Entre panafricanisme sanitaire et mission chrétienne. La saga du Covid-Organics comme récit de résistance (première partie)

Dans ce billet, Dominique Somda revient sur les résonances continentales d’un déploiement diplomatique inédit à Madagascar dans les premiers mois de la pandémie du Covid-19, alléguant la valorisation des savoirs médicinaux “locaux”

 

Dominique Somda. Anthropologue, chercheure à HUMA (Institute for Humanities in Africa), University of Cape Town, Afrique du Sud.

 

Des présidents africains victimes de complot 

Andry Rajoelina, actuel président de Madagascar, a survécu à une tentative d’assassinat, dévoilée le 21 juillet 2021. Ce n’est pas le contexte particulier de l’histoire politique et militaire malgache qui retient l’attention des médias et opinions publiques africaines à l’annonce du possible coup d’état, mais sa relation supposée à la participation de Rajoelina à la lutte anti-Covid en Afrique. De nombreuses publications et réactions sur les réseaux sociaux ajoutent Rajoelina à la liste des présidents africains et afro-descendants victimes d’un sort tragique la même année (FIG 1). La mention du président Rajoelina dans ces élucubrations suspicieuses est aussi un signe  du succès du récit de résistance africaine alors produit à Madagascar.

1. The Dr Mumbi Show, commentant la tentative d’assassinat du président Andry Rajoelina. L’animatrice kenyane avertit de ce que les auteurs de la « pandemic » menacent la vie de ceux qui luttent contre « the experiment », à l’instar des dirigeants africains disparus

La diplomatie mise en œuvre par Madagascar au commencement de la crise sanitaire fit forte impression, projetant l’île et son président au-devant de la scène politique et médiatique africaine, voire globale. Andry Rajoelina, élu président en 2019, avait été l’un des protagonistes d’une crise électorale violente l’opposant au président sortant Marc Ravalomanana ; il assura, à son issue, la présidence de la haute autorité de la (très longue) transition (2009-2013). L’Union Africaine (et d’autres instances régionales) avait organisé des médiations en vue du rétablissement de la légitimité constitutionnelle au sommet de l’État malgache. Au moyen d’une diplomatie sanitaire efficace et d’une adhésion renouvelée au principe d’une solidarité africaine, Madagascar pouvait espérer devenir une terre de salut plutôt que le théâtre d’une crise à résoudre.  

La diplomatie du Covid-Organics

En mars 2020, alors que l’Europe est déjà durement affectée par la pandémie de COVID 19,  des discours alarmistes annoncent l’imminence d’une catastrophe humanitaire africaine, reproduisant une vision catastrophique imaginant toujours l’ « Afrique à la place du mort »  – une inclinaison une nouvelle fois  à l’œuvre dix-huit mois plus tard après la détection en Afrique australe du variant baptisé omicron. L’idée selon laquelle les pays africains pourraient être mieux préparés que l’Europe ou les États-Unis à affronter la crise naît bientôt. L’idée d’une exception africaine fait l’objet de nombreuses hypothèses. Comme ses voisins africains, Madagascar aurait le bénéfice de la jeunesse de sa population, l’expérience de la médecine communautaire, en plus de la protection de son insularité.

Le 9 avril 2020, le président de Madagascar déclare, lors d’une intervention télé et radiodiffusée, qu’une plante, l’artemisia (artemisia annua), issue de la pharmacopée malgache fournirait le principe actif d’un traitement du COVID-19. Le 20 avril, il annonce lors d’une seconde intervention la distribution prochaine du Covid-Organics (CVO) à la population malgache. Rajoelina fait, ce jour-là, la démonstration de son innocuité en absorbant publiquement quelques gorgées du breuvage. Le CVO, mis au point par l’Institut Malgache des Recherches Appliquées (IMRA), se présente alors sous forme de sachets d’herbes sèches à infuser et de boissons embouteillées. L’opération médiatique devient diplomatique lorsqu’à l’issue d’une réunion du bureau de l’Union Africaine, le 29 avril 2020, le CVO est présenté par le président malgache (Fig.2). A la suite de la rencontre, des dirigeants africains et caribéens affrètent des avions à destination d’Antananarivo pour recevoir des doses de CVO: la Guinée, le Congo RDC, le Sénégal, la Tanzanie, le Tchad, les Comores et Haïti comptent parmi les premiers récipiendaires du remède malgache.

