Commémoration de l’Holodomor

Le terme « Holodomor » (littéralement « extermination par la faim »)  désigne la grande famine qui eut lieu en Ukraine entre 1932 et 1933 et qui fit, selon les estimations des historiens, entre 2,6 et 5 millions de victimes.
En 2008, l’Holodomor a été reconnu par le Parlement européen comme un crime délibéré contre l’humanité organisé par l’État soviétique. Il n’est cependant reconnu comme tel ni par l’Organisation des Nations unies, ni par le Parlement de Russie.
En marge de l’important et très vif débat historique qui porte sur l’intentionnalité ou non de cette famine, quels sont le rôle et la place des témoignages des défunts, victimes de la « famine génocidaire » de 1933, dans les rituels de mémoire pratiqués par la communauté ukrainienne de France ? Il s’agit ici de comprendre en quoi le qualificatif de « martyr » donné à ces morts permet d’effectuer un lien entre le passé et le présent de ce groupe, et, plus largement, de la patrie ukrainienne.

Voilà, moi, je n’étais alors qu’un enfant, je ne comprenais pas encore tout, c’est seulement après que j’ai compris. J’ai compris ce qui se passait là-bas, dans le village où résidaient en fait tous mes oncles, tantes et leurs enfants. Ce village, il était alors ukrainien. Alors que le mien, celui où je vivais avec ma mère, il était devenu polonais après la guerre. Eh bien oui, là-bas, à cinq kilomètres, ils mouraient de faim… On les voyait de la route, ils étaient maigres… mais les autorités nous empêchaient de leur porter secours… Après, ici, en France, j’ai rencontré des Ukrainiens de ma génération qui m’ont parlé de ce qu’ils avaient vécu enfants, de tous ces morts qu’on ne pouvaient pas enterrer. Ils étaient tous brûlés, et vous savez pourquoi ? Eh bien, pour que les autres gens ne les mangent pas… Témoignage d’un observateur direct du drame, recueilli à Paris lors de la commémoration de novembre 2003.

Arrêt de la marche silencieuse devant la fontaine Saint-Michel, Paris, 2003. La communauté ukrainienne célèbre la mémoire des victimes de la famine de 1933 en Ukraine (photo V. Kozlowski)

Pour en savoir plus :

Un article :
«Victimes ou bourreaux ? Les Ukrainiens gréco-catholiques et l’“Holodomor”», Valérie Kozlowski, Terrain, n°51,  Religion et Politique.

Sites et Blogs :
Dossier consacré à l’Holodomor, la résolution du parlement européen, la revue géopolitique, sur le site France-Ukraine.


Vous aimerez aussi...