Entre panafricanisme sanitaire et mission chrétienne. La saga du Covid-Organics comme récit de résistance (deuxième partie)

Dans ce billet, Dominique Somda revient sur les résonances continentales d’un déploiement diplomatique inédit à Madagascar dans les premiers mois de la pandémie du Covid-19, alléguant la valorisation des savoirs médicinaux “locaux”.

Dominique Somda. Anthropologue, chercheure à HUMA (Institute for Humanities in Africa), University of Cape Town, Afrique du Sud.

La mission sacrée

Figure 1. La bénédiction de la prophétesse Brésilienne Joana survolant Madagascar (Avril 2020)

La mission diplomatique prend assez vite un tour religieux. Peu avant l’annonce présidentielle concernant le Covid-Organics (CVO), TVM, la première chaîne de télévision publique malgache, diffuse un reportage concernant la prophétie de Joana, une femme brésilienne. Celle-ci aurait révélé sa prédiction dès novembre 2019 au cours d’un survol dramatique du territoire malgache en avion privé. L’itinéraire lui-même aurait formé une croix protectrice au-dessus du territoire malgache (Fig. 1). La prophétesse annonçait l’imminence d’une guerre biologique dans laquelle Madagascar, « bénie de Dieu » par sa flore exceptionnelle, aurait bientôt un rôle à jouer dans la découverte d’un antidote. Le reportage, très favorable au président, oppose l’échec des grandes puissances européennes incapables de prévenir des décès par milliers, et les discours volontaristes de Rajoelina exposant les promesses du CVO.

Dans un pays où s’entremêlent allégeances politiques et affiliations religieuses, la christianisation de l’entreprise présidentielle n’est pas fortuite – en dépit d’une prolifération des caricatures acerbes qu’elle entraîne (Fig.2). Missions chrétiennes et médicales furent longtemps associées à Madagascar. Les Églises, protestantes et catholiques, ont développé des systèmes de santé intégrant de façon holistique le soin des âmes et des corps au sein d’hôpitaux et de centres de soins spirituels (toby). Les thèmes du salut et de la purification spirituelle sont constamment récupérés par les acteurs politiques, en particulier lors des séquences électorales. 

L’Africanité de Madagascar

C’est à l’Afrique que la « mission » sanitaire malgache s’adresse d’abord. Mais cette posture diplomatique interroge au vu de l’ambivalence historique des relations de l’ile au continent. Madagascar est-elle africaine ? La continentalité de Madagascar comme celle des autres îles africaines ne va pas de soi, elle est le résultat de la division des terres et des océans par des savants géographes à partir du XVe siècle, comme le rappelle V. Capdepuy. Les termes de la relation entre Madagascar et l’Afrique ont été déterminés (et parfois imposés) par leurs visiteurs et occupants (Fig. 3). De vifs débats sur l’appartenance de la culture malgache ont par ailleurs divisé plusieurs générations de spécialistes, chercheurs et érudits, souvent étrangers à Madagascar. Armés d’arguments choisis, certains d’entre eux ont insisté sur le caractère « asiatique » de l’ile et de ses habitants, quand d’autres ont vu en Madagascar une ile fondamentalement africaine. Sous couvert d’arguments savants, ces discussions ont bien souvent manifesté la persistance de stéréotypes sur l’Afrique et l’Asie.

Figure 3. Colonies françaises (en Afrique), gravure par Guillaume Laguillermie (1852, musée du Quai Branly)

L’administration coloniale française a fait usage des catégories employées pour opposer l’Afrique à l’Asie pour classer les régions et les populations de Madagascar, exacerbant des tensions entre « Côtes » et « Hauts-Plateaux ». Les habitants des Hautes Terres ont été représentés comme des conquérants dont il s’agissait de contenir les aspirations hégémoniques. Les populations du Grand Sud furent, par contraste, dépeints comme des sauvages à soumettre. L’armée coloniale a par ailleurs entretenu des rapports conflictuels entre Malgaches et Africains en employant des tirailleurs sénégalais lors de ses répressions les plus brutales. Aujourd’hui, des formes de colorisme subsistent sans conteste à Madagascar. Les traits phénotypiques associés à des origines africaines sont, dans certains contextes, tenus pour les indices d’une origine servile ou les marques d’une autochtonie vaincue. Un racisme anti-africain  a pu émergé, sous la forme par exemple de l’ethno-nationalisme merina qu’analyse Solofo Randrianja.

