ou oubliés dans les réserves, ont constitué un point de rencontre entre cette histoire mondiale, traversée de tragédies humaines, de crimes coloniaux et de désastres écologiques ou sanitaires, et celle des collectes ethnographiques.


Bibliographie

Champault, Dominique, Une oasis du Sahara nord-occidental, Tabelbala, Paris, Centre National de la Recherche Scientifique, 1969.

Mintz, Sidney W., Sweetness and power. The place of sugar in Modern History, New York, Penguin, 1985.

Martínez-Milán, Jesús, « “La politique du pain de sucre” ou la spécificité de l’occupation et de la pacification espagnole au sud du Maroc et au Sahara occidental (1885-1939) », in Samia el Mechat (dir.), Coloniser, pacifier, administrer. XIXe-XXIe siècles, Paris, CNRS Editions, 2014 : 279-292.

Walvin, James, Histoire du sucre, histoire du monde, Paris, La Découverte, 2020.

Weiss, Gaëlle, « De la mission Niger-Lac Iro (1938-1939) à l’université de Strasbourg. La collection Lebaudy-Griaule entre connaissance, goût et pédagogie », dans Histoire d’objets extra-européens : collecte, appropriation, médiation [en ligne]. Villeneuve d’Ascq, Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 2021.


Dans le cadre de sa mission de grand département pour les arts d’Afrique, d’Amérique et d’Océanie, le musée du quai Branly – Jacques Chirac soutient la recherche sur les collections extra-européennes des musées de France. La rubrique « Muséo » s’inscrit dans le partenariat noué entre le musée et la revue Terrain, qui conduit à publier, dans la revue papier et sur le blog « Carnets de Terrain », des articles présentant les œuvres de ces collections




Citer ce billet
blogterrain (2022, 3 juillet). Sucrer les collections. Une rencontre entre collecte ethnographique et industrie sucrière. . Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m2oq

  1. Cette histoire a pu être retracée grâce à des archives consultées au musée du quai Branly-Jacques Chirac et au Muséum national d’histoire naturelle. La Bibliothèque centrale de ce dernier conserve notamment le dossier Lebaudy, 2 AM 1K57e, dans lequel figurent les correspondances citées ici. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search