Un rien en partage. De l’usage du bétel

Alexandra de Mersan. Anthropologue, Maitresse de conférences à l’Inalco (CASE).

Si l’on s’attarde ici sur cette pratique ancienne, largement répandue, puisque l’on chique (ou a chiqué) du sous-continent indien à la Papouasie-Nouvelle-Guinée, en passant par toute l’Asie du Sud-Est[1], ce n’est pas parce qu’il s’agit d’un psychotrope ou d’un stupéfiant dont les effets questionnent encore la pharmacologie, la médecine et la dentisterie. Ni parce que les constituants de base – noix d’arec et chaux – enveloppés dans une feuille de bétel, mis en bouche, mâchés, font saliver et produisent un jus couleur rouge sang qui est recraché (fig. 1 à 4). Ce n’est pas, non plus, parce que les artefacts de chaux durcie des échoppes de Rangoun hypnotisent le regard par leurs formes singulières de guimauve statufiée mais plutôt, parce que la chique de bétel n’est l’apanage de personne, ni d’un groupe, d’un genre, d’une classe ou d’un âge en particulier. Sa valeur réside, on le verra, dans sa fonction centrale de fabrique du lien comme expression, instauration et support des relations.

Fig.4.

Quel avenir pour la chique de bétel ?

Depuis plusieurs années, la consommation de bétel disparaît des usages. La Thaïlande a récemment autorisé la culture et la consommation de cannabis à usage médical après que l’implantation massive de cigarettes étrangères y a concurrencé, puis largement supplanté l’usage quotidien de la chique, comme ailleurs en Asie du Sud-Est. Ceci corrélé avec le regard dévalorisant que la jeunesse urbanisée et de plus en plus « mondialisée » porte sur la chique vue comme non-moderne. De même, un discours hygiéniste normatif s’impose et les standards de beauté s’uniformisent en matière d’alignement et de blancheur des dents, avec le concours (ou la bénédiction) de multinationales de la cosmétique, entachant dès lors le bétel d’une valeur dépréciative – un produit qui salit. Enfin, des campagnes gouvernementales de prévention dénoncent la dépendance et les risques de cancer de la bouche.

Il demeure toutefois des horizons où le bétel continue d’être consommé. La Birmanie reste un pays de grands consommateurs effrénés (fig.5). Loin de régresser, force est de constater que la chique de bétel y poursuit sa destinée, notamment grâce à son coût minime (moindre que la cigarette) et à l’expansion de l’e-commerce. En l’espace de quelques années à peine (2013-2021), après plusieurs décennies d’implacable censure et de dictature, les Birmans ont eu accès tout à la fois à l’internet, aux réseaux sociaux et aux téléphones portables. S’est alors déployée une nouvelle économie du bétel toute autant créative que prospère.

Fig.5. Marchande ambulante (cliché d’A. de Mersan, Rangoun, 2018)

Quotidien, festivités et intimité

La chique de bétel demeure omniprésente au quotidien, à l’ordinaire et lors d’occasions festives, cérémonielles, rituelles ou religieuses. Si l’on peut chiquer seul, parce qu’on lui attribue nombre de qualités parmi lesquelles rafraîchir ou réchauffer, apaiser la faim et la soif, ou encore détendre et soulager de la fatigue des tâches pénibles – une sorte d’unité minimale de bien-être en somme -, elle illustre surtout un rien en partage. Un rien en raison de son coût minime, en partage parce que la valeur sociale est immense. Le bétel est en effet la plante par excellence des relations, de la convivialité et de la sociabilité, un don de nourriture entre humains, également adressé au Bouddha et aux esprits. Il intervient comme préalable à toutes sortes de rencontres, de contrats ou d’engagements. Et l’on dispose toujours du nécessaire à chiquer chez soi à chaque occasion – heureuse ou malheureuse – de recevoir des hôtes. Ainsi, lors d’un mariage célébré dans un village de l’Arakan (à l’Ouest de la Birmanie) en 2009, plusieurs centaines de chiques furent préparées à l’avance pour les invités.