Pour autant, il existe aussi à Madagascar une lecture positive de l’Africanité et de la solidarité interafricaine, auquel le panafricanisme sanitaire proposé par Rajoelina a pu faire écho. Madagascar fut tôt représentée dans le panafricanisme littéraire, notamment par l’association de Jacques Rabemananjara au mouvement de la négritude. Le poète et homme politique participa notamment aux deux Congrès des écrivains et artistes noirs et à la création de Présence africaine ; il fut publié par Senghor (ainsi que deux autres poètes malgache, Jean-Joseph Rabearivelo et Flavien Ranaivo) dans l’Anthologie de la poésie nègre et malgache (1948). Depuis, la popularité d’un panafricanisme culturel s’est manifesté à Madagascar dans le succès de maints artistes du continent et de la diaspora africaine dont les mots ont contribué à la formation d’un imaginaire de libération postcoloniale. Les artistes des mouvements hip-hop et rasta ont compté dans les dernières décennies au nombre des hérauts des luttes contre les oppressions tant locales que globales. Les paroles des légendes du reggae – le sud-africain Lucky Dube (Fig 4 et 5), l’ivoirien Alpha Blondy, ou les Jamaïcains Bob Marley et Jimmy Cliff- continuent d’offrir un modèle d’expression anti-impérialiste.

Figure 4. Lucky Dube, “The Way It Is”, extrait de l’album The Way It Is, 1999, Shanachie Records
Figure 5. Une croix de ciment commémorant le chanteur sud-africain Lucky Dube, dans le village d’Andramaka, au sud-est de Madagascar. (cliché D. Somda, 2012).

Décoloniser la diplomatie ?

La saga malgache du CVO a permis une reformulation momentanée des relations de Madagascar à l’Afrique – relations longtemps informées par les appartenances à la sphère d’influence française (l’élusive Françafrique). La relation entre Madagascar et l’Afrique a été vécue dans une triangulation postcoloniale – la France faisant office de force médiatrice ou d’adversaire commun. En 1963, Madagascar fait bien partie des membres fondateurs de l’OUA (Organisation de l’Unité Africaine), mais la diplomatie malgache s’est poursuivie dans la première décennie postindépendance dans une coopération étroite avec l’ancien pouvoir colonial. Comme le note D. Nativel, Madagascar a fait le choix d’une proximité conservée avec la France, avant de s’engager dans un rapprochement avec l’Afrique de l’Ouest à travers ses institutions naissantes. La révolution socialiste de 1972 marque à ce titre un tournant dans la diplomatie malgache. Madagascar entre dès lors dans le camp des non-alignés sous l’impulsion de Didier Ratsiraka, futur président alors ministre des affaires étrangères.  

Des acteurs mieux connus, comme Cuba, ont depuis longtemps montré la voie d’un internationalisme médical à partir du Sud. La « doctor diplomacy » cubaine s’est ainsi distinguée dans des théâtres d’intervention en Amérique du Sud, en Afrique et en Asie. Au cours de la première vague de la pandémie de Covid-19 au printemps 2020, les médecins cubains se rendirent d’ailleurs tant au Nord et que dans le Sud global. Ces déploiements humanitaires constituent des répliques efficaces à la colonialité des instruments diplomatiques (qu’ils relèvent de la religion, des droits humains ou de la santé globale). Ils imposent aussi la nécessité d’une autonomie sanitaire. Les discussions sur les brevets des vaccins contre le Covid-19 et les luttes d’influences entre puissances détentrices de ceux-ci, ont, a contrario, rappelé les termes scandaleux de l’impérialisme vaccinal. Les aléas de la campagne vaccinale à Madagascar, recourant au Covishield – un vaccin de composition identique à Astrazeneca mais fabriqué en Inde – ont fait craindre l’émergence de nouvelles frontières et illégalités (en entravant les déplacements des vaccinés). En effet, la reconnaissance du vaccin Covishield  par les pays européens fut retardée de plusieurs mois – la France ne le reconnaissant qu’au mois de juillet 2021. L’impact de ces tergiversations sur le scepticisme vaccinal à Madagascar n’a pas été négligeable.

