Dans la maison d’un devin sénoufo (Côte d’Ivoire)

En partant de statuettes en bois à première vue génériques, Camille Van Deputte montre en quoi les objets de pratiques divinatoires sénoufo témoignent en réalité des trajectoires éminemment individuelles des devins et des devineresses.

Camille Van Deputte. Ethnologue, doctorante à l’Université Paris Nanterre (Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative)

Fig.1. Statuettes anthropomorphes féminine (à gauche) et masculine (à droite) en bois figurant des génies

Ces deux statuettes anthropomorphes féminine et masculine sont représentatives de la statuaire de petite taille en bois, peinte ou non, centrale dans les pratiques divinatoires sénoufo de la région de Korhogo, au nord de la Côte d’Ivoire. Présentes dans la majorité des « maisons de divination », fonctionnant toujours en couple (féminin, masculin), elles matérialisent les tugubele, génies, auxiliaires de la parole des devin.eresse.s1. Les statuettes, avec quantité d’autres objets, sont acquises au moment de l’installation dans l’activité divinatoire et au fil de la pratique, suivant les exigences des génies ou encore d’événements de la vie personnelle et familiale. Ainsi, l’espace intérieur de la « maison de divination » est pour certains saturé d’objets, alors que pour d’autres, il surprend plutôt par son dénuement, se limitant aux objets communs de la pratique divinatoire de la région de Korhogo : couple de tugubele, set d’artefacts servant aux lancers, calebasse-hochet et petit panier tressé (dit « panier aux jumeaux »).

En suivant le chemin de ces différents objets, j’ambitionne de montrer comment la pratique de la divination, représentée majoritairement par des statuettes a priori génériques, est en réalité façonnée par des objets éminemment personnalisés. En effet, les objets des « maisons de divination » reflètent aussi bien les représentations partagées dans la société que les trajectoires individuelles des devin.eresse.s et leur relation personnelle avec les entités auxiliaires à la divination. Ainsi, le corpus d’objets évolue au fil de la vie des devin.eresse.s.

Techniques divinatoires

La divination dans la région de Korhogo a été essentiellement décrite à travers le prisme de l’institution du sandogi. Il s’agit d’une société initiatique élective, presque exclusivement féminine, qui s’occupe des relations avec les ancêtres et garanti la perpétuation du matrilignage. Une femme est choisie soit par un génie, soit par une ancêtre dont la place dans la société initiatique n’a pas été pourvue depuis sa mort. Cette ancêtre a elle-même été choisie initialement par un génie, pour entrer dans le sandogi. Certaines initiées doivent pratiquer la divination, activité prescrite par leur entité électrice (Glaze, 1981 ; Sindzingre, 1981 ; Lemaire, 2009). Ces devineresses reçoivent habituellement les consultants dans de petites maisons rondes, situées généralement au sein de la cour d’habitation. Leur espace exigu permet d’accueillir tout au plus deux ou trois personnes assises.

Fig.2. Artefacts divinatoires pour lancers (cauris et pièces métalliques) (cliché de Camille Van Deputte, 2016)

Ces devineresses recourent alternativement à deux techniques divinatoires : des lancers d’artefacts et des frappements de main. Les lancers d’artefacts consistent à jeter sur le sol un set d’objets constitué, soit uniquement de cauris (coquillages ovoïdes), soit d’une série d’objets-signes fabriqués ou récupérés, par exemple : une représentation miniature d’une houe, un bouchon de stylo, un morceau de charbon, un fragment de phare de moto, une rondelle en plastique, des os. Certaines devineresses observent uniquement leur disposition sur le sol. D’autres entreprennent de les classer en petits tas ou suivant des formes géométriques.

Lors des frappements de main, les mains droites de la devineresse et du consultant sont jointes. La devineresse pose une question ou soumet un énoncé à vérification aux génies. Dans le cas d’une réponse positive, les deux mains viennent frapper l’intérieur de sa cuisse, dans le cas d’une réponse négative, elles l’évitent. Au cours de la séance, la devineresse parvient ainsi, avec le concours de ses génies, à déterminer la nature du problème de son consultant (santé, famille, argent), la cause de ce problème et la manière dont il peut être résolu, par exemple, par un sacrifice animal, végétal ou encore monétaire. Des hommes et des femmes de tous âges ont recours à l’interprétation divinatoire pour éclairer un problème personnel ou de leur entourage. Bien que la pratique des lancers d’artefacts et des frappements de main soit largement partagée, d’autres techniques divinatoires peuvent être observées, à l’instar de l’utilisation de sable sur lequel des motifs sont dessinés avec le doigt ou un bâton. Le chapelet peut également être un outil de divination : un devin de ma connaissance observe ses mouvements, s’il tourne la réponse des génies est positive, s’il se balance la réponse est négative2.