2. La solidarité de l’Afrique face au covid-19.. Communication de la republique de Madagascar

Cette opération de solidarité interafricaine, organisée à partir d’un pays souvent bénéficiaire de l’aide internationale, fit date. Les médias et réseaux sociaux en Afrique et en Europe commentèrent abondamment l’initiative malgache. Les réactions favorables semblaient venir principalement du continent africain ; la distribution du CVO s’inscrivait dans des débats sur l’autonomie sanitaire et l’indépendance politique et économique de l’Afrique. A Madagascar cependant, journaux et réseaux sociaux ne manquèrent pas de caricaturer la geste diplomatique présidentielle, manifestant des inquiétudes, voire des oppositions, face à la stratégie sanitaire naissante.

Dès l’automne 2020, la diplomatie du CVO a été rendu obsolète par l’arrivée des vaccins. Fin novembre 2020, le gouvernement malgache, refusant un alignement vers le nouvel ordre sanitaire,  annonce son refus de participer au Covax Facility, l’initiative globale en vue de l’immunisation des populations des pays les plus pauvres. Le 20 mars 2021,  Andry Rajoelina cède finalement en autorisant les vaccins contre le Covid-19 à Madagascar ; comme il déclare toutefois que lui et sa famille continueront à faire confiance exclusivement au CVO.  

L’antidote

Dès le début de la crise du Covid-19 à Madagascar, les ventes de plantes médicinales augmentent ; leurs prix s’envolent. Dans l’ile, elles sont couramment employées comme remèdes. Il existe de multiples manières de se les procurer et de les préparer. Elles sont simplement récoltées aux abords des villages dans le cadre d’une médecine familiale, prescrites par les devin-guérisseurs ombiasy, vendues sur les marchés ou au bord des routes ; elles sont aussi transformées et conditionnées par l’industrie pharmaceutique locale. Les itinéraires thérapeutiques combinent souvent différents types de soins, faisant du pluralisme thérapeutique la norme. Dès le XIXe, les thérapeutes dits traditionnels se sont approprié les traitements de la médecine européenne, comme l’a montré l’historien Gwyn Campbell.

Madagascar est dotée d’une flore endémique exceptionnelle. Des enquêtes ethno-pharmacologiques révèlent régulièrement les molécules efficaces et prometteuses extraites des plantes déjà en usage dans la pharmacopée malgache. Ironiquement, la plante devenue célèbre à la faveur de la crise sanitaire n’est, elle, pas endémique de Madagascar. Le CVO a pour principal composant actif l’artemisia annua (Fig.3) –  en fait originaire de l’Est de l’Asie et appartenant à la pharmacopée chinoise. Connue pour ses vertus antipyrétique et anti-inflammatoire, elle est utilisée depuis plusieurs années à Madagascar en traitement symptomatique du paludisme. La culture et l’usage de l’artemisia sont soutenus sur le continent africain par une ONG française à travers un réseau de « maisons de l’artemisia », fondé par une humanitaire française. En octobre 2020, le chef de l’État annonce  la création d’une entreprise de production de médicaments phytothérapeutiques, « Pharmalagasy »,  spécialisée en produits « non chimiques », avec l’objectif premier de commercialiser le CVO en Afrique. Une stratégie industrielle et commerciale se dessine alors.

Plusieurs instances ont rejeté l’efficacité curative et préventive de l’artemisia, principale substance active du CVO, dans le lutte contre le COVID, comme l’Académie Française de Médecine. Les évaluations positives et négatives du CVO ont été souvent interprétées à travers le prisme des relations internationales. La rumeur selon laquelle le président russe Vladimir Poutine avait exprimé son soutien au CVO connut un certain succès avant d’être démentie. Dans un entretien accordé à France 24, le président malgache confiait que les critiques européens du CVO trahissaient une incapacité à admettre un remède proposé par un pays plus pauvre.  

 

4. « Il n’y a pas de cure miracle ». En Avril 2020, le mail&Guardian rapporte les doutes d’experts de la CEDEAO

Retrouvez ici le deuxième volet de ce billet par Dominique Somda. 

 

Une version courte de ce billet est disponible sur le site de notre partenaire The Conversation.

 

[1] Cette publication est rendue possible grâce au soutien de la Carnegie Corporation of New York. Les points de vue exprimés sont uniquement de la responsabilité de l’auteure.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
blogterrain (8 juillet 2022). Entre panafricanisme sanitaire et mission chrétienne. La saga du Covid-Organics comme récit de résistance (première partie). . Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/m2or


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search