La proposition diplomatique nouvelle se produit autour de l’héroïsation du président malgache. Andry Rajoelina a été présenté par certaines publications africaines comme un « nouveau Sankara ». Le président-martyr burkinabè prôna pendant son mandat écourté par son assassinat une défiance à l’encontre des aides extérieures et demeure aujourd’hui l’apôtre posthume d’une Afrique solidaire, émancipée et autosuffisante. A la fin du mois d’aout 2020, le quotidien malgache Midi Madagasikara reprenait un sondage réalisé au Bénin dans lequel le président malgache était placé dans le top cinq des « visionnaires qui inspirent les jeunes générations » en Afrique. Les termes de « fierté » et de « dignité », rapportés à l’intervention présidentielle malgache, étaient alors récurrents dans les publications africaines et sur les réseaux sociaux sur le continent. Un éditorialiste de Jeune Afrique voyait dans l’initiative malgache et sa réception un ré-enchantement africain à la Black Panther. Toutefois, la comparaison, quelque peu dédaigneuse, insinuait surtout que le salut par l’innovation venu d’Afrique resterait du ressort de la fiction.

De l’usage des symboles d’indépendance

La séquence malgache de résistance à l’ordre sanitaire mondial a mobilisé différents aspects de l’imaginaire politique en Afrique et à Madagascar. L’opération panafricaine engagée par le président Rajoelina s’est inscrite dans une véritable stratégie de conquête et de consolidation du pouvoir. Dans leur livre L’énigme et le paradoxe, M. Razafindrakoto, F. Roubaud et J. M Wachtsberger relèvent une manipulation des symboles royaux  dans la fabrication du charisme de Rajoelina, confirmée après son élection. La construction controversée d’un « colisée » au site du Rova d’Antananarivo, l’ancienne enceinte royale, siège de l’empire merina, destinée à promouvoir la fierté nationale malgache, constitue un exemple d’appropriation de l’histoire royale modelée sur un symbole politique et culturel très eurocentré. Un article de novembre 2020 revient  de façon critique sur la rétrocession par la France de la pièce décorative d’un dais royal, présenté comme le retour de la couronne de Ranavalona II (Fig. 6). Nommant l’affaire « courronnavirus », l’auteur semble suggérer par l’usage de cet amalgame lexical fantaisiste un lien entre le recours aux symboles royaux et l’instrumentalisation de la pandémie. L’opportunisme politique et économique a donné naissance à la saga du Covid-Organics, une concoction devenue symbole de la résistance africaine. La stratégie diplomatique a réussi à faire du président malgache un porte-étendard éphémère d’une autonomie sanitaire légitimement désirée dans un contexte d’inégalités globales accrues. Au risque toutefois de renforcer un scepticisme vaccinal déjà important sur le continent.

Figure 6.  Retour de la couronne du Dais de Ranavalona II à Antananarivo

Retrouvez ici le premier volet de ce billet par Dominique Somda. 

Une version courte de ce billet est disponible sur le site de notre partenaire The Conversation.

[1] Cette publication est rendue possible grâce au soutien de la Carnegie Corporation of New York. Les points de vue exprimés sont uniquement de la responsabilité de l’auteure.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
blogterrain (16 juillet 2022). Entre panafricanisme sanitaire et mission chrétienne. La saga du Covid-Organics comme récit de résistance (deuxième partie). . Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/m2os


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search