Profils des devin.eresse.s

Ces devin.eresse.s ont la caractéristique commune d’entretenir une relation interpersonnelle, voire intime, avec une ou plusieurs entités dont il a fallu accepter d’être l’intermédiaire, ou comme il est dit en sénoufo d’ « asseoir le travail ». Tous et toutes sont des « personnes qui consultent », c’est-à-dire qui pratiquent la divination. Cependant, des compétences thérapeutiques sont parfois combinées avec l’interprétation divinatoire. Les devin.eresse.s utilisent dès lors diverses appellations pour se positionner en fonction de leurs domaines de compétences et de leur affiliation éventuelle à des sociétés initiatiques : « initié.e au sandogi » (sandowi), « celui qui consulte », « tapeurs de racines » (guérisseur), « propriétaire de remèdes de feuilles », « propriétaire d’une “chose pour laquelle on sacrifie” » (yasungofolo), « société initiatique des chasseurs » (dozo).

Le positionnement des devin.eresse.s dépend, de surcroît, de leur genre. Ce dernier est en effet un facteur important lorsqu’il s’agit de comprendre comment la pratique divinatoire est construite et vécue. Par exemple, une femme est toujours sandowi et se limite à l’interprétation divinatoire ; là où un homme, plus couramment, délivre des plantes à ses consultants tout en pratiquant la divination et sera éventuellement dozo. Il existe toutefois des devin.eresse.s dont les compétences et les affiliations dépassent celles généralement attribuées à leur genre. Cela ne se fait pas à n’importe quel prix, comme me l’a confiée une devineresse qui, en plus d’être sandowi fournissait des remèdes. Bien que réputée, elle rencontrait des difficultés dans son activité et était confrontée à des dissuasions, médisances et rumeurs, au point que son frère l’a encouragée à abandonner le versant thérapeutique de son activité et à se limiter à la divination, ce qu’elle a refusé. De même, il existe des hommes, tel Dourignatchan, qui sont exceptionnellement initiés au sandogi.

L’histoire de Dourignatchan

Revenons au corpus d’objets que les devin.eress.es acquièrent au cours de leur vie à partir d’un cas ethnographique, celui de Dourignatchan, un devin âgé d’une quarantaine d’années que j’ai rencontré la première fois lors d’un terrain en 2016. Sa « maison de divination » est remplie d’objets matérialisant ses relations avec diverses entités auxiliaires, ses liens familiaux passés et présents et ses affiliations à des sociétés initiatiques. Elle est faite à l’image du parcours de vie propre au devin. Ces objets renvoient à différentes facettes de son identité, et par conséquent, occupent une place spécifique dans son récit de vie et dans sa pratique quotidienne de la divination3.

Comme l’illustre bien l’histoire de Dourignatchan, bon nombre d’objets sont liés à des événements, ordinaires ou extraordinaires, du passé du devin. Dourignatchan a arrêté l’école très tôt. Régulièrement, il voyait un python parcourir le tableau noir. Le motif du serpent est ainsi omniprésent dans sa maison, à travers une sculpture en bois le représentant enroulé sur lui-même, mais aussi avec un serpent en plastique et un autre sculpté en bas-relief sur le sol, ou encore sous la forme d’une figure de l’animal peinte sur l’enclos extérieur où le devin effectue des sacrifices. Dans son enfance, alors qu’il accompagne un jour sa mère au marché, il « trouve », selon ses termes, deux statuettes anthropomorphes de couleur rouge, un couple de tugubele. Aujourd’hui, elles sont adossées l’une l’autre sur un miroir et lui font face lors de ses consultations. Elles font partie des objets qui « parlent », selon ses dires (voir détails sur la figure 3). Au marché, Dourignatchan a ainsi fait l’expérience d’une rencontre aussi bien avec ces deux objets qu’avec les génies. La relation aux génies et aux statuettes semble se confondre dans son récit.