Relevant du domaine affectif, la chique occupe en outre une place particulière dans la relation amoureuse et conjugale, ainsi que le soulignait la linguiste Denise Bernot : « les Birmans rangent le bétel dans la catégorie de “nourriture enfermée dans la bouche” [no noN za] mais pas enfermée n’importe comment car noN c’est aussi “protéger avec amour une chose précieuse, comme le ventre de la mère enferme et protège le fœtus, ou comme le pieux bouddhiste enferme le Bouddha dans son cœur : le terme désigne une catégorie affective” » (Bernot 1987 : 482). Il n’est pas loin le temps où son usage pour courtiser et flirter, son contenu, sa forme, aussi bien que la façon de l’offrir et de la recevoir étaient autant d’expressions du langage subtil des sentiments. Les chiques sont ainsi un art de la composition, un art de mettre ensemble des ingrédients – en conséquence des saveurs[2] – et de produire des formes (dans le nombre de pliures de la feuille, l’éventuelle attache avec un clou de girofle ou un fil), qui varie selon les occasions de chiquer, les saisons, les goûts, les usages au sein d’une même société et dont la présence est particulièrement privilégiée dans les mariages.

La figure de la « porteuse du pot de bétel » montre singulièrement le lien entre le bétel et le jeu des alliances. Dans la région rurale de Mrauk U en Arakan, la porteuse du pot à bétel, qui passe pour la plus jolie fille du village, parade lors du cortège qui marque le noviciat d’un jeune homme, un rituel censé signifier le changement de statut du jeune bouddhiste pubère à celui d’homme nubile. Le jour de la cérémonie du mariage, idéalement la sœur aînée du futur mari l’accompagne chez les parents de sa promise, en portant le même pot à bétel (cette fois rempli de fruits), un contenant à couvercle dont la forme, galbée à la base en pointe au sommet, est considérée comme particulièrement auspicieuse, prometteuse d’une union heureuse et féconde. En effet, elle rappelle à la fois la forme de la feuille de bétel ainsi que celle du banian qui est « l’arbre du Bouddha » devant lequel les époux prient pour avoir des enfants (fig.6)

Fig.6. La « porteuse à bétel » (cliché d’A. de Mersan, Mandalay, 2018).

La porteuse à bétel renvoie par ailleurs à une fonction à l’époque de la royauté birmane (jusqu’à la fin du XIXe siècle) et rappelle le lien étroit entre statut dans la société d’alors et raffinement d’objets, tels que les boîtes étagées ou les présentoirs laqués éventuellement incrustés de pierres ou de verrerie. Ces contenants figurent dans de nombreux musées, collections et expositions européennes et nord-américaines ; ils sont issus d’un artisanat typiquement birman et ont sans doute été sauvés par le tourisme. Aujourd’hui, la plupart des foyers utilisent, quant à eux, au quotidien une boîte sphérique en laiton (ou cuivre) à plusieurs étages (un pour chaque ingrédient).

Couper, transporter, ranger :  des objets multiples

De manière générale, dans toute l’aire de consommation du bétel, bien que la chique ne présente aucune valeur marchande, les objets en lien avec son usage pour couper, stocker, ranger, transporter, présenter le nécessaire à chiquer abondent. Par leurs boîtes, sacs, crachoirs, spatules, ils renseignent selon les sociétés sur la personne, sur son genre, son statut socio-économique ou même l’étape dans son cycle de vie.

Ici fonction pratique, marqueur de rang ou de statut et valeur symbolique se rejoignent. La consommation de bétel mobilise des savoir-faire habiles et raffinés ainsi que des matériaux des plus communs aux plus précieux.

Nous nous arrêtons ici sur le coupe-noix d’arec appréhendé toutefois ici sans les gestes, ni la technique, ou la parole de l’artisan. À force d’avoir souligné, à la suite de Pierre Gourou (1948), que l’Asie du Sud-Est s’illustrait par une « civilisation de végétal », n’en aurait-on pas quelque peu négligé dans les pays bouddhistes de cette région, le travail du métal (du fer notamment) hormis pour les productions religieuses ? La dureté de la noix, surtout séchée, oblige à utiliser un coupe-noix – une « pince » plutôt pour rester fidèle au birman kwam : hññap -, pour la couper en menus morceaux ou la trancher. Parfois aussi, on se sert d’un mortier afin de la broyer, pour que les personnes édentées toujours friandes, continuent de s’adonner à la consommation de la chique. C’est une marque d’affection et de respect que manifeste par son geste celui qui broie pour un aîné (fig.7).