Fig.3. Les objets « qui parlent » de Dourignatchan et ses poudres utilisées pour la préparation de remèdes (cliché de Camille Van Deputte, 2016)

Le devin m’a également relaté un autre épisode de son enfance, assez énigmatique, au cours duquel il serait resté immergé, comme mort, dans un marigot familial pendant plusieurs semaines. Il finit par en ressortir vivant avec, sur ses hanches, une ceinture ornée de cauris, aujourd’hui accrochée à un canari (une poterie) suspendu au plafond de sa « maison de divination ». Plus tard, à l’âge adulte, au cours d’un voyage à Abidjan, à la croisée de la lagune et de la mer, il a fait la rencontre d’une femme à la peau claire, aux cheveux longs et dotée d’une queue de poisson (en bas à droite de la figure 4). Sa description rappelle la figure de Mami Wata, une divinité aquatique très répandue en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale. Suite à cette rencontre, le devin a fait sculpter une représentation de cette femme qui se trouve en évidence dans sa « maison de divination ». Chaque année à la fin du mois de décembre, avant l’entrée dans la nouvelle année, il retourne à Abidjan pour procéder à des sacrifices. À travers cet enchaînement d’épisodes marquant sa vie, le devin rend compte de son élection, de sa légitimité à pratiquer la divination et de ses relations avec diverses entités auxiliaires : le python, Mami Wata et les tugubele (« génies ») matérialisés par le couple de statuettes rouges.

Dourignatchan possède d’autres objets dans sa « maison de divination » qui témoignent, quant à eux, de ses relations familiales. Quatre sculptures représentent ses ascendants (voir figure 4). Deux sont de grande taille, peintes et vernies. La première représente une femme, seins nus, qui porte un jumeau dans chaque bras. Elle est vêtue d’une culotte de couleur blanche au-dessus de laquelle on devine un motif de ceinture de cauris au niveau des hanches et un motif de scarification au niveau du nombril. Un serpent en caoutchouc est enroulé autour de son cou. Il s’agit de sa grand-mère paternelle qui pratiquait la divination (en haut à gauche de la figure 4). Le serpent, le tissu de couleur blanche et la ceinture de cauris sont autant d’éléments révélateurs de son statut de sandowi. Dourignatchan explique qu’elle veille sur les femmes enceintes. La deuxième sculpture, désignée comme son « oncle », est un homme au visage scarifié, coiffé d’un chapeau pointu, une flèche à la pointe rouge à la main et une amulette suspendue à son cou, deux éléments servant à se protéger des « gens de la nuit », une expression pour évoquer les sorciers. Il représente un chasseur (dozo) qui accompagne Dourignatchan lorsqu’il va en brousse chercher des remèdes. Les deux autres sculptures sont de petite taille et en bois brut, posées aux pieds des deux premières (en bas à gauche de la figure 4). L’une représente un vieil homme courbé. Il s’agit de son grand-père paternel qui était réputé pour ses remèdes à base de plantes, faisant de lui un « propriétaire de remèdes de feuilles » et peut-être même un « tapeur de racines ». L’autre statuette est un cavalier figurant son père. Dourignatchan précise que toutes ces sculptures « ne parlent pas », c’est-à-dire qu’elles ne l’aident pas à déterminer les problèmes des consultants. Par la matérialisation de ses liens familiaux4, ce sont les deux facettes de son activité qui sont rendues apparentes : la divination et les compétences thérapeutiques.

Fig.4. Quatre sculptures de la « maison de divination » de Dourignatchan (cliché de Camille Van Deputte, 2016)

Enfin, une autre série d’objets traduit son appartenance à des sociétés initiatiques : tout d’abord au sandogi. Bien qu’il soit un homme, il a été initié. Sous sa chemise, au niveau de ses hanches, il porte une cordelette rappelant celle nouée par les futur.e.s initié.e.s au sandogi. Le « panier aux jumeaux » et le motif de python sont également des insignes des initié.e.s au sandogi. L’autre société initiatique est celle des dozo dont plusieurs attributs sont présents : une corne ornée de cauris suspendue au bras de la sculpture de sa « grand-mère », des chants de chasseurs diffusés comme fond sonore dans la cour, une sacoche, une queue en crin de cheval noir, la peau d’une civette (voir les détails sur la figure 5).

Fig.5. Les objets donnant à voir son appartenance au dozo et la ceinture de cauris (cliché de Camille Van Deputte, 2016)

Ainsi, en regardant certains objets conservés dans la « maison de divination » de Dourignatchan, il est possible de rendre apparents des événements de sa vie personnelle, des relations et des affiliations. Par les objets, les contours de son activité et des compétences qu’il revendique sont également accessibles : il est sandowi (ceinture de cauris, panier à jumeaux, motifs de python), « tapeur de racines » (canari, poudre végétale, corne avec cloche), dozo (queue et peaux d’animaux sauvages) et « propriétaire d’une “chose pour laquelle on sacrifie” ». Dourignatchan réunit en sa personne les deux principaux profils d’acteurs pratiquant la divination dans cette région, d’une part celui des femmes initiées au sandogi et d’autre part celui des hommes guérisseurs et parfois chasseurs. Le cumul de compétences autour de la divination est souvent le fait d’hommes, mais dans son cas, ce qui le rend particulier est son initiation au sandogi bien qu’il soit un homme, cas de figure rare.

Parcours de vie, liens familiaux et relations aux génies

L’activité divinatoire prend source dans l’entretien d’une relation interpersonnelle avec une ou plusieurs entités et s’inscrit dans une trajectoire individuelle. Ainsi, les objets de la « maison de divination » rendent compte tout autant de représentations et références largement partagées associées à la divination que du parcours personnel des devin.eresse.s et de leur relation, en constante évolution, avec les entités auxiliaires. Les devin.eresse.s sont soumis à une sollicitation permanente de la part des génies pour se procurer des objets, effectuer des sacrifices ou encore transformer la « maison de divination ». Des objets peuvent être acquis, laissés, transformés. Le lieu de consultation peut être déplacé ou encore une nouvelle technique divinatoire peut être reçue. La divination n’est pas un système fixe codé culturellement mais bien une pratique incarnée. Tous ces changements sont le reflet d’exigences des génies, de relations avec l’entourage humain et parfois de choix délibérés des devin.eresse.s.


Bibliographie

Förster, T. (1988). Paroles de devin: la fonte à la cire perdue chez les Sénoufo de Côte d’Ivoire. (traduit par J. Eid). Paris, France: ADEIAO : Musée national des arts d’Afrique et d’Océanie.

Glaze, A. (1981). Art and death in a Senufo village. Bloomington, Etats-Unis : Indiana University Press.

Lemaire, M. (2009). Les sillons de la souffrance: représentations du travail en pays sénoufo, Côte d’Ivoire. Paris, France: CNRS-éd. : Éd. de la Maison des Sciences de l’Homme.

Sindzingre, N. (1981). Organisation lignagère et représentations de l’infortune chez les Fodonon, Senufo de Côte d’Ivoire (Thèse 3e cycle Ethnologie. Paris EHESS). Paris, France.


Dans le cadre de sa mission de grand département pour les arts d’Afrique, d’Amérique et d’Océanie, le musée du quai Branly – Jacques Chirac soutient la recherche sur les collections extra-européennes des musées de France. La rubrique « Muséo » s’inscrit dans le partenariat noué entre le musée et la revue Terrain, qui conduit à publier, dans la revue papier et sur le blog « Carnets de Terrain », des articles présentant les œuvres de ces collections


  1. Cet usage me permet d’éviter une masculinisation du terme de « devin » qui serait abusive au vu des données collectées sur le terrain, puisqu’il y a beaucoup de femmes qui exercent une activité divinatoire. []
  2. Il existe également une divination, pratiquée par des personnes ayant reçu un enseignement coranique, souvent désigné comme « marabout » ou karamɔgɔ (emprunt du terme dioula). Ces devins se distinguent par leur origine (souvent non sénoufo), leurs techniques divinatoires liées au Coran reposant sur l’usage de l’écriture et du sable ou de cauris et par le fait qu’il s’agit uniquement d’hommes. []
  3. À propos de sa technique divinatoire, Dourignatchan lance les cauris et les classe par groupes de trois formant des lignes horizontales et verticales, semblable à un quadrillage. []
  4. Une photographie de sa mère est accrochée au mur. Contrairement, aux autres membres de sa famille cités précédemment, sa mère est encore en vie et habite avec lui dans la cour familiale. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search