Fig.7. La noix d’arec broyée au mortier est ajoutée à la feuille de bétel enduite de chaux et accompagnée de tabac. Le tout est ensuite broyé (images d’ A. de Mersan, Arakan, 2013)

Décliné sous des formes diverses, le coupe-noix est composé de deux branches articulées – dont une porteuse d’une lame – jointes au sommet et asymétriques dont l’union dessine (célèbre ?) une complémentarité harmonieuse.  Les coupes-noix de Birmanie du musée du quai Branly-Jacques Chirac, objets en fer éventuellement rehaussés de métal plus précieux (bronze, argent, or) figurent de façon stylisée, comme d’autres dans les pays voisins (Laos et Cambodge) un oiseau réel (perroquet) ou mythique (garuda) ; le point d’articulation des deux branches faisant office d’œil (fig. 8 à 12).

Fig.8 et 9. Coupe-noix d’arec de Birmanie – XXe siècle (n°71.1987.61.16 / n°71.1971.93.5)
Fig.10 et 11. Coupe-noix d’arec du Cambodge (à droite) et du Laos (à gauche) – XXe siècle (n°71.1931.6.142 / n°71.1970.61.38)

Les coupes-noix généralement galbés, jusque dans la lame parfois (concave ou convexe) sont vraisemblablement façonnés dans ces cas, pour une meilleure coupe, suivant en cela la courbe de la noix. On oserait également un rapprochement formel avec la valeur d’usage. Par exemple, le coupe-noix indien particulier et assez sophistiqué (dit « mithuna ») composé de deux branches à figures humaines de sexe opposé formant un couple – la porteuse de lame représente le personnage masculin – semble souligner à lui seul la place centrale du mariage en Inde et le lien de la chique avec cette étape dans le cycle de vie. En résumé, les deux branches se complètent pour former un tout, s’épouser, voire s’accoupler.

L’exploration virtuelle sur la base de données des collections du musée du quai Branly-Jacques Chirac permet de réunir ces artefacts (environ 2000) en lien avec le bétel de façon éphémère. Un rapprochement qui produit un effet visuel certain et possède une valeur heuristique, parce que les variations intriguent, interrogent, stimulent, de la même manière que celles d’un mythe. On remarque ainsi que des objets formellement semblables provenant de diverses régions témoignent des échanges à travers l’Asie via les réseaux marchands, entre, par exemple, la Birmanie et le Tamil Nadu en Inde (fig. 12 et 13).  Une invitation à poursuivre l’exploration.

Fig. 12 et 13. Coupe noix d’arec de Birmanie (à gauche) et du Tamil Nadu, Inde (à droite) – XXe siècle.
(n°71.1971.93.5 / n°71.1964.95.285)

Bibliographie

Bernot, Denise. « Epicurisme et nationalisme en Birmanie », De la voûte céleste au terroir, du jardin au foyer. Hommage à Lucien Bernot, Paris, Éditions de l’EHESS, 1987.

Conklin, Harold. Betel chewing among the Hanunoo, Quezon City, The National Research Council of the Philippines, 1958.

Geirnaert, Danielle. « Purse-Proud. Of Betel and Areca Nut Bags in Laboya (West Sumba, Easter Indonesia) », in Ruth Barnes & Joanne Eicher (dir.), Dress and Gender: Making and Meaning in Cultural Contexts, New York, Berg, 1992.

Thierry, Solange. Le bétel. 1.Inde et Asie du Sud-Est, Paris, Muséum national d’histoire naturelle, 1969.

Notes

[1] En plus du tabac qui s’est largement imposé comme quatrième élément de base, sont ajoutées quantités d’autres ingrédients : cardamome, cachou, poudre de rose, réglisse, citron vert, etc.

[2] La feuille de bétel donne son nom à l’ensemble. Les références, d’ouvrages ou d’articles dédiées au bétel et à la chique en particulier abondent (voir la courte bibliographie indicative). De nombreuses données se trouvent également disséminées dans des travaux d’anthropologie, d’histoire naturelle, des récits de voyages, etc.

Dans le cadre de sa mission de grand département pour les arts d’Afrique, d’Amérique et d’Océanie, le musée du quai Branly – Jacques Chirac soutient la recherche sur les collections extra-européennes des musées de France. La rubrique « Muséo » s’inscrit dans le partenariat noué entre le musée et la revue Terrain, qui conduit à publier, dans la revue papier et sur le blog « Carnets de Terrain », des articles présentant les œuvres de ces collections



Citer ce billet
blogterrain (2023, 6 avril). Un rien en partage. De l’usage du bétel. . Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m2p2